Archives de décembre 2nd, 2018

Une belle journée au marché de Noël de Taroudant

.

.

Ce matin, direction Taroudant pour y passer la journée au Marché de Noël organisé par l’Amicale Francophone

Un beau soleil toute la journée, la très bonne ambiance qu’on y retrouve à chaque visite et tout ce qu’il faut pour bien vivre : huîtres, charcuterie, salades, desserts…. et tout ce qui va avec…

Un petit tour parmi les stands :

Les chocolats de Noël Bijoux, décorations… Les confitures, Vêtements, décoration…

Pieds de lampes, Articles en cuir, babouches, sandales, chaussures, sacs…

L’Afrique sub-saharienne est aussi représentée par Rama et par son frère :

Tommaso Diglio est là avec Radia Rahou pour présenter le Safran Saffy Zafferano l’oro rosso dell’Atlas et toutes sortes de produits au safran : miel, confitures… On les retrouvera au Marché de Noël d’Agadir.

L’artiste Madeleine Parois Mosnier Lilou Lombardo avec ses crèches : on la reverra aussi au Marché de Noël d’Agadir

Les animations de Framboise : estimation du poids d’un panier garni
(10 dhms la mise pour jouer, au bénéfice des ânes abandonnés d’Azrarag), avec comme prix le panier garni : pas de chance, j’ai annoncé 7,900 kg et il faisait 7,600 kg. C’est une concurrente d’Agadir qui a trouvé le poids exact !

Ensuite, mise aux enchères de différents objets :
là, un éléphanteau à 100 dhms

Une très agréable journée !

Douche froide pour Moulay Hafid Elalamy

par Soufiane Laraki – lesiteinfo.com – 01/12/2018

Jeudi dernier, le roi Mohammed VI a présidé, au Palais royal de Rabat, une séance de travail consacrée au suivi de la question de la qualification et de la modernisation du secteur de la formation professionnelle.

Au cours de cette réunion, le Souverain a haussé le ton et n’a pas manqué de pointer du doigt plusieurs irrégularités. Le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani et son ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy (MHE) l’ont appris à leurs dépens.

En effet, au début de la séance, le roi s’est interrogé sur l’avancement de l’exécution du plan d’accélération industrielle de la région Souss-Massa, dont le lancement a été donné le 28 janvier dernier à Agadir.

Mohammed VI a ainsi “attiré l’attention sur le retard accusé par ce Plan, qui n’a enregistré aucune avancée depuis son lancement, appelant le département concerné à redoubler d’efforts et à assumer ses responsabilités, en vue d’accélérer sa mise en œuvre dans les délais impartis”, avait notamment indiqué un communiqué du Cabinet royal diffusé à l’issue de cette séance de travail.

Nos confrères de Medias24 sont revenus sur les coulisses de cette réunion. Citant “le récit de l’un des participants”, le média fait savoir que le roi Mohammed VI s’est tourné vers MHE en lui adressant “plusieurs salves de reproches directs”.

“Après le Plan d’accélération industrielle, d’autres points y passent: la double nationalité de MHE, son comportement qui peut être ‘arrogant au détriment de la responsabilité publique’. MHE est sommé de servir les intérêts du pays avant les siens, et non l’inverse”, relève Medias24.

Lors de cette séance, le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, qui a présenté au Souverain le projet du programme de qualification de l’offre de formation professionnelle, a eu sa part du gâteau.

Après avoir pris connaissance des composantes de ce programme, le roi a mis l’accent “sur la nécessité de se pencher sur certaines lacunes qui le caractérisent et sur la question de maîtrise des sources et des mécanismes de son financement”, indiquait le communiqué du Cabinet royal.

“Vous êtes incapables d’élaborer un rapport valable sur la formation”, aurait affirmé le roi, décidant de reporter les assises nationales de la formation et de l’emploi, toujours selon nos confrères de Medias24.

Rappelons que le Souverain avait présidé, le 1er octobre dernier, une séance de travail consacrée à la mise à niveau de l’offre de formation professionnelle, au cours de laquelle il avait donné un délai de trois semaines pour qu’une commission présidée par El Othmani élabore et soumette un programme de projets et des mesures précises dans ce sens. Après la fin du délai de trois semaines, la Commission avait demandé au roi de lui accorder un court délai pour parachever la mission qui lui a été confiée.

VOICI POURQUOI PARIS S’INTÉRESSE AUX INVESTISSEMENTS DU MAROC EN FRANCE

par Mohamed Chakir Alaoui – le360.ma – 01/12/2018

Coopération Maroc-France

© Copyright : DR

Le Maroc est un des investisseurs africains les plus importants en France. En 2017, le montant des projets marocains réalisés dans l’Hexagone se sont élevés à quelque 385 millions d’euros.

Pour doper les investissements du royaume en France, deux campagnes de promotion françaises seront organisées, l’une à Agadir le 4 décembre et l’autre à Casablanca, le 5 du même mois, a-t-on indiqué de sources diplomatiques françaises à Rabat.

Ces deux journées sont les troisièmes du genre au Maroc à se tenir sous le thème de « L’attractivité économique de la France ».

Lors d’un point de presse, organisé hier, vendredi, par l’ambassade de France à Rabat, on a appris que le Maroc a investi en France en 2017 quelque 385 millions d’euros, devenant un des plus importants investisseurs africains en France dans « les nouvelles technologies ».

