Le Blog d'Agadir

Le Festival TalGuit’art débute demain à Talborjt

Voici le programme du Festival qui se déroulera du 1er au 3 Février
au Jardin d’Olhao à Talborjt :

La 8e édition du festival des amandiers de Tafraout se déroulera du 15 au 18 mars 2018

agrimaroc.ma – 31/03/2018

8e édition du festival des amandiers de Tafraout

La nouvelle édition du festival des amandiers de Tafraout sera organisé en mars prochain sur le thème « Terre d’amandier, terroir d’avenir »

Cette manifestation se veut à la fois un carrefour économique, culturel et artistique et un levier pour le développement de la filière amandier dans la région, indique un communiqué de l’association « Louz Tafraout » qui organise le festival en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et l’Arganier (ANDZOA).

Initiée avec l’appui également du conseil de la région Souss-Massa, la province de Tiznit et la municipalité de Tafraout, le festival ambitionne de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Anti-Atlas et à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations locales à travers la consolidation des principes de l’économie sociale et solidaire, ajoute la même source.

Outre une foire des produits du terroir, le programme de cette édition comprend des conférences et ateliers destinés à faire le point sur les actions entreprises pour améliorer le secteur des amandiers, ainsi que des activités culturelles et des soirées artistiques.

Espoir Maroc offre de l’emploi aux handicapés

par Karim Agoumi – leconomiste.com – 30/01/2018

  • L’association lance un projet stratégique en partenariat avec le MEPI
  • 55 candidats seront recrutés par plus de 15 grandes entreprises
  • Un moyen de faciliter l’insertion socio-économique de cette population
espoir-maroc-handicapes-098.jpg

L’association Espoir Maroc vient de lancer un programme stratégique destiné à favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Près de 55 postes vacants au sein de plusieurs grands groupes tels que Lafarge ou encore Oulmes leur seront dédiés (Ph. E.M.)

Favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées et changer le regard des employeurs à leur égard. C’est dans ce sens que l’association «Espoir Maroc» vient de signer un partenariat stratégique en partenariat avec le prestigieux «Middle East Partnership Initiative» (MEPI). Un programme ambitieux qui offrira un emploi au sein d’une grande entreprise à plusieurs dizaines de candidats aux capacités limitées mais aux atouts bien réels.

Un projet financé par le gouvernement américain et qui s’étalera sur une durée de 12 mois au cours de laquelle plus d’une quinzaine de grands organismes, dont Lafarge ou encore Oulmes, recruteront plus de 55 candidats en situation de handicap (PSH). Sélectionnés en amont en fonction des besoins «réels» des entreprises, ceux-ci bénéficieront ensuite d’une formation dispensée par des professionnels du métier.

Des modules pédagogiques et soigneusement adaptés au sein desquels ils intègreront les compétences clés requises pour occuper leur nouveau poste et seront rigoureusement familiarisés avec le domaine d’activité du groupe. Au total, plus de 150 handicapés seront «mis à niveau» au niveau de six villes du Royaume dont notamment Agadir, Casablanca ou encore Rabat.

«Former ces personnes handicapées constitue une étape cruciale pour réussir leur entrée dans le monde du travail», souligne ainsi le président d’Espoir Maroc Karim Idrissi Kaitouni. Une fois rodés et insérés au sein de l’entreprise, les candidats en question bénéficieront d’un suivi de trois mois ainsi que d’un accompagnement personnalisé. «Un moyen de les soutenir pour faire face aux éventuelles difficultés rencontrées», ponctue Idrissi.

L’évènement fera également la part belle à l’entrepreneuriat. Ainsi, pas moins de cinq projets d’auto-emploi seront accompagnés. «Une dimension essentielle pour notre projet et qui valorisera la créativité et la prise d’initiative des personnes en situation de handicap», précise le Président.

Un programme qui vise dans un premier temps à faciliter l’insertion socio-économique des handicapés. Mais pas seulement. Changer les mentalités des entreprises en les poussant à intégrer cette population au même titre que les autres salariés fait également partie des objectifs cruciaux du projet. Un combat qui concerne chacun d’entre nous et qui ne doit laisser personne indifférent. «Personne n’est à l’abri. 80% des PSH le deviennent au cours de leur vie», conclut Idrissi.

Maroc : le TGV devrait arriver jusqu’à Agadir

bladi.net – 30/01/2018

© Copyright : DR

Alors que la première ligne TGV qui relie Tanger à Casablanca doit être lancée au plus tard au second semestre de cette année, d’autres lignes sont déjà prévues dans le plan ferroviaire pour un total de 1.500 kilomètres.

Selon le journal Aujourd’hui le Maroc, le plan ferroviaire établi par le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique à l’horizon 2040 prévoit la construction de 1.500 kilomètres de lignes à grande vitesse.

La première ligne (Tanger – Casablanca) va se poursuivre jusqu’à Agadir en desservant les villes de Marrakech et Essaouira. Une deuxième ligne partira d’Oujda en passant par Taourirt, Fès, Meknès, Rabat, Mohammedia, Settat, Benguerir, Marrakech et Essaouira.

Toujours d’après le journal, le plan prévoit également la construction de lignes classiques, comme celle qui va desservir Meknès à Kasba Tadla en passant par Azrou et Midelt. De même qu’une autre qui connectera Beni Mellal à Errachidia, en passant par El Kelaa des Sraghna, Marrakech, Ouarzazate, Zagora et Tinghir.

Choucroute les 10/11 février et soirée Carnaval le 3 mars au Riad Anma Taroudant

2 ème REPAS CHOUCROUTE AU RIAD ANMA

Samedi et dimanche 10/11,fèvrier

Choucroute garnie avec charcuteries maisons

Dessert Alsacien

Prix 150 Dhs / personne

Sur réservation

AU RIAD ANMA

Par mail :  info@riadanma.com

Ou par tel : 0607724556 / 0679922979


RIAANMA

Soirée  carnaval

Le Riad ANMA vous convie à sa soirée Carnaval

 le samedi 3 Mars à 19 heures

AU MENU :

-Minis brochettes méli mélo

-Trio de galettes farcies (émincé de bœuf curry, émincé de porc paprika ,émincé de dinde au miel-romarin)

Ou  galettes au poisson  et fruits de mer

-gaufres

Déguisement ou touche carnavalesque  bienvenu !

Prix :130 dhs / personne

Réservation obligatoire

Lettre d’information de Français du monde – ADFE

Stratégie de développement des industries agroalimentaires dans le Souss-Massa

agrimaroc.ma-MAP – 29/01/2018

Développement des industries agroalimentaires dans le Souss-Massa

La déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la région de Souss-Massa permettra la dynamisation de l’investissement dans ce secteur, a souligné le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.

La convention pour la déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la région de Souss-Massa, signé dimanche sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, permettra aux investisseurs de bénéficier d’avantages incitatifs, a affirmé M. Akhannouch dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle pour la région de Souss-Massa.

Citant les potentialités dont dispose la région de Souss-Massa en matière d’agriculture et de pêche maritime, M. Akhannouch a indiqué que la Convention pour le financement du Programme de développement des Industries agroalimentaires, signée également à cette occasion, tend à accompagner le développement de la production agricole, à travers notamment la valorisation des produits.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, dimanche à Agadir, la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 dans la région de Souss-Massa et de signature de huit conventions et d’un protocole y afférents.

Le projet industriel de Souss-Massa, qui amorce la déclinaison régionale de la stratégie industrielle nationale, s’inscrit dans la Vision Royale qui prône, à travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région.

Investissement : Jackpot dans le Souss-Massa

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 29/01/2018

  • Près de 18 milliards de DH et plus de 12.700 emplois à la clé
  • Avec 62% des investissements captés, Agadir accapare le gros du lot
  • Le secteur du tourisme attire les convoitises
investissment_souss_massa_097.jpg

C’est dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane que se concentre 63% des projets traités favorablement et qui vont drainer plus de 9.000 emplois. Avec un montant de 11 milliards de DH, Agadir accapare ainsi 62% des investissements injectés dans la région Souss Massa

Bilan positif pour l’entrepreneuriat dans la région Souss Massa. L’année 2017 se clôturant avec un montant global d’investissement de plus de 18 milliards de DH, soit plus de 491% par rapport à 2016. A terme, les 213 projets ayant reçu un avis favorable vont générer la création de près de 12.793 emplois, ce qui représente une évolution de 153,7% en comparaison avec 2016, selon les données fournies par le Centre régional d’investissement (CRI) Souss Massa.

Et c’est le tourisme qui vient en tête des investissements approuvés (37,39%). Il est talonné par les services (29,43%) et le BTP (25,39%). L’artisanat, le commerce et les mines ne représentent respectivement que 3,96%, 2,89% et 0,93%. Quant à l’artisanat, il fait pâle figure avec 0,02%. C’est dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane que se concentrent 63% des projets traités favorablement et qui vont drainer plus de 9.000 emplois.

Avec un montant de 11 milliards de DH, Agadir accapare 62% des investissements injectés dans la région Souss Massa. Parmi les projets phares, celui du palais des congrès à Agadir, pour une enveloppe d’investissement de 1,47 milliard de DH. L’offre touristique de la destination va être consolidée au niveau de la nouvelle station touristique de Taghazout par la réalisation d’un complexe hôtelier 5* de 500 chambres.

Il s’agit de l’hôtel «Riu Tikida Argane Bay Taghazout» pour un montant de 912,5 millions de DH et 357 emplois directs à terme. Le projet d’un hôtel 5* de 205 clés sous l’enseigne «Hyatt Regency» sera réalisé pour un investissement de 520 millions de DH et permettra de créer 300 emplois directs. La réalisation d’une RIPT «Taghazout Bay» et d’un hôtel 5* d’une capacité de 400 chambres, par la société «Pickalbatros Morocco For Tourism and Investment» sont aussi au programme.

Une convention a par ailleurs été signée avec l’Etat pour 7 nouvelles composantes au niveau de la station, indique le CRI. Elle  regroupe un hôtel Hilton, un Marriott, une académie de tennis, une académie de golf, un centre de l’arganier, un beach club et un parc à thèmes pour un investissement global de 964 millions de DH qui généreront 545 emplois directs.

En termes d’animation touristique, un parc d’attraction sera réalisé à Anza par la société «Agadir Delfin World» pour 7,5 millions de DH et 20 postes directs à la clé.

La santé en plein essor

Le projet de la station de dessalement d’eau de mer présenté par les sociétés «Seda» et «Amane El Baraka» a permis en 2017 de donner un élan au secteur des services qui représente 29% du total des investissements engagés dans la région. La future station, qui s’étale sur près de 20 ha, au niveau de la commune Inchaden, Province de Chtouka Aït Baha, nécessitera un investissement global de 4,4 milliards de DH et permettra de créer environ 627 emplois. D’autres projets, validés en 2017, viennent consolider le positionnement de la ville d’Agadir comme destination de santé et de bien-être. Ils seront positionnés dans le sillage du futur CHU. Il s’agit d’un centre de cardiologie présenté par la société «Moroccan Heart Care» pour une enveloppe de 40 millions de DH et d’une clinique spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brûlés et esthétique. Portée par  la société SA2, cette dernière nécessitera un investissement de 38 millions de DH et aura une capacité de 24 chambres et 6 suites. Parmi les autres projets validés, celui de la création d’une clinique spécialisée en radiothérapie et chirurgie plastique sous la dénomination de «Clinique des Roses» pour une capacité de 60 lits. De même qu’une académie de formation dans les métiers de la santé à réaliser sur une superficie de 4.723 m2 par la société «Agadir Health Center».

Agadir a bien profité du CHAN

par Fayçal Ismaili – le360.ma – 29/01/2018

Stade d'Agadir

Le Stade Adrar d’une capacité de 45 480 places.

La ville d’Agadir qui a abrité les matchs du groupe 4 lors du CHAN a, semble-t-il, accompli sa mission et les retombées économiques ne sont pas négligeables.

