Un nouveau chapitre de l’histoire d’Agadir : la Reconstruction

Après toutes les études sur les quartiers d’Agadir (que vous pouvez trouver tout en bas de la page d’accueil de ce blog) une nouvelle page vient de s’ajouter : la reconstruction (1960-1974).
cliquez sur la photo ci-dessous pour accéder à l’avant-propos de Marie-France Dartois et vous y trouverez à la fin, le lien pour accéder à ce nouveau chapitre de l’histoire d’Agadir.

44ème Anniversaire de la Marche Verte – Le général El Kanabi et les arcanes de la Marche verte

Mohamed Jaouad EL KANABI – fr.hespress.com – 05/11/2019

Le général El Kanabi et les arcanes de la Marche verte

Le Royaume du Maroc célèbre ce mercredi, le 44è anniversaire de la Marche Verte. En effet, le 16 octobre 1975, Feu Hassan II prononçait un discours historique qui appelait le peuple marocain à entreprendre une longue marche pacifique vers le Sud pour libérer le Sahara marocain de l’occupation espagnole.

Elle a pour nom la Marche verte et c’est une épopée glorieuse qui consistait à parachever l’intégrité territoriale du Royaume. Cet événement sans précédent s’inscrit dans l’histoire du 20e siècle. La Marche verte rassemblera 350.0000 volontaires dont 30.000 femmes venus de tous les coins du Maroc afin de mettre fin pacifiquement au joug espagnol et ce sans avoir eu le moindre recours à la violence avec un drapeau et un Coran. « 350.000 cela correspond au nombre de naissances annuelles au Maroc. J’ai pensé qu’il m’était permis d’engager la moisson solennelle que Dieu nous donne pour ramener à la Patrie une terre que nous n’avons jamais oubliée », avait expliqué Feu Hassan II.

Initié de main de maître par Feu Hassan II, ce coup de génie royal illustre la forte cohésion et l’acte de foi entre le Trône et le peuple ainsi que l’unanimité autour des constantes et des valeurs sacrées de la nation marocaine.

Mais avant de lancer l’appel à cette Marche, Feu Hassan II avait auparavant reçu l’assurance par la Cour Internationale de Justice de La Haye (CIJ) que le Sahara n’a jamais été « terra-nullius » et qu’il y avait des « liens juridiques d’allégeance » entre ce territoire et le Royaume du Maroc. La CIJ donnait même la confirmation de l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies.

Les coulisses d’un coup de génie

Cette acte glorieux et sans précédent dans l’histoire moderne, imaginé par le défunt roi a été longuement préparé en coulisse si l’on peut s’exprimer ainsi. Peu de personnalités ont été mises dans le secret, seuls quelques hauts responsables et commis de l’Etat avaient été mis dans la confidence. Et après avoir prêté serment, l’équipe soigneusement choisie par Feu Hassan II, s’attela à préparer un événement qui consistait à permettre à plus de 350.000 volontaires civils (700.000 personnes inscrites sur les listes) de traverser des frontières fictives et de récupérer un territoire ayant toujours fait partie intégrante du Maroc.

Le Général de Division Nourdine El Kanabi de la Gendarmerie Royale, aujourd’hui à la retraite, faisait partie d’un happy few, mis au parfum de cet événement. Il a bien voulu témoigner et donner à Hespress FR quelques détails à propos de cette glorieuse Marche verte.

« Un mois et demi environ avant ce grandiose événement, Hassan II, nous a fait prêter serment et chacun d’entre nous a été investi d’une mission. L’opération a été bien mûrie par le défunt roi jusqu’au moindre détail. Il avait fait tout le tour de la question, rien ne lui avait échappé », nous explique-t-il.

Garantir la sécurité des volontaires

Et de poursuivre: « après, on n’avait eu qu’à exécuter minutieusement les directives royales et tout est passé comme une lettre à la poste. En fait, notre mission à chacun consistait à mettre dans les meilleures conditions sécuritaires les 350.000 Marocains appelés à marcher vers notre Sahara. Cela impliquait du lourd et tout a été mis en œuvre pour ce faire (logistique ravitaillement transport etc.). Les marcheurs ne devaient manquer de rien, c’était une consigne royale sine qua non ».

