Archives de juillet 2nd, 2019

Avis à la communauté française – 14 juillet 2019

Procédure d’inscription au 14 juillet 2019

Vous trouverez ci-dessous des indications sur la procédure d’inscription aux festivités du 14 juillet 2019. 
Le lien du Google Form sera publié ici et actif à partir du 4 juillet 2019.

JPEG

Décès Jean-Marie FEVE. Remerciements

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le: lundi de 16 à 18h / mercredi de 10 à 12h / samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24. 

                                                           Agadir, le 1er juillet 2019

Chers Adhérents, Chers Amis,

Les enfants et la famille de Jean-Marie FÈVE se joignent à moi pour vous remercier, ainsi que l’UFE Agadir, de tous vos témoignages d’amitié.

Jean-Marie repose maintenant, comme il le souhaitait, auprès de ses parents proches dans un petit cimetière de Haute-Saône.

Vos amicales pensées  l’accompagnent.

Merci à vous.

Sylvie                        

Jean-Claude Rozier
Président UFE AGADIR

UN ÉTÉ AU MAROC : BAIGNADE INSOLITE DANS LE BASSIN DE WIN TIMDOUINE

Par Zineb Ibnouzahir – le360.ma – 01/07/2019

Bassin de Win Timdouine

Vous avez déjà imaginé vous baigner à flanc de montagnes avec vue panoramique sur une vallée? Inutile de prendre l’avion ou de se munir d’un passeport pour trouver cet endroit de rêve. Direction, le Haut-Atlas marocain.

A proximité d’Agadir, dans le Haut-Atlas, un site de toute beauté fait le bonheur des habitants et de quelques visiteurs téméraires, la grotte de Win Timdouine, l’une des plus grandes grottes d’Afrique mais aussi la plus grande réserve d’eau souterraine de la région.

Cette grotte à l’aspect tentaculaire serpente sous terre sur près de 20 kilomètres et débouche en profondeur sur une rivière souterraine et de nombreuses poches d’eau.

Après avoir parcouru un long chemin à travers ce dédale de lacs souterrains, l’eau finit sa course dans ce bassin d’une dizaine de mètres construit à flanc de montagnes, le bassin de Win Timdouine.

Bassin de Win Timdouine

C’est un lieu extraordinaire et pour le moins insolite que celui-ci. Perché à 1600 mètres d’altitude, le bassin de Win Timdouine, qui signifie en amazigh  « grotte des lacs », est un endroit peu connu qui vaut le détour.

Un endroit magique qui offre une vue époustouflante sur la plaine en contre bas et promet une baignade rafraichissante par forte chaleur.

Bassin de Win Timdouine 1

Un navire pour étudier la prolifération de la bécasse de mer

Par Khalid Semlali – labass.net – 02/07/2019

Un navire sera affrété par l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) afin d’approfondir les études biologiques, écologiques et technologiques de la prolifération de la bécasse de mer dans les eaux marocaines.

La décision a été prise lors du Conseil d’Administration de l’INRH, tenu lundi à Agadir, sous la présidence du ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.

Cette réunion a permis notamment d’établir l’état détaillé des stocks, les prospections et évaluations de la situation de la bécasse de mer, les résultats concluants de l’expérimentation du prototype de la senne renforcée contre les attaques du Négro, ainsi que l’accréditation de trois laboratoires de surveillance de l’INRH à El-Oualidia, Dakhla et Agadir.

OFFICE NATIONAL DES PÊCHES : EN 2018, LE COMPTE EST BON POUR LA PÊCHE CÔTIÈRE ET ARTISANALE

Par Khalil Ibrahimi – le360.ma – 02/07/2019

poisson

© Copyright : DR

2018 n’a pas été une année de vache maigre pour le secteur de la pêche au Maroc. Les produits de la pêche côtière ont atteint une valeur de 7,35 milliards de dirhams, marquant ainsi une progression de 1% par rapport à 2017.

