Agadir : L’administration régionale des Douanes dévoile son bilan 2019

par Malika Alami – lavieeco.com – 31/01/2020

C’EST SOUS SA JOLIE COUPOLE, BÂTIMENT HISTORIQUE ET MYTHIQUE AU PORT DE PÊCHE D’AGADIR, QUE LA DIRECTION INTERRÉGIONALE DES DOUANES A CÉLÉBRÉ LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DOUANES.

Ce bâtiment, qui se caractérise par son architecture semblable à une soucoupe volante, a été le premier édifice à abriter les services des Douanes à Agadir depuis 1952.

coupole Douanes Agadir
coupole Douanes Agadir

La structure ayant résisté au séisme de 1960, a continué à réunir certains services de cette administration. Aujourd’hui, rénovée et mise en valeur, elle symbolise véritablement la durabilité, au cœur du thème choisi cette année par l’Organisation mondiale des Douanes (OMD). «La durabilité au cœur de l’action douanière pour les personnes, la prospérité et la planète» est en effet le slogan à travers lequel l’ODM invite les douanes membres à promouvoir leurs efforts dans les domaines précités pour contribuer à un avenir durable.

La cérémonie organisée à Agadir dans le cadre de cette journée internationale était une occasion pour présenter à l’assistance les performances 2019 de la direction interrégionale à Agadir (DIA). On retient de ce bilan, un volume de recettes douanières globales de 2,84 milliards de DH réalisé en 2019 par l’établissement dans son champ d’action, soit un taux de réalisation de 95% par rapport à l’objectif estimé à 3 milliards de DH pour la même période, est-il indiqué dans un rapport de la DIA.

Administration régionale des douanes
Administration régionale des douanes

L’année 2019 a été aussi marquée par des réalisations importantes en matière de saisies de marchandises de la contrebande, notamment les stupéfiants et les cigarettes. Ce sont ainsi à ce niveau plus de 1,18 million d’unités de cigarettes qui ont été saisies dans le cadre de la lutte menée contre la contrebande dans la zone d’action de la DIA. Tous produits confondus, la valeur totale des marchandises saisies dans ce cadre a atteint un montant de 16,36 millions de DH. La somme totale des amendes recouvrées est pour sa part de 23,36 millions de DH.

La manifestation de la DIA a été aussi marquée par notamment des hommages rendus aux ressources humaines parties en retraite au cours de l’année précédente. Les équipes de l’administration des douanes à Agadir ont également saisi l’occasion pour fêter la décoration Royale que vient de recevoir leur directeur régional, Abdallah Driche. Le Wissam de mérite national de classe exceptionnelle a été décerné à ce haut-fonctionnaire lors de la fête du Trône 2019 et le lui a été remis le 24 janvier 2020 par le ministre de L’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaaboun.

Douanes Agadir
Douanes Agadir

Le RNI parviendra-t-il à préserver l’indépendance de l’institut royal amazighe ?

yabiladi.com – 31/01/2020

Le projet de loi organique portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine est au cœur d’un nouveau bras de fer entre le PJD et le RNI. Les députés de ce dernier s’opposent fermement à un amendement présenté par le gouvernement.

Siège de l’IRCAM à Rabat. / DR

Le RNI d’Aziz Akhannouch réussira-t-il à sauvegarder l’indépendance de l’Institut royal de la culture amazighe ?
La Colombe mène en ce sens une campagne de pression au niveau de la Commission de la culture, de l’enseignement et de la communication à la Chambre des représentants.

Ses députés ont reporté, mercredi et pour la deuxième fois, l’examen du projet de loi organique n°04.16 portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine.

Le gouvernement El Othmani semble avoir contribué, sans en mesurer les conséquences, à alimenter la colère des élus de la Colombe.
Le processus de l’adoption du texte qui était sur le point de se conclure a été stoppé net, malgré le feu vert accordé le 31 décembre et à l’unanimité, par la plénière de la Chambre des conseillers.

En cause, l’amendement présenté, à la dernière minute, par le ministre El Hassan Abyaba visant à éviter à l’Institut d’études et de recherches pour l’arabisation (IERA), crée en 1960, de tomber sous la tutelle du Conseil des langues, comme c’est le cas pour l’IRCAM et l’Académie Mohammed VI de la langue arabe.

Une aubaine pour Akhannouch pour se rapprocher du mouvement amazigh

La montée au créneau des députés du RNI n’est pas fortuite, sachant que ses conseillers parlementaires avaient voté en faveur de l’amendement présenté par le gouvernement, d’abord le 24 décembre à la commission de l’enseignement et des Affaires culturelles et sociale et ensuite à la plénière du 31 décembre de la Chambre haute.

«La participation du président du parti, le 12 janvier à Agadir, au festival organisé à l’occasion du nouvel an Yennayer a chamboulé le cours de l’adoption de la loi organique 04-16», nous confie une source bien informée.

