Archives de mars 2018

Bravo les artistes ! La troupe des « Allumés du Souss » de l’UFE nous a gratifié hier soir d’un magnifique spectacle

Hier soir nous avons pu assister à un spectacle remarquable qui nous a été présenté par la troupe de théâtre « Les Allumés du Souss ».
Tout était réussi : les décors, les costumes (Bravo Hélène et Chantal !), le jeu de tous les acteurs était admirable !
Un beau succès qui a demandé énormément de travail à tous et le résultat était là !

La belle salle des Jardins d’Agadir Club était pleine :

Jean-Marie Routier, le producteur a présenté cette pièce mise en scène par Brahim Rouibaa :

Quelques photos prises pendant la représentation :

Toute l’équipe a été longuement applaudie à l’issue de cette belle prestation : les acteurs, bien sûr, mais aussi tous ceux qui ont participé à sa réussite : pour les costumes, les décors, la mise en scène, la production…

Le metteur en scène Brahim Rouibaa

Le producteur Jean-Marie Routier

Un copieux cocktail préparé par les jardins d’Agadir Club était à disposition à la suite.

Des photos de quelques artistes pendant ce cocktail :

Khadija

Marie Carmen

Jocelyne

Là, la troupe des « Allumés du Souss » a mis la barre très haute et pour l’année prochaine, le challenge sera très difficile à tenir mais on peut leur faire confiance !

Abdelhak Khiame (BCIJ) : « La négligence des services français aurait pu mettre le Maroc en danger »

Par Samir El Ouardighi – medias24.com – 29/03/2018

Abdelhak Khiame (BCIJ) :
 

Dans une déclaration à l’agence Associated Press, le patron du BCIJ a pointé du doigt le manque d’anticipation des services de renseignements français qui n’ont pas averti ses services de la radicalisation de Redouane Lakdim, auteur d’un attentat terroriste qui a fait 4 morts dans le sud de la France. Abdelhak Khiame nous apporte quelques précisions sur les conséquences de ce dysfonctionnement dans la chaîne de transmission. Dysfonctionnement qui ne risque cependant plus de se produire à l’avenir.

« Ayant un canal permanent de communication avec nos homologues français, nous avons été très étonnés de ne pas avoir été avisés de la radicalisation de Lakdim avant qu’il ne passe à l’action », s’étonne encore une fois le directeur général du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).

Selon lui, la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) française n’a pas jugé utile d’avertir son service car le franco-marocain suspecté de radicalisation a d’abord été considéré comme un citoyen français.

« Ils auraient dû nous prévenir qu’il avait des sympathies extrémistes car son pays d’origine est quand même le Maroc. Nous ne reprochons rien à nos confrères mais après les nombreux attentats en Europe où des marocains étaient impliqués, la moindre des choses aurait été que nous sachions qu’il faisait l’objet d’un signalement (fiche S) pour prendre les dispositions prévues en pareil cas de figure.

C’est important sachant que ce type d’individu se déplace souvent au Maroc pour visiter sa famille ou pour des vacances d’été. Sachant qu’il a été filé par des équipes de la DGSI, cette dernière aurait dû nous communiquer son identité car il représentait aussi une menace pour son pays natal.

 Si nous avions su qu’il était suspecté d’extrémisme religieux, nous l’aurions également surveillé à chacun de ses voyages au Maroc où il aurait pu constituer une menace pour notre sécurité », se désole notre interlocuteur.

A la question de savoir si les services marocains avaient émis une protestation officielle auprès de leurs homologues français, Khiame préfère ne pas répondre tout en ajoutant toutefois que cette erreur d’appréciation est une bonne leçon.

 « C’est un mal pour un bien car à l’avenir, tous les services de renseignements du monde entier qui ont des suspects marocains dans leur listing se feront un devoir de nous avertir à l’avance, ce qui permettra peut-être d’anticiper et d’éviter des drames comme celui de Carcassonne », conclut Khiame qui tient à souligner que ce dysfonctionnement dans la chaîne de transmission de l’information sécuritaire ne saurait remettre en question l’exemplarité et la solidité des relations entre services secrets marocains et français.

Investissements étrangers au Maroc : Saad Eddine El Othmani optimiste

aujourdhui.ma – 30/03/2018

Investissements étrangers au Maroc :  Saad Eddine El Othmani optimiste

L’augmentation des flux des investissements étrangers au Maroc est le fruit de grands efforts déployés par le Royaume. C’est ce qu’a souligné Saâd Eddine El Othmani lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

Le chef du gouvernement a souligné que des négociations sont menées actuellement avec des sociétés de différents pays pour les inciter à venir s’installer et investir au Maroc, particulièrement dans le secteur industriel. M. El Othmani a par ailleurs noté que les chiffres publiés dans différents rapports reflètent clairement l’amélioration du niveau des investissements étrangers au Maroc. Après avoir passé en revue les évolutions enregistrées au cours des dernières années en termes d’investissements ainsi que l’image dont jouit le Maroc aux niveaux continental et international, M. El Othmani a souligné la nécessité de déployer davantage d’efforts en vue de rehausser le niveau des investissements dans le Royaume.

Dans ce sens, le chef de gouvernement a rappelé avoir reçu la semaine dernière une délégation composée de 130 hommes d’affaires chinois, venue au Maroc dans le cadre de la coordination entre la Région Souss-Massa et des régions chinoises, ainsi qu’une autre délégation venue à l’initiative de la Confédération générale des Entreprises du Maroc et dont l’objectif est de tisser des relations avec des hommes d’affaires marocains.

Terrible accident près d’Agadir, 9 morts et six blessés

bladi.net – 29/03/2018

La route marocaine a encore tué. Un terrible accident qui s’est produit ce matin dans la région d’Agadir a fait 9 morts et six blessés, indiquent les autorités locales.

  Accident de Chtouka : le roi Mohammed VI prend en charge personnellement tous les frais

Le drame est dû à une collision entre un car de transport de passagers et une camionnette avec à son bord des ouvriers agricoles, précisent les mêmes sources, selon qui, l’accident a eu lieu sur la route provinciale reliant les communes de Biougra et d’Aït Amira près du Douar Rjila.

Les blessés, dont certains sont dans un état grave, ont été transportés à l’hôpital de Chtouka Aït-Baha, ajoute-t-on encore.

Une enquête a été ouverte par les services de gendarmerie pour tenter de déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Agadir : L’Agence urbaine s’engage à répondre à une urbanisation en croissance continue

lematin.ma – 29/03/2018

M. Fassi Fihri a souligné que la tenue de cette session, la première depuis trois ans, est l'occasion de faire le point sur le bilan accompli pendant cette période.
M. Fassi Fihri a souligné que la tenue de cette session, la première depuis trois ans, est l’occasion de faire le point sur le bilan accompli pendant cette période.

L’Agence urbaine d’Agadir a tenu mardi la 15e session de son conseil d’administration marquée par un engagement ferme à jouer pleinement son rôle dans le processus de planification urbaine face à une urbanisation en croissance continue, notamment à travers la consolidation de la couverture des territoires en documents d’urbanisme réglementaires.

Lors de cette session présidée par le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri, l’accent a été ainsi mis sur l’importance d’une planification urbaine «anticipative, prévisionnelle et réactive» qui réponde aux problématiques posées et aux attentes des différents partenaires. Intervenant à cette occasion, M. Fassi Fihri a souligné que la tenue de cette session, la première depuis trois ans, est l’occasion de faire le point sur le bilan accompli pendant cette période, tout en donnant un élan nouveau pour la mise en œuvre, en collaboration avec les différents partenaires, à un plan d’action concerté et ambitieux pour les années à venir.
L’objectif est de répondre aux attentes multiples dictées par la dynamique urbaine que connait l’aire d’intervention de l’Agence urbaine d’Agadir qui couvre les préfectures d’Agadir-Ida Outanane et Inezgane-Ait Melloul ainsi que la province de Chtouka-Ait Baha. La session a été ainsi consacrée à l’examen du rapport d’activité de l’Agence au titre de l’exercice 2015, 2016 et 2017, du projet du budget au titre de l’exercice 2018 ainsi que du plan d’action pour la période 2018-2020.
En ce qui concerne le bilan d’activité de l’Agence urbaine d’Agadir durant les trois années précédentes, son directeur a cité, parmi les indicateurs de performance, la généralisation de la couverture de son territoire d’intervention en documents d’urbanisme, en assurant le suivi d’élaboration de 42 documents d’urbanisme : le schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU) du Grand Agadir, 30 plans d’aménagement (PA) et 11 plans de développement d’agglomération rurale (PDAR).
Le but de cette généralisation en documents d’urbanisme est de mettre à la disposition des collectivités territoriales des documents de planification à même de permettre la gestion urbaine et le développement harmonieux de leur territoire, a-t-il indiqué.
Parallèlement, l’Agence urbaine est en deuxième phase d’élaboration et de la mise en cohérence de 14 nouveaux plans d’aménagement dans le cadre du SDAU.
Dans le cadre de l’accompagnement des communes dans leur action en matière de mise à niveau urbaine et d’amélioration de la qualité de vie des populations dans les tissus non réglementaires, l’Agence urbaine, en étroite collaboration avec ses partenaires, a assuré au titre des exercices budgétaires 2015, 2016 et 2017, la réalisation et le suivi d’élaboration de 129 secteurs de restructuration, 53 secteurs sur les 129 ont été validés et couvrent une superficie de 786 ha.
Outre la réalisation d’enquêtes foncières, l’exploitation de données topographiques, des visites de terrains pour l’actualisation des plans de restructuration, l’Agence Urbaine a délivré durant les trois exercices 3370 notes de renseignements, et réalisé une couverture de 19.000 ha en prises de vue aériennes qui concerne l’aire d’étude du SDAU, indique-t-on de même source.
Par ailleurs, il a été procédé au lancement de deux appels d’offres pour des prises de vue aériennes et restitutions numériques : le premier sur une superficie de 6.000 ha couvrant les communes de Taghazout, Aourir, Drarga, L’qlia, Sidi Bibi, Ait Amira et Oued Essafa, le deuxième sur une superficie de 8.800 ha couvrant des parties des communes Imouzar, Imssouane, Assaka, Sidi Bibi, Ait Amira, Sidi Bousshab et Ait Milk.
En matière de gestion urbaine et d’instruction des dossiers d’autorisation de lotir et de construire, l’Agence urbaine a mis en avant l’instruction au titre de l’exercice 2015, 2016 et 2017 de 26.475 dossiers, dont 19.483 ayant reçu un avis favorable avec un investissement global estimé à plus de 31,04 milliards de dirhams.
La situation budgétaire de l’Agence à fin 2017 s’est établie à plus de 49,67 millions de DH, a-t-on relevé lors de la tenue de cette quinzième session du conseil d’administration.
Au terme de cette session, il a été procédé à la signature de conventions portant notamment sur l’accompagnement pour la réalisation d’une école nationale d’architecture dans la capitale du Souss, le lancement du projet «E-instruction» pour la dématérialisation du guichet unique des autorisations d’urbanisme au niveau de la commune d’Agadir ainsi que sur la réalisation des études de mise à niveau et de réaménagement au niveau de plusieurs communes rurales.

Plus de 700 concurrents au Morocco Desert Challenge au départ d’Agadir

lematin.ma – 30/03/2018

70% des participants sont des pilotes amateurs. Ph : DR70% des participants sont des pilotes amateurs. Ph : DR

Plus de 700 participants de 24 pays prendront part, mi-avril, à partir d’Agadir, à la 10e édition du Morocco Desert Challenge (MDC), un rallye-raid qui sillonnera plusieurs régions du Royaume sur sept étapes.

«Le MDC est un véritable rallye cross-country qui relie de nouveau une côte à l’autre : de la plage blanche immaculée sur l’océan atlantique jusqu’à la Mer Méditerranée», indique les organisateurs dans un communiqué parvenu jeudi à la MAP, l’ultime étape se terminant à Oujda alors que la cérémonie de remise des prix est prévue à Saïdia (22 avril).

Au niveau de la participation, dont 70% est composée de pilotes amateurs, les Hollandais (211) sont en tête devant les Belges (98) qui ne sont plus la nationalité la mieux représentée, selon la même source qui relève que la France qui était présente l’année passée avec 45 participants, est massivement présente avec 102 participants cette année. Les Espagnols (32), les Portugais (18), les Anglais (30), et les Italiens (17) montrent encore cette année leur intérêt pour l’événement.