Notre interlocuteur précise qu‘ »à l’exception du cercle restreint tenu au secret, les premiers à avoir été mis au courant de l’opération ont été les gouverneurdu Royaume. Chaque province devait accompagner avec toute la gouvernance (Autorités, Gouverneurs, Caïds, Gendarmerie, Forces auxiliaires, Police, unités des Forces Armées Royales, Médecins ainsi que la représentation de chaque département ministériel etc.) et le nécessaire (matériels disponibles, produits de consommation, moyens de transport, cars et camions, moyens d’hébergement, tentes et couvertures, médicaments…) ses volontaires inscrits ».

Une formation du personnel mis à contribution était nécessaire. Le Général El Kanabi souligne à ce propos: «En un laps de temps réduit, on a dû former des agents auxiliaires, au civisme, au patriotisme et à l’encadrement sans qu’ils ne sachent rien de ce qui se tramait jusqu’au jour du discours du 16 octobre annonçant la Marche où ils furent informés comme tous le Marocains ».

« Une fois la préparation terminée et l’annonce de cet événement, il fallait le mettre à exécution et à la perfection. Feu Hassan II fit de Marrakech une capitale momentanée du Royaume et elle fut le point de départ de cette glorieuse Marche avant que convois et marcheurs ne convergent vers Agadir premier camp de transit puis Tarfaya première étape de la marche et qui pour l’événement devint le plus grand bivouac du monde », fait-il noter.

Une organisation minutieuse

Des délégations de pays frères et amis ont également pris part à cette glorieuse épopée, (Arabie Saoudite, Gabon, Jordanie, Qatar, Émirats Arabes Unis, Sénégal, Oman, Soudan…), ainsi que des personnalités influentes de l’époque. Durant douze jours, dix trains quotidiens vont conduire les volontaires vers Marrakech avant que ces derniers ne soient acheminés par camions vers les bivouacs de Tan Tan et Tarfaya.

« Les campements étaient disposés en rectangle par province que les camions délimitaient (villes quartiers ou douars de cette dernière restaient distinctes). Il y avait une grande place au milieu pour les rassemblements. Chaque jour une province en invitait une autre c’était l’occasion aux échanges socioculturels (danses chants et contes auprès des feux de camp rythmaient les soirées). L’ambiance était bon enfant et l’on n’a pas eu d’incidents à déplorer. Au contraire il y eut même des mariages, des naissances et baptêmes… », se remémore notre interlocuteur.

Le Jour J, c’est depuis le PC opérationnel de la Gendarmerie Royale d’Agadir que Feu Hassan II par cette phrase historique à son Premier ministre de l’époque, a ordonné que soit la Marche verte : « Par Dieu qui la meut et qui l’arrête, Osman en avant ». Il était sept heures du matin et non neuf heures comme beaucoup l’ont pensé.

« La suite, met en avant Général El Kanabi, c’est un cortège de 350.000 marcheurs dont 30.000 femmes qui s’ébranla de Tarfaya pour une marche à l’intérieur du Sahara de quelques jours vers Tah et la ligne fictive derrière à quelques kilomètres avant que Hassan II n’ordonne le retour des marcheurs. Il avait été convenu je suppose avec l’Espagne et la France de ne pas franchir cette frontière chimérique, les deux pays, étaient au courant de cette glorieuse marche et avaient accédé à la demande du défunt monarque, à condition qu’elle soit pacifique. D’ailleurs pour son premier voyage vers les provinces du sud récupérées, Hassan II y fit une escale et y pria longuement ».

Pour notre témoin, « cette marche qui témoigne de l’ingéniosité de notre roi unificateur qui de manière civilisée et pacifique a permis la récupération de nos provinces du Sud, a réussi d’autre part à réconcilier la famille politique marocaine avec elle-même. Feu Hassan II a remis également l’armée sur les rails. Il ne faut pas oublier que le Maroc venait d’essuyer deux coups d’état militaires et l’armée en avait été en plus d’être décimée, livrée si l’on peut dire à elle-même. C’est ce qui explique d’ailleurs les quelques revers du début du conflit avec le Polisario. Ce dernier en plus de l’appui sur le terrain de l’armée algérienne, avait bénéficié d’armes super sophistiquées fournies par la Libye de Mouammar Kadhafi, dont nous ne possédions pas l’équivalence ».