«Les représentants du mouvement conviés à prendre part à l’événement ont demandé à Aziz Akhannouch d’agir pour que l’IRACM garde son indépendance à l’instar de l’action des islamistes du PJD en faveur de l’institut de l’Arabisation, créé seulement par décret ministériel et non pas par Dahir royal», explique-t-elle. Cette festivité dans la capitale du Souss a ainsi été suivie par le blocage du projet de loi organique n°04-16 en deuxième lecture à la Chambre des représentants.

Aziz Akhannouch et les siens sont tenus d’apporter des gages de leur volonté de s’ouvrir sur les composantes du mouvement amazighe, connues pourtant pour leur prise de distance avec les opérations électorales. Le RNI n’est d’ailleurs pas le seul à les courtiser, le Mouvement populaire et le PAM le sont également.

A rappeler que l’amendement de la discorde a été d’ailleurs rejeté par l’ancien ministre de la Culture et communication, Mohamed Laarej, au grand dam du PJD et de l’Istiqlal.

L’Américain Nat Young remporte la Première édition du Pro Taghazout Bay

lnt.ma – 31/01/2020

L’Américain Nat Young a remporté la Première édition du Pro Taghazout Bay, étape du Qualifying Series 2020 de la World Surf League.

Le Péruvien Alonso Correa a occupé la deuxième place tandis que la troisième place est revenue ex aequo aux Portugais Vasco Ribeiro et Frederico Morais.

« Les magnifiques vagues de Taghazout étaient en ma faveur et j’ai pu réaliser une grande performance », a précisé Young saluant le talent confirmé, le grand esprit de compétition et l’expérience des autres surfeurs.

De son côté, le directeur de cette compétition, Laurent Miramon, s’est félicité de la qualité exceptionnelle des vagues ainsi que des conditions climatiques, ayant permis aux surfeurs de réaliser une meilleure performance.

Classée QS5,000, la seconde catégorie la plus importante des Qualifying Series en 2020, le Pro Taghazout Bay est l’une des compétitions les plus attendues du calendrier, aux côtés du Pipeline à Hawaï, de l’île de Hainan en Chine, ou encore de Fernando De Noronha au Brésil.

Attirant certains des meilleurs surfeurs de la planète, le Pro Taghazout Bay a connu la participation de Kanoa Igarashi (Japon), Frederico Morais (Portugal) et de la star du surf de grosses vagues Kai Lenny (USA).

Côté marocain, ont pris à cette compétition Ramzi Boukhiam, Redouane Regragui, Aboubakar Bouaouda, Selyann Zouhir et Neil Aboufiras ainsi que Othmane Choufani et Abdel El Harim, entre autres.

A noter que cette première édition bénéficie de l’appui de la Fédération Royale Marocaine de Surf, la Région Souss-Massa, et l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT).

Télévision : « Échappées belles » vous emmène ce soir au sud du Maroc

quotidiendutourisme.com – 30/01/2020

Résultat de recherche d'images pour "Échappées belles » au Maroc"

Le célèbre magazine de voyages « Échappées belles » emmène cette semaine le téléspectateur au sud du Maroc. L’occasion pour l’animatrice Tiga de parcourir cette région encore peu visitée par les touristes, d’Agadir à l’erg Chegaga, en passant également par l’oasis de Tioute et la ville fortifiée de Taroudant.

Samedi à 20h50 sur France 5.

La visite d’Emmanuel Macron au Maroc a été reportée

lesinfos.ma – 30/01/2020

La visite d’Emmanuel Macron au Maroc a été reportée

Le président français Emmanuel Macron devait effectuer une visite d’Etat au Maroc les 12 et 13 février 2020. C’est ce qu’avait annoncé, en décembre dernier, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne dans le cadre de la 14ème Rencontre de Haut Niveau France-Maroc.

Selon une source de Le Site info, la visite d’Emmanuel Macron a finalement été reportée pour des raisons liées à l’agenda du président français. Et d’ajouter que cette visite devrait avoir lieu en mars prochain.

Rappelons que plusieurs médias marocains et français avaient confié que Macron se rendra à Rabat pour convaincre les responsables marocains de choisir le groupe Alstom afin de s’occuper de la 2ème tranche du TGV qui reliera Marrakech et Agadir.

Université Citoyenne HEM : Un programme d’apprentissage riche à Agadir

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 30/01/2020

Université Citoyenne HEM : Un programme d’apprentissage riche à Agadir

Une véritable plate-forme de formation pluridisciplinaire

Pour la quatrième année consécutive l’Université Citoyenne HEM revient dans les locaux de l’École nationale de commerce et de gestion d’Agadir (ENCG) avec un programme riche en apprentissage et en débats, ainsi que des séminaires, gratuits, ouverts à tous et étalés sur 3 mois, de janvier à mars.

Dans le cadre de sa politique de développement de la connaissance, HEM a mis en place, depuis deux décennies, l’Université Citoyenne. Un concept unique au Maroc qui a été repris par la Fondation HEM depuis sa création et qui assure des cycles de séminaires gratuits, certifiants, ouverts au grand public et aux médias et qui ne nécessitent pas de prérequis préalables. Conçus sous forme de cours d’initiation et de sensibilisation, ces cycles représentent une véritable plate-forme de formation pluridisciplinaire touchant des thématiques d’actualité socio-économiques, managériales, sociétales et politiques.

