La holding GBL rachète le groupe Webhelp

Par Jean Modeste KOUAME  – leconomiste.com – 06/08/2019

    • Jusqu’à 800 millions d’euros investis dans l’opération
    • L’outsourceur compte plus de 10.000 collaborateurs au Maroc
webhelp-070.jpg

Le Groupe Bruxelles Lambert (GBL) a annoncé la signature de l’acquisition du français Webhelp. Pour mémoire, les deux parties sont entrées en négociations exclusives au début du mois de juillet (Ph. LEB)

Le groupe Webhelp franchit un nouveau cap avec l’annonce, vendredi dernier, de son acquisition par le Belge Groupe Bruxelles Lambert (GBL). La société d’investissement belge va investir jusqu’à 800 millions d’euros dans l’opération, pour détenir jusqu’à 61% du capital.

«L’opération est basée sur une valeur d’entreprise de l’ordre de 2,4 milliards pour la totalité du spécialiste de l’expérience client et de l’externalisation des processus métiers (BPO)», précise GBL. La société d’investissement met ainsi la main sur un groupe qui se présente comme l’un des leaders mondiaux de «l’expérience client et de l’externalisation des processus métiers». GBL prévoit le bouclage de l’acquisition dans le courant du quatrième trimestre 2019.

Dans le deal, Frédéric Jousset et Olivier Duha, les co-fondateurs de Webhelp, conserveront leur rôle de présidents exécutifs. Webhelp, qui table sur un chiffre d’affaires consolidé de 1,5 milliard d’euros à fin 2019, assure la distribution, le marketing ou le traitement des paiements de ses clients via des centres d’appels, mais aussi des services de traitement d’e-mails ou d’assistance par chat.

Ses services vont de l’accueil téléphonique à la vente en passant par le recouvrement de créances ou la modération de sites internet. GBL entend faire un leader mondial, avec pour priorité un développement aux Etats-Unis. Surgissent alors des interrogations sur les répercussions que pourraient avoir cette nouvelle donne sur les objectifs de recrutement que la filiale marocaine du groupe s’est fixée.

En mai 2018, Webhelp Maroc franchissait la barre des 10.000 collaborateurs et fixait le cap sur 15.000. L’acteur de la gestion des ventes et des services marketing compte 50.000 collaborateurs répartis dans 35 pays, dont près de 10.000 au Maroc.

Webhelp figure parmi les plus gros employeurs dans le Royaume. Il revendique être le 1er employeur privé sur Rabat, Fès et Agadir, avec en tout 10.000 collaborateurs déployés sur 16 sites et 6 villes (Rabat, Salé, Kénitra, Fès, Meknès et Agadir). Présent au Maroc depuis 17 ans, Webhelp connaît un développement important de ses activités. En 2017, trois nouveaux sites ont été ouverts sur Fès, Meknès et Agadir soit plus de 1.000 emplois créés.

Basée à Paris, la société a augmenté son chiffre d’affaires de plus de 250% au cours des 4 dernières années pour proposer une solution transformationnelle d’outsourcing répondant aux défis d’un monde omni-canal. Depuis mars 2016, l’investisseur financier KKR détient une participation dans Webhelp. L’arrivée du géant américain du private equity dans le tour de table a eu pour effet de doubler sa taille.

Agadir : La société civile prend en charge la propreté des plages

Par Sabrina BELHOUARI – leconomiste.com – 02/08/2019

Associatifs et entreprises ne ménagent pas leurs efforts de sensibilisation et de nettoyage
Madraba, Km25, Imi Ouaddar, Aghroud 1 et Aghroud 2… les 5 plages les plus fréquentées
Malgré tout cela, «les pollueurs continuent de polluer»

Agadir: La société civile prend en charge la propreté des plages

En parallèle à l’opération estivale Coca Cola J’aime ma plage, SFM mène les «Initiatives océanes» qui sont de grands nettoyages de plages avec la participation de volontaires et de la société civile. Pour l’année 2019, ce sont pas moins de 25 initiatives qui ont été organisées sur les plages d’Agadir en partenariat avec des volontaires (étudiants, bénévoles et associations) ainsi que des établissements touristiques (Club Med, Surf Maroc, Blue waves surf camp et Jardin d’Agadir). Lors de chaque initiative, une trentaine de sacs sont collectés, ce qui en dit long sur l’état du littoral dans la région, même en dehors des périodes estivales (Ph. SFM)

Avec le rush des estivants tout le long du littoral d’Agadir, la période estivale rime malheureusement avec une production excessive de déchets qui se cumulent sur les plages. Une situation que la société civile d’Agadir prend en charge durant tout l’été.

