Archives de juillet 13th, 2019

“Tourisme de désert” au cœur d’une rencontre internationale à Laâyoune

maroc-diplomatique.net – 12/07/2019

Résultat de recherche d'images pour "tourisme de désert"

« La commercialisation du tourisme de désert dans le contexte du développement durable » a été au centre des débats lors d’une rencontre internationale organisée par l’Ecole supérieure de technologie (EST) de Laâyoune relevant de l’Université Ibn Zohr d’Agadir.

Initié en partenariat avec l’Université de Las Palmas, cet évènement de quatre jours vise à créer des partenariats pour échanger l’expertise et les expériences entre les deux universités dans le domaine de la gestion optimale du secteur du tourisme afin de mettre en valeur les atouts dont disposent les provinces du Sud et promouvoir le développement local.

S’exprimant à cette occasion, le président de l’Université Ibn Zahr, Omar Halli, a indiqué que cette rencontre, organisée en coordination avec l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) et l’Office de consultation et de formation de Laâyoune, cherche à favoriser l’ouverture de l’université sur son environnement régional et international.

De par son rôle en tant qu’établissement de réflexion, l’université aspire à créer des partenariats et à proposer des formations, des expériences et des études proactives en vue de donner une forte impulsion au développement local, a-t-il fait remarquer.

A ce propos, M. Halli a souligné que la promotion du tourisme exige le renforcement des connaissances scientifiques, invitant les écoles scientifiques et universitaires et leurs étudiants à une adhésion effective pour réussir cette ambition.

Le choix de l’Université de Las Palmas en tant que partenaire en la matière s’explique principalement par son expérience importante et son expertise indéniable dans ce domaine, a-t-il relevé, mettant en avant les atouts de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra en matière de ressources naturelles et humaines à la faveur de la coordination entre toutes les parties prenantes.

Pour sa part, le doyen de la faculté de l’Economie et de Tourisme de l’Université de Las Palmas, Juan Manuel Benitez, a fait observer que cette rencontre, à laquelle prennent part de nombreux cadres universitaires des deux pays et de professionnels du secteur, a pour objectif d’échanger une expertise scientifique entre les deux universités pour développer le tourisme au niveau de cette région, ajoutant que la proximité géographique entre les Iles Canaries et Laâyoune contribuera à la consolidation de la coopération et du partenariat.

De son côté, le directeur de l’EST de Laâyoune, Rguibi Idrissi Hamid, a souligné que cette réunion permet aux étudiants de cet établissement, notamment ceux inscrits dans les filières du désert et de la mer, de la gestion du tourisme et de la valorisation des ressources marines, de prendre connaissance des expériences et expertises mondiales dans ce domaine.

Les organisateurs de cet évènement prévoient des visites de terrain dans toutes les zones touristiques des villes de Tarfaya, Smara et Laâyoune, ainsi que des réunions avec des représentants des autorités locales, des élus et des professionnels, ainsi que des acteurs associatifs.

Les autres intervenants ont mis l’accent sur l’importance de la tenue d’une telle rencontre internationale dans la promotion du secteur au niveau de la région et la commercialisation de son offre touristique.

En outre, cette rencontre a été marquée par la signature d’une convention de partenariat entre l’Université de Las Palmas, l’EST de Laayoune et l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences.

Aux termes de cet accord, l’École supérieure de technologie et l’Université de Las Palmas s’engagent à procéder à un échange d’expertise scientifique et universitaire, de professeurs et d’étudiants, tandis que l’ANAPEC veillera au suivi et à l’encadrement de l’insertion professionnelle des diplômés de l’EST dans la gestion de l’offre touristique locale.

Pêche maritime : L’AHP veut développer les compétences des professionnels de la mytiliculture

par Mohamed Laabid – aujourd’hui.ma – 12/07/2019

Pêche maritime : L’AHP veut développer les compétences des professionnels de la mytiliculture

En partenariat avec le Conseil régional du Souss-Massa et l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA), Agadir Haliopole Cluster (AHP) a organisé du 8 au 10 juillet une session de formation sur les techniques innovantes en aquaculture afin de répondre à un besoin de cette filière naissante et de saisir l’occasion de promouvoir l’innovation et le transfert de technologie en vue de catalyser la croissance de l’industrie mytilicole (élevage de moule) en particulier dans la région du Souss-Massa.

L’objectif de cette formation est de permettre à la région du Souss-Massa de se doter des compétences capables de développer des activités aquacoles respectant les normes européennes et internationales en termes de qualité, de salubrité et de gouvernance afin de rendre le produit aquacole régional compétitif à l’échelle internationale. Ceci contribuera d’une manière directe à promouvoir la croissance économique et l’emploi et à protéger l’environnement marin contribuant ainsi à l’objectif à long terme du développement durable.

Son contenu permettra aux investisseurs de maîtriser les techniques de production mytilicole adaptées à l’environnement local, engins d’exploitation et moyens de valorisation en s’inspirant de l’expertise et des meilleures pratiques en mer comme à terre.

