Archives de décembre 24th, 2019

Déconcentration administrative : La nouvelle charte marocaine en 10 points

infomediaire.net – 22/12/2019

 

La Charte Nationale de la Déconcentration Administrative, pierre angulaire de la régionalisation avancée, était l’objet des premières Assises Nationales, dont les travaux se sont déroulés vendredi à Agadir.Voici dix points importants de cette charge : 

1- La déconcentration administrative des services de l’Etat est un système d’organisation administrative accompagnant l’organisation territoriale décentralisée du Royaume fondée sur la régionalisation avancée et un outil principal pour la mise en œuvre de la politique générale de l’Etat au niveau territorial.

2- Elle repose sur le transfert de compétences et de moyens et l’allocation de crédits aux services déconcentrés au niveau territorial, en vue de leur permettre d’accomplir les missions qui leur sont dévolues et de prendre l’initiative dans un objectif d’efficacité et d’efficience.

3- La politique de déconcentration administrative est basée sur deux principaux fondements: la région en tant qu’espace territorial approprié pour la concrétisation de la politique nationale de déconcentration administrative et le rôle central du wali de la région, en sa qualité de représentant du pouvoir central au niveau régional, dans la coordination des activités des services déconcentrés.

4- La déconcentration administrative des services de l’Etat a pour objectifs d’assurer l’application optimale des orientations générales de la politique de l’Etat en matière de réorganisation de ses services aux niveaux régional, préfectoral ou provincial et fixer les missions dévolues à ces services, d’asseoir la territorialisation des politiques publiques, d’accompagner l’organisation territoriale décentralisée du Royaume et en assurer l’efficience et l’efficacité et d’établir des bases solides et durables en vue de renforcer la complémentarité des fonctions et des missions entre les services déconcentrés de l’Etat et les organismes décentralisés.

5- La déconcentration administrative des services de l’Etat, aux niveaux régional, préfectoral ou provincial, est basée sur une série de mécanismes, dont la couverture équitable du territoire national en assurant une juste répartition géographique des services déconcentrés de l’Etat, la subsidiarité dans la répartition des missions et la détermination des attributions entre les administrations centrales et les services déconcentrés qui en relèvent et la position prééminente de la région dans l’organisation administrative territoriale en tant qu’échelon intermédiaire dans l’organisation des relations entre le niveau central et les autres niveaux territoriaux.

6- Les services déconcentrés de l’Etat au niveau régional veillent à la gestion des services publics régionaux relevant de l’Etat, mettent en œuvre les politiques publiques et concourent à l’élaboration et à l’exécution des programmes et projets publics programmés au niveau de la région.

7- Les autorités gouvernementales concernées doivent prendre les mesures nécessaires afin de doter les services déconcentrés qui leur sont rattachés de prérogatives leur permettant de prendre l’initiative pour mettre en œuvre les politiques publiques sectorielles dont ils ont la charge, de concevoir les solutions susceptibles d’améliorer les prestations publiques rendues par lesdits services aux usagers et de les mettre en œuvre dans le cadre des attributions et des compétences qui leur sont dévolues.

8- Les autorités gouvernementales établissent, dans la limite de leurs attributions, des programmes de formation et de formation continue pour le développement des capacités des cadres en fonction dans les services déconcentrés aux niveaux régional, préfectoral ou provincial.

9- Les services déconcentrés sont tenus de coopérer avec le Centre régional d’investissement concerné en tant que guichet unique et d’entreprendre toute action de coordination nécessaire avec lui, en vue de lui permettre d’accomplir ses missions.