Ainsi, et pour la huitième année consécutive, l’ONG Surfrider Foundation Maroc (SFM) se mobilise pour sensibiliser les estivants sur le respect de l’environnement du littoral. Avec ses partenaires Coca-Cola et son embouteilleur Société des boissons gazeuses du Souss (SBGS) ainsi que la société de collecte et recyclage de déchets «Mag Val», l’ONG conduit l’opération estivale «Coca Cola J’aime ma plage» été 2019.

Cette opération, qui a démarré le 8 juillet et qui se poursuit jusqu’au 01 septembre, concerne cinq plages les plus fréquentées sur le littoral d’Agadir: Madraba, Km25, Imi Ouaddar, Aghroud 1 et Aghroud 2. Pour la saison 2019, et comme pour chaque période estivale, 50 responsables de plage ont été formés par l’ONG SFM et répartis sur les 5 plages (allant de 3 à 15 personnes par plage) afin d’en garantir la propreté.

Le rôle de ces responsables est de sensibiliser le grand public et d’assurer la bonne utilisation des poubelles, de leur entretien et le nettoyage des points noirs. Des animations pédagogiques ont également lieu tout l’été au profit des enfants et des colonies de vacances.

De grands panneaux signalétiques ont été disposés à l’entrée des plages indiquant le nom de la plage, celui du projet et ses partenaires, tout en rappelant la durée de vie des déchets les plus courants. Ils demandent aux visiteurs de laisser les plages propres en utilisant les poubelles de plage.

«Pour cette saison estivale, 170 poubelles de grande et de petit taille sont mises à disposition et placées aux endroits stratégiques (parking, lieux de passage) et à distance réduite le long des plages. La collecte quotidienne des déchets est effectuée par les camions de notre partenaire MagVal», assure Rkia Driouch, responsable de communication de l’ONG Surfrider Foundation Maroc.

Depuis le début de l’opération jusqu’au 21 juillet, le bilan fait état du ramassage de 236 sacs poubelles, 10.002 personnes sensibilisées incluant les colonies de vacances ainsi que 514 enfants. Pour rappel, l’opération Coca-Cola J’aime ma plage de l’été 2018 avait ciblé 5 plages, avec l’installation de 131 poubelles et le déploiement de 31 responsables de plage et a permis la sensibilisation de 29.230 estivants et la collection de 8.126 sacs de déchets.

Agadir : Les autorités en croisade contre les gardiens illégaux

par Abdellah Ouardirhi –  fr.hespress.com – 02/08/2019

Agadir : Les autorités en croisade contre les gardiens illégaux

Les gardiens de voitures illégaux ont fait l’objet d’une vague d’arrestations massive de la part des services sécuritaires d’Agadir. Cette opération de « nettoyage » a pour but de contrer la pratique et les violences qu’elle engendre vis-à-vis des propriétaires de véhicules.

Plus d’une dizaine de gardiens non autorisés ont été appréhendés pour activité illégale, violences physiques et dégradation de biens d’autrui. Selon des sources à Hespress, certains des individus arrêtés sont même accusés de consommation d’alcool et de stupéfiants en public.

Certains des mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins d’enquête, alors que d’autres ont comparu devant la justice pour divers motifs à leur encontre.

Cette descente intervient face à une montée notable de l’activité de ces individus, qui nuisent plus qu’autre chose au confort des automobilistes, qui se retrouvent souvent dans des situations violentes, du fait que chacun cherche à imposer son prix.

Une campagne en ligne a été lancée sur Facebook, afin de dénoncer les actes des gardiens illégaux, réclamant aux autorités compétentes d’intervenir pour mettre fin à ce fléau.

Classement Webometrics : L’ENCG d’Agadir 1re Business School au Maroc

lematin.ma – 05/08/2019

Ph: DR

Ph: DR

L’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion (ENCG) d’Agadir a été classée première business school au Maroc par « Webometrics », un site spécialisé dans le classement international des universités.

Ce classement est basé sur les publications et la recherche scientifique de l’école ainsi que sur sa visibilité sur Internet, souligne l’établissement dans un communiqué.

Cette distinction est le fruit de la synergie d’efforts de tous les acteurs qu’ils soient administratifs, professeurs, étudiants, clubs ou médias, précise la même source.

