Archives de janvier 30th, 2018

Choucroute les 10/11 février et soirée Carnaval le 3 mars au Riad Anma Taroudant

2 ème REPAS CHOUCROUTE AU RIAD ANMA

Samedi et dimanche 10/11,fèvrier

Choucroute garnie avec charcuteries maisons

Dessert Alsacien

Prix 150 Dhs / personne

Sur réservation

AU RIAD ANMA

Par mail :  info@riadanma.com

Ou par tel : 0607724556 / 0679922979


RIAANMA

Soirée  carnaval

Le Riad ANMA vous convie à sa soirée Carnaval

 le samedi 3 Mars à 19 heures

AU MENU :

-Minis brochettes méli mélo

-Trio de galettes farcies (émincé de bœuf curry, émincé de porc paprika ,émincé de dinde au miel-romarin)

Ou  galettes au poisson  et fruits de mer

-gaufres

Déguisement ou touche carnavalesque  bienvenu !

Prix :130 dhs / personne

Réservation obligatoire

Stratégie de développement des industries agroalimentaires dans le Souss-Massa

agrimaroc.ma-MAP – 29/01/2018

Développement des industries agroalimentaires dans le Souss-Massa

La déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la région de Souss-Massa permettra la dynamisation de l’investissement dans ce secteur, a souligné le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.

La convention pour la déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la région de Souss-Massa, signé dimanche sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, permettra aux investisseurs de bénéficier d’avantages incitatifs, a affirmé M. Akhannouch dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle pour la région de Souss-Massa.

Citant les potentialités dont dispose la région de Souss-Massa en matière d’agriculture et de pêche maritime, M. Akhannouch a indiqué que la Convention pour le financement du Programme de développement des Industries agroalimentaires, signée également à cette occasion, tend à accompagner le développement de la production agricole, à travers notamment la valorisation des produits.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, dimanche à Agadir, la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 dans la région de Souss-Massa et de signature de huit conventions et d’un protocole y afférents.

Le projet industriel de Souss-Massa, qui amorce la déclinaison régionale de la stratégie industrielle nationale, s’inscrit dans la Vision Royale qui prône, à travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région.

Investissement : Jackpot dans le Souss-Massa

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 29/01/2018

  • Près de 18 milliards de DH et plus de 12.700 emplois à la clé
  • Avec 62% des investissements captés, Agadir accapare le gros du lot
  • Le secteur du tourisme attire les convoitises
investissment_souss_massa_097.jpg

C’est dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane que se concentre 63% des projets traités favorablement et qui vont drainer plus de 9.000 emplois. Avec un montant de 11 milliards de DH, Agadir accapare ainsi 62% des investissements injectés dans la région Souss Massa

Bilan positif pour l’entrepreneuriat dans la région Souss Massa. L’année 2017 se clôturant avec un montant global d’investissement de plus de 18 milliards de DH, soit plus de 491% par rapport à 2016. A terme, les 213 projets ayant reçu un avis favorable vont générer la création de près de 12.793 emplois, ce qui représente une évolution de 153,7% en comparaison avec 2016, selon les données fournies par le Centre régional d’investissement (CRI) Souss Massa.

Et c’est le tourisme qui vient en tête des investissements approuvés (37,39%). Il est talonné par les services (29,43%) et le BTP (25,39%). L’artisanat, le commerce et les mines ne représentent respectivement que 3,96%, 2,89% et 0,93%. Quant à l’artisanat, il fait pâle figure avec 0,02%. C’est dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane que se concentrent 63% des projets traités favorablement et qui vont drainer plus de 9.000 emplois.

Avec un montant de 11 milliards de DH, Agadir accapare 62% des investissements injectés dans la région Souss Massa. Parmi les projets phares, celui du palais des congrès à Agadir, pour une enveloppe d’investissement de 1,47 milliard de DH. L’offre touristique de la destination va être consolidée au niveau de la nouvelle station touristique de Taghazout par la réalisation d’un complexe hôtelier 5* de 500 chambres.

Il s’agit de l’hôtel «Riu Tikida Argane Bay Taghazout» pour un montant de 912,5 millions de DH et 357 emplois directs à terme. Le projet d’un hôtel 5* de 205 clés sous l’enseigne «Hyatt Regency» sera réalisé pour un investissement de 520 millions de DH et permettra de créer 300 emplois directs. La réalisation d’une RIPT «Taghazout Bay» et d’un hôtel 5* d’une capacité de 400 chambres, par la société «Pickalbatros Morocco For Tourism and Investment» sont aussi au programme.