Cette année, les concurrents proviennent aussi de l’Australie, du Japon, de l’Algérie, des Etats-Unis, et de l’Islande. Mais la tendance la plus frappante en 2018, indique-t-on, est la présence de l’Europe de l’Est avec des dizaines de représentants venant de Pologne, de Hongrie, de Slovaquie et de Roumanie.

D’après l’organisateur Gert Duson, ce qui rend ce rallye unique, c’est l’absence de liaison. Entre le début de la première étape et la fin de la dernière, il n’y a littéralement aucune distance. Chaque étape commence et se termine dans un bivouac.

«Nous nous débarrassons du ‘mal nécessaire’ du monde des rallyes. Ce n’était pas facile, mais sous la devise «tant pis si c’est difficile», après 3 voyages de reconnaissance nous sommes arrivés à une succession parfaite de pistes belles et variées. 0 km de liaison n’est pas seulement notre nouvelle norme; c’est une tendance que beaucoup (devront) suivre», souligne-t-il.

En termes de nombre de véhicules participants, le MDC réunira cette année 30 camions de course, 112 voitures (4×4, SSV & Buggy) et 53 motos et quais.

Le Morocco Desert Challenge commence à Agadir les 13 et 14 avril par deux jours de vérifications techniques et administratives sur la place Al Amal, au cœur de la ville. La première spéciale (prologue) se tiendra le lendemain sur la Plage Blanche à Guelmim..

Port d’Agadir : Lancement du contrôle électronique via PortNet

leconomiste.com – 30/03/2018

Port d’Agadir: Lancement du contrôle électronique via PortNet

Après le déploiement de la dématérialisation du contrôle des produits importés au port de Casablanca, c’est au tour d’Agadir de lancer la généralisation de l’échange des résultats de contrôle électroniques de l’ONSSA, via la plateforme PortNet.

Pour rappel, la plateforme PortNet vise à contribuer à la simplification des procédures du commerce transfrontalier à travers l’échange informatisé des données.

Ce qui améliore forcément les conditions de passage en douane des produits soumis au contrôle de l’ONSSA, ainsi que le renforcement de la protection du consommateur, ou encore la lutte contre la concurrence déloyale.

Les journées du patrimoine d’Agadir les 27 et 28 avril 2018

Ces journées sont organisées par la MAMMA (Mémoire des Architectes Modernes MArocains)

Nous sommes heureux de vous annoncer l’organisation des journées du patrimoine d’Agadir – Visites guidées, conférences, et animations culturelles sur Agadir les 27 et 28 avril 2018.

Agadir : Conférence « Les femmes artistes marocaines de l’indépendance à nos jours »

.

La Conférence « Les femmes artistes marocaines de l’indépendance à nos jours » sera animée par Mr Lahsen Bougdal le samedi 7 avril à 10h à Universiapolis.

2ème édition du Rallye Mille Oasis du 22 au 27 avril au départ d’Agadir.

.

.

Une expérience unique à la découverte d’un Maroc secrètement gardé par les passionnés de voitures classiques et de grands espaces

Sous l’égide de la Fédération Royale Marocaine des Véhicules d’époque, le Club Souss Auto Classic organise, du 22 au 27 Avril 2018, la 2ème édition du Rallye Mille Oasis qui prendra son point de départ à Agadir.

Épreuve automobile touristique, le Rallye Mille Oasis 2018 couvrira un parcours de près de 1450 km composé de 6 étapes en mesure de sublimer le plaisir de conduire des équipages de plus de 50 voitures mythiques de collection.

Désireux de partager leur expérience du terrain et des véhicules d’époque, les fondateurs du Rallye Mille Oasis proposent une aventure luxueuse dans les décors naturels et splendides du Sud du Maroc où l’on parcourt kasbahs, oasis, dunes, vallées, cimes et déserts. Au-delà d’initier une séduisante compétition sportive, les fondateurs du Club Souss Auto Classic ont pour objectif premier le développement d’un tourisme de niche destiné aux amateurs de véhicules d’époque, nationaux et internationaux.

Mon ami Abdelouahad Ettoubaji effectuant un contrôle de passage

Cet événement unique en son genre fédérera une centaine de collectionneurs qui, après avoir sillonné les routes des régions sud du Maroc, deviendront à leur tour les meilleurs ambassadeurs de ce tourisme de luxe.


Le Rallye Mille Oasis ouvre son concept aux férus de voitures d’époque et de marques prestigieuses qui souhaitent partager une aventure unique à travers les paysages contrastés et les détours imprévisibles du Maroc.

SAVE THE DATE : DU 22 AU 27 AVRIL 2018
RALLYE MILLE OASIS

Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez contacter M. Ahmed el Ghadir
Email : 
info@rallyemilleoasis.com
Site web : https://rallyemilleoasis.com/
Page Facebook : /RallyeClassicMilleOasis/

Agadir, Golf : Atlas Pro Tour : Yassine Touhami se distingue à l’Open Océan

par Amine El Amri – lematin.ma – 28/03/2018

Yassine Touhami réussit le meilleur classement de la saison pour un golfeur marocain.Yassine Touhami réussit le meilleur classement de la saison pour un golfeur marocain.

Le golfeur marocain Yassine Touhami s’est distingué, en décrochant une place sur le podium de l’Open de l’Océan, disputé à Agadir, dans le cadre de la 9e édition de l’Atlas Pro Tour. À quelques semaines du Trophée Hassan II, ce résultat augure de belles choses pour le golf national.

Il a fallu attendre la 6e étape de l’Atlas Pro Tour 2018, pour voir un golfeur marocain monter sur le podium. À l’Open de l’Océan, sur le parcours du même nom à Agadir, Yassine Touhami a été classé troisième, avec un excellent score de 10 coups sous le par. Un résultat encourageant pour le golf national, qui témoigne du progrès constant des golfeurs du Team ATH en particulier. Après un début titubant, Touhami a réussi un come-back mémorable, en rendant une remarquable carte de -7 au terme du dernier tour, se hissant à la 3e place du classement final. Ayoub Lguirati (8e à -8) était, au terme du deuxième tour, le représentant marocain et du Team ATH le mieux classé (5e après deux tours). Ahmed Marjan, termine à une honorable 15e place pour compléter un trio marocain 100% Team ATH dans le top 20 du tournoi. Soufiane Rochdi complète le quatuor marocain qui a passé le cut très sélectif du tournoi et termine à la 39e place du classement général.
Le tournoi a été remporté par le Suisse Benjamin Rusch, qui remporte cette étape avec un score total de -14 et s’approche d’une qualification pour le Challenge Tour, comme en 2015. Rusch s’impose deux coups devant l’Écossais Chris Robb (-12). La prochaine étape de l’Atlas Pro Tour se déroule du 29 au 31 mars sur la magnifique baie de Taghzaout au nord d’Agadir, à l’occasion de l‘Open Tazegzout. 138 golfeurs sont attendus pour l’événement, dans la quête au Prize Money de 30.000 euros et autant de points dans le classement de l’Ordre du Mérite, toujours dominé par l’Écossais Liam Johnston.

Agadir : Onzième festival Issni N’ourgh du film amazigh

lematin.ma – 28/03/2018

Résultat de recherche d'images pour "festival Issni N’ourgh"

La ville d’Agadir accueille du 2 au 6 avril la onzième édition du Festival Issni N’Ourgh international du film amazigh. Cette manifestation est organisée par l’association éponyme, en partenariat avec le Conseil communal de la ville d’Agadir et l’Institut royal de la culture amazighe, avec le soutien du Conseil de la région de Souss-Massa.
Le public aura l’occasion de suivre lors du Festival Issni N’ourgh (couronne d’or en langue amazighe) des longs et courts métrages ainsi que des documentaires et des productions vidéo qui vont concourir pour les différents prix en lice. «Après une décennie de travail en faveur du cinéma et de la culture amazighs, la présente édition s’inscrit toujours dans la même vision de faire d’Agadir une capitale de la culture amazighe, tout en capitalisant le savoir-faire qui a su conjuguer les expériences artistiques d’ici et d’ailleurs», indique l’association organisatrice dans un communiqué.
Des cinéastes et artistes marocains et étrangers figurent parmi les membres du jury des compétitions au programme de cette édition.

Binter lance de nouveaux vols entre Agadir et les Canaries

lnt.ma – 28/03/2018

Dès aujourd’hui, Binter augmente le nombre de vols entre Agadir et les Canaries avec une ligne de plus à destination de l’île de Tenerife tous les mercredis. Cette nouvelle ligne vient s’ajouter aux deux liaisons hebdomadaires de Binter avec Gran Canaria, le lundi et le vendredi.

Le nouveau vol, d’une durée d’une heure trente-cinq, partira de l’aéroport de Tenerife Nord à 11h45 pour décoller ensuite d’Agadir à 14h15. Les horaires sont les mêmes que les deux vols hebdomadaires que la compagnie aérienne assure toute l’année entre le chef-lieu de la région Sous-Massa et l’île de Gran Canaria.

De plus, la compagnie a prévu de renforcer pendant les mois d’été la liaison avec Agadir, avec un vol de plus par semaine afin de répondre à l’augmentation de la demande enregistrée en période estivale.

Binter améliore ainsi la liaison avec cette importante enclave du sud de la côte atlantique du Maroc.

Les îles Canaries sont l’une des destinations touristiques les plus appréciées des Marocains. Sur ces sept îles, toutes reliées par Binter avec 180 vols par jour, de nombreuses activités sont proposées aux touristes pour des voyages en famille, en couple ou entre amis.

Visite au Centre de Réflexologies Combinées Michèle Lagrost

Au moment de notre anniversaire de mariage, Michèle Lagrost avait eu la gentillesse d’offrir à chacun de nous une séance de Réflexologie.

Pris par nos occupations, nous n’avions pas encore pris le temps d’en profiter.
Hier enfin les bonnes conditions étaient réunies pour y aller.

le centre de Réflexologie se trouve chez O Massage à Talborjt :

O Massage, c’est un beau centre de massage, hammam, soins qui vient de faire l’objet d’une rénovation et modernisation.

L’entrée :

O Massage comprend de nombreuses salles de massage et de relaxation :

Un hammam :

Des salles de soins de beauté :


La Réflexologie

D’abord, c’est quoi la réflexologie ?

LES REFLEXOLOGIES DETENTE / BEAUTE / BIEN-ETRE
  • Réflexologie plantaire : C’est une stimulation manuelle consistant à exercer des pressions sur les différentes zones réflexes du pied, pour une action ré-équilibrante de l’organisme dans sa globalité (corps et esprit).
  • Réflexologie faciale : Chan’beauté, dérivé du Dien Chan thérapeutique, se pratique avec de petits outils pour stimuler l’ensemble du visage dans le but de détendre et travailler sur les imperfections cutanées rides, ridules, taches et cicatrices, dans un objectif esthétique.

  • Réflexologie palmaire : travail sur les zones réflexes des mains pour une régulation du système nerveux et une action calmante et apaisante .

LES REFLEXOLOGIES COMBINEES THERAPEUTIQUES
  • La réflexologie libère les facultés d’autorégulation de 1’organisme et soulage divers troubles sans traitement médicamenteux. La combinaison de plusieurs réflexothérapies dans une seule séance optimise les résultats.

  • Réflexologie faciale Dien Chan, méthode multi-réflexologique d’origine vietnamienne se pratiquant sans aiguilles.

  • Auriculothérapie, méthode thérapeutique consistant à stimuler des points précis du pavillon de l’oreille.

  • Réflexologie plantaire et palmaire, thérapies manuelles consistant à exercer des pressions sur les zones réflexes du pied ou de la main.

Gestion de la douleur diagnostiquée, troubles musculo-squelettique, cervicalgie, lombalgie, arthrose, tendinite…..
Troubles liés au système nerveux : stress, insomnie, angoisse……
Problèmes digestifs, circulatoires, allergies, addictions….
Accompagnement du sportif.

Michèle Lagrost dans le salon où elle pratique :

Nicole en pleine séance d’auriculothérapie :

J’ai été très impressionné par cette méthode thérapeutique et je vous en donne quelques éléments :

La Réflexologie :

La réflexologie vise à mobiliser les processus d’autoguérison du corps. Elle se pratique en exerçant une pression soutenue, avec le bout des doigts, sur des zones ou des points réflexes situés sur les pieds, les mains et les oreilles. Ces points correspondent à des organes ou des fonctions organiques.

