Archives de décembre 15th, 2019

Protestation – Maroc : manif à Dar Bouazza suite au massacre des chiens errants

article19.ma – 14/12/2019

Un véritable carnage. Des dizaines de citoyens ont manifesté à Dar Bouazza, dans les environs de la ville de Casablanca, contre l’abattage des chiens errants par les autorités locales, exprimant leur indignation à la suite de ce massacre par des armes à feu.

Les manifestants, qui se sont rassemblés devant le siège de la commune de Dar Bouazza, ont condamné l’abattage des chiens, un acte commis en violation totale des droits des animaux et de l’accord conclu entre le ministère de l’Intérieur et d’autres départements en vue de lutter contre le phénomène des chiens errants à travers une nouvelle approche consistant à stériliser ces animaux pour mettre fin à leur prolifération.

Selon Hespress, avant l’arrivée du personnel de la commune de Dar Bouazza, vendredi matin, de nombreux manifestants ont scandé des slogans dénonçant « un acte barabar », soulignant que les autorités locales ont commencé à tuer les chiens et à les empiler sans même se soucier de la sécurité physique des citoyens.

Les manifestants ont ainsi exprimé leur colère, relevant que les autorités locales ont mobilisé des chasseurs munis de leurs fusils pour tuer les chiens errants et en mettant un camion à leur disposition pour les entasser.

+ « Sauvagerie cet abattage des chiens » +

Pour leur part, des habitants de Dar Bouazza ont exprimé leur mécontentement du phénomène des chiens errants qui constituent une menace pour eux ainsi que pour les visiteurs de Dar Bouazza dont les restaurants et les cafés attirent de nombreux casablancais.

Les chiens errants dans la zone de Dar Bouazza, selon des sources locales, s’attaquent aussi aux moutons des éleveurs de la région, ce qui les a amenés à demander l’aide du conseil communal et des autorités locales pour mettre fin à cette menace.

Par ailleurs, plusieurs internautes ont qualifié de « sauvagerie » l’abattage des chiens errants après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant les chiens tués entassés dans un camion.

Pour rappel, le ministère de l’Intérieur a signé récemment des conventions de partenariat et de coopération avec les départements de l’agriculture, de la santé et l’ordre national des vétérinaires dans le but de lutter contre le phénomène des chiens errants à travers l’adoption d’une nouvelle approche axée principalement sur la stérilisation de ces animaux pour éviter leur reproduction.

+ Des ONG étrangères avaient critiqué le Maroc pour ces massacres +

La nouvelle approche consiste à stériliser, à immatriculer et à vacciner les chiens errants avant de les relâcher, ce qui devra se traduire par une baisse de leur nombre, selon un récent rapport du ministère de l’Intérieur.

Selon ce rapport, cette nouvelle approche a été adoptée comme alternative à l’usage dangereux des armes à feu ainsi qu’à l’utilisation de substance toxique nuisible à l’environnement.

Plusieurs médias et ONG étrangères avaient critiqué le Maroc pour les « massacres sanglants de chiens
errants ».

L’année dernière, les autorités locales d’Agadir avaient tué près de 40 chiens errants dans la zone de Taghazout et ses environs dans le cadre de la campagne de la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026. Un scandale qui n’avait pas laissé indifférent les associations de protection des animaux.

Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d’Agadir

lnt.ma – 15/12/2019

Le long métrage hollandais « Rafaël » a remporté le Grand prix de la 16ème édition du Festival international Cinéma et migrations (FICMA) qui s’est clôturée samedi soir à Agadir (9-14 décembre).

Réalisé par le Néerlandais Ben Sombogaart, le film de 1h45 min, sorti en 2018, relate l’histoire d’un jeune tunisien, marié à la coiffeuse Kimmy, contraint par le printemps arabe à fuir en Europe, mais qui termine son voyage à Lampedusa comme prisonnier et immigré illégal.