Une convention a par ailleurs été signée avec l’Etat pour 7 nouvelles composantes au niveau de la station, indique le CRI. Elle  regroupe un hôtel Hilton, un Marriott, une académie de tennis, une académie de golf, un centre de l’arganier, un beach club et un parc à thèmes pour un investissement global de 964 millions de DH qui généreront 545 emplois directs.

En termes d’animation touristique, un parc d’attraction sera réalisé à Anza par la société «Agadir Delfin World» pour 7,5 millions de DH et 20 postes directs à la clé.

La santé en plein essor

Le projet de la station de dessalement d’eau de mer présenté par les sociétés «Seda» et «Amane El Baraka» a permis en 2017 de donner un élan au secteur des services qui représente 29% du total des investissements engagés dans la région. La future station, qui s’étale sur près de 20 ha, au niveau de la commune Inchaden, Province de Chtouka Aït Baha, nécessitera un investissement global de 4,4 milliards de DH et permettra de créer environ 627 emplois. D’autres projets, validés en 2017, viennent consolider le positionnement de la ville d’Agadir comme destination de santé et de bien-être. Ils seront positionnés dans le sillage du futur CHU. Il s’agit d’un centre de cardiologie présenté par la société «Moroccan Heart Care» pour une enveloppe de 40 millions de DH et d’une clinique spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brûlés et esthétique. Portée par  la société SA2, cette dernière nécessitera un investissement de 38 millions de DH et aura une capacité de 24 chambres et 6 suites. Parmi les autres projets validés, celui de la création d’une clinique spécialisée en radiothérapie et chirurgie plastique sous la dénomination de «Clinique des Roses» pour une capacité de 60 lits. De même qu’une académie de formation dans les métiers de la santé à réaliser sur une superficie de 4.723 m2 par la société «Agadir Health Center».

Agadir a bien profité du CHAN

par Fayçal Ismaili – le360.ma – 29/01/2018

Stade d'Agadir

Le Stade Adrar d’une capacité de 45 480 places.

La ville d’Agadir qui a abrité les matchs du groupe 4 lors du CHAN a, semble-t-il, accompli sa mission et les retombées économiques ne sont pas négligeables.

Quatre villes accueillent en ce moment même le Championnat d’Afrique des Nations, Casablanca, Marrakech, Tanger et Agadir. La capitale de la région du Souss a parfaitement accompli sa mission, selon le quotidien arabophone Al Akhbar daté du 30 janvier. Selon un membre du comité d’organisation, Agadir a réussi le pari dans tous les domaines.

Que ce soit sur le volet sportif, hôtelier, logistique et sécuritaire aucune fausse note n’a été signalée, selon les organisateurs. La présence du public est l’un des points forts de cette compétition, à Agadir en particulier. Le quotidien rapporte que le stade Adrar a accueilli 12.700 spectateurs lors de la première rencontre et plus de 18.000 ont assisté au second match.

Dans ce sens, il faut signaler que les organisateurs ont mis gracieusement à la disposition des spectateurs le nombre de bus nécessaire. Pour Marrakech, les fans de football ont aussi été transportés du centre-ville jusqu’au stade pour suivre les matchs. Pour rappel, les deux terrains se trouvent à l’extrémité des deux villes.

Pour l’un des organisateurs, la ville d’Agadir a beaucoup gagné économiquement parlant. Plusieurs acteurs ont profité de façon directe ou indirecte de l’organisation et du bon déroulement de la compétition. Il s’agit évidemment des établissements hôteliers, des sociétés de transports, des restaurants en plus des imprimeries. Cela dit, il faut attendre la fin du CHAN pour évaluer l’ensemble de ces aspects. À ce moment-là, il sera possible d’apprécier à sa juste valeur les retombées économiques pour chacune des villes, selon le quotidien.

Agadir/Traitement des déchets ménagers : Ciments du Maroc s’implique

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/01/2018

  • Une nouvelle plateforme pour un investissement de 100 millions de DH
  • Les déchets de la ville serviront à produire du combustible alternatif pour son four
ciment-du-maroc-098.jpg

L’usine d’Aït Baha est l’une des cimenteries les plus modernes dans le monde. Elle est à la pointe de la technologie en matière de protection de l’environnement et d’économie d’énergie et d’eau. A son actif, la certification du Système de management énergétique ISO 50001 2011 et aussi ISO 14001 (Ph. CDM)

Un investissement de 100 millions de DH pour un gain en développement durable inestimable. Le dernier projet de Ciments du Maroc, dont la convention a été signée devant le Souverain dimanche dernier à Agadir, permettra à la ville de «respirer» un air moins encombré et au groupe de produire encore plus propre. Elle porte sur la construction d’une plateforme pour le traitement des déchets ménagers issus des refus du centre de tri de la nouvelle décharge contrôlée de la ville.