Le rôle de l’Université Citoyenne s’inscrit dans un cadre d’accompagnement de la croissance et l’émergence de la stratégie économique et politique de notre pays, en ouvrant le débat sur les grandes questions et les mutations de ce dernier. C’est aussi une occasion ultime pour la société de partager son opinion, de faciliter les interactions et d’inculquer chez les citoyens, peu importe leurs statuts, la liberté d’expression.

L’Université Citoyenne vise ainsi à fonder une société libre et ouverte, en misant sur le savoir, l’apprentissage et la découverte, à développer la culture de pluralité, de débat et de citoyenneté active, à travers des cours dispensés par des personnalités du monde politique et économique, des universitaires de renom et des experts.

Chaque thème comprend 3 séminaires dédiés, si bien que chaque cycle comprend 9 séminaires. À la fin, les participants ayant suivi au moins 80% des séminaires ont droit à une attestation d’auditeur. Pour cette année, le programme de l’Université Citoyenne s’annonce très riche et diversifié. Le choix des sujets s’est fait sur la base de la conformité avec l’actualité du pays, avec les débats sur les sujets de fond qui touchent les Marocains, qu’ils soient politiques, économiques ou culturels, sur les comportements sociaux.

Le programme de l’Université à Agadir repose sur trois thèmes, le premier relatif  à «l’implication des jeunes dans la vie politique», a été animé samedi dernier par Nabila Mounib, professeur à l’Université Hassan II et secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU). Tandis que le deuxième se déroulera sous l’intitulé «Le capital immatériel au service du développement territorial» en présence notamment d’Amine Laghidi, président de la commission nationale du capital immatériel, vice-président de l’Asmex et expert international en stratégie de développement et en diplomatie économique.

GRAND LOTO CARITATIF de l’UFE SAMEDI 8 FÉVRIER à 14 H 30

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le: lundi de 16 à 18h / mercredi de 10 à 12h / samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24. 

L’UNION des FRANCAIS de l’ETRANGER,  section d’Agadir, a le plaisir de vous convier au :

GRAND LOTO CARITATIF
 SAMEDI 8 FÉVRIER 2020 à 14 H 30

Qu’elle organise, SALLE de RECEPTION du GOLF du SOLEIL à BENSERGAO.
Cette très belle salle est mise gracieusement à notre disposition par le Golf du Soleil et le Groupe des Hôtels TIKIDA.

Ce LOTO, ouvert à TOUS, Adhérents ou pas de l’UFE, sera doté de nombreux lots, de toutes valeurs avec en particulier des gros lots offerts par Marjane.

Prix des cartons : 1 carton 50 dirhams ou 100 dirhams les 3.

Le bénéfice perçu à cette occasion sera intégralement destiné aux Œuvres Sociales de notre Association sur Agadir.

Des consommations seront disponibles sur place.
                                                 

VENEZ NOMBREUX

 Accompagnés de vos GRANDS et de vos PETITS

    Chaleureusement vôtre,

Jean-Claude Rozier
Président UFE AGADIR

L’ANP (Agence Nationale des Ports) va investir 1,5 Mds de DH en 2020

fnh.ma – 29/01/2020

L’ANP va investir 1,5 Mds de DH en 2020

Les principaux projets prévus dans ce cadre, concernent le réaménagement de la gare maritime de Nador, la réalisation des quais pour la zone chantier naval au port d’Agadir, les travaux d’extension du port de Jebha, des aménagements intérieurs au bâtiment communautaire au port de Casablanca et l’aménagement de l’ouvrage d’accès au port sec de Zenâta.

 

La réunion du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale des Ports (ANP), tenue récemment à Rabat, sous la présidence du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, président du Conseil d’Administration, a porté sur l’examen des projets de budgets ainsi que des principaux axes du plan d’action de l’Agence au titre de l’année 2020.

Ces axes concernent la consolidation du système de régulation, l’achèvement de la réalisation des grands projets structurants et la mise en place des chantiers de digitalisation et de dématérialisation. Lors de cette session, Amara a souligné l’importance de la poursuite des efforts d’investissement programmés pour la période 2020-2022 pour une enveloppe de 3,6 milliards de dirhams (MMDH), tout en félicitant les cadres et employés de l’ANP pour les efforts louables déployés.

Lors de la présentation des principales lignes du projet de budgets au titre de l’année 2020, la Directrice Générale de l’ANP, Nadia Laraki a indiqué que le volume du trafic traité par les ports relevant de l’ANP continuera son trend haussier en réalisant une variation de +3,9%, pour franchir le niveau de 90 millions de tonnes en 2020, expliquant cette progression par l’augmentation de 5,7% de l’activité des conteneurs et par la consolidation du rythme d’évolution de l’activité phosphatière qui enregistrera une hausse globale de 4,9%.