Quatre villes accueillent en ce moment même le Championnat d’Afrique des Nations, Casablanca, Marrakech, Tanger et Agadir. La capitale de la région du Souss a parfaitement accompli sa mission, selon le quotidien arabophone Al Akhbar daté du 30 janvier. Selon un membre du comité d’organisation, Agadir a réussi le pari dans tous les domaines.

Que ce soit sur le volet sportif, hôtelier, logistique et sécuritaire aucune fausse note n’a été signalée, selon les organisateurs. La présence du public est l’un des points forts de cette compétition, à Agadir en particulier. Le quotidien rapporte que le stade Adrar a accueilli 12.700 spectateurs lors de la première rencontre et plus de 18.000 ont assisté au second match.

Dans ce sens, il faut signaler que les organisateurs ont mis gracieusement à la disposition des spectateurs le nombre de bus nécessaire. Pour Marrakech, les fans de football ont aussi été transportés du centre-ville jusqu’au stade pour suivre les matchs. Pour rappel, les deux terrains se trouvent à l’extrémité des deux villes.

Pour l’un des organisateurs, la ville d’Agadir a beaucoup gagné économiquement parlant. Plusieurs acteurs ont profité de façon directe ou indirecte de l’organisation et du bon déroulement de la compétition. Il s’agit évidemment des établissements hôteliers, des sociétés de transports, des restaurants en plus des imprimeries. Cela dit, il faut attendre la fin du CHAN pour évaluer l’ensemble de ces aspects. À ce moment-là, il sera possible d’apprécier à sa juste valeur les retombées économiques pour chacune des villes, selon le quotidien.

Agadir/Traitement des déchets ménagers : Ciments du Maroc s’implique

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/01/2018

  • Une nouvelle plateforme pour un investissement de 100 millions de DH
  • Les déchets de la ville serviront à produire du combustible alternatif pour son four
ciment-du-maroc-098.jpg

L’usine d’Aït Baha est l’une des cimenteries les plus modernes dans le monde. Elle est à la pointe de la technologie en matière de protection de l’environnement et d’économie d’énergie et d’eau. A son actif, la certification du Système de management énergétique ISO 50001 2011 et aussi ISO 14001 (Ph. CDM)

Un investissement de 100 millions de DH pour un gain en développement durable inestimable. Le dernier projet de Ciments du Maroc, dont la convention a été signée devant le Souverain dimanche dernier à Agadir, permettra à la ville de «respirer» un air moins encombré et au groupe de produire encore plus propre. Elle porte sur la construction d’une plateforme pour le traitement des déchets ménagers issus des refus du centre de tri de la nouvelle décharge contrôlée de la ville.

La nouvelle plateforme, qui générera à terme 50 emplois, permettra le traitement de 150.000 tonnes de déchets ménagers bruts pour la production d’un combustible propre à la cimenterie permettant la substitution de 35.000 tonnes de combustibles fossiles qui sont aujourd’hui importés.

Le programme prévu dans cette convention, qui s’inscrit dans la politique nationale du développement durable, permettra la réduction des importations des combustibles fossiles et des impacts environnementaux des décharges. De même que la diminution des quantités de lixiviats et des déchets destinés à l’enfouissement.

C’est ainsi que l’augmentation du taux de valorisation et de recyclage constitue une contribution importante aux objectifs nationaux du Programme national des déchets ménagers (PNDM). La production d’un combustible alternatif, qui sera aussi utilisé comme inflammable secondaire pour alimenter le four de la cimenterie, apporte une contribution à l’effort national en matière  de réduction des gaz à effet de serre. In fine, la plateforme contribuera à apporter une solution écologique à la problématique des déchets ménagers, mais aussi agricoles, plastiques et autres déchets de la région d’Agadir.

Elle a été conclue avec le ministère de l’Economie et des Finances, le ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, la wilaya de la région Souss Massa, le Conseil régional de Souss Massa et le groupe LH

Pour rappel, Ciments du Maroc, filiale de Heidelberg Cement Group, met en œuvre une stratégie environnementale en ligne avec les orientations du Maroc en matière de développement durable. Ses trois usines à Ait Baha, Safi et Marrakech, sont équipées de dispositifs les plus modernes pour la valorisation énergétique des déchets et pour le contrôle des émissions et des rejets avec une capacité totale annuelle de plus de 100.000 tonnes.

A la pointe de la technologie

L’usine d’Aït Baha, mise en service en 2010, est l’une des cimenteries les plus modernes dans le monde. Certifiée ISO 14001 en 2013, elle a bénéficié des technologies les plus avancées en matière de protection de l’environnement et d’économie d’énergie et d’eau. Sa capacité de production  est de 2,2 millions de tonnes de ciment, facilement extensible au double. Implantée sur une surface de 100 hectares, cette structure a nécessité un investissement de 3,5 milliards de DH et a généré près de 400 emplois directs et indirects. L’usine d’Ait Baha, qui exporte également du clinker vers l’Afrique subsaharienne, est composée d’une ligne de cuisson de 5.000 t/j, ce qui en fait actuellement le plus gros four au Maroc. Elle comprend aussi deux broyeurs à ciment verticaux, un atelier d’ensachage et de chargement mécanisé de haute performance (8 000 t/j) et un atelier de palettisation. Les technologies déployées dans cette usine lui confèrent des performances énergétiques et environnementales des plus économiques. C’est d’ailleurs l’une des rares au monde à être dotée d’une technologie de cogénération pour la production d’électricité à partir de la chaleur résiduelle des gaz de four, traditionnellement rejetés dans l’atmosphère. En 2014, la cimenterie d’Aït Baha a obtenu la certification du Système de management énergétique ISO 50001 2011. Une première au Maroc.

Déclinaison Régionale du Plan d’Accélération Industrielle pour le Souss-Massa

.

Suite à la Cérémonie de présentation du Plan Régional d’Accélération industrielle du Souss-Massa, Présidée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, le 28 janvier 2018 à Agadir, avait lieu ce matin une conférence de presse dans la Salle des Conférences de l’Hôtel Royal Atlas d’Agadir pour détailler le contenu de ce Plan.

La salle était pleine pour accueillir cette conférence :

Ce séminaire s’est déroulé en présence de  (de gauche à droite) :
M. Omar Halli,Président de l’Université Ibn Zohr ;
M. Khalil Nazih, Directeur du Centre Régional d’Investissement Souss Massa ;
M. Brahim Hafidi Président du Conseil Régional Souss Massa ;
et M. Mohamed el Mouden Vice-Président de la Chambre de Commerce d’industrie et Services d’Agadir,

Chacun a pris la parole pour donner les éclaircissements sur ce plan d’accélération industrielle et insisté sur toutes les incitations, encouragements et facilitations faites aux entreprises pour leurs investissements dans les domaines industriel et agroalimentaire, ainsi que pour la satisfaction des besoins en ressources humaines…

M. Brahim Hafidi
M. Omar Halli
M. Mohamed el Mouden
M. Khalil Nazih

Voici, en détail le contenu de ce Plan Régional d’Accélération industrielle du Souss-Massa :

Photos M. Terrier

Concert du trio Majid Bekkass le 2 février à Agadir (à ne pas rater !)

Madame Rabia et Monsieur Driss El Maloumi de l’Association Madar invitent toute la communauté française d’Agadir au concert du Trio Majid Bekkass qui aura lieu le vendredi 2 février à 20 heures dans la salle Brahim Radi de la Municipalité.

Beaucoup d’entre nous ont déjà pu apprécier le précédent concert organisé par Madar : le quatuor de guitares espagnoles « Entre Quatro » qui a eu lieu le 8 décembre dernier.

Majid Bekkas est un musicien marocain multi-instrumentiste, compositeur, et ex professeur de guitare classique. Il est également codirecteur artistique du festival « Jazz au Chellah » à Rabat depuis 1996. Amateur des fusions entre la musique traditionnelle gnaoui et le blues afro-américain, il participe depuis quelques années à différents projets et festivals de jazz internationaux.

Voici pour vous donner envie de venir le voir, un morceau interprété par Majid Bekkas : guembri et chant, Simo el Babarti : saxo soprano  et Amine el Bliha aux percussions : Why (Manandabo)

Communiqué de l’UFE pour la Saint-Valentin

de Christian Trouiller 

 

 

Cher valentin ,

                                                      Chère valentine ,

          Nous vous attendons le mercredi 14 février pour une journée conviviale et de folie autour de la piscine d ‘ ATLANTICA PARC à Imi Ouadar (  27 km au nord d’Agadir ) .

PROGRAMME   /   MODALITES

           Rassemblement / Covoiturage gratuit : parking au bas de la kasbah   11 H 00 / Départ 11 H 30

Responsable du déplacement : designé ultérieurement

Déjeuner / Guinguette / Sketchs / Accès piscines / Tombola : 200 dhs / Personne

18 H 00 Fin des hostilités

 

Accueil au parc : Cricri

           Animation guinguette ( J . Claude )

           Intendance  liquide à votre charge ( glacières ) / Apéro / Bouteilles acceptées sur la table

Menu

Amuse – bouches

Tartare Avocat Gambas Escalope filet de bœuf cordon bleu

Ou

Lotte sauce pistou

Cœur de fraisier Election Roméo Juliette

 

            Thème : Tenue Couleur  Obligatoire

Déguisement facultatif

Couples :

          Homme : tenue Barclay blanche

            Femme  : tenue Amour rouge

  Célibataires :  Homme / femme , toute autre couleur !

   Règlement : permanence UFE le Mercredi entre 11 H 00 et MIDI ( Espèces ) ou laisser une enveloppe avec votre nom .

Bienvenue aux 80 premiers inscrits ……….Confirmation par mail : cricritrouiller@yahoo.fr

Inscriptions closes le lundi 5 février Renseignements / Contact Cricri : 06 49 19 57 80

La Zone Franche d’Agadir, un projet structurant à forte valeur ajoutée (M. Zaghnoun)

mapexpress.ma – 29/01/2018

Résultat de recherche d'images pour "Zone Franche Industrielle d’Agadir"

La Zone Franche Industrielle d’Agadir, dont la convention a été signée dimanche sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, est un projet structurant à forte valeur ajoutée, a souligné le président du Conseil de Surveillance de la société MEDZ, Abdellatif Zaghnoun.

Portant sur une zone de 300 ha, ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du chantier de la régionalisation avancée et en droite ligne des objectifs du Plan d’Accélération Industrielle (PAI), a affirmé M. Zaghnoun dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du PAI pour la région de Souss-Massa.

Ce projet traduit la volonté de l’Etat de mettre à la disposition des investisseurs une plateforme pour accueillir leurs projets avec toutes les infrastructures d’accès nécessaires, a ajouté M. Zaghnoun, notant que le rôle de la société MEDZ est de réaliser l’ensemble des études techniques, urbanistiques, commerciales et de marché.

La Zone Franche Industrielle d’Agadir sera intégrée dans une zone urbaine et donnera accès à un foncier industriel aux standards internationaux et à des prix compétitifs. Cette zone franche permettra de renforcer l’attractivité de la Région et d’y drainer des activités exportatrices et créatrices d’emplois.

Souss-Massa : les téléphones portables interdits dans les établissement scolaires

lesiteinfo.com – 29/01/2018

DR

C’est officiel. L’utilisation des téléphones portables est interdite dans les établissements scolaires de la région de Souss-Massa.

 C’est à travers une note de l’Académie  régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Souss Massa, que cette décision a été annoncée. Elle ne concerne pas que les élèves et étudiants, mais également les enseignants et le personnel, qui ne pourront plus utiliser leurs téléphones en classe.

Il faudrait préciser que cette décision était déjà inscrite dans la stratégie de l’enseignement pour 2015-2017, mais n’a jamais été appliquée. En ce qui concerne les sanctions qui pourraient suivre, elles n’ont pas été précisées par l’Académie.

