Journées d’essai Sodisma les 25 et 26 novembre à Crocoparc

Publicités

Festival de Bandes Dessinées à Agadir

Réunion aujourd’hui à l’Hôtel de Ville d’Agadir en vue de commencer la préparation du dossier visant à créer à Agadir un Festival International de Bandes Dessinées.

Etaient présents : M. Dominique Doudet, Consul Général de France à Agadir, Mme Asmaa Oubou, Directrice du Centre Régional du Tourisme,
Mme Naïma Elfathaoui, Responsable aux Affaires Culturelles de la Mairie d’Agadir,
M. Abdellah El Maintaguy, également du Service Culturel de la ville d’Agadir,
M. Jean-Louis Epinoux et Annie Fougère, initiateurs du projet,
Nicole et moi.

De gauche à droite : M. Abdellah El Maintaguy, Mme Naïma Elfathaoui,
M. Dominique Doudet, Mme Asmaa Oubou
.

Les mêmes, avec à droite de M. Doudet, Mme Annie Fougère, Nicole,
M. Jean-Louis Epinoux et moi Cette réunion avait pour but de voir la possibilité du déplacement d’une équipe de la municipalité d’Agadir à Angoulême, ville qui est prête à partager son expérience et son expertise avec Agadir pour cette organisation.
De son côté, M. Xavier Bonnefont, maire d’Angoulême a confirmé à Jean-Louis Epinoux qu’il est prêt à venir à Agadir pour envisager un partenariat entre les deux villes pour ce Festival.

Les dossiers sont maintenant à monter, ce à quoi tous vont maintenant s’atteler pour la réussite de ce projet.

Agadir : CaixaBank accompagne les opérateurs locaux

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 17/11/2017

  • Une rencontre-débat est prévue le 22 novembre
  • Dynamisation des secteurs de la pêche et de l’agroalimentaire en perspective
agadir-caixabank-050.jpg

Avec plus de 345.000 clients, et un volume d’activité qui dépasse les 17.400 milliards d’euros, CaixaBank  est l’une des entités financières les plus actives en Espagne. Cette banque dispose de 26 «points de vente» à travers le monde dont trois au Maroc: Casablanca, Tanger et Agadir (Ph. CB)

Les perspectives des secteurs de l’agroalimentaire et de la pêche au Maroc et en Espagne seront débattues le 22 novembre à Agadir. Cette première session du forum d’échange «Le Cercle»,  organisée par CaixaBank dans le chef-lieu du Souss, vise à instaurer une dynamique d’échange traitant des thèmes d’intérêt commun en favorisant les interrelations entre les entreprises des deux rives.

La journée permettra ainsi d’étudier les contraintes auxquelles sont confrontés la pêche et l’agriculture, deux secteurs stratégiques pour l’économie des deux pays. Et de proposer des moyens de les dynamiser. La rencontre connaîtra la participation de Aziz Akhannouch, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Fôrets; de Ricardo Diez-Hochleinter, Ambassadeur d’Espagne au Maroc, et Antonio Massanell, Vice-Président de CaixaBank. En plus d’entrepreneurs espagnols ayant investi au Maroc.

Pour rappel, la première agence CaixaBank a été ouverte en juin dernier à Agadir. Elle propose des produits adaptés aux secteurs du tourisme, de la pêche et de l’agriculture. Les clients peuvent également bénéficier du savoir-faire d’AgroBank, la ligne métier spécialisée dans l’agriculture et l’agroalimentaire de CaixaBank. Avec plus de 345.000 clients, et un volume d’activité qui dépasse les 17.400 milliards d’euros, CaixaBank  est l’une des entités financières les plus actives en Espagne.

