Archives de janvier 9th, 2020

Conférence-débat sur le harcèlement scolaire le 13 janvier à 18H30

NON AU HARCÈLEMENT SCOLAIRE & RÉSEAUX SOCIAUX

Le harcèlement scolaire est un phénomène grandissant et touche beaucoup d’enfants et d’adolescents.

Devant le nombre croissant de parents qui se retrouvent un jour confrontés à cette menace, devant le nombre toujours plus important de jeunes, collégiens et lycéens, qui subissent des violences physiques ou psychologiques et qui les mènent jusqu’à commettre l’irréparable, Génération DYS vous invite à faire le point sur ce phénomène : Pourquoi c’est grave ? Comment ça commence ? Qui est victime ? Qui est harceleur ? Les témoins sont-ils complices ? Comment détecter un cas de harcèlement ? Comment aider une victime ? Comment contrer le cyber-harcèlement ? Comment éduquer au téléphone portable et réseaux sociaux ? Comment prévenir le harcèlement ? Qui contacter ? Quels sont les recours juridiques ?

Brisons le silence, tous ensemble ! 

Enfants, adolescent, parents, enseignants, victimes, auteurs, témoins, professionnels, Il est temps de dire NON au harcèlement scolaire.

Rdv le LUNDI 13 JANVIER de 18h30 à 20h30

à la salle de la délégation de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM)  Espace Gauguin, rue de l’entraide Nationale, Talborjt à Agadir.

Energies renouvelables : Le Maroc va atteindre son objectif 2020

infomediaire.net – 08/01/2020

La capacité marocaine en énergie renouvelable atteignait 3 685 mégawatts (MW) fin 2019, dont 700 MW d’énergie solaire, 1 215 MW d’énergie éolienne et 1 770 MW d’hydroélectricité, a révélé l’Agence marocaine des énergies renouvelables (MASEN).

Alors que le Maroc n’a inauguré aucune nouvelle centrale électrique en 2019, l’agence a annoncé le lancement de plusieurs projets d’énergie solaire et éolienne en 2020, afin d’atteindre l’objectif du pays d’une capacité de 6 000 MW en 2020.

Selon MASEN, l’objectif 2020 sera atteint avec le lancement des nouveaux projets.

Le Maroc vise à rendre 42% de sa production d’énergie renouvelable en 2020 et passer à 52% en 2030.

Les énergies renouvelables du Royaume sont actuellement produites par quatre centrales solaires et 11 éoliennes. La centrale solaire de Noor Ouarzazate a la capacité la plus élevée, avec 580 MW. Dans le secteur éolien, la centrale de Tarfaya a la capacité la plus élevée, avec 301 MW, suivie d’Aftissat et Akhfenir, avec 200 MW chacune.

Les projets prévus qui n’ont pas encore été lancés comprennent les centrales solaires de Noor Midelt I et Noor Midelt II, avec des capacités de 800 et 230 MW respectivement, ainsi que d’autres projets totalisant une capacité de 1150 MW d’énergie solaire et 640 MW d’énergie éolienne.

Enfin, les projets encore en phase de planification comprennent des centrales électriques dans plusieurs régions du Maroc. Les projets totaliseraient une capacité de 1 000 MW d’énergie solaire et 570 MW d’énergie éolienne.

Soldes d’hiver : on a fait le plein de promos sur des séjours à proposer à vos clients !

quotidiendutourisme.com – 08/01/2020

©Adobe Stock

 

Tour-opérateurs, compagnie aérienne ou parc d’attractions… Les soldes peuvent aussi profiter à vos clients ! Voici quelques offres qui pourraient les intéresser.

Les soldes d’hiver ont démarré ce 8 janvier ! Si les clients sont nombreux à vouloir se ruer dans les magasins pour de bonnes affaires, certains préfèreront au contraire en profiter pour s’offrir un voyage à moindre coût cette année. Voici une sélection de promotions proposées par les TO, qui pourraient terminer de motiver vos clients à s’envoler vers de nouveaux horizons.