Inaugurée en 1994, l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion d’Agadir est un établissement public de l’Université Ibn Zohr et composante du réseau des ENCG du Royaume. Elle forme des cadres hautement qualifiés dans les domaines liés au commerce et à la gestion.

Créé en 2004, « Webometrics Ranking of World Universities » est un site qui classe deux fois par an 20.000 établissements d’enseignement supérieur à partir de la visibilité et de la richesse de leur site.

AGADIR: POUR DE MEILLEURES PRESTATIONS AUX CITOYENS, LA DGSN OUVRE UN NOUVEL ARRONDISSEMENT

par Mohand Oubarka – le360.ma – 05/08/2019

Cover Vidéo - أكادير تتعزز بدائرة شرطة جديدة

© Copyright : Le360

La capitale du Souss est dotée, depuis ce lundi 5 août, d’un nouvel arrondissement de police. Cet arrondissement délivrera aussi les cartes d’identité nationale. Les détails.

Hay Mohammadi à Agadir dispose désormais d’un arrondissement de police au service d’une population estimée à quelque 45.000 habitants, a constaté un correspondant de Le360 sur place.

Il a été inauguré, ce lundi 5 août, en présence de hautes personnalités civiles et sécuritaires dont le wali de la région, Ahmed Hajji, et Mohamed Dkhissi, le patron central de la police judiciaire.

Abdellah Yassini, chef de sûreté de la ville, a déclaré à Le360 que l’ouverture de cet arrondissement, à l’occasion du 20e anniversaire de l’accession du roi Mohammed VI au Trône, fait partie de la politique de proximité suivie par la DGSN.

Ce nouvel arrondissement évitera aux habitants de Hay Mohammadi, soit quelque 45.000 citoyens, de se déplacer ailleurs pour les formalités administratives relevant de la DGSN comme les demandes ou le renouvellement des cartes d’identité nationale.

Pour le volet purement sécuritaire, cet arrondissement fera officie de deuxième permanence de la DGSN à Agadir.

Encore un drame de la route dans la région d’Agadir

lesiteinfo.com – 05/08/2019

Une personne a perdu la vie et six autres ont été blessées à différents degrés de gravité, dans un accident survenu ce lundi matin sur la route nationale n°1, au niveau d’Imi Ouaddar (région d’Agadir).

Selon une source de Le Site Info, le drame est survenu à la suite d’une collision entre un grand taxi et un véhicule de transport de marchandises, qui circulait en sens inverse et se dirigeait vers Agadir. Ceci au niveau d’un virage dangereux, indique-t-on.

Et d’ajouter que la victime est décédée sur le coup, alors que les blessés ont été transportés d’urgence à l’hôpital régional Hassan II d’Agadir pour recevoir les soins nécessaires.

Par ailleurs, les autorités compétentes ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

AGADIR : 45 MILLIONS DE DH POUR LA MISE À NIVEAU DE LA ZONE INDUSTRIELLE TASSILA

Par Ismail Benbaba – le360.ma – 05/08/2019

zone industrielle

© Copyright : DR

La zone industrielle Tassila sera mise à niveau grâce à une enveloppe de près de 45 millions de DH.
Les fonds devront être mobilisés d’ici 2020.

Le projet est dans le pipe, et selon Les Inspirations Eco qui rapporte l’information dans sa publication du jour, cette opération devrait mobiliser à terme près de 45 millions de DH. Notons que la grande partie de ce montant ira à la seconde tranche de la zone industrielle, et permettra son élargissement et le renforcement des voiries à hauteur de 16,4 millions de DH.

Il est aussi question de la mise à niveau de l’éclairage public pour un montant de 15 millions de DH. Selon le journal, le reste de l’enveloppe sera consacré à l’aménagement et au revêtement des trottoirs, de même qu’à la réalisation des travaux de renforcement du réseau d’eau pluviale et la réhabilitation des installations et du raccordement des conduites d’alimentation pour l’eau des systèmes d’extinction.

Le quotidien précise aussi qu’il sera question de l’aménagement des espaces verts et de la signalétique au sein de la zone étalée sur une superficie nette de 171 ha, soit 497 lots. Notons que les fonds devront être mobilisés en 2019 et 2020 par les parties prenantes. Soulignons que la société Al Omrane Agadir est l’aménageur de la zone industrielle.

Le journal rappelle que ce sont, au total, 10 zones industrielles englobant 3 074 lots d’une superficie de 1 083 ha qui ont été aménagées dans la région Souss-Massa. Toutefois, en dépit de cela, la problématique de la disponibilité du foncier persiste, en raison de la spéculation et aussi de la transformation de lotissements en zone d’habitations au lieu de zones d’activité industrielle.