La structure, qui maintient des accords avec des banques internationales pour permettre à ses clients de réaliser toutes leurs opérations à travers le monde, dispose de 26 «points de vente», répartis dans 18 pays dans lesquels elle offre un modèle d’attention personnalisée avec un engagement de qualité certifié par l’AENOR. Parmi ces pays, le Maroc, le Royaume-Uni, la Pologne, l’Allemagne, l’Inde, la Chine, le Chili, l’Egypte, les Etats-Unis, le Brésil, l’Afrique du Sud…

Le trafic aérien en nette progression (ONDA)

2m.ma – 20/11/2017

Le trafic aérien en nette progression (ONDA)

Les aéroports du royaume ont accueilli à fin octobre dernier plus de 1,7 million de passagers. Un excellent chiffre qui a fait bondir les résultats du trafic aéroportuaire. une hausse à deux chiffres a été enregistrée(+13,6%).

Selon l’ONDA, cette performance serait alimentée par la progression du trafic international qui a dépassé 1,5 million de passagers (+13,6%) ainsi que celle domestique qui a atteint 198.342 passagers (+11,2%).

Le marché européen qui représente plus de 80% du trafic aérien international a connu une forte croissance (+15,85%) à l’instar des marchés du Moyen et Extrême Orient (+9,1%) et de l’Amérique du Nord (+14%). Quant au fret, il progressé de 15,27% à plus de 7.200 tonnes.

Concernant les routes internationales les plus fréquentées, en partance du Maroc, au mois d’octobre 2017, la ligne Mohammed V-Paris Orly vient en tête du classement avec 54.183 vols, suivie de Marrakech-Paris Orly avec 53.550 vols, Mohammed V-Paris-CDG avec 47.014 vols, Marrakech-Gatwick avec 32.239 vols et Agadir-Paris Orly avec 32.460 vols.

Le trafic aérien commercial dans les différents aéroports du royaume a totalisé un nombre de passagers de 1.768.458 voyageurs, soit une hausse de +13,34 % par rapport à la même période de l’année 2016.

L’aéroport Mohammed V s’accapare 44 % du trafic, avec un total de passagers de 775.609 voyageurs, soit une croissance de +7,86 % par rapport à une année auparavant.

ARGAN : UNE FILIÈRE À FORT POTENTIEL

Par Fayçal Ismaili – le360.ma – 19/11/2017

Arganier

© Copyright : DR

Kiosque360. Alors que les exportations d’huile d’argan ne dépassaient pas le million de dirhams au début des années 2000, elles se chiffrent désormais à plus de 300 millions de dirhams. Et le meilleur reste à venir…

Des innovations scientifiques seront dévoilées lors du Congrès international de l’arganier qui se tient, cette semaine, à Agadir, annonce Aujourd’hui le Maroc dans sa livraison du 20 novembre. Le quotidien affirme, à ce propos, que le volet recherche et développement est un pilier incontournable pour l’amélioration de la productivité et le renforcement de la valeur ajoutée des filières agricoles. Le Plan Maroc Vert a fait de ce volet une priorité, contribuant ainsi au renforcement et à la préservation des écosystèmes fragiles.

Les exportations d’huile d’argan ont connu une nette amélioration, que ce soit en volume ou en valeur. A fin 2016, les exportations se sont chiffrées à 298,5 millions de dirhams, soit 1.387 tonnes écoulées sur le marché international alors que, vers les années 2000, ce volume ne dépassait pas les 36 tonnes pour la modique somme de 935.000 dirhams.

La performance à l’export fait partie des ambitions du contrat-programme dédié à la filière sur la période 2012–2020 et portant, notamment, sur la réhabilitation de 200.000 hectares d’arganeraie, la domestication de l’arganier et l’extension de sa culture en conduite moderne sur 5.000 hectares. Le contrat a également pour objectif l’augmentation de la production de l’huile d’argan pour atteindre, en 2020, quelque 10.000 tonnes, soit une production annuelle moyenne de 4.000 tonnes.

Entre 2012 et 2017, pas moins de 101.487 hectares d’arganier ont été réhabilités. Et pas moins de 610 projets ont été financés par les pouvoirs publics pour un montant de près de 800 millions de dirhams. Le développement de la filière de l’argan passe également par l’organisation des acteurs et des espaces: 16 périmètres de production d’arganier ont ainsi été mis en place à ce jour, rassemblant 30 coopératives actives et 11 groupements d’intérêts économiques.