Le Maroc en demi-finale du CHAN pour la première fois de son histoire

par  Abderrahmane Ichi – lematin.ma – 29/01/2018

Le Maroc en demi-finale du CHAN pour la première fois de son histoire

 

Mission accomplie pour l’équipe nationale des joueurs locaux. Badr Banoun et ses coéquipiers sont en demi-finale du Championnat d’Afrique des joueurs locaux après leur succès probant samedi à Casablanca sur la Namibie (2-0). Ayoub El Kaabi (36e) et Salahedddine Saïdi (54) ont offert la victoire au Maroc, pour la plus grande joie des 36.000 supporters marocains acquis entièrement à la cause des Lions de la Botola. Le Maroc disputera mercredi 31 janvier la demi-finale du CHAN.

 Le Maroc disputera mercredi 31 janvier la demi-finale du Chan. Il affrontera le vainqueur de la rencontre Libye-Congo qui devait se jouer dimanche au Grand Stade d’Agadir. Samedi, dans une ambiance indescriptible, les hommes de Jamal Sellami ont mis fin au rêve des Brave Warriors en s’imposant avec l’art et la manière (2-0). Ils ont réalisé un match énorme. Sellami, qui avait commencé le tournoi avec un 4-3-3, a opté face à la Namibie pour un schéma tactique de 4-4-2. Ce système a permis au onze national d’exercer un pressing infernal sur la Namibie afin de l’empêcher de jouer. Une tactique qui a donné ses fruits puisque le Maroc a pris à la gorge son adversaire du jour dès le coup d’envoi de la partie. Ayoub El Kaabi (15e), Ismaël El Haddad (25e) et Badr Banoun (30e) ont tous eu une balle de but dans les pieds, mais aucun ne l’a concrétisée.

C’est à la 36e minute qu’Ayoub El Kaabi débloque la situation. L’attaquant de la Renaissance sportive de Berkane a été fauché à l’entrée de la surface de réparation. L’arbitre de la partie, Mahamadou Keita, a sifflé logiquement une faute en faveur du Maroc. Un coup franc joué très vite par Walid El Karti qui a mis sur orbite El Kaabi. Ce dernier avec beaucoup de sang-froid a battu le gardien namibien, Loydt Jaeuavi Kazapua. Ce but, de l’avis de l’entraîneur des Brave Warriors, a fait mal à ses joueurs qui avaient du mal à se reconcentrer.

Saïdi délivre les 36.000 supporters en inscrivant le deuxième but
De retour des vestiaires, les Lions locaux ont multiplié les actions dès l’entame de la seconde mi-temps. Ismaël El Haddad (53e) et Ayoub El Kaabi (47e) ont failli libérer les supporters du complexe Mohammed V. Mais ce n’était que partie remise, puisque sur un corner botté par Achraf Bencharki, Salaheddine Saïdi, d’une tête décroisée, double la mise pour le Maroc (54e). Plus rien ne sera marqué jusqu’au coup de sifflet final. Le Maroc a réussi l’essentiel en écartant la coriace équipe de la Namibie et se qualifie pour la première fois de son histoire en demi-finale du Championnat d’Afrique des joueurs locaux.

El Kaabi, meilleur buteur du CHAN

Auteur samedi de son sixième but dans la compétition, Ayoub El Kaabi est devenu le meilleur buteur du CHAN sur une seule compétition avec six réalisations. L’attaquant de la Renaissance sportive de Berkane est la grande révélation de ce tournoi. Il lui reste encore deux matchs à jouer pour améliorer ses statistiques et, pourquoi pas, établir un record qu’il sera difficile d’aller chercher dans les prochaines éditions.

Salaheddine Saïdi élu homme du match

Élément incontournable dans le dispositif de Jamal Sellami, Salaheddine Saïdi a réalisé samedi un grand match face à la Namibie en quart de finale du CHAN. Le milieu défensif du WAC a été précieux dans la récupération et la relance. Cerise sur le gâteau, il a inscrit le deuxième but du Maroc. Il a été en toute logique élu joueur du match. «Je suis content, très heureux de ce titre d’homme du match, mais aussi de la qualification de mon équipe», a indiqué le joueur à la fin de la rencontre.

Déclarations

Jamal Sellami, entraîneur du Maroc
«On satisfait jusqu’à présent. On mérite d’être champion»

«Nous avons une équipe performante et efficace, composée de joueurs qui ont de l’expérience. On a un bon groupe qui vit bien. C’est la qualité de nos joueurs qui a fait la différence face à la Namibie qui est une très bonne équipe. On a exercé un pressing infernal sur cette équipe, c’est pour cela qu’ils n’ont pas pu jouer sur leur qualité. On a analysé cette équipe qui joue bien en bloc compact. Et on a su comment gagner. On est satisfait. On mérite d’être champion. Nous voulons remporter le trophée, c’est notre objectif. On va continuer à travailler.»

Ricardo Mannetti, entraîneur de la Namibie
«Je suis un peu déçu de la défaite, mais fier de mes joueurs» 

«Je suis un peu déçu en tant qu’entraîneur national de la Namibie. Mais je suis heureux de la performance de mes joueurs. Ce soir, il n’y avait rien à faire face au Maroc qui nous a été supérieur sur tous les plans, que ce soit tactiquement ou physiquement. C’est une des meilleures équipes de ce tournoi. Elle nous a dominés et il fallait s’y attendre, car elle renferme dans ses rangs de grands joueurs. Je ne vais pas trouver des excuses et parler de l’arbitrage. L’arbitrage fait partie du jeu. Nous avons fait de notre mieux et les joueurs sont à féliciter.»

Maroc : Le roi Mohammed VI lance à Agadir l’extension régionale du Plan d’Accélération Industrielle

par Adam Eugène – agenceafrique.com – 28/01/2018

Dans une première extension régionale du Plan d’Accélération Industrielle au Maroc 2014-2020, le roi Mohammed VI a lancé, dimanche à Agadir (550 km au sud de Rabat), la déclinaison régionale de ce Plan dans la région de Souss-Massa, avec pour objectif la création de 24.000 nouveaux emplois à terme et une forte implication des opérateurs privés.

Le projet industriel du Souss-Massa s’inscrit dans la vision du souverain marocain qui prône, à travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région. L’objectif est de faire de la Région un pôle économique créateur d’emploi, en s’appuyant sur la valorisation des richesses locales et en soutenant les secteurs productifs pour assurer une croissance inclusive.

La démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa entend conforter les secteurs industriels existants tout en développant de manière proactive et agissante de nouveaux créneaux, a indiqué le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, insistant sur le respect des normes environnementales et de la vocation touristique de la région.

Dans le domaine de la production agro-industrielle, le Souss-Massa sera érigé en plateforme de transformation de produits agricoles destinés tant au niveau national qu’au continent africain.

Quant à l’infrastructure de la construction navale, elle engagera au niveau national près de 5 milliards de dirhams d’investissement. Une composante Chantier Naval Souss-Massa y est déjà intégrée. Le secteur de la chimie connaîtra quant à lui, un accompagnement spécifique, favorisant le développement des filières de la chimie organique et de la chimie verte.

De nouveaux écosystèmes seront développés notamment, dans des secteurs émergents leviers d’accélération industrielle, tels que la sous-traitance automobile, l’offshoring, le cuir, les matériaux de construction et la plasturgie.

Ciments du Maroc : 100 millions de DH dans une plateforme à Agadir

par KARIM HANDAOUI – challenge.ma – 29/01/2018

Ciments du Maroc, filiale de HeidelbergCement Group, un des leaders mondiaux des matériaux de construction, a signé le 28 janvier 2018 à Agadir lors de la cérémonie présidée par SM le roi Mohammed VI, une convention d’investissement de l’ordre de 100 millions de DH pour la construction d’une plateforme pour le traitement des déchets ménagers issus des refus du centre de tri de la nouvelle décharge contrôlée de Agadir.

Cette nouvelle plateforme permettra le traitement de 150.000 tonnes de déchets ménagers bruts pour produire un combustible propre à la cimenterie permettant la substitution, de 35.000 tonnes de combustibles fossiles qui sont aujourd’hui importés au Maroc. La convention d’investissement a été signée avec le ministère de l’Économie et des Finances, le ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, la wilaya de la région de Souss-Massa, le conseil régional de Souss-Massa, ainsi que le groupe LafargeHolcim.

Le programme prévu dans cette convention qui s’inscrit dans la politique nationale du développement durable permettra, sur le plan économique, la réduction des importations des combustibles fossiles, sur le plan environnemental, de participer à la réduction des impacts environnementaux des décharges et la réduction des déchets destinés à l’enfouissement  et des quantités de lixiviats et enfin sur le plan social la création de 50 emplois.

L’augmentation du taux de valorisation et de recyclage constitue une contribution importante aux objectifs nationaux du Programme National des Déchets Ménagers (P.N.D.M). La production d’un combustible se substituant au combustible fossile apporte également une contribution à l’effort national en matière  de réduction des gaz à effet de serre. Le projet de plateforme de traitement des déchets ménagers permettra la fabrication d’un combustible alternatif qui sera utilisé comme combustible secondaire en four de cimenterie.

Ciments du Maroc, forte de son expérience dans la valorisation des déchets, apportera pour ce projet son expertise dans le domaine du traitement et de la valorisation des déchets ménagers. La plateforme contribuera à apporter une solution écologique à la problématique des déchets ménagers mais également des déchets agricoles, des déchets plastiques, et autres déchets de la région de Agadir.

Pour rappel, Ciments du Maroc met en œuvre une stratégie environnementale en ligne avec les orientations du Maroc en matière de développement durable. Ses trois usines à Ait Baha, Safi et Marrakech, sont équipées de dispositifs les plus modernes pour la valorisation énergétique des déchets et pour le contrôle des émissions et des rejets avec une capacité totale annuelle de plus de 100.000 tonnes par an.

Maroc : Le roi Mohammed VI lance une grande mue industrielle à Agadir

par Andreï Touabovitch – courrierstrategique.com – 29/01/2018

Le roi du Maroc Mohammed VI a présidé, ce dimanche 28 janvier à Agadir, la signature de huit conventions et d’un protocole y afférent à l’occasion de la présentation devant le souverain, de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 dans la région de Souss-Massa.

La déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle au Maroc 2014-2020, devrait permettre la création à terme, de 24.000 nouveaux emplois dans la région du Souss-Massa.

Une Zone Franche Industrielle de 300 ha, intégrée dans une zone urbaine. La réalisation d’un Technopark et d’une Cité de l’innovation. Ce Technopark sera destiné aux PME et aux Start-up du secteur des TIC. Ces projets absorberont  un investissement de 500 millions de dirhams prélevés des Fonds de Développement Industriel et Agricole, et une autre enveloppe de 500 millions de Dirhams qui sera débloquée par le secteur privé de la Région Souss-Massa. Ainsi les projets industriels qui seront développés dans la Région Souss-Massa, pourront être réalisés par les opérateurs avec un apport limité à 20% du montant de ces projets. En effet, 20 autres % seront portés par des Investisseurs Privés de la Région, 20% supplémentaires proviendront de subventions des Fonds de Développement Industriel et de l’Agriculture. Et les 40% restants seront financés, à des conditions avantageuses, par le secteur bancaire.

Le projet industriel du Souss-Massa qui amorce la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle nationale 2014-2020, s’inscrit dans la vision du souverain marocain qui prône, à travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région.

La démarche industrielle conçue pour cette région du Royaume entend conforter les secteurs industriels existants tout en développant de manière proactive et agissante de nouveaux créneaux, a indiqué le ministre marocain de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, insistant sur le respect des normes environnementales et de la vocation touristique de la grande région dAgadir.

Selon Elalamy «l’industrie adopte à son tour, conformément aux hautes instructions royales, une approche régionalisée, afin de localiser les activités productives au plus près des citoyens, de capitaliser sur le potentiel de toutes nos régions et d’accéder à un nouveau palier d’émergence».

Les projets devant être ainsi initiés portent sur les domaines du tourisme, de la production agro-industrielle, la construction navale dont l’infrastructure devrait recueillir près de 5 milliards de dirhams d’investissement à l’échelle nationale et le secteur de la chimie organique et de la chimie verte.

De nouveaux écosystèmes seront développés notamment, dans des secteurs émergents leviers de l’accélération industrielle, tels que la sous-traitance automobile, l’offshoring, le cuir, les matériaux de construction et du bâtiment et la plasturgie.

