Une belle randonnée dans les gorges de Kakuetta, à 110 km de Bayonne

Des falaises vertigineuses, une végétation luxuriante, un refuge de rapaces majestueux, le cœur de la montagne basque réserve bien des surprises aux amoureux de la nature.
Les Gorges de Kakuetta, Amazonie des latitudes tempérées, vous invitent à sillonner un canyon de 2 km de long, en suivant une rivière tortueuse sur sentiers et passerelles aménagés. Clou de la balade, la fameuse cascade qui chute d’une vingtaine de mètres, récompense pour petits et grands explorateurs. Découvrez à votre rythme les charmes multiples de ce site naturel aménagé, parmi les plus sauvages d’Europe !

Une belle route, après Saint Jean-Pied-de-Port pour y accéder :

Direction Sainte Engrace et ensuite, arrivée à l’entrée des gorges de Kakuetta :

Un très beau chemin bien aménagé, mais très accidenté : un peu difficile quand on n’a pas de bonnes jambes !

Le lac de Sainte-Engrâce au début de la promenade :

Nicole en pleine forme : la preuve :

 

Agadir : les danseuses de l’Est, la nouvelle arme des hôtels et des boîtes de nuit

bladi.net – 30/07/2019

Agadir : les danseuses de l'Est, la nouvelle arme des hôtels et des boîtes de nuit

Une déferlante de danseuses des pays de l’Europe de l’Est s’est abattue sur la ville d’Agadir, ces dernières années. Jeunes et belles, ces femmes sont de nouveaux objets de désir des touristes marocains et étrangers. Elles maîtrisent aussi bien les danses marocaines, orientales et populaires et bien plus encore.

Objet de convoitise des établissements touristiques de la ville, ces ressortissantes des pays de l’Est sont, pour la majorité, issues de milieux pauvres. La forte demande des boîtes de nuit et des cabarets les encourage à fouler le sol d’Agadir, pour des périodes limitées, sous le cachet de danseuses professionnelles.

En réalité, les établissements hôteliers exploitent ces danseuses pour proposer à leurs clients des offres complètes, à des prix dérisoires. Des bouquets all-in-one, qui offrent aux autochtones, comme aux étrangers, le séjour, le voyage, les prestations extras et les soirées en boîte de nuit.

Selon le quotidien Assabah, une danseuse russe a affirmé : « J’ai entendu des filles russes, qui avaient déjà visité la ville, parler de son universalité, sa sécurité, son climat agréable et ses habitants qui raffolent des Russes, des Ukrainiennes et des Polonaises. Le métier de la danse est très reposant et n’exige ni efforts ni certificats ».

Agadir : « Souss camp », le plus grand complexe touristique d’Afrique

bladi.net – 30/07/2019

Agadir : "Souss camp", le plus grand complexe touristique d'Afrique

Les travaux de construction du plus grand complexe touristique en Afrique, « Souss camp » ont commencé, le samedi 27 juillet 2019, en présence du Gouverneur de la région, du Président du Conseil de la région et du Président du Conseil municipal.

Le Projet a nécessité un budget d’investissement d’une valeur de 192 millions de dirhams, et assurera 510 emplois directs, constitués essentiellement d’une main-d’oeuvre de 1.000 emplois indirects.

S’étalant sur une superficie de 39 hectares, le Complexe devrait accueillir deux projets touristiques, respectivement, de 18 et 21 hectares. Il offrira au grand public un parc, un espace pour les dauphins, un de karting, un autre, de ski, d’autres, sportifs, un musée, un mini-zoo, une ferme pédagogique, un espace d’équitation, ainsi qu’une zone pour femmes.

Ses promoteurs avaient jeté l’éponge à plusieurs reprises, suite aux avis défavorables des commissions d’enquête de l’Agence urbaine d’Agadir. Selon celles-ci, « l’emplacement du projet est incompatible avec les références réglementaires, notamment, le Schéma directeur de l’Aménagement urbain ».