Archives de juin 5th, 2019

PIAE Programme d’Insertion par les Activités Economiques) : Distribution de 3 MDH de matériels au profit des porteurs de projets à Agadir

aujourdhui.ma – 05/06/2019

PIAE : Distribution de 3 MDH de matériels au profit  des porteurs de projets à Agadir

La Fondation Mohammed V pour la solidarité a organisé récemment à Agadir une opération de distribution d’équipements à des porteurs de projets inscrits au programme d’insertion par les activités économiques (PIAE), pour une valeur globale de plus de 3 millions de dirhams.

Présidée par Ahmed Hajji, wali de la région, et Brahim Hafidi, président du Conseil régional Souss-Massa, cette opération vient pour encourager l’auto-emploi et l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes de la région, et favoriser l’intégration et l’insertion des jeunes dans le tissu économique national à travers des projets générateurs de revenus.

Outre la distribution d’équipements, ces jeunes ont déjà bénéficié de formations pré-création transverses portant essentiellement sur l’élaboration des business plans. L’objectif étant d’aider ces porteurs de projets à évaluer la rentabilité de leur idée de business et savoir être objectif sur leur faisabilité.

En effet, cette opération s’articule autour de la promotion de l’employabilité et l’insertion économique des jeunes, à travers le développement de l’écosystème entrepreneurial et du soutien à la création d’opportunités d’entrepreneuriat pour les jeunes dans les domaines aux chaînes de valeur à fort potentiel d’emploi.

Destiné à encourager l’esprit entrepreneurial au niveau national et à favoriser la pérennité et la rentabilité des micro-projets générateurs de revenus, ce programme prévoit des mécanismes d’accompagnement des porteurs de projets et de suivi en pré et post-création. Ce programme, qui vise la lutte contre la pauvreté, a permis à l’échelle du Royaume le financement de 167 micro-projets en 2017 et 305 projets en 2018. Dans une allocution à l’occasion, les initiateurs de cette opération ont mis l’accent sur les objectifs du programme et ses dimensions socio-économiques qui s’inscrivent dans le cadre des Hautes orientations royales. Selon eux, cette initiative vise notamment à contribuer au processus de développement du Royaume à travers l’encouragement de nouvelles initiatives à même de favoriser l’auto-emploi des jeunes et femmes dans le but de contribuer à la lutte contre l’exclusion sociale des jeunes par la promotion de l’auto-emploi et leur insertion et autonomie économique.
Notons que la Fondation Mohammed V pour la solidarité s’est donné pour mission, depuis sa création en 1999, de contribuer à la lutte contre toutes les formes de précarité sous la devise «Unis pour aider les démunis». La Fondation a réalisé une série de programmes générateurs de revenus qui poursuivent un double objectif : générer des revenus durables aux bénéficiaires et promouvoir les produits locaux des régions ciblées. Tous ces programmes sont consolidés par une formation appropriée encadrée par des professionnels.

Agadir : un enfant de 6 ans tué par une morsure de serpent

bladi.net – 05/06/2019

Agadir : un enfant de 6 ans tué par une morsure de serpent

La protection civile de la capitale du Souss, Agadir, a mis en garde les citoyens sur le danger imminent des serpents et scorpions qui risquaient de sortir. Un serpent a semé la terreur dans un quartier. Et un enfant de 6 ans a été tué par une morsure de serpent.

Les très fortes températures seraient la cause de l’augmentation des risques de morsures de serpents et de scorpions à Agadir vu que ces bêtes sortent de leurs lieux de vie usuels.
Des habitants du quartier Charaf en ont d’ailleurs fait l’expérience. Un serpent a terrorisé la population qui a du appeler la protection civile pour l’en débarrasser.

Dimanche dernier, par ailleurs, un enfant de 6 ans est décédé à la salle de réanimation de l’hôpital d’Agadir après avoir été mordu par un serpent venimeux, selon le média Goud.
Les tentatives pour le sauver ont été infructueuses.

Entre autres conseils concernant ce qu’il faut faire en période de grande chaleur, la protection civile de la ville d’Agadir a conseillé aux citoyens de prendre garde aux serpents et scorpions qui risquaient fortement de rechercher un peu de fraîcheur dans les domiciles et les plantations.

Selon la même source, il a également été demandé de mettre de l’eau au-dessus des murs et sur les rebords des fenêtres à l’attention des oiseaux et des chats assoiffés.

Promotion de Binter sur les voyages Casablanca – Gran Canaria

BINTER LANCE UNE PROMOTION POUR LE TRANSPORT DE DEUX BAGAGES SANS COÛT ENTRE CASABLANCA ET LES ÎLES CANARIES.

