La date de l’Aïd El Fitr 2018 au Maroc selon un astronome

lesiteinfo.com – 30/05/2018

ramadan

Nous sommes à peine au 14ème jour du mois sacré que les spéculations vont déjà bon train concernant la date de l’Aïd Al Fitr, qui marque la fin du Ramadan.

Selon les calculs de l’astronome Hicham El Aissaoui, les Marocains célèbreront cette fête le 15 juin. « Ramadan 2018 comptera 29 jours seulement au Maroc. Aïd Al Fitr sera donc fêté le vendredi 15 juin », a-t-il annoncé.

Par ailleurs, El Aissaoui a également donné la date d’Aïd Al Adha qui, selon lui, sera célébré le mercredi 22 août. Les Marocains auront ainsi droit à six jours de vacances, à savoir du 18 au 23 août, grâce à la fête de la jeunesse, la révolution du roi et du peuple et enfin la fête du sacrifice.

La période de jeûne commence au début de la nouvelle lune et s’achève au début du cycle lunaire suivant. Même si les calculs astronomiques permettent de connaître précisément le jour de la nouvelle lune, la tradition marocaine exige que l’astre soit observable à l’œil nu. Rappelons que c’est le ministère des Habous et des Affaires islamiques qui annonce officiellement la date de l’Aïd Al Fitr au Maroc.

Boycott : Centrale Danone réduit de 30 % ses achats de lait auprès des éleveurs

r.ns.telquel.ma – 30/05/2018

Dans une lettre diffusée ce mardi,Centrale Danone explique que l’appel au boycott sur ses produits a eu des répercussions sur la transformation du lait collecté auprès de ses fournisseurs. Dans le but d’épargner à ses partenaires les répercussions du boycott, le groupe laitier a décidé que désormais, la collecte de lait auprès des éleveurs aura lieu deux fois par semaine, et non plus trois fois.

L’OPM donne le « La » au printemps

marocainspartout.com – 30/05/2018

L’OPML’Orchestre Philharmonique du Maroc poursuit sa saison de musique de chambre intitulée les Jeudis de l’OPM. Favorisant les individualités artistiques, les Jeudis de l’OPM permettent aux mélomanes de découvrir autrement les musiciens de l’OPM. Du trio au sextuor, découvrez le grand répertoire de la musique de chambre. Instruments de fond d’orchestre, les cuivres sont aujourd’hui sur le devant de la scène ! Pour accueillir le printemps, un bouquet de reprises des airs les plus connus du 20e siècle. Des œuvres comme Symphonie no 1 de Reicha, le Lac des cygnes de Tchaikovsky ou encore Le barbier de Séville de Rossini.  Le 21 juin, la planète entière vibre au rythme des musiques du monde. Ainsi, le Chœur et l’OPM prévoient des concerts gratuits autour des plus célèbres chœurs d’opéras.

DU 18 AU 21 JUIN 2018

Agadir – Théâtre De Verdure : Lundi 18 – 20h30

Rabat – Ecole Internationale De Musique Et De Danse : Mercredi 20 – 19h

Casablanca – Anfa Place : Jeudi 21 – 20h30

L’OPM est aujourd’hui composé de 80 musiciens, essentiellement marocains, sélectionnés parmi les diplômés des grands conservatoires marocains et européens. L’OPM a énormément contribué à valoriser le statut de musicien marocain, en permettant à ses instrumentistes de vivre de leur art. L’Orchestre Philharmonique du Maroc a atteint aujourd’hui la maturité qui lui permet de jouer les plus grandes œuvres du Répertoire Classique. Orchestre de son temps, l’OPM a participé à des créations d’œuvres symphoniques (des compositeurs Jalloul Ayed et Ahmed Essyad), et a accompagné des solistes de renom (Laurent Korcia, Xavier Phillips, David Grimal, Abdel Rahman El Bacha, Paul Meyer, Régis Pasquier,Gilles Apap…). Il s’est enrichi grâce à la rencontre et au travail avec des chefs de grand talent. Parmi eux : Enrique Batiz, Laurent Petitgirard, Michel Piquemal, Gorka Sierra, Benoît Girault, Olivier Holt…

Technopark Agadir : L’appel d’offres des études techniques lancé

lematin.ma – 29/05/2018

Technopark Agadir : L’appel d’offres des études techniques lancé

C’est parti pour le projet de Technopark à Agadir. Le Conseil de la région vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des études techniques et le suivi des travaux de construction de cette plateforme.

