Archives de décembre 14th, 2019

Autoroutes du Maroc : Les données personnelles de 800 000 comptes Jawaz en libre accès

yabiladi.com – 13/12/2019

Le badge Jawaz vous permet de passer le péage d’autoroute plus facilement. Ce que Autoroutes du Maroc (ADM) ne nous a pas dit, c’est qu’il permet surtout de dévoiler avec une extrême simplicité vos données personnelles.

DR

On n’arrête pas le progrès. Depuis 2016, ADM a généralisé le télépéage sur les 1 800 kilomètres d’autoroutes du pays. Un vrai confort pour les 800 000 clients possédant le badge Jawaz, ce petit appareil muni d’une puce RFID que vous rechargez et qui vous permet de passer le péage de manière automatique, en évitant les longues files d’attente sur les voies de péage manuel.

Bien qu’il y ait eu quelques geeks ou influenceurs qui ont tenté de ternir l’image du pass Jawaz, ni ADM, ni les clients n’ont connu de souci sérieux au niveau sécurité et massif jusqu’ici. Car pour hacker la puce RFID, il faut tout de même être proche du badge Jawaz et maîtriser quelques éléments technologiques. Pourtant, la faille de sécurité se trouve moins dans le badge que dans le site internet d’autoroute du Maroc.

En effet, il suffit de connaître le numéro du badge Jawaz pour pouvoir récupérer toutes les données personnelles du client, via le site internet ADM. Ainsi, par une faille technique de débutant, la société anonyme à capitaux publics offre potentiellement accès à l’ensemble des données personnelles de ses 800 000 clients Jawaz. En plus du nom, prénom, adresse et téléphone, nous avons pu obtenir aussi le numéro de CIN et l’intégralité de l’historique des trajets payés via le pass Jawaz.

Un gruyère informatique au Maroc

Si pour de nombreuses personnes la fuite de ces données reste anodine, certains clients pourront s’inquiéter de voir leurs trajets scrutés par leur conjoint par exemple.

– Ahmed, ta réunion de travail à Agadir s’est bien passée ?

– Oui Najat, fatigantes les 5 heures de route.

– J’imagine oui. Mais pourquoi tu es passé par le télépéage de Tanger à 18h57 ?

Ce dialogue est la version 2019 de la célèbre chanson de Najat Aatabou, «Kedba bayna» (flagrant délit de mensonge), qui vous est offerte par Autoroutes du Maroc. Blague à part, ce laxisme au niveau de la sécurité des systèmes d’information est inquiétant pour la protection des données personnelles.

ADM s’engage pourtant dans cette protection et le rappelle sur toutes les pages de son site :

Le site Autoroutes du Maroc est conforme à la loi 09-08 relative à la protection des personnes physiques à l´égard du traitement des données à caractère personnel Autorisation du CNDP(A-IN-130/2013).

Si pour le cas du pass Jawaz, les dégâts restent limités, d’autres failles dans la protection des systèmes d’information sur lesquelles nous enquêtons témoignent de l’urgence d’une vraie prise de conscience de la sécurité information au Maroc.

Disclaimer

Nous avons tenté de joindre à plusieurs reprises ADM pour les alerter sur cette faille. Aucun membre de la direction contacté n’a répondu à nos appels.

Conformément à la loi, nous ne divulguons pas la méthode pour accéder aux données des 800 000 clients que nous avons pu reproduire sans avoir d’expertise en sécurité informatique.

Nous nous tenons à la disposition des équipes ADM afin de leur communiquer les détails de cette faille pour qu’ils puissent la corriger.