 

Souss-Massa : Le Roi préside à Agadir la présentation du Plan régional d’accélération industrielle

leconomiste.com – 28/01/2018

Souss-Massa : Le Roi préside la présentation Plan d’accélération industrielle régionale

 

Le roi Mohammed VI a présidé, dimanche à Agadir, la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 dans la région de Souss-Massa. Cette cérémonie a vu la signature de huit conventions et d’un protocole y afférents. Ce plan vise à créer 24.000 nouveaux emplois à terme, « en partenariat avec les fédérations professionnelles et dont les premiers seront générés par les projets signés aujourd’hui par des investisseurs privés », a souligné Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique.

Dans le détail, la 1re convention porte sur la déclinaison régionale des différents écosystèmes (automobile, cuir, naval, chimie, plasturgie, matériaux de construction et offshoring), alors qu’une autre concerne l’accompagnement des besoins en formation de RH de la stratégie de développement industriel de la région à horizon 2020. En outre, deux autres conventions ont  été signées pour la création d’une Cité de l’innovation régionale ainsi que pour l’aménagement, la gestion et la commercialisation de la zone franche Souss-Massa. Les autres conventions portent sur les industries agroalimentaires (5e), leur financement (6e), la création d’un Technopark régional (7e) ainsi que l’accompagnement à la mise en place d’un Fonds Privé pour le développement de l’investissement dans la région (8e).

Si tous les détails financiers n’ont pas été dévoilés, une enveloppe de 5 milliards de DH sera consacrée au secteur de la construction navale, alors que 500 millions de DH seront affectés au Fonds de développement industriel et agricole ainsi qu’aux projets industriels de la région. De son côté, le privé participera aux investissements industriels à hauteur de 500 millions de DH. A noter que le protocole signé concerne  la réalisation de 11 investissements industriels dans les secteurs des matériaux de construction, de la plasturgie, des industries papier et carton et de l’Offshoring.

AGADIR : 18 MILLIARDS D’INVESTISSEMENT EN 2017

Par Fayza Senhaji – le360.ma – 28/01/2018

Agadir Souss Massa

© Copyright : DR

Kiosque360. La région du Souss Massa a suscité, en 2017, un fort engouement des investisseurs qui ont misé plus de 18 milliards de dirhams. Ces investissements permettront de lancer 213 projets et de créer 12.793 emplois.

Le Souss Massa a remporté le jackpot, rapporte L’Economiste qui revient sur le bilan des investissements dans cette région. En effet, dans son édition du lundi 29 janvier, le quotidien souligne que le Souss Massa a attiré, en 2017, un montant global d’investissement de plus de 18 milliards de dirhams. Une augmentation de plus de 491% par rapport à 2016.

A terme, avance le quotidien, les 213 projets ayant reçu un avis favorable permettront la création de 12.793 postes d’emploi, soit une augmentation de 153,7% par rapport à 2016. Un record.

Le projet le plus important en termes de montants investis reste incontestablement celui de la station de dessalement d’eau, qui nécessite une enveloppe de 4,4 milliards de dirhams. Ce projet, porté par les sociétés Seba et Amane El Baraka, représente 29% du budget global investi dans la région. Autre projet phare: le Palais des congrès, pour lequel un investissement de 1,47 milliard de dirhams a été consenti.

Le tourisme est le secteur qui s’accapare la part du lion, avec 37,39% des investissements approuvés. En effet, la région, notamment la ville d’Agadir qui concentre 63% des investissements, attire les acteurs du secteur touristique qui se positionnent tous sur la nouvelle station de Taghazout. Parmi les projets les plus importants, L’Economiste cite l’hôtel Riu Tikida Argan Bay Taghazout, le Hyatt Regency, le Taghazout bay, le Marriott, le Hilton et l’hôtel porté par la société Pickalbatros.

Les secteurs des services et du BTP représentent respectivement 29,43% et 25,39% du total des projets investis.

Agadir : L’assistance médicale à la procréation en débat

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 28/01/2018

Agadir : L’assistance médicale à la procréation en débat

La région Sud connaît une forte baisse de la fertilité

Grâce à l’installation récente de deux centres dans la ville d’Agadir, les praticiens espèrent rapidement combler le retard cumulé par la région Sud par rapport à d’autres régions du centre du Maroc.

Sous l’égide de la Société marocaine de médecine de la reproduction (SMMR), l’Association des gynécologues du Sud (AGS) a tenu récemment à Agadir les premières Assises régionales de l’assistance médicale à la procréation (AMP).

Cette première édition tenue sous le thème «L’AMP dans la région sud du Maroc, état des lieux et perspectives d’avenir», a rassemblé des experts marocains et internationaux, des juristes, des militants des droits humains, des académiciens de différentes spécialités, en plus d’acteurs de la société civile et de la scène politique qui ont débattu des différents aspects de la prise en charge de l’infertilité dans la région Sud. Les organisateurs espèrent à travers la richesse et la diversité de ce programme sensibiliser les pouvoirs publics, la société civile et même l’ensemble du corps médical à la problématique de l’infertilité dans la région Sud et les énormes progrès qu’a connus cette spécialité durant les dernières années.

En effet, la région Sud connaît une forte baisse de la fertilité surtout d’origine masculine, et la demande d’assistance médicale à la procréation est en croissance exponentielle. Grâce à l’installation récente de deux centres dans la ville d’Agadir, les praticiens espèrent rapidement combler le retard cumulé par la région Sud par rapport à d’autres régions du centre du Maroc.

Les intervenants lors de cette rencontre ont mis l’accent sur l’importance de renforcer la formation à l’échelle universitaire en matière de procréation médicalement assistée, qui doit être actualisée et institutionnalisée, en vue de rapprocher les étudiants, les médecins et les biologistes des dernières technologies scientifiques relatives au sujet. Pour eux, à cause de ses répercussions médicales et sociales, la stérilité est devenue un véritable problème de santé publique, qui requiert une attention particulière au niveau de la politique de santé. Une situation qui impose la mise en place des mesures nécessaires pour garantir le droit des personnes privées de la possibilité d’enfanter, notamment en termes de couverture médicale de base couvrant les frais des médicaments, les traitements et les interventions chirurgicales d’assistance médicale à la procréation. Au Maroc, 15% des couples peinent à concevoir un bébé. Une difficulté qui pourrait être surmontée grâce à une prise en charge médicale adaptée, à savoir l’AMP.

Au-delà de l’aspect scientifique pur, ces Assises ont mis l’accent sur différentes facettes de l’assistance médicale à la procréation comme l’aspect religieux, social et juridique.

Statue d’Alexandre Pouchkine à AGADIR

Transmis par Driss Cherkaoui – 29/01/2018

Le programme de langue russe vise à fournir des lieux les plus importants et les sites historiques au Maroc, pour les russophones.
Premier épisode la « statue d’Alexandre Pouchkine à AGADIR »

Alexandre Pouchkine est un poète, dramaturge et romancier russe né à Moscou le 26 mai 1799 et mort à Saint-Petersbourg le 29 janvier 1837

Vidéo :

 

Communiqué de l’UFE : Grand loto caritatif de l’UFE Agadir

GRAND LOTO CARITATIF de l’UFE AGADIR

Résultat de recherche d'images pour "Loto"

L’UNION des FRANCAIS de l’ETRANGER,  section d’Agadir, a le plaisir de vous convier au :

            GRAND LOTO CARITATIF

             LE  SAMEDI  3 FEVRIER 2018

Qu’elle organise, SALLE de RECEPTION du GOLF du SOLEIL à BENSERGAO.

Cette très belle salle est mise gracieusement à notre disposition par le Golf du Soleil et le Groupe des Hôtels TIKIDA

Ce LOTO, ouvert à TOUS, Adhérents ou pas de l’UFE,  sera doté de très nombreux lots, de toutes valeurs,  avec en particulier

–        Des gros lots offerts par MARJANE dont 1 télévision et des robots ménagers.

Prix des cartons :1 carton 50 dirhams ou 100 dirhams les 3.

Le bénéfice perçu à cette occasion sera intégralement destiné aux Œuvres Sociales de notre Association sur Agadir.

Des consommations seront disponibles sur place.

                           VENEZ NOMBREUX

                      Accompagnés de vos GRANDS et de vos petits

                                                                                         Chaleureusement vôtre,

                                                                            Le Président,

                                                                                      Jean-Claude ROZIER

Mohammed VI autorise les femmes à exercer le métier d’adoul

h24info.ma – 23/01/2018

Crédit AFP

 

Le roi Mohammed VI a donné le feu vert aux femmes pour exercer le métier d’adoul, lors du Conseil des ministres tenu lundi 22 janvier au palais royal de Casablanca.

 « SM le roi, que dieu L’assiste, a chargé le ministre de la Justice d’ouvrir devant (sic) la femme la profession d’adoul et de prendre les mesures nécessaires pour réaliser cet objectif », a annoncé le porte-parole du palais royal, Abdelhak Lamrini, dans un communiqué publié suite au Conseil des ministres tenu lundi 22 janvier au Palais royal de Casablanca.

La décision du monarque a été prise après consultation du Conseil supérieur des Oulémas, et « après avoir pris connaissance de l’avis du conseil autorisant la femme à exercer la profession d’adoul, conformément aux dispositions de la chariâa relatives au témoignage (chahada) et ses différents types, et les constantes religieuses du Maroc, en premier lieu les principes du rite malékite » précise le communiqué.

Que sont les adouls ?  (adoul est le pluriel de adil)

Ce sont des auxiliaires de la justice islamique chargés de la procédure. Ce sont, en particulier les témoins qui consignent le consentement mutuel de mariage.
Les adouls sont les yeux et les oreilles des juges. Ils remplissent le rôle de greffe et de notariat et sont chargés de consigner les déclarations et les jugements. 
Cette profession est considérée parmi les métiers exercés dans le cadre de l’assistance judiciaire, outre le rôle qu’elle joue en matière de notariat et de justification.
Les 5.000 adouls au Maroc mènent toutes les démarches auprès des autorités pour permettre l’enregistrement et la reproduction de tous les documents qu’ils rédigent conformément à la loi et au nouveau code de la famille.
En plus du mariage, ils sont compétents pour des activités plus larges que celles attribuées aux notaires modernes. Ils établissent toutes sortes de contrats, comme les cessions immobilières, les actes de copropriété et des transactions entre particuliers, les droits de succession.

