Exposition Surfrider Foundation Maroc « Mémoire du Littoral » du 14/11/2019 au 14/12/2019 à l’Institut Français d’Agadir



COMMUNIQUE DE PRESSE

MOIRE DU LITTORAL

Dans le cadre de son programme annuel, Surfrider Foundation Maroc organise un vernissage de l’exposition photos intitulée «Mémoire du littoral» le jeudi 14 novembre à l’Institut Français d’Agadir à partir de 19h00.

À travers différents supports (photos, témoignages vidéo, documents urbains), l’exposition tend à attirer l’attention sur les grands changements du grand Agadir et à sensibiliser le public à la fragilité du littoral et au phénomène de l’urbanisation intense et ses conséquences sur l’environnement et sur l’identité de la ville.

« Mémoire du littoral », se veut une opportunité pour amener le grand public à jeter un regard sur l’histoire et à repenser ses rapports aux multiples enjeux d’une gestion durable.

En parallèle avec cet événement, une fresque murale (15*11m) sera réalisée par l’artiste YOUNES SPEED sur le mur de la 1ère annexe administrative de la Commune d’Agadir.

INFORMATIONS PRATIQUES

Vernissage : Jeudi 14 novembre 2019 à 19h

Exposition du 14 novembre 2019 au 14 décembre 2019

Entrée libre


Mémoire du littoral

Surfrider Foundation Maroc (SFM) :

Le projet “Mémoires du Littoral” a pour vocation de donner la parole à des personnes ayant vécu les changements qui ont pu s’opérer sur le littoral depuis les années 1960, dans une zone où le tourisme et les industries représentent désormais une part importante de l’économie. C’est notamment dans la région d’Agadir, connue pour ses vagues et son port de pêche que nous concentrerons nos témoignages.

Maroc : L’ONCF lance une étude sur la LGV Kénitra-Marrakech

constructioncayola.com – 08/11/2019

Maroc : L'ONCF lance une étude sur la LGV Kénitra-Marrakech

Simple coïncidence? Au lendemain du discours du roi Mohammed VI annonçant la décision de construire une ligne ferroviaire grande vitesse (LGV) entre les villes de Marrakech et Agadir, voici que l’Office national des chemins de fer (ONCF) dévoile les dessous d’un autre projet complémentaire.

Selon Maghreb Intelligence, l’office que dirige Mohamed Rabie Khlie vient de lancer une étude sur le trafic et la rentabilité de la LGV Kénitra-Marrakech pour éventuellement le lancement des travaux de ce tronçon. «Logiquement, le bon sens voudrait qu’on relie Kénitra et Marrakech via Casablanca», a déclaré une source proche du dossier
.
Actuellement, la seule ligne GV dont dispose le Maroc relie Casablanca et Tanger via Rabat et Kénitra. L’étude lancée par l’ONCF devra coûter près d’un million de dirhams.

Quant au tronçon de LGV reliant Marrakech à Agadir, ce grand chantier ralliera, pour la première fois, la ville d’Agadir au réseau national de chemin de fer. Ceci s’inscrit « dans le cadre du programme ferroviaire 2040 ».  La France, qui a largement contribué à la construction de la ligne TGV Tanger-Casablanca, serait en position de favorite pour remporter ce projet.

Coupe du Trône, demi-finales Le DHJ favori face au TAS, choc équilibré entre le MAT et le HUSA

par Amine El Amri – lematin.ma – 08/11/2019

Le DHJ favori face au TAS, choc équilibré entre le MAT et le HUSA

Les grands stades de Tanger et de Marrakech accueillent ce weekend les demi-finales de la Coupe du Trône. Samedi dans la ville du Détroit, le Difaâ Hassani Jadidi fait figure de grand favori face au Tihad de Casablanca. Tandis que la ville ocre accueille dimanche une confrontation de choix entre le Hassania d’Agadir et le Moghreb de Tétouan.