La réflexologie n’est pas une technique de massage, insistent les praticiens, même si elle peut y ressembler à première vue. Elle serait davantage apparentée au shiatsu ou à l’acupuncture. La réflexologie ne prétend pas guérir des maux spécifiques. Elle cherche plutôt à apporter un certain soulagement à toutes sortes d’affections : maux de tête ou de dos, syndrome prémenstruel, stress, troubles respiratoires, sclérose en plaques, effets indésirables de la chimiothérapie, etc.

 

Le Dien Chan

Le Dien Chan est une technique de réflexologie faciale Vietnamienne. Elle fut initiée par le professeur Bui quoc Chau.

Dien signifie visage et surface
Chan signifie observation et prise en charge

Le Dien chan utilise un réseau de multiréflexologie constitué par plusieurs schémas de réflexion. Son approche est thérapeutique et il permet de retrouver un bien être global : physique, psychologique et émotionnel.

Cartographie des points BQC ( Bui quoc Chau) du Dien Chan

La réflexologie plantaire :

La réflexologie plantaire est une branche de la réflexologie. Elle se base sur des pressions faites à certaines zones précises du pied, dont notamment la voûte plantaire. Vieille de milliers d’années en Chine, la réflexologie des pieds était également pratiquée en Égypte antique comme le témoignent certaines représentations photographiques sur des papyrus.

Carte des zones réflexes des pieds :

 

Auriculothérapie :

Par la méthode initiée par Paul Nogier :

Le même appareil permet
– une détection électrique des points d’Auriculothérapie par mesure d’impédance cutanée par électrodes coaxiales
– une action thérapeutique 

Cartographie :

2ème édition du « Forum d’Amitié Maroco-Chinoise »

2ème édition du « Forum d’Amitié Maroco-Chinoise »

du 26 au 28 Mars 2018 – Agadir

11 protocoles d’entente ont été signés, en marge de la 2e édition du Forum d’Amitié Maroco-Chinoise, qui s’est ouvert, ce lundi, à Agadir.

Le lancement des travaux de la 2ème édition du Forum d’Amitié Maroco-Chinoise, s’est couronné, ce lundi par la signature, à Agadir, de 11 protocoles d’entente entre les opérateurs chinois et leurs homologues marocains dans le cadre de la coopération décentralisée.

A cet égard, c’est le Conseil Régional Souss-Massa qui a ouvert le bal en concluant deux protocoles d’entente. Le premier accord porte sur le partenariat avec la Province de Shanxi, et le second a été conclu avec l’Association Ningxia pour l’amitié avec les pays étrangers. De surcroit, les Communes de Taroudannt, Tiznit, Tata, Ait Melloul, Foum El Hessen et Agadir ont respectivement signé des protocoles d’entente avec les villes Chinoises de Datong, Zhangjiajie, Dalian, Wu Xi, Yangzhou et Nonjing alors que la Préfecture et les Provinces d’Inezgane Ait-Melloul, Taroudannt et Tata se sont en pourparlers avec les Régions d’Anhui, Hunan et Guizhou.

Plusieurs domaines de coopération

Pour les domaines de coopération communs, ils couvrent le commerce, le développement de l’investissement en plus de l’agriculture et la pêche maritime. Selon Abdeljabbar El Kastalani, 1er vice-président du Conseil régional Souss-Massa, « l’ensemble de ces protocoles vise la création d’un cadre favorable au partenariat entre les deux parties en vue de renforcer la coopération et les échanges économiques » indique-t-il. Il va sans dire que l’Université Ibn Zohr d’Agadir a signé, aussi, durant cette même journée, deux accords avec l’Université de Shanghai Jiao Tong et l’Université de Ninxia.

Des B2B entre les entreprises marocaines et chinoises

Par ailleurs, des séances de travail B2B ont été organisées à la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services de la Région Souss-Massa entre une vingtaine d’entreprises chinoises et une quarantaine de sociétés marocaines représentant les secteurs de l’industrie automobile, le BTP, l’industrie lourde, les équipements de transport en plus de l’énergie éolienne, l’agroalimentaire, la santé et l’import/export du thé.

Agadir : Un forum Maroc-Chine pour tirer le plein potentiel du partenariat stratégique

article19.ma – 26/03/2018

Renforcer la coopération entre le Maroc et la Chine en tirant le plein potentiel du partenariat stratégique entre Rabat et Pékin est le maître mot à l’ouverture, lundi à Agadir, du 2ème forum d’amitié entre les deux pays. Organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, par le Conseil de la re gion Souss-Massa, en partenariat avec l’Association d’amitie et d’échange maroco-chinoise et l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, ce conclave se tient en présence d’une forte délégation de dirigeants, d’acteurs économiques et d’investisseurs de ce géant d’Asie.

« Le forum vient couronner les relations exceptionnelles qui unissent le Maroc et la Chine et qui connaissent, ces dernières années, un bond qualitatif, particulièrement depuis la visite historique de SM le Roi à Pékin en 2016», a indiqué à la MAP le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, en rappelant que la visite Royale a été l’occasion pour la signature d’une série de conventions dans les domaines culturel, économique et industriel ainsi que pour la levée du visa pour les ressortissants chinois en visite au Royaume.

Au plan touristique, le ministre s’est félicité de voir le nombre de touristes chinois en visite au Maroc bondir de 10.000 en 2015 à 100.000 en 2017, se disant optimiste pour les perspectives prometteuses qu’offre ce marché.

« Grande puissance économique, la Chine est aussi intéressée par la dynamique que connaissent les différentes régions du Maroc dans divers domaines», a ajouté le ministre notant la ferme volonté du Maroc de consolider davantage ses relations avec ce grand pays ami.

A l’ouverture de ce forum qui se tient en présence également de la secrétaire d’Etat chargée de l’artisanat et de l’économie sociale, Jamila El Moussali, de la secrétaire d’État chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida, et de l’ambassadeur de Chine à Rabat, Li Li, le président de la région Souss-Massa, Brahim Hafidi, a mis en exergue l’importance de ce forum pour consolider la coopération sino-marocaine, d’autant plus qu’il coïncide avec le 60ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Il a ajouté que cette rencontre de trois jours servira d’opportunité pour la forte délégation d’acteurs institutionnels et d’investisseurs chinois de connaître de près le potentiel et les atouts dont dispose le Souss-Massa, discuter des pistes qui peuvent favoriser l’accélération des investissements dans la région, et appuyer la place du Maroc comme plateforme pour la Chine en vue d’atteindre le marché africain prometteur.

Outre les secteurs clés de l’agriculture, la pêche et le tourisme, la région Souss-Massa compte aussi faire valoir ses atouts sur le plan de l’industrie avec les opportunités offertes par le Plan d’accélération industriel, qui a fait l’objet dernièrement de la signature de plusieurs conventions devant SM le Roi Mohammed VI.

Dans une déclaration à la MAP, la vice-présidente de l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, Lin Yi, a relevé, pour sa part, l’amitié profonde liant le Maroc et la Chine, deux pays dotés d’une riche histoire, soulignant l’importance de mettre à profit le potentiel de partenariat aussi bien sur le plan culturel, qu’aux niveaux économique et commercial. «Nous devons travailler ensemble avec vigueur pour promouvoir le partenariat entre les deux pays», a indiqué Mme. Yi qui a fait état de l’importance de la délégation chinoise en déplacement à Agadir.

Se voulant un cadre pour la concrétisation de la coopération décentralisée, le Forum accueille plusieurs provinces, villes, districts et régions de Chine dont certains sont liés par des accords de jumelage avec des villes et régions au Maroc qui sont aussi invitées.

Une cinquantaine d’entreprises publiques et privées opérant dans divers secteurs ont également fait le déplacement. Elles représentent l’industrie navale, l’industrie automobile, l’aquaculture, l’agro-alimentaire, l’énergie, dont des énergies renouvelables, et les mines.

Le programme de cet événement prévoit des ateliers et des rencontres B2B, permettant aux hommes d’affaires, aux maires des villes, et aux divers acteurs institutionnels marocains et chinois de discuter des opportunités de coopération et d’affaires avec l’ambition de booster le partenariat stratégique scellé entre les deux pays.

Le projet de dessalement d’eau de mer à Agadir

par Mahassine Arhazzal – agrimaroc.ma – 27/03/2018

Projet de dessalement d'eau de mer à Agadir

La mobilisation des ressources hydriques non conventionnelles, la voie à suivre pour le Maroc dans un contexte de changement climatique (Mme Afailal)

Fort d’une importante expérience dans le domaine de la gestion et du développement des ressources hydriques accumulée depuis l’indépendance, le Maroc est appelé à relever le défi de la mobilisation des ressources hydriques non conventionnelles comme le dessalement et la réutilisation des eaux usées, une voie à suivre pour le Royaume dans un contexte marqué par des changements climatiques de plus en plus perceptibles, a affirmé la secrétaire d’Etat chargée de l’eau, Mme Charafat Afailal.

« Le Maroc est un pays impacté par les changements climatiques et il ne peut se limiter uniquement aux précipitations. Il faut s’ouvrir sur les autres ressources qui ne sont pas affectées par ces changements comme le dessalement de l’eau de mer ou encore la réutilisation des eaux usées épurées », a-t-elle déclaré lors d’un entretien accordé à la MAP en marge de sa participation au 8ème Forum mondial de l’eau, qui s’est tenu du 19 au 23 mars dernier dans la capitale brésilienne.

Évoquant les défis d’avenir pour le Maroc en matière hydrique, Mme Afailal a relevé qu’il y a nécessité d’accélérer l’investissement dans le domaine du dessalement, d’autant plus que le Royaume dispose de 3.500 kilomètres de littoral, qui est un atout « considérable ».

Cette technique a d’ailleurs été testée dans les provinces du Sud, de par leurs caractéristiques et leur climat, a-t-elle rappelé.

« Maintenant, nous sommes tenus de généraliser cette initiative », a poursuivi la responsable marocaine, en faisant état d’un ambitieux projet de dessalement au niveau de la région d’Agadir, ainsi que d’un projet de sécurisation de l’accès à l’eau potable au niveau de Casablanca, qui devrait être mis en service en 2025, sans oublier d’autres projets dans les villes de Tanger, Nador, Safi et El Jadida

Par ailleurs, la secrétaire d’Etat chargée de l’eau a rappelé que « le Maroc a investi énormément en matière d’infrastructure d’assainissement et il convient désormais de changer l’approche de départ, qui consistait à éliminer la pollution et de rejeter l’eau épurée dans la nature, et d’exploiter pleinement le potentiel de cette ressource, dans l’agriculture et l’industrie, pour soulager la pression sur les ressources d’eau douce ».

Et d’ajouter que la réaffectation des ressources en eau s’avère nécessaire compte tenu de la baisse et des retards des précipitations, une situation qui affecte principalement les régions du centre du Maroc, lesquelles dépendent des pluies.

« S’orienter vers la mer pour sécuriser l’accès à l’eau et en faire un usage industriel et agricole via le dessalement tout en réservant les ressources d’eau douces et conventionnelles pour les régions qui n’ont pas d’autres alternatives à part les précipitations » est la voie à suivre, selon la responsable marocaine.

Revenant sur les réalisations de la politique hydrique du Royaume, Mme Afailal a relevé que « le Maroc a capitalisé une expérience très importante en matière de gestion et de développement des ressources hydriques. Il s’agit d’une politique reconnue à l’échelle mondiale grâce à laquelle le Royaume a pu surmonter des périodes de sécheresse difficiles ».

Grâce à cette politique, le Maroc a « pu généraliser l’accès à l’eau potable en milieu urbain et rural au bénéfice de la population et a pu atteindre l’objectif de 1,5 million d’hectares de superficie irriguée, bien avant l’échéance fixée à l’an 2000 », s’est-elle félicitée.

Mme Afailal n’a pas manqué de souligner que « le Maroc est un modèle non seulement à l’échelle continentale et régionale mais aussi à l’échelle mondiale », en relevant, à cet effet, que le fait de décerner le Grand prix mondial Hassan II pour l’eau lors de la cérémonie d’ouverture du Forum mondial de l’eau, en présence de chefs d’État et de gouvernement, est « une reconnaissance de cette distinction de la politique hydrique du Maroc ».

De plus, a-t-elle ajouté, le Royaume a beaucoup de choses à partager avec les pays amis principalement à l’échelle régionale et continentale, affirmant, dans ce sens, que la politique du Maroc en matière de barrages ainsi que son patrimoine de 40 ouvrages d’art séduisent les pays africains, qui sont motivés pour reproduire cette politique et augmenter le taux de mobilisation de l’eau au niveau africain.

