Les événement à venir au Golf du Soleil

Casino Mirage Cup le 24 mars :

 

Bi’Cup du Soleil les 30 et 31 mars :

 

Amateur Golf World Cup qualifications 2018
le 14 avril – attention, 100 places seulement !

La plage ce matin, avant le coup de vent que nous avons en ce moment

.

Très beau temps et mer calme ce matin pour une promenade sur la corniche, avant que le vent de tempête ne se lève !

.

Les actus de l’Amicale Francophone de Taroudant

.

.

.
.

En janvier et février 2018 : 62.000 croisiéristes ont fait escale au Maroc

par Kawtar Tali – aujourdhui.ma – 22/03/2018

En janvier et février 2018 : 62.000 croisiéristes ont fait escale au Maroc

L’activité croisière reprend de plus belle. Après une longue léthargie, les indicateurs de ce segment ont affiché une hausse spectaculaire. Le Maroc a accueilli à fin février 61.976 croisiéristes. Le volume des arrivées passe ainsi d’une baisse de 8% observée à la même période de l’année passée à une hausse de 51,9%. Les trois ports dédiés à cette activité affichent pour leur part une performance remarquable. L’essentiel des arrivées a été enregistré au port d’Agadir, soit 37.406 croisières à fin février, s’inscrivant ainsi en hausse de 70,5%. Se référant aux statistiques formulées par l’Agence nationale des ports, les autorités du port de Casablanca ont enregistré sur la même période l’arrivée de 18.322 croisières, en amélioration de 15,1%. La plus forte variation a été observée au niveau de Tanger-ville où 6.248 croisiéristes étaient de passage. Un flux en hausse de 111% par rapport à la même période de l’année passée.  L’activité croisière devra continuer sur sa lancée.

L’amélioration observée au titre des deux premiers mois de l’année, est soutenue par le revirement positif qu’ont connu les mesures de sécurité au niveau national. Elles sont passées de niveau 2 au niveau 1, ce qui a encouragé les armateurs à reprogrammer le Maroc dans leurs circuits.

Le Maroc revient dans les radars des croisiéristes

La destination Maroc a, depuis 2011, partiellement disparu des radars. Des facteurs exogènes et endogènes ont impacté le développement de cette activité à l’échelle nationale. Toutefois, la reprise relevée, ces deux derniers mois, repositionne la destination Maroc sur la carte des croisiéristes. Elle augure, par ailleurs, de belles perspectives pour le développement du tourisme de croisière et de plaisance au Maroc. Bien que les statistiques n’arrivent toujours pas à suivre les efforts consentis pour promouvoir cette activité, les professionnels du secteur restent optimistes. L’activité de croisière devrait continuer sur sa lancée tout au long de l’année.

C’est d’ailleurs ce que nous confirme Mustapha Agounjab, délégué du ministère du tourisme au niveau de la région Casablanca-Settat.  Pour ce faire, une nouvelle vision est en train de se redéfinir pour renforcer l’attractivité du Maroc sur ce segment qui reste vital au tourisme national et à l’économie marocaine. «Nous ne cessons de placer des plans pour améliorer ce créneau mais tous ces dispositifs restent conventionnels. Nous n’avons pas à ce jour mis en place une véritable stratégie dédiée à cette activité et qui permettra en l’occurrence de reconsidérer le tourisme de croisière et de plaisance comme secteur à part entière.  C’est dans cette optique que nous avons jugé utile de revoir notre approche pour être à la hauteur des attentes des touristes de croisières», nous souligne M. Agounjab.

Gouvernance et promotion sont de mise

En effet, les départements ministériels du tourisme et de l’intérieur ainsi que l’ANP et professionnels du secteur du tourisme se penchent sur l’élaboration d’une nouvelle feuille de route dédiée au tourisme de croisière.

Les différentes parties ont tenu des séances de travail pour établir le diagnostic de la destination, chose qui leur a permis de relever un bon nombre de points à améliorer. Les principales faiblesses ne sont tout autres que la gouvernance et la promotion. Se référant au délégué du ministère du tourisme, un comité national sera constitué incessamment pour redynamiser ce créneau. Sur le plan local, des comités spéciaux ont vu le jour dont la mission est de suivre au quotidien l’évolution de cette activité, déceler les mauvaises pratiques et dupliquer les bonnes expériences. Notons qu’au Maroc, un vaste chantier de modernisation des ports est ouvert. Les ports de croisières figurent dans ce plan visant le renforcement de l’offre portuaire nationale. Au niveau de Casablanca, le nouveau quai dédié aux croisières est fin prêt.

