Archives de décembre 17th, 2019

De l’art contemporain et du cinéma pour la promotion culturelle d’Agadir

par Salima Guisser – aujourdhui.ma – 16/12/2019

De l’art contemporain et du cinéma pour la promotion culturelle d’Agadir

Deux événements qui se déroulent en même temps

Najat El Baz que nous avions rencontrée fin octobre pour parler de ces événements en préparation.

La 3ème Foire internationale d’art contemporain (Agadir Art Fair), qui se tient du 16 au 18 décembre, sera rythmée par le 2ème Festival international du film sur l’art (Ciné Art Agadir).
Une manifestation dont le programme comprend, selon la directrice de ces deux événements, Najat El Baz, la projection d’un grand nombre de films sur l’art.
Les festivaliers auront, ainsi, l’occasion de voir un film sur le célébrissime artiste-peintre Van Gogh.
D’autres films dédiés aux différents arts à l’instar du théâtre, de la peinture, musique, danse et photographie seront projetés lors de ces événements qui seront également jalonnés d’un concours de jeunes talents. Une compétition dédiée, entre autres, à la peinture et la musique lors de ces événements dont le programme est marqué, selon Mme El Baz, d’un symposium, de lecture de poèmes, voire d’hommages.
Ainsi, des honneurs seront faits au cinéaste et photographe Daoud Oulad Sayed qui animera également une master class, à l’actrice Esther Regina d’Espagne et Ahmed Baddouj, acteur gadiri.
Quant à la cérémonie de clôture de ces manifestations, elle sera animée par un rappeur suédois après que le groupe H-Kayn eut ouvert le bal.
A son tour, la chanteuse Keltouma Tamazirt prend part à ces événements dans lesquels des troupes folkloriques sont de la partie lors de ces événements qui se tiennent sous les thèmes de «l’art et le tourisme culturel» et «Le 7ème art et le dialogue des civilisations».
«En tant qu’artiste-peintre, je fais mon devoir pour la promotion culturelle de la région», exalte Mme El Baz. Elle ne manque pas de devoir une fière chandelle à la wilaya, au conseil de la région et la municipalité ainsi qu’au Centre cinématographique marocain pour leur forte contribution pour l’organisation de ces manifestations initiées par l’Association d’échange d’art international.
A lui seul, le Ciné Art Fair a le réalisateur Hakim Noury comme président d’honneur. Le jury de la compétition officielle de ce festival, présidé par le réalisateur marocain Hassan Benjelloun, est composé de l’actrice Esther Regina d’Espagne, Alain Peter de la Belgique, Nadia Mifleh d’Algérie et Mohamed Belouche du Maroc.
Ils trancheront entre 13 courts métrages produits au cours des deux dernières années.

Quant à Agadir Art Fair, il est dirigé par Mme El Baz. En marge de cette foire, des ateliers d’art sont organisés pour échanger des expériences entre artistes, entre autres. Cette foire se veut également de cultiver le sens artistique et promouvoir une culture de l’art plastique. Le public en a grand besoin.

Forte affluence au festival Cinéma et Migrations à Agadir

par Malika Alami – lavieeco.com – 17/12/2019

festival Cinéma et Migrations à Agadirfestival Cinéma et Migrations à Agadir

LE CINÉMA RIALTO DE LA VILLE D’AGADIR N’A PAS DÉSEMPLI CES DERNIERS JOURS. LA 16 ÈME ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL CINÉMA ET MIGRATIONS AGADIR (FICMA) A ENREGISTRÉ UNE FORTE INFLUENCE TOUT AU LONG DE LA SEMAINE DERNIÈRE.

Le temps de ce festival, la station balnéaire a renoué avec le septième art. Dans une ville sans salle de cinéma en activité depuis de très longues années, cette rencontre cinématographique a le mérite d’exister.

Rappelons que ce festival est organisé par l’association Initiative Culturelle en partenariat avec le département ministériel chargé des Marocains résidant à l’étranger, le Centre cinématographique marocain (CCM), le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME). La wilaya du Souss-Massa, le Conseil régional du Souss-Massa, la préfecture d’Agadir Idda Outanane et la Commune d’Agadir sont aussi partenaires dans l’organisation de cette rencontre.
A noter également que, l’édition 2019 du FICMA a choisi comme pays invité d’honneur cette année la Belgique avec la présence d’une délégation de réalisateurs, de cinéastes, et d’acteurs. L’événement a été marqué aussi par des hommages rendus à l’actrice marocaine Asmaa Khamlichi, à l’acteur franco-marocain Karim Saidi et au défunt réalisateur algérien, Moussa Haddad.

festival Cinéma et Migrations à Agadir
festival Cinéma et Migrations à Agadir

C’est le long métrage hollandais « Rafaël » réalisé par le Néerlandais Ben Sombogaart, qui a remporté le Grand prix de cette 16ème l’édition. Le film de 1h45 min, sorti en salle en 2018, parle de la crise des réfugiés. Il raconte l’histoire d’un jeune tunisien, contraint par le printemps arabe à fuir en Europe. Mais il termine son voyage à Lampedusa comme prisonnier et immigré illégal.