Pour rappel, la convention pour la création de cette infrastructure avait été signée devant le Souverain en janvier dernier.

Le Technopark sera destiné aux PME et aux start-up du secteur des TIC et mettra à leur disposition des locaux prêts à l’emploi avec des services d’accompagnement.

Assemblée Générale du CRT d’Agadir : Mahfoud Chafik Filali assure l’intérim après la démission de Guy Marrache

.

medias24.com – 29/05/2018 – Photos M. Terrier

Le Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa a réuni ses instances ce mardi 29 mai avec au menu la tenue des travaux de l’assemblée générale ordinaire et du conseil d’administration.

Au cours de cette réunion, le président du CRT, Guy Marrache, a présenté officiellement sa démission de ses fonctions, cédant son poste, pour une période intérimaire d’un mois, au président délégué, Mahfoud Chafik Filali.

Pendant ce délai, une assemblée doit être convoquée pour l’amendement des statuts du CRT compte tenu de la validation de l’adhésion de nouveaux membres, dont la compagnie Air Arabia, avant l’élection d’un nouveau bureau.

L’ordre du jour de la rencontre comportait, par ailleurs, l’examen et l’approbation des rapports moral et financier de l’année 2017 et des quatre premiers mois de 2018 ainsi que la présentation de la conjoncture touristique à fin avril.

Selon la directrice du CRT, Asma Oubou, l’analyse du cumul des arrivées et des nuitées enregistrées durant les quatre premiers mois de l’année en cours fait ressortir une augmentation en termes d’arrivées et de nuitées. Les arrivées sont passées de 301.171 touristes pendant les quatre mois de 2017 à 333.012 pour la même période de cette année en hausse de 10,57%, alors que les nuitées ont progressé de 10,10% passant à 1.512.929 contre 1.374.162.

Dans son rapport, elle a aussi passé en revue les actions promotionnelles et les campagnes de communication engagées en partenariat avec l’ONMT.

Dans le registre des actions majeures de 2018, le rapport présenté met en exergue notamment la mise en place d’un stand de 102 m2 propre à la région au salon de Berlin (ITB).

PRIX DU POISSON : LES SPÉCULATEURS FONT GONFLER LA FACTURE

par Yassine SABER – leseco.ma – 29/05/2018

Abderrahmane Sarroud, président de la Chambre des pêches maritimes d’Atlantique Centre d’Agadir

Le prix du poisson atteint des sommets vertigineux en cette période de ramadan. Les consommateurs se disent victimes des spéculateurs. Une idée partagée par Abderrahmane Sarroud, président de la chambre des pêches maritimes de l’atlantique centre d’Agadir. «La marge entre la sortie de la halle aux poissons et le prix destiné au client est excessive»

Les Inspirations ÉCO: Le poisson coûte très cher en cette période de ramadan. Pourquoi ?
Abderrahmane Sarroud : Tout d’abord, il faut préciser que la hausse des prix est une pratique assez ancienne qui ne se limite pas seulement au mois sacré mais qui persiste toute l’année. Le facteur majeur expliquant cette hausse est la présence d’une multitude d’intermédiaires qui faussent le jeu et causent des dérèglements de prix. Le consommateur marocain doit impérativement savoir que l’armateur introduit le poisson débarqué au niveau des halles aux poissons gérées par l’Office national des pêches (ONT). Il est alors vendu aux enchères. Le prix de cette première vente est très loin de celui auquel il est vendu au consommateur final. A titre d’exemple, la sardine qui est le produit le plus prisé par les marocains durant le mois de Ramadan, est vendue dans les ports du sud à un prix allant de 3 à 3,5 DH/kg à l’état frais. Elle est ensuite vendue au niveau des marchés de gros à 7 DH/kg. À partir de ce moment, elle empruntera un circuit caractérisé par l’accumulation successive des marges jusqu’à un prix final pouvant dépasser les 25 DH et qui ne reflète certainement pas le prix de la première vente. On comprend donc à travers ce circuit que la responsabilité de l’armateur et du ministère de la Pêche maritime s’arrête à l’intérieur du port. À l’extérieur de celui-ci, les opérateurs de la pêche et l’administration n’interviennent sous aucune forme que ce soit dans la fixation des prix.

