Archives de juin 3rd, 2019

Un petit tour samedi au vide-grenier de l’ADFE

En début d’après-midi samedi, l’affluence qui avait été importante dans la matinée commençait à diminuer et certains remballaient ce qui leur restait, en étant satisfaits de leur journée qui leur a permis de débarrasser un peu de ce qui les encombrait chez eux.

 

PALMIERS-DATTIERS : LE PARI RÉUSSI DU PROGRAMME DE PLANTATION

Par Fayçal Ismaili – le360.ma – 02/06/2019

Dattes

© Copyright : DR

C’est un bilan positif qu’a déjà atteint le programme de plantation de trois millions de palmiers-dattiers à l’horizon 2020. A ce jour, 2,765 millions de plants ont été distribués, la production a quasi doublé et le revenu moyen des agriculteurs redressé de 33%.

Les objectifs fixés dans le cadre du programme de plantation de trois millions de palmiers-dattiers à l’horizon 2020 devraient être largement atteints. C’est en tout cas ce qui ressort de la réunion présidée à Errachidia par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts. A ce jour, 2,765 millions de plants ont été distribués et plantés. A fin 2019, ce sera 3,068 millions, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 3 juin.

Les impacts réalisés ? Ils sont nombreux.
Le premier, la production a pratiquement doublé avec une nette amélioration de la qualité, comme l’assure le département de l’Agriculture.
Le deuxième, le soutien aux producteurs avec la mobilisation d’un foncier de 28 400 hectares mis à la disposition des investisseurs.
Le troisième, l’amélioration du rendement de la main-d’œuvre de 40% et du revenu moyen des agriculteurs qui s’est redressé de 33%, comme l’énumère le journal, ajoutant que la mise en place de normes de qualité de 9 variétés marocaines de dattes a permis d’accroître leur valeur commerciale.

Même si les résultats préliminaires du programme sont positifs, il est nécessaire de pérenniser les acquis, comme le souligne le ministère. La phoeniciculture contribue de 20 à 60% dans la formation du revenu agricole pour plus de 1,4 million d’habitants, les palmiers dattiers se situant principalement dans la région de Draâ-Tafilalet (81%) et de Souss-Massa (13%), tel que le note le journal, rappelant au passage que pour accompagner ce programme, un contrat programme a été signé en 2010 entre le gouvernement et la profession pour le développement des différents maillons de la chaîne de valeur de la filière palmier-dattier pour un investissement global de 7,6 milliards de dirhams.

CONTAMINATION DE LA MENTHE : L’ONSSA DÉTRUIT UN CHAMP À RABAT

quid.ma – 03/06/2019

5437685854_d630fceaff_b-

Suite aux courriers envoyés par la direction régionale de l’ONSSA dans la région de Souss-Massa et Tanger-Tétouan-Al Hoceima portant sur la contamination de la menthe marocaine par des pesticides, les services régionaux de l’Office en présence de représentants des autorités locales ont détruit des champs de menthe qui ne répondent pas aux réglementations sanitaires homologuées.

Selon nos confrères de Hespress, un champ de production de menthe a été détruit à Rabat vendredi  31 mai et deux autres champs dans la région de Marrakech. Leurs destructions commencera jeudi prochain.

Rappelons que l’ONSSA a expliqué  que  les agriculteurs doivent utiliser les produits homologués sur ladite culture et ce conformément à la réglementation en vigueur. Dans sens, il y a lieu de préciser que l’utilisation raisonnée des pesticides en respectant les bonnes pratiques phytosanitaires ne constitue pas un risque pour la santé humaine, animale et pour l’environnement », affirme l’Office.

Et d’ajouter que « L’objectif de ces actions est la protection du consommateur en améliorant la sécurité sanitaire des produits mis sur le marché et faire respecter les dispositions réglementaires en matière d’utilisation des pesticides.  L’ONSSA surveille de très près la situation sanitaire des produits végétaux primaires et des plans de contrôle à l’instar de celui de la menthe seront lancés si c’est nécessaire ».

Dans l’objectif de garantir la mise sur le marché de produits sûrs, l’ONSSA poursuivra la mise en œuvre du programme initié sur la sécurité sanitaire de la menthe et mettra en place tous les moyens pour  protéger le consommateur.

Souss-Massa : 60.816 candidats aux épreuves du baccalauréat

fr.hespress.com – 03/06/2019

Souss-Massa: 60.816 candidats aux épreuves du baccalauréat 

.

Un total de 60.816 candidats et candidates passeront les examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2019, au niveau des différentes Directions provinciales de l’Education et de la formation, relevant de la région de Souss-Massa.

L’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Souss-Massa indique que les services concernés ont mobilisé à cet effet 1.510 salles réparties sur 122 centres réservés à l’examen national, ainsi que 1.456 salles réparties sur 110 centres pour l’examen régional, dont 334 salles dans 24 centres pour les candidats libres.

La session ordinaire de l’examen régional unifié pour les candidats libres et la première année du cycle du baccalauréat aura lieu les 8 et 10 juin 2019, dans 21 filières dont 8 branches professionnelles, alors que l’examen national unifié se tiendra les 11, 12, 13 et 14 juin 2019 dans 28 filières dont 9 branches professionnelles, précise la même source.

De même, un total de 27.132 candidats passeront l’examen régional unifié, alors que le nombre des candidats scolarisés inscrits aux épreuves de l’examen national unifié s’élève à 28.018, notant que le nombre des candidats et candidates libres s’est établi à 5.666.