Dans le palmarès cette année de ce festival, on retient également, le prix de la meilleure interprétation féminine décerné à l’actrice franco-marocaine Soraya Hachoumi pour sa performance dans « Soumaya’’. Le prix de la meilleure interprétation masculine a été remporté par l’acteur maroco-belge Nabil Mallat pour son rôle dans le film « Rafaël ». Le prix du meilleur scénario, quand a lui, a été attribué au réalisateur néerlandais pour son long métrage « Broeders ».
Dans la catégorie, courts-métrages, le Grand prix a été décerné au réalisateur franco-marocain Fouad Mansour, pour son film « Le Chant d’Ahmed ».
Ce festival est ainsi une occasion de susciter le débat sur la thématique de la migration. En favorisant la découverte d’expériences cinématographiques de différents horizons à travers la projection de films internationaux dans le cadre de deux compétitions officielles des courts et longs métrages, cette rencontre cinématographique crée également l’émulation dans le milieu et encourage les jeunes talents. En marge du festival, des ateliers et master class, encadrées par des professionnels du cinéma marocain et étranger, ont eu lieu.

festival Cinéma et Migrations à Agadir
festival Cinéma et Migrations à Agadir

Aujourd’hui, après la clôture de ce festival, les gadiris se retrouvent de nouveau devant des salles de cinéma fermées. L’Institut français d’Agadir vient combler ce vide en programmant désormais des séances hebdomadaires à partir de janvier. Une belle nouvelle que la population de la ville salue. Et si les collectivités locales lui emboitaient le pas et tentaient de trouver un moyen d’exploiter la salle du Cinéma Rialto encore bien en mesure d’accueillir le public en attendant la construction d’un complexe cinématographique dans la cité. C’est le vœu de beaucoup de Gadiris.

festival Cinéma et Migrations à Agadir
festival Cinéma et Migrations à Agadir

L’Église Évangélique au Maroc – Paroisse Protestante d’Agadir – organise deux événements

1. une conférence qui sera organisée le samedi 21 décembre en collaboration avec la commission régionale des droits humains – Souss Massa sur le thème « La Non-Violence, peut-on y croire ?  » , animée par le professeur Frédéric Rognon. Pasteur et professeur d’éthique et de philosophie à la faculté de théologie de Strasbourg :

 

CONFÉRENCE SUR LA NON VIOLENCE

Titre: La non violence, peut-on y croire ?

Heure : De 14h30 à 17h00

Lieu : Salle de conférence du CRDH-Souss Massa, Rue de la foire (derrière la pâtisserie Tafarnout – voisinne à Auto Hall Agadir).

Maps : https://goo.gl/maps/oCE8UZzYynCffH2i9 (cliquez sur le lien)

Contexte général de la conférence :

Le contexte général est d’une part, celui de la journée internationale des droits humains (10 décembre) et celui de la journée mondiale de la migration (18 décembre), puis d’autre part celui de la montée de plus en plus grandissante de la violence aussi bien en milieu familial et sociétal, universitaire et sportive, et depuis quelques années maintenant, parmi les migrants en situation irrégulière dans la région de Souss – Massa.

Nous avions souhaité saisir l’occasion de ces deux grands moments du mois de décembre pour interroger cette violence généralisée et voir par quel mécanisme pouvons-nous la vaincre.

L’abstract:

Face à la violence généralisée dans le monde, la non-violence semble bien impuissante.

Quelle pourrait bien être son efficacité ? Mais tout d’abord, en quoi consiste-t-elle ? Quels sont ses grands principes et ses stratégies ? Dans quelle mesure a-t-elle des racines religieuses ou spirituelles ? Ce sont ces questions, et quelques autres, dont nous discuterons, afin de renouveler notre regard sur la non-violence, et de découvrir en elle un potentiel insoupçonné en phase avec les aspirations de nos contemporains, dans notre monde post-moderne. Tels sont les objectifs que nous souhaiterions atteindre à l’issu de cette conférence – débats.

  1. Une campagne de collecte de vêtements chauds pour les migrants sans abri ; cette campagne ira de décembre à fin janvier 2020. 

 

%d blogueurs aiment cette page :