Archives de septembre 12th, 2019

Programme culturel de l’institut Français d’Agadir

Cliquez sur les couvertures pour découvrir le contenu de ces programmes

Programme culturel de septembre, octobre, novembre et décembre
de l’Institut Français d’Agadir

.

Programme du Festival Anmoggar N Jazz 2019.

Journée sans infirmiers ce mercredi dans le royaume

par Khadija KHETTOU – fr.hespress.com – 11/09/2019

Journée sans infirmiers ce mercredi dans le royaume

.

Les infirmiers du public ont observé, ce mercredi 11 septembre, une grève nationale de 24h accompagnée de sit-in régionaux et locaux dans 7 régions du Maroc (Tanger, Fès- Meknès, Casablanca-Settat, Rabat-Salé, Laâyoune, Beni Mellal, Souss-massa).

Photo : Mouad Rhazi

Encadrée par le mouvement indépendant des techniciens de santé du Maroc (MITSM), cette catégorie de personnel de santé fait valoir, encore est toujours les mêmes revendications auprès du ministère de tutelle, « qui refuse de dialoguer avec eux et se contente de pourparlers avec les syndicats ».

« Ce mouvement de protestation intervient pour faire valoir nos revendications qui sont au nombre de 6. Elles n’ont pas bougé, ce sont toujours les mêmes malheureusement. Pourquoi ? Parce que le ministère de la Santé ferme la porte au dialogue. Le ministre Anass Doukkali prétend qu’il ne peut dialoguer qu’avec les syndicats. Et bien je lui dis que même le dialogue avec les syndicats s’est arrêté il y a plus de deux mois et avec le mouvement des infirmiers il n’a jamais existé », a déclaré à Hespress Fr, Fatima-Zahra Biline, infirmière et membre du MITSM, qui a manifesté devant la Wilaya de Rabat.

Ainsi, notre interlocutrice souligne que «le ministre refuse de dialoguer avec les infirmiers » et s’est demandé par la même occasion « pourquoi ?  Est-ce par sous-estimation de l’infirmier marocain ? ». Dans ce sens, Fatima-Zahra a tenu à «contredire le ministre de la Santé » sur ce point en lui rappelant que « la place de l’infirmier marocain est considérable et indispensable dans le système national de santé ».

Dans le cadre de leur mouvement de protestation, qui s’est accentué durant cette année (sit-in- grève …), Fatima Zahra Biline a tenu à rappeler au micro de Hespress Fr, les six revendications principales des infirmiers et techniciens de santé.

Photo : Mouad Rhazi

« J’insiste pour que les 6 revendications de l’infirmier atteignent les oreilles du peuple marocain avant les responsables. On demande d’abord une prime de risque équitable pour l’infirmier qui récompense l’effort qu’il déploie dans ce système national de santé. Il y a également le rythme d’avancement de l’infirmier marocain qu’on ne peut qualifier que de dégradant puisqu’il n’y a pas de formation continue pour cette catégorie du personnel de santé », détaille notre interlocutrice.

En ce qui concerne les infirmiers au chômage, les protestataires attendent «que le ministère de la Santé absorbe le manque et remédie à la pénurie de personnel en affectant de nouveaux infirmiers notamment ceux au chômage qui sont plus de 9.000 ».

Les manifestants demandent pareillement au département d’Anass Doukkali « la création de l’Ordre de l’infirmier qui pourra nous éviter le cafouillage qui règne dans les hôpitaux marocains. Malheureusement on trouve que la fonction d’infirmier est pratiquée par des personnes qui n’ont rien à voir avec le métier, des imposteurs que des écoles forment sans aucun contrôle de la part du ministère de la Santé, et qui pratiquent au sein des hôpitaux marocains », affirme-t-elle.

Et enfin, les infirmiers et techniciens de santé du Royaume exigent l’élaboration du référentiel d’emploi et de compétences (REC).

« Ce référentiel, explique Fatima-Zahra Biline, permettra à l’infirmier de connaitre ses vraies responsabilités, de savoir où commencent et où se terminent ses tâches et cela lui évitera les poursuites judiciaires qui se sont multipliées avec un rythme alarmant ces dernières années ». 

Sans oublier, poursuit-elle, « l’égalité des chances en matière de promotion professionnelle à l’instar des autres catégories (ingénieurs, pharmaciens, médecins et autres fonctions publiques) et enfin le recours et l’équité pour les victimes du décret n°2-12-535 portant statut particulier du corps interministériel des infirmiers et des techniciens de santé».

La Lettre culturelle by Infomédiaire

infomediaire.net – 11/09/2019

.