Comment expliquez-vous la marge entre la sortie de la halle et le prix destiné au consommateur ?
En tant que professionnel, j’estime que la marge entre la sortie de la halle et le prix destiné au consommateur est excessive et injuste, car elle porte un grave préjudice aux armateurs et marins qui supportent les charges de production et prennent des risques considérables pour ramener le poisson au consommateur. En échange, le plus gros bénéfice est accaparé par les intermédiaires. La responsabilité incombe aux instances chargées du contrôle des prix, à savoir le ministère des Affaires générales et de la Gouvernance ainsi que les services locaux de contrôle des prix qui devraient endiguer toutes les pratiques engendrant la flambée des coûts de poisson. Les collectivités locales doivent assumer leurs responsabilités et procéder aux contrôles dans les marchés de détail. La wilaya et le gouverneur disposent aussi de visions de contrôle des prix, mais malheureusement, non actives.

À maintes reprises, les professionnels des pêches
artisanale et côtière ont contesté le mode actuel de commercialisation. Qu’en dites-vous ?
Le gouvernement a consenti d’importants investissements afin de doter le pays d’une infrastructure de commercialisation moderne et performante et d’une chaîne de marchés de gros permettant aux populations des villes intérieures d’avoir accès aux produits de la mer. C’est un processus établi et auquel les professionnels se conforment et s’acquittent des droits et taxes exigées. Et ceci ne nuit aucunement à la concurrence où à la fixation des prix,malgré quelques problèmes qui surviennent de temps à autre mais qui n’engendrent pas les dérèglements de prix constatés.

À votre avis, comment pallier à cette situation ?
Les mesures à adopter pour pallier à cette situation concernent principalement l’aval de la filière car en amont, les procédures sont claires et bien rodées. Le plus gros effort doit être fait pour contrôler la chaîne d’intermédiaires et baisser les marges cumulées. Ceci prendra du temps mais les autorités compétentes disposent de tous les outils pour déclencher ce processus et rétablir les prix à des niveaux raisonnables.

Pour défendre la liberté de la presse

Ce ne sont pas des agitateurs venus de Turquie qui vont dicter à la France ce qui peut être publié ou non et instaurer en France la dictature qu’ils subissent chez eux !

C’est la seule raison de cette publication sur le blog : je me soucie très peu par ailleurs de ce triste sire !

Boycott : le gouvernement a pris une décision

lesiteinfo.com – 28/05/2018

boycott
La campagne de boycott de certains produits de consommation semble porter ses fruits. En effet, le Chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, a affirmé, samedi lors d’une réunion de la commission nationale du PJD, que le gouvernement prendra la décision appropriée concernant les prix des carburants « parce que la libéralisation, bien que nécessaire, a posé plusieurs problèmes », soulignant que le projet de loi sur la régulation des prix des hydrocarbures « est prêt ».

Selon Al Massae qui rapporte l’information dans son édition de ce lundi, El Othmani a indiqué qu’une commission travaille actuellement sur la structure des prix ainsi que les chaînes de distribution et de commercialisation d’un certain nombre de produits de base afin de lutter contre la spéculation qui affecte le pouvoir d’achat des citoyens.
Et d’ajouter que le Secrétaire général du PJD a considéré que la campagne de boycott représente « le cri de détresse d’une partie de la classe moyenne », notant que l’Exécutif se doit de comprendre cette détresse et de faire en sorte d’y remédier.

Le Maroc compte environ 16 millions d’utilisateurs Facebook

par Olivier Delagarde – lepetitjournal.com – 28/05/2018

Le Maroc compte environ 16 millions d'utilisateurs Facebook

Facebook a montré toute sa puissance à l’occasion du mouvement de boycott contre trois marques de grande consommation qui se poursuit actuellement. Comment ont évolué le nombre et le profil des Marocains utilisateurs de ce réseau social ? Eléments de réponse.

Le Maroc comptait environ 16 millions d’utilisateurs actifs de Facebook en janvier 2018, selon la dernière étude du spécialiste des réseaux sociaux We Are Social.