LHAFI ABDELADIM DONNE LE COUP D’ENVOI A L’OPERATION DE REGULATION DE LA POPULATION DU SANGLIER AU MAROC

DRIHEM MOHAMMED – oujdacity.net – 28/01/2018

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de maitrise de la surpopulation des sangliers au Maroc, le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification a organisé, samedi 27 janvier dernier ; une battue de sanglier dans la Province de Ben Slimane relevant de la Région de Casablanca-Settat.
Le coup d’envoi de cette opération de régulation de cette population a été donné par Mr Abdeladim LHAFI, Le Haut-Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification en présence du Gouverneur de Benslimane Mr Mustapha El Maaza.
En prélude à cette opération, un rappel du programme de maitrise des sangliers dans la province de Benslimane a été donné à cette occasion, suivi d’une lecture des consignes de sécurité et de l’objectif de la battue.
A noter que la surpopulation du sanglier, due à la prolifération de cet animal et à l’absence de prédateurs naturels, déséquilibre des écosystèmes naturels et peut constituer une menace pour les cultures, notamment.
Il est à signaler aussi que cette saison 2017-2018 est caractérisée, par la mise en œuvre, pour la sixième année consécutive, de la stratégie nationale cadrant la maitrise des populations de sanglier dans les différentes régions du Royaume. Le programme de cette année a identifié 337 points noirs à travers le territoire national et prévoit la réalisation de 1115 battues de sanglier, sachant que 102 battues ont été réalisées jusqu’au 15 Janvier 2018.
Cet évènement a été également une occasion pour présenter les résultats de l’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie de régulation des sangliers pendant les cinq dernières saisons qui se résument en :
– 9909 battues ont été organisées (99 % des battues programmées sont réalisées) avec l’élimination de 53856 sangliers.
– baisse des moyennes de prélèvements annuels de sangliers sur l’ensemble des points noirs de 43 %.
– Baisse des moyennes de prélèvements annuels de sanglier par point noir de 57 % dans 75 % des cas.
– Extention du réseau des points noirs initial (303) à 337 points pour couvrir les zones épisodiquement exposées.
Concernant l’évaluation procédurale et technique, il a été constaté que les procédures administratives sont devenues fluides et simples. Et que La battue, principale technique retenue par tous les pays concernés par cette problématique est efficace.
Les autres techniques d’interventions, sont peu adaptées notamment dans les milieux sensibles.
S’agissant de la lutte contre le braconnage, elle reste l’une de préoccupations majeures du HCEFLCD qui met en exécution les textes en vigueur, notamment la loi 29-05 sur la protection des espèces de la faune sauvage et au contrôle de leur commerce et la loi 54 -03 sur le contrôle de la chasse.
Trois axes majeurs constituent l’ossature de la stratégie du HCEFLCD en matière de lutte contre le braconnage :
1- L’occupation des territoires à travers la politique de l’amodiation du droit de chasse et les conventions de développement des territoires.
2- Le renforcement des structures de lutte contre le braconnage par l’instauration d’une unité de surveillance et de contrôle sur le territoire de la région.
3- La répression des délits et l’encadrement juridique de l’activité de chasse.
Le Haut-Commissariat a également renforcé les structures de lutte contre le braconnage par la création, cette année, de 24 unités de surveillance et de contrôle de la faune sauvage réparties sur l’ensemble du territoire national.
A noter enfin quel’application de cet arsenal juridique a permis aux structures du Haut-Commissariat de constater 225 délits depuis le début de la saison de de la chasse 2017-2018 jusqu’au 15 janvier 2018, dont 13 cas concernent les délits de chasse d’espèces protégées dont la gazelle dans la région de Souss Massa et au niveau des provinces du Sud.

La visite du roi Mohammed VI à Agadir se confirme

lesiteinfo.com – 27/01/2018

 roiroi

La visite du roi Mohammed VI à Agadir prévue ce samedi 27 janvier a été reportée à dimanche. D’après une source de Le Site info, plusieurs habitant des régions de Lakliaâ et d’Ait Melloul s’étaient rassemblés au niveau de la route menant au Palais d’Agadir, en attendant le cortège royal.

 Rappelons qu’il est prévu que le roi lance plusieurs projets importants et que des officiels seront présents. On évoque notamment un hôpital régional et un centre d’addictologie.

Le Souverain devrait également inaugurer un complexe religieux, administratif et culturel dépendant du ministère des Habous et des affaires islamiques et un centre de formation professionnelle spécialisé dans les métiers de construction.

 Notre source évoque aussi une autre visite du roi Mohammed VI à Marrakech pour inaugurer plusieurs projets.

 

Nouveau à Crocoparc : « Le Jardin des Cactus »

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

En Vidéo :

Inauguration du « Jardin des cactus «  par Monsieur le Wali de la région de Souss-Massa Ahmed Hajji – 9 janvier 2018

Inauguration du jardin de cactus par Monsieur le Wali

 

 

 

En l’absence du roi, les participants à une cérémonie à Agadir rebroussent chemin

telquel.ma – 27/01/2018

En l'absence du roi, les participants à une cérémonie à Agadir rebroussent chemin

La délégation qui attendait Mohammed VI à l’aéroport d’Agadir le 27 janvier pour le lancement de l’application régionale du plan d’accélération industrielle rebrousse chemin vers Casablanca.

Une délégation de ministres, présidents de régions, homme d’affaires et journalistes se sont rendus à Agadir le 27 janvier pour une cérémonie, prévue le jour même, de lancement de l’application régionale du plan d’accélération industrielle.

Elle devait être marquée par la signature de plusieurs conventions d’investissements, notamment dans les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique et de l’offshoring, nous indiquent des sources proches du dossier, mais également par la présence du roi.

Alors que le souverain était attendu à l’aéroport d’Agadir, notamment par le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy et son secrétaire d’État à l’Investissement Othman El Ferdaous, les participants à la cérémonie ont appris qu’elle serait en fait reportée. « On nous a dit que c’était reporté à demain, normalement« , explique une personne en charge de l’organisation. Les raisons de l’absence du souverain sont inconnues.

« Faute de places suffisantes dans les hôtels« , les participants rembarquent dans deux avions pour Casablanca, afin d’y passer la nuit et revenir à Agadir demain, pour une nouvelle tentative.

Souss-Massa Près de 18 milliards de DH d’investissement dans la région en 2017

lematin.ma – 26/01/2018

La ventilation sectorielle des projets d’investissement fait ressortir une domination du secteur du tourisme avec 37,39%.La ventilation sectorielle des projets d’investissement fait ressortir une domination du secteur du tourisme avec 37,39%.

Quelque 213 projets d’investissement ont été approuvés dans la région de Souss-Massa, durant l’année 2017 pour un montant global de l’ordre de 17,9 milliards de DH. Ces projets permettront la création de près de 12.793 opportunités d’emplois, indique le Centre régional d’investissement (CRI).

Par rapport à 2016, l’année passée a enregistré une augmentation significative de 491% en termes de montant d’investissement validé et de près de 4% en ce qui concerne le nombre de projets ayant reçu un avis favorable, relève la même source, qui fait aussi état d’une évolution de 153,7% du nombre de postes d’emploi à générer. La répartition territoriale des investissements approuvés montre que la préfecture d’Agadir Ida Outanane reste la principale destination des investissements au niveau régional. Durant l’année écoulée, elle a ainsi concentré 63% des projets traités favorablement avec une enveloppe d’investissement qui dépasse 11 milliards de DH, soit 62% des investissements injectés dans la région de Souss-Massa. En termes d’emplois à créer, la préfecture d’Agadir-Ida Outanane concentre aussi 71% des opportunités d’emplois dans la région, soit plus de 9.000 postes. Par ailleurs, la ventilation sectorielle des projets d’investissement fait ressortir une domination du secteur du tourisme (37,39%), suivi des services (29,43%), du BTP (25,39%) et de l’industrie (3,96%). L’année 2017 a été principalement marquée, rappelle-t-on, par la validation de signature de plusieurs conventions d’investissement avec l’État, dont celle relative à la réalisation du projet de Palais des congrès à Agadir pour une enveloppe de 1,4 milliard de DH, ainsi qu’une série de projets hôteliers au niveau de la nouvelle station de Taghazout qui vient consolider l’offre touristique de la destination. En termes d’animation touristique, l’année 2017 a également été marquée par la validation d’un parc d’animation touristique au niveau de la commune d’Anza. Le secteur des services se classe en deuxième position grâce, notamment, à la signature d’une convention-cadre d’investissement avec l’État pour le projet de la station de dessalement d’eau de mer. Ce projet structurant, qui s’étale sur une superficie de près de 20 ha au niveau de la commune Inchaden, province de Chtouka-Ait Baha, nécessitera un investissement global de l’ordre de 4,4 milliards de DH et permettra de créer environ 627 emplois.
Pour consolider le positionnement de la ville d’Agadir comme destination de santé et de bien-être, l’année écoulée a été marquée par la validation de plusieurs projets à l’entour du prochain CHU d’Agadir, dont un centre de cardiologie, une clinique spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brûlés et esthétique, et une clinique spécialisée en radiothérapie et chirurgie plastique, outre une Académie de formation dans les métiers de la santé.

Ismail Zitouni : «Le CHAN à Agadir se passe dans de bonnes conditions»

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 27/01/2018

Ismail Zitouni : «Le CHAN à Agadir se passe dans de bonnes conditions»

Entretien avec Ismail Zitouni, membre fédéral et président de la commission d’organisation du Championnat d’Afrique des Nations du site Agadir

ALM : Comment se déroule le CHAN à Agadir ?

Ismail Zitouni : Jusqu’à maintenant le CHAN à Agadir se passe très bien, soit au niveau de la réception des équipes, des infrastructures sportives mises à leur disposition, soit les terrains d’entraînement, les hôtels, tous leurs besoins et attentes sont satisfaits. Les matchs se sont déroulés dans de très bonnes conditions avec une pelouse de haut niveau. On n’a enregistré aucune réclamation ni des équipes ni de la Confédération africaine de football (CAF). Concernant le public, comme vous l’avez remarqué, le premier jour la présence du public selon les statistiques de la CAF a dépassé les 12.700 supporters et le deuxième jour on a dépassé les 18 mille.

Comment procédez-vous pour inciter le public gadiri à assister aux matchs?

Comme le savez, à l’instar du Grand stade de Marrakech, celui d’Adrar est situé un peu loin du centre-ville. C’est pour cette raison qu’une flotte de transport urbain est mise à la disposition du public. Jusqu’à maintenant et selon les autorités locales tout se passe bien. Les familles marocaines se déplacent au stade accompagnées de leurs enfants, les associations ont également amené leurs jeunes avec les encadrants. Espérons que le public répondra présent lors des prochains matchs.

Est-ce qu’il y a un programme d’animation en parallèle ?

Pour l’animation on a des animateurs et animatrices et DJ sur place, qui s’occupent de cette mission entre les matchs et mi-temps, il y a aussi des tombolas.

Quelles sont les retombées économiques du CHAN sur la ville d’Agadir ?

Plusieurs intervenants ont bénéficié de l’organisation du CHAN à Agadir, dont à titre d’exemple les hôtels, les sociétés de transport, les petites entreprises comme les imprimeries et les restaurants. Et il ne faut pas oublier que plusieurs personnes se sont déplacées du continent africain pour assister à ces matchs, donc ils ont enrichi l’économie locale.

Est-ce qu’on peut déjà parler d’une organisation réussie du CHAN 2018 ?

A la fin de la compétition on aura toutes les statistiques et on va faire un bilan. Il nous reste encore des matchs à jouer ici à Agadir, mais je peux dire que jusqu’à présent on est dans le bon chemin.

Présentation du nouveau Koleos de Renault par Sodisma Agadir

.

.

C’est au Restaurant Côté Court complètement transformé pour la circonstance que Sodisma a présenté hier soir le nouveau fleuron de la gamme Renault : le nouveau Koleos.

Animation musicale : les percussions avec Driss Chajai comme maître de cérémonie (Yala Events) Tout le monde attend l’arrivée de la « Belle » Un excellent orchestre pour assurer l’animation : Un magnifique et délicieux buffet préparé par Côté Court

Le grand moment : elle arrive ( de l’espace ? ) Relookée et très belle ! La voici sous toutes les coutures : Le tableau de bord complètement transformé : une réussite ! Le coffre toujours aussi grand :

Les caractéristiques technique des deux modèles (Explore et Intens)

ZONE FRANCHE D’AGADIR : MEDZ CHARGÉE DE L’ÉTUDE DE POSITIONNEMENT

par Yassine Saber – leseco.ma – 25/01/2018

L’étude technique de marché, de positionnement et de faisabilité de la zone franche serait menée par MedZ, filiale de CDG Développement dans le cadre d’une convention-cadre. Une assiette foncière de 300 ha serait déjà soustraite du foncier de la nouvelle ville de Tagadirt.

Du nouveau pour la zone franche à Agadir. L’étude technique de marché, de positionnement et de faisabilité de la zone franche serait menée par MedZ, filiale de CDG Développement, chargée déjà de l’aménagement et de la gestion du parc industriel Haliopolis et de l’Agropôle Souss-Massa. En attendant le lancement de cette étude qui sera initiée dans le cadre d’une convention-cadre entres les différents acteurs, c’est cette opération qui déterminera la vocation de cette zone industrielle, notamment son positionnement sur les métiers mondiaux d’un secteur particulier ou sur des multi-activités. Aujourd’hui, une assiette foncière d’une superficie de 300 ha serait déjà soustraite du foncier de la nouvelle ville de Tagadirt, prévue sur  1.100 hectares, à 18 km  d’Agadir.