Au delà des accords et des partenariats signés avec plusieurs pays d’Afrique, le Maroc a lancé à l’occasion de la Conférence climatique COP22, qui s’est déroulée en novembre 2016 à Marrakech, une initiative de l’eau pour l’Afrique baptisée « Water for Africa » qui ambitionne de mobiliser tous les acteurs institutionnels, financiers et politiques pour mettre en œuvre un agenda spécifique sur l’eau pour le continent.

« A travers cette initiative, nous ambitionnons de pouvoir drainer les fonds de différents horizons pour concevoir des projets qui sont bancables au niveau des pays africains et aussi engager les investissements en matière d’infrastructure », a-t-elle fait savoir, en relevant que plusieurs pays africains sont de véritables « châteaux d’eau » mais ils manquent de ressources et d’infrastructures.

« L’initiative a mûri et a atteint un niveau de maturité qui séduit d’autres partenaires notamment la Banque africaine de développement, la Banque mondiale, le Stockholm International Water Institute et d’autres instances internationales », a conclu Mme Afailal.

Le Maroc était représenté au 8ème Forum mondial de l’eau par une importante délégation conduite par le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, et composée de responsables des secteurs ministériels concernés et d’experts.

Le 2ème Forum d’amitié maroco-chinoise s’ouvre aujourd’hui à Agadir : La coopération sino-marocaine passe à la vitesse grand V

par Mohamed Badrane – aujourdhui.ma – 26/03/2018

Le 2ème Forum d’amitié maroco-chinoise s’ouvre aujourd’hui à Agadir : La coopération sino-marocaine passe à la vitesse grand V

La manifestation vise à mettre à profit le partenariat stratégique liant Rabat et Pékin qui a été signé en 2016 par le Souverain et le président chinois Xi Jinping, ainsi que les multiples accords conclus par le Royaume avec les autres pays africains.

Les projecteurs seront braqués dès ce lundi sur la ville d’Agadir. Et pour cause. La capitale du Souss accueille entre les 26 et 28 mars la deuxième édition du Forum d’amitié maroco-chinoise. Organisé sous le Haut patronage de SM le Roi par le Conseil de la région Souss-Massa, en partenariat avec l’Association d’amitié et d’échange maroco-chinoise et l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, l’événement connaît la participation d’une forte délégation d’acteurs économiques, dirigeants et investisseurs venus de l’empire du Milieu. Les organisateurs affichent d’ores et déjà la volonté d’intensifier la coopération dans des secteurs à forte valeur ajoutée et ceux pourvoyeurs d’emplois. La même source fait savoir que la manifestation vise à mettre à profit le partenariat stratégique liant Rabat et Pékin qui a été signé en 2016 par le Souverain et le président chinois Xi Jinping, ainsi que les multiples accords conclus par le Royaume avec les autres pays africains, lors des différentes visites royales, qui font du Maroc une porte d’entrée de l’Afrique pour la Chine.

Selon le président de l’Association d’amitié et d’échange maroco-chinoise, Mohamed Khalil, «le Maroc représente, de par sa position stratégique en tant que carrefour entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique, un atout majeur par rapport à l’ouverture des marchés africains mais aussi pour l’Europe et pour la Chine». La même source tient également à rappeler que le forum d’Agadir, le second après celui tenu à Rabat, coïncide avec le 60ème anniversaire des relations diplomatiques et de coopération entre les deux pays tout en expliquant que les échanges et les relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine sont inscrits dans l’histoire et remontent à novembre 1958, lorsque le Maroc est devenu le deuxième pays d’Afrique à reconnaître la République populaire de Chine. Il faut préciser que le forum accueillera 10 provinces chinoises, 8 villes, plusieurs districts et régions dont certains sont liés par des accords de jumelage avec des villes et régions au Maroc qui seront aussi invitées. Ce n’est pas tout. Les organisateurs annoncent une cinquantaine d’entreprises publiques et privées chinoises opérant dans divers secteurs qui sont également attendues.

Elles représentent l’industrie navale, l’industrie automobile, l’aquaculture, l’agroalimentaire, l’énergie, dont des énergies renouvelables, et les mines. De même, la région Souss-Massa entend également tirer profit de la croissance soutenue du tourisme chinois au Maroc depuis la levée du visa. Pour ce faire, la région ne manquera pas, indique-t-on, de mettre en avant son potentiel naturel, culturel et en termes d’infrastructures hôtelières pour attirer le touriste chinois davantage porté sur la découverte, la culture, le patrimoine et la nature. Par ailleurs, des ateliers sont prévus pour permettre aux hommes d’affaires, aux maires des villes, et aux divers acteurs institutionnels marocains de rencontrer leurs homologues chinois à travers des tables rondes et des rencontres B2B, afin d’étudier les opportunités de coopération et d’échanges économiques. Plusieurs conventions de jumelage et de partenariat portant sur des projets seront signées. Celles-ci, une fois concrétisées, devraient avoir un «fort impact» sur la dynamique de coopération sino-marocaine, ainsi que sur l’emploi et la croissance dans la région du Souss-Massa et au niveau national.

Les Chinois en prospection

Une délégation chinoise a visité Errachidia avec pour objectif de s’informer des atouts et des opportunités d’investissement dans la région de Drâa-Tafilalet. Dans un exposé à cette occasion, le directeur du Centre régional d’investissement (CRI), Bouchaïb Erraziki, a mis en exergue les richesses multiples dont regorge Drâa-Tafilalet qui, a-t-il dit, offre une plate-forme importante pour réaliser des projets d’investissement dans le secteur agricole, le tourisme, les mines et les énergies renouvelables entre autres.

Le directeur du CRI a également mis l’accent sur l’importance des infrastructures dont dispose la région qui abrite le plus grand centre d’énergie solaire au monde, rappelant les mesures prises ces dernières années en vue d‘améliorer le climat des affaires dans ce territoire connu par sa riche histoire et son patrimoine culturel immatériel important. La délégation chinoise qui effectue une visite de quatre jours dans la région comprend notamment des hommes d’affaires, des élus, des universitaires et des chercheurs.

BoA s’allie à la China Development Bank

Un mémorandum d’entente a été signé, vendredi, entre BMCE Bank of Africa (BoA) et China Development Bank (CDB) pour renforcer leur coopération et leur investissement.

«Une cérémonie a été organisée au siège de BMCE Bank of Africa, le 23 mars 2018, au cours de laquelle un mémorandum d’entente a été signé entre M. Liu Xin, directeur général, branche Zhejiang de CDB, d’une part, et M. Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général exécutif délégué de BMCE Bank of Africa et président de BoA Group, M. Mohamed Agoumi, directeur général délégué, en charge de la coordination de l’international de BMCE Bank of Africa d’autre part», indique un communiqué de la banque.

Conclu en marge du mémorandum d’entente relatif à l’initiative «One Belt, One Road» qui a été signé entre le Maroc et la République populaire de Chine en novembre 2017, sous l’égide de SM le Roi Mohammed VI, cet accord intervient dans un contexte de développement des programmes d’infrastructure incluant les transports construction automobile, le parc technologique, l’investissement et le commerce, outre des projets de développement durable liés aux questions sociales et à l’environnement, qui renforcent la pertinence des projets précités, précise BMCE Bank of Africa.

Histoire des quartiers d’Agadir : Le Front de mer éphémère (1921 – 1938)

Une nouvelle page vient d’être ouverte dans la série « Histoire des quartiers d’Agadir » publiée par Marie-France Dartois, Régine Caïs-Terrier et Lahcen Roussafi : Le Front de mer éphémère (1921 – 1938)

Vous pouvez y accéder directement en cliquant sur la photo ci-dessous :

ou, directement depuis la page d’accueil du blog en cliquant sur « Histoire des quartiers d’Agadir », où vous retrouverez tous les quartiers déjà publiés :

Les événement à venir au Golf du Soleil

Casino Mirage Cup le 24 mars :

 

Bi’Cup du Soleil les 30 et 31 mars :

 

Amateur Golf World Cup qualifications 2018
le 14 avril – attention, 100 places seulement !

La plage ce matin, avant le coup de vent que nous avons en ce moment

.

Très beau temps et mer calme ce matin pour une promenade sur la corniche, avant que le vent de tempête ne se lève !

.

En janvier et février 2018 : 62.000 croisiéristes ont fait escale au Maroc

par Kawtar Tali – aujourdhui.ma – 22/03/2018

En janvier et février 2018 : 62.000 croisiéristes ont fait escale au Maroc

L’activité croisière reprend de plus belle. Après une longue léthargie, les indicateurs de ce segment ont affiché une hausse spectaculaire. Le Maroc a accueilli à fin février 61.976 croisiéristes. Le volume des arrivées passe ainsi d’une baisse de 8% observée à la même période de l’année passée à une hausse de 51,9%. Les trois ports dédiés à cette activité affichent pour leur part une performance remarquable. L’essentiel des arrivées a été enregistré au port d’Agadir, soit 37.406 croisières à fin février, s’inscrivant ainsi en hausse de 70,5%. Se référant aux statistiques formulées par l’Agence nationale des ports, les autorités du port de Casablanca ont enregistré sur la même période l’arrivée de 18.322 croisières, en amélioration de 15,1%. La plus forte variation a été observée au niveau de Tanger-ville où 6.248 croisiéristes étaient de passage. Un flux en hausse de 111% par rapport à la même période de l’année passée.  L’activité croisière devra continuer sur sa lancée.

L’amélioration observée au titre des deux premiers mois de l’année, est soutenue par le revirement positif qu’ont connu les mesures de sécurité au niveau national. Elles sont passées de niveau 2 au niveau 1, ce qui a encouragé les armateurs à reprogrammer le Maroc dans leurs circuits.

Le Maroc revient dans les radars des croisiéristes

La destination Maroc a, depuis 2011, partiellement disparu des radars. Des facteurs exogènes et endogènes ont impacté le développement de cette activité à l’échelle nationale. Toutefois, la reprise relevée, ces deux derniers mois, repositionne la destination Maroc sur la carte des croisiéristes. Elle augure, par ailleurs, de belles perspectives pour le développement du tourisme de croisière et de plaisance au Maroc. Bien que les statistiques n’arrivent toujours pas à suivre les efforts consentis pour promouvoir cette activité, les professionnels du secteur restent optimistes. L’activité de croisière devrait continuer sur sa lancée tout au long de l’année.

C’est d’ailleurs ce que nous confirme Mustapha Agounjab, délégué du ministère du tourisme au niveau de la région Casablanca-Settat.  Pour ce faire, une nouvelle vision est en train de se redéfinir pour renforcer l’attractivité du Maroc sur ce segment qui reste vital au tourisme national et à l’économie marocaine. «Nous ne cessons de placer des plans pour améliorer ce créneau mais tous ces dispositifs restent conventionnels. Nous n’avons pas à ce jour mis en place une véritable stratégie dédiée à cette activité et qui permettra en l’occurrence de reconsidérer le tourisme de croisière et de plaisance comme secteur à part entière.  C’est dans cette optique que nous avons jugé utile de revoir notre approche pour être à la hauteur des attentes des touristes de croisières», nous souligne M. Agounjab.

Gouvernance et promotion sont de mise

En effet, les départements ministériels du tourisme et de l’intérieur ainsi que l’ANP et professionnels du secteur du tourisme se penchent sur l’élaboration d’une nouvelle feuille de route dédiée au tourisme de croisière.

Les différentes parties ont tenu des séances de travail pour établir le diagnostic de la destination, chose qui leur a permis de relever un bon nombre de points à améliorer. Les principales faiblesses ne sont tout autres que la gouvernance et la promotion. Se référant au délégué du ministère du tourisme, un comité national sera constitué incessamment pour redynamiser ce créneau. Sur le plan local, des comités spéciaux ont vu le jour dont la mission est de suivre au quotidien l’évolution de cette activité, déceler les mauvaises pratiques et dupliquer les bonnes expériences. Notons qu’au Maroc, un vaste chantier de modernisation des ports est ouvert. Les ports de croisières figurent dans ce plan visant le renforcement de l’offre portuaire nationale. Au niveau de Casablanca, le nouveau quai dédié aux croisières est fin prêt.

Les travaux prendront fin au plus tard l’année prochaine. Ils se poursuivent également au niveau du port de Tanger-ville (en phase de reconversion) et Agadir. Une fois ce chantier achevé ces trois ports outre celui de Safi contribueront largement au renforcement des arrivées des croisières au Maroc.