Les travaux prendront fin au plus tard l’année prochaine. Ils se poursuivent également au niveau du port de Tanger-ville (en phase de reconversion) et Agadir. Une fois ce chantier achevé ces trois ports outre celui de Safi contribueront largement au renforcement des arrivées des croisières au Maroc.

Les ambitions portent sur l’accueil de 300.000 à 550.000 croisiéristes d’ici 2020. Un objectif qui, selon les professionnels, serait réalisable si l’ensemble des parties prenantes œuvrait  d’arrache-pied à pallier les urgences qui pourraient freiner encore une fois l’élan de cette activité.

Agadir 56 ans après le tremblement de terre

par Eric Fontaine – francenetinfos.com – 24/03/2018

 

Agadir sous les décombres (1960)

Le 29 février 1960 à 23H 40 Agadir est anéantie par une secousse tellurique de 5,7 sur l’échelle de Richter. 15 000 personnes estimées mortes ou ensevelies, et près de 25 000 blessés, pour une population ne dépassant pas les
50 000 habitants. Le tremblement de terre reste dans les mémoires des anciens, l’évoquer c’est refaire surgir un événement devenu tabou !

Aujourd’hui, Agadir compte 900 000 habitants (en 2017), on préfère tourner la page du passé. À la Commune Urbaine (municipalité pour la France), difficile d’avoir un interlocuteur qui veuille répondre aux éventuelles inquiétudes, sur la faille Volcano-Tectonique nommée Sud-Atlasique, qui pourrait selon nos informations se réveiller un jour ou l’autre, même si aujourd’hui les vibrations du sol sont scrutées aux écoutes, par les Autorités Scientifiques Marocaines. La ville d’Agadir en 1960 a vu son port épargné ainsi que la base navale. Le tremblement de terre a surtout fait des dégâts dans le quartier du Talborjt, Ihchach, et la Casbah…

Alors oui, les investisseurs prennent en compte le risque sismique et les normes de constructions, doivent être suivies à la lettre, dans le secteur de l’immobilier en plein régime depuis 2016. 18 milliards d’investissement en 2017, en dirhams bien entendu !. Cette somme convertie en euros est absolument gigantesque : 1 590 660 000 euros. La région du Souss Massa vit à « Tambour battant » avec une prévision de plus de 10 000 emplois dans les 5 ans, sur près de 213 projets.

 

Agadir BAY et ses immeubles

Des logements se construisent et la région de Agadir va investir dans une station de dessalement d’eau, pour un budget de 4,4 milliards de dirhams soit près de 30% de l’investissement. On s’est penché sur le secteur du tourisme, Sajida Lahrech Directrice du Flathôtel dans le quartier Founty, a repositionné l’offre sur son établissement « Nous sommes l’un des Hôtels Pionnier dans ce secteur de la ville, pour cette raison notre établissement proposera dès cet été, un salon de coiffure et des petits déjeuners pour une clientèle variée, qui va du Marocain, aux Européens en passant par les vacanciers des Emirats arabes unis…Nous avons rénové l’établissement ainsi que la piscine de 25 mètres !« . Cette Chef d’entreprise voit d’un bon oeil la rénovation du quartier « Bay Agadir », elle espère trouver un apport de touristes en période « hors-saison ».

 

Le Flathôtel d’Agadir prêt pour la saison !

Les promoteurs étaient nombreux à mettre sur la table des négociations, les intentions immobilières pour la station balnéaire ultra moderne de Taghazout, qui va permettre sur presque 615 ha en front de mer (4,5 km de plages) de développer un tourisme mieux ciblé. Déjà, les chiffres de fréquentation sont à la hausse pour ce 1er trimestre 2018, surtout en région de Marrakech. L’année 2017, avec 11 millions de visiteurs, a fait du Maroc une première destination du Maghreb dans le monde, l’objectif avoué est de dépasser les 15 000 000 de touristes d’ici 3 ans !.

Alors oui, les questions de la Stratigraphie et de la Geochronologie seront importantes, pour l’aspect historique des évènements sismiques. Les études d’urbanisme précisent que les avis sont donnés ou pas. L’exemple d’« Agadir Land » est l’illustration parfaite des possibilités ou des refus dans l’agglomération de la ville d’Agadir. « Tenir compte des normes parasismiques, et aussi prendre des décisions pour accorder ou résilier un ordre de construction, c’est tout ce processus qui nous permet de faire avancer les permis de construire »nous précisait anonymement  un fonctionnaire en retraite, de la wilaya d’Agadir.