Une nouvelle liaison aérienne entre Agadir et Toulouse en octobre

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 06/08/2019

Une nouvelle liaison aérienne entre Agadir et Toulouse en octobre

Les billets sont proposés à partir de 400 DH l’aller simple

Cette nouvelle ligne accompagnera la dynamique que connaît la ville d’Agadir.
Dans ce sens, l’été 2020 verra le lancement d’une liaison directe entre Agadir et Bordeaux.

La compagnie aérienne britannique low cost EasyJet lancera octobre prochain une nouvelle liaison aérienne entre Agadir et Toulouse.

Le lancement de cette nouvelle ligne s’inscrit dans le cadre de la stratégie de la compagnie aérienne à bas prix visant le renforcement de son offre de liaisons aériennes à destination du Maroc et d’offrir toujours plus de choix à ses passagers. Cette nouvelle ligne sera opérationnelle le 27 octobre prochain. Les billets sont proposés à partir de 400 DH pour l’aller simple. EasyJet assurera ainsi trois vols hebdomadaires (mardi, jeudi, et dimanche) entre les deux villes.

En effet, cette compagnie aérienne est basée à l’aéroport de Londres Luton. Elle dessert de nombreux pays européens tels que la France, l’Allemagne, l’Italie. Le réseau d’EasyJet comprend plus de 600 lignes dans 32 pays. Avec plus de 200 avions en sa possession, EasyJet est devenue l’une des plus grandes compagnies aériennes en Europe.

Cette nouvelle ligne accompagnera la dynamique que connaît la ville d’Agadir. Dans ce sens, l’été 2020 verra le lancement d’une liaison directe entre Agadir et Bordeaux (France) qui sera assurée par la compagnie low cost irlandaise Ryanair. Celle-ci desservira Agadir en vols directs depuis Bordeaux et vice versa à partir d’avril 2020 jusqu’en octobre de la même année.

La même compagnie lancera une nouvelle liaison entre l’aéroport d’Agadir et celui de Milan-Bergame en Italie. Cette ligne sera lancée à partir d’octobre prochain dans le cadre du programme de Ryanair au Maroc pour l’hiver 2019. Deux vols seront opérés chaque semaine, et ce jusqu’en mars 2020. Ces nouvelles lignes viennent accompagner l’essor que connaît la destination Agadir. Ainsi d’après les chiffres du Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa, le nombre de touristes durant les cinq premiers mois de l’année 2019 a atteint 425.902, contre 409.003 arrivées au cours de la même période de l’année dernière, soit une hausse de 4,13%.

Les touristes nationaux arrivent en tête avec 130.498 contre 116.919 durant les cinq premiers mois de 2018, en progression de 11,61%.
Les touristes français sont en deuxième position avec 86.511 arrivées contre 75.535 au cours de la même période de 2018, marquant une hausse de 14,53%, précise la même source, ajoutant que les touristes allemands arrivent en 3e position avec 52.504 arrivées contre 49.187 durant la même période de 2018, en progression de 6,74%.

Les hôtels classés 4 étoiles ont reçu le plus grand nombre de touristes, soit 124.645 personnes, suivis des clubs touristiques (93.102) et des hôtels 5 étoiles (81.452).

Le taux d’occupation moyen enregistré dans les hôtels classés de la ville durant cette période a atteint, quant à lui, 50,37%, soit une progression de 1,51%.

Agadir : la bataille des panneaux de signalisation en Amazigh prend fin

par Jassim Ahdani – fr.hespress.com – 07/08/2019

Agadir: la bataille des panneaux de signalisation en Amazigh prend fin

Après plusieurs demandes pressantes du tissu associatif local, les rues d’Agadir se sont enfin dotés de panneaux de signalisation routière incluant la langue amazighe. Nombre de controverses ont accompagné cette mise en place, dans le souci de rendre effective l’officialité de cette langue dans une ville majoritairement amazighophone.

Début juillet, le Conseil communal d’Agadir a été accusé d’avoir exclu la langue amazighe, ce qu’il a rejeté, affirmant que les panneaux de signalisation routière tout récemment installés dans les rues de la ville en arabe et en français « avaient une portée limitée » : 40 en tout.