Les ambitions portent sur l’accueil de 300.000 à 550.000 croisiéristes d’ici 2020. Un objectif qui, selon les professionnels, serait réalisable si l’ensemble des parties prenantes œuvrait  d’arrache-pied à pallier les urgences qui pourraient freiner encore une fois l’élan de cette activité.

Agadir 56 ans après le tremblement de terre

par Eric Fontaine – francenetinfos.com – 24/03/2018

 

Agadir sous les décombres (1960)

Le 29 février 1960 à 23H 40 Agadir est anéantie par une secousse tellurique de 5,7 sur l’échelle de Richter. 15 000 personnes estimées mortes ou ensevelies, et près de 25 000 blessés, pour une population ne dépassant pas les
50 000 habitants. Le tremblement de terre reste dans les mémoires des anciens, l’évoquer c’est refaire surgir un événement devenu tabou !

Aujourd’hui, Agadir compte 900 000 habitants (en 2017), on préfère tourner la page du passé. À la Commune Urbaine (municipalité pour la France), difficile d’avoir un interlocuteur qui veuille répondre aux éventuelles inquiétudes, sur la faille Volcano-Tectonique nommée Sud-Atlasique, qui pourrait selon nos informations se réveiller un jour ou l’autre, même si aujourd’hui les vibrations du sol sont scrutées aux écoutes, par les Autorités Scientifiques Marocaines. La ville d’Agadir en 1960 a vu son port épargné ainsi que la base navale. Le tremblement de terre a surtout fait des dégâts dans le quartier du Talborjt, Ihchach, et la Casbah…

Alors oui, les investisseurs prennent en compte le risque sismique et les normes de constructions, doivent être suivies à la lettre, dans le secteur de l’immobilier en plein régime depuis 2016. 18 milliards d’investissement en 2017, en dirhams bien entendu !. Cette somme convertie en euros est absolument gigantesque : 1 590 660 000 euros. La région du Souss Massa vit à « Tambour battant » avec une prévision de plus de 10 000 emplois dans les 5 ans, sur près de 213 projets.

 

Agadir BAY et ses immeubles

Des logements se construisent et la région de Agadir va investir dans une station de dessalement d’eau, pour un budget de 4,4 milliards de dirhams soit près de 30% de l’investissement. On s’est penché sur le secteur du tourisme, Sajida Lahrech Directrice du Flathôtel dans le quartier Founty, a repositionné l’offre sur son établissement « Nous sommes l’un des Hôtels Pionnier dans ce secteur de la ville, pour cette raison notre établissement proposera dès cet été, un salon de coiffure et des petits déjeuners pour une clientèle variée, qui va du Marocain, aux Européens en passant par les vacanciers des Emirats arabes unis…Nous avons rénové l’établissement ainsi que la piscine de 25 mètres !« . Cette Chef d’entreprise voit d’un bon oeil la rénovation du quartier « Bay Agadir », elle espère trouver un apport de touristes en période « hors-saison ».

 

Le Flathôtel d’Agadir prêt pour la saison !

Les promoteurs étaient nombreux à mettre sur la table des négociations, les intentions immobilières pour la station balnéaire ultra moderne de Taghazout, qui va permettre sur presque 615 ha en front de mer (4,5 km de plages) de développer un tourisme mieux ciblé. Déjà, les chiffres de fréquentation sont à la hausse pour ce 1er trimestre 2018, surtout en région de Marrakech. L’année 2017, avec 11 millions de visiteurs, a fait du Maroc une première destination du Maghreb dans le monde, l’objectif avoué est de dépasser les 15 000 000 de touristes d’ici 3 ans !.

Alors oui, les questions de la Stratigraphie et de la Geochronologie seront importantes, pour l’aspect historique des évènements sismiques. Les études d’urbanisme précisent que les avis sont donnés ou pas. L’exemple d’« Agadir Land » est l’illustration parfaite des possibilités ou des refus dans l’agglomération de la ville d’Agadir. « Tenir compte des normes parasismiques, et aussi prendre des décisions pour accorder ou résilier un ordre de construction, c’est tout ce processus qui nous permet de faire avancer les permis de construire »nous précisait anonymement  un fonctionnaire en retraite, de la wilaya d’Agadir.

Prête pour la saison 2018, les derniers coups de pinceaux sont donnés, dans les établissements et résidences hôtelières, de quoi satisfaire un plus grand nombre de touristes, dans un marché porteur ! Pour mieux connaître les offres de la station balnéaire http://www.madeinmedina.com

Brussels Airlines : Une nouvelle liaison aérienne avec Agadir

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 23/03/2018

Brussels Airlines : Une nouvelle liaison aérienne avec Agadir

L’ouverture de cette nouvelle ligne permettra non seulement d’attirer de nouveaux touristes vers la destination Maroc en général et Agadir en particulier, mais également fidéliser et consolider le marché belge.

Les liaisons aériennes entre le Maroc et la Belgique se sont renforcées cet été par le lancement d’une nouvelle ligne entre la ville de Bruxelles et Agadir, à raison de trois fois par semaine.

Grâce à la coopération avec les tour-opérateurs Neckermann, Thomas Cook et Pégase, Brussels Airlines augmente les fréquences de ses vols vers différentes destinations de vacances, mais élargit également son réseau avec 26 nouvelles destinations touristiques, dont une liaison aérienne avec la ville d’Agadir, à raison de trois vols par semaine.

La compagnie réalise ainsi un total de près de 1.700 vols hebdomadaires vers des destinations court et moyen courriers (+9,67% de sièges par rapport à la même période en 2017) et à plus de 200 vols hebdomadaires sur les vols long-courriers cet été (+1,53% de sièges par rapport à l’été 2017).

L’ouverture de cette nouvelle ligne permettra non seulement d’attirer de nouveaux touristes vers la destination Maroc en général et Agadir en particulier, mais également fidéliser et consolider le marché belge considéré parmi les plus importants marchés émergents sur le Vieux Continent.

D’ailleurs, la destination Agadir a connu dernièrement une vraie opération de désenclavement aérienne, plusieurs compagnies aériennes internationales ayant renforcé récemment leur présence dans cette ville, dont Wizzair, Ryanair et Transavia. Alors que depuis octobre dernier, Air Arabia Maroc relie au départ d’Agadir, et à raison de deux vols hebdomadaires, les aéroports internationaux de Munich, Cologne, Copenhague, Dublin, Manchester, Stockholm et Toulouse. Ouverte en collaboration avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT), la nouvelle base aérienne permet à Air Arabia Maroc de répondre aux besoins de ses passagers et de contribuer à développer le secteur touristique au Maroc, en diversifiant ses dessertes pour attirer davantage de touristes en provenance d’Europe.

Et pour encourager le tourisme interne, les usagers de la ligne aérienne Casablanca-Agadir verront les tarifs de leurs vols baisser à partir du 1er avril prochain. En effet, le Conseil régional du Souss-Massa a approuvé dans sa dernière session ordinaire du mois de mars la convention signée avec le ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale. Aux termes de cette convention, qui mobilise un montant global de 46 MDH pour l’appui de cette route aérienne, la RAM s’est engagée à renforcer les dessertes avec la capitale du Souss-Massa, pour arriver à 6 vols par jour. Le prix du billet a été fixé à 550 DH pour l’aller simple Agadir-Casablanca et le double pour l’aller-retour.

Au Théâtre ce soir, le 30 mars 2018 à 18 H 30 aux Jardins d’Agadir Club

Vous aimez rire et passer un bon moment de détente ?

Venez voir la représentation par la troupe UFE Théâtre, Les Allumés du Souss : « Pour être servie, Madame est servie ! « , Comédie d’après E. Beauvillain

La représentation sera suivie sur place d’un agréable cocktail dînatoire.

N’oubliez pas de réserver vos places pendant qu’il est encore temps !

Pour les réservations : 

  • Billets pour la représentation seule : Permanence UFE, Bibliothèque pour tous Place des Orangers et sur place le soir de la représentation :   100dh

– Package Au Théâtre ce soir (Théâtre et cocktail dînatoire) : UNIQUEMENT à la Permanence au plus tard le 28 mars 2018.
Adhérents UFE à jour de cotisation 150dh , non adhérent UFE 200dh.

Ne tardez pas, les bons moments ne se négligent pas !

Précision sur « Les Rencontres Gastronomiques d’Agadir sur LCI ce week-end »

Les heures indiquées sur l’article précédent sont les heures de France.

Au Maroc, il faudra se mettre devant la télé une heure plus tôt que ce qui est indiqué !

Allez, un peu de courage, ça vaut le coup !

Les Rencontres gastronomiques d’Agadir sur LCI ce week-end

Résultat de recherche d'images pour "La Matinale du week-end Cyril"

Pour les courageux qui de lèvent tôt (ou pour ceux qui se lèvent un peu moins tôt), la diffusion de la chronique de Cyril Rouquet Prévost sur les Rencontres Gastronomiques d’Agadir aura lieu sur LCI dans l’émission « La matinale du week-end »

– samedi 24 mars à 7 H 45 et à 9 H 45
– dimanche 25 mars à 7 H 45 et à 8 H 45

Festival International du Théâtre Universitaire d’Agadir du 28 au 31 mars

.

Le 23ème Festival International du Théâtre Universitaire d’Agadir se déroulera du 28 au 31 mars 2018 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir.

.

Un autre article sur le même sujet : Tiznit a son showroom Renault

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 20/03/2018

Image associée

6,2 millions de DH, le montant global du projet

«Le nouveau showroom de Tiznit répond à notre politique de proximité visant à rapprocher nos services de nos clients afin de répondre à leurs attentes», a déclaré Eric Basset, directeur général de Renault Commerce Maroc lors de la récente ouverture de l’agence. Le projet, qui a généré dès son démarrage une quinzaine d’emplois directs et 40 indirects, a nécessité une enveloppe budgétaire de 6,2 millions de DH. «Avec cet investissement, nous voulons accompagner le développement dans notre région», explique Houcine Rachdi, PDG de Sodisma, concessionnaire Renault et Dacia et porteur du projet. Située sur la route de Guelmim, la nouvelle agence de Tiznit s’étale sur une superficie de 900 m² entièrement couverte. En plus du show-room VN Renault et Dacia, l’espace comprend un magasin pour les pièces de rechange et des ateliers de mécanique, de carrosserie rapide et activité pneumatique.

Résultat de recherche d'images pour "Renault Sodisma Tiznit"

Il faut préciser que l’antenne de Tiznit fait partie des premières affaires Renault au niveau du Royaume à arborer la nouvelle signalétique du constructeur au losange en termes d’espace vente, après-vente et façade. C’est aussi la quatrième agence de Sodisma après celle de Laâyoune lancée en 1998, celle d’Ouled Teima (2006) et Aït Melloul (2008). Les journées portes ouvertes, qui ont démarré ce 14 mars, se poursuivent jusqu’ au 23 du mois en cours afin de permettre au grand public de découvrir la nouvelle vitrine de la ville d’argent. Avec cette nouvelle réalisation, Sodisma renforce sa présence dans la zone et se rapproche de ses clients situés au niveau des régions au sud de Tiznit.

Renault : Un nouveau showroom à Tiznit pour 6,2 millions DH

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 21/03/2018

Renault : Un nouveau showroom à Tiznit pour 6,2 millions DH

En plus du showroom VN Renault et Dacia, l’espace comprend un magasin pour les pièces de rechange et pour le stockage des voitures neuves et livraison, des ateliers de mécanique, de carrosserie rapide et une activité pneumatique.

Sodisma, concessionnaire Renault et Dacia, a inauguré mardi en grande pompe un showroom automobile à Tiznit et qui permettra de rapprocher le produit des citoyens de cette région.

Résultat de recherche d'images pour "Renault Sodisma Tiznit"

Située sur la route de Guelmim, la nouvelle agence Renault et Dacia de Tiznit s’étale sur une superficie de 900 m² entièrement couverte. En plus du showroom VN Renault et Dacia, l’espace comprend un magasin pour les pièces de rechange et pour le stockage des voitures neuves et livraison, des ateliers de mécanique, de carrosserie rapide et une activité pneumatique.  Le showroom de Tiznit fait partie des premières agences Renault au niveau du Royaume à arborer la nouvelle signalétique du constructeur au losange. C’est d’ailleurs la quatrième agence de Sodisma après celle de Laâyoune lancée en 1998, celle d’Ouled Teima (2006) et Ait Melloul (2008).