Agadir : L’Université Ibn Zohr a le vent en poupe

lematin.ma – 19/11/2017

Agadir - Régions - Le Matin

L’Université Ibn Zohr d’Agadir a enregistré un saut qualitatif au niveau des infrastructures, des formations, des partenariats et de la coopération, a souligné, vendredi à Agadir, le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi. À l’occasion d’une rencontre de communication avec les membres du Conseil de l’Université Ibn Zohr, le secrétaire d’État a noté, dans une déclaration à la MAP, que sa visite s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres au niveau national.

Rappelons que son déplacement à Agadir faite suite à une précédente visite au cours du mois de juillet, durant laquelle «plusieurs remarques ont été relevées» au sujet du fonctionnement de l’Université, le ministre s’est félicité du fait que «l’Université est en train d’évoluer au service de l’étudiant et de l’enseignant chercheur». Il a, par ailleurs, souligné que cette Université est un espace où se reflète l’énorme richesse géographique et linguistique du Maroc, insistant sur la nécessité de mettre en valeur cette richesse en accordant une place de choix à la promotion de la culture et de la langue amazighe et hassanie, comme le stipule la constitution. Durant sa rencontre avec le Conseil de l’Université, il a exposé la vision stratégique du ministère ainsi que son plan d’action à l’avenir, mettant l’accent sur les projets visant à améliorer le rendement des universités marocaines, et ce, dans l’optique de les hisser au rang international. Après Agadir, le ministre devait se rendre à Guelmim, l’une des huit villes qui abritent les différents établissements relevant de l’Université Ibn Zohr qui accueille, au titre de cette année, quelque 120.000 étudiants pour 1.214 enseignants.

Le 4e Congrès International de l’Arganier se déroule à Agadir.

.

agrimaroc.ma – 20/11/2017

Le 4e Congrès International de l’Arganier, qui se déroule à Agadir du 20 au 22 novembre, vise à développer durablement les arganeraies.

Depuis la 1e édition du Congrès International de l’Arganier, organisée en 2011, une dynamique a été enclenchée autour de la filière de l’Argane. La 4e édition, qui débute aujourd’hui, le 20 novembre et se poursuit jusqu’au 22, constitue sans nul doute une étape pour consolider les acquis et traiter des questions d’actualité avec une ouverture sur le concept de développement rural humain intégré comme modèle clés de gestion et de conservation du système socio-économique et écologique « Arganeraie ».

Le Congrès International de l’Arganier, organisé tous les deux ans, est centré sur le renforcement du travail en équipe, l’investigation de nouvelles questions de recherche, l’implication des acteurs et le partage des connaissances scientifiques et techniques entre les chercheurs nationaux et internationaux, les gestionnaires et les acteurs économiques dans la Réserve de Biosphère Arganeraie (RBA).

La 4e édition du Congrès International de l’Arganier est une occasion pour capitaliser les acquis et initier un processus de réflexion multidimensionnelle ouvrant la voie aux nouvelles perspectives de recherche afin de concevoir de nouveaux chemins de développement de la filière de l’arganier et de la RBA sur des bases scientifiques solides. L’ambition étant de capter des contributions scientifiques en mesure d’accompagner le « changement de paradigme » amorcé.

Le programme du Congrès est composé de conférences scientifiques sous formes de sessions qui traitent de divers sujets tels que : les écosystèmes Arganeraie, les biotechnologies et génie génétique au service d’une Arganiculture durable, la valorisation innovante et méthodes d’évaluation des produits de l’Arganeraie, les innovations institutionnelles, juridiques et culturelles à la lumière des mutations socio- écologiques dans l’Arganeraie. Le programme compte également des tables rondes, des sessions posters, des visites de terrain et sera clôturé par le Prix des jeunes chercheurs.

%d blogueurs aiment cette page :