«AHP à travers cette session de formation assure son rôle de soutien actif aux investisseurs en leur offrant une assistance pédagogique et technique pointue via un programme très riche qui vise à soutenir la création, la transmission et le développement des entreprises aquacoles, acquérir les connaissances nécessaires à la gestion d’un élevage aquacole, maîtriser le fonctionnement général de l’exploitation et sécuriser la faisabilité des projets aquacoles et réussir leur implémentation», explique-t-on à propos de ce sujet. la région du Souss-Massa dispose de tous les atouts pour développer une production aquacole diversifiée et de qualité qui contribuera à consolider le positionnement du secteur aquacole dans l’économie de la région et à renforcer davantage le secteur halieutique. C’est dans ce contexte qu’AHP a programmé une série d’actions au profit des acteurs du secteur aquacole, notamment une formation, un séminaire et une assistance aux coopératives de la région. Dans le cadre des dispositifs d’aide mis en place par le conseil régional Souss-Massa, AHP s’assigne pour mission d’accompagner les investisseurs de la région dans le renforcement de leurs capacités. A cet effet des mécanismes de soutien et d’accompagnement à la carte sont offerts aux investisseurs porteurs de projets retenus dans le cadre du dernier AMI lancé par l’ANDA au niveau de ladite région.

AHP accorde également une place particulière aux projets à caractère social et solidaire en apportant son soutien aux coopératives de pêche artisanale. Une attention particulière est accordée à cette catégorie qui fera l’objet d’un programme d’encadrement et d’accompagnement technique pour la concrétisation de leurs projets aquacoles dans les meilleures conditions et ce grâce à l’appui financier du conseil régional.

Agroalimentaire : la balance commerciale excédentaire pour la deuxième année consécutive

EN VALEUR, LE VOLUME DES EXPÉDITIONS EST PASSÉ D’ENVIRON 29,3 MILLIARDS DE DH EN 2010 À 57,3 MILLIARDS EN 2018. LE PLANNING DE DÉMATÉRIALISATION DU CONTRÔLE TECHNIQUE DES EXPORTATIONS EST RESPECTÉ.

Les exportations des produits agroalimentaires poursuivent leur lancée. Tel est le constat principal des membres du conseil d’administration de l’établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (Morocco Foodex), réunis vendredi 5 juillet à Agadir.

Passant en revue la situation des exportations des produits agro-alimentaires, le conseil a noté qu’elles sont passées d’environ 29,3 milliards de DH en 2010 à 57,3 milliards en 2018, enregistrant ainsi une croissance spectaculaire de 96%. Une évolution positive de la valeur des exportations qui a permis au secteur, d’après Morocco Foodex, de se positionner comme deuxième source de devises pour le Maroc, avec une part d’environ 21% par rapport aux exportations totales du Maroc. Le fait marquant est que la balance commerciale agroalimentaire demeure excédentaire depuis 2 ans.

Réduction de la durée des procédures

A propos de la campagne 2018-2019 à fin mai, les exportations des produits agro-alimentaires ont atteint 2,6 millions de tonnes, soit une croissance de 9% par rapport à la campagne 2017-2018 à la même date. Dans le détail, les exportations des produits maraîchers ont enregistré un volume de 1,11 Mt en 2018-2019 à fin mai, en progression de 6% par rapport à la campagne 2017-2018 à la même date (1 051 000 t) et 60% par rapport à la campagne 2010-2011 (693 000 t).
Sur un autre registre, le chantier de la digitalisation visant la réduction de la durée des procédures d’export avance bon train. Les membres du conseil ont pu constater, dans ce sens, le respect du planning de dématérialisation du contrôle technique des exportations, tel que présenté lors de la session du conseil du 10 septembre 2018. A noter qu’une phase pilote du projet, qui concerne les expéditions de la tomate à partir d’Agadir transitant via Tanger Med, est déjà lancée.

Présidé par le ministre de l’agriculture Aziz Akhannouch, le conseil d’administration de Morocco Foodex a connu la participation des représentants des inter-professions et professionnels des différentes filières exportatrices, membres du conseil.

Agadir racontée à travers ‘‘un parcours amoureux’’

par Malika Alami – lavieeco.com – 13/07/2019

PORTÉ PAR DES SOURCES SOUVENT INÉDITES ET UNE RICHE ICONOGRAPHIE, «AGADIR, UN PARCOURS AMOUREUX» EST UN BEAU-LIVRE SUR LE CHEF-LIEU DU SOUSS, QUI VIENT DE PARAÎTRE.

Promenade à travers le passé et le présent de la station balnéaire, cet ouvrage fait partie de la collection ‘‘Un parcours amoureux’’ des Éditions Bouillons de culture. Une invitation pour découvrir les territoires du Royaume.

Présenté à Agadir en marge du festival Timitar, dans le cadre de la programmation de Timitar off, ce bel ouvrage réunit quatre auteures: Rita Aouad, Ghita Baddou, Camille Castaigna et Hana Lakhdar Ghazal avec la précieuse collaboration de l’enseignant chercheur Ahmed Sabir. Le résultat est un livre objet sur l’histoire, le patrimoine, les traditions et coutumes d’une ville à l’identité singulière.

C’est sur un parcours historique que s’ouvre ce livre qui, à travers également un choix de mots mémoires, dresse le portrait d’une cité qui ne cesse de faire preuve de résilience. La dernière partie de l’ouvrage est une promenade en images à travers Agadir. Une découverte de lieux marquants de la station balnéaire.

A noter que «Agadir, parcours amoureux» est le second ouvrage de la collection ‘‘Parcours Amoureux’’ publié par les Editions Bouillons de culture. D’autres livres dédiés à d’autres villes, comme Rabat et Meknès, sont en préparation. Aujourd’hui l’ouvrage est disponible en librairie dans plusieurs points de vente.

%d blogueurs aiment cette page :