Archives de septembre 23rd, 2019

La production de pétrole de l’Arabie sera rétablie la semaine prochaine, selon une source informée

lorientlejour.com – 23/09/2019

Des ouvriers travaillant à la réparation des infrastructures du site pétrolier d'Abqaiq, en Arabie saoudite, le 20 septembre 2019. Photo REUTERS/Hamad l MohammedDes ouvriers travaillant à la réparation des infrastructures du site pétrolier d’Abqaiq, en Arabie saoudite, le 20 septembre 2019. Photo REUTERS/Hamad l Mohammed

L’Arabie saoudite a comblé environ aux trois quarts sa perte de production de pétrole liée au bombardement de deux de ses installations le 14 septembre et elle aura complètement renoué avec ses volumes de production en début de semaine prochaine, a déclaré lundi à Reuters une source informée de l’évolution de la situation.

La production sur le site de Khurais dépasse désormais 1,3 million de barils par jour et celle du site d’Abqaiq est d’environ 3 millions de bpj, a dit la source. Les attaques sur ces deux sites ont réduit de plus de moitié, soit 5,7 millions de bpj, la production de pétrole de l’Arabie saoudite.

Découverte de gaz naturel « en abondance » au Maroc

bladi.net – 22/09/2019

© Copyright : DR

Chariot oil & Gas ltd dispose d’un potentiel “pour un projet important et de grande valeur, susceptible d’avoir une importance stratégique”. C’est ce que révèle un rapport commandé par la société sur la licence, Lixus, dans la région de Larache.

Bonne nouvelle pour Chariot oil & Gas ltd. Le rapport commandé sur la licence, Lixus, dans la région de Larache a confirmé le potentiel des puits “Anchois discovery” et “Anchois satellite”, ainsi que de cinq autres perspectives de puits, rapporte TelQuel. Selon le cabinet spécialisé, Netherland sewell & Associates inc, en charge de l’étude, ces résultats dépasseraient même toutes les prévisions.

Le potentiel avoisine les 2.000 milliards de pieds cubes de gaz naturel récupérables, répartis sur cinq perspectives de la licence, Lixus. “Le rapport a également révélé un potentiel d’un trillion de pieds cubes de gaz sur le permis Anchois”, a fait savoir la compagnie britannique, dans un communiqué. Ces estimations vont au-delà de celles annoncées par la compagnie en juin dernier.

Pour Larry Bottomley, Directeur général de la société gazière, il s’agit d’une capacité de production “intéressante”. Cela représente un point crucial, notamment, dans un “marché de l’énergie en forte croissance, caractérisé par des prix du gaz élevés et un besoin accru d’approvisionnement”, a-t-il indiqué.

Maroc : les sodas et les boissons plus chers en 2020

bladi.net – 21/09/2019

© Copyright : DR

La Taxe intérieure de Consommation (TIC) sur les sodas et les boissons sucrées connaîtra une hausse dès janvier 2020, mais ce ne sera pas le cas pour la TVA.

La Taxe intérieure de Consommation (TIC) sur les sodas et les boissons sucrées sera indubitablement revue à la hausse dès l’année prochaine, d’après les révisions contenues dans le projet de loi de finances. Il ne reste qu’une dernière étape à franchir pour que cette hausse soit effective en 2020.

L’Economiste rappelle que ces boissons avaient été soumises à une hausse de la TIC de 50% au 1er janvier 2019, en raison d’une action de prévention contre les conséquences sanitaires liées au sucre.

De même, la taxation progressive de nouveaux produits en fonction de leur teneur en sucre s’explique par des questions de santé publique. En tout, près de 2,5 millions de personnes souffrent du diabète dans le Royaume.

Selon une étude réalisée par le Haut-commissariat au Plan en 2016, 10 millions de Marocains étaient en surpoids, dont 3,6 millions en situation d’obésité morbide.

Le journal fait également observer par ailleurs que la loi de finances 2020 pourrait induire la convergence des taux de TVA vers deux, voire trois tarifs : 0%, 10 et 20%. Aussi, certains produits soumis aujourd’hui à une TVA à l’importation de 14% pourraient-ils, soit passer à 20%, soit baisser à 10%.

Ceux qui sont à un taux de TVA de 7% pourraient, soit bénéficier du taux zéro, soit passer à 10%. La suppression de certaines exonérations pourrait également intervenir conformément aux recommandations des assises fiscales.

En ce qui concerne les droits d’importation, ils connaîtront des modifications, lesquelles permettront de protéger la production locale et de favoriser l’industrie en baissant le tarif pour certains intrants.

Faillite de Thomas Cook : Des pertes attendues pour les hôteliers marocains

par

 

C’est confirmé très tôt ce lundi 23 septembre 2019 : le deuxième plus grand tour opérateur britannique est en faillite.

Le groupe Thomas Cook, qui a vu le jour en 1841 au Royaume-Uni, n’a pas pu résister à la concurrence acharnée des sites de voyage à bas prix qui ont poussé comme du champignon sur Internet mais aussi de la frilosité de touristes inquiets du Brexit. Comme sur d’autres destinations touristiques du monde entier, la chute du voyagiste britannique ne sera pas sans conséquence pour les hôteliers et prestataires marocains qui font actuellement leurs comptes. Joint par téléphone ce matin, Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), indique qu’ils sont actuellement en réunion de crise pour faire le point sur la situation.