Le montant de l’investissement injecté dans ce projet qui va générer 14 emplois directs dès son démarrage est de 6,2 millions DH. L’objectif de cette nouvelle plate-forme est d’améliorer l’expérience d’achat du client dans les showrooms Renault-Dacia. Des journées portes ouvertes sont aussi prévues du 14 au 23 mars afin de permettre au grand public de découvrir la nouvelle vitrine. Avec cette nouvelle réalisation, Sodisma renforce sa présence dans la zone et adopte une politique de proximité visant à rapprocher ses services de ses clients situés au niveau des régions au sud de Tiznit. De manière plus globale, l’optique des initiateurs de la nouvelle agence Renault et Dacia est aussi de stimuler et d’accompagner le développement économique de la région Souss-Massa et répondre aux attentes du client. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence de Samir Yazidi, gouverneur de la province de Tiznit, les responsables de la société, le consul de France à Agadir, les élus locaux, et un parterre d’acteurs économiques de la ville.

A rappeler que le Groupe Renault Maroc est leader sur le marché au niveau national avec 7 véhicules dans le top 10 des ventes. Il est le premier constructeur automobile marocain avec ses 2 usines Somaca et Renault-Nissan Tanger, qui produisent des véhicules destinés au marché local et à l’export.

Renault Commerce Maroc dispose du réseau le plus étendu au Maroc.
Il s’étend à travers tout le Royaume et est composé de 5 succursales,
17 concessions, 9 antennes, 12 agents, 12 agents directs et 6 agents de services.

Autoroute Tanger-Agadir : Installation des bornes pour la recharge des véhicules électriques

par  Bouzoggaghe Aimen – aujourdhui.ma – 21/03/2018

Autoroute Tanger-Agadir : Installation des bornes pour la recharge des véhicules électriques

Les premières stations du groupe Afriquia sont en cours d’équipement

Les bornes de recharge ont été cofinancées par l’IRESEN et le groupe Schneider-Electric, tandis que l’ingénierie, les études, l’installation et la mise en place des bornes sont assurées conjointement par les distributeurs de carburant, l’IRESEN et ADM.

L’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) a annoncé le démarrage de l’installation des premières bornes pour la recharge des véhicules électriques sur les aires de repos autoroutiers.

Placé dans le cadre du projet Green Miles et initié par l’IRESEN en partenariat avec Schneider Electric, Autoroutes du Maroc et l’ensemble des distributeurs de carburant installés sur l’axe autoroutier Tanger-Agadir, travaillent sur la mise en place du premier réseau pilote de bornes de recharge au niveau des aires de repos tous les 60 km, selon un communiqué de l’IRESEN.

«Au total, ce sont 37 bornes, avec 74 points de recharge de différentes puissances qui sont en cours d’installation sur les aires de repos autoroutières afin de couvrir le trajet de 800 km», souligne le communiqué, ajoutant que la mise en place de ce réseau se fait dans le cadre d’une approche globale qui intègre le couplage avec des ombrières solaires, la communication intelligente entre les bornes et le développement de solutions innovantes prenant en considération toutes les spécificités du contexte socio-économique marocain.

Selon la même source, cette approche contribuera à développer le marché local et à créer l’écosystème de la mobilité électrique au Maroc. Initiées en 2017, ces installations font suite à de nombreux projets de recherche et développement sur la mobilité durable que l’institut mène depuis 2014 sur sa plate-forme de recherche, le Green Energy Park à Benguerir.

En effet, plusieurs études ont démontré l’importance de l’infrastructure de recharge comme moteur pour le développement de la mobilité électrique au Maroc, et c’est ainsi que dans des zones urbaines en pleine extension et un gisement important en énergie solaire, les voitures électriques peuvent être adoptées pour renouveler le parc automobile actuel, tout en épargnant plus de 15 millions de tonnes équivalent CO2 par an.

L’exonération totale de la vignette des véhicules hybrides et électriques ainsi que la mise en place d’une infrastructure de recharge dans le cadre du projet Green Miles contribueront à motiver et à encourager, d’une part, les investisseurs, les développeurs et les industriels et, d’autre part, les utilisateurs.

Les bornes de recharge ont été cofinancées par l’IRESEN et le groupe Schneider-Electric, tandis que l’ingénierie, les études, l’installation et la mise en place des bornes sont assurées conjointement par les distributeurs de carburant, l’IRESEN et ADM.

Les premières stations du groupe Afriquia sont en cours d’équipement et seront suivies dans les trois prochaines semaines par l’installation des bornes de recharge dans les autres aires de repos des distributeurs de carburant présents sur l’axe autoroutier Tanger-Agadir, conclut le communiqué.

Goût de France – Good France chez Bamboo Thaï

Jean-Louis affichait complet hier soir pour l’événement Goût de France :
La qualité du menu qu’il présentait et son prix n’y sont pas pour rien !

Jean-Louis et Etienne Malbranche

Le menu :

Le foie gras de canard mi-cuit maison servi avec un sablé et un oeuf de caille en gelée au Muscat de Rivesaltes (hommage à Paul Bocuse), avec un verre de Gros Marseng, domaine de l’Herré demi-sec.

La belle poularde aux truffes et morilles, crème au Chablis, petits légumes tournés et riz pilaf.

Le Fromage Brie de Meaux et son pain aux céréales Gusto

Et nous étions gâtés pour le dessert : Le Dessert de Grand-Maman comportait en fait 5 desserts tous aussi bons les uns que les autres :
Riz au lait, raisins au vieux Rhum, île flottante crème caramel, mousse au chocolat et Glace meringuée !

Je peux vous dire que tout le monde s’est régalé et que les chefs ont été longuement applaudis !

Les tables :
rien que des amis à notre table et aux tables voisines :

Il va bientôt falloir se mettre au régime ! ! !

Agadir : Un Forum d’amitié Maroc-Chine pour consolider la coopération dans des secteurs à fort potentiel

lematin.ma – 20/03/2018

Un Forum d'amitié Maroc-Chine pour consolider la coopération dans des secteurs à fort potentiel

.

La ville d’Agadir accueille, du 26 au 28 mars, le deuxième Forum d’amitié maroco-chinoise avec la participation attendue d’une forte délégation d’acteurs économiques, de dirigeants et d’investisseurs de ce géant d’Asie. L’objectif est de renforcer la coopération dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois et de valeur ajoutée. Organisé, sous le Haut Patronage de S.M. le Roi, par le Conseil de la région Souss-Massa, en partenariat avec l’Association d’amitié et d’échange maroco-chinoise et l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, ce conclave entend mettre à profit le partenariat stratégique liant Rabat et Pékin qui a été signé en 2016 par le Souverain et le Président chinois Xi Jinping, ainsi que les multiples accords conclus par le Royaume avec les autres pays africains, lors des différentes Visites Royales, qui font du Maroc une porte d’entrée de l’Afrique pour la Chine.
«Nous voulons contribuer au niveau de Souss-Massa à concrétiser ce partenariat stratégique», a indiqué, dans une déclaration à la MAP, le vice-président du Conseil régional Souss-Massa, Abdeljabbar El Kastalani. «La politique d’ouverture mise en œuvre par la région s’est accompagnée d’une multitude de rencontres et d’événements avec plusieurs délégations chinoises dans différents secteurs, notamment l’agriculture, la pêche, le tourisme, l’industrie navale et l’industrie pharmaceutique», indique-t-on auprès du Conseil régional. Le forum servira, selon M. El Kastalani, d’opportunité pour la forte délégation d’acteurs institutionnels et d’investisseurs chinois de connaître le potentiel et les atouts dont dispose Souss-Massa, discuter des pistes qui peuvent favoriser l’accélération des investissements dans la région, et de faire du Maroc une plateforme pour atteindre le marché africain prometteur.
«Nous entendons aussi mettre en valeur le potentiel de la région, dans les secteurs traditionnels de l’agriculture, la pêche et le tourisme, mais également de l’industrie avec le Plan d’accélération industriel, qui a fait l’objet de la signature de plusieurs conventions devant S.M. le Roi Mohammed VI», a en outre indiqué M. El Kastalani, qui est en charge du dossier économique et du développement durable au sein du Conseil régional.

De par sa position stratégique en tant que carrefour entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique, le Maroc représente un atout majeur par rapport à l’ouverture des marchés africains, mais aussi pour l’Europe et pour la Chine, relève de son côté le président de l’Association d’amitié et d’échange maroco-chinoise, Mohamed Khalil, en rappelant que le Forum d’Agadir, le second après celui tenu à Rabat, coïncide avec le 60e anniversaire des relations diplomatiques et de coopération entre les deux pays. «Les échanges et les relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine sont inscrits dans l’histoire et remontent à novembre 1958, lorsque le Maroc est devenu le deuxième pays d’Afrique à reconnaître la République populaire de Chine», a-t-il rappelé. Se voulant un cadre pour la concrétisation de la coopération décentralisée, le forum accueillera 10 provinces chinoises, 8 villes, plusieurs districts et régions, dont certains sont liés par des accords de jumelage avec des villes et des régions au Maroc, qui seront aussi invités. Une cinquantaine d’entreprises publiques et privées chinoises opérant dans divers secteurs sont également attendues. Elles représentent l’industrie navale, l’industrie automobile, l’aquaculture, l’agro-alimentaire, l’énergie, notamment les énergies renouvelables, et les mines. Le tourisme ne sera pas en reste, la région Souss-Massa entend bien tirer profit de la croissance soutenue du tourisme chinois au Maroc depuis la levée du visa. Pour ce faire, la région ne manquera pas, indique-t-on, de mettre en avant son potentiel naturel, culturel et en termes d’infrastructures hôtelières pour attirer le touriste chinois, davantage porté sur la découverte, la culture, le patrimoine et la nature.
Le programme de cet événement prévoit ainsi des ateliers permettant aux hommes d’affaires, aux maires des villes et aux divers acteurs institutionnels marocains de rencontrer leurs homologues chinois à travers des tables rondes et des rencontres BtoB, afin d’étudier les opportunités de coopération et d’échanges économiques.  D’après les organisateurs, le forum donnera lieu à la signature de plusieurs conventions de jumelage et de partenariat portant sur des projets qui, une fois concrétisés, auront un «fort impact» sur la dynamique de coopération sino-marocaine, ainsi que sur l’emploi et la croissance dans la région Souss-Massa et au niveau national.

Agadir Open surf et bodyboard : Les Marocains dominent la compétition

par Hakim Bahechar – aujourdhui.ma – 20/03/2018

Agadir Open surf et bodyboard : Les Marocains dominent  la compétition

Sur le spot mondialement connu des surfeurs, le site d’Imouran au cœur de la station Taghazout, une immense foule de passionnés de ce sport est venue suivre l’ultime journée de ce Grand prix.

Sur leur propre terre, ou plus correctement sur leurs propres vagues, les riders marocains sont souvent les meilleurs. Ils viennent de confirmer cette donne une nouvelle fois à Agadir où ils ont été pleinement au rendez-vous du Grand prix Open surf et bodyboard exercant quasiment une domination écrasante sur les phases finales.

Près de 150 compétiteurs de plusieurs nationalités ont pris part à l’édition 2018 de cette compétition organisée par l’association Imouran surf sous l’égide de la Fédération royale marocaine de surf et de bodyboard.

Sur le spot mondialement connu des surfeurs, le site d’Imouran au cœur de la station Taghazout, une immense foule de passionnés de ce sport est venue suivre l’ultime journée de ce Grand prix. Le public a eu droit aux manœuvres très développées des riders sur des vagues souvent exceptionnelles à la faveur d’un vent quelque peu fort. Au niveau de la compétition surf, c’est Chadi Lahrioui qui a occupé la première place suivi respectivement de Soufian Charroub, Redouane Regragui et Jade Azami. Dans la même catégorie, chez les dames, c’est Lilias Tebbas qui a dominé les débats damant le pion à l’ancienne championne de l’édition précédente, Meryem El Guerdoum, alors que Fatima-Zahra Berrada et Soukaina Aghouali ont décroché la troisième et la quatrième places.

Dans la catégorie bodyboard, Adnane Benslimane a occupé le haut du podium devant le champion français Pierre Louis. Abderrahmane Berrouan s’est contenté du troisième rang devant Abdennabi Maachou.