Ce chiffre, en hausse de 14% par rapport à janvier 2017, maintient le Maroc à la cinquième place en Afrique derrière l’Egypte (37 millions), l’Algérie (20 millions), le Nigéria (18 millions) et l’Afrique du Sud (17 millions). Il signifie qu’un peu plus de 44% des Marocains disposent de comptes sur ce réseau social qui se classe en deuxième position parmi les réseaux les plus actifs, derrière Whatsapp et devant Youtube. Attention toutefois, plusieurs personnes disposent de plus d’un compte, sans parler des faux comptes (créés par des robots) qui sont très nombreux.

En tous les cas, sur les 16 millions d’utilisateurs, 15 millions d’entre eux se connectent à Facebook via leur mobile. Presque les deux tiers sont de sexe masculin (64%) et la majorité ont entre 18 et 34 ans.

Selon la plateforme Facebook Analytics, outil qui fournit les statistiques d’audience aux annonceurs sur le réseau social, les célibataires représentent un peu plus de la moitié des utilisateurs marocains et ceux ayant un niveau universitaire, plus de 70%.

Notons que ces informations sont renseignées par les utilisateurs eux-mêmes, donc une partie peut ne pas correspondre à la réalité.

La plateforme indique également que 22% des utilisateurs déclarent travailler dans le secteur du transport, 17% dans la restauration, 16% dans le secteur primaire et 15% dans les services administratifs.

Par milieu de résidence, 26% des utilisateurs se trouvent à Casablanca, 6% à Agadir et Marrakech, 5% à Rabat et Tanger, 4% à Fès, 3% à Meknès et Salé…

Au cours des 30 derniers jours, Facebook Analytics indique qu’en se basant sur les chiffres médians, chaque utilisateur a effectué 3 commentaires, aimé 11 publications, en a partagé une et cliqué sur 7 publicités.

La plateforme indique également que 78% des utilisateurs ont accédé à Facebook via le système d’exploitation Android, 10% à travers le web mobile, 7% à partir d’ordinateurs et 5% à partir du système iOS.

Concernant les pages Facebook les plus suivies, une divergence des données est constatée entre ce que fournit la plateforme d’analyse et ce qui peut être relevé directement sur certaines pages.

Par exemple, sur la page Chouf TV, il est fait mention de 15 millions de fans. Or, dans le classement des pages les plus suivies sur Facebook Analytics, c’est la page Andaluspress qui figure en première position avec 2,2 millions de fans. A l’intérieur de cette même page, le nombre de fans mentionné approche les 4 millions.

Tourisme : Agadir dépasse 400.000 nuitées au mois d’avril écoulé

aujourdhui.ma – 28/05/2018

Tourisme: Agadir dépasse 400.000 nuitées au mois d’avril écoulé

Plus de 406.000 nuitées ont été enregistrées au niveau des établissements d’hébergement classés d’Agadir durant le mois d’avril écoulé, en hausse de 4,55% par rapport à la même période de 2017 (environ 388.000).

Selon les chiffres publiés par le Conseil Régional du Tourisme (RT) d’Agadir Souss-Massa, les touristes français arrivent en tête de la clientèle de la station balnéaire avec un total de 95.004 nuitées touristiques contre 80.420 nuitées lors de la même période de l’année dernière, soit une progression de 18,13%.
Les nationaux sont en deuxième position avec 85.230 nuitées en recul de 2,63% par rapport au mois d’avril 2017 qui a vu ce nombre atteindre 87.528.
Avec 57.783 nuitées touristiques, les touristes en provenance du marché allemand constitue la troisième clientèle de la ville, suivis des Anglais qui ont passé un total de 47.138 nuitées en hausse de 2,64% par rapport à l’an passé.
En termes de classement par unités d’hébergement, les clubs touristiques viennent en première position avec 116.877 nuitées suivis des hôtels classés 5 étoiles (86.145 nuitées touristiques) et les hôtels classés 4 étoiles avec 86.145 nuitées.
Par ailleurs, le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés d’Agadir a enregistré une hausse de 4% passant de 51,83% en 2017 à 54% au mois d’avril de cette année.