– La 17ème conférence des directeurs des organismes arabes de protection civile se tiendra, les 11 et 12 septembre à Marrakech, selon le Secrétariat général du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur.

– Jazz au Chellah, le plus ancien des festivals de jazz au Maroc et premier festival dédié au jazz européen au monde, s’apprête à marquer la rentrée culturelle de Rabat du 25 au 29 septembre 2019 dans l’enceinte du site historique qui lui a donné son nom.

– Le duo humoriste « Les inqualifiables » entame une tournée dans plusieurs villes du Royaume avant de prendre la destination de Paris pour un spectacle 100% marocain.

– La Zaouia des Tidjanes dite  »Al Mahssar » a entamé ce lundi son moussem religieux annuel à la commune rurale d’Imin Talit, à quelque 70 km d’Essaouira.

– La première rétrospective en France de Hassan Hajjaj, l’une des figures majeures de l’art contemporain marocain, se tient actuellement à Paris, jusqu’au 17 novembre prochain.

– Des éditeurs marocains, soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication, prendront part à la 19ème édition du salon international du livre d’Oman en Jordanie, organisée par l’union des éditeurs jordaniens du 26 septembre au 5 octobre 2019.

– Mohamed Achaari, ancien ministre de la Culture et de la Communication, sera l’invité, mardi prochain à Rabat, du Forum de la MAP sur le thème « la presse est-elle actuellement un facteur de progrès au Maroc? ».

– L’Académie du Royaume du Maroc organise, du 11 au 13 septembre à Rabat, un colloque international sous le thème « La palette marocaine d’Eugène Delacroix de 1832 à 1863 », peintre français considéré comme le principal représentant du romantisme.

– Sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, la Fondation Nationale des Musées du Maroc organise, du 24 septembre au 18 décembre 2019, la première édition de la Biennale de Rabat, conçue par l’historien d’art et philosophe Abdelkader Damani.

– La 12ème édition du festival de Fès de la culture soufie aura lieu du 19 au 26 octobre prochain autour de la thématique ‘‘la culture soufie, un humanisme spirituel pour notre temps’’.

– Le Prix national de la culture Amazighe « catégorie film » aura lieu du 17 au 19 septembre à la salle Brahim Radi à Agadir, à l’initiative de l’association du festival international du film amazigh « Issni N’Ourgh ».

– La 6ème édition du Salon international des mines et des carrières (SIMC-2019), organisée par la revue énergies/mines et carrières avec le concours du Groupe OCP, se tiendra du 24 au 26 septembre à Casablanca.

– A partir du 21 septembre 2019, le Musée de l’Art Culinaire Marocain ouvre ses portes en soft opening à Marrakech, en attendant son ouverture officielle courant octobre 2019.

– La réalisatrice marocaine Leila Kilani présidera le jury de la 17ème édition du Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger, qui aura lieu du 30 septembre au 05 octobre 2019.

– La ville de Marrakech abritera du 12 au 18 octobre prochain la 19ème Assemblée Générale Annuelle (AGA 2019) et le symposium scientifique du Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS), avec un focus sur le patrimoine culturel matériel et immatériel.

– Le Centre Souss-Massa des études juridiques et judiciaires contemporaines, a annoncé le lancement de la première édition du Prix « Al Hassan Al Abbadi » de la meilleure thèse en droit.

– L’Association « Liqaat » pour l’éducation et la culture organise, du 8 au 30 septembre, dans la commune rurale Houafat à Sidi Kacem, la 13-ème édition de la caravane « Baba Achour ».

– La 16ème édition du Festival international des cultures urbaines « Freestyle Maroc Urban Dance » s’est ouverte, vendredi soir à Meknès, avec la participation d’artistes et d’athlètes marocains et étrangers, et se poursuivra jusqu’au 19 septembre.

– Le développement économique durable des provinces du sud du Royaume a été au centre de Rencontres franco-marocaines à Bordeaux, organisées du 1r au 6 septembre courant à l’initiative de la Fondation France Maroc pour la Paix et le Développement Durable et l’Association Ribat Al Fath pour le Développement Durable.

– L’Université Hassan II de Casablanca et la maison d’édition « La Croisée des Chemins » (CDC) ont créé une nouvelle collection baptisée « TIWIZI », ayant pour ambition de diffuser des ouvrages académiques auprès d’un large public intégrant non seulement chercheurs et étudiants, mais aussi les jeunes et moins jeunes souhaitant s’informer sur une thématique sociologique.

– Le Maroc a brillamment manifesté sa vocation et son leadership africains en portant l’étendard des couleurs africaines à l’évènement ‘‘The Colors Of Africa’’ qui a démarré, en fin de semaine dernière à Bangkok, avec la participation de plusieurs pays du continent venus pour s’offrir une vitrine sur la Thaïlande et l’Asie.

