AGADIR : LE CONTRAT AVEC TECMED TOUCHE À SA FIN

par Yassine Saber – leseco.ma – 30/05/2018

Après la création de l’établissement de coopération intercommunale (ECI), c’est ce dernier qui prendra en charge la gestion des déchets ménagers.

Sept mois avant la fin du contrat de gestion déléguée entre la société Tecmed Maroc et la Commune urbaine d’Agadir, la question de la gestion de la décharge de Tamlast, qui reçoit près de 1.000 tonnes/jour de déchets ménagers et assimilés refait surface. Après l’expiration de la durée dudit contrat 2008-2017, une année supplémentaire a été donnée à Tecmed en vertu de l’article 3 de la convention de la gestion déléguée signée entre la Commune urbaine d’Agadir qui est le «délégant» et Tecmed Maroc en tant que «délégataire». De ce fait, un nouvel appel d’offre avec un nouveau délégataire sera obligatoirement lancé pour la gestion de ce service public après l’expiration en décembre prochain du contrat de gestion de la décharge qui reçoit les déchets ménagers des 10 communes formant le Grand Agadir.

«La gestion de la décharge de Tamlast sera assurée dans le cadre d’une période transitoire étalée sur une à deux années avec un contrat d’exploitation limité en attendant la préparation de la nouvelle décharge ou via la conclusion d’une nouvelle gestion déléguée», souligne Mohamed Bakiri, 1er vice-président de la Commune urbaine d’Agadir.

Sur ce dernier point, c’est l’établissement de coopération intercommunale (ECI) regroupant les 10 communes formant le Grand Agadir qui devrait lancer cet appel d’offres et gérer dorénavant ce dossier à partir de janvier 2019 après l’addition à ses missions de la gestion des déchets ménagers et assimilés en plus de l’éclairage public. À ce sujet, il faut rappeler que le statut de la SDL «Grand Agadir» dont l’ECI est actionnaire majoritaire avec le Conseil régional Souss-Massa a été également révisé et modifié en intégrant la gestion des déchets ménagers et assimilés. En attendant plus de visibilité, le procédé de valorisation semble déjà être choisi par les parties prenantes. Il s’agit de l’utilisation de la technique de la pyrolyse qui consiste en la décomposition thermique de matières organiques pour obtenir l’énergie à travers le biogaz alors qu’une usine est prévue dans la Commune rurale de Drarga pour la valorisation de ces déchets ménagers. «La concertation avec la société en question est en cours pour la valorisation des déchets ménagers», ajoute Mohamed Bakiri.

<

p style= »color:#000000;font-family:’Slabo 27px’, cursive;text-align:justify; »>Toujours est-il qu’il n’existe actuellement aucune orientation nationale (incinération, pyrolyse, gazéification…) par rapport au procédé de valorisation adéquat compte tenu des spécificités des déchets marocains et du fait que chaque commune choisit actuellement son propre mode de traitement de déchets. Aujourd’hui, l’idée est de céder ce service public au niveau du Grand Agadir à la société qui maîtrise le procédé à travers la SDL Grand Agadir dont les actionnaires de ladite société se composent de l’ECI, le Conseil régional Souss-Massa, les communes urbaines d’Agadir et d’Inezgane en plus de la Commune de Drarga. Toutefois, d’autres points devront être ficelés avant le choix de ce procédé, notamment l’achat de l’énergie puisque jusqu’à présent, il n’existe aucun cadre réglementaire pour cette opération au niveau de la moyenne tension en plus de son transport du lieu de la production au réseau de l’ONEE. L’autre point et non des moindres est le déplacement de la décharge de Tamlast vers la Commune rurale d’Amskroud en particulier après le glissement de l’un des casiers d’enfouissement des déchets. Bien que le schéma directeur provincial de gestion de déchets ménagers et assimilés avait déjà préconisé dans le cadre de sa deuxième mission de déplacer la décharge à Amskroud pour la mise en place d’un centre d’enfouissement et de valorisation de déchets au lieu d’un centre d’enfouissement technique (CET), il faut attendre les conclusions de la phase finale, en particulier l’issue des orientations par rapport aux problématiques d’assainissement du foncier forestier à Amskroud et la révision du schéma directeur en intégrant le procédé de pyrolyse des déchets ménagers. 

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Une réflexion sur « AGADIR : LE CONTRAT AVEC TECMED TOUCHE À SA FIN »

  1. On parle pas de biogaz pour pyrolyse, plutot de syngaz, mais le choix de la pyrolyse est pas du tout justifié pour un déchet de + de 65% d’humidité, PCI<<<

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.