La première tranche de cette zone franche concernera près de 50 hectares. Elle est attenante au Parc Haliopolis dédié à l’industrie de transformation des produits de la mer, situé au niveau de la commune rurale de Drarga. Cette assiette soustraite de la nouvelle ville de Tagadirt avait un régime forestier avant qu’elle ne soit reconvertie en terrain domanial. En effet, chaque région sera dotée d’une zone franche en vertu de la nouvelle Charte des investissements qui a pour objectif d’accompagner la dynamique de développement économique au niveau des régions, qui sera consolidée par le Plan d’accélération industrielle (PAI). À cet égard, la zone franche d’Agadir bénéficiera des nouvelles mesures phares de soutien marquant cette nouvelle charte, qui devrait être prête courant 2018. La première porte sur l’instauration d’un taux de l’impôt sur les sociétés (IS) de 0% pendant cinq ans pour les futures unités industrielles. Vient ensuite le statut «d’exportateur indirect» pour les sous-traitants. La troisième mesure porte sur l’octroi des avantages «zone franche» aux grandes entreprises exportatrices sans que celles-ci ne soient implantées dans une zone franche alors que les autres mesures concernent la mise en place d’une zone franche par région et de mécanismes d’appui au profit des régions les moins favorisées pour stimuler l’investissement industriel et favoriser un développement territorial équilibré.

Souss-Massa : 213 nouveaux projets d’investissement pour 17,95 milliards DH

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 25/01/2018

Souss-Massa : 213 nouveaux projets d’investissement pour 17,95 milliards DH

Le CRI a livré son bilan 2017

L’année 2017 a été marquée par la validation par le Centre régional d’investissement Souss-Massa de 213 nouveaux projets d’investissement pour un montant global de l’ordre de 17.959,96 millions de dirhams. Ils devront permettre la création de près de 12.793 opportunités d’emplois.

D’après le CRI, l’année 2017 a enregistré une augmentation significative de 491% en termes du montant d’investissement validé et de près de 4% en termes de nombre de projets ayant reçu un avis favorable par rapport à l’année 2016. Alors que les emplois prévus ont enregistré une évolution de 153,7% du nombre de postes d’emploi à générer par les projets validés au cours de cette année 2017.

Selon la même source, pour la répartition territoriale des investissements approuvés, la préfecture d’Agadir Ida Outanane reste la principale destination des investissements au niveau régional. Durant l’année 2017, celle-ci a concentré 63% des projets traités favorablement avec une enveloppe d’investissement qui dépasse les 11 milliards DH, soit 62% des investissements injectés dans la région.

En termes d’emplois à créer, la préfecture d’Agadir Ida Outanane concentre 71% des opportunités d’emplois dans la région, soit un peu plus de 9.030 postes qui seront drainés par les projets validés au niveau régional sur cette période.

Le secteur du tourisme poursuit sa dynamique à un rythme croissant et occupe la première place en termes d’investissements engagés. En effet, l’année 2017 a été principalement marquée par la validation de signature de plusieurs conventions d’investissement avec l’Etat, dont celle relative à la Société centre d’exposition et de développement pour la réalisation du projet de palais des congrès à Agadir, pour une enveloppe d’investissement de 1.475 millions DH.

Par ailleurs, et parmi les projets phares qui marquent cette année, ceux validés au niveau de la nouvelle station touristique de Taghazout, et qui viennent consolider l’offre touristique de la destination.

Par ailleurs, et en termes d’animation touristique, 2017 a également été marquée par la validation d’un parc d’animation touristique au niveau de la zone d’Anza. Il s’agira du projet de construction d’un Parc d’attraction par la société «Agadir Delfin World». Ce projet qui permettra à terme de créer 20 emplois directs nécessitera une enveloppe de 7,5 millions DH.

Le secteur qui se place en deuxième position est celui des services qui représente 29% du total des investissements engagés dans le Souss-Massa, et ce, notamment grâce à l’accord favorable pour la signature d’une convention cadre d’investissement avec l’Etat, pour le projet de la station de dessalement d’eau de mer présenté par les Sociétés «Seda» et «Aman El Baraka». Un projet structurant qui s’étale sur une superficie de près de 20 ha, au niveau de la commune Inchaden, province de Chtouka Ait Baha, et qui nécessitera un investissement global de l’ordre de 4,4 milliards DH et permettra de créer environ 627 emplois.

Dans le secteur du commerce et à proximité du Grand stade d’Agadir, cette année a vu la validation du projet de réalisation d’un centre commercial «Kitea Géant», l’enseigne d’ameublement marocaine, présenté  par la société
«K Foncière» SARL, qui s’étalera sur une superficie globale de 55.000 m2, et nécessitera une enveloppe budgétaire de 140 millions DH. Au total, le projet permettra la création de 350 emplois permanents.

Concernant les créations d’entreprises, le CRI Souss-Massa a instruit 684 demandes au cours de l’année 2017, avec un montant d’investissement de plus de 360 millions DH générant 3.549 emplois. Les personnes morales représentent 86% des créations d’entreprises ayant transité par le CRI avec une prédominance de la SARL. Le nombre total des demandes de certificats négatifs accordées durant l’année 2017 est de l’ordre de 2.320.

Agadir veut se positionner sur le marché du tourisme sportif

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 24/01/2018

Agadir veut se positionner sur le marché du tourisme sportif

En marge du CHAN 2018, le Centre régional d’investissement Souss-Massa a organisé lundi une table ronde sous le thème «le sport, une niche d’investissement à fort valeur ajoutée pour Agadir».

La ville d’Agadir et sa région souhaitent développer une offre de produits et de services cohérents et complémentaires en mesure d’asseoir la vocation de la destination comme une référence dans le tourisme sportif de haut niveau et qui est aujourd’hui d’une forte valeur ajoutée. Pour ce faire, une table ronde sous le thème «Le sport, une niche d’investissement à forte valeur ajoutée pour Agadir» s’est tenue lundi à l’initiative du CRI Souss-Massa, et qui a réuni plusieurs investisseurs locaux, experts et professionnels. Ceux-ci se sont arrêtés sur le potentiel de la ville d’Agadir, qui semble la positionner naturellement comme une destination pour la pratique sportive en général et plus particulièrement pour les entraînements sportifs de haut niveau. D’après les intervenants, aucune vision claire n’a été élaborée ou du moins partagée pour construire ce produit, le promouvoir et le développer. Constamment à la recherche d’une offre touristique unique, le tourisme du sport de haut niveau est pourtant un axe qui dispose de tous les leviers pour promouvoir l’image d’Agadir.

En plus du climat doux dont bénéficie la destination tout au long de l’année, de son ensoleillement et de son littoral iodé propice à la préparation des grands sportifs, Agadir dispose d’un grand stade aux normes internationales, de salles de sport couvertes, centres de remise en forme, de salles de musculation et de préparation physique dernière génération, ainsi qu’une offre exceptionnelle en nombre et en qualité de courts de tennis et bien d’autres atouts qui en font l’escale idéale des sportifs de haut niveau pour préparer leurs saisons de compétitions. Selon Khalil Nazih, directeur du CRI, «ce dernier a accompagné avec beaucoup d’intérêt les récentes actions qui sont venues confirmer le potentiel énorme que représente ce créneau pour la promotion et le développement économique de cette niche d’investissement, dont par exemple le stage d’entraînement de l’équipe de football du Crystal Palace FC en mars 2017, le stage d’entraînement de Pierre-Ambroise Bosse en juin dernier, ainsi que du surfeur champion d’Europe de Stand-up Paddle, Bénoit Carpentier». Et d’ajouter que la ville d’Agadir assure tous les ingrédients nécessaires pour développer ce genre d’activité, notamment une offre touristique de haut niveau, des centres de remise en forme, des salles de sport de pointe, 14 projets de cliniques spécialisées haut de gamme sont programmés, des zones dédiées à l’activité et aux projets sportifs.

Agadir : Renault Sodisma présente le nouveau Koleos

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 26/01/2018

Agadir : Renault Sodisma présente  le nouveau Koleos

Segment incontournable des SUV haut de gamme

La société Sodisma, concessionnaire Renault et Dacia, organise ce vendredi une cérémonie pour le lancement du nouveau Renault Koleos.

En l’espace de 9 ans, Koleos a évolué. En effet, la deuxième génération représente une étape importante dans le renouvellement de la gamme Renault sur l’ensemble des marchés et intègre tous les codes stylistiques de la nouvelle identité de la marque. Avec un design musclé et un gabarit imposant, le nouveau Renault Koleos dCi 175, en transmission 4×2 ou 4×4, séduit et s’impose comme le segment incontournable des SUV haut de gamme. Se démarquant fortement de ses concurrents, il offre une expérience raffinée à bord avec des matériaux nobles.

Spacieux et bien équipé, il assure le confort pour tous à l’intérieur à travers sa générosité en termes d’équipements et d’espace, avec un rayon aux genoux de 289 mm pour les passagers arrière, soit le plus généreux du segment.  Pour la conduite, le nouveau Renault Koleos 5 places offre une position surélevée avec une excellente visibilité. Le conducteur étant installé 150 millimètres plus haut par rapport à une berline traditionnelle. Un effet de puissance et une caractéristique recherchés par les clients de SUV. La nouvelle boîte X-Tronic combine la conduite souple de la variation continue, la simulation de séquentiel d’une boîte de vitesses automatique et la disponibilité d’un mode manuel pour mieux augmenter les sensations de pilotage.

En conduite souple, le rapport de vitesse change en permanence sans aucune rupture du régime moteur pour une efficacité maximale, parfait pour les embouteillages. En conduite dynamique, si la demande d’accélération est supérieure à 50% du potentiel, la nouvelle boîte X-Tronic se comporte comme une boîte automatique avec l’effet de palier et rupture de changement de régime au moment de «changer de rapport».

Le nouveau Renault Koleos permet 10% de réduction de CO2 par rapport à la précédente génération de CVT. Dans le détail, le nouveau Renault Koleos est doté d’une technologie 4 roues motrices simple à utiliser grâce au mode 4×4-i, un système qui facilite le passage de deux à quatre roues motrices, une référence dans la catégorie. La transmission 4×4 de ce véhicule garantit également une sécurité renforcée et davantage de stabilité en neutralisant le sous-virage et le survirage, par l’optimisation de l’adhérence dans des conditions difficiles. Le nouveau Renault Koleos dispose également de réelles capacités tout-terrain, avec une garde au sol de 213 millimètres.

L’ambition de ce nouveau véhicule est de briser les codes des SUV au Maroc en combinant modernité, confort et raffinement.

CROCOPARC : Le jardin des cactus sur 2M

.

On en parle à la télé !
Un reportage de 2M sur « Le jardin des cactus » et ses tortues géantes, la nouvelle extension de CrocoParc Agadir

.

Fruits et légumes : Une manifestation pour booster l’agriculture moderne

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 22/01/2018

  • La 9e édition du Trofel se tient du 25 au 27 janvier
  • Favoriser les échanges Sud-Sud et Nord-Sud
  • 14 pays attendus à cette grand-messe
fruits-et-legumes-092.jpg

Au cours du salon, des visites de terrain permettront aux délégations étrangères de découvrir les sites de production et les stations de conditionnement de la région Souss Massa (Ph. L’Economiste)

Les Trophées de la filière des fruits rouges et légumes au Maroc (Trofel) reviennent pour une 9e édition très attendue. L’événement, prévu du 25 au 27 janvier prochain, connaîtra la participation de 14 pays. Avec des opérateurs de Russie, Grande-Bretagne, Portugal, l’Italie, Pays-Bas, Inde, Emirats Arabes Unis, Qatar, Jordanie, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mauritanie, Gabon et Burkina Faso.

En effet, depuis deux années consécutives et conformément aux orientations stratégiques nationales, Trofel a pris une dimension internationale en favorisant les échanges Sud-Sud et Nord-Sud, à travers des missions B2B. Trofel 2018, qui retient pour thème «Les Canaux de distribution des exportations des fruits et légumes en Afrique de l’Ouest», se distingue cette année par une planification riche en rencontres bilatérales, en tables rondes visant à informer les participants sur l’état de la filière et les potentialités des pays participants.