– Une année culturelle et touristique du Maroc en Chine et une autre manifestation similaire de la Chine au Maroc seront organisées en 2020.

– Le musée Helinä Rautavaara à Espoo, le centre ethnographique le plus visité de Finlande, expose une collection de bijoux marocains que l’exploratrice Helinä Rautavaara (1928-1998) avait rassemblée durant son voyage au Royaume.

– Le Borj Lakbir de Rabat a été réhabilité et transformé en musée de la photographie qui devrait ouvrir ses portes au mois de décembre prochain.

– La troisième édition du Meeting national du barbe et de l’arabe-barbe aura lieu, du 13 au 15 septembre courant, au Haras national de Meknès, indique la Société Royale d’Encouragement du Cheval (SOREC).

– Un nouveau numéro de la revue des Forces Armées Royales (FAR) vient de paraître, marquant le 20ème anniversaire de l’accession du Roi Mohammed VI au Trône, et proposant aux lecteurs de nombreux sujets, notamment un dossier sur « La Vie dans l’Armée ».

– La 19ème édition du festival « L’Boulevard », événement dédié aux artistes en herbe, se tiendra, du 13 au 22 septembre prochain, au stade du RUC à Casablanca, avec la participation de 52 artistes et groupes musicaux venant du Maroc et d’ailleurs.

– « La mobilisation de l’eau, conservation des sols et sécurité alimentaire globale » est le thème retenu pour deux conférences organisées, du 10 au 13 septembre à Rabat, à l’initiative de l’Association nationale des améliorations foncières de l’irrigation, du drainage et de l’environnement (ANAFIDE).

– La 20ème édition du festival d’astronomie, prévue du 07 au 13 octobre prochain à Marrakech, sera dédiée aux femmes afin d’encourager leur implication et leur inclusion en sciences.

– La pièce de théâtre « Alach ? » (Pourquoi?) de la troupe casablancaise « Kawaliss » représente le Maroc à la 26ème édition du Festival international du théâtre contemporain et expérimental du Caire, prévue du 10 au 19 septembre en Egypte.

– La 4ème édition du Forum AITEX est programmée pour les 24 et 25 octobre prochains à l’hôtel Sofitel de Rabat, sous le thème ‘‘le digital comme moteur de croissance en Afrique’’ et avec la Chine et la RDC comme invités d’honneur.

Un opérateur mondial de transport maritime lance une escale au port de Dakhla, les agriculteurs espagnols sont mécontents.

agrimaroc.ma – 11/09/2019

Le groupe CMA CGM, opérateur mondial du transport maritime et de la logistique, renforce son service Morocco Shuttle avec le lancement d’une escale à Dakhla et l’entrée en service du CMA CGM Agadir, troisième navire du groupe battant pavillon marocain.

Selon leconomiste.com, la Coordination espagnole des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs (COAG) a exprimé son mécontentement face à cette escale annoncée par l’armateur français, estimant que le Maroc a renforcé sa logistique afin d’accroître les exportations de produits agricoles du Sahara vers le marché européen. Pourtant, les produits du Sahara marocain sont bien inclus dans l’Accord agricole Maroc-UE.

Pour l’organisation espagnole, les produits transportés depuis Dakhla vont porter « un grand préjudice aux producteurs espagnols, car l’augmentation des volumes se chevauche avec leur calendrier de production et les marchés ciblés sont les mêmes », rapporte leconomiste.com.

La COAG souhaite que l’UE empêche l’entrée des produits du Sahara marocain sur le marché européen.

Ali Sidki Azaykou : Un recueil posthume 15 ans après la disparition du poète

par Jassim Ahdani – fr.hespress.com – 12/09/2019

Ali Sidki Azaykou: Un recueil posthume 15 ans après la disparition du poète

.

En commémoration du 15e anniversaire de la disparition du poète marocain Ali Sidki Azaykou, la répertoire littéraire d’expression Amazighe devrait être renforcée par un nouveau recueil de poèmes, intitulé « Indguiguen Aghaman« , (littéralement: étincelles éternelles ». Une oeuvre posthume contenant des poèmes conservés par la famille du défunt, une figure toujours aussi encensée par les militants du Mouvement culturel Amazigh.

Ali Sidki Azaykou est né en 1942 dans le village de Igran n-Twinkhet dans le Haut Atlas dans les environs de Taroudant

Feu Ali Sidki Azaykou, n’est autre que « le premier prisonnier politique de la cause  Amazighe », condamné à un an de prison ferme pour « atteinte à la sécurité de l’Etat » en 1982.