Les passagers qui acceptent cette offre, disponible jusqu’au 30 juin, pourront enregistrer deux valises de 23 kilos sans frais supplémentaires.

La compagnie aérienne augmentera la fréquence des vols hebdomadaires de deux à trois au cours de la période comprise entre la deuxième quinzaine de juillet et le mois de septembre.

Mercredi, 5 juin 2019

Binter a lancé une nouvelle promotion qui permet de doubler le nombre de bagages que les passagers pourront transporter entre Casablanca et les îles Canaries sans frais supplémentaires

Jusqu’au 30 juin, les passagers qui bénéficient de cette offre et achètent un billet pour se rendre entre Casablanca et Gran Canaria pourront enregistrer deux bagages de 23 kilos sans avoir à payer davantage pour le faire. Cet avantage s’applique à tous les tarifs, à l’exception des tarifs superpromo et des tarifs de groupe, pour les vols aller-retour à destination des îles Canaries  au départ de Casablanca jusqu’à la fin du mois de juin.

La compagnie aérienne Binter propose à tous ses passagers un service de haute qualité, se démarquant pour une deuxième année consécutive pour son service par les utilisateurs du portail TripAdvisor. Parmi ses avantages figurent, en plus de l’enregistrement des bagages, le libre choix du siège, un apéritif gratuit sur les itinéraires internationaux et un espace plus large entre les sièges.

Le vol vers les îles Canaries, d’une durée de deux heures et demie, s’effectue à bord d’un avion ATR 72 d’une capacité de 72 passagers. Une fois à Gran Canaria, le passager peut choisir de rester sur place ou de changer de destination, profitant de la grande connectivité offerte entre les îles par la compagnie aérienne. 

Renforcement des vols en été

Binter effectue régulièrement quatre vols hebdomadaires entre Casablanca et Gran Canaria, les lundis et les jeudis. À ces fréquences, la compagnie aérienne ajoutera une autre fréquence le dimanche entre la deuxième quinzaine de juillet et la première quinzaine de septembre.

Binter s’adapte ainsi à la demande estivale de plus en plus forte pour offrir des liaisons adéquates et confortables entre Casablanca et les îles Canaries, puisqu’une fois à Gran Canaria, il est plus simple de se rendre sur une autre île grâce à l’un des 180 vols quotidiens opérés par Binter entre les différentes îles durant ces mois.

Les îles Canaries sont une importante destination touristique internationale très appréciées. Les îles, toutes reliées par Binter, offrent de multiples possibilités aux touristes à la recherche d´activités différentes pour les familles, les couples ou les amis.

Les personnes intéressées par l’achat de billets doivent s’adresser aux canaux de vente habituels de la compagnie :
 www.bintercanarias.com/fre,
l’application Binter,
les téléphones (212) 522 47 19 45 / (212) 661396780 / +34 928327700
et toutes les agences de voyages du Maroc, où les conditions et les prix des différentes destinations peuvent être consultés.

 

Le plaisir d’assister à un très beau concert avec celui de faire un geste solidaire :

Prolongation : il reste des places pour le concert solidaire de Driss El Maloumi le 14 juin au Consulat général de France à Agadir, dont les bénéfices seront reversés aux associations OUM EL BANINE et ATFALI, qui œuvrent en faveur des mères et des enfants en détresse.

Les billets sont en vente, dans la limite des places disponibles, au local des associations (Institut Français d’Agadir – entrée Rue de l’Entraide).

Horaires :
– Mardi 4 juin de 10h30 à 13h
– Mercredi 5 juin de 10h à 12h
– Samedi 8 juin de 10h à 12h
– Lundi 10 juin de 16h à 18h
– Mardi 11 juin de 10h à 12h
– Mercredi 12 juin de 10h à 12h
– Jeudi 13 juin de 16h à 18h

Et s’il reste encore des places :
– Vendredi 14 juin de 10h à 12h : au Consulat général de France

Réunion d’information sur la CNSS le 12 juin 2019 à Agadir


Pensez à vous inscrire avant le 10 juin :

 

Un message de notre amie Lita Fashionata

Aid Moubarak à toutes et tous. Ce ramadan a été très spécial pour nous :
Un rêve s est envolé… Casa c est fini mais au final cela nous a donné une nouvelle énergie…

Une nouvelle boutique se prépare pour la rentrée… Votre boutique de Talborjt !