L’accroissement soutenu de l’activité portuaire est accompagné par la mise en œuvre de programmes d’investissement ambitieux portant sur une enveloppe globale d’environ 3,6 MMDH, dont environ 1,5 MMDH pour la seule année 2020. Les principaux projets prévus dans ce cadre, concernent le réaménagement de la gare maritime de Nador, la réalisation des quais pour la zone chantier naval au port d’Agadir, les travaux d’extension du port de Jebha, des aménagements intérieurs au bâtiment communautaire au port de Casablanca et l’aménagement de l’ouvrage d’accès au port sec de Zenâta.

Sur le plan de la régulation, le programme d’action de l’ANP arrêté au titre de l’année 2020 fait ressortir des projets visant le renforcement de la régulation des opérateurs et des activités portuaires, la promotion du régime de placement des terminaux portuaires ainsi la poursuite de projets communautaires ciblant l’amélioration de la compétitivité du transit portuaire.

En termes de prévisions budgétaires, le chiffre d’affaires de l’Agence au titre de l’année 2020 franchira le cap de 2 MMDH, soit un rebond avoisinant 13 % par rapport aux prévisions de réalisation de l’année 2019.

3ème édition du Duster Trophy : Un road trip qui allie aventure, challenge et action sociale

aujourdhui.ma – 29/01/2020

3ème édition du Duster Trophy : Un road trip qui allie aventure, challenge  et action sociale

La troisième édition du Duster Trophy organisée récemment a sillonné le Royaume avec la mise à l’épreuve des capacités du tout-terrain de la marque Dacia. Ce convoi composé de 25 Dacia Duster et plus de 40 participants venant de différentes villes du Maroc, de générations différentes, a accepté de vivre l’aventure Duster Trophy et surtout mettre à l’épreuve la robustesse de leur propre Duster.

Le convoi Duster Trophy a parcouru près de 1.400 km en 4 jours, passant de 1.500 mètres d’altitude au cœur de l’Atlas à 1 m du niveau de l’océan, dont la vallée de l’Ourika, Setti Fatma et les falaises de la côte Atlantique entre Imsouane et Imi Ouaddar. Une des particularités de cette aventure est que non seulement elle met à l’épreuve la robustesse du modèle, mais elle met aussi en avant les atouts d’un modèle leader de sa catégorie, à travers une série de challenges créée pour l’occasion : le 1er challenge s’appelant «Plus de rangements que jamais», les participants étaient invités à chercher et résoudre les énigmes cachées dans les différents rangements à l’intérieur du Duster. Un jeu ludique mettant en avant la multiplication des rangements au sein de l’habitacle (portières, dossiers des sièges avant, sous le siège passager…).

Le 2ème challenge, s’appelant «Plus smart que jamais», expose la Carte mains-libres, une avancée technologique certaine, simplifiant l’ouverture et la fermeture centralisée des portes. Cette 3ème édition a été aussi marquée par une action caritative sous le thème «Plus proche que jamais» à Argan oil&amlou Coopérative Mogador Essaouira – Arganara. Différents ateliers ont été mis en place, afin de rénover et réhabiliter le local de l’association, tout en offrant aux femmes de la coopérative des conditions de travail décentes. Avec l’aide de tous les participants au Duster Trophy, le local a été repeint, réaménagé et remis en état, avec une mise en place d’une enseigne et d’un espace d’exposition des produits de la coopérative, pour une meilleure visibilité.

En parallèle de l’aventure, des challenges et de l’action sociale, le Duster Trophy a aussi fait escale dans les concessions NCRA à Marrakech et Sodisma à Agadir. Ces deux visites ont permis aux clients d’acquérir des informations tant sur le service après-vente que sur le réseau Renault/Dacia au Maroc, le plus étendu du Royaume.  Pour rappel, le Duster Trophy, lancé en 2017 par Renault Commerce Maroc, est un road trip de plusieurs jours à la découverte du pays à bord de Dacia Duster. La première édition a défié le grand Sud en partance d’Agadir pour arriver à Kasbah El Jouan, mettant à l’épreuve le modèle Dacia Duster. En 2018, la 2ème édition a exploré le grand Nord en passant par Ifrane, Tétouan pour arriver enfin à Tanger. Le Duster Trophy est une expérience enrichissante et unique dans son genre. Cette épreuve permet d’interagir et de rapprocher la marque de ses clients, échanger avec les équipes Dacia et être à l’écoute de ses acheteurs, mieux les connaître et comprendre leurs besoins ainsi que mettre en avant les qualités du modèle.

Programme d’eau potable et d’irrigation 2020-2027 : Les détails

par Abdelali El Hourri – medias24.com – 28/01/2020

Projets de barrages, stations de dessalement, réutilisations des eaux usées… Voici les détails du programme national prioritaire d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation.

Programme d'eau potable et d'irrigation 2020-2027: Les détails

On en sait davantage sur le programme national prioritaire d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation. Abdelkader Amara, le mutique ministre de l’Equipement, en a livré les détails lundi 27 janvier, devant la commission des infrastructures, à la Chambre des représentants.