10- Pour la réalisation des objectifs prévus, le gouvernement œuvre, chaque fois que nécessaire, à prendre toutes les mesures requises pour la révision des textes législatifs et réglementaires en vigueur, notamment ceux se rapportant à l’organisation des finances de l’Etat, à la comptabilité publique, au contrôle des dépenses de l’Etat, à l’organisation et aux attributions des départements ministériels, aux règles de délégation, à la fonction publique et à la nomination aux postes de responsabilité

Le groupe Oncorad acquiert deux nouveaux établissements d’oncologie

medias24.com – 19/12/2019

Présent à Casablanca et Marrakech, le groupe Oncorad étend son offre de soins à Tanger et bientôt à Agadir suite à l’ouverture de son capital à un fonds de CDG Capital.

Le groupe Oncorad acquiert deux nouveaux établissements  d’oncologie

Le groupe Oncorad (Dr. Redouane Semlali et Hajji Omar), propriétaire des cliniques « Le Littoral » à Casablanca et du centre d’oncologie « Majorelle » à Marrakech, ouvert en 2016, tous deux spécialisés dans le traitement du cancer, vient d’acquérir deux nouveaux établissements, annonce un communiqué.

Il s’agit du Centre d’oncologie de Tanger et de la clinique Yasmine à Casablanca. Ces acquisitions, qui témoignent de la volonté du groupe d’étendre son offre à d’autres régions du Royaume, viennent dans la foulée de l’ouverture du capital du groupe à CDG Capital Private Equity.

Par ailleurs, la réalisation d’un nouveau centre d’oncologie est en cours de finalisation à Agadir et devra ouvrir ses portes en 2020, annonce-t-on.

Les dirigeants d’Oncorad affirment s’atteler à la transformation du centre tangérois nouvellement acquis en centre d’excellence en y investissant 30 MDH pour l’achat d’un accélérateur de type Halcyon qui permettra selon eux « aux patients de cette région d’accéder aux dernières avancées médicales dans les traitements de radiothérapie ».

De même, la clinique Yasmine de Casablanca bénéficiera d’investissements conséquents dans le but d’élargir sa capacité d’accueil et de soins en y introduisant de nouvelles spécialités.

La stratégie du groupe pour mettre en œuvre ce plan de développement s’appuiera sur la formation des médecins, et l’acquisition de nouvelles techniques de soins.

Selon le DG de CDG Capital Private Equity, Brahim Guessous, ces acquisitions permettent à Oncorad Groupe d’élargir son réseau et d’atteindre une taille critique permettant de nouveaux investissements dans des technologies innovantes.