Merci à toutes ces chères clientes qui sont venues pour du sur mesure tout au long de ce ramadan…
Moi qui pensais fermer et m’offrir un mois de vacances !!!

Nous vous préparons de jolies surprises… alors à très bientôt et profitez bien de cette fête en famille et entre amis.

Lita et Emmanuel

La « fièvre du bâtiment » gagne la Tunisie, le Maroc et l’Egypte

par Mohamed Lahmar – africanmanager.com – 04/06/2019

Les perspectives économiques en Afrique du Nord se sont récemment améliorées, tirées par la hausse des prix du pétrole, une situation politique plus stable et, principalement, certains projets d’infrastructure à grande échelle.

Selon les Perspectives économiques de l’Afrique du Nord pour 2018, publiées par la Banque africaine de développement, rapportées par le site « International Construction » le PIB brut réel de la région est passé de 3,3 % à 4,9 %. Toutefois, il convient de noter que ce chiffre est fortement influencé par les résultats meilleurs que prévu de la Libye en raison de l’augmentation de la production et des exportations de pétrole. Pour l’avenir, les données d’IHS Global Insights prévoient que la construction en Afrique du Nord connaîtra une croissance solide en 2019 et au-delà.

En Tunisie, l’activité dans le secteur du bâtiment et des travaux publics a connu récemment un notable redressement. Selon le rapport ” La construction en Tunisie – tendances clés et opportunités à l’horizon 2023 “, l’industrie de la construction a augmenté de 1% en 2018 après une contraction de 1,8% en 2017. Et il est prévu qu’elle continuera à se développer d’ici 2023.

Les prêts et les investissements étrangers ont joué un rôle clé dans cette croissance. Par exemple, en avril 2018, le gouvernement a signé un accord d’une valeur de 4,2 milliards de dinars (1,6 milliard de dollars) avec la Banque islamique de développement pour soutenir le développement de projets de transport d’électricité, la construction d’hôpitaux et le renforcement des activités commerciales dans le pays.

La construction d’infrastructures a été le plus important marché de l’industrie du bâtiment au cours de la période visée par le rapport, représentant 30,1 % de la valeur totale de l’industrie en 2018. La croissance sera soutenue par les investissements du gouvernement dans les projets d’infrastructures routières et ferroviaires, avec des investissements dans le développement

L’amélioration des infrastructures aéroportuaires est à l’ordre du jour dans le pays avec le réaménagement en cours de l’aéroport international de Tunis-Carthage, l’aéroport principal de Tunisie, situé dans la banlieue nord de la capitale. Il a également été signalé récemment qu’un nouvel aéroport doit être construit en Tunisie d’ici 2030. D’un coût estimé à 840 millions de dollars, le nouvel aéroport civil sera le dixième du pays.

L’Égypte, fer de lance

La performance de l’Afrique du Nord repose en grande partie sur l’Égypte. Un récent rapport de GlobalData, qui prévoyait l’emplacement des mégapoles du monde (une ville de plus de dix millions d’habitants) d’ici 2025, ne comptait qu’une seule ville africaine sur la liste, Le Caire. Selon les informations fournies par l’Oxford Business Group, l’Égypte comptera bientôt plus de 100 millions d’habitants.

Cette pression démographique a créé des besoins élevés en logements et également et une grande variété d’infrastructures nationales et locales. Par exemple, des projets liés à l’énergie d’une valeur de 117 milliards de dollars américains seraient en cours de réalisation en Égypte et des projets de transport d’une valeur de 57,4 milliards de dollars américains seraient à l’étude.

L’un des plus grands projets de construction du pays est celui de l’Egyptian Refinery Company (ERC), une installation de 4,3 milliards de dollars qui, lorsqu’elle sera mise en service plus tard cette année, pourra produire 4,7 millions de tonnes de produits pétroliers raffinés et dérivés par an. Au plus fort de la construction, il y avait 18 000 ouvriers sur le chantier, 25 000 tonnes d’acier, 130 000 m² de béton coulé et 3 km de câbles. Il s’agit du plus grand projet de partenariat public-privé (PPP) en Afrique.

Le Maroc aussi

Le Maroc, situé à seulement 14 km de l’Espagne, a travaillé dur pour devenir une plaque tournante stratégique pour le commerce et les investissements entre l’Europe et l’Afrique, fait remarquer « Construction International ».