« Pour ce qui est de l’armée algérienne après les fameuses batailles d’Amgala, nous avons encerclé nombre d’éléments et Houari Boumedienne ne s’en était tiré qu’après que Housni Moubarak, alors vice-président de l’Egypte, eut négocié toute une nuit durant une sortie honorable et ce n’est qu’au petit matin, que Feu Hassan II, la lui consentit », ajoute le général retraité.

Et de conclure sur une anecdote: « Housni Moubarak, alors jeune officier, avait été fait prisonnier pendant la guerre des sables. Feu Hassan II en visite en Egypte le ramena avec lui pour le livrer à Gamal Abdel Nasser ».

L’Autorité de Tanger Med présente le «Port Community System» aux exportateurs agroalimentaires d’Agadir

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 05/11/2019

L’Autorité de Tanger Med présente le «Port Community System» aux exportateurs agroalimentaires d’Agadir

Gestion dématérialisée de la procédure d’export

L’Autorité portuaire de Tanger Med (TPMA) a organisé récemment à Agadir une journée de communication au profit des exportateurs agroalimentaires présents dans la région Souss-Massa, sous le thème «Tanger Med, plate-forme au service de l’export marocain», et ce pour présenter les avantages qu’offre désormais son portail «Port Community System».

Près d’une centaine d’invités ont répondu présent dont des représentants de la Fifel (Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d’exportation des fruits et légumes), des représentants d’associations professionnelles, la Chambre de commerce et d’industrie d’Agadir, les compagnies maritimes, des représentants des principales sociétés de transport et de transit de Tanger Med et de la région d’Agadir, et des représentants du port d’Algésiras.

L’objectif de cette journée a été de présenter les principaux axes de l’offre de fret Tanger Med ainsi que les différents projets relatifs à la dématérialisation des procédures portuaires dont le lancement d’une nouvelle phase dans l’accompagnement des exportateurs dans le cadre du partenariat avec Foodex. Pour rappel, les exportations marocaines des produits agroalimentaires pour la campagne 2017-2018 se sont élevées à 2,9 millions de tonnes. Tanger Med a traité en 2018 près de 2 millions de tonnes de produits exportés par camion TIR et 8 millions de tonnes de produits par conteneurs transbordés.

Pour accompagner ce flux, Tanger Med a lancé une infrastructure dédiée à l’export «Export Access». Cette zone permet de traiter jusqu’à 2.100 unités fret par jour. Elle permet une dématérialisation de la procédure d’export, une fluidité du traitement du trafic camions à l’export ainsi qu’un temps de transit à l’export en 2 heures. Pareillement sur le volet digital, Tanger Med continue de développer son «Port Community System» aux standards internationaux, afin de le renforcer en services dédiés à améliorer la compétitivité des exportateurs marocains. Une nouvelle étape vient d’être franchie grâce au partenariat avec Morocco Foodex pour la facilitation des exportations marocaines pour les produits agroalimentaires.

Cette nouvelle solution permettra une gestion dématérialisée de la procédure d’export des produits agroalimentaires, suivant les exigences de Morocco Foodex, et ce depuis les stations de conditionnement, de stockage et de fabrication des produits à travers tout le Royaume.

A titre d’exemple, un exportateur d’agrumes de la région d’Agadir pourra, grâce à ses comptes d’accès que ce soit dans le portail Morocco Foodex ou dans le «Tanger Med Port Community Sytem», faire sa demande de certification de conformité de ses produits à l’export, de consulter les résultats de contrôle délivrés par Morocco Foodex, et de générer de façon dématérialisée le certificat d’inspection de ses exportations, et ce depuis son site de production.

LGV Casablanca-Agadir : la réponse « à grande vitesse » d’Amara

par Jassim Ahdani – fr.hespress.com – 05/11/2019

LGV Casablanca-Agadir: la réponse « à grande vitesse » d’Amara
Le ministre de l’Equipement, des transports, de la logistique et de l’eau était lundi au parlement pour répondre aux questions orales des députés de la première Chambre. Il a notamment été interrogé sur le projet d’extension de la Ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca vers Agadir, à 460 kilomètres plus au sud.

Sur une question du groupe du Rassemblement constitutionnel quant à l’avancement du projet, Abdelkader Amara a déclaré que les études techniques du Train à grande vitesse (TGV) pour relier Marrakech à Agadir par une voie ferrée « prendront des années ».

