Archives de septembre 29th, 2018

Les Actus de l’Amicale Francophone de Taroudant

.

.

Actus du 28/09/2018

.

Ma santé à l’étranger : les pièges à éviter

Salima Naji, Chevalière de l’Ordre des Arts et des Lettres

Par F. N. – leconomiste.com – 29/09/2018

Salima Naji, Chevalière de l’Ordre des Arts et des Lettres

 

L’architecte marocaine Salima Naji, spécialiste des constructions respectueuses de l’environnement a été décorée ce vendredi 28 septembre Chevalière des Arts et des Lettres. La cérémonie de remise des insignes de cette décoration honorifique française a eu lieu hier soir dans les Jardins du Consulat général français d’Agadir.

Rappelons que Salima Naji a reçu le Prix Jeunes Architectes, de la Fondation EDF en juin 2004. Elle a été déclarée « Inspiring women, expanding Horizon » par la Mosaic Foundation à Washington en 2008. Et a été honorée par la cérémonie du Takrim de l’Ordre des Architectes du Royaume en 2010.

Elle a reçu en 2011, le Prix Holcim du Développement durable, « Bronze Afrique-Moyen-Orient [3rd International Holcim Awards competition Sustainable construction projects shaping better communities in Africa Middle East] pour le projet d’un centre de formation professionnelle à Marrakech. Cette jeune femme a aussi écrit plusieurs ouvrages de référence sur les architectures vernaculaires du Sud Marocain : “Art et architectures berbères” en 2001, “Portes du Sud” en 2003, “Greniers collectifs de l’Atlas” en 2006 et “Fils de saints contre fils d’esclaves” en 2011.

POUR LA JOURNÉE NATIONALE DE LA FEMME: NAWAL SEKKAT EXPOSE “LAYLATO AMAL” AU MUSÉE AMAZIGHZ D’AGADIR

fr.hibapress.com – 28/09/2018

 

A l’occasion de la Journée Nationale de la Femme Marocaine, journée de protection et de promotion des Droits de la Femme, la ville d’Agadir invite Nawal Sekkat à présenter ses œuvres au Musée Amazigh du 12 octobre au 10 novembre sous le thème « Laylato Amal » «  une nuit d’espérance »

Nawal Sekkat,  L’émotion au fil des mots. L’émotion au fil des couleurs

Nawal Sekkat, née en 1973  est l’une des artistes peintres marocains qui surent laisser une empreinte indéniable et personnelle dans l’Art plastique contemporain au Maroc. Les multiples expositions individuelles et collectives, en plus des multiples expressions des Arts plastiques qu’elle pratiqua : dessin, peinture et sculpture, attestent d’une sensibilité singulière et adossée à une maturité artistique certaine et une réflexion humaniste évidente. Par le truchement de la matière, de la composition et des couleurs, ses créations connotent une métaphore qui esquisse son horizon créateur à travers une conjugaison heureuse entre Expressionnisme et Abstrait.

Il est indéniable que les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992,  contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigua à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger. Par ailleurs, nombre d’institutions ont intégré ses œuvres à leurs collections.

Le parcours riche et diversifié de Nawal Sekkat connut un autre couronnement à travers l’organisation en Mai 2015 d’une remarquable exposition artistique dans un espace ancestral qu’est la galerie Bab Rouah sous la tutelle du ministère de la Culture.

En outre, ses œuvres ont figuré parmi les ventes aux enchères du prestigieux Drouot Richelieu à Paris dans la même année.  En 2016, elle a droit à une exposition individuelle à la galerie Abou InaneGalery du Crédit Agricole à Rabat dans le cadre des nuits des Galeries organisée par le ministère de la Culture.

Cette année vit également la participation de notre artiste à un événement novateur à savoir le Mail Art inspiré pour cette édition du poème rimbaldien «voyelles» et organisé de manière itinérante au Maroc, en France et en Belgique.

L’année 2017 nous livre une autre facette de la créativité de Nawal Sekkat à savoir le «livre dialogue » dans lequel elle déploie moult aspects de sa créativité pour rendre les réflexions et les émotions nées de la rencontre heureuse et intense avec les textes de Noel Devichi.

Vernissage : vendredi 12 octobre 2018 à 19h

Exposition : du 12 octobre au 10 novembre 2018

Au musée Municipale du Patrimoine Amazigh
Passage Ait Souss – Agadir

Horaires d’ouverture : Tous les jours de 9h30 à 17h30

Sauf dimanche et jours fériés

Agadir fête le Jazz en octobre prochain

par Malika Alami – lavieeco.com – 28/09/2018

Agadir fête le Jazz en octobre prochain

Ce sera à l’occasion de la deuxième édition du festival international Anmoggar N Jazz, du 25 au 28 octobre 2018.

La capitale du Souss vibrera aux rythmes du Jazz du 25 au 28 octobre 2018 lors de la deuxième édition du festival international Anmoggar N Jazz. Au rendez-vous, onze artistes de renom international. Parmi eux, Faïz Lamouri, 4tet (Maroc/France), Diana Horta Popoff 4tet (Brésil/France), Jowee Omicil 4tet (France/Canada), Moisés P. Sanchez 4tet (Espagne) et bien d’autres encore, sont à l’affiche. Une programmation artistique de haut niveau pour renforcer l’assise de ce jeune festival et en faire rapidement un événement majeur du paysage culturel de la région, souligne Franck Patillot, directeur artistique de la manifestation.