Maroc : L’état d’avancement du programme de développement des provinces du Sud a atteint 48% (El Othmani)

atlasinfo.fr – 28/05/2018

L’état d’avancement du Programme de développement des provinces du Sud (2015-2021) a atteint 48% jusqu’à mars dernier, a indiqué, lundi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, relevant que ce taux devrait atteindre 70% d’ici la fin de l’année en cours.

Maroc : L'état d'avancement du programme de développement des provinces du Sud a atteint 48% (El Othmani)

Répondant à une question centrale sur « Les derniers développements de la cause nationale », lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants, M. El Othmani a réitéré la détermination du gouvernement à poursuivre le processus de développement des provinces du Sud, à travers la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des régions du sud, qui constitue un levier essentiel pour valoriser les ressources naturelles et les potentialités humaines dont regorgent les provinces du Sud et puise ses grandes orientations du grand chantier de la régionalisation avancée, en tant que choix stratégique du Royaume qui va de pair avec la proposition marocaine d’autonomie.

En matière de plaidoyer civil en faveur de l’intégrité territoriale du Royaume, M. El Othmani a souligné que dans le cadre du renforcement du rôle fondamental de la société civile dans la défense de la cause nationale, il a été procédé à l’élaboration d’un projet intégré visant à soutenir les capacités des associations en la matière, la formation de jeunes acteurs civils, le renforcement des capacités de lutte contre la thèse séparatiste dans les foras onusiens et internationaux et l’intensification de la plaidoirie et de riposte par les associations du monde numérique et les réseaux sociaux.

Le chef du gouvernement a, dans ce sens, mis l’accent sur ce projet qui comprend trois axes principaux, à savoir la création d’une plateforme ouverte dédiée à la formation interactive, où l’adhérent bénéficie d’un programme complémentaire de formation à distance autour de la cause nationale et la création d’un forum annuel des associations concernées par la plaidoirie autour de la cause nationale.

De même, M. El Othmani a indiqué qu’une commission composée du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, du ministère de l’Intérieur, du ministère d’État chargé des droits de l’Homme et du ministère délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, se penche sur l’élaboration de ce projet, faisant savoir que le premier forum de plaidoyer en faveur de la cause nationale sera organisé en juin prochain.

Concernant le troisième axe, il concerne la promotion des initiatives et de projets de la société civile pour défendre la cause nationale et l’instauration d’un programme grâce à des partenariats avec les associations de la société civile chargées de la formation de jeunes acteurs associatifs, a-t-il poursuivi, rappelant que la première édition de ce programme a été organisée, récemment, à Ouarzazate par l’Organisation marocaine des jeunes, en partenariat avec le ministère chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, au profit d’une cinquantaine de jeunes représentant les associations de la région Draa-Tafilalet.

La douane a fait une belle prise près d’Agadir

lesiteinfo.com – 28/05/2018

Douane-autoroute
Les éléments de la brigade mobile relevant de la direction régionale des douanes d’Agadir ont intercepté et saisi, dimanche à Tiznit, un camion citerne transportant 14 tonnes de carburant de contrebande.

Le conducteur du camion, intercepté au niveau de la commune de Bounaamane, a été placé en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée sous la supervision du parquet, indique ce lundi la direction régionale de l’Administration des douanes et impôts indirects.

Les fonctionnaires à l’étranger, nouvelle cible d’économies !

Guillaume de Calignon, Ingrid Feuerstein – lesechos.fr – 27/05/2018

la baisse effectifs 11% 2007 2012, puis 6% 2012 2017.

La baisse des effectifs a été de 11% entre 2007 et 2012, puis de 6% entre 2012 et 2017. – Robert KLUBA/ REA

Gérald Darmanin, le ministre des comptes publics, a annoncé une baisse de 10% des effectifs des fonctionnaires à l’étranger. Ces dernières années, le nombre de fonctionnaires a reculé mais la masse salariale a, elle, plutôt augmenté.

