Impressionnantes vagues de mousse à Biarritz ! (Vidéo)

surfingbiarritz.fr – 17/01/2018

Ce mercredi 17 janvier, la nouvelle tempête qui a frappé Biarritz a engendré d’impressionnantes vagues de mousse sur la grande plage de Biarritz.

Le périmètre ayant été sécurisé, les badauds ont pu s’amuser de ce spectacle.

Vidéo :

 

Publicités

Le retard du CHU d’Agadir

par Saoudi el Amalki – 17/01/2018

La faculté de médecine et de pharmacie, ainsi que le centre hospitalier universitaire, ont été longtemps sollicités par la communauté de toutes les régions du sud marocain, soit plus de la moitié du territoire national. En fait, on concevait mal l’absence de ces deux piliers du secteur de la santé dans l’une des métropoles majeures du royaume, Agadir en l’occurrence. Après de vives doléances de nombre de composantes de la société, les décideurs des services centraux ont enfin jugé bon d’édifier ces infrastructures, par le biais de fonds extérieurs, notamment le fonds saoudien pour le développement.

Quoique les travaux de la faculté de médecine et de pharmacie aient été achevés, il y a plus de deux ans et que les dispositifs administratifs et pédagogiques de l’établissement aient été déjà mis en place. ( doyen, staff de direction, corps professoral, promotion estudiantine…), la bâtisse n’est pas encore opérationnelle. Depuis l’année dernière, le décanat et les étudiants de la faculté en question ont élu domicile dans un pavillon du nouveau pôle universitaire sis à proximité de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales.

On est donc parti pour une troisième promotion l’année prochaine 2019, sans que la faculté de médecine et de pharmacie tant attendue dont le concept architectural et visuel fait sensation, ne soit pas fonctionnelle. On s’interrogera bien entendu, sur les raisons de ce retard insensé, bien que les études se soient poursuivies sans, toutefois, le volet pratique qui devait se faire simultanément au niveau du centre hospitalier universitaire auquel on reviendra ci-après. Certes, l’équipement de cette nouvelle institution universitaire n’est pas chose aisée et prend beaucoup de temps pour l’acquisition et l’installation. Cependant, nul n’est censé comprendre ce contretemps qui ne peut être qu’irritant et préjudiciable pour les étudiants en place.

Non loin de cette fondation déserte, le lieu de la construction du centre hospitalier universitaire d’Agadir, annoncé voici presque trois ans, n’est pas lancé jusqu’à présent. On ne comprendra pas non plus le fait que le premier coup de pioche mette un aussi long temps, alors que, croit-on bien savoir, le financement de l’exécution est mobilisé. D’aucuns diraient que le retard est dû à l’insistance des responsables à ce que le lancement officiel des travaux soit procédé par le souverain dont la venue à la capitale du Souss est constamment reportée. Mais, d’autres se seraient plutôt penchés sur une éventuelle démission, quelque part ! La prochaine visite royale, fortement annoncée ces derniers temps, mettrait-elle fin à toute cette polémique ?

 

L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa fixe ses priorités

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 17/01/2018

L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa fixe ses priorités

Elle a tenu son conseil d’administration au titre de l’année 2018

La situation pluviométrique au niveau de ce bassin a été globalement déficitaire par rapport à 2016. Le taux de remplissage des barrages du Souss n’a pas dépassé 29% contre 48% pour ceux de Drâa.

L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa a tenu récemment son conseil d’administration au titre de l’année 2018, sous la présidence de Charafat Afilal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargée de l’eau, présidente du conseil.

Le conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa a été consacré à la présentation du bilan de ses activités pendant les deux années 2016 et 2017, la situation hydrologique de l’année 2017, l’état d’exécution budgétaire des deux années 2016 et 2017, son projet de programme et de budget pour l’année 2018, l’audit financier pour l’année 2016, ainsi que les conventions et les accords conclus en 2016 et 2017.

Le conseil a été une occasion pour discuter les différents défis qu’affronte la région, notamment ceux qui concernent le déficit pluviométrique et les efforts déployés dans le domaine de la mobilisation des eaux et la protection de la population et les infrastructures contre les inondations. La situation pluviométrique au niveau de ce bassin a été globalement déficitaire par rapport à 2016. Le taux de remplissage des barrages du Souss n’a pas dépassé 29% contre 48% pour ceux de Drâa.

Dans son allocution, Mme Afilal a souligné que, conformément aux Hautes orientations de SM Mohammed VI, le gouvernement a établi un programme de priorités pour l’approvisionnement en eau potable et en eau d’irrigation, et qui comprend des mesures d’urgence, pour garantir l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, et aussi pour accélérer les investissements dans le secteur de l’eau en proposant des solutions innovantes et structurelles visant à améliorer l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, notamment pour les bassins les plus touchés par le déficit hydrique à l’horizon 2025.