Pour assurer la réussite de cette échéance nationale, l’AREF de Souss-Massa a pris une série de mesures proactives et organisationnelles aux niveaux régional, national et local, et ce conformément aux lois en vigueur, dont notamment l’organisation de campagnes de sensibilisation visant la lutte contre la fraude dans les examens, ainsi que la tenue de réunions avec les directeurs des centres d’examens et les observateurs et la mise à niveau des centres d’examen désormais équipés de cameras de surveillance pour assurer la réussite de ces épreuves.

Il a également été procédé à la création de comités de veille et de suivi chargés de suivre les procédures d’examens du baccalauréat, le but étant d’assurer le bon déroulement et la réussite à cette échéance nationale et de garantir la transparence et l’égalité des chances.

Ramadan : A Casablanca, l’hôtellerie souffre

– lavieeco.com – 03/06/2019

A Casablanca,
LES TAUX D’OCCUPATION DES HÔTELS SONT EN FORTE BAISSE.
«Notre clientèle étant composée à 90% de clientèle d’affaires, qui mettent entre parenthèses leurs réunions et leurs voyages professionnels, nous subissons une baisse de 50% des réservations. Pendant le mois sacré, on devient plus restaurateur qu’hôtelier avec les buffets ftours et individuels. Tout le monde pâtit de la situation. Des groupes de loisirs asiatiques viennent certes à Casablanca durant la période mais privilégient l’hôtellerie 3 et 4 étoiles», déclare Laurent Ebzant, DG de l’hôtel Hyatt Regency Casablanca. Dans un autre 5 étoiles haut de gamme de la capitale économique, le taux de remplissage des chambres est satisfaisant, d’autant plus que la clientèle de loisirs est composée d’Américains, d’Anglais et de Français.

A Marrakech, des hôtels affichent de meilleurs taux d’occupation que ceux de l’année dernière. Et pour cause, des restaurants restent ouverts la journée et prolongent même la soirée sans compter les buffets ftours. L’activité durant le mois sacré demeure moyenne mais pas morose.

A Agadir, les hôtels clubs accueillent durant le mois de Ramadan les touristes venus à travers les TO internationaux dans les mêmes conditions qu’un mois normal.

CARTON PLEIN POUR L’ARTISANAT

par Aziz Diouf – leseco.ma – 03/06/2019

Les produits artisanaux marocains se sont bien vendus à l’étranger au cours du mois d’avril 2019. Les exportations ont bondi de 32% par rapport au mois d’avril 2018.

La demande extérieure de produits artisanaux marocains a atteint un niveau record en avril dernier. Selon le Ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale qui en a fait l’annonce, cette évolution s’est situé à 32% par rapport au mois d’avril 2018. Par types de produit, ce sont les articles en dinanderie qui ont enregistré la plus forte demande extérieure, avec un taux de croissance de 84% par rapport à avril 2018. Ils sont suivis des produits en poterie et pierre qui ont connu un accroissement de 62%, des vêtements traditionnels, du tapis et de la bijouterie avec des évolutions respectives de 59%, 51% et 37%. D’autres familles de produits ont été également relativement bien demandés. C’est le cas des articles en bois (17% par rapport la même période de 2018), des articles chaussants (16%) et du fer forgé (14%). En termes de parts dans les exportations globales, deux familles de produits se sont distingués : ce sont les vêtements traditionnels et la poterie/pierre qui ont réalisé à elles seules 45% du chiffre d’affaires à l’export, avec 28% et 17% respectivement.

L’Europe a évolué de 50% 
Par marché, les plus importantes évolutions de ventes ont été opérées sur le continent européen, avec une moyenne d’évolution de 50% par rapport au mois d’avril 2018. Globalement, plusieurs pays européens se sont bien comportés. La Belgique est arrivée au 1er rang avec une évolution 8 fois plus importante qu’en2018, l’Italie en seconde position avec une progression 7 fois plus importante par rapport à la même période de 2018, suivie de la Hollande avec un taux d’accroissement 2,4 fois meilleur qu’en avril 2018. Avec des taux d’accroissement plus modérés, l’Angleterre et la France évoluent également positivement (54% et 10% respectivement). Les exportations vers les pays arabes sont également restées dynamiques avec une progression de 44%. Vers le Canada, elles marquent une évolution de 39%. Tandis que vers le Japon et les Etats Unis d’Amérique, elles évoluent de 25% et 15%.

Les pays arabes font le gros du chiffre d’affaires 
À signaler qu’en termes de contribution au chiffre d’affaires à l’export, Aussi, les pays arabes et les Etats Unis d’Amérique totalisent une part de 61%, les pays arabes étant toujours en tête de liste avec 35% suivis des Etats Unis 26%. Par origine, ce sont les produits artisanaux qui sont passés par la ville d’Agadir qui ont connu la plus forte progression avec un chiffre d’affaires 6 fois plus important que celui enregistré en avril 2018. Fès qui a multiplié son taux d’accroissement par 4,5 se place au 2ème rang. Marrakech, Tanger et Casablanca ont également enregistré des évolutions respectives de 41%, 30% et 28%. En termes de parts dans le chiffre d’affaires à l’export, Casablanca est toujours au 1er rang avec une part de 50%. Elle est suivie de Marrakech qui a réalise une part de 34%, soit deux points en plus par rapport à avril 2018.

%d blogueurs aiment cette page :