Le responsable gouvernemental a fait savoir qu’en ce qui concerne ce tronçon (Marrakech-Agadir) « il existe un protocole d’accord avec un pays étranger ». En ce sens, une source proche du ministre a expliqué à Hespress FR qu’il s’agit d’un mémorandum signé avec une société française, mais que « l’ampleur du projet, notamment dans son volet études et prévisions requiert une discrétion dans le travail ».

Abdelkader Amara a pour sa part précisé que ce grand chantier qui devrait rallier pour la première fois la ville d’Agadir au réseau national de chemin de fer« rentre dans le cadre du programme ferroviaire 2040. Mais encore une fois, nous n’avons pas encore de données précises ». Il a conclu en déclarant que « nous sommes en phase d’études techniques et détaillées qui peuvent prendre plusieurs années. Je vous le dis pour que les députés cessent de nous demander où en est l’avancement du projet ».

AIR ARABIA. LA BASE D’AGADIR SUSPENDUE

par Yassine Saber – leseco.ma – 05/11/2019

La base aérienne lancée par Air Arabia en octobre 2017 a été suspendue. De ce fait, la station balnéaire vient de perdre 14 rotations hebdomadaires, soit l’équivalent de 7 vols directs.

Coup dur pour la destination Agadir. Deux ans après sa mise en activité, la base aérienne lancée par Air Arabia en octobre 2017 a été suspendue. De ce fait, la station balnéaire perd 14 rotations hebdomadaires, soit l’équivalent de 7 vols directs au départ d’Agadir vers les aéroports internationaux de Munich, Cologne, Copenhague, Dublin, Manchester, Stockholm et Toulouse. Au total, ces destinations touristiques ne sont plus ouvertes à la vente sur le site de la compagnie aérienne à bas coût. De quoi dire que cette annulation est bien le fait de raisons de rentabilité économique et de faible taux de remplissage. Elle concerne quatre principaux marchés émetteurs de touristes à destination d’Agadir (Allemagne, Royaume-Uni en plus des marchés scandinave et français). En effet, le taux de remplissage d’une moyenne inférieure à 50% ne permettait pas de garder cette base aérienne.

Le contrat arrive à son échéance
C’est pourquoi le contrat avec Air Arabia (membre adhérent au CRT d’Agadir Souss-Massa) n’a pas été renouvelé. Ladite base devrait injecter un volume de 149.292 sièges additionnels pour booster les arrivées touristiques à Agadir et contribuer à la croissance du trafic de l’Aéroport Agadir Al Massira. En comparaison avec les deux années du lancement de la base, les arrivées touristiques dans les hôtels classés de la destination Agadir n’ont augmenté que de 72.730 et 132.156 ressortissants en 2017 et 2018. Dans ce sens, les flux ont évolué de 912.862 en 2016 à 985.592 touristes en 2017 pour se situer à 1.117.748 ressortissants en 2018 y compris les touristes nationaux, arabes et d’autres ressortissants étrangers. Ces trois derniers ne sont pas desservis par la base aérienne.

Le marché a été attribué suite à un AMI
Pour rappel, c’est à l’issue de l’appel à manifestation d’intérêt (voir leseco.ma) lancé en juillet 2016 par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) que le marché a été attribué à Air Arabia en tant que prestataire de services pour la réalisation de cette 6e base aérienne après Casablanca, Tanger, Nador, Marrakech et Fez. Suite à l’annonce faite en avril 2017 relative à la création de la nouvelle base d’Agadir, Air Arabia Maroc a déployé un important arsenal promotionnel autour de la destination Agadir et des sept dessertes européennes. Ce plan d’action a été marqué par une série de présentations aux professionnels en Allemagne, Royaume-Uni, Danemark, Suède et France en plus de l’organisation de voyages de presse et d’Eductours en faveur de la presse européenne et des tours opérateurs allemands, irlandais, français et scandinaves. À cela s’ajoute une campagne publicitaire dans les pays émetteurs.