L’entrepreneur belge Besix and Travaux Généraux de Construction de Casablanca (TGCC) s’est récemment vu confier la construction de la tour BMCE Bank of Africa à Rabat, au Maroc. Le bâtiment aura une hauteur de 250 m, ce qui en ferait l’un des bâtiments les plus hauts d’Afrique. L’immeuble de 55 étages comprendra un hôtel de luxe, des bureaux, un espace résidentiel et une terrasse d’observation. Un tiers de la façade de la tour sera recouvert de panneaux photovoltaïques pour rendre le bâtiment plus économe en énergie.

Ailleurs au Maroc, Vinci Construction, leader d’une joint venture avec la société électromécanique Andritz Hydro, a remporté le contrat de construction de la centrale hydroélectrique à accumulation par pompage (PSP) d’Abdelmoumen située à 70 km d’Agadir au Maroc. Le projet de 284 millions d’euros (338 millions de dollars) en pompage-turbinage s’inscrit dans le cadre du plan de développement et d’intégration des énergies renouvelables au Maroc. Le contrat comprend les études de construction, les travaux de génie civil, la fourniture des matériaux et des équipements de pompage, le montage, les essais et la mise en service.

Maroc : Zéro Mika mais toujours autant de plastiques sur les plages ?

par SOLÈNE PAILLARD – yabiladi.com – 04/06/2019

Bien plus que les déchets en plastique abandonnés directement sur les plages, les cours d’eau charrient une quantité d’ordures qui sont ensuite déversées dans les mers et les océans.

Des vagues de déchets s’échouent sur le littoral de la République dominicaine. / Ph. maxisciences

Le ramadan et ses ftours organisés sur les plages n’ont pas le monopole de la pollution, en mer en l’occurrence. «Certes, les déchets qui sont abandonnés sur les plages sont un facteur polluant, mais c’est vraiment infime par rapport à ce qui est emporté par les rivières et les oueds. En cas de fortes pluies, les ordures qui y sont jetées, notamment dans les douars proches des côtes, sont emportées par les cours d’eau qui se jettent dans les mers et les océans», nous explique Christophe Rebecchini de l’ONG Surfrider, basée à Agadir, qui milite pour la protection des océans et des littoraux.

Dans le monde, huit fleuves d’Asie et deux fleuves d’Afrique déversent environ 90% du plastique qui se retrouve dans les océans. «Dans les mers, le plastique s’accumule et se dégrade sous forme de microparticules quasi invisibles, contaminant les animaux marins qui confondent ces déchets avec le zooplancton», explique la revue National Geographic. Parmi les nombreuses illustrations de ce désastre écologique, l’invasion par des tonnes de plastique des plages réputées paradisiaques de l’île de Saint-Domingue, l’année dernière en République dominicaine. «La grande majorité des déchets a été rejetée par le fleuve Ozama», expliquait l’un des bénévoles d’une opération de nettoyage. Le fleuve se jette ensuite dans la mer des Caraïbes.

Réseaux clandestins

Au Maroc, un début de prise de conscience a été permis à la faveur de l’opération «Zéro Mika». Près de trois ans après l’entrée en vigueur, le 1er juillet 2016, de la loi n°77-15 interdisant la fabrication, l’importation, l’exportation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en plastique, cette vaste campagne de sensibilisation peut se targuer d’avoir apporté les effets escomptés. «On observe un changement de comportement auprès des citoyens. Les gens commencent peu à peu à prendre de nouvelles habitudes, notamment dans les grandes villes et les grandes surfaces. Ils sont de plus en plus nombreux à ramener eux-mêmes leurs propres sacs en toile», se réjouissait Lotfi Chraibi, président de l’Association marocaine pour un environnement durable (AMED). «D’autres ramènent carrément leurs grands paniers, comme il était de coutume de le faire autrefois», s’est-il encore réjoui.

En juillet 2018, à l’occasion d’une rencontre sur l’avancement de la mise en œuvre de la loi 77-15, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, avait toutefois reconnu la persistance de dépôts clandestins de fabrication de sacs en plastique… quand ces derniers ne sont pas importés. Mercredi 29 mai 2019, les éléments de la Douane de la Direction régionale de l’Oriental ont ainsi intercepté, au poste de Barrio Chino, à Nador, 7 tonnes de sacs en plastique. Les éléments de la Douane ont découvert cette quantité de sacs cachée dans des ballots supposés contenir des vêtements et chaussures usagés en provenance de Melilla.

Vers une interdiction des produits jetables en Europe d’ici 2021

Deux jours plus tard, le ministère de l’Industrie procédait également à la suspension des autorisations d’approvisionnement en polyéthylène pour sept entreprises industrielles opérant à Casablanca. Une décision qui intervient conformément à la loi n° 77-15, après que sept sociétés eurent alimenté, en polyéthylène, des ateliers clandestins de fabrication de sacs plastiques interdits. Situés à Had Soualem et Mohammedia, ils avaient été démantelés en décembre 2018.