L’exposé fait suite à la demande des groupes PJD et UC au sein de la première chambre. Il intervient quelques jours après la séance de travail tenue au palais royal de Marrakech. Evénement marqué par le coup d’envoi de ce programme qui couvrira la période 2020-2027. Il s’inscrit dans une politique plus globale dont la mise en œuvre s’étendra sur les 30 prochaines années (Programme national de l’eau 2020-2050).

« C’est un sujet stratégique et on ne doit pas lésiner sur les moyens », lance M. Amara. D’où le budget alloué au dispositif: 115,4 MMDH. Le Maroc est classé parmi les pays au stress hydrique élevé, ce qui signifie que la demande en eau est supérieure à la quantité disponible. La célérité est de mise, même si le ministre estime qu’il ne « faut pas dramatiser ».

« L’été, un certain nombre de régions marocaines souffrent d’un déficit hydrique. Ce sont généralement des zones dotées de systèmes locaux d’approvisionnement. Or, le cumul d’années de sécheresse vulnérabilise ces systèmes qui ne peuvent plus répondre à la demande en eau », explique M. Amara.

Le programme tend ainsi à « limiter l’impact climatique » et « garantir la sécurité de l’eau ». Ces objectifs, entre autres, passent par la réalisation d’actions qui s’articulent autour de cinq axes principaux, détaillés comme suit :

> L’amélioration de l’offre hydrique :

« Cette amélioration se fera fondamentalement via la construction des barrages », annonce le ministre.

Aujourd’hui, le Maroc compte 145 barrages pour une capacité de stockage de 18,67 milliards de m3. 20 nouveaux barrages sont prévus dans le cadre du programme, pour une capacité de totale de 5,38 milliards de m3. 14 autres barrages sont en cours de construction (3,21 milliards m3). Ces chiffres ne concernent que « les grands barrages ». Selon les derniers recensements, le Royaume compte en outre 909 petits barrages. 130 ont été réalisés et 20 sont en cours de réalisation.

« 2015, 2016 et 2017 ont été marqués par une faible pluviométrie qui a impacté négativement le stock des barrages et la nappe d’eau souterraine. Une amélioration a été observée en 2018. Actuellement, le taux moyen de remplissage des barrages est évalué à 50% au lieu des 62% enregistrés l’année précédente », rappelle M. Amara.

L’amélioration de l’offre implique aussi la prospection d’eaux souterraines nouvelles pour renforcer l’approvisionnement en eau potable. Le ministère de l’Equipement y contribuera via un budget estimé à 800 MDH tandis que l’ONEE investira une enveloppe de 560 MDH.

Par ailleurs, l’on prévoit la mise en place de trois nouvelles stations de dessalement pour une capacité de production totale estimée à 243.300 m3/jour (Ex: station de Casablanca, capacité de 200.000 m3/jour? annoncée). Actuellement, 5 stations sont en cours de réalisation  pour une capacité de 328.200 m3/jour (Ex: Station d’Agadir dont la capacité est annoncée entre 150.000 et 200.000 m3/jour pour l’eau potable et 125.000 et 200.000 m3/jour destinés à l’irrigation) tandis que 4 ont été réalisées (46.300 m/jour).

>La gestion de la demande et la valorisation de l’eau, notamment dans le secteur agricole

Ce volet dépend de la mise en œuvre du programme national d’économie d’eau d’irrigation. Notamment via l’équipement de 350.00 hectares supplémentaires, l’augmentation des espaces équipés de systèmes d’irrigation au goutte à goutte à environ 940.000 hectares à l’échelle nationale.

Il s’agira également de réaliser le projet d’aménagement hydro-agricole pour la sauvegarde la plaine de Saiss, sur une surface de 30.000 hectares à travers la réalisation d’un canal  et d’un réseau de transfert d’eau à partir du barrage Mdez.

Un dispositif hydro-agricole viendra renforcer la zone sud-est de la plaine du Gharb sur une superficie de 30.000 hectares. L’objectif est de préserver les ressources en eaux pourvues par le barrage Al Ouahda qui vise à étendre les espaces d’irrigation dans la région.

Le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural

« Le domaine rural ne doit plus dépendre de systèmes locaux. Il est aujourd’hui nécessaire qu’il soit lié à des systèmes structurels, à l’instar des villes du Royaume », explique M. Amara. D’où l’équipement entamé de 160 centres et la programmation de l’équipement et mise à niveau de 659 centres supplémentaires au profit de 1,2 millions d’habitants.

Le programme prévoit  aussi de poursuivre l’aménagement de 10.818 douars et la programmation de l’équipement de 7.876 douars supplémentaires au profit de 5,7 millions d’habitants. Il s’agit en outre d’améliorer « le rendement des réseaux de distribution dans les villes et centres urbains à hauteur de 78% à l’horizon, ce qui permettra d’économiser un total de 207 millions de m3 d’eau », selon le ministre.