 

Centre national de l’arganier : démarrage des travaux début 2020

par Malika Alami – lavieeco.com – 13/12/2019

argane Maroc

LA STRUCTURE NÉCESSITERA 45 MILLIONS DE DH POUR SA RÉALISATION ET SERA OPÉRATIONNELLE EN 2021

Pas de développement de l’arganier sans encouragement et coordination de la recherche scientifique en convergence avec les populations de l’écosystème de cet arbre endémique du royaume. En d’autres termes il faut coordonner les efforts en matière de recherches scientifiques et travailler en synergie avec la profession. C’est ce qui a été annoncé en substance à l’issue de la 5ème édition du congrès international de l’arganier qui s’est clôturé le 11 décembre à Agadir. Pour rappel, ce congrès s’est tenu sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Organisé par l’Agence nationale de développement des zones oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, ce rendez-vous bi-annuel, a eu lieu en partenariat avec l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et la GIZ. Il a réunit cette année 230 chercheurs, issus de 9 pays. Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, M. Aziz Akhannouch, a présidé l’ouverture des travaux de cette rencontre scientifique du genre, placée cette année sous le thème « Capital naturel de l’arganeraie : valeur et valorisation».

Pour aller de l’avant aujourd’hui, les participants ont souligné l’importance en effet d’associer les acteurs de la recherche à ceux de la filière Argane. C’est là un des intérêts du projet de Centre National de l’Arganier“ prévu à Agadir. Le dossier, en gestation depuis plus de trois ans, entre aujourd’hui dans sa phase de concrétisation. La construction de cette structure devrait démarrer début 2020 pour s’achever après 18 mois de travaux, précise madame Latifa Yaakoubi, directrice de développement des zones de l’Arganier à l’ANDZOA. Dans sa globalité, le chantier nécessitera une enveloppe de 45 millions de DH. Les aménagements absorberont une enveloppe de 15 millions de DH financés par l’ANDZOA. La partie équipement absorbera un montant de 30 millions de DH couverts par la GIZ, Agence allemande de coopération internationale.

A terme le futur centre de l’arganier sera une plateforme d’interprétation du patrimoine, de convergence et de coordination de la recherche et de gestion des connaissances afin d’assurer une gouvernance durable de la RBA et un accompagnement de la filière et des acteurs, précisent les maitres du projet. Ce sera aussi un outil de veille technologique sur la réserve de biosphère de l’arganier. Dans sa composante, sommairement, il abritera notamment une partie musée pour offrir au public des informations sur cet arbre de la providence. Un site web offrira aussi accès aux synthèses des recherches réalisées sur cette plante.
En attendant, la cinquième édition du congrès international de l’arganier et la première édition du salon international de l’arganier, ont été une belle occasion de réunir l’amont et l’aval de la filière. La rencontre a été marquée par la présentation de plus de 120 contributions et communications scientifiques. Du côté du Salon une forte affluence a été enregistrée. Près de 50 milles personnes ont visité l’espace couvert de 2000 mètres du salon et plus de 150 milles personnes ont visité les 5 villages aménagés dans 5 grandes places d’Agadir. On retient également que les 120 coopératives exposantes dans les cinq villages ont fait de bonnes affaires. Selon les organisateurs, elles ont vendu près de 80% de leurs produits exposés. On retient donc encore une fois l’engouement qu’enregistre l’or vert du Souss. Selon M. Brahim Hafidi, directeur général de l’ANDZOA, la demande mondiale réelle estimée de l’huile d’Argan est de 20 milles tonnes alors que le Maroc ne produit actuellement que 4000 milles tonnes. Le contrat programme du secteur vise l’atteinte de 10 milles tonnes de production de l’huile d’Argan d’ici 2020. Ce qui pose la question de comment produire plus tout en préservant de manière durable la réserve de biosphère de l’arganeraie et une gestion durable de la filière.

Agadir accueille le 1er Colloque national de la Régionalisation avancée

challenge.ma – 13/12/2019

Le ministère de l’Intérieur et l’Association des Régions du Maroc organisent, les 20 et 21 décembre à Agadir, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu Le glorifie, le 1er Colloque national de la Régionalisation avancée.