CHEZ LES TO

Soldes 2020 chez Ô Voyages, c’est parti !

Les soldes ont démarré chez Ô Voyages. Et le tour-opérateur n’hésite pas à afficher la couleur en mettant en avant de nombreuses offres sur son site. Parmi elles, un séjour de 3j/2n au Ôclub Experience Ona Ryads Park de Marrakech, à partir de 250 € tout compris, ou un séjour de 4j/3n au Ôclub Premium LTI Bellevue Park de Monastir, en Tunisie. Il faudra compter 294 €/personne en tout compris.

Toutes les offres sur le site d’Ô Voyages.

 

Des Jours Happy chez TUI

TUI propose une sélection de clubs et séjours pour partir jusqu’à fin mars 2020. Des offres, valables que jusqu’au 31 janvier 2020, qui peuvent grimper jusqu’à 50% de réduction.

Parmi elles, un séjour de 8j/7n au Club Marmara Les Jardins d’Agadir pour 399 € (au lieu de 789 €, soit 49% de réduction) ou un séjour de 8j/7n au Club Lookéa Alua Village, à Fuerteventura, pour 479 € (au lieu de 989 €, soit une baisse du tarif de 52%).

Toutes les offres sur le site de TUI.

 

Un Early Booking chez FTI Voyages

Chez FTI Voyages, on mise sur les vacances estivales. Avec ses « Early Booking », le tour-opérateur propose une sélection de promotions sur l’Egypte, la Tunisie, le Maroc et la Turquie. Des offres valables jusqu’au 31 janvier 2020.

On retrouve ainsi un séjour de 7 nuits à Djerba à partir de 562 € par personne (vols inclus), soit une réduction de 30% par rapport aux prix précédemment affichés, ou encore un séjour de 7 nuits au Bodrum Holiday Resort & Spa (Turquie) pour 434 €.

Toutes les offres sur le site de FTI Voyages.

 

Un Happy First Été au Club Med

Même initiative avec le Club Med, qui propose des réductions allant jusqu’à 15% personne sur des séjours en été. On retiendra par exemple la République dominicaine à 1233 €/adulte (au lieu de 1450 €) ou le Portugal à 978 €/adulte pour un séjour de 7 nuits à Da Balaia (au lieu de 1150 €).

Toutes les offres sur le site du Club Med.

 

Des promos en pagaille chez Kuoni

Kuoni propose moins 50% sur le départ du 2nd passager pour une croisière en Egypte, avec départs en janvier ou février. Le séjour est annoncé à partir de 752 €/personne. Autre offre intéressante : 100 € de réduction sur les départs de février et mars 202 pour un Circuit accompagné « Palais du Rajasthan » (à partir de 1420 €/personne).

Toutes les offres sur le site de Kuoni.

 

Le soleil avec Top of Travel

Des promotions également en nombre chez Top of Travel, qui propose notamment un séjour de 7 nuits en Jordanie (départ le 24 janvier de Lyon) à partir de 949 €/personne (au lieu de 1299 €, soit une réduction de 26 %). Autre offre à ne pas manquer : un séjour de 7 nuits à Madère (départ le 8 février de Nantes) à partir de 779 €/personne (au lieu de 879 €).

Toutes les offres sur le site de Top of Travel.

 

Une brochure en ligne spéciale chez Nationaltours

Avec sa brochure « Les bons plans », Nationaltours promet de belles promotions sur ces voyages, à savoir – 300 € sur des circuits en Australie, Nouvelle-Zélande et Polynésie, – 130 sur la Birmanie, le Costa Rica et Cuba, ou encore – 150 € sur la Russie et la Tanzanie.

Toutes les offres sur le site de Nationaltours.