Et d’ajouter que plusieurs barrages sont en cours de réalisation, dans les régions de Zagora, Taroudant et à Tinghir. Les travaux ont également été donnés au niveau du barrage Fask à Guelmim. Alors que dans le cadre du Plan d’urgence de protection contre les inondations dans les provinces du Sud, 15 projets ont été programmés, dont 7 sont déjà en chantier.

A rappeler que le secrétariat d’État chargé de l’eau participe avec le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), dans le projet d’envergure de l’unité mutualisée de dessalement de l’eau de mer à Chtouka pour l’irrigation et l’alimentation en eau potable de la région du Souss-Massa, et qui consacre le plein engagement du Royaume en faveur d’un développement durable et respectueux de l’environnement.

3MA sort son nouvel album Anarouz

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 16/01/2018

3MA sort son nouvel album Anarouz

 Fruit de la complicité entre trois virtuoses d’instruments à cordes emblématiques de trois pays d’Afrique

Le groupe 3MA vient de lancer une nouvelle aventure musicale avec l’album Anarouz, et qui témoigne de la magnifique complicité entre l’artiste originaire d’Agadir Driss El Maloumi, le Malien Ballaké Sissoko et le Malgache Rajery. 3MA c’est la rencontre de trois virtuoses d’instruments à cordes emblématiques de trois pays d’Afrique, mais c’est aussi celle d’artistes généreux qui partagent une même passion, une écoute réciproque et une belle amitié.

En 2006, la réunion du magicien malien de la kora Ballaké Sissoko, du maître marocain du oud Driss El Maloumi et du prince malgache de la valiha Rajery aurait pu, comme tant d’autres, s’arrêter après une poignée de concerts et un enregistrement souvenir. Mais la miraculeuse vibration qui s’est élevée, quand ils ont commencé à jouer ensemble, résonne encore aujourd’hui. Guidées par le plaisir d’un échange musical et humain exceptionnel, leurs retrouvailles sont régulières et toujours joyeuses. Elles ponctuent des parcours individuels d’une grande richesse. Le musicien marocain originaire d’Agadir, Driss El Maloumi, s’est formé aux musiques classiques arabe et occidentale. Connu dans le monde des amateurs du oud comme l’un des meilleurs instrumentistes contemporains, il est aussi directeur du conservatoire d’Agadir et pilier depuis 20 ans de l’ensemble Hespèrion XXI de Jordi Savall dans lequel interviennent régulièrement ses amis de 3MA.

Des siècles de traditions musicales courent à travers les doigts de Ballaké Sissoko. Sa connaissance de la tradition mandingue est totale, mais il a su développer une science profonde de l’improvisation. Ces qualités lui permettent des joutes spectaculaires avec des musiciens aux esthétiques variées et exigeantes tels le pianiste italien Ludovic Einaudi, le percussionniste d’origine iranienne Keyvan Chemirani ou le violoncelliste Vincent Segal.

En 2017 le joueur de valiha malgache, Rajery, comptabilise 37 ans de valiha, 35 ans de scène et 25 ans de carrière internationale, courronnée en 2002 par un prix RFI Musiques. Ce spécialiste de la harpe tubulaire est très actif à Madagascar où il a créé un festival musical et s’investit dans l’éducation, la musicothérapie et se produit régulièrement en Europe.

Une décennie après les débuts de 3MA, ce nouvel album est le témoin de leur magnifique complicité et de la maturité de leurs échanges. Sur deux morceaux, le percussionniste Khalid Kouhen ajoute les pulsations délicates de sa percussion de terre urdu. Sur deux autres compositions résonnent les voix de Rajery, Driss et Ballaké et les cordes majestueuses. Le reste du temps, seules les cordes font régner leur magie. Chaque pièce est le résultat d’une alchimie unique, dont il est difficile de détailler la part individuelle. Les timbres de la kora, du oud et de la valiha ne cherchent pas à surligner leur identité mais développent un langage commun. Si l’on ne perd pas de vue les riches traditions dont Ballaké Sissoko, Driss El Maloumi et Rajery sont des symboles on entend surtout le message partagé de 3MA. Ils opposent des harmonies douces et vivifiantes à la violence du monde, à travers une énergie vitale et une poésie universelle.

UN BATEAU DE CROISIÈRE GÉANT DÉBARQUE AU PORT D’AGADIR

Par Mhand Oulberka – le360.ma – 17/01/2018

Le bateau de croisière géant «Arizo» a accosté, ce mercredi 17 janvier, au port d’Agadir avec à son bord quelque 3.500 touristes. Une aubaine pour doper l’activité commerciale dans plusieurs secteurs liés au tourisme.

Le bateau de croisière géant «Arizo» a accosté ce matin à Agadir. Il a à son bord plus de 3.500 touristes, pour la plupart de nationalité espagnole. Selon des sources professionnelles de la région, les 3.500 passagers seront répartis en plusieurs groupes avant d’effectuer des visites dans les régions du Souss.

Les professionnels du secteur ont accueilli avec joie cette visite à même de doper l’activité commerciale dans tous les secteurs liés au tourisme.