Le Conseil, dirigé par une majorité PJD avait expliqué que l’affaire « est devenue insupportable car l’amazighe constitutionnellement protégée et bénéficie d’un consensus national », tout en ne manquant pas de promettre l’inclusion du caractère Tifinagh « sur 300 panneaux dans un futur proche ».

Négligence rectifiée 

Journaliste, écrivain et acteur associatif, Abdellah Bouchtart souligne que « ce qui a été réalisé n’est pas un gain, mais une restauration ». Il appelle par la même occasion toutes les communes de toutes les régions du Royaume à respecter cette langue officielle.

L’interlocuteur de Hespress rappelle qu’après le buzz créé par des acteurs associatifs sur les réseaux sociaux, le Conseil municipal dirigé par le PJD a « corrigé son erreur » et « c’est une bonne chose « .

Toutefois, le Conseil soupçonnait « une tentative de chevauchement sur cette affaire, bien qu’elle soit réglée » et évoquait en réponse « une réparation pour l’erreur d’un responsable politique élu ».

Abdellah Bouchtart considère que le PJD, dirigeant la ville d’Agadir à la majorité absolue, a commis une erreur.

« Les acteurs du mouvement Amazigh ont à leur tour exercé des pressions en fonction de ce qui était pacifiquement possible, car la dernière chose à laquelle pense le responsable politique est la question du pluralisme culturel et linguistique et le respect de la Constitution », développe-t-il.

Une poussée qui fait des émules

Le forcing associatif a donné ses fruits. Dans d’autres localités proches de la capitale du Souss, A Inezgane, Ait Melloul ou à Taroudant et Tiznit, des voix se sont élevées pour que les conseils élus se conforment aux dispositions constitutionnelles.

Les exemples phares cités par le journaliste et acteur associatif sont ceux de la capitale Rabat et de la plus grande métropole du pays, Casablanca. Dans les deux villes, le processus de marquage de panneaux en Tamazight était totalement absent.

« Les militants du Mouvement culturel amazigh soumettaient les responsables politiques locaux à une sorte d’examen pour qu’ils gèrent le pluralisme linguistique et culturel et respectent la Constitution», conclut-il.

Agadir : une nappe d’hydrocarbures pose la question de la surveillance des activités portuaires

telquel.ma – 06/08/2019

Des taches de couleurs sombres, accompagnées d’un bidon flottant au large de la plage d’Agadir ont retenu l’attention des nageurs, ce dimanche 4 août. Crédit: Page Facebook de l’association « Paysages »

Des taches de couleurs sombres, accompagnées d’un bidon flottant au large de la plage d’Agadir ont retenu l’attention des nageurs, ce dimanche 4 août. Les vacanciers ont aussitôt alerté les autorités compétentes et une enquête a été ouverte le jour même par la brigade de l’environnement de la gendarmerie afin de déterminer les causes de l’incident.

Même si l’origine de la pollution n’est pas encore connue, l’association “Paysages”, spécialisée dans les questions environnementales a, quant à elle, publié un message hier, sur sa page Facebook. “Nous ne savons pas encore précisément ce qu’il s’est passé et attendons toujours les résultats des analyses et relevés d’empreintes”, explique Rachid Fassih, président de l’association. “Il s’agirait d’huile destinée à la vidange de moteurs, qui se serait échappée d’un bidon pouvant contenir une vingtaine de litres. Environ cinq d’entre eux ont été déversés dans la mer.

Des quantités minimes mais non sans risque, comme indiqué par le président de l’association : “C’est nuisible pour l’environnement, la qualité d’eau et de la plage en général. De plus, le déversement de produits et liquides dangereux est formellement interdit par la loi de protection du littoral.

Même si l’impact de l’incident est limité au vu de la faible quantité d’hydrocarbures déversée, le problème de la qualité des eaux dans la zone du Grand Agadir se pose cependant de manière plus globale. “Cela fait maintenant deux ans que la commune ne dispose plus du label international “Pavillon bleu”, attribué par la Fondation Mohammed VI pour l’environnement”, explique le président de l’association.

Respect des normes environnementales

Afin d’obtenir la fameuse distinction, plusieurs critères sont pris en compte : la qualité des eaux de baignade, l’information et la sensibilisation aux questions environnementales, mais également l’hygiène ou l’aménagement et la gestion des plages. Un label destiné “aux plages qui respectent les normes environnementales”, résume le président de l’association.