De même que sur la diversité de l’offre et la commercialisation des fruits et légumes sur le marché africain, européen et asiatique. Des visites de terrain permettront aux délégations étrangères de découvrir les sites de production et les stations de conditionnement de la région Souss Massa. «Notre objectif, à travers cette manifestation, est de valoriser l’agriculture moderne et ses interactions avec la culture vivrière comme moyen pour atteindre la croissance et la modernisation», explique Abdallah Jrid, Président du Comité d’organisation.

Le but est aussi d’encourager l’organisation professionnelle au Maroc, de motiver les opérateurs du secteur associatif et de refléter une image positive de l’agriculture marocaine à l’échelle internationale. Trofel 2018 sera clôturé par une cérémonie de remise des prix aux opérateurs les plus méritants. Les catégories concernées sont les fruits rouges, les légumes, les agrumes, l’oléiculture et les institutions.

Trofel 2018 est organisé sous l’égide du ministère de l’Agriculture avec le parrainage de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE). En partenariat avec les associations professionnelles représentant la filière des fruits et légumes au Maroc et une cinquantaine d’entreprises du secteur public et privé.

9ème édition des TROFEL à Agadir

par Abdallah Halimi – libe.ma – 24/01/2018

 

9ème édition des TROFEL à Agadir
La ville d’Agadir accueille du 25 au 27 janvier 2018 la 9ème édition des Trophées de la filière fruits et légumes (TROFEL). A l’ouverture de ces Trofel, les participants auront l’occasion de débattre de la question des canaux de distribution des fruits et légumes en Afrique de l’Ouest, le thème de la présente édition.
Depuis sa mise en place en 2008, le Trofel a pour objectif «de récompenser les plus méritants des professionnels opérant dans le secteur agricole». Selon les organisateurs, cette manifestation agricole a pris «une dimension internationale favorisant les échanges Sud-Sud et Nord-Sud à travers des rencontres B2B».
A cette occasion, la présente édition connaîtra la participation des opérateurs venant de plusieurs pays : Burkina Fasso, Gabon, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Sénégal, Russie, Portugal, Inde, Pays Bas, Italie, Emirats arabes unis, Qatar et Jordanie.
Au menu de cette édition des rencontres et tables rondes qui ont pour objet de dresser l’état de la filière fruits et légumes au niveau national et africain, les moyens d’encourager sa distribution et son exportation à travers les marchés européens et africains. Des visites de terrain seront programmées au profit des participants dans des fermes et des stations de conditionnement de la région de Souss.
L’édition Trofel 2018 sera clôturée par une cérémonie de remise des prix pour des professionnels marocains et étrangers exerçant dans le secteur agricole.
Les Trophées de la filière fruits et légumes (TROFEL) est placé  sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, en collaboration de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), et en partenariat avec les associations professionnelles représentant la filière fruits et légumes au Maroc en plus de la participation d’une cinquantaine d’entreprises des secteurs public et privé.

Agadir : Premières assises régionales de l’assistance médicale à la procréation

lematin.ma – 21/01/2018

Premières assises régionales de l’assistance médicale à la procréation

La ville d’Agadir accueille ce samedi les premières Assises régionales de l’assistance médicale à la procréation, avec la participation d’experts marocains et internationaux.

Les débats portent sur les différents aspects de la prise en charge de l’infertilité, en particulier dans la région sud, a-t-on indiqué à l’occasion de cette rencontre initiée par l’association des gynécologues du sud sous l’égide de la Société marocaine de médecine de la reproduction. Cette première diction est placée sous le thème «L’assistance médicale à la procréation dans la région sud du Maroc, états des lieux et perspectives d’avenir».
Pour les organisateurs, cet événement a pour ambition de «sensibiliser les pouvoirs publics, la société civile et l’ensemble du corps médical à la problématique de l’infertilité dans la région sud et les énormes progrès qu’a connus cette spécialité durant les quelques dernières années». «La région sud connait malheureusement une forte baisse de la fertilité surtout d’origine masculine, et la demande d’assistance médicale à la procréation est en croissance exponentielle», ont-ils noté dans un communiqué.
Au-delà de l’aspect scientifique, les assises d’Agadir entendent mettre l’accent aussi sur les différentes facettes de l’assistance médicale à la procréation comme l’aspect religieux, social et juridique.

Grand Agadir : Un plan sécurité séisme dans le pipe

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 22/01/2018

Grand Agadir : Un plan sécurité séisme dans le pipe

La région est réputée géologiquement pour son activité sismique actuelle et ancienne

Le territoire est exposé à de multiples aléas naturels : l’aléa sismique, mouvement des terrains et instabilité des massifs géologiques, tsunami, inondations et crues torrentielles, ainsi que la submersion marine et l’érosion côtière.

Le Conseil Régional de Souss-Massa planche sur une étude relative à l’élaboration du plan sécurité séisme du Grand Agadir. Cette étude a pour finalité de capitaliser toute connaissance sur les risques naturels menaçant le Grand Agadir, d’encadrer et canaliser le développement d’une urbanisation exempte de risques, de limiter les dégâts humains et économiques engendrés par les phénomènes naturels dans une perspective d’un développement durable. Cette étude constitue un référentiel et une réelle assise à toute réglementation de l’occupation du sol de ce territoire.

L’étude concerne l’aire couverte par le Schéma directeur de l’agglomération du Grand Agadir (SDAU) couvrant une superficie d’environ 2.200 km². Ainsi, l’aire de l’étude devrait couvrir toutes les communes relevant de l’agglomération du Grand Agadir (Agadir, Drarga, Amskroud, Taghazout, Aourir, Dcheira, Inezgane, Ait Melloul, Lqliaa, Temsia, Ouled Dahou, Sidi Bibi, Ait Amira, Oued Essafa et Biougra) et être menée à échelle appropriée sur les zones urbanisées.

L’étude va contenir une carte et une notice explicative de synthèse ainsi qu’un règlement explicitant les modalités d’utilisation de cette carte, répartissant la zone d’étude en quatre zones principales : zones sans risques, zones à risques, zones nécessitant des dispositions particulières à prendre par les concepteurs et maîtres d’ouvrage, et zones non aedificandi, présentant des risques non rectifiables, ainsi qu’un plan d’intervention et un schéma de gouvernance, et un plan d’action relatif à la sensibilisation et la formation.

De par sa position sur la terminaison sud-occidentale du Haut Atlas marocain, la région d’Agadir est réputée géologiquement pour son activité sismique actuelle et ancienne. Il est démontré que cette activité est en grande partie liée au comportement des failles à toutes les échelles, qui sont encore sollicitées de contraintes tectoniques à l’origine de leur mouvement. Cette dynamique justifie le risque sismique mais se trouve parallèlement à l’origine d’autres risques naturels en particulier les glissements de terrain et le tsunami. Le territoire est exposé à de multiples aléas naturels : l’aléa sismique, mouvement des terrains et instabilité des massifs géologiques, tsunami, inondations et crues torrentielles, ainsi que la submersion marine et l’érosion côtière.

Le projet relatif à l’élaboration d’un plan de sécurité séisme du Grand Agadir a été retenu dans la cadre du 2ème appel à projets lancé au titre des années 2016-2017, en vertu de la circulaire du ministre de l’intérieur n°7806 du 30 novembre 2016 et financé par le «Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles» (FLCN), et qui a été créé en vertu de la loi de Finances au titre de l’année budgétaire 2009, dont l’ordonnateur est le ministre de l’intérieur, dédié à la prévention et la réparation des effets induits par les catastrophes naturelles.

Souss Massa : La CGEM encourage la transformation digitale

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 19/01/2018

  • Le digital pour un meilleur décollage de la région
  • L’ADII, la CNSS… parmi les structures déjà digitalisées

Résultat de recherche d'images pour "Digital, outil de développement économique et social»"

Dans le Souss Massa, la digitalisation reste un domaine encore marginalisé. C’est dans ce contexte que la Confédération générale des entreprises au Maroc (CGEM), région Souss Massa, a récemment tenu son assemblée générale sous le thème «Digital, outil de développement économique et social».

L’optique étant d’encourager la transformation digitale de la région qui doit s’investir pour créer des écosystèmes innovants de croissance en puisant dans le potentiel existant, et en valorisant les ressources humaines. «La transformation digitale permet de mieux accompagner la mondialisation et de faire tomber les frontières, et il est temps que la région s’y mette», a déclaré Majid El Joundi, président de la CGEM région Souss Massa.

Il est aussi question d’impliquer les jeunes, férus du numérique, afin qu’ils apportent leur pierre à l’édifice. «Notre vision est de dynamiser l’économie de notre région par un soutien local à l’entrepreneuriat, à l’innovation et à la transformation digitale à travers le Digihub d’Agadir», explique Zakaria Oulad, président du Club des jeunes entrepreneurs Souss Massa.

En plus de favoriser l’émergence de projets innovants et de nouveaux talents, cet espace devrait permettre de faire jaillir un écosystème dynamique et créateur de valeurs. S’il est vrai que la transformation digitale n’est pas encore généralisée dans le Souss, des administrations publiques ont déjà pris le train en marche. C’est le cas de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) dont l’évolution numérique constante est exemplaire.

C’est, en effet, l’une des premières structures informatisées dans un esprit d’innovation et de valorisation des technologies. «La réussite de la dématérialisation des déclarations de cession au cours de l’année 2017 nous encourage à la généraliser incessamment à tous les régimes douaniers, ce qui permettra aux utilisateurs de réaliser leurs opérations de dédouanement directement de leurs bureaux avec zéro papier», a précisé Abdellah Driche, directeur régional des Douanes.

L’ADII dispose de plusieurs services numériques dont le système BADR, un système transactionnel de dédouanement électronique destiné aux opérateurs de commerce extérieur, couvrant la majorité des métiers douaniers est le plus important. Elle dispose aussi du paiement multicanal, un système de paiement dématérialisé, le portail internet hébergeant toute la documentation concernant les démarches auprès de l’ADII ou encore des canaux de contact avec les services douaniers notamment le dépôt de requêtes (réclamations et demandes d’information) et leur suivi en ligne.

Les systèmes ADIL (Aide de dédouanement en ligne) et MCV (Mise à la consommation des véhicules) font également partie des prestations offertes en ligne. Pour rappel, les rapports moral et financier de la CGEM ont été adoptés lors de l’AG à laquelle ont pris part plusieurs institutions publiques et privées.

Stratégie numérique de la CNSS

Depuis quelques années, la CNSS a aussi développé son offre digitale. «La numérisation nous permet d’établir une communication en temps réel avec les utilisateurs tout en leur garantissant un accès rapide et facile à l’information», explique Soufiane Akaoui, directeur régional de la CNSS Agadir. Parmi les projets, Damancom, un portail des déclarations des salaires et de paiement des cotisations sociales. Ma CNSS est une application Smartphone qui permet le suivi des différents dossiers de prestations, réclamation et consultation des déclarations. D’autres services numériques sont disponibles. Notamment le portail professionnel de la santé qui permet entre autres aux établissements de soins de disposer de l’information relative à l’éligibilité de leurs patients au régime de l’AMO et de consulter la situation des prises en charge demandées, des factures déposées ainsi que des paiements effectués à leur profit.

Agadir : Crocoparc s’agrandit

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 19/01/2018

  • Il comprend désormais un jardin des cactus avec une collection végétale unique
  • Un concept nouveau au Maroc
  • Des tortues et autres crocodiles, nouveaux résidents
crocoparc_agadir_091.jpg

 Crocoparc abrite plus de 300 crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus). Certains spécimens mesurent aujourd’hui plus de 3 mètres et atteindront 6 mètres pour un poids d’une tonne (Ph. Yacoubi)

Fidèle à lui-même, le parc à reptiles de la ville d’Agadir revient avec une autre nouveauté. Il s’agit cette fois d’un «Jardin des cactus», une extension qui s’inscrit dans le prolongement de l’espace tropical et de la succession des bassins existants conçus par Luc Fougeirol et réalisés par l’équipe de Crocoparc.

