Transport maritime : Les nouveaux projets de CMA CGM

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 24/11/2017

  • Morocco Express, une offre RORO écologique opérationnelle depuis peu
  • Un 1er conteneur Aquaviva permettant de transporter coquillages et crustacés vivants
  • Un service d’exportation vers l’Afrique de l’Ouest lancé prochainement

Résultat de recherche d'images pour "cma cgm"

Un nouveau service sera bientôt lancé vers l’Afrique de l’Ouest par le Groupe CMA CGM, ainsi que vient de l’annoncer récemment Rodolphe Saadé, Directeur général du Groupe. «Notre optique est de développer de nouveaux partenariats avec nos clients sur toute la supply-chain et de financer des projets pour encourager les entreprises», a-t-il ajouté.

Présent au Maroc depuis 2002, l’armateur français assure un déploiement au niveau national. En 2017, trois nouvelles lignes maritimes innovantes ont été mises en place afin de renforcer l’offre et répondre aux attentes des importateurs et exportateurs: «Wazzan Tow» connectant le Maroc au Bénin, à la Côte d’Ivoire, au Ghana et au Liberia, est venu renforcer «Wazzan One» qui dessert les Canaries, la Mauritanie, le Sénégal et L’Espagne. Et «Morocco Express», une nouvelle offre RORO écologique lancée il y a quelques semaines pour répondre au besoin des clients marocains en matière de transports de remorques routières.

Ce service relie plus rapidement le Maroc au sud de l’Europe (Marseille, Gènes, Port Vendres). Enfin, «Black Sea Med Express 1 » qui permet de relier le pays aux principaux ports de l’Est méditerranéen et de la mer Noire.  En gros, plus de 80 ports sont ainsi desservis en direct depuis le Maroc.

Dans le transport réfrigéré, les déploiements sur la mer Noire et le Moyen-Orient et l’expérimentation d’expéditions sous atmosphère contrôlée des produits frais sur les marchés lointains se poursuivent en tant que projets stratégiques de CMA CGM au Maroc. Cette semaine, un premier conteneur Aquaviva qui permet de transporter des coquillages et crustacés vivants, a été livré par le groupe qui espère, début 2018, pouvoir débuter les premières exportations.

Rodolphe Saadé a aussi annoncé la décision du groupe de motoriser ses prochains navires de 22,000 EVP livrés en 2020 au GNL, un gaz propre permettant de réduire de 25% les émissions de CO2 et de supprimer quasiment toute émission de particules fines. Ces navires innovants font escale à Tanger et seront positionnés entre l’Asie et l’Europe.

Leader du transport Reefer…

transport-maritime-055.gif

Au Maroc, CMA CGM est le premier vecteur des exportations de produits agricoles réfrigérés. Cet armateur se distingue par une haute expertise Reefer au sein de ses bureaux  d’Agadir et de Casablanca, la plus importante flotte Genset au Maroc, des équipements adaptés aux 40’RH et une capacité moyenne de 500 EVP Reefer par navire. Afin de préserver la qualité des produits périssables jusqu’à leur destination finale, ces conteneurs Reefer utilisent les dernières technologies: contrôle de la température (-35 °C à 30 °C) de l’atmosphère, de l’humidité, du refroidissement et de la circulation de l’air.

Publicités

Agadir : Une foire met en valeur les activités génératrices de revenu de l’INDH

lematin.ma – 23/11/2017

Près de 75 participants, entre porteurs de projets, coopératives ou sociétés en nom collectif (SNC) exposent leurs bonnes pratiques et divers produits réalisés grâce au soutien de l'INDH.Près de 75 participants, entre porteurs de projets, coopératives ou sociétés en nom collectif (SNC) exposent leurs bonnes pratiques et divers produits réalisés grâce au soutien de l’INDH.

