Dar Si Hmad, spécialiste de la collecte d’eau de brouillard, célèbre le brouillard dans un cocréation artistique.

Depuis octobre 2018, le projet CloudFisher, mené en partenariat avec la Wasserstiftung, la Fondation de l’Eau Allemande, a été conclu avec la fin de la construction des 1700 m² de filets CloudFisher®.
À cette occasion, l’artiste acousticien Kalle Laar a installé sur un des filets, un nouvel instrument de musique, le « Cloud Space ».
Cette installation unique est composée d’un tube et de cordes résonnant avec le vent. Un micro permet d’enregistrer et d’écouter les sons ainsi créés par l’énergie éolienne et la poésie naturelle de notre monde.
Le vent et le brouillard deviennent les auteurs de variations musicales quasi-hypnotiques. Plus qu’une source d’inspiration, le paysage devient lui-même un musicien de l’orchestre.

À la fois pour célébrer le succès technique et social des CloudFisher® et pour attirer de nouveau l’attention aux problématiques globales environnementales, un musicien allemand a rejoint, au cours de la résidence artistique “Fog & Sound”, par le Raïs Amazigh Belmouden, l’architecte paysagiste Christophe de Saint-Just-Verhaegen, la réalisatrice Fatima Zohra El Ahed et le spécialiste du film d’animation Amine Dedouche.
Ensemble, cet orchestre créatif s’engagera dans une co-création aux multiples facettes, une fusion sonore et visuelle présenté en fin de résidence lors d’un spectacle à l’Institut Français d’Agadir.

Avec ce projet de l’art écologique, l’association veut attirer l’attention du public sur la problématique du milieu rural marocain dans les zones désertiques et sur le patrimoine amazigh des poètes-chanteurs Rwaïss de la région. La mise en place d’une adduction d’eau potable dans une quinzaine de douars des vallées autour de Boutmezguida a permis une renaissance de plus d’une centaine de foyers, et l’association veut désormais mettre en valeur les us locaux et souligner l’importance de l’art et de la culture.

 

Double meurtre d’Imlil : La peine de mort confirmée en appel pour les trois principaux accusés

yabiladi.com – 31/10/2019


L’une des personnes condamnées dans le cadre du procès du double meurtre terroriste d’Imlil. / Ph. Fadel Senna – AFP

La Chambre criminelle (2ème degré) chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel à Salé a confirmé, mercredi soir, la peine de mort prononcée en première instance contre les trois principaux accusés pour le meurtre des deux touristes scandinaves dans la région d’Imlil, dans la province d’El-Haouz.

La Cour a également décidé de commuer en peine capitale la condamnation à la prison à perpétuité contre l’un des individus poursuivis dans cette affaire.

La juridiction a en effet confirmé la peine capitale pour Rachid Afatti, Younès Ouziad et Abdessamad Eljoud, alors qu’Abderrahmane Khiyali a été condamné à mort, sachant qu’il avait écopé en première instance d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

En outre, elle a confirmé les jugements déjà prononcés contre les autres accusés, condamnés à des peines allant de cinq à 30 ans de prison ferme, tout en portant de 15 à 20 ans d’emprisonnement la peine à l’encontre de Abdesslam Idrissi.

L’avocat Khalid Fattaoui, qui représentait l’une des victimes, a mis en avant le bien-fondé des verdicts rendus dans l’affaire, soulignant qu’ils sont proportionnels avec les crimes commis par les accusés.

La Cour, a-t-il dit, a assuré toutes les garanties de la défense pour toutes les parties tout comme elle s’est basée dans ses décisions sur les preuves présentées et le déroulement des débats.

Les accusés étaient poursuivis pour «constitution d’une bande pour préparer et commettre des actes terroristes, atteinte à la vie de personnes avec préméditation, possession d’armes à feu et tentative de fabrication d’explosifs en violation de la loi, dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’ordre public».

Les accusés disposent d’un délai de 10 jours pour interjeter recours contre les jugements en appel devant la Cour de cassation.

VOICI LES DERNIÈRES FÊTES CHÔMÉES AU MAROC POUR 2019

Par Khalid Mesfioui – le360.ma – 03/11/2019

Jours fériés

© Copyright : DR

Trois fêtes, l’une religieuse et les deux autres nationales, restent à célébrer durant l’année en cours.

Aïd Al Mawlid Annabaoui sera célébré le 10 novembre, comme annoncé par le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Le 44e anniversaire de la Marche Verte coïncidera avec le mercredi 6 novembre, tandis que la fête de l’Indépendance a lieu le lundi 18 du mois même mois.

Fêtes religieuses
Dimanche 10 novembre : Aïd Al Mawlid.

Fêtes nationales
Mercredi 6 novembre 2019 : Anniversaire de la Marche Verte.

Lundi 18 novembre 2019 : Fête de l’Indépendance.

Libertés individuelles : El Othmani sonne la mobilisation contre les recommandations du CNDH

Par Mohamed Deychillaoui – m.le360.ma – 03/11/2019

El Othmani

Quelques jours seulement après la présentation des recommandations du Conseil des droits de l’Homme visant à amender le Code pénal en vue de garantir plus de liberté individuelle, le chef du gouvernement monte au créneau. Pas question pour lui de dépénaliser quoi que ce soit.

Le débat sur les libertés individuelles est plus que jamais d’actualité au Maroc. L’affaire Hajar Raissouni, une journaliste condamnée pour avortement illégal présumé, puis sauvée de la prison par une grâce du roi Mohammed VI, a relancé le débat sur la nécessaire dépénalisation de l’avortement. Mais pas seulement, puisque le CNDH vient de présenter au Parlement, le 29 octobre dernier, un mémorandum qui préconise une réforme du code pénal marocain en vue de le nettoyer de certaines scories qui entravent la liberté des Marocains, relativement notamment à l’avortement, au viol conjugal, à l’atteinte aux mœurs, à la liberté de conviction.