En Europe, l’arsenal législatif en matière de lutte contre le plastique a aussi été étoffé. En décembre 2018, le Parlement et le Conseil européens étaient parvenus à un accord pour interdire huit familles de produits jetables d’ici 2021 : couverts, assiettes, pailles, contenants alimentaires et gobelets en polystyrène expansé, touillettes, cotons-tiges et tiges pour ballons. Une mesure qui devrait permettre aux océans et aux plages de s’alléger un peu et de reconstituer une partie de leur écosystème. Et pour cause, ces catégories de produits jetables représentent 70% des déchets qui s’y échouent. Le Maroc qui avait devancé plusieurs pays européens sur l’interdiction des sacs en plastiques embrayera-t-il sur l’interdiction des produits jetables en plastique ?

Souss-Massa : Plus de 86.000 candidats aux examens de fin d’année du programme d’alphabétisation

mapexpress.ma – 04/06/2019

Souss-Massa: Plus de 86.000 candidats aux examens de fin d’année du programme d’alphabétisation

Agadir – Le nombre de candidats aux examens de fin d’année du programme de lutte contre l’analphabétisme au titre de l’année 2018-2019 au niveau de la région Souss-Massa s’élève à 86.017.

Foncier touristique à Agadir Souss-Massa : Le CRT explore de nouvelles pistes pour dynamiser les investissements

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 04/06/2019

Foncier touristique à Agadir Souss-Massa : Le CRT explore de nouvelles pistes pour dynamiser les investissements

Cet événement a été l’occasion pour passer en revue les menaces et blocages au niveau de certains chantiers lancés ainsique les visions et politiques concernant ce créneau.

La promotion de l’investissement touristique et la problématique du foncier ont été à l’ordre du jour d’un atelier organisé dernièrement à Agadir à l’initiative du Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa (CRT) en partenariat avec le CRI, OFPPT, DRT, CCISA, CGEM, et AIHA et qui a été consacré à l’examen des pistes du développement de l’investissement touristique dans la région, ainsi que les synergies à créer entre les différents intervenants locaux et nationaux.

Sous le thème «Promotion de l’investissement touristique et problématique du foncier», cet atelier de réflexion stratégique a réuni les investisseurs locaux, les représentants des administrations publiques concernées, et les élus venus dresser l’état des lieux des investissements touristiques dans la destination d’Agadir, dont la capacité litière ne dépasse pas les 31 mille contre 70 mille pour les Iles Canaries et 250 mille pour Antalya.

Cet atelier de réflexion s’inscrit dans le cadre d’une série d’ateliers thématiques que le CRT compte lancer pour promouvoir le tourisme dans ses différentes facettes, discuter et débattre des éventuelles opportunités de développement du secteur et échanger les expériences en la matière entre les différents acteurs.

Le choix de la thématique se justifie par plusieurs motifs, le principal étant que la dynamique du secteur du tourisme est étroitement liée à ces deux facteurs : l’investissement et le foncier.

Cet événement a été l’occasion pour passer en revue les menaces et blocages au niveau de certains chantiers lancés ainsi que les visions et politiques concernant ce créneau. Aussi les différentes opportunités offertes aujourd’hui en matière de foncier, incitations régionales et nationales en matière d’investissement et accompagnent d’investisseurs. Des interventions variées ont été à l’ordre du jour et ont concerné plusieurs volets, chaque intervenant selon son champ de compétence.

Les travaux de cette rencontre se sont déroulés en deux sessions : la première a porté sur «les investissements touristiques dans la région du Souss-Massa et chantiers ouverts» animée par les représentants du CRI, la SMIT, et la Sapsat. Alors que la deuxième a porté sur «l’offre foncière de la région et vision d’avenir», en présence des directeurs de l’agence urbaine, la direction régionale de l’équipement, la direction régionale des domaines privés de l’Etat, la direction régionale des eaux et forêts et la lutte contre la désertification Sud-Ouest.

Par l’occasion, les participants se sont arrêtés sur l’état d’avancement de certains projets touristiques structurants au niveau de la ville d’Agadir, notamment la zone hôtelière Founty et la station de Taghazout, ainsi que les enjeux de la nouvelle station d’Aghroud et qui s’étendra sur une superficie totale de 600 ha.

%d blogueurs aiment cette page :