La nouvelle plateforme, qui générera à terme 50 emplois, permettra le traitement de 150.000 tonnes de déchets ménagers bruts pour la production d’un combustible propre à la cimenterie permettant la substitution de 35.000 tonnes de combustibles fossiles qui sont aujourd’hui importés.

Le programme prévu dans cette convention, qui s’inscrit dans la politique nationale du développement durable, permettra la réduction des importations des combustibles fossiles et des impacts environnementaux des décharges. De même que la diminution des quantités de lixiviats et des déchets destinés à l’enfouissement.

C’est ainsi que l’augmentation du taux de valorisation et de recyclage constitue une contribution importante aux objectifs nationaux du Programme national des déchets ménagers (PNDM). La production d’un combustible alternatif, qui sera aussi utilisé comme inflammable secondaire pour alimenter le four de la cimenterie, apporte une contribution à l’effort national en matière  de réduction des gaz à effet de serre. In fine, la plateforme contribuera à apporter une solution écologique à la problématique des déchets ménagers, mais aussi agricoles, plastiques et autres déchets de la région d’Agadir.

Elle a été conclue avec le ministère de l’Economie et des Finances, le ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, la wilaya de la région Souss Massa, le Conseil régional de Souss Massa et le groupe LH

Pour rappel, Ciments du Maroc, filiale de Heidelberg Cement Group, met en œuvre une stratégie environnementale en ligne avec les orientations du Maroc en matière de développement durable. Ses trois usines à Ait Baha, Safi et Marrakech, sont équipées de dispositifs les plus modernes pour la valorisation énergétique des déchets et pour le contrôle des émissions et des rejets avec une capacité totale annuelle de plus de 100.000 tonnes.

A la pointe de la technologie

L’usine d’Aït Baha, mise en service en 2010, est l’une des cimenteries les plus modernes dans le monde. Certifiée ISO 14001 en 2013, elle a bénéficié des technologies les plus avancées en matière de protection de l’environnement et d’économie d’énergie et d’eau. Sa capacité de production  est de 2,2 millions de tonnes de ciment, facilement extensible au double. Implantée sur une surface de 100 hectares, cette structure a nécessité un investissement de 3,5 milliards de DH et a généré près de 400 emplois directs et indirects. L’usine d’Ait Baha, qui exporte également du clinker vers l’Afrique subsaharienne, est composée d’une ligne de cuisson de 5.000 t/j, ce qui en fait actuellement le plus gros four au Maroc. Elle comprend aussi deux broyeurs à ciment verticaux, un atelier d’ensachage et de chargement mécanisé de haute performance (8 000 t/j) et un atelier de palettisation. Les technologies déployées dans cette usine lui confèrent des performances énergétiques et environnementales des plus économiques. C’est d’ailleurs l’une des rares au monde à être dotée d’une technologie de cogénération pour la production d’électricité à partir de la chaleur résiduelle des gaz de four, traditionnellement rejetés dans l’atmosphère. En 2014, la cimenterie d’Aït Baha a obtenu la certification du Système de management énergétique ISO 50001 2011. Une première au Maroc.

Déclinaison Régionale du Plan d’Accélération Industrielle pour le Souss-Massa

.

Suite à la Cérémonie de présentation du Plan Régional d’Accélération industrielle du Souss-Massa, Présidée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, le 28 janvier 2018 à Agadir, avait lieu ce matin une conférence de presse dans la Salle des Conférences de l’Hôtel Royal Atlas d’Agadir pour détailler le contenu de ce Plan.

La salle était pleine pour accueillir cette conférence :

Ce séminaire s’est déroulé en présence de  (de gauche à droite) :
M. Omar Halli,Président de l’Université Ibn Zohr ;
M. Khalil Nazih, Directeur du Centre Régional d’Investissement Souss Massa ;
M. Brahim Hafidi Président du Conseil Régional Souss Massa ;
et M. Mohamed el Mouden Vice-Président de la Chambre de Commerce d’industrie et Services d’Agadir,

Chacun a pris la parole pour donner les éclaircissements sur ce plan d’accélération industrielle et insisté sur toutes les incitations, encouragements et facilitations faites aux entreprises pour leurs investissements dans les domaines industriel et agroalimentaire, ainsi que pour la satisfaction des besoins en ressources humaines…

M. Brahim Hafidi

M. Omar Halli

M. Mohamed el Mouden

M. Khalil Nazih

Voici, en détail le contenu de ce Plan Régional d’Accélération industrielle du Souss-Massa :

Photos M. Terrier

%d blogueurs aiment cette page :