La ville d’Agadir accueille une foire de l’économie sociale et solidaire qui met en valeur la diversité des activités génératrices de revenu (AGR), financées dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). La foire réunit cette année, sur un espace aménagé sur la corniche de la ville, près de 75 participants, femmes et hommes, entre porteurs de projets, coopératives ou sociétés en nom collectif (SNC) qui exposent leurs bonnes pratiques et divers produits réalisés grâce au soutien de l’INDH. Au fil des ans, ce village auquel prennent part des bénéficiaires relevant de l’ensemble des communes d’Agadir Idaoutanane, s’est affirmé comme un carrefour d’échange et de partage des différentes expériences en la matière, a déclaré à la MAP Salwa Benkirane, chef du service social à la préfecture d’Agadir Idaoutanane.

La foire met en valeur la diversité et la richesse des produits de l’économie sociale et solidaire de la région et renforce les capacités productives des opérateurs et la commercialisation de leurs produits. «On a appris les uns des autres comment produire, comment vendre ou exporter. Des formations sont organisées tout au long de l’année», a souligné Mme Benkirane. Un nouvel appel à projets AGR 2017 vient d’être lancé. Les quelque 160 projets soumis sont examinés par une commission technique avant d’être approuvés par la Commission préfectorale de l’INDH. Conformément à l’esprit et la philosophie de ce chantier national, lancé en mai 2005 par S.M. le Roi Mohammed VI, les coopératives et les associations ont largement bénéficié des AGR contribuant ainsi à la construction d’une économie solidaire au service du développement durable.

Ouverture à Agadir du Salon international des fruits et légumes et de l’agro-industrie

MAP – medias24.com – 24/11/2017

Résultat de recherche d'images pour "SIFEL Mafex"

Le coup d’envoi a été donné jeudi à Agadir au Salon international de la filière fruits et légumes (SIFEL) et au Salon de l’agro-industrie Maghreb Food Exhibition (MAFEX). Les deux salons se tiennent pour la première fois en même temps et sur le même site, le Parc Agadir-Expo, à la demande des agro-industriels marocains et des organisations interprofessionnelles avec l’ambition de favoriser les affaires et drainer plus de visiteurs professionnels nationaux et internationaux.

L’évènement, dont la cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence notamment du Secrétaire général du ministère de l’Agriculture accompagné du wali de la région de Souss-Massa, connait une présence de professionnels marocains et de pays étrangers, notamment d’Afrique et d’Asie.

Pour le comité d’organisation, l’alliance stratégique entre le MAFEX et le SIFEL, plébiscitée par les fédérations et les associations professionnelles, supports officiels des deux salons, offre aux participants une complémentarité idéale et un cadre propice aux affaires dans une région très dynamique dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche maritime et de l’agro-industrie.

L’Association marocaine des producteurs et producteurs exportateurs des fruits et légumes (APEFEL), basée à Agadir, entend faire de cette édition du SIFEL une vitrine nationale et internationale du secteur des fruits et légumes au Maroc, et particulièrement de la région de Souss Massa qui exporte au niveau national plus de 86 pc de primeurs et plus de 96 pc de tomates.

Accompagnateur du Plan Maroc Vert, le salon a été ponctué, au fil des ans, par la signature des conventions d’agrégation, des accords d’approvisionnement et la participation en force de pays de choix, dont la Chine, la Russie, le Chili, Pérou, ainsi que de nombreux pays d’Afrique.

Dans une déclaration à la MAP, le président de l’APEFEL a souligné que le SIFEL se tient néanmoins cette année dans une conjoncture particulière pour la filière, surtout les légumes et en particulier les tomates, expliquant que depuis deux saisons, la rareté de la pluviométrie et l’impact de certaines maladies et insectes pénalise la production qui a accusé une baisse.

Il a toutefois relevé l’importance de ce rendez-vous pour explorer les nouveautés de secteur et, en parallèle, tenir des rencontres entre producteurs, investisseurs et exportateurs des produits marocains.

« La nouveauté cette année porte sur les sujets proposés au débat, et qui peuvent apporter un plus au secteur, en l’occurrence le grand projet de dessalement de l’eau de mer à Chtouka Ait-Baha et la question de la fiscalité », a-t-il dit ajoutant que les producteurs et les agriculteurs de la région sont appelés à tirer profit des débats et des rencontres b-to-b et être pour être au fait des nouveautés sur ces sujets.