 

Quelques offres chez Visiteurs

Le TO Visiteurs recense lui aussi quelques offres promotionnelles pour les voyageurs, à l’instar de son circuit « Douceurs de l’hiver canadien » (9 j/7n), à partir de 1649 €/personne pour un départ le 14 mars prochain.

Toutes les offres sur le site de Visiteurs.

 

Fram fait chuter les prix

Le TO Fram propose également de nombreuses promotions sur son site, avec des tarifs pouvant baisser de plusieurs centaines d’euros selon la destination et la date. C’est le cas notamment pour un séjour de 9j/7n à Cuba (Hôtel Framissima Sol Palmeras) à partir de 1575 €/personne au départ de Paris le 15 mars prochain. Réduction promise sur le prix initial : 263 €.

Toutes les offres sur le site de Fram.

ET CHEZ LES AUTRES ?

Corsica Ferries

La compagnie maritime Corsica Ferries met en place une opération de ventes privées dédiées aux agences de voyages françaises. Les billets réservés en agence jusqu’au 17 janvier 2020 seront proposés à prix réduits et compétitifs ! Pour cela, Corsica Ferries adressera un code de réduction de 30 € sera adressé à toutes les agences pour qu’elles puissent appliquer la réduction sur toute réservation effectuée entre le 2 et le 17 janvier 2020, pour des voyages à compter du 2 janvier au 31 décembre 2020, y compris en haute saison. Attention, cette promotion ne s’appliquera que sur un voyage aller-retour obligatoire d’un montant minimum de 300 € hors taxes et droits.

 

Transavia

Autre bonne nouvelle : la compagne Transavia, filiale low-cost d’Air France, a de son côté annoncé la mise en vente de 20 000 sièges à -20% sur son site. L’offre n’est valable que jusqu’au 19 janvier.

 

Disneyland

La place adulte au prix du billet enfant ! C’est une promotion de taille que proposent Disneyland Paris et Cdiscount, avec une offre spéciale du 6 janvier au 31 mars 2020. Il faudra ainsi compter 88 € pour le billet Magic 1 jour/2 parcs.

Les offres sont à retrouver sur le lien suivant.

Aéroports: le Maroc vise une capacité de 60 millions de passagers en 2025

par Samir El Ouardighi – medias24.com – 08/01/2020

Par rapport à 2006, les aéroports internationaux du Maroc ont accueilli en 2019 un trafic additionnel de 15 millions de passagers. Soit un trafic total de 25 millions. Au regard de l’importante croissance des arrivées touristiques et l’ouverture continue de nouvelles routes aériennes, la capacité d’accueil actuelle de 40 millions de passagers devrait être dépassée à partir de 2025. Selon une source fiable, l’ONDA a entamé de grands travaux pour la faire passer à 60 millions au même horizon.

Aéroports: le Maroc vise une capacité de 60 millions de passagers en 2025L’ONDA COMPTE FAIRE PASSER LA CAPACITÉ D’ACCUEIL AÉRIENNE À 60 MILLIONS EN 2025

L’année 2019 a sans doute été celle des records en terme de nombre de passagers ayant transité dans les principaux aéroports du Royaume qui ont enregistré des taux de fréquentation inédits jusqu’alors.

Fait notable, le mécontentement des usagers des aéroports marocains semble moins perceptible que dans les années précédant la mise en service de nouveaux terminaux d’accueil qui ont permis d’absorber les flux croissants d’arrivées comme celui du 1er aéroport du Maroc.

En effet, jusqu’à l’inauguration royale puis l’entrée en service en janvier 2019 du nouveau terminal 1, qui a permis de faire passer sa capacité annuelle d’accueil à 14 millions de passagers, l’aéroport Mohammed V devait traiter 9 millions de voyageurs aériens pour une capacité d’à peine 7 millions.

Plus de saturation à craindre ?

Selon une source ministérielle, les désagréments occasionnés aux passagers, surtout en haute saison, avec des embouteillages occasionnant des heures d’attente, ne sont plus qu’un mauvais souvenir.