Il avait à l’époque rédigé un article d’opinion devenu culte, titré « Pour un véritable concept de notre identité nationale », repris par le correspondant du New York Times au Maroc durant cette même période, le journaliste Robert Kaplan, sous le titre « Le Maroc: un pays Amazigh sous un masque arabe ».

Le nouvel opuscule à la plume du natif du Souss rassemble 23 poèmes sur 100 pages. C’est l’épouse et le fils du défunt, respectivement Tilila et Ziri Azaykou qui ont conjointement rédigé la préface de cette nouvelle édition qui contient également un poème signé par un ami de longue date, le ministre des Habous et des Affaires islamiques Ahmed Toufik. Il s’agit d’une épître que le responsable gouvernemental, notamment entiché de poésies d’influence Soufie, a intitulée « Tougga » (littéralement: Témoignage).

Éditrice, l’Association Tirra (Lecture), s’est chargée de la publication de l’œuvre auprès de l’Imprimerie Aït Melloul, tandis que la couverture du livre a été réalisée par l’artiste peintre Tiddar Sidki. Et pour la symbolique, notons que cette édition intervient environ trente ans après la publication du premier recueil de poésie d’Azaykou, intitulé: « Timitar« , (littéralement: Traces).

L’Association Tirrra explique qu’avec cet ouvrage, la famille Azaykou est remerciée d’avoir choisi de partager avec les lecteurs, les adeptes et les personnes intéressées par le patrimoine littéraire une partie des manuscrits laissés par le défunt et ne savait pas comment ils pourraient être publiés ».

C’est que l’oeuvre prolifique du défunt disparu est intimement liée à la lutte du Mouvement culturel Amazigh pour la reconnaissance de l’identité et du patrimoine national, incarnant l’attachement des Marocains à la terre, à la liberté d’expression et à la narration sur leurs origines.

Notons également que le chanteur populaire Hassan Id Bassaïd a repris de nombreux poèmes de Sidki Azayko, notamment « Ikaliouen Our N’gaddan » (Les terres inégales) et « Ngaragh D Ijddiguen » (Fleures fannées). Il avait reçu à ce titre un prix honorifique à l’occasion du festival Timitar d’Agadir.

Championnat arabe des clubs de tennis de table, 31e édition Al Ahly sacré en masculin, le Zamalek champion chez les dames

lematin.ma – 11/09/2019

Al Ahly sacré en masculin, le Zamalek champion chez les dames

Un nouveau préfet de police à Agadir

lesiteinfo.com – 11/09/2019

Le nouveau préfet de police d’Agadir Mustapha Amraden a été installé, mercredi dans ses fonctions, en remplacement de Said Mabrouk.

Lors d’une cérémonie organisée à cette occasion, le wali de la région de Souss-Massa, gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane, Ahmed Hajji, a souhaité plein succès à Amraden dans ses nouvelles missions, précisant que cette affectation s’inscrit dans le cadre du mouvement opéré par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) en vue de renforcer le sentiment de sécurité chez les citoyens.

Le wali de la région a mis en avant, les efforts déployés par les services sécuritaires au niveau de la préfecture, en vue de protéger les biens des citoyens et maintenir l’ordre public, soulignant la disposition des autorités locales à œuvrer côte à côte avec le nouveau préfet de police et à lui fournir toute l’assistance nécessaire pour accomplir au mieux sa mission.

Hajji a également loué les efforts consentis par l’ancien préfet de police, Said Mabrouk et qui ont été couronnés par des résultats positifs en termes de maîtrise de la situation sécuritaire et de consécration du principe de l’écoute et de l’approche sécuritaire proactive.

Pour sa part, le directeur de la police judiciaire à l’administration centrale, Mohamed Dkhissi, a indiqué que la DGSN veille à mettre la sécurité au service du citoyen et d’en faire un levier pour le développement et un gage des droits et des libertés, faisant savoir que la DGSN ne cesse d’élaborer de nouvelles initiatives basées sur les principes de l’écoute, la confiance, la transparence et la corrélation entre responsabilité et reddition de comptes, loin de toute gestion unilatérale.

La DGSN accompagnera, en s’inspirant du dernier Discours Royal à l’occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, le nouveau modèle de développement, et mettre en place les moyens nécessaires en vue de maintenir l’ordre public, protéger les personnes et les biens et garantir la quiétude et le respect des droits de l’homme, a-t-il insisté.

Après avoir mis en avant les efforts fournis par son prédécesseur, Dkhissi a félicité le nouveau préfet de la confiance placée en lui par le directeur général de la DGSN, tout en lui souhaitant plein succès dans sa nouvelle tâche.

%d blogueurs aiment cette page :