Un faible taux de remplissage
Mais malgré ces investissements, les prémices de l’échec de cette base ont débuté avec un faible taux de remplissage mais aussi avec la suppression au cours de cette année du vol reliant Agadir à Stockholm en plus des ajustements opérés pour les vols de Copenhague et Birmingham en raison de périodes de maintenance et de basses activités. Par ailleurs, les vols régionaux opérés par Air Arabia au départ d’Agadir vers Rabat, Tanger, Fès ne sont pas touchés car ils sont subventionnés dans le cadre de conventions de partenariat avec le Conseil régional Souss-Massa, le ministère du Tourisme et d’autres collectivités régionales. Le financement de ces vols a été maintenu au titre de l’exercice 2020 en faveur du secteur touristique de la part du Conseil régional Souss-Massa. Par ailleurs, d’autres lignes aériennes ont été desservies via l’ONMT au départ d’Agadir par les compagnies aériennes d’EasyJet, Transavia et Ryanair.

UN BATEAU PREND FEU ET COULE AU LARGE D’AGADIR, 12 MARINS ÉVACUÉS

leseco.ma – 05/11/2019

Une embarcation de pêche a pris feu la soirée de lundi au large d’Imesouan aux environs d’Agadir, le navire « Poissons du Sahara 6 » a coulé après avoir pris feu, les 12 membres de l’équipage ont tous été sauvés.

 

 

 

Une caravane médicale organisée par le Rotary club Agadir Taghazout Bay dans la province de Zagora

Communiqué de Mohamed Taoufik Ennassiri, transmis par Daniel Van Wylick et Anne Pochet

Zagora, 29/10/2019 (MAP) – Le Rotary club Agadir Taghazout Bay a organisé, du 26 au 31 octobre, une caravane médicale au profit des habitants de plusieurs villages de la province de Zagora leur permettant de bénéficier de consultations médicales et d’interventions chirurgicales dans les spécialités d’ophtalmologie et de santé bucco-dentaire.

Organisée en collaboration avec l’Ong belge « See and Smile » et le Rotary club de Zagora, cette initiative avait pour objectif de rapprocher les services médicaux dans les spécialités d’ophtalmologie et de santé bucco-dentaire des habitants de cette région du Maroc, notamment les catégories défavorisées.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Lors de cette caravane, initiée en partenariat aussi avec la Direction provinciale de la Santé à Zagora, les patients ont bénéficié d’examens médicaux gratuits au centre de santé du village Ouald Driss (Commune de M’Hamid El Ghizlane), ainsi que d’interventions chirurgicales à l’hôpital Derrak de Zagora, pour ceux d’entre eux atteints de la cataracte.

Le Rotary club Agadir Taghazout Bay organise chaque année une caravane médicale dans une région donnée du Maroc où les besoins en soins médicaux dans certaines spécialités médicales et paramédicales se font ressentir, a souligné Mario Tondat, responsable des actions internationales au sein du club.

Il a précisé, dans une déclaration à la MAP, que le choix a été porté cette année sur la province de Zagora avec cette caravane focalisée sur les pathologies ophtalmologiques, notamment la cataracte, ainsi que sur les maladies bucco-dentaires.

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

M. Tondat a relevé que cette opération est organisée en collaboration avec l’association belge « See and Smile », dont 14 ophtalmologues, chirurgiens-dentistes et chirurgiens-ophtalmologues ont fait le déplacement au Maroc pour prendre part à cette caravane.

Il a fait savoir que l’objectif est d’opérer une centaine de personnes de la cataracte durant la durée de la caravane et de faire bénéficier quelques 500 autres de soins bucco-dentaires.

Le Dr. Fernand De Wilde, ex-président de « See and Smile » et membre de son conseil exécutif, a souligné que l’initiative d’organiser cette caravane médicale a été prise en coordination avec le Rotary club Agadir Taghazout Bay qui se charge de l’ensemble des aspects logistiques liées à cette opération.

Il a fait savoir que l’équipe médicale ophtalmologique de « See and Smile » traite une centaine de patients par jour, dont 25 subissent des opérations de cataracte, précisant que la sélection des malades opérés se fait suivant la sévérité des cas.

M. De Wilde a indiqué que son Ong a apporté de Belgique les implants de cristallins utilisés dans les opérations de cataracte, ajoutant que l’association, qui a reçu l’aide de partenaires locaux, a pour objet d’aider le plus de personnes possible à retrouver une vue normale et à traiter leurs problèmes de santé bucco-dentaire.