Selon le quotidien Al Akhbar, dans son édition du lundi 5 novembre, le Conseil national du Parti de la justice et du développement a consacré l’essentiel de sa réunion de samedi dernier, à Rabat, à la discussion des  «quatre recommandations» d’Amina Bouayach. Saâd-Eddine El Othmani a ainsi répondu que le PJD n’accepterait jamais d’aller à contre-courant de ses «principes basés sur l’Islam»  ni sur ce qu’il appelle les «fondamentaux des Marocains».

Selon le chef du gouvernement, la position officielle du Maroc sur l’avortement a déjà été clairement exprimée lors du débat national qui a précédé la réforme du code pénal actuellement en vigueur dans le pays. Pas question donc de «retourner en arrière», tonne-t-il.

Pour sa part, Al Ahdath Al Maghribia estime qu’El Othmani est en train de sonner la mobilisation politique pour contrer les dépénalisations préconisées par les recommandations du CNDH. En ce qui concerne l’avortement en particulier, le chef du gouvernement a affirmé, pour justifier son rejet de ces recommandations, que le débat est clos car «il y a déjà eu un accord grâce au travail de la commission tripartite comprenant le CNDH, le ministère des Affaires religieuses et celui de la Justice, sous la supervision royale».

Pour claquer davantage la porte devant le CNDH, El Othmani l’a appelé «à discuter plutôt de choses beaucoup plus importantes pour l’amélioration du quotidien des citoyens», selon des propos rapportés par Al Ahdath, avant de conclure: «Nous ne permettrons pas la réouverture de ce débat, et nous n’y serons pas partie prenante».

Une nouvelle guerre est donc ouverte entre le PJD et le CNDH, écrit pour sa part Akhbar Al Yaoum, dans son édition de ce 4 novembre. Selon ce quotidien, le patron du PJD a appelé les parlementaires, ainsi que les militants du parti de la Lampe, à rester «confiants», car rien ne changera, même si certains, selon lui, «tentent de faire revenir les pendules au point zéro»

Festival international du safran : la production annuelle est estimée à 6,5 tonnes

2M.ma – 03/11/2019
Résultat de recherche d'images pour "festival international du safran"

Le coup d’envoi de la 13e édition du festival international du safran, placée cette année sous le thème « le safran de Taliouine, leader des produits du terroir et levier de développement rural », a été donné vendredi à Taliouine (province de Taroudant).

Cette édition est marquée par l’organisation d’une foire de produits du terroir, dont un grand stand dédié aux coopératives œuvrant dans la valorisation du Safran, très connu dans la région du Haut-Atlas.

La foire comprend également d’autres stands destinés aux produits de l’artisanat et ceux naturels comme l’argan, les dattes, le henné, l’ail, les roses aromatiques, le miel et les plantes médicinales.

Lors du coup d’envoi de cette 13e édition, le directeur de l’office régional de mise en valeur agricole d’Ouarzazate, Saleh Aghzaf a indiqué qu’ « a la faveur du Plan Maroc Vert, plus de 1780 hectares sont destinés à la culture du safran, et la production annuelle est estimée à 6,5 tonnes ».

Au menu de ce festival figurent aussi des spectacles, des compétitions sportives et des ateliers de formation au profit des agriculteurs du safran pour renforcer leurs compétences en matière de valorisation et de commercialisation de cette matière.

Ce festival est devenu un rendez-vous annuel pour la commercialisation de cette plante utilisée non seulement dans le domaine culinaire, mais également dans la fabrication de remèdes médicinaux et de beauté.

AMSKROUD: UN AUTOCAR COMPLÈTEMENT RAVAGÉ PAR LE FEU

par Mohand Oubarka – le360.ma – 03/11/2019

Amskroud-autocar-incendie

Autocar ravagé par le feu à Amskroud, dimanche 3 novembre 2019. © Copyright : DR

Un autocar en provenance d’Inezgane à destination de Casablanca a été complètement ravagé par le feu. L’incident, qui s’est produit tôt ce matin du dimanche 3 novembre à Amskroud, a causé une grosse frayeur chez les passagers. Détails.

La commune rurale d’Amskroud relevant de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane, dans la région de Souss-Massa, a été ce dimanche le théâtre d’un incident inouï.

Un autocar transportant quelque 50 passagers, en provenance d’Inezgane vers de Casablanca, a été soudainement pris par le feu. Selon le correspondant sur place de Le360, les passagers ont senti une odeur «étrange». Ils ont ainsi demandé au conducteur de s’arrêter pour en vérifier l’origine. Ce dernier a répondu à leur demande.

«C’est ainsi qu’on a découvert que le moteur avait pris feu. Les passagers, dans un état de choc, sont rapidement descendus du véhicule, prenant leurs affaires», rapportent des témoins de l’incident.

Il a fallu peu de temps pour que tout l’autocar soit complètement calciné. Heureusement qu’il n’y avait pas de blessé.

Alertés, les éléments de la Protection civile et de la Gendarmerie royale ainsi que les autorités locales sont arrivés sur les lieux. L’incendie, dont on ignore pour le moment l’origine, a été maitrisé.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l’incendie.

 

AGADIR : LA KASBAH, UN PATRIMOINE NATIONAL EN DÉGRADATION

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 03/11/2019

Lieu de mémoire, patrimoine national protégé (???) et site touristique des plus prisés, la Kasbah d’Agadir Oufella subit l’usure du temps. L’effondrement d’une partie de sa porte principale suscite crainte et indignation des habitants et acteurs de la société civile. Voici leur appel.

Et que fait la Mairie ?
Rien, elle doit attendre que ça se répare tout seul !