Cette diminution est le résultat de la baisse de 0,3% de l’indice des produits alimentaires et de la hausse de 0,1% de l’indice des produits non alimentaires, explique le HCP dans une note relative à l’IPC du mois d’octobre 2017.

Les baisses des produits alimentaires observées entre septembre et octobre 2017 concernent principalement les «poissons et fruits de mer» avec -3,9%, les «viandes» (-2,3%), les «fruits» (-1,1%) et le «café, thé et cacao» (-0,7%), indique la même source, relevant que les prix ont toutefois, augmenté de 2,2% pour les «légumes», de 1,9% pour les «huiles et graisses» et de 0,3% pour le «lait, fromage et œufs».

Pour les produits non alimentaires, la hausse a concerné principalement les «carburants» avec 0,9%, souligne le HCP.

Par ville, la note fait ressortir que les baisses les plus importantes de l’IPC ont été enregistrées à Settat avec -0,8%, à Al-Hoceima (-0,5%), à Casablanca et Agadir (-0,4%) et à Kénitra, Tétouan et Béni-Mellal (-0,3%), tandis que les hausses les plus importantes ont été enregistrées à Guelmim avec 0,9%, à Safi (0,4%), à Oujda (0,3%) et à Fès et Tanger (0,2%).

Comparé au même mois de l’année précédente, l’indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 0,6% au cours du mois d’octobre 2017 conséquence de la hausse de l’indice des produits non alimentaires de 1,3% et de la baisse de celui des produits alimentaires de 0,2%, fait remarquer le HCP, ajoutant que pour les produits non alimentaires, les variations vont d’une stagnation dans la «communication» à une hausse de 3,2% dans les «restaurants et hôtels».

Dans ces conditions, l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois d’octobre 2017 une baisse de 0,3% par rapport au mois de septembre 2017 et une hausse de 1,1% par rapport au mois d’octobre 2016, conclut la note.