Archives de mai 21st, 2018

Pleins feux sur le mégaprojet de dessalement de l’eau de mer de Chtouka Ait-Baha

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 21/05/2018

Pleins feux sur le mégaprojet de dessalement de l’eau de mer de Chtouka Ait-Baha

Il s’inscrit intégralement dans les objectifs stratégiques du Plan Maroc Vert

Ce projet vise à atteindre de nombreux objectifs durables, dont le premier est la préservation de la nappe phréatique de Chtouka, dont le déficit hydraulique est estimé à plus de 60 millions m3 annuellement.

La Chambre d’agriculture du Souss-Massa a organisé dernièrement à Chtouka une journée de sensibilisation sur le mégaprojet de dessalement de l’eau de mer mutualisé d’irrigation et d’eau potable.

Le projet Chtouka, initié par le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts à la demande des agriculteurs et de leurs associations s’inscrit dans le cadre d’un partenariat public-privé entre le ministère et un délégataire privé, la société Aman El Baraka. En outre, l’ensemble des acteurs de la région est partie prenante dans sa réussite.

Premier du genre en Afrique, le projet est né de la prise de conscience commune de l’ensemble des acteurs (politiques, économiques et professionnels) aux niveau local, régional et national (exploitants agricoles, élus, autorités locales, départements ministériels,…), de la baisse alarmante de la disponibilité des ressources en eau. Le projet est initié dans la plaine de Chtouka, située à une trentaine de kilomètres au sud d’Agadir et à l’est du Parc national du Souss-Massa.

Ce projet vise à atteindre de nombreux objectifs durables, dont le premier est la préservation de la nappe phréatique de Chtouka, dont le déficit hydraulique est estimé à plus de 60 millions m3 annuellement. L’idée du projet trouve son origine dans l’étude de préfaisabilité, réalisée par le département de l’agriculture avec le soutien de la FAO, complétée par celle effectuée par l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa. Ces études ont mis en exergue le fait que le projet d’irrigation dans la zone de Chtouka à partir d’une ressource en eau non conventionnelle, à savoir l’eau de mer dessalée, est indispensable en parallèle de réelles mesures de contrôle des prélèvements sur la nappe. Cette nouvelle ressource vient en substitution partielle ou totale de l’eau prélevée dans la nappe et en complément de celle du barrage Youssef Ben Tachfine.

S’inscrivant intégralement dans les objectifs stratégiques du Plan Maroc Vert (PMV), et dans les objectifs du Plan agricole régional, ce projet ambitionne essentiellement la sauvegarde des ressources en eau et leur développement, tout en garantissant le capital investi dans l’agriculture d’exportation. Sur le plan technique, ce projet consistera en la mise en place des meilleurs procédés, technologies et équipements existant actuellement dans le domaine du dessalement de l’eau de mer et de la distribution de l’eau.

Deux prises dans l’océan amèneront l’eau de mer dans un bassin de captage, à partir duquel elle sera pompée, après prétraitement, vers la station de dessalement. Celle-ci (technologie d’osmose inverse) sera située à 300 m de la côte et à +44m d’altitude, dans la commune d’Inchaden, au sein du Parc national du Souss-Massa. Son installation sera soumise à un strict respect de l’environnement, d’œuvrer pour la réalisation d’une unité de dessalement mutualisée qui se situerait dans la commune rurale de Inchaden (sud de la ville d’Agadir), dans le Parc naturel du Souss-Massa en vue de répondre aux besoins d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation.

La capacité de production initiale est de deux cents soixante-quinze mille (275.000) m3/j à raison d’un débit de cent cinquante mille (150.000) m3/j pour satisfaire les besoins en eau potable, et d’un débit de cent vingt-cinq mille (125.000) m3/j pour satisfaire les besoins en eau d’irrigation. L’ouvrage est construit avec des installations pour une capacité de 400.000 m3/j, équipé pour délivrer une capacité de 275.000 m3/j.

Souk El-Had : Une effervescence au quotidien

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 21/05/2018

Souk El-Had : Une effervescence au quotidien

Avec l’avènement du Ramadan Souk El-Had connaît un engouement particulier des visiteurs et des clients pour mieux s’approvisionner et bénéficier des prix négociables proposés par les marchands, en fonction du pouvoir d’achat de chaque ménage. Ce mois est marqué par une grande fièvre acheteuse.