Les finalistes de la Coupe du Trône 2018-2019 seront connus au terme des demi-finales de la compétition, disputées samedi et dimanche à Tanger et Marrakech, respectivement. Seul ancien vainqueur dans le dernier carré, le Difaâ Hassani Jadidi se présente comme l’ultra-favori de la première demi-finale où il affronte le Tihad Casablanca. Les hommes de Badou Ezaki ont survolé les tours précédents, en battant des équipes aux calibres différents, ne concédant aucun but tout au long du parcours entamé au stade des 16es de finale par une victoire sur l’OCS.
En face, le TAS a atteint le dernier carré après un demi-siècle d’attente et entend bien faire valoir son droit d’outsider. Cependant, les représentants de Hay Mohammadi ne s’étaient mesurés jusque-là qu’à des formations de deuxième division, dont le KACM et l’IZK. Les Casablancais peuvent compter sur le facteur de surprise et tenter de rallier la finale, à l’instar du Widad de Fès la saison passée, qui avait éliminé le Raja de Casablanca, pourtant en route vers un titre africain.

Duel «hispanophone» dans la ville ocre
Dimanche au Grand Stade de Marrakech, la deuxième demi-finale entre le Hassania d’Agadir et le Moghreb Tétouan promet une belle empoignade entre deux styles très proches. Coachés respectivement par un Argentin et un Espagnol, le HUSA et le MAT ont signé un début de saison de haute facture. Les hommes de Miguel Angel Gamondi ont rallié la phase de groupes de la Coupe de la Confédération pour la deuxième édition consécutive, mais n’ont pas encore eu l’opportunité de prouver leur valeur en Botola, où ils n’ont disputé que trois matchs, sanctionnés par une victoire, un nul et une défaite.
Le championnat est justement le théâtre des belles prestations du MAT, dont l’homme en plus cette saison est l’Espagnol Angel Viadero. Invaincu jusqu’ici, le club de la «Paloma» est déterminé à jouer les premiers rôles cette saison, à commencer par atteindre, pour la première fois de son histoire, la finale de la Coupe du Trône. L’aspect le plus attrayant de ce match est l’opposition entre une équipe du MAT jouant un football plaisant qui porte jusqu’ici ses fruits et une formation du HUSA bien organisée et s’appuyant beaucoup sur la solidité de sa défense centrale et la vivacité de ses attaquants. 

Le VAR débarque sur la pointe des pieds

Après l’annonce de son implémentation en février dernier par le président Fouzi Lekjaâ, l’arbitrage vidéo (VAR) fait son entrée dans le football marocain ce weekend. L’opération se fait en catimini, puisque la FRMF a décidé de ne faire aucune communication sur le procédé, les matchs pendant lesquels la technologie a été testée et encore moins un rappel des cas dans lesquels le VAR est sollicité. Le public attend avec impatience cet outil qui est censé réduire les polémiques sur l’arbitrage.

Maroc : Voici les 5 villes les plus chères au m²

PAR AICHA CHAIRA – welovebuzz.com – 08/11/2019

Le coût de la vie au Maroc est de plus en plus cher et selon le classement du cabinet Mercer, Casablanca et Rabat figurent parmi les villes les plus coûteuses au monde.
Voici donc le classement des villes marocaines les plus chères selon le prix du mètre carré.

1. Casablanca

Selon le rapport Global Talent Trends 2019 de Mercer, la capitale économique est classée 128e ville la plus chère au monde. Le mètre carré varie entre 20 et 25 000 dhs.

2. Rabat

La capitale arrive cette année à la 160e place selon le même rapport. Le prix du mètre carré démarre à partir de 16 000 dhs et peut atteindre les 25 000 dhs.

3. Marrakech

Elle ne figure pas dans le classement, mais le prix moyen du mètre carré d’un appartement à Marrakech est à partir de 15 000 dhs, il peut atteindre jusqu’à 27 000 dhs dans les quartiers huppés.

4. Tanger

Les tarifs du mètres carré varient entre 15 et 18 000 dhs , et dans les quartiers chics les prix peuvent atteindre 22 000 dirhams/m2.

5. Agadir

L’immobilier à Agadir varie… Le mètre carré coûte en moyenne 14 369 dirhams, dans les quartiers huppés, il peut atteindre jusqu’à 24 000 dhs/m2.