« Rafaël » s’ajoute aux très nombreux films qui parlent de la crise des réfugiés, mais il aborde le sujet habilement, selon une perspective très européenne. Par ailleurs, le prix de la meilleure réalisation a été décerné au film « Le jeune Ahmed » des réalisateurs belges Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne, qui raconte en 84 minutes l’histoire d’Ahmed, un jeune de 13 ans en Belgique, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

Le prix du meilleur scénario, quand a lui, a été attribué au réalisateur néerlandais pour son long métrage « Broeders ». Sorti en 2017, ce film raconte en 93 minutes l’histoire de deux frères qui se rendent en Syrie déchirée par la guerre à la recherche de leur frère cadet, perdu après avoir quitté le camp des réfugiés Azraq en Jordanie pour se rendre à Daraa en Syrie.

Au cours de la soirée de clôture du festival, le prix de la meilleure interprétation féminine a été remporté par l’actrice franco-marocaine Soraya Hachoumi pour sa performance dans « Soumaya », alors que le prix de la meilleure interprétation masculine est revenu à l’acteur maroco-belge Nabil Mallat pour son rôle dans le film « Rafaël ».

Le jury du long-métrage a été présidé par le cinéaste, homme politique et ancien ministre malien de la culture, Cheick Oumar Sissoko, aux côtés de l’actrice tunisienne Fatma Ben Saidane, du réalisateur franco-marocain Ismael Ferroukhi, de la réalisatrice italienne Annamaria Gallone et du réalisateur français Manuel Sanchez.

Sur un autre registre, le jury de la seconde compétition officielle du festival, réservée aux courts-métrages, a remis le Grand prix de cette catégorie au réalisateur franco-marocain Fouad Mansour, pour son film « Le Chant d’Ahmed ».

Le jury du court-métrage a été présidé, quant à lui, par le réalisateur, producteur et scénariste marocain Abdeslam Kelai, aux côtés de l’actrice marocaine Saadia Ladib, de la comédienne et auteur libanaise Darina Al Joundi, du metteur en scène et scénariste marocain Mohamed El Khomais, et de l’acteur franco-tunisien Abel Jafri.

S’exprimant à cette occasion, le président de l’Association « Initiative culturelle » organisatrice de cette manifestation, Driss Moubarik, s’est félicité du succès qu’a connu ce rendez-vous artistique et culturelle au niveau de la région Souss Massa, se réjouissant des nombreux films marocains et étrangers qui ont été projetés pour la première fois à Agadir.

650 KG DE CHIRA SAISIES À AGADIR

leseco.ma – 14/12/2019

Résultat de recherche d'images pour "trafic de drogue leseco.ma"

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire d’Agadir ont mis en échec, tôt samedi matin, sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), une opération de trafic de drogue qui s’est soldée par la saisie de 650 Kg de chira.

Les éléments de la police judiciaire, appuyés par la Brigade régionale d’intervention (BRI) d’Agadir, ont intercepté un véhicule utilitaire chargé de drogue, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), soulignant que le conducteur qui a refusé d’obtempérer, a franchi le barrage de sécurité mettant en danger la vie des policiers.

Les autres passagers du véhicule ont ouvert le feu, à l’aide d’un fusil de chasse, en direction d’une voiture de police qui a dévié de sa route, ajoute la DGSN, précisant que deux policiers ont été blessés suite à cette déviation.

Les éléments de la BRI ont ainsi été contraints de faire usage de leur arme de service en tirant des balles de sommation, ce qui a permis d’intercepter le véhicule et de saisir la drogue, un fusil de chasse et 14 cartouches, des capsules de cocaïne, un couteau et des fausses plaques d’immatriculation, souligne le communiqué.

Une enquête judiciaire a été ouverte sous la supervision du parquet compétent pour arrêter toutes les personnes impliquées dans cette affaire et ce, après l’identification de deux individus, qui étaient à bord du véhicule et qui avaient pris la fuite, poursuit la DGSN, faisant savoir que les deux mis en cause identifiés sont des récidivistes recherchés au niveau national pour leur implication présumée dans des affaires liées au trafic de drogue et de psychotropes.

%d blogueurs aiment cette page :