Pour faire face aux défis de la gestion des ressources hydriques, et de pérenniser l’activité agricole florissante dans la région du Souss, un important projet verra le jour à Chtouka Ait-Baha avec la réalisation d’ici 2022 de la station de dessalement de l’eau de mer pour les besoins de l’irrigation et pour l’approvisionnement en eau potable.

Ce mégaprojet initié par le ministère de l’Agriculture fait partie des mesures phares consentis pour la conservation des ressources en eau dans le Souss-Massa et le soutien à la mise en place à une large échelle du système d’irrigation goutte-à-goutte.

Le salon d’Agadir, qui se poursuit jusqu’au 26 novembre, donne l’occasion aux visiteurs de découvrir les avancées pour les différents maillons de la chaine de valeur de la filière et constitue un espace d’échange pour les professionnels du secteur agricole et agro-industriels avec leurs homologues étrangers.

Agadir – Congrès international de l’arganier : Cap sur la recherche scientifique

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 24/11/2017

  • Ecosystème, amélioration génétique, valorisation innovante… les axes traités
  • Lancement d’un nouveau programme de bourses pour les chercheurs en 2018

congrès international d'arganier

Affluence massive au Congrès international de l’arganier qui a pris fin ce mercredi à Agadir. Cette 4e édition est l’occasion d’initier de nouvelles perspectives de recherche pour le développement de la filière de l’arganier et de la Réserve de biosphère de l’arganeraie (RBA) sur des bases scientifiques solides.

L’Agence nationale de développement des zones oasiennes et de l’arganier (Andzoa) s’étant donnée pour mission de soutenir la recherche scientifique à travers plusieurs actions dont l’organisation de cette manifestation internationale. «Nous encourageons la recherche scientifique œuvrant dans les thématiques prioritaires, relatives à la réhabilitation, la préservation, développement de l’arganier et la valorisation de ses produits et en partenariat avec toutes les parties prenantes», a déclaré Aziz Akhannouch, Ministre de tutelle.

Au programme de cette 4e édition du Congrès, des conférences, ateliers et tables-rondes traitant de différents axes comme l’écosystème de l’arganeraie, l’amélioration génétique, la valorisation innovante des produits de l’arganeraie. Et les innovations institutionnelles, juridiques et culturelles à la lumière des mutations socio-écologiques dans l’arganeraie.

Afin de renforcer la recherche appliquée sur la filière de l’Argan, une convention a d’ailleurs été signée entre l’interprofession et l’Institut national de recherche agronomique (INRA) en 2016 pour une enveloppe budgétaire de 5 millions de DH sur une durée de trois ans (2016-2018). Les principaux axes de cette convention portent sur l’amélioration génétique, la création variétale et la sélection des plants performants de l’arganier; la multiplication des plants sélectionnés et leur production à grande échelle.

De même que l’élaboration des références techniques de conduite des vergers modernes d’arganier agricole et valorisation de l’arganier et de ses produits. L’Andzoa, le Groupe Lafarge Maroc et l’Agrotech ont octroyé dans le cadre d’un partenariat public-privé, des bourses aux jeunes chercheurs travaillant sur des thématiques liées à l’arganier.

Un nouveau programme de bourses sera lancé en 2018 en partenariat avec d’autres acteurs. Pour rappel, la filière de l’arganier s’illustre par l’évolution enregistrée en matière d’exportation de l’huile d’argan qui est de 1387 tonnes en 2016 pour une valeur de 298 millions de DH.

Un Centre national en perspective

Le Centre national de l’Arganier, dont la mise en œuvre est en cours par l’Andzoa avec l’appui de la GIZ, permettra de canaliser les efforts de tous les acteurs scientifiques et professionnels de la filière. Cette structure se positionnera comme pôle de promotion du patrimoine culturel de l’arganier et d’appui à une recherche d’excellence. Sa mission sera d’identifier les priorités et de développer le financement de programmes d’interprétation du patrimoine et de recherche. Tout en assurant la capitalisation des connaissances en partenariat avec les différents acteurs et parties prenantes. Ce centre sera installé en pleine arganeraie et disposera des compétences spécialisées pour dispenser un service de proximité de haut niveau au profit des différents partenaires de la filière.

%d blogueurs aiment cette page :