Chez les dames, c’est Fatima-Zahra Berrada qui a remporté le premier prix devant respectivement Soukaina Aghouali, Zineb Tebbai et Hiba Achir. Des prix et des trophées ont été remis aux différents vainqueurs lors d’une cérémonie en présence notamment du champion international marocain de bodyboard, Brahim Iddouch, lequel a affirmé que le Grand prix Agadir Open a gagné en maturité et confirmé sa renommée dans le circuit des compétitions au niveau national, voire international. La domination des riders nationaux n’est pas fortuite, poursuit-il, compte tenu de l’amélioration du niveau des compétiteurs au Maroc parallèlement à une hausse constante du nombre de pratiquants de surf qui figurera pour la première fois de son histoire au programme des Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Au-delà de sa vocation sportive, le surf est aussi l’un des créneaux prometteurs pour le tourisme au niveau de la région. Dans les différents spots du Souss-Massa, il constitue aussi un levier de développement important compte tenu de son apport dans la création d’emplois et la dynamisation de l’économie locale.

Agadir destination culinaire internationale : plus de 50 Chefs ont pris part aux 4èmes Rencontres gastronomiques

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 20/03/2018

Agadir destination culinaire internationale : 50 Chefs étoilés ont pris part aux 4èmes Rencontres gastronomiques

La ville d’Agadir a abrité du 15 au 18 mars la 4ème édition des Rencontres gastronomiques organisée par Jean Colin, qui en est le fondateur et le président, en partenariat avec le Conseil régional du tourisme Agadir Souss-Massa, et la participation de plus de 50 Chefs.

Initiée sous le thème «Agadir : terre d’océan», cette édition vient pour donner une nouvelle image à la ville d’Agadir, celle de destination gastronomique, en fédérant tous les acteurs politiques, administratifs, économiques, touristiques et éducatifs.

Cette année, ces rencontres ont été placées sous la présidence d’honneur d’une personnalité française, en l’occurrence Bruno Le Roux, ancien ministre de l’intérieur, fondateur et co-président du Club de la table française ; d’une institution prestigieuse française, à savoir Les Traiteurs de France,  ainsi que du Chef Moha, premier Chef à avoir revisité la cuisine marocaine et l’un des Chefs marocains les plus en vogue.

D’après les organisateurs, les Rencontres gastronomiques d’Agadir ont pour objectif de mettre en lumière de nouvelles opportunités touristiques et économiques en positionnant Agadir comme destination gastronomique internationale. Elles visent également à valoriser la diversité et la richesse des produits de la mer et du terroir en favorisant la rencontre et le partage des savoir-faire français et marocains dans le domaine de la gastronomie.

Tout au long de quatre jours, la cuisine et la créativité ont été mises à l’honneur  par des Chefs cuisiniers et des Chefs pâtissiers passionnés par leur métier, respectueux des produits et de leurs clients mais aussi animés d’un même état d’esprit : «Le plaisir de faire plaisir, la convivialité, le sens du partage et l’envie de transmettre».

Ces rencontres ont constitué une occasion pour redécouvrir les richesses culinaires de la région à travers de savoureuses recettes élaborées par une cinquantaine de Chefs. L’événement a réuni des grands noms des gastronomies française et marocaine. La programmation a permis de découvrir en exclusivité des recettes originales des Chefs français et de plusieurs Chefs marocains autour de produits emblématiques de la région Souss-Massa.

Les Rencontres Gastronomiques d’Agadir : Soirée dégustation à Crocoparc

Un très agréable accueil dans ce cadre toujours aussi merveilleux de Crocoparc qui avait pris le soin d’installer une grande tente, tables et chaises pour que tout le monde soit bien installé

Les chefs étaient au travail quand nous sommes arrivés :

Mohamed Abaragh, Chef Exécutif Sofitel Essaouira Mogador Golf & Spa

Les cuisiniers de Crocoparc Franck Smiciklas, Chef de Cuisine de la Maison HELEN TRAITEUR Avignon  Rachid El Mragui, chef de cuisine au Domaine Villate Limoune
Mohamed Abaragh avec Brahim, le Chef de Crocoparc
Philippe Alléon a présenté les chefs qui ont opéré dans les cuisines de Crocoparc. Ici, Moustapha Bousbaa Chef de cuisine au SOLHOUSE-TAGHAZOUTE BAY SURF AGADIR

Mohamed Abaragh
Mohamed Lklimi, Chef de Pâtisserie à La Brasserie Agadir
Franck Smiciklas, Chef de Cuisine de la Maison HELEN TRAITEUR Avignon
Une confortable installation pour tous :
dans une ambiance amicale !

Une Vidéo de la présentation des Chefs tournée par Afraraye Houcin :

AU THEÂTRE CE SOIR, VENDREDI 30 MARS 2018 aux Jardins d’Agadir par la section théâtre de l’UFE

 

Résultat de recherche d'images pour "AU THEÂTRE CE SOIR"

AU THEÂTRE CE SOIR

VENDREDI 30 MARS 2018 aux Jardins d’Agadir

Chers Adhérents, chers Amis,

Bonne nouvelle ! La section théâtre de l’UFE, LES ALLUMES du SOUSS, est enfin prête. Ils ont beaucoup travaillé dans des conditions rendues difficiles par les absences imprévisibles de certains rôles ; mais maintenant ils sont décidés à nous offrir une belle soirée culturelle et nous donner, dès 18H30, une brillante représentation de la comédie type Feydau 

POUR ETRE SERVIE, MADAME EST SERVIE d’Eric Beauvillain.

Et pour vous transporter complètement dans une atmosphère de soirée parisienne, la représentation sera suivie sur place d’un agréable cocktail dînatoire.

–        THEÂTRE : adhérents UFE et non adhérent UFE   100dh

–        PACKAGE spécial AU THEÂTRE CE SOIR ( incluant théâtre ET cocktail ) adhérents UFE à jour de cotisation 150dh , non adhérent UFE 200dh 

LIEUX de VENTE :

–        Billets pour la représentation seule : Permanence UFE, Bibliothèque pour tous Place des Orangers et sur place le soir de la représentation.

– Package Au Théâtre ce soir (Théâtre et cocktail dînatoire) : UNIQUEMENT à la Permanence au plus tard le 28 mars 2018.

Je suis persuadé que vous ne laisserez pas passer l’occasion d’une belle soirée théâtrale, événement si rare à Agadir, et aurez à cœur de venir témoigner votre soutien à nos acteurs UFE.

Chaleureusement vôtre

le Président

Jean-Claude ROZIER

Journée Dégustation Bio » du Dimanche 25 Mars 2018 aux « Délices de mon Jardin »

Journée Dégustation Bio » le Dimanche 25 Mars 2018
Tout le menu est cultivé bio et intégralement préparé maison.
Les personnes qui organisent cette journée sont Souad et Ali, des producteurs de légumes et fruits bio qu’ils cultivent dans leur petite ferme familiale.

Le plan pour y accéder :

et, encore plus facile pour y arriver, utilisez le lien Google Maps :

https://www.google.co.ma/maps/place/30%C2%B024’57.5%22N+9%C2%B014’43.0%22W/@30.415976,-9.2540327,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x0!8m2!3d30.415976!4d-9.245278?hl=fr

Message du Consulat Général de France à Agadir

Message du Consulat Général

Ce mercredi 21 mars aura lieu l’événement Goût de France/Good France, organisé par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et qui réunit cette année 3000 restaurants dans le monde, dont une quarantaine au Maroc.

Résultat de recherche d'images pour "goût de France"

A Agadir, ce sont 13 restaurants qui participeront à cet événement en liaison avec le Consulat Général de France 

l’Ardoise gourmande,
la Brasserie,
Bamboo Thaï,
Côté Court,
Da Celsi,
le Maxwell,
le Jardin d’eau,
Mimi la Brochette,
le Palmier bleu,
Pure Passion,
Quartiers d’été,
le Tapis rouge
et Villa blanche.

Le midi et/ou le soir, ils proposeront des menus d’exception typiquement français, que vous pouvez retrouver sur la page Facebook du Consulat.

Une tombola parmi tous les clients Goût de France sera organisée, grâce à la générosité de nos partenaires. En allant manger le 21 mars dans un des restaurants participants, les convives pourront tenter de gagner :

– Un billet d’avion aller-retour à destination d’Agadir au départ d’une ville française, pour deux personnes, offert par l’agence Bo Voyages
– « Au cœur de l’authenticité », une excursion de 2 nuits/3 jours offerte par Decameron Explorer Maroc pour deux personnes. Au programme: un parcours inédit depuis Agadir jusqu’à Ouarzazate en passant par Taliouine, Foum Zguid et Agdz, avec chambre double ou twin en demi-pension.
– 1 massage de 2 heures à l’huile d’Argan et 1 hammam massage gommage 2 heures à l’huile d’argan, offerts par Decameron Explorer Maroc avec le concours de leur partenaire Argan Palace
– 1 coaching sportif individuel de trois séances, offert et animé par Virginie Ducros

Ne tardez pas à réserver vos tables, par téléphone, auprès des restaurants participants.

Dans l’espoir de vous y voir nombreux le 21 mars,

Meilleures salutations

L’équipe du consulat général

Météo : une semaine de froid annoncée

telquel.ma – 19/03/2018

Un temps froid et de fortes rafales de vent sont prévus de mardi à jeudi dans plusieurs provinces du Royaume, indique la Direction de la météorologie nationale (DMN) dans un bulletin spécial.

Résultat de recherche d'images pour "Froid au Maroc"Photo Al Huffington Post Maghreb

La DMN précise dans son bulletin que de fortes rafales de vent allant de 65 à 95 km/h traverseront mardi et mercredi les provinces de Boulemane, Midelt, Taza, Driouch, Nador, Al-Hoceima, Guercif, Berkane, Taourirt, Oujda, Jerada, Figuig, Ifrane, Ouarzazate, Tinghir, Guelmim, Essaouira, Errachidia, Zagora, Tan-Tan, Tarfaya, Laâyoune, Essmara, Assa-Zag, Boujdour, Oued-Eddahab et les reliefs de Tiznit, Chichaoua, Sidi-Ifni et d’Azilal.

 Par ailleurs, des températures minimales basses oscillant entre -08 °C
et -01 °C seront enregistrées mercredi et jeudi à Ifrane, El Hajeb, Sefrou,, Boulemane, Midelt, Khénifra, Béni-Mellal, Azilal, Chichaoua, Al-Haouz, Taza et aux reliefs de Tinghir, Errachidia, Ouarzazate et de Taroudant.

Un temps froid sévira également à Figuig, Jerada, Oujda, Taroudant, Berkane, Driouch, Guercif, Taounat, Fès, Meknès, Moulay-Yaakoub, Chefchaouen, Khémisset, Khouribga et les reliefs d’Al-Hoceima, Tétouan, Larache et d’Ouazane, avec des températures minimales basses allant de 00°C à 03 °C, ajoute la même source.

La DMN fait savoir que cette baisse de température sera sentie à partir de la soirée du mardi et persistera légèrement jusqu’au vendredi, ajoutant qu’à partir de l’après-midi du mardi, des chutes de neige parfois modérées intéresseront les reliefs du Haut et du Moyen Atlas, le Rif et les hauts plateaux orientaux à des hauteurs supérieures à 1.200 m.

Le département d’Akhannouch investit dans les produits du terroir

par Taoufik Benlarbi – telquel.ma – 19/03/2018

Le ministre de l’Agriculture a inauguré la 8e édition du Festival des amandiers qui s’est déroulée du 14 au 17 mars à Tafraout. Dans le cadre du Plan Maroc vert, il a notamment effectué une tournée régionale des projets de plantation d’arganiers, d’amandiers et d’oliviers.

Résultat de recherche d'images pour "Akhannouch"

Placée sous le thème de « terre d’amandier, terroir d’avenir« , la 8e édition du festival des amandiers s’est déroulée du 14 au 17 mars à Tafraout. Aziz Akhanouch était accompagné de Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des Sports et de Ahmed Hajji, le wali de la région Souss-Massa.

 L’édition 2018 était organisée sur une surface de 3.200 m2. Les produits de terroir de la région y étaient exposés. Le ministre de l’Agriculture a notamment affiché les ambitions du Maroc pour l’amandier. A l’horizon 2020,  il table sur une superficie de plus de 185000 ha dans le cadre du Plan Maroc vert. A Tizoughrane, le ministre a lancé le projet de plantation d’amandier sur 50 ha pour un investissement total de 3,5 millions de dirhams.

Par ailleurs, Akhanouch a visité la commune de Rasmouka. Il s’est rendu sur le chantier d’une plantation d’arganier couvrant 750 ha, un investissement de plus de 28 millions de dirhams qui profitera à 467 familles. Un deuxième projet de développement de l’arganiculture dans les zones vulnérables, sur une surface de 10.000 ha est initié par le Fonds vert pour le climat.