Initié dès sa première édition par l’Institut français d’Agadir, en partenariat avec la Wilaya de la région Souss-Massa, le Conseil régional Souss-Massa, la Commune urbaine d’Agadir et le Conseil régional du tourisme, le festival de Jazz d’Agadir dispose cette année pour son organisation d’un budget global de 1,2 million de DH. Il bénéficie à ce niveau du soutien du Conseil régional Souss Massa et de la Commune urbaine d’Agadir ainsi que de sponsors privés.

Ouvert au public gratuitement, le festival offrira des concerts dans la salle des fêtes Brahim Radi du siège de Commune urbaine. En raison de places limitées la réservation en ligne est obligatoire pour assister aux concerts. En outre un village du festival sera implanté sur la place de la Marche verte face à la salle des spectacles, de manière à favoriser les rencontres, l’animation et l’information sur l’événement.

Parallèlement aux spectacles, ce festival abrite également un volet formation. A l’instar de la première édition, une quinzaine de techniciens et régisseurs marocains bénéficieront d’une formation théorique et pratique en amont de la manifestation. La formation sera dispensée par Pierre Blanchi, régisseur général du festival. La démarche vise à favoriser les ressources humaines en la matière de la région, précisent les organisateurs. A ce sujet, une réflexion est menée avec l’Université Ibn Zohr pour la mise en place d’une filière dédiée à ces profils. Pour l’heure, des masterclass sont au programme de cette deuxième édition. Elles sont destinées aux musiciens amateurs et élèves du Conservatoire Municipal d’Agadir. Histoire de leur faire découvrir de nouvelles pratiques, des nouveaux styles et renforcer leur technique. En outre, des temps de découvertes, d’initiation et d’échanges autour du jazz sont prévus.

A l’instar de la première édition, le festival de Jazz d’Agadir met en place, en partenariat avec le festival français Jazz à l’Etage, un dispositif de promotion et d’accompagnement de jeunes musiciens de Jazz marocains, intitulé ‘’Amsli Amaynou’’. La formation retenue est programmée le vendredi 26 octobre. Ils seront aussi invités à se produire en France à l’édition 2019 du festival français Jazz à l’Etage.

Toute une riche programmation qu’Agadir entend bien pérenniser à travers la création aujourd’hui d’une association qui portera dès 2019 le festival international Anmoggar N Jazz.

Remise des insignes de chevalière des Arts et Lettres à Salima Naji

Hier soir, au consulat général de France avait lieu une très belle et émouvante cérémonie : la remise des insignes de Chevalière des Arts et Lettres à Salima Naji.

Quel plaisir de voir récompensée une amie que j’admire pour son parcours, son érudition et ses actions pour la préservation d’un patrimoine inestimable du sud marocain !

Toutes les autorités locales étaient présentes pour cette cérémonie avec, en particulier, de gauche à droite :
Monsieur Ahmed Hajji, Wali de la région de Souss-Massa et Gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Ou Tanane,
Monsieur Brahim Hafidi, Président de la Région de Souss-Massa,
Monsieur Saleh Mellouki Président de la commune urbaine d’Agadir

Madame Laura Garcia Gomez, Consule Générale d’Espagne à Agadir, qu’on voit ici en conversation avec Monsieur le Wali et Salima Naji :

D’autres personnalités étaient là, dont Monsieur Hamza Choufani, Consul Honoraire de la Rébublique Fédérale d’Allemagne, Monsieur Mohamed Bajalat, Président de l’Association Izorane et de très nombreux autres qui m’excuseront de ne pas les citer.

Beaucoup d’amis de Salima étaient là également :
Là, c’est Driss El Maloumi que tout le monde connaît avec son épouse Rabia Himouch à droite

et tous ceux qui étaient venus honorer de leur présence cette cérémonie :

Monsieur Dominique Doudet, Consul Général de France à Agadir a pris la parole pour prononcer une très belle allocution qui a mis en valeur tout le parcours universitaire de Salima Naji qui est architecte DPLG (diplômée de l’École d’architecture de Paris-La-Villette), et docteur en Anthropologie (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris).
Il a ensuite cité les villes du sud où Salima est intervenue pour la sauvegarde des constructions en péril : les greniers d’Amtoudi, Id Aïssa et Aguellouy, celui de Tiskmoudine, celui d’Ifri Imadiden et celui de Ait Kin.
Restauration de Ksar Assa, construction du Centre culturel des Ait Ouabelli.
Restauration de remparts à Tiznit, réhabilitation et aménagement de la source bleue (Aïn Zerka) de Tiznit, construction du musée de Tiznit.
Il a cité aussi les oeuvres écrites de Salima, en particulier, « Greniers collectifs de l’Atlas », « Arts et architectures berbères du Maroc », « Portes du sud marocain »…

C’est ensuite Madame Colette Kreder, Commandeure de la Légion d’Honneur, féministe engagée, directrice de l’Ecole Polytechnique Féminine jusqu’en 1994 qui a mis en valeur son engagement en tant que femme dans un métier difficile pour une femme, surtout au Maroc.

C’est Mona, la fille de Salima qui a apporté le coussin sur lequel reposait la médaille de Chevalière des Arts et Lettres :

et Madame Colette Kreder a épinglé cet insigne sur la robe de Salima :

Salima Naji a ensuite pris la parole pour remercier de cet honneur qui lui est fait et remercier également tous ceux avec qui elle a travaillé et qui lui ont permis de réaliser ce parcours exceptionnel.

A la fin de la cérémonie, c’était pour Salima le moment de recevoir les félicitations de tous

et chacun a pu ensuite déguster le cocktail offert par le Consulat de France.

%d blogueurs aiment cette page :