Les deux journées d’Agadir et de Casablanca sont destinées aux entrepreneurs désireux de connaître les opportunités d’investissements en France, En 2017, quelque 677 projets d’investissements étrangers (centre de décision, centre R&D, site de production, plateforme logistique, etc.) ont été soutenus par les équipes « Invest » de Business France.

À l’échelle de l’Afrique, le Maroc apparaît depuis quelques années comme un pays émetteur d’investissements directs étrangers en France et l’implantation à Casablanca du bureau « Invest » de Business France pour l’Afrique en septembre 2018 en est une illustration, selon l’ambassade de France au Maroc.

Reportage : Au Maroc, de Tanger à Agadir, l’essor d’un grand dessein

Par Hatem Bourial – webdo.tn – 01/12/2018

Agadir

Le Maroc actuel vit une effervescence remarquable et se caractérise par le nombre et la qualité des grands projets de partenariat entre les secteurs public et privé.

Pour avoir rencontré ces dynamiques marocaines et désirant en témoigner, nous vous proposons un gros plan sur ce frémissement dont l’initiateur est le roi Mohamed VI, très impliqué dans tout ce qui est relatif au développement du pays et sa modernisation.

L’aménagement du territoire et la quête d’équilibres entre les régions sont ainsi des constantes marocaines qui font que tout le pays profite de cet élan modernisateur. Même les régions les plus éloignées du centre d’impulsion s’inscrivent dans ce mouvement général.

Ainsi, Dakhla, dans le sud, accueillait-elle en mars dernier, une importante rencontre internationale sur l’Afrique et la coopération Sud-Sud. Cette rencontre dans la ville saharienne avait permis d’aborder des questions prospectives ayant trait à la gestion urbaine globale, à la construction d’une communauté de pratiques pour l’agriculture africaine et à la prolongation de la Route de la Soie en Afrique par des partenariats avec l’Asie.

Ces partenariats sont d’ailleurs en construction comme en témoigne le gigantesque projet Tanger Tech.

200 compagnies chinoises et 100.000 emplois
Tanger

Le projet Tanger Tech se déploie sur la région qui englobe Tanger, Tetouan et Hoceima.
Porté par le secteur public, des banques et le groupe chinois Haite, ce projet est exemplaire des partenariats sino-marocains.

C’est l’exemple même du projet structurant dans la mesure où il implique le port Tanger Med, la nouvellement créé Ligne à Grande Vitesse, de nouvelles zones industrielles et logistiques et le réseau autoroutier.

Tanger Tech a pour ambition de créer 100.000 emplois tout en facilitant l’installation de 200 compagnies chinoises dans les domaines de l’aéronautique, l’automobile, le textile ou l’informatique.

Cent milliard de dollars sur dix ans donneront son assise à ce grand projet.

Un projet titanesque à Agadir

C’est à Agadir que se trouve la plus grande usine de dessalement d’eau de mer au monde.
Alimentée par l’énergie solaire, cette centrale a pour objectif de fournir de l’eau potable pour la consommation et l’irrigation.

En ce sens, le secteur de dessalement de l’eau est considéré comme stratégique pour l’économie marocaine.
Un Plan national de l’eau (PNE) a ainsi pour but d’éviter au pays un déficit en eau à l’horizon 2030.

Il existe au Maroc 130 barrages et 14 autres en construction alors que le dessalement connaît des progrès notables.

Avec une politique intégrée de développement durable, le Maroc travaille sur trois grands axes complémentaires. D’abord assurer l’approvisionnement en eau de tout le pays. Ensuite consolider de la sorte la sécurité alimentaire. Enfin agir sur le soutien de l’économie nationale.

Pour atteindre ces objectifs, le Maroc s’adosse à son PNE afin d’optimiser les réseaux de distribution d’eau potable, construire de nouveaux barrages et unités d’épuration des eaux usées et aussi sensibiliser en profondeur la population quant à cette démarche rationnelle et globale.

Villes vertes et éco-cités

Dans le Maroc d’aujourd’hui, la ville verte de Bouskoura en périphérie de Casablanca est un lieu qui offre un modèle alternatif.

Cette ville dont l’économie tourne écologiquement est devenue un espace d’innovation aux portes de la plus grande métropole marocaine.

De même, l’éco-cité de Zenata qui se trouve dans la proximité de Casa pose un exemple unique en matière d’utilisation des eaux usées.

Très symboliquement, il existe même un musée de la civilisation de l’eau qui raconte l’épopée du défi hydrique marocain y compris dans ses déclinaisons actuelles.

D’ailleurs, faut-il rappeler que le tout premier Forum mondial de l’eau s’était tenu en 1997 à Marrakech? Le plus récent de ces forums a Brasilia pour ville hôte. Ces forums sont de véritables boîtes à idées et des espaces pour observer tous les progrès en matière de gestion des eaux dans les villes de demain.

A la fois ruche et laboratoire, vivier et chantier, le Maroc actuel ne peut qu’inspirer le visiteur notamment maghrébin. Entre projets structurants et prospective, le royaume chérifien mise à fond sur la modernisation et s’évertue à entrer dans le nouveau siècle avec un véritable dessein d’avenir et une vision claire pour les prochaines décennies.

Les menus de Noël et de la Saint-Sylvestre

Comme je l’ai dit, je publierai sur le blog les menus de Noël et de la Saint-Sylvestre qui me seront adressés par les restaurants, au fur et à mesure de leur arrivée.

Aujourd’hui, c’est le menu de la Saint-Sylvestre de Bamboo-Thaï

%d blogueurs aiment cette page :