Pour rappel, Thomas Cook envoie chaque année plus de 70.000 clients vers le Maroc contre 150.000 en Tunisie où les opérateurs ont déjà fait leur compte. Ces derniers, à travers l’Union nationale de l’industrie hôtelière (UNIH), l’un des deux groupements des hôteliers tunisiens, ont estimé les pertes à environ 200 millions de dinars, soit 60 millions d’euros pour l’ensemble des hôteliers. « Nous serons certainement très loin de ce montant-là. De toute manière, nous allons communiquer après sur la question », tempère Kabbaj. Il faut dire que le marché anglais représente le premier marché émetteur des hôteliers tunisiens avec une augmentation à trois chiffres en 2019.

Au Maroc, le tour-opérateur indépendant le plus vieux du monde adresse généralement ses clients vers Marrakech et Agadir. A l’instar des accords contractuels liant les hôteliers aux tour-opérateurs, le groupe britannique ne règle ses factures que dans des délais de 60 à 70 jours, soit ce qui pourrait être le retard de paiement. D’ailleurs, la faillite du voyagiste contraint les autorités britanniques à organiser le rapatriement des 600.000 clients de Thomas Cook en vacances dans le monde. Tout au long du week-end, des clients, dont certains à partir de Marrakech, se demandant comment ils allaient rentrer chez eux, ont déversé leurs frustrations sur les réseaux sociaux.

Un réseau de trafic de drogues dures démantelé à Agadir

bladi.net – 22/09/2019

© Copyright : DR

La police d’Agadir a arrêté quatre individus impliqués dans un réseau international de trafic de drogue. Ces arrestations ont été possibles, suite à des informations fournies par la Direction générale de la Surveillance du territoire (DGST). C’est donc au cours de deux opérations séparées, sur la base de ces informations, que les enquêteurs ont saisi plus d’1,7 tonne de Chira et 700 comprimés d’ecstasy.

Quatre individus ayant des antécédents judiciaires ont été freinés par les éléments de la Direction générale de la Surveillance du territoire (DGST) d’Agadir, alors qu’ils s’apprêtaient à déverser dans les rues de la ville de grosses quantités de drogue et de psychotropes, pour commercialisation.

Deux d’entre eux, selon Al Akhbar, sont membres d’un réseau international de trafic de drogue. Pour des sources proches de la Sûreté de la wilaya, les services de la police ont, grâce à des renseignements fournis par la DGST, mené deux opérations distinctes.

La première, effectuée le samedi 14 septembre dernier, a permis l’arrestation de deux individus âgés de 41 et de 42 ans, qui avaient en leur possession 1,630 tonne de Chira, ainsi qu’une importante somme d’argent. Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue et devaient être présentés devant le Parquet général, le mardi 17 septembre.

La deuxième descente opérée par la police, le même jour, était cette fois-ci destinée aux responsables du trafic de drogue et de psychotropes. Une opération qui a permis d’arrêter deux individus âgés, tous les deux, de 24 ans, en possession de 520 comprimés d’Ecstasy.

Al Akhbar rapporte que les deux mis en cause ont été aussi placés en garde à vue pour complément d’enquête sous la supervision du Parquet, afin de déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire et d’interpeller tous ceux qui sont impliqués dans ce réseau criminel.

AGADIR : QUAND DÉCHETS ET CHIENS ERRANTS RENDENT LA VILLE MOINS VIVABLE

par Mohand Oubarka – le360.ma – 22/09/2019

cover: الأوساخ والكلاب الضالة تجتاح مدينة أكادير

 

La ville considérée comme la première destination touristique du royaume souffre de mille maux. Loin de la carte postale, la situation environnementale de la capitale du Souss interpelle.

Agadir est une belle ville. Merveilleuse. Et nul ne peut en douter. Cependant, comme de nombreuses villes du royaume, Agadir est en proie à d’énormes difficultés, environnementales d’abord.

«Les points noirs sont nombreux dans la ville. Les agents de propreté nettoient certaines places et en négligent d’autres. On a l’impression que leur travail se fait occasionnellement et non de manière continue», regrette Mustapha Andama, acteur associatif.

Pour sa part, Mohamed Bakiri, premier vice-président de la commune urbaine d’Agadir impute cet état de fait à des événements occasionnels (comme l’été et Aïd Al-Adha) en plus du comportement «inadéquat »de citoyens, ne souciant pas de l’environnement.

Plus de 1000 tonnes de déchets sont collectés chaque année dans la capitale du Souss. D’énormes efforts sont déployés pour sauvegarder l’environnement dans la ville. Mais est-ce suffisant?

«Il n’existe aucune carence en ce qui concerne le travail du Conseil de la ville. Nous faisons de tout notre mieux pour maintenir l’équilibre environnemental», plaide Bakiri, reconnaissant tout de même l’existence de points noirs et regrettant le manque de moyens humains.

Et comme si cela ne suffisait pas, la multiplication des chiens errants ajoute au dilemme des Gadiris. «On a beau demander aux responsables de palier ce problème qui menacent surtout nos enfants, en vain. Ils arguent qu’ils manquent de moyens alors que nous leur avons proposé des solutions idoines pour y remédier», regrette Mustapha Andama.

Des concitoyens, interviewés par Le360, n’ont pas manqué d’afficher leur indignation quant à la dégradation de l’environnement dans leur ville.

Force est de reconnaître qu’il n’est plus permis de faire la politique de l’autruche, ni de verser dans les discours démagogues.
La situation exige des responsables de voir la réalité en face, mais surtout pas se renvoyer la balle.

%d blogueurs aiment cette page :