 > La réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts

« L’opinion publique nationale et internationale n’accepte plus que les espaces verts soient irrigués à l’eau potable », indique M. Amara. « Nous avons décidé d’irriguer les terrains de golf uniquement via des eaux usées traitées. Il s’agit désormais d’étendre ce dispositif à l’ensemble des espaces verts », ajoute-t-il.

En ce sens, il est question de diligenter un « programme national intégré d’assainissement liquide dans les milieux urbain et rural et la réutilisation des eaux usées traitées ». Le but est de « poursuivre la réalisation des projets d’assainissement au profit de 128 villes et centres urbains, ainsi que le raccordement de 1.207 centres ruraux aux réseaux d’assainissement, en plus de la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts ».

La communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience liée à l’importance de la préservation des ressources en eau et la rationalisation de son utilisation

« Les Marocains ne doivent plus considérer l’eau comme un produit inépuisable », martèle le ministre. Un des axes importants consiste à convaincre les citoyens « de la nécessité de rationaliser l’usage de l’eau » et « de l’importance de la préservation des ressources hydriques, surtout pour les générations futures ».

Le programme prévoit en ce sens de larges « campagnes de sensibilisation » via « les canaux de communication directs et indirects », notamment « les réseaux sociaux ».

Promotion de l’amazigh : le détail du plan d’action de Tiznit

par Malika Alami – lavieeco.com – 28/01/2020

Promotion de l’amazigh

LE CONSEIL PROVINCIAL VIENT D’ÉLABORER UNE FEUILLE DE ROUTE QUI S’ARTICULE AUTOUR DE QUATRE AXES MAJEURS. UN PROGRAMME D’ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION INFORMELLE EN LANGUE AMAZIGHE SERA MIS EN ŒUVRE.

Le Conseil provincial de Tiznit passe de nouveau à l’acte pour la mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh. La collectivité locale a entériné, lors de sa session ordinaire de ce mois de janvier, le plan d’action relatif à la mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh. Une démarche encore une fois inédite au niveau national. Dotée d’une enveloppe budgétaire de 500 000 DH, cette feuille de route s’articule autour de quatre axes majeurs, précise Abdellah Ghazi, président du Conseil provincial de Tiznit. Le premier axe englobe des projets intégrés inscrits dans le plan de développement de la province au titre de la période 2017-2022. Plan de communication, campagne de sensibilisation à la citoyenneté et l’éducation civique, qualification et valorisation des musées et monuments historiques et culturels, sont quelques actions auxquelles veut contribuer le Conseil provincial dans ce cadre.

C’est autour de l’apprentissage de la langue amazighe que s’articule le deuxième axe. Pour ce faire, des ateliers de formation et journées d’études figurent au programme. Le troisième axe, pour sa part, contient notamment des mesures et procédures administratives à mettre en œuvre. Il s’agit entre autres de mise en place de dispositifs d’accueil, d’orientation et de prestation de services en langue amazighe. Le Conseil provincial entend aussi utiliser la langue amazighe lors de ses sessions et réunions officielles. La publication des arrêtés et décisions administratives et des délibérations du conseil dans le Bulletin officiel des collectivités locales en langue amazighe est aussi prévue. Ainsi, il est annoncé que les imprimés officiels et questionnaires adressés au public, tout comme les documents et attestations établis et délivrés par le Conseil provincial seront rédigés en langue arabe et amazighe. Mais pas seulement. Les langues amazighe et arabe seront désormais utilisées sur tous les communiqués, panneaux et supports de signalisation affichés dans l’administration, les services publics, les chantiers et véhicules du Conseil provincial. Objectif : assurer l’égalité entre la langue amazighe et la langue arabe dans tous les actes et services publics de la collectivité.

Dans ce plan d’action, l’apprentissage de la langue amazighe occupe une place importante. A cet effet, un programme d’alphabétisation et éducation informelle en langue amazighe sera mis en œuvre. En outre, il est prévu de réaliser des recherches et études sur la langue, la culture et la civilisation amazighe. Le tout ne se fera pas sans l’implication des acteurs associatifs amazighes. Ce sont enfin des actions de plaidoyer qui composent le quatrième axe de ce plan d’action. Dans ce cadre, il est question de militer en faveur d’un découpage provincial et régional avec les spécificités socioculturelles locales et pour l’adaptation des lois organiques des collectivités locales avec la loi organique 26-16. Pour rappel, ce texte de loi donnant corps à l’article 5 de la Constitution fixe les étapes de la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les différents secteurs prioritaires de la vie publique.

Parallèlement à ces résolutions, la ville de Tiznit fait actuellement sa promo à Agadir à l’occasion des journées culturelles organisées par le Conseil provincial dans la capitale du Souss. Il s’agit de mettre en avant dans la station balnéaire les potentialités et le développement socio-économique de Tiznit. La manifestation, qui a commencé samedi dernier pour se poursuivre jusqu’au 25 janvier, vise à mettre en avant auprès des touristes nationaux et étrangers l’attractivité de la province. Et ce, à travers des expositions des produits, activités et spécificités de la région de Tiznit, implantées dans plusieurs sites d’Agadir, notamment à proximité de la Chambre de commerce et à l’hôtel de ville d’Agadir. Au programme également des projections de films et documentaires ainsi que des spectacles pour raconter le patrimoine traditionnel local. Le tout vise à booster le développement de Tiznit. A travers toutes ces actions, la province de Tiznit passe ainsi au concret dans la mise en œuvre de la régionalisation avancée.