Prête pour la saison 2018, les derniers coups de pinceaux sont donnés, dans les établissements et résidences hôtelières, de quoi satisfaire un plus grand nombre de touristes, dans un marché porteur ! Pour mieux connaître les offres de la station balnéaire http://www.madeinmedina.com

Brussels Airlines : Une nouvelle liaison aérienne avec Agadir

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 23/03/2018

Brussels Airlines : Une nouvelle liaison aérienne avec Agadir

L’ouverture de cette nouvelle ligne permettra non seulement d’attirer de nouveaux touristes vers la destination Maroc en général et Agadir en particulier, mais également fidéliser et consolider le marché belge.

Les liaisons aériennes entre le Maroc et la Belgique se sont renforcées cet été par le lancement d’une nouvelle ligne entre la ville de Bruxelles et Agadir, à raison de trois fois par semaine.

Grâce à la coopération avec les tour-opérateurs Neckermann, Thomas Cook et Pégase, Brussels Airlines augmente les fréquences de ses vols vers différentes destinations de vacances, mais élargit également son réseau avec 26 nouvelles destinations touristiques, dont une liaison aérienne avec la ville d’Agadir, à raison de trois vols par semaine.

La compagnie réalise ainsi un total de près de 1.700 vols hebdomadaires vers des destinations court et moyen courriers (+9,67% de sièges par rapport à la même période en 2017) et à plus de 200 vols hebdomadaires sur les vols long-courriers cet été (+1,53% de sièges par rapport à l’été 2017).

L’ouverture de cette nouvelle ligne permettra non seulement d’attirer de nouveaux touristes vers la destination Maroc en général et Agadir en particulier, mais également fidéliser et consolider le marché belge considéré parmi les plus importants marchés émergents sur le Vieux Continent.

D’ailleurs, la destination Agadir a connu dernièrement une vraie opération de désenclavement aérienne, plusieurs compagnies aériennes internationales ayant renforcé récemment leur présence dans cette ville, dont Wizzair, Ryanair et Transavia. Alors que depuis octobre dernier, Air Arabia Maroc relie au départ d’Agadir, et à raison de deux vols hebdomadaires, les aéroports internationaux de Munich, Cologne, Copenhague, Dublin, Manchester, Stockholm et Toulouse. Ouverte en collaboration avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT), la nouvelle base aérienne permet à Air Arabia Maroc de répondre aux besoins de ses passagers et de contribuer à développer le secteur touristique au Maroc, en diversifiant ses dessertes pour attirer davantage de touristes en provenance d’Europe.

Et pour encourager le tourisme interne, les usagers de la ligne aérienne Casablanca-Agadir verront les tarifs de leurs vols baisser à partir du 1er avril prochain. En effet, le Conseil régional du Souss-Massa a approuvé dans sa dernière session ordinaire du mois de mars la convention signée avec le ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale. Aux termes de cette convention, qui mobilise un montant global de 46 MDH pour l’appui de cette route aérienne, la RAM s’est engagée à renforcer les dessertes avec la capitale du Souss-Massa, pour arriver à 6 vols par jour. Le prix du billet a été fixé à 550 DH pour l’aller simple Agadir-Casablanca et le double pour l’aller-retour.

Au Théâtre ce soir, le 30 mars 2018 à 18 H 30 aux Jardins d’Agadir Club

Vous aimez rire et passer un bon moment de détente ?

Venez voir la représentation par la troupe UFE Théâtre, Les Allumés du Souss : « Pour être servie, Madame est servie ! « , Comédie d’après E. Beauvillain

La représentation sera suivie sur place d’un agréable cocktail dînatoire.

N’oubliez pas de réserver vos places pendant qu’il est encore temps !

Pour les réservations : 

  • Billets pour la représentation seule : Permanence UFE, Bibliothèque pour tous Place des Orangers et sur place le soir de la représentation :   100dh

– Package Au Théâtre ce soir (Théâtre et cocktail dînatoire) : UNIQUEMENT à la Permanence au plus tard le 28 mars 2018.
Adhérents UFE à jour de cotisation 150dh , non adhérent UFE 200dh.

Ne tardez pas, les bons moments ne se négligent pas !