Il nécessitera quant à lui un budget de 49 millions de dollars (449 millions de dirhams), dont 39 millions de dollars (357 millions de dirhams) financés par le Fonds vert pour le climat et 10 millions de dollars (92 millions de dirhams) par le Maroc.

Enfin, un projet de plantation d’oliviers et de caroubiers sera financé à hauteur de 95 millions de dirhams. Prévu sur 1.181 ha, il sera réparti sur deux communes de la région: 520 ha dans la commune d’Ouijjane, et 661 ha dans la commune de Sidi Moussa.

Pilier de l’économie locale : Le cactus, un véritable levier de développement

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 18/03/2018

Pilier de l’économie locale : Le cactus, un véritable levier de développement

Le cactus est l’une des plus importantes sources de production dans les régions de Guelmim-Oued Noun et Souss-Massa, en particulier dans la région d’Ait Baâmran, Sidi Ifni, et Chtouka Ait Baha. Ce fruit revêt une importance particulière sur les plans économique, social et environnemental.

Appelé également figue de barbarie ou encore Aknari, le cactus est un produit du terroir de premier choix, et qui a connu durant les dernières années une notoriété aussi nationale que mondiale. Devenue un véritable levier de développement local, la culture du cactus est une tradition ancestrale qui contribue fortement à l’amélioration des revenus de la population rurale, à travers la création d’emploi.

Ce fruit joue un rôle primordial dans le développement socio-économique grâce notamment à l’adoption par certaines organisations professionnelles de techniques nouvelles et modernes en vue de valoriser ce produit, et de diversifier ses dérivés de plus en plus demandés à l’échelle nationale et internationale.

Aujourd’hui le cactus est une ressource généreuse et précieuse, les montagnes et plaines d’Ait Baâmran, et Souss-Massa sont protégées par cette plante qui renforce l’écosystème fragile contre les aléas de la désertification, et l’un des piliers de l’économie locale. Il est doublement important pour ces régions étant donné qu’il assure des fruits, des figues, et du fourrage pour le bétail. C’est aussi une plante qui s’adapte à la sécheresse et idéale pour une agriculture durable dans les régions arides. La cueillette commence souvent au mois de juillet et dure jusqu’à octobre.

Le cactus peut être dégusté comme fruit frais, séché ou confit. Néanmoins, il existe d’autres façons de le consommer en cuisine: jus, salade de raquettes, tisane de fleurs de figues de barbarie. En cosmétique, il est utilisé dans la fabrication de produits de beauté haut de gamme.

Depuis plusieurs générations, le cactus est broyé pour être utilisé comme masque du cheveu, mais c’est son huile qui a le plus de vertus en cosmétique, du fait qu’il adoucit le vieillissement de la peau, et constitue un antiride par excellence. Sa forte teneur en vitamines, en minéraux et en fibres fait de ce fruit un remède thérapeutique naturel contre quelques maladies chroniques (diabète, cholestérol et hypertension).

Dans ces régions plusieurs coopératives et TPE se sont lancées dans la fabrication artisanale et moderne de produits cosmétiques à base de cactus notamment des savons, shampoings, crèmes, et qui sont associés à d’autres produits traditionnels comme l’argane. Il faut en principe une tonne de figues pour obtenir 25 kg de grains, qui donnent à leur tour un litre de cette précieuse huile, considérée comme l’une des plus chères au niveau international. Dans ce sens, le litre peut coûter jusqu’à 10.000 DH.  Les dérivés du cactus sont exportés partout dans le monde, notamment vers les marchés américains et européens.

La culture du cactus occupe dans la région du Souss-Massa plus de 50.000 ha, représentant plus de 56% de la superficie totale de cette culture au niveau national. Alors que la production globale de ce fruit est estimée à 400.000 tonnes par an, avec un rendement moyen de 8 tonnes par hectare. Le nombre des producteurs dépasse les 6.600 agriculteurs.

Cette filière a bénéficié d’un intérêt particulier dans les programmes de développement agricoles régionaux via le plan agricole régional. Cette plante est l’objet de plusieurs projets de grande importance, afin de réaliser un ensemble d’objectifs consistant notamment en la lutte contre la pauvreté, la création d’emploi, la préservation des ressources naturelles, et l’amélioration des revenus des agriculteurs.

Ce plan vise l’augmentation de la superficie cultivée en cactus pour arriver à 61.000 ha, et produire 603.000 tonnes d’ici 2020, soit 10 tonnes par hectare.

Pour arriver à cet objectif, le plan agricole régional prévoit trois grands projets, le premier concerne la région d’Ait Baâmran, le deuxième à Ait Baha et le troisième à Ighrem dans la province de Taroudant.

Ces projets vont permettre la création de 1.370.000 jours travaillés, ce qui représente une croissance de 270% comparé à la situation initiale. Et aussi la création d’une valeur ajoutée très importante qui dépasse 616 millions DH par rapport à 350 millions DH avant le lancement de ce plan ambitieux.

Ressources hydriques : Le rapport annuel «Solutions basées sur la nature pour l’eau» publié aujourd’hui par l’Unesco

par Samir Benmalek – lematin.ma – 18/03/2018

Le rapport annuel «Solutions basées sur la nature pour l'eau» publié aujourd'hui par l'Unesco

 

Jusqu’au 23 mars à Brasilia se tient le Forum mondial de l’eau durant lequel les 40.000 participants, entre experts, militants écologistes, maires et Chefs d’État, tenteront de trouver des solutions aux multiples menaces qui planent sur cette ressource fragilisée par le réchauffement climatique, la pollution, la surconsommation des particuliers, agriculteurs et industriels. L’on sait d’ores et déjà qu’à l’horizon 2050, plus de 40% de la population mondiale vivra dans des bassins hydrographiques soumis à un stress hydrique sévère et 20% menacés par les inondations. Le Maroc n’échappe pas à cette situation.

«Le Forum mondial de l’eau est le plus grand événement international organisé par le Conseil mondial de l’eau. Sa mission est de sensibiliser et renforcer l’engagement politique et d’impulser des actions sur les problèmes critiques de l’eau à tous les niveaux, afin de faciliter la conservation, la protection, le développement, la planification, la gestion et l’utilisation efficaces de l’eau dans toutes ses dimensions sur une base écologiquement durable au bénéfice de toute vie», souligne le Conseil mondial de l’eau. Jusqu’au 23 mars, Brasilia accueille le Forum mondial de l’eau, pour tenter de trouver des solutions aux problèmes d’approvisionnement de plus en plus préoccupants et qui touchent déjà plusieurs villes dans le monde. À l’ordre du jour, le réchauffement climatique, la pollution, la surconsommation des particuliers, agriculteurs ou industriels. Aujourd’hui, l’Unesco rendra public à Brasilia son rapport annuel intitulé «Solutions basées sur la nature, pour l’eau». Cependant, l’on sait d’ores et déjà qu’à l’horizon 2050, plus de 40% de la population mondiale vivra dans des bassins hydrographiques soumis à un stress hydrique sévère et 20% seront menacés par les inondations. Lors de la première journée, il sera question des mécanismes financiers innovants pour l’adaptation au changement climatique. Selon les projections de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE),
la valeur économique des actifs à risque devrait tripler à 45.000 milliards d’ici à 2050. Un actif risqué est un actif qui ne peut garantir, de manière certaine, les flux de rémunération et de remboursement d’un investisseur.

C’est dire que les investissements dans ce secteur déjà fragilisé sont peu attractifs. «La majorité des plans climatiques nationaux élaborés dans le cadre de l’Accord de Paris sur les changements climatiques donne la priorité aux actions sur l’eau. Cependant, les besoins de financement devraient tripler à 255 milliards d’euros par an», avait indiqué l’Alliance mondiale de l’eau réunie en novembre 2017 à Bonn. C’est ce qui a fait dire à l’AFP Ney Maranhao, directeur de l’Agence nationale de l’eau, organisme régulateur brésilien, qu’«il y a plus de barrages, plus de véhicules, plus de production et plus d’habitants, pour des mesures de protection encore très faibles par rapport à l’impact déjà ressenti». Au Maroc, le gouvernement s’attelle à mettre en place un plan national de l’eau à l’horizon 2050, en vue d’éviter au pays des problèmes dus à la pénurie de l’eau potable et d’irrigation conformément aux dispositions de la loi sur l’eau, a indiqué courant mars le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani. Disposer d’un plan national de l’eau «nous a poussés à prendre en considération les dispositions de la loi à travers la prolongation du plan sur 30 autres années», a expliqué M. El Othmani qui présidait le Conseil du gouvernement. «Les ressources naturelles en eau au Maroc sont parmi les plus faibles au monde», reconnaît le secrétariat d’État chargé de l’Eau.
Ce département estime le potentiel des ressources en eau naturelles à 22 milliards de m³ par an, soit l’équivalent de 700 m³ par habitant et par an.
Ce ratio est «communément admis comme seuil critique indiquant l’apparition de pénuries et de crise latente d’eau», comme l’indique une étude de ce département ministériel. L’Organisation des Nations unies avertissait, lors du Forum mondial de l’eau qui s’est tenu en 2015 en Corée du Sud, que le Royaume pourrait subir un stress hydrique dans les 15 prochaines années.

En plus de cette rareté, les ressources hydriques sont caractérisées, au Maroc, par une disparité spatiale. Sur ce chapitre, le secrétariat d’État chargé de l’Eau nous apprend que l’écoulement d’eau de surface varie de quelques millions de m³ pour les bassins les plus arides, tels que les bassins sahariens, du Souss-Massa-Tiznit-Ifni, du Ziz, Rhéris, Guir, Bouâanane et Maïder à des milliards de m³ par an pour les bassins les plus arrosés, tels les bassins du Loukkos, du Tangérois, des bassins côtiers méditerranéens et du Sebou. À cela s’ajoute la pollution urbaine et industrielle qui représente un réel danger. «Les volumes annuels des rejets des eaux usées des villes ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. Ils sont passés de 48 à 506,2 millions de m³/an entre 1960 et 2012. Près de 61% de ces volumes sont déversés directement dans l’océan. Le reste (39%) est rejeté dans le réseau hydrographique ou directement dans le sol. Les prévisions établies montrent que ces rejets continueront à croître rapidement pour atteindre 741 millions de m³/an à l’horizon 2030», indique une étude du Secrétariat d’État chargé de l’Eau.

Festival des amandiers : Les produits du terroir à l’honneur à Tafraout

lematin.ma – 18/03/2018

Le Festival ambitionne de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Anti-Atlas et à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations locales. Ph : MAPLe Festival ambitionne de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Anti-Atlas et à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations locales. Ph : MAP

Une foire mettant à l’honneur la richesse et la diversité des produits du terroir a été inaugurée samedi dans le cadre du festival des amandiers de Tafraout, par le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

Edifiée sur un espace de 3200 m2, la foire comprend des stands des produits de coopératives agricoles provenant de différentes régions du Maroc, notamment du Souss-Massa, dont l’huile d’argan et dérivés, les amandes, le safran, le henné, le miel, les dattes, le cactus, les roses et autres plantes aromatiques et médicinales.

Un rayon est réservé également à l’encadrement des agriculteurs par l’Office national du Conseil agricole ainsi que des stands pour différents produits de l’artisanat.

Placé sous le thème : «Terre d’amandier, terroir d’avenir», le Festival de Tafraout se veut à la fois un carrefour économique, culturel et artistique et un levier pour le développement de la filière amandier dans la région.

Cette manifestation est initiée par l’Association «Louz Tafraout» en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et l’arganier, avec l’appui également du Conseil de la région Souss-Massa, la province de Tiznit et la municipalité de Tafraout.

Le Festival ambitionne de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Anti-Atlas et à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations locales à travers la consolidation des principes de l’économie sociale et solidaire.

Selon des données du ministère de l’Agriculture, l’amandier occupe une superficie globale de 166.000 ha reparties entre les régions Souss-Massa, Fès-Meknès et l’Oriental avec une production de 104.000 tonnes.

En marge de l’ouverture de la foire des produits du terroir, Aziz Akhannouch, qui était accompagné du ministre de la jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération, El Mustafa El Ktiri, et le wali de la région Souss-Massa, Ahmed Hajji, a inauguré la piscine municipale et le marché municipal de Tafraout.

Une visite a été, par ailleurs, effectuée au chantier de protection de la ville de Tafraout contre les crues, pour un montant global de 12 millions de dirhams.

%d blogueurs aiment cette page :