A l’approche des premiers arbitrages pour le Budget 2019, les pistes d’économies, encore floues jusqu’ici, commencent à se préciser. A l’occasion de la présentation de la loi de règlement, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé une baisse jamais vue sur les effectifs de fonctionnaires à l’étranger. Ambassades, consulats, missions économiques…
La France emploie un peu moins de 14.000 équivalents temps plein dans sa mission « action extérieure de l’Etat ».
« Le Premier ministre a annoncé, après une réunion interministérielle, la baisse de 10% des effectifs des fonctionnaires à l’étranger, ce qui est la plus grande économie que le Quai d’Orsay et les autres services qui concourent, me semble-t-il, à l’action extérieure de la France, auront à apporter », a indiqué Gérald Darmanin, lors d’une audition au Sénat. Le ministre a précisé que cette réduction ne concernerait pas le personnel éducatif de l’AEFE, chargée de piloter les lycées français, « qui fait l’objet d’une autre réforme ».
Baisse de 10% de la masse salariale
Ce plan a été détaillé en fin de semaine dernière lors d’un comité technique ministériel, une instance qui se réunit deux fois par an au sein du ministère des affaires étrangères. D’après le syndicat CFDT, l’objectif est de réduire de 10% la masse salariale sur trois ans, de 2019 à 2022. Les fonctions support seraient particulièrement dans le viseur. Il serait question de les réduire de 33%. Cette refonte toucherait également les indemnités de résidence à l’étranger. Le tout passerait probablement par une « réduction drastique du réseau consulaire, en particulier en Europe », s’inquiète la CFDT, dans un communiqué.
Le comité « Action publique 2022 » aurait suggéré que l’activité de guichet soit remplacée par des services en ligne. Le syndicat argue que la numérisation ne peut justifier à elle seule des suppressions d’emplois, sachant que c’est la prise en charge d’urgence qui occupe le plus les agents sur place. La CGT, elle, note que « le ministère des affaires étrangères a déjà vu ses effectifs fondre ces dernières années et les contrats locaux se multiplier ».

Par le passé, les affaires étrangères ont en effet contribué à la réduction des effectifs de fonctionnaires, mais pas dans la même ampleur. Un rapport sénatorial publié lors du dernier projet de loi de finances montre que la baisse des effectifs a été de 11% entre 2007 et 2012, puis de 6% entre 2012 et 2017. Ce qui toutefois ne s’est pas traduit par des économies sur la masse salariale. «Les dépenses de personnel ont continué de progresser, passant de 776 millions d’euros en 2007 à 954 millions dans le projet de loi de finances 2017 (+23% en dix ans) », note ce rapport. Ce décalage entre les deux courbes est attribué à l’évolution du point d’indice, aux promotions et aux changements d’échelons.
La Cour des comptes considère que le ministère des affaires étrangères dispose encore «de marge de manoeuvre » pour réduire les coûts.
Dans la note budgétaire publiée lors de la loi de règlement, l’institution suggère de recruter davantage d’agents de droit local à la place d’expatriés et d’ouvrir une réflexion sur les indemnités de résidence.

Toutefois, les discussions avec Bercy risquent d’être rudes. Le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d’une rencontre avec les partenaires sociaux jeudi dernier, s’est désolidarisé des déclarations de Gérald Darmanin, insistant sur le fait que celles-ci ne reflétaient que la position du ministre des comptes publics. La décision finale n’est pas encore prise et le Breton compte bien plaider la cause de son ministère à l’Elysée.

Agadir : Des journées d’information sur la retraite en juin prochain

aujourdhui.ma – 27/05/2018

Agadir : Des journées d’information sur la retraite en juin prochain

Des journées d’information maroco-françaises sur la retraite auront lieu, du 18 au 22 juin prochain, à Agadir, à l’initiative de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).
Cette rencontre de sensibilisation sur les prestations sociales prévues par la convention de sécurité sociale conclue par les deux pays, sera organisée en collaboration avec des Caisses françaises en charge de la gestion des régimes de retraite, indique un communiqué de la CNSS. La rencontre aura lieu au siège de la Chambre de commerce, d’industrie et des services du Souss-Massa. Rappelons que le Maroc et la France sont liés par une convention générale de sécurité sociale conclue en 2007.
Celle-ci pose le principe d’égalité et de réciprocité du traitement pour les ressortissants des deux pays, qu’il s’agisse de salariés ou de retraités. Conformément à cet accord bilatéral, entré en vigueur en juin 2011, les travailleurs, retraités et ayants droit marocains résidant définitivement ou temporairement au Maroc, peuvent bénéficier de soins de santé, de différentes indemnités, pensions de retraite, et allocations familiales et de décès.