Hassania d’Agadir : Mustapha Oucherif promu entraîneur principal jusqu’à la fin de la saison

par Abderrahmane Ichi – lematin.ma – 28/01/2020

 

Mustapha Oucherif promu entraîneur principal jusqu’à la fin de la saison

Le Hassania d’Agadir a privilégié la solution interne pour remplacer son entraîneur Mhamed Fakhir, viré la semaine dernière. Le club a choisi de promouvoir Mustapha Oucherif, qui occupait jusque-là le poste d’entraîneur adjoint, en lui confiant les rênes de la première équipe. Il sera assisté par Mohamed Lahsaïni.

Pour reprendre l’équipe en main, un effectif de qualité, mais en plein doute, le Hassania d’Agadir a privilégié la solution interne. Plutôt que d’aller chercher un nouvel entraîneur qui coûterait beaucoup d’argent à la trésorerie, le club gadiri a opté pour Mustapha Oucherif, un enfant du club. L’information a été confirmée au «Matin» par le président du club, Habib Sidinou. «On va garder Mustapha Oucherif. C’est un enfant de club. Il connaît bien les joueurs et ils lui font confiance. Le résultat face à El-Jadida est encourageant. Les joueurs se sont libérés».
D’après Sidinou, Ouchérif sera assisté par Mohamed Lahsaïni. Abdelali Rafali (préparateur physique) et Abdelatif Moutii (entraîneur des gardiens de but) sont confirmés dans leurs missions. Le club a confié les clés de sa direction technique à Jamaleddine Lahreche.
Oucherif, qui a passé la majorité de sa carrière au Hassania aura la lourde tâche de sortir le club de la zone de relégation dans laquelle il patauge. Une mission, qui s’annonce difficile, mais pas impossible. Ouchérif a commencé par une précieuse victoire face au Difaa Hassani El Jadidi.
Quatorzième après 12 journées avec 12 points, le Hassania d’Agadir traverse une mauvaise passe en Championnat, mais signe un bon parcours en Coupe de la CAF. Le limogeage de Miguel Gamondi après la défaite-surprise en finale de la Coupe du Trône face au Tihad de Casablanca a plombé le club. Le recrutement de Mhamed Fakhir a aggravé la situation puisque l’ancien coach de l’AS FAR a été rejeté par les supporters. Les ultras l’ont en effet déclaré persona non grata et multiplié les sit-in pour exiger son départ. Une situation intenable qui a poussé la direction du club à mettre fin à son contrat, décision qui a ouvert la voie à Mustapha Oucherif pour prendre les rênes de l’équipe.

 

Visite Royale à Agadir : les habitants de la ville l’attendent avec impatience

par Khadija KHETTOU – fr.hespress.com – 28/01/2020

Visite Royale à Agadir: les habitants de la ville l’attendent avec impatience

La perle du sud, Agadir, se refait une beauté et s’apprête à accueillir le Roi Mohamed VI. Selon plusieurs sources concordantes, le roi est attendu prochainement dans la ville pour inaugurer plusieurs projets socio-économiques, notamment la Cité des métiers d’Agadir.

Une nouvelle qui a énormément enchanté les habitants de la ville, comme ont témoigné plusieurs interlocuteurs au micro de Hespress Fr, et qui, selon eux, fera bouger les choses dans leur ville qui connait plusieurs anomalies notamment le taux élevé de chômage, une stagnation économique en dépit du tourisme national et international, ou encore des projets non achevés.

En effet, lors d’une visite de terrain à Agadir, gérée par le PJD, un commerçant du complexe artisanal de Talborjt nous avait alors expliqué les différentes problématiques auxquels sont confrontés les artisans de ce complexe aujourd’hui déserté, est l’un des plus anciens de la ville, face au lobbyisme des hôtels.

« À l’époque, les touristes venaient directement chez nous pour acheter les articles en argent et autres accessoires. Aujourd’hui, si un touriste vient, les commerçants se l’arrachent puisqu’on vit une crise intense. Ce problème se posait quand les hôtels ont commencé à proposer tous les services au sein de leurs établissements », relève notre interlocuteur. Comment ?

Selon ce petit commerçant âgé de 64 ans, « les hôtels proposent à leurs clients d’acheter les accessoires en argent chez eux, où de leur ramener carrément des commerçants sur place, sous prétexte qu’ils se feront arnaquer à l’extérieur et se verront fourguer du faux », s’indigne-t-il, soulignant que les produits proposés au complexe sont de « qualité et avec des prix raisonnables ».

Même son de cloche du côté des chauffeurs de taxi qui se plaignent du monopole des hôtels. Selon eux, les hôtels se mettent d’accord avec des transports privés ou carrément des chauffeurs de taxi spécifiques pour transporter leurs clients, empêchant ainsi les pauvres taximen de la ville de gagner leur vie auprès des touristes, sous prétexte également d’arnaque.