Poumon économique de la ville d’Agadir, Souk El-Had connaît une dynamique particulière durant la semaine qui précède le mois sacré devenu aujourd’hui un rendez-vous tant attendu par les commerçants pour remplir leurs caisses. Durant cette période, le Souk, considéré comme étant le plus grand marché urbain en Afrique et qui s’étale sur plus de 11 hectares, enregistre une affluence exceptionnelle. Une dizaine de milliers de ménages marocains attachés à leurs traditions culinaires s’y rendent souvent pour s’approvisionner en denrées alimentaires et épices nécessaires pour préparer les délices et plats ramadanesques qui garnissent la table du ftour avec une variété de délices.

L’abondance des fruits et légumes est impressionnante, la fraîcheur, les couleurs ainsi que l’envie de satisfaire la famille incitent à l’achat. Les prix sont en principe fixes, mais la voie reste libre pour les négocier avec le vendeur, qui avance toujours que sa marge de bénéfice est très limitée.  Cette année, l’offre est variée, les étals des différents magasins sont bien achalandés en produits divers. Les dattes, très convoitées lors de ce mois-ci, sont exposées en différentes variétés, «Boufakous», «Lefgouss», «Majhoul», en plus des dattes importées de différents pays arabes, notamment de Tunisie. Les prix sont, dans l’ensemble, à la portée de toutes les bourses, et commencent à 15 DH/kg. Les marchands exposent également les amandes, les noix, les fruits secs. «Tout se passe bien, l’activité est plus intense que pendant le reste de l’année, les Soussis viennent en masse pour faire leurs emplettes. Les prix sont abordables et conviennent à toutes les bourses, l’essentiel c’est que tout le monde passe un bon Ramadan», souligne ce commerçant à Souk El-Had.

La pâtisserie marocaine traditionnelle est également incontournable dans le Souk qui ouvre ses portes tous les jours, sauf le lundi. C’est la Chebakia, mélange de plusieurs ingrédients, frite à l’huile et trempée dans le miel tiède, qui accapare la part du lion des gâteaux exposés au Souk, à des prix variant entre 30 et 50 DH le kg. De nombreuses femmes préfèrent acheter des friandises déjà prêtes à la consommation pour économiser du temps et de l’énergie.

Sur place, beaucoup de marchands occasionnels investissent les lieux, notamment des femmes, qui ont trouvé en Ramadan une opportunité pour échapper à des  conditions de vie précaire, et ce à travers le petit commerce du Batboute, Msemen, Harcha, et Maloui, et qui attirent une clientèle importante par la bonne qualité de leurs produits.

Le visiteur du marché du Souk El-Had est interpellé par les voix des jeunes vendeurs saisonniers qui s’adonnent à la vente de jus de plusieurs fruits, notamment celui des oranges, pour réaliser un gain important puisque la demande est très grande.

Les feuilles de Pastilla qui rentrent dans la préparation de nombreuses recettes comme celle éponyme, les Briouates ou les Cigares et bien d’autres recettes de la cuisine marocaine, sont très sollicitées durant cette période. Ces feuilles sont préparées sur place par de jeunes hommes et sont vendues 25 DH le kilo. Il faut attendre une dizaine de minutes pour pouvoir obtenir sa part en la matière.

Le poisson est également très présent au Souk lors de cette période et connaît une forte demande. Des sardines (12 DH/kg) aux courbines (90 DH/kg), une symphonie de couleurs et d’espaces est exposée pour répondre à tous les besoins. Les magasins des ustensiles de cuisine ne sont pas en reste, ils sont pris d’assaut par une clientèle constituée essentiellement de femmes qui prennent soin des moindres détails de la famille. Très à cheval sur les traditions et coutumes, les femmes marocaines mettent les petits plats dans les grands pour satisfaire toutes les papilles de la famille réunie autour des repas ramadanesques. Les préparatifs commencent plusieurs semaines avant le mois sacré pour l’accueillir dans les règles de l’art.«C’est à moi de préparer les repas du Ramadan, notamment le ftour, qui comporte plusieurs plats sucrés et salés, et qui est un moment de partage et de convivialité», fait remarquer Amina, une femme au foyer et mère de deux enfants. A Agadir, comme dans le reste du Royaume, le mois du jeûne est synonyme de très grandes dépenses alimentaires, les consommateurs ne semblent pas pouvoir résister aux tentations gourmandes, de quoi rendre la facture gonflée. Avec ce changement du mode de la consommation, les dépenses alimentaires sont les plus élevées de toute l’année.