Le contraste qu’offre cette surface est impressionnant de par son design et le soin particulier apporté à son aménagement. «Ce concept, d’un genre nouveau au Maroc, regroupe une collection végétale unique, dont les plus vieux spécimens atteignent 5 mètres et ont plus de cinquante ans», explique Ariane Marinetti, directrice générale de Crocoparc. Sur un cheminement de 200 m, les visiteurs peuvent ainsi passer d’une place à l’autre tout en découvrant des cactées issues de pays lointains.

Dans le prolongement de la visite, et pour parfaire ce paysage de zones arides, une vingtaine de tortues Sulcatas se prélassent au soleil. A noter que la tortue «sillonnée» est la plus grosse tortue terrestre du continent africain. En effet, elle peut atteindre une centaine de kilogrammes à l’âge adulte pour 80 cm de long.

Plus petites, les femelles ne dépassent pas les 60 kg. Cette tortue végétarienne creuse des terriers très profonds qui lui permettent de se protéger des excès de chaleurs et du froid. Très active, elle demande beaucoup d’espace en captivité. Et c’est le cas dans le nouveau jardin des cactus où son espace naturel est bien reproduit.

Un pont suspendu de 40 mètres de long permet par ailleurs aux visiteurs les plus téméraires de profiter d’une vue d’ensemble et sur les jardins et sur les arganiers des alentours. La sortie de cet espace naturel exceptionnel se fait par un canyon conçu par Michel Bultel (décorateur d’Euro Disney) qui laisse découvrir une formation géologique très particulière dite en «nid d’abeille».

Le Jardin des cactus de Crocoparc d’Agadir se divise en plusieurs espaces distincts portant chacun un nom spécifique selon les plantes qu’il abrite: «Place des Aloès», «Place des Agaves», «Place de l’île rouge», «Place des pieds d’éléphant», «Place des Euphorbes» et «Place des cactus».

Pour rappel, Crocoparc a ouvert ses portes en mai 2015. Il abrite plus de 300 crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus). Certains spécimens mesurent aujourd’hui plus de 3 mètres et atteindront 6 mètres pour un poids d’une tonne. Les reptiles, arrivés au Maroc à l’âge de trois ans, sont nés en élevage à Djerba (Tunisie) où le climat est assez similaire à celui d’Agadir. Ce qui a permis une très bonne adaptation des espèces à leur nouvel environnement.

André Giraud : «Agadir deviendra une véritable base pour athlètes français»

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 20/01/2018

André Giraud : «Agadir deviendra une véritable base pour athlètes français»

Entretien avec André Giraud, président de la Fédération française d’athlétisme

Agadir confirme sa vocation de destination prisée pour les entraînements sportifs de haut niveau. Dans cet entretien le président de la FFA revient sur le camp de base établi pour deux semaines par l’équipe de France d’athlétisme dans la capitale du Souss-Massa.

ALM : Pourquoi le choix d’Agadir pour abriter votre dernier stage ?

André Giraud : Le choix d’Agadir a été fait suite à l’expérience menée par Pierre-Ambroise Bosse, champion de monde du 800 mètres, qui était venu se préparer ici à Agadir au mois de juillet avec son entraîneur dans de très bonnes conditions vu les installations du stade. A son retour il nous a sollicités en nous disant que si à cette époque de l’année, on envoie nos athlètes dans des pays plus chauds, alors pourquoi pas Agadir. Donc l’ancien champion Mehdi Baâla qui est également là avec nous, et qui est le directeur des équipes de France, est venu sur place en novembre, et il nous a dit que les conditions étaient réunies pour qu’on puisse faire un stage ici en janvier avec nos meilleurs sprinteurs.

Est-ce que Agadir présente toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir de grandes compétitions internationales ?

Nous avons trouvé ici des infrastructures de qualité. Les athlètes sont restés ici du 2 au 18 janvier, donc c’est une longue période, et nous avons trouvé les conditions idéales pour travailler en grande qualité sur le sprint. Il y a des points à améliorer si on veut faire venir d’autres disciplines comme par exemple les sauteurs en hauteur ou les perchistes. Nous avons eu des réunions avec les représentants des autorités locales, et je crois que les choses vont dans le bon sens, leur volonté c’est de faire en sorte qu’Agadir devienne une véritable base pour athlètes français, pour préparer les grandes échéances, et aussi pour les athlètes marocains. Lors de ces rencontres on a évoqué plusieurs possibilités, notamment celle de faire des formations ici aux entraîneurs, puisqu’il y a des jeunes intéressés dans cette région, et donc on peut à la fois allier la partie stage de haut niveau et formation d’entraîneurs. Le souhait des autorités marocaines c’est qu’on signe une convention entre la FFA, la FRMA et la ville d’Agadir, pour mettre en place un certain nombre d’actions, et en particulier pour les jeunes, avec pour objectif de les aider dans leurs préparations quand ils auront les Jeux olympiques en 2024 à Paris.

Quelles sont vos priorités en tant que président de la FFA ?

On a quatre axes portant sur le développement de l’athlétisme de haut niveau lors des stages, l’athlétisme de découverte pour les enfants avec des outils que la fédération a mis en place, desquels on pourrait faire profiter aussi les écoles marocaines, l’athlétisme de bien-être, santé et loisir. Le dernier axe fort c’est la formation à tous les niveaux parce qu’aujourd’hui il faut des coaches bien formés pour convaincre les jeunes de faire de l’athlétisme. Ces axes sont partagés avec les représentants des autorités que j’ai rencontrés à Agadir.

Quels regards portez-vous sur l’athlétisme marocain ?

Par le passé il y eut de grands champions comme Said Aouita, Hicham El Guerouj et d’autres. L’athlétisme marocain a besoin de se redynamiser, dans les rencontres que je vais avoir avec le président de la FRMA on va évoquer cela, pour voir quels sont les accords de coopération qu’on peut conduire ensemble.

La capitale du Souss abrite les trophées de la filière fruits et légumes

lematin.ma – 19/01/2018

La capitale du Souss abrite les trophées de la filière fruits et légumes

La ville d’Agadir accueille, du 25 au 27 janvier, la neuvième édition des Trophées de la filière fruits et légumes (Trofel). Une manifestation mettant en valeur les performances de ce secteur qui contribue amplement aux exportations agricoles globales du Maroc. Placé sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, avec le parrainage de l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), cet évènement est organisé en partenariat avec les associations professionnelles représentant la filière fruits et légumes en collaboration avec une cinquantaine d’entreprises du secteur public et privé.
Des opérateurs venant du Burkina Faso, du Gabon, de la Côte d’Ivoire, de la Mauritanie, du Sénégal, de la Russie, du Portugal, de l’Italie, des Pays-Bas, de l’Inde, des Émirats arabes unis, du Qatar et de la Jordanie sont attendus à cette édition, indiquent les organisateurs dans un communiqué.
«Le but de cette manifestation nationale est la valorisation de l’agriculture moderne et ses interactions avec la culture vivrière comme moyen pour parvenir à la croissance et à la modernisation, sans pour autant oublier la promotion des produits locaux au niveau régional, national et international», indique la même source.
Au programme figurent ainsi des rencontres bilatérales et des tables rondes sur l’état de la filière et les potentialités des pays participants, ainsi que sur la diversité de l’offre et la commercialisation des fruits et légumes sur le marché africain, européen et asiatique. Des visites de terrain à des pépinières, à des fermes de production et à des stations de conditionnement dans la région de Souss-Massa sont aussi au menu.
Cette édition, qui honore les organismes, les institutions et les individus qui contribuent au rayonnement de l’agriculture marocaine à l’échelle internationale, sera clôturée par une cérémonie de remise des prix aux nominés par un jury de spécialistes, d’experts et de professionnels.

Le Souss veut s’adapter au réchauffement climatique

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 19/01/2018

Pour lutter contre les méfaits du réchauffement climatique, tout un plan national d’adaptation (PNA) doit être élaboré. L’atelier relatif à ce chantier s’est ouvert mercredi dernier à Agadir. Ses travaux ont pour objectif de contribuer, à travers l’étude de cas de la région Souss-Massa, à l’élaboration du PNA-Maroc. Et ce, en identifiant les projets prioritaires de la région.

Le but est aussi de repérer les lacunes et les besoins, afin de pouvoir mieux les combler. «Notre région dispose d’une expérience à même d’alimenter le processus de planification, c’est ce qui explique son choix en tant que pilote», explique Khadija Sami, directrice régionale de l’Environnement. «Elle est aussi la première à disposer  d’un Plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique», a-t-elle ajouté.

L’image contient peut-être : texte

Parmi les autres objectifs spécifiques de l’atelier, l’amélioration de la compréhension du processus du PNA, selon les directives techniques du groupe d’experts de la Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique. Il est aussi question d’établir les liens entre les processus nationaux et intranationaux de planification et les objectifs de développement durable. La sensibilisation des participants sur les lignes directrices, les outils et les méthodes disponibles pouvant  les aider à développer des stratégies, rentrent également dans ses prérogatives.

Pour rappel, l’atelier de mise en œuvre de la feuille de route du processus PNA-Maroc, qui s’est étalé sur deux jours, a été organisé par la Direction régionale de l’environnement Souss Massa et la GIZ. Il fait suite au premier atelier d’information et de consultation organisé en mars dernier dans le Chef-lieu du Souss. Avec l’adoption de l’Agenda 2030 pour le Développement durable et l’Accord de Paris en 2015, l’adaptation est résolument ancrée dans l’agenda international.

AGADIR ACCUEILLE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LA QUALITÉ DANS L’ÉDUCATION

leseco.ma – 19/01/2018

La ville d’Agadir accueille la Conférence internationale sur la qualité dans l’éducation, du 14 au 16 mai 2018, avec la participation attendue de chercheurs, pédagogues et universitaires de plusieurs pays. 

Cette conférence est organisée à l’initiative de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, en partenariat avec les universités de Worcester et de Warwick, ainsi qu’avec l’Institut panafricain pour le développement au Cameroun.
L’objectif assigné à cette manifestation scientifique est de rassembler les différents acteurs du domaine de l’éducation et de l’enseignement pour débattre de la problématique de la qualité à travers une approche pluridisciplinaire.
Parmi les axes du débat figurent l’éducation et la politique, l’inclusion et la diversité, la qualité et la gouvernance, les valeurs et droits de l’homme, le leadership pédagogique, la recherche nationale et internationale en éducation, etc.
Plus de 100 communications issues de 9 pays (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, France, Espagne, Algérie, Tunisie, Qatar et Maroc) sont attendues durant les trois jours de ce carrefour scientifique.

« Le Jardin des Cactus » à Crocoparc Agadir

.

Formation des guides de CROCOPARC par le Directeur du jardin Exotique de Monaco M. Solichon sur les plantes succulentes de l’extension de CrocoParcAgadir inaugurée le 9 janvier 2018 « LE JARDIN DES CACTUS »

Venez sur place admirer de plus près !

Voici pourquoi la fille de la princesse Stéphanie de Monaco se rend au Maroc

Par Rania Laabid – le360.ma – 19/01/2018

Pauline Ducruet

Pauline Ducruet, fille de la princesse Stéphanie de Monaco et de Daniel Ducruet, participera le 16 mars prochain à l’édition 2018 du Rallye Aïcha des Gazelles.

Pauline Ducruet, fille aînée de la princesse Stéphanie de Monaco et de Daniel Ducruet participera le 16 mars prochain à l’édition 2018 du Rallye Aïcha des Gazelles.

C’est la jeune femme qui a elle-même annoncé la nouvelle sur son compte Instagram. « Si excitée de débuter cette merveilleuse et ambitieuse aventure avec @schanelb ».

Fraîchement diplomée de la Parsons School of Design de New York, Pauline Ducruet s’entraine depuis plusieurs jours dans le désert de l’Utah, aux États-Unis, aux côtés de sa coéquipière Schanel Bakkouche.

Pas de surfer hier à Anglet !

.

.

Pas de surfer à l’horizon hier sur la plage de la Chambre d’Amour à Anglet : la mer était bien trop mauvaise !

%d blogueurs aiment cette page :