Nos deux interlocuteurs ont fait savoir que la faute revient, selon eux, aux responsables de la ville qui « n’arrivent pas, ou ne veulent pas, contrôler et ordonner le secteur du tourisme et de l’hôtellerie et se mettre ainsi sur le dos, les lobbys du secteur, en imposant des règles et des consignes à suivre pour tout acteur sur le marché».

D’un autre côté, un jeune banquier de la ville a pointé du doigt les responsables quant au lancement de plusieurs projets, qui n’ont toujours pas vu le jour, ou encore les routes qui laissent à désirer.

Ce banquier s’interroge également « comment se fait-il que les responsables à Agadir n’aient pas pu mettre en place, pour une nouvelle grande ville comme Agadir, un plan d’infrastructure et d’aménagement digne de cette belle ville ? Il n’y a aucune vision quant à l’image qu’on veut donner d’Agadir sur le plan architectural ».

Il donne ainsi l’exemple de plusieurs quartiers au centre-ville et alentours où « on donne l’autorisation pour la construction d’un immeuble R+4 à côté d’une villa, et juste en face il y a un projet d’habitat social et à l’autre bout un bidonville, sans parler de l’homogénéité des couleurs», donnant ainsi l’exemple de Marrakech où « tous les bâtiments sont en rouge, ce qui fait l’identité de la ville ocre ».

Agadir, une ville à fort potentiel

Une jeune médecin habitant au quartier Hay Mohammadi d’Agadir, un nouveau quartier immense dont « l’architecture laisse à désirer », s’est également plainte du travail « médiocre et fainéant des responsables du Conseil de la ville » quant à la gestion des déchets dans son quartier ou encore les « travaux effectués sur les routes qui ne font qu’aggraver leur état, malgré les nombreuses réclamations soumises par les habitants du quartier ».

D’autre part, cette jeune dentiste a soulevé une autre problématique dont souffre la ville et qui touche cette fois-ci sa jeunesse. En effet, selon notre interlocutrice, les jeunes de sa ville ne trouvent nulle part où aller pour passer leur temps libre.

« Imaginez qu’à Agadir, il n’y a pas de théâtre ni de salle de cinéma. Pour les espaces verts, n’en parlons pas. On n’a même pas de Mall ni de centre commercial digne de ce nom. Mis à part le seul complexe sportif dont on dispose, les jeunes passent la majorité de leur temps à place Al Amal, la corniche ou encore cloîtrés dans des cafés alors qu’ils débordent d’énergie », a-t-elle déclaré.

Et d’ajouter : « On a une très belle ville qui a tous les potentiels pour accéder à la tête du classement côté tourisme, pêche, agriculture … les responsables rêvent, et nous-mêmes, rêvons qu’Agadir soit comme Marrakech ou Tanger, mais ils ne mettent pas les moyens pour. Ils n’élaborent pas de plans solides, et même quand il y a un projet qui est lancé, cela prend des années pour le voir».

Pour la majorité des habitants de la ville abordés par Hespress Fr, et qui font partie de différentes catégories sociales, la ville d’Agadir a besoin d’un nouveau souffle aux niveaux économique, social et architectural. Ils réclament une nouvelle vision stratégique pour la perle du Sud, et plus de sérieux de la part de ses responsables, soulignant que la visite du Roi Mohammed VI permettra de mettre de l’ordre dans la ville et poussera les responsables à prendre conscience de l’ampleur du travail à entreprendre.

Révolutionnez votre assiette avec Marion Kaplan

Erika Maryline et Alain nous font l’immense plaisir d’accueillir Marion Kaplan.
Tout en venant nous parler de ses derniers travaux sur notre micobiote et donc notre santé, elle va démontrer avec talent qu’on peut associer cuisine douce à la vapeur avec Saveurs.

Partagez sans modération avec tous ceux que vous aimez .

EMOTIONAL FREEDOM TECHNIQUE 

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le: lundi de 16 à 18h / mercredi de 10 à 12h / samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24. 
                                                                            Agadir, le 28 janvier 2020

COMMUNIQUE  20/003

E F T … E F T …EMOTIONAL FREEDOM TECHNIQUE 

Chers Adhérents, chers amis,

Mais qu’est ce donc que ce nom anglo-barbare ?

Pour faire court, c’est en fait un ensemble de techniques ANTI-STRESS
qui rejoint  la panoplie des nouvelles méthodes de soins hors médicaments. Voir descriptif ici.

Et pour nous informer, nous avons la chance que notre Adhérente et amie, Françoise Devillechabrolle puisse nous en parler de façon vécue et compréhensible par tous.

Aussi  ne manquez pas la conférence qu’elle nous offrira :

                             le Mardi 11 Février prochain de 18h à 20h
                                                Salle VERA-CRUZ

En souhaitant vous y retrouver nombreux,

           Chaleureusement vôtre,

Jean-Claude Rozier
Président UFE AGADIR