Ce premier colloque, indique un communiqué conjoint du ministère de l’Intérieur et de l’Association des Régions du Maroc, constitue un moment de réflexion et de partage qui a pour ambition de fédérer les acteurs territoriaux autour de sa vision fondatrice, de son approche innovante et de ses modes de gestion territoriale efficients.

En effet, explique le communiqué, la mise en œuvre et la réorientation qualitative de la régionalisation avancée sont aujourd’hui nécessaires, le but étant de mettre en relief la convergence impérative inter-territoriale, l’impériosité de la gestion axée sur les résultats et l’ingéniosité créatrice de richesse à l’échelle locale, régionale et in fine, nationale, permettant, sans doute aucun, de partager les éléments constitutifs du nouveau palier de la régionalisation pour les années à venir à la lumière de sa véritable dimension stratégique territoriale.

Ainsi, il est attendu que les travaux de cette rencontre nationale rappellent les outils et les mécanismes de mise en place de cette nouvelle structuration territoriale fondée sur les principes de bonne gouvernance, de libre administration, de coopération, de partenariat et de participation.

Par ailleurs, et afin de partager et de débattre des principales dimensions de cet enjeu territorial structurel, ce colloque s’est fixé cinq objectifs majeurs que sont le partage des éléments de diagnostic relatif au bilan de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, l’identification des pistes d’action nécessaires à l’atteinte d’un nouveau palier dans le processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée, la mise en œuvre optimale de la Charte nationale de la Déconcentration administrative, en vue d’une meilleure et efficiente mise en œuvre de la régionalisation avancée, la mise en exergue des réalisations et des défis posés à la régionalisation avancée, mais aussi la mutualisation des bonnes pratiques et des expériences innovantes.

Ce premier colloque national, poursuit la même source, puise son essence de la nécessité d’engager un large débat sur le processus de régionalisation, qui a besoin désormais d’être porté par une grande dynamique de concertation, de suivi et de coordination, notamment entre les services de l’Etat et les Conseils des Régions, dans le cadre d’une gouvernance renouvelée de l’action publique territoriale qui fait des exigences d’un développement durable des territoires et de la réponse aux aspirations des citoyens une priorité.

Cette manifestation sur la régionalisation avancée s’articulera autour de sujets relatifs au développement régional intégré entre les impératifs de la réduction des disparités territoriales, les enjeux de la compétitivité et l’attraction de l’investissement, la gouvernance financière et les problématiques de financement des régions entre enjeux et perspectives, la déconcentration et la contractualisation, en s’arrêtant notamment sur les piliers d’une bonne gouvernance de l’action publique territoriale. Elle abordera également des thématiques ayant trait aux compétences des régions comme enjeu au cœur du processus de la régionalisation avancée, à la démocratie participative comme levier pour une mise en œuvre participative de la régionalisation avancée, ou encore l’administration régionale, vers un nouveau modèle de management.

Il est à noter que cette rencontre nationale connaitra la participation, outre les départements ministériels, des présidents de la Chambre des Représentants et des Conseillers, des élus locaux et régionaux, de parlementaires, de représentants des associations des collectivités territoriales, des instances consultatives créées auprès des conseils des régions, des centres régionaux d’investissement, des représentants des établissements publics, des universitaires, des experts nationaux et internationaux des partenaires internationaux, ainsi que des acteurs des secteurs public et privé, conclut le communiqué.

Le Pays Basque est sous les eaux !

Le Pays Basque sous les eaux :

A Bayonne, la Nive déborde :

Et l’Adour sort de son lit :

Et sur la côte, la tempête fait rage :

L’embouchure de l’Adour :

La plage de la Barre

La Chambre d’Amour :

Il neige ?
Non, c’est l’écume qui vole !

et qui recouvre tout, en faisant un paysage de sport d’hiver !

La grande plage de Biarritz :

La plage de Port Vieux :

Les photos ont été prises hier après-midi. Aujourd’hui, le vent s’est calmé, mais le ciel est très couvert !

%d blogueurs aiment cette page :