Débats féconds à Agadir sur la régionalisation avancée

par Abdellah Halimi – libe.ma – 22/12/2019

Sous le Haut patronage de S.M le Roi, la ville d’Agadir a abrité les 20 et 21 décembre 2019 les travaux des premières Assises nationales de la régionalisation avancée. Cette rencontre initiée et organisée par le ministère de l’Intérieur et l’Association des régions du Maroc (ARM) a connu la participation de plus de 1400 personnes représentant les départements ministériels, des élus locaux et régionaux, des parlementaires, des représentants des associations des collectivités territoriales, des centres régionaux d’investissement, des représentants des établissements publics, des universitaires, des experts nationaux et internationaux, des partenaires internationaux ainsi que des acteurs des secteurs public et privé. La séance d’ouverture de ces Assises a été marquée par un message Royal dont lecture a été donnée par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Durant ces deux jours, les participants ont mené un large débat répondant aux objectifs fixés par ce colloque ; à savoir: le partage des éléments de diagnostic relatif au bilan de la mise en œuvre de la régionalisation avancée ; l’identification des pistes d’action nécessaires à l’atteinte d’un nouveau palier dans le processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée ; la mise en œuvre optimale de la Charte nationale de la déconcentration administrative en vue d’une meilleure et efficiente mise en œuvre de la régionalisation avancée, la mise en exergue des réalisations et des défis posés à la régionalisation avancée et la mutualisation des bonnes pratiques et des expériences innovantes. Pour débattre de ces axes, les organisateurs ont programmé six panels articulés autour des thématiques suivantes: Le développement régional intégré : entre les impératifs de la réduction des disparités territoriales, Les enjeux de la compétitivité et l’attraction de l’investissement, La gouvernance financière et les problématiques de financement des régions : enjeux et perspectives, La déconcentration et la contractualisation : piliers d’une bonne gouvernance de l’action publique territoriale, Les compétences des régions : un enjeu au cœur du processus de régionalisation avancée, La démocratie participative : un levier pour une mise en œuvre participative de la régionalisation avancée, et l’administration régionale : vers un nouveau modèle de management. A l’occasion de ces Assises, les membres du gouvernement et les présidents des 12 régions ont signé un Cadre d’orientation pour la mise en pratique des compétences propres aux régions. La signature des Contrats programme entre le gouvernement et les régions de Souss-Massa, Dakhla et Fès, a néanmoins été reportée. Lors de la séance de clôture, Abdelouahed Laftit a souligné l’importance de ces Assises qui coïncident avec la désignation par S.M le Roi de la Commission spéciale sur le modèle de développement et qui vise «à examiner avec franchise, audace et objectivité l’état des lieux au vu des réalisations du Royaume, des réformes engagées, des attentes des citoyens, du contexte international actuel et de ses évolutions à venir». Il a aussi mis l’accent sur l’importance de la déconcentration administrative comme point clé pour une meilleure gestion régionale, en rappelant que son département s’engage à faire réussir le processus de la déconcentration administrative. Le ministre de l’Intérieur a aussi annoncé que des Assises nationales de la régionalisation avancée seront organisées tous les deux ans alors que le deuxième Forum national des collectivités territoriales placé sous le thème « Le développement des agglomérations urbaines » est prévu en 2020. Au terme de ce colloque, le ministre a présenté les recommandations qui ont sanctionné les travaux de ces Assises.

Les recommandations

1- Renforcer les mécanismes de la planification territoriale en droite ligne avec la politique générale de l’Etat en la matière, ainsi que la convergence et l’adéquation des programmes de développement régional avec les plans sectoriels.
2- Adopter la justice territoriale en tant que priorité dans les politiques publiques et territoriales en vue de réduire les disparités spatiales et sociales.
3- Appeler les régions à adhérer fortement à la mise en oeuvre effective des principes et objectifs du nouveau système de gestion budgétaire et financière à travers une programmation pluriannuelle, qui obéit aux exigences de l’efficacité et de la qualité.
4- Inciter l’Etat à poursuivre ses initiatives pour renforcer les capacités des régions en matière de gouvernance et de gestion financière et oeuvrer à la diversification des sources de financement de la région à travers des solutions novatrices.
5- Conclure des contrats-programmes entre l’Etat et les collectivités territoriales au sujet des compétences transférées pour garantir la participation de tout un chacun dans les programmes de développement régional et la mobilisation des ressources nécessaires à leur exécution.
6- Garantir l’adhésion des services centraux des départements ministériels et des institutions publiques à la mise en oeuvre de la Charte de la déconcentration administrative en accordant plus de prérogatives et le transfert des ressources suffisantes aux services extérieurs pour qu’ils puissent s’acquitter efficacement de leurs missions.
7- Lancer le chantier relatif à l’adaptation législative et organisationnelle des compétences dévolues aux différents départements ministériels avec les compétences des régions.
8- Fixer un minimum commun de compétences à transférer aux régions, en érigeant en priorité les réformes relatives à des secteurs et prestations qui concernent de près les citoyens et qui mènent à l’amélioration de leur niveau de vie.
9- Renforcer les capacités des collectivités territoriales en termes de mécanismes de la démocratie participative et de la communication avec les citoyens et la société civile.
10- Renforcer l’ouverture de la région sur le citoyen et la société civile pour leur permettre de contribuer au développement régional inclusif.
11- Améliorer les capacités de gestion de l’administration régionale à travers des compétences hautement qualifiées et le renforcement de son attractivité par l’adoption d’un règlement interne dédié aux fonctionnaires des collectivités territoriales en prenant en considération leurs spécificités et les missions qui leur sont assignées.
12- Mettre en place les mécanismes de la gouvernance et activer les mécanismes de coordination et de communication entre l’administration régionale et les différents intervenants.