Les produits de la pêche côtière et artisanale commercialisés en première vente ont atteint un volume de 1.311.457 tonnes, pour une valeur de 7,35 milliards de dirhams, marquant ainsi une progression de 1% en valeur par rapport à l’année 2017. C’est ce qui a été annoncé lors du conseil d’administration de l’office national des pêches (ONP) réuni hier lundi 1er juillet à Agadir. Durant cette réunion, le Conseil a approuvé le rapport de gestion ainsi que les comptes annuels de l’ONP au titre de l’exercice 2018.

Par ailleurs, l’année 2018 a été marquée par la poursuite du programme de développement et de modernisation du réseau de commercialisation des produits de la mer en 1ère et 2ème ventes. Autre fait marquant en 2018: il a été procédé à l’achèvement de la construction des superstructures du nouveau port de pêche de Tanger le 7 Juin 2018. Ces superstructures, qui ont nécessité un investissement de 248 MDH, sont notamment constituées de 2 halles au poisson, l’une dédiée à la pêche côtière, l’autre à la pêche artisanale et de divers locaux et équipements destinés aux professionnels.

Par ailleurs, les travaux de construction des superstructures du nouveau port de pêche de Casablanca ont été poursuivis et seront achevés au cours du dernier trimestre 2019. En outre, dans le cadre de l’exécution du plan de développement du littoral, mené par le Département de la Pêche Maritime, et dans l’objectif de continuer à renforcer les infrastructures dédiées à la pêche artisanale, il a été procédé à l’achèvement des travaux de construction du Point de Débarquement Aménagé d’Imourane, pour un coût de 25 MDH.

L’ONP a également poursuivi en 2018, son programme de renforcement de la chaîne de froid pour mieux préserver la qualité des produits mis en vente. Ainsi, il a été procédé à la construction de 9 fabriques de glace, dont 5 sont achevées.

Eyadou Ag Leche : « Tout est militaire dans Tinariwen »

par Jassim Ahdani – fr.hespress.com – 02/07/2019

Eyadou Ag Leche: Tout est militaire dans Tinariwen

Après une prestation mémorable lors du 22è Festival Gnaoua-Musiques du monde à Essaouira, le groupe de musique touareg, Tinariwen, s’apprête à aller, une deuxième fois, à la rencontre du public marocain, à l’occasion du festival de Timitar à Agadir (3/ 6 juillet). Hespress FR s’est entretenu avec le bassiste du groupe, Eyadou Ag Leche, qui est revenu sur la fusion avec le Maâlem Mustapha Bakbou à Essauira, mais également sur les fondements qui ont fait de Tinariwen, à l’origine une bande de frères d’armes, un porte-étendard de la cause Tamasheq, mondialement reconnu. un groupe mondialement reconnu. Interview.

Hespress FR: Vous avez assuré une fusion exceptionnelle avec les Gnaouas. Quel sentiment avez-vous gardé de ce spectacle mémorable ?

Eyadou Ag Leche: Nous sommes très contents d’être là à Essaouira, puisqu’il y a plus de 10 ans que nous essayons d’y revenir sans arriver à trouver dans notre programme l’espace nécessaire.

Ça nous a donné beaucoup d’envie pour jouer, surtout avec la fusion que nous avons faite avec les Gnaouas. Une très belle expérience, sachant que nous n’avons fait aucune répétition. On s’est vu sur scène et les mélodies se sont merveilleusement mélangées.

Avez-vous prochainement d’autres rendez-vous avec le public marocain ?

Nous avons des projets en ce sens et avons conscience que nous avons beaucoup d’admirateurs au Maroc. Avec le temps, ça devient une famille à ne pas abandonner. Nous nous produirons dans le prochain festival de Timitar à Agadir (du 3 au 6 juillet, NDLR).

Au-delà du genre musical (le Blues Touareg) qui vous a fait connaître dans le monde entier, quelle sorte de messages essayez-vous de transmettre dans vos chansons ?