Il a relevé qu’il s’agit de la cinquième participation de « See and Smile » à une caravane médicale du genre dans des zones reculées du Maroc, soulignant que l’association, créé en Belgique depuis 20 ans, rassemble des médecins de plusieurs spécialités.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Le président du Rotary club de Zagora, Ali Assahnoune, a souligné que cette caravane médicale ophtalmologique et bucco-dentaire s’inscrit dans la cadre des activités organisées au profit des catégories sociales défavorisées.

Il s’est félicité de la collaboration entre tous les partenaires ayant contribué à l’organisation de cette caravane médicale en vue d’assurer sa réussite.

Une petite visite chez Nadia au Boudoir du Linge

Un petit tour rue des Orangers, au Boudoir du Linge où Nadia, toujours aussi souriante nous accueillait avec Catherine Martineau :

Pour ce premier événement du Boudoir du linge, Catherine Martineau présentait ses bijoux de perles de culture et de beaux articles en Cashmere.
Un coup d’œil sur ce qui était présenté ce matin :

Les bijoux, argent, perles… présentés sur des étoles en cashmere

Sacs, cabas et ceintures en cuir de Catherine Martineau

Il est encore temps pour vous d’aller voir sur place : l’événement dure toute la journée et demain jusqu’à 20 heures !

 

 

Clôture en apothéose du Festival international Taragalte à M’hamid El Ghizlane

libe.ma – 05/11/2019

Clôture en apothéose du Festival international Taragalte à M'hamid El Ghizlane
La dixième édition du Festival international Taragalte, organisé à M’hamid El Ghizlane (ville sur l’oued Draa, au sud de Zagora) sous le signe: « Sagesse des dunes », s’est clôturée en apothéose, dimanche soir, aux rythmes de chants envoûtants interprétés par une pléiade d’artistes venus de divers horizons.  C’est ainsi que les « Samis », un groupe musical composé de nomades du nord de la Suède, ont entamé la soirée en chantant une ode à l’environnement, avant de passer le relai aux jeunes du groupe « Nojoum Sahra » pour enflammer la scène de Taragalte.
Originaires de M’hamid El Ghizlane, »Nojoum Sahra », accompagné d’un public survolté, ont interprété des chants dédiés à la mère, à l’amour et à la patrie. Le public était également au rendez-vous avec les « Amazigh blues », groupe qui a vu le jour en 2017, qui ont chanté la culture des Amazighs du Sud dans un style mêlant rock, blues et sonorités traditionnelles.  Par la suite, l’artiste algérien Kader Tahranine a été accueilli sur scène par un tonnerre d’applaudissements, avant de gratifier le public qui lui était acquis par ses meilleurs tubes comme « Tartit Anarha », « Adjih Alghalam », ou encore « Imanine ».
Talentueux musicien, Kader s’inspire de l’esprit touareg et de la profondeur du désert pour l’écriture de ses chansons. Il apporte une nouvelle touche au blues touareg depuis Tamanrasset au sud de l’Algérie.
Ce rendez-vous culturel international vise à préserver le patrimoine des nomades, célébrer la musique du monde, s’ouvrir sur la profondeur africaine du pays et soutenir l’économie locale à travers la mise en valeur des oasis de M’hamid El Ghizlan et de Drâa.
La 10ème édition du Festival international Taragalte a été l’occasion idoine de mettre en avant les potentialités et les talents des habitants locaux, notamment des artisans, des coopératives et des associations.

Taliouine fête le safran

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 04/11/2019

Taroudant fête le safran

La ville a vécu pendant trois jours au rythme du 13ème festival qui lui est dédié

La culture du safran joue un rôle socio-économique important, permettant la valorisation des terroirs des régions de production et génère un revenu supplémentaire aux populations rurales.

Sous l’égide du ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, l’association du Festival international du safran a organisé du 1er au 3 novembre la 13ème édition du Festival international du safran à Taliouine (région de Taroudant). L’organisation de cet événement est l’occasion de célébrer le développement de la culture du safran et de s’arrêter sur l’évolution et les performances réalisées par la filière depuis le lancement du Plan Maroc Vert. Il s’agit également de mieux faire connaître cette épice rare, à haute valeur commerciale, connue pour ses vertus médicinales, pour en faire un vecteur de développement socio-économique des populations locales.