Habib El Malki préside une réunion sur les Assises nationales de la régionalisation avancée

L’ USFP a tenu une réunion de coordination et de concertation au siège du parti à Agadir en vue de sa participation aux travaux des Assises nationales de la régionalisation avancée qui se sont déroulés dans la capitale du Souss en cette fin de semaine. Cette rencontre a été présidée par Habib El Malki, membre du Bureau politique de l’USFP et président du Conseil national du parti. Y ont pris part les membres du Bureau politique, Mohamed Mouhib et Nouzha Abakrim, le président du Groupe socialiste à la Chambre des conseillers, Mohamed El Alami, ainsi que les élus du parti dans les différentes régions du Royaume, les membres des deux Chambres du Parlement ainsi que ceux du secrétariat régional de l’USFP dans la région de Souss-Massa.

Tiznit : un retraité français retrouvé mort à son domicile

lesiteinfo.ma – 23/12/2019

Un militaire retraité, de nationalité française, a été retrouvé mort chez lui, à Tiznit.

Selon une source de Le Site Info, l’octogénaire vivait seul depuis le décès de son épouse. Le couple avait décidé de s’installer au Maroc pour y passer sa retraite, indique-t-on.

La même source précise que le défunt serait décédé des suites des problèmes de santé dont il souffrait, soulignant que c’est un groupe de voisins qui a alerté les autorités après avoir découvert le corps.

Le corps du défunt a été transféré à la morgue de l’hôpital provincial Hassan II d’Agadir pour autopsie, alors qu’une enquête a été ouverte par les services de police, sur instructions du parquet compétent, afin de déterminer les circonstances exactes de ce décès.

Eau : Comment la région d’Agadir sécurise son approvisionnement

infomediaire.net – 22/12/2019

Le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, a présidé, au siège de l’Agence du Bassin Hydraulique du Souss-Massa à Agadir, une réunion de travail durant laquelle un exposé a été présenté sur l’état des ressources en eau dudit bassin ainsi que sur les actions planifiées pour la sécurisation de l’approvisionnement en eau de la région.

Parmi ces actions, présentées dans cet exposé fait par le directeur de l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa, Mohamed El Feskaoui, figure la mise en place du projet d’interconnexion entre le complexe « Mokhtar Soussi-Aoulouz » et le système d’alimentation en eau potable du Grand Agadir pour la sécurisation de l’eau potable de cette ville.

Il s’agit aussi du dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation et d’alimentation en eau potable, notamment à travers la mise en service de la station de dessalement de Chtouka prévue en 2021, ainsi que de la poursuite de la construction des grands barrages pour le développement de l’offre notamment dans les régions du Haut Souss et de Tamri.

Ces actions portent, en outre, sur la réalisation des petits et moyens barrages dans les zones montagneuses en faveur du développement local et du renforcement des efforts menés en matière d’économie en eau, particulièrement dans le secteur agricole, ainsi que de la réutilisation des eaux usées épurées pour l’arrosage des espaces verts

Opération de la DGST ce lundi dans la région d’Agadir

lesiteinfo.com – 23/12/2019

Les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) ont procédé, ce lundi dans la province de Chtouka-Aït Baha (région d’Agadir), à l’arrestation de trois individus soupçonnés d’allégeance à “Daech”.

Selon une source de Le Site Info, les arrestations ont eu lieu dans les communes de Oued Essafa et d’Aït Baha.

Et de préciser que les opérations de fouilles effectuées aux domiciles des prévenus ont permis la saisie d’appareils et de manuscrits faisant l’apologie de l’idéologie extrémiste.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet général compétent, indique-t-on.

%d blogueurs aiment cette page :