Pour Rachid Fassih, les problèmes relatifs à la qualité des eaux dans la zone résultent en partie de “la proximité de la plage avec le port d’Agadir”. “Les professionnels ne font pas forcément attention et il y a parfois un déversement de produits dangereux. Le problème provient également des diverses embouchures qui transportent des déchets plastiques en provenance de décharges sauvages lointaines, vers la plage d’Agadir”, explique-t-il.

L’association “Paysages” souhaite aujourd’hui “sensibiliser les professionnels et responsables politiques afin de trouver des solutions au problème de la qualité des eaux”, poursuit Rachid Fassih. “Malheureusement, l’incident survenu dimanche témoigne d’un manque de surveillance des activités portuaires”, regrette-t-il.

Une belle randonnée dans les gorges de Kakuetta, à 110 km de Bayonne

Des falaises vertigineuses, une végétation luxuriante, un refuge de rapaces majestueux, le cœur de la montagne basque réserve bien des surprises aux amoureux de la nature.
Les Gorges de Kakuetta, Amazonie des latitudes tempérées, vous invitent à sillonner un canyon de 2 km de long, en suivant une rivière tortueuse sur sentiers et passerelles aménagés. Clou de la balade, la fameuse cascade qui chute d’une vingtaine de mètres, récompense pour petits et grands explorateurs. Découvrez à votre rythme les charmes multiples de ce site naturel aménagé, parmi les plus sauvages d’Europe !

Une belle route, après Saint Jean-Pied-de-Port pour y accéder :

Direction Sainte Engrace et ensuite, arrivée à l’entrée des gorges de Kakuetta :

Un très beau chemin bien aménagé, mais très accidenté : un peu difficile quand on n’a pas de bonnes jambes !

Le lac de Sainte-Engrâce au début de la promenade :

Nicole en pleine forme : la preuve :

 

Agadir : les danseuses de l’Est, la nouvelle arme des hôtels et des boîtes de nuit

bladi.net – 30/07/2019

Agadir : les danseuses de l'Est, la nouvelle arme des hôtels et des boîtes de nuit

Une déferlante de danseuses des pays de l’Europe de l’Est s’est abattue sur la ville d’Agadir, ces dernières années. Jeunes et belles, ces femmes sont de nouveaux objets de désir des touristes marocains et étrangers. Elles maîtrisent aussi bien les danses marocaines, orientales et populaires et bien plus encore.

Objet de convoitise des établissements touristiques de la ville, ces ressortissantes des pays de l’Est sont, pour la majorité, issues de milieux pauvres. La forte demande des boîtes de nuit et des cabarets les encourage à fouler le sol d’Agadir, pour des périodes limitées, sous le cachet de danseuses professionnelles.

En réalité, les établissements hôteliers exploitent ces danseuses pour proposer à leurs clients des offres complètes, à des prix dérisoires. Des bouquets all-in-one, qui offrent aux autochtones, comme aux étrangers, le séjour, le voyage, les prestations extras et les soirées en boîte de nuit.

Selon le quotidien Assabah, une danseuse russe a affirmé : « J’ai entendu des filles russes, qui avaient déjà visité la ville, parler de son universalité, sa sécurité, son climat agréable et ses habitants qui raffolent des Russes, des Ukrainiennes et des Polonaises. Le métier de la danse est très reposant et n’exige ni efforts ni certificats ».

Agadir : « Souss camp », le plus grand complexe touristique d’Afrique

bladi.net – 30/07/2019

Agadir : "Souss camp", le plus grand complexe touristique d'Afrique

Les travaux de construction du plus grand complexe touristique en Afrique, « Souss camp » ont commencé, le samedi 27 juillet 2019, en présence du Gouverneur de la région, du Président du Conseil de la région et du Président du Conseil municipal.

Le Projet a nécessité un budget d’investissement d’une valeur de 192 millions de dirhams, et assurera 510 emplois directs, constitués essentiellement d’une main-d’oeuvre de 1.000 emplois indirects.

S’étalant sur une superficie de 39 hectares, le Complexe devrait accueillir deux projets touristiques, respectivement, de 18 et 21 hectares. Il offrira au grand public un parc, un espace pour les dauphins, un de karting, un autre, de ski, d’autres, sportifs, un musée, un mini-zoo, une ferme pédagogique, un espace d’équitation, ainsi qu’une zone pour femmes.

Ses promoteurs avaient jeté l’éponge à plusieurs reprises, suite aux avis défavorables des commissions d’enquête de l’Agence urbaine d’Agadir. Selon celles-ci, « l’emplacement du projet est incompatible avec les références réglementaires, notamment, le Schéma directeur de l’Aménagement urbain ».