Au programme de ce festival une foire mettant en valeur la production locale du safran ainsi que différents autres produits du terroir présentés par les coopératives de la région, des interventions scientifiques, des ateliers de formation et de sensibilisation, des événements artistiques en plus d’autres activités sportives et socioculturelles.

Cet événement consacré à la promotion du safran dans le cercle de Taliouine s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement de cette filière avec pour objectifs de promouvoir une identité propre pour le safran marocain.

En effet, la filière du safran bénéficie d’un appui et incitations de l’Etat dans le cadre du contrat programme safran conclu entre l’Etat et la Fédération interprofessionnelle marocaine du safran (Fimasafran) pour la période 2012-2020, qui prévoit l’augmentation de la surface plantée de 610 ha à 1.350 ha, le renforcement de la production, l’amélioration de la qualité, l’augmentation de la quantité du safran traité et conditionné ainsi que l’augmentation des exportations. Au Maroc, la culture du safran s’étend sur une superficie de l’ordre de 1.650 ha localisée essentiellement (plus de 95% des superficies cultivées au Maroc) au niveau de la région du Souss-Massa et concerne deux zones principales : la zone de Taliouine (province de Taroudant) et la zone de Taznakht (province d’Ouarzazate). La production du safran varie d’une campagne à l’autre en fonction des conditions climatiques. La demande du marché mondial en safran connaît une croissance continue.

Le Maroc est quatrième producteur mondial et l’Espagne et la Suisse sont les premières destinations du safran de Taliouine. La filière a connu la mise en place d’un label AOP, une certification qui permet de maintenir au niveau local une partie des profits réalisés et d’apporter aux consommateurs des garanties sur l’origine, la traçabilité et la qualité de ce produit du terroir.

La culture du safran joue un rôle socio-économique important, permettant la valorisation des terroirs des régions de production et génère un revenu supplémentaire aux populations rurales. C’est une plante qui s’adapte facilement aux conditions climatiques des zones arides et semi-arides et s’insère dans un système agropastoral de subsistance. Elle est même considérée comme culture alternative pour une meilleure diversification de la production agricole.

Atlas Tours élue meilleur vendeur de TUI-Fly au Maroc pour la saison 2018/2019

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 04/11/2019

Atlas Tours élue meilleur vendeur de TUI-Fly au Maroc pour la saison 2018/2019

Une reconnaissance du professionnalisme et de la qualité du travail de l’agence

Belle consécration pour l’agence de voyages gadirie Atlas Tours qui a été désignée meilleur vendeur au Maroc du voyagiste international TUI-Fly Group dont le siège est basé à Hanovre, en Allemagne. La remise du prix a été faite lundi à Agadir en grande pompe lors d’une cérémonie en présence des responsables du Groupe TUI, acteurs touristiques locaux et des personnalités publiques et privées.
Cette distinction récompense autant la progression des ventes que le service ou encore l’agressivité du marketing dont a fait preuve l’agence Atlas Tour durant l’année en cours, qui a été en lice parmi plus de 100 concurrents au niveau du royaume. Le prix a été attribué à cette agence suite à un processus d’évaluation long et difficile basé sur des normes internationales.

«L’agence Atlas Tours a réalisé cette année avec nous les meilleurs chiffres au niveau d’Agadir et de tout le Maroc avec presque 900 segments vendus. Ce qui nous fait énormément plaisir. Atlas Tours a prouvé que la vente des billets à travers une agence de voyages est toujours possible, et elle n’est pas l’apanage de l’Internet… Cette distinction est due au travail de cette très bonne équipe soudée et orientée vers le service», explique Mounir Bouchaibi, manager des ventes au sein de TUI-Fly. En effet, cette distinction constitue une reconnaissance du professionnalisme et de la qualité du travail de l’agence Atlas Tours, et de son apport positif et dynamique dans le développement du tourisme au niveau du Royaume. «Le personnel de notre agence a accompli un travail sérieux et attentionné vis-à-vis du client et des autres partenaires et nous avons respecté tous les points avec un grand professionnalisme pour atteindre notre objectif et remporter ainsi ce trophée bien mérité. D’ailleurs on travaille annuellement avec plus de 15 mille clients qui sont issus de plusieurs nationalités, notamment anglais, belges ou nationaux», confie Hasna Rahal, responsable du service billetterie au sein de l’agence.