Football : Voici le classement final de Botola Maroc Télécom D1

lematin.ma – 21/05/2018

Le Chabab Rif Al Hoceima (CRA) est, enfin, parvenu à se maintenir en Botola Maroc Télécom D1 de football, après sa victoire par 2 buts à 0 face au champion, l’Ittihad de Tanger en match de la 30è et dernière journée, disputé dimanche soir au Stade Seniat Rmel.

Les deux réalisations du CRA ont été signées Youssef Fennich (30è) et Ayoub El Mallouki (46è).

Relégué automatiquement en D2, après la victoire de CRA, le Chabab Atlas Khénifra a conclu sa présence parmi les clubs d’élite par une malheureuse défaite (3-1) sur la pelouse du Wydad de Casablanca.
Amin Tighazaoui, auteur d’un doublé (25è pén, 60è) et Mohamed Nahiri (70è) ont marqué pour les Rouge et Blanc. La seule réalisation des Zianis a été également inscrite par un wydadi, Zouheir Laaroubi contre son propre camp (79è).
De son côté, le Hassania d’Agadir s’assure de disputer directement la Coupe de la CAF, en finissant la saison à la troisième place, avec le même nombre de points que le 2ème (Wydad de Casablanca). Pour réaliser cette belle performance, les Soussis se sont imposés sur la pelouse du Moghreb de Tétouan (1-0).
Le titre de la Botola Maroc Télécom D1 pour cette saison avait été décroché la semaine dernière par l’Ittihad de Tanger pour la première fois de son histoire, après sa victoire à domicile par 2 buts à 1 face au Moghreb de Tétouan, pour le compte de la 29è journée.

 

Voici le classement de Botola Maroc Télécom D1 de football, à l’issue des matchs de vendredi et dimanche comptant pour la 30è et dernière journée:

1.Ittihad de Tanger 52 30 (champion) (Ligue des champions)

2. Wydad de Casablanca 51 30 (Ligue des champions)

. Hassania d’Agadir 51 30 (Coupe de la CAF)

4.FUS de Rabat 49 30

5.Difaa d’El Jadida 48 30

. Raja de Casablanca 48 30

7. AS FAR 43 30

.Olympic de Safi 43 30

9.Renaissance de Berkane 38 29

10 .Rapide club Oued Zem 37 30

11.Moghreb de Tétouan 36 30

12.Olympique Khouribga 35 30

13.Chabab Rif d’Al Hoceima 33 30

14.Kawkab de Marrakech 32 29

15 .Chabab Atlas Khénifra 29 30 (relégué)

16. RAC de Casablanca 17 30 (relégué).

Un beau dimanche à Sidi Boulfdail

Nous étions 4, en plus d’Alain et Annie Baranovski, à passer dimanche chez eux à Sidi Boulfdail.
Pas beaucoup de soleil, mais il faisait bon et l’ambiance très chaleureuse.

Après un essai de pêche infructueux (pas de poisson suicidaire pour venir s’accrocher à mon hameçon), un très bon déjeuner de grillades (sans poisson, à cause de moi…) et un peu de marche pour la digestion.

Nous sommes partis à Baarour, une dizaine de kilomètres au sud (voir la carte) :
Un très beau coin !

Curiosité : plusieurs trous-souffleurs sur le site :

A contre-jour :

Dans les falaises toutes proches, une colonie d’Ibis chauves s’est installée pour nidifier :

Et sur la falaise située de l’autre côté, les grottes ont été aménagées en abris de pêcheurs ou en résidences secondaires , avec pour certaines, des décorations et aménagements  très étudiés :

 

%d blogueurs aiment cette page :