C’est principalement un message de libération du peuple Touareg. Ce message nous a coûté beaucoup de choses. D’autres ont donné leur vie pour cette cause depuis les années 1960.

Après la décolonisation, il y a eu une rébellion car, par principe, nous nous considérons comme des Hommes libres qui n’acceptent d’être colonisés par personne.

Tout en nous impliquant dans cette rébellion, nous avons créé Tinariwen au début des années 1980. C’était une époque où notre musique fut interdite de diffusion.

Votre groupe est composé d’ex militaires ? Comment expliquer ce passage des armes aux instruments de musique ?

Dans Tinariwen, tout est militaire. Mais nous avons effectivement remplacé la kalachnikov par la guitare parce que c’est la vraie bombe atomique.

Ce que nous revendiquons est clair. Et à travers notre musique, nous témoignons d’un peuple oublié face à un Etat corrompu. Je pense que ce n’est pas facile d’en arriver là. Nous avons beaucoup souffert au début.

Inscrivez-vous votre oeuvre musicale dans le cadre général du regain identitaire en Afrique du Nord ?

Aujourd’hui, le genre de musique que nous jouons commence à toucher tous les Amazighs. Ça ne veut pas dire qu’on souhaite qu’ils s’impliquent dans tous les problèmes. Chacun gère son univers.

Les Amazighs sont un grand peuple vivant dans tout le nord de l’Afrique. La situation particulière du Tamasheq (la langue et l’identité Touareg) ne ressemble pas à celle du Maroc, par exemple. Chez nous, nous revendiquons notre Etat et on veut créer notre propre philosophie.

Un mot au sujet du regretté chef Touareg Mano Dayak…

Il est comme ces héros adulés partout dans le monde comme Che Guevara ou Bob Marley. Il est aussi respecté car c’était quelqu’un qui cherchait la liberté.

Agadir-Ida Outanane : Caravane médicale au profit des habitants de la commune de Tamri

fr.hespress.com – 02/07/2019

Agadir-Ida Outanane: Caravane médicale au profit des habitants de la commune de Tamri

 Plus de 2.000 personnes ont bénéficié de la caravane médicale organisée dans la commune rurale de Tamri, dans la préfecture d’Agadir-Ida Outanane.

Cette campagne, organisée du 28 au 30 juin par la Commission régionale du développement humain de Souss-Massa, a ciblé les catégories sociales précaires parmi les habitants des communes territoriales situées dans le nord de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane.

Selon une source médicale, cette caravane a offert différentes prestations médicales, notamment des consultations, analyses et opérations chirurgicales dans des spécialités comme l’ophtalmologie, la médecine et chirurgie dentaire, la chirurgie générale, la gynécologie, la cardiologie, la pédiatrie, la rhumatologie et la gastro-entérologie.

Au total, 30 opérations de chirurgie générale et 140 opérations de la cataracte ont été réalisées.

Cette caravane a été organisée suite au grand succès, auprès de la population rurale locale, des initiatives humanitaires similaires menées l’année dernière dans les communes de Drarka et d’Imouzzer.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet «Acquisition d’unité médicales équipées et mobiles, et organisation de caravanes médicales régionales», qui fait partie du programme de lutte contre la précarité de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) au titre de 2018 et qui bénéficie aux habitants des zones montagneuses et reculées dans les provinces et préfectures de la région de Souss-Massa.

Les habitants des provinces de Tiznit et Chtouka-Ait Baha et de la préfecture d’Inezgane-Ait Melloul ont déjà bénéficié de ces caravanes au début de l’année, alors que des initiatives similaires seront organisées dans les mois à venir dans les autres provinces de la région.

Ces caravanes médicales sont organisées dans le cadre d’un partenariat entre la Commission régionale du développement humain, l’Association marocaine médicale de solidarité, le Conseil de la région de Souss-Massa, les conseils des préfectures et provinces de la région, l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), la Fondation du Sud pour le développement et la solidarité et la direction régionale de la Santé.

%d blogueurs aiment cette page :