La distinction allemande pour Atlas Tours honore l’agence, mais également le secteur des agences de voyages en particulier et le tourisme au niveau d’Agadir en général, à travers cette entreprise qui représente la nouvelle génération des agences de voyages. Au travers de son équipe motivée, professionnelle, créative, Atlas Tours a développé comme culture d’entreprise la notion de qualité. Cette équipe se répartit entre production, opérations, logistique, assistance, transport, accueil, services à la clientèle, gestion, commercial. Créée en 1972, Atlas Tours est dirigée par Anne Marthe Barfod. L’agence est basée à Agadir mais dispose également d’une succursale à Marrakech.

CAF : Le Hassania d’Agadir se qualifie aux dépens des Green Eagles (2-1)

par Khalid Semlali – labass.net – 04/11/2019

L’équipe du Hassania d’Agadir s’est qualifiée en phase de poules de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), en battant dimanche soir au Grand stade d’Agadir, le club zambien des Green Eagles (2-1), lors du match retour comptant pour le second tour préliminaire.

Les visiteurs ont ouvert le score sur un but de Tapson Kaseba à la 56è minute avant qu’Ayoub El Malouki n’égalise pour le Hassania à la 71è minute. A trois minutes de la fin de la rencontre, les Gadiris ont arraché la victoire grâce à un but de Karim El Berkaoui.

Les deux équipes avaient fait match nul (1-1) lors du match aller disputé au stade des Héros de la capitale zambienne.

Agadir : décès d’une femme après avoir consulté un «raqi»

lesiteinfo.com – 04/11/2019

Une femme mariée, âgée de 32 ans, est décédée samedi dans son appartement situé au quartier Znagui, dans la région d’Aourir, à Agadir. Selon une source de Site info, la trentenaire souffrait d’épilepsie et s’est rendue chez un «raqi» (guérisseur ou exorciseur de possessions démoniaques) pour se faire soigner.

Ce dernier, dans le cadre du traitement, l’a violemment tabassée et lui a asséné plusieurs coups, ce qui a causé sa mort quelques heures après la consultation. Lors de l’autopsie, le médecin légiste a d’ailleurs constaté plusieurs traces de violence sur son corps, rapporte la même source.

Alertés, les services de la gendarmerie royale ont ouvert une enquête pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire qui a secoué la région. Le “raqi” a également été placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent.

 

OMAR AIT CHITACHEN ET HANANE BOUAGGAD, VAINQUEURS DU 5È SEMI-MARATHON INTERNATIONAL D’AGADIR

quid.ma – 04/11/2019

5437685854_d630fceaff_b-

Agadir – L’athlète marocain Omar Ait Chitachen (Club olympique Khouribga) a remporté, dimanche, le semi-marathon international d’Agadir (21km), avec un chrono de 1h 03min 29sec.

Chez les dames, la première place est revenue à la Marocaine Hanane Bouaggad, sociétaire du club français « Asv Elite Villejuif » d’athlétisme, qui a réalisé un chrono de 01h 14min 18sec.

La deuxième et troisième places du podium ont été occupées, chez les hommes, respectivement par Brahim Khalifa et Mohamed Baybat, et par Fatiha Benchatki et Wafae El Ghezouir chez les dames.

Quant à la course des 10km amateurs, elle a été remportée par l’athlète Hassan Ghachoui (Club Omnisports de Meknès-CODM) avec un chrono de 29min13sec, alors que les deuxième et 3ème places ont été décrochées respectivement par Aziz Bernait et Nacer Dahbi.

Chez les dames, la première place de cette course a été décrochée par Latifa Tawlou (36min14sec), suivie de Latifa Serbouti, alors que la troisième place est revenue à Faïza Bechar.

Plus de 1.200 participants d’une quarantaine de nationalités ont pris part à la 5ème édition du semi-marathon international d’Agadir, initiée par l’association marocaine des amis des courses sur route, sous l’égide de la Fédération Royale marocaine d’Athlétisme.

La course des 10km a connu, elle, la participation de plusieurs athlètes amateurs, toutes catégories d’âges et nationalités confondues.

A noter que cette manifestation sportive a été organisée en collaboration avec le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, la Wilaya de la région Souss-Massa, le Conseil de la région et la commune urbaine d’Agadir.