« Après la fin des travaux d’agrandissement des terminaux des principaux aéroports du Maroc, on peut dire que l’ONDA est en phase avec la demande croissante des passagers d’ici et d’ailleurs.

« En effet, les aéroports disposent désormais d’infrastructures suffisamment grandes pour traiter leur passage ou transit mais au regard des flux croissants de passagers, l’ONDA ne compte pas s’arrêter en si bon chemin », explique notre interlocuteur qui estime à 40 millions la capacité d’accueil actuelle pour environ 25 millions de passagers recensés en 2019 dans les 18 aéroports internationaux du Maroc.

Encore une marge de 4 millions de passagers à Casablanca

Rappelons en effet que le cas le plus emblématique d’un aéroport saturé pour cause de retard des travaux d’extension était celui de Casablanca qui a longtemps souffert d’une infrastructure dépassée aussi bien en termes quantitatifs que qualitatifs.

Avec sa capacité d’accueil récemment passée à 14 millions, le plus grand aéroport du Maroc qui traite 40% du trafic total a pu dépasser la barre des 10 millions de passagers le 26 décembre dernier.

Sachant que ce flux croît constamment et que le plafond des 14 millions sera atteint vers 2023, l’ONDA prévoit de reconstruire le terminal 3 (T3) pour porter la capacité à 23 millions avant 2025.

Un 2ème aéroport à Marrakech pour absorber l’énorme croissance ?

Idem pour l’aéroport de Marrakech Ménara qui a une capacité d’accueil maximale de 9 millions de passagers et qui a reçu le 11 décembre dernier son 6 millionième voyageur.

Avec un taux de croissance annuel moyen à deux chiffres (16,42%), le volume de 3 millions de passagers supplémentaires qui le sépare de sa saturation devrait être atteint avant 2025.

Si nous n’avons pas pu obtenir de détails sur l’agenda de travaux d’agrandissement, l’idée de la construction d’un deuxième aéroport excentré de la périphérie urbaine pour désengorger le trafic croissant aérien de la locomotive touristique du Maroc fait, son chemin, selon notre source.

Doublement de la capacité d’accueil à Agadir

Durant le même mois de décembre dernier, l’aéroport Agadir Al Massira a également accueilli son 2 millionième passager.

Si le nombre de passagers croît moins vite (+3% en moyenne annuelle) que dans les aéroports de Casablanca ou de Marrakech, il n’en demeure pas moins que sa capacité d’accueil limitée à 3 millions de passagers devrait s’avérer insuffisante à partir de 2025.

Sachant que la capacité d’accueil de l’aéroport d’Agadir sera bientôt saturée, des travaux d’extension sont programmés pour porter sa capacité de traitement à 7 millions de passagers, en théorie avant l’année 2025.

Le nouveau terminal de Rabat promet 20 ans de tranquillité

Dernier exemple d’aéroport ayant connu une fréquentation historique, celui de Rabat-Salé qui a franchi en décembre dernier le cap du million de passagers en provenance de l’étranger.

Avec une capacité d’accueil qui plafonne à environ 2 millions (1,5 M pour le terminal 1 et 360.000 pour le T2 réservé aux pèlerinages et aux vols domestiques), l’ONDA a lancé la construction d’un troisième terminal qui portera entre 2021 et 2022 sa capacité à 6 millions de voyageurs.

Dans une déclaration antérieure à Médias24, une source autorisée de l’office avait affirmé que la nouvelle capacité d’accueil suffira à absorber le flux croissant jusqu’à 2040.

Selon cette même source, le Maroc veut porter d’ici 2025 sa capacité d’accueil à 60 millions de passagers pour répondre aux flux internationaux mais aussi respecter le cahier des charges qui avait été imposé par la FIFA lors de sa candidature à l’organisation du mondial de football.

Pour éviter de réitérer les désagréments infligés aux passagers pendant plusieurs années à l’aéroport Mohammed V, il faut espérer que les délais des travaux d’extension des aéroports précités qui ont été annoncés par l’ONDA dans plusieurs communiqués seront respectés …

Label’Vie : Atacadao Agadir déménage et s’installe à Tikiouine

laquotidienne.ma – 08/01/2020

Le Groupe Label’Vie annonce le déménagement de son magasin hyper cash Atacadao Agadir vers Sela Park. Ce nouvel ensemble commercial détenu et réalisé par Aradei Capital a nécessité un investissement global de 100 MDH et quatre mois de travaux.

En effet, Atacadao, le spécialiste de la grande distribution destiné aux professionnels, déménage à quelques kilomètres de là où il était implanté depuis 2012 à Agadir pour s’installer dans la commune de Tikiouine

Pour rappel, le groupe Label’Vie a acquis en 2010 le groupe Métro Cash and Carry Morrocco ainsi que la totalité de  ses points de vente répartis dans sept villes du Royaume.

Entre 2012 et 2013, ces points de vente situés en périphérie de grandes villes ont été reconvertis en magasins hyper cash Atacadao.

Quatre points de vente sont venus agrandir le réseau entre 2013 et 2016, à Fkih Ben Saleh, Sidi Kacem, Taza et Meknès.

Le choix de l’implantation dans la commune de Tikiouine s’explique par la volonté des exploitants de se rapprocher de leur cœur de cible client et de faire bénéficier le magasin d’une meilleure visibilité.

Les enseignes Atacadao s’adressent principalement aux professionnels de la distribution traditionnelle (épiciers, ambulants et demi grossistes) et aux hôteliers et restaurateurs (CHR).

Elles leur offrent une carte Atacadao permettant ainsi de suivre de façon personnalisée la relation client, de bénéficier d’offres spéciales et autres avantages tout le long de l’année.

Néanmoins, les particuliers sont également ciblés.

En effet, Atacadao présente un assortiment de plus de sept mille références, composé en grande majorité de produits de grande consommation et d’unités de besoins fondamentales (sucre, huile, farine etc..).

Le nouveau magasin couvre une surface de vente de quatre mille mètres carrés, emploie cent vingt-deux personnes, est ouvert tous les jours de la semaine de 07h00 à 22h30 et dispose de trois cent trente places de parking gratuites.

Avec cinq implantations effectives et une ouverture d’hypermarché prévue pour la fin du premier semestre 2020, le Groupe Label’Vie est très présent dans la région du Souss Massa où il a réussi à créer un millier d’emplois directs et indirect, y réalisant 10% de son chiffre d’affaires global.

Agadir : Hausse de 23% de la fréquentation touristique en novembre 2019

aujourdhui.ma – 08/01/2020

Agadir : Hausse de 23% de la fréquentation touristique en novembre 2019

La fréquentation touristique à Agadir durant le mois de novembre 2019 a progressé de 23,25% par rapport à la même période de l’année précédente.

Selon les données du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir-Souss-Massa, le nombre de touristes venus visiter la première station balnéaire nationale a atteint 94.603 en novembre dernier, contre 76.755 durant le même mois de 2018. La croissance a été tirée notamment par la hausse de 29,88% du nombre des touristes nationaux, totalisant 29.074 visiteurs, contre 22.386 touristes en novembre 2018. Le marché français, arrivé en deuxième position, a également enregistré une forte croissance de 41,5%, avec un total de 17.372 visiteurs en novembre dernier, contre 12.277 touristes durant la même période de 2018.

Les visiteurs anglais occupent la troisième place du classement, totalisant 10.899 touristes contre 8.803 visiteurs en novembre 2018, soit une progression de 23,81%. Les hôtels classés quatre étoiles ont reçu le plus grand nombre de clients en novembre dernier, soit 25.673 touristes, suivis des hôtels 5 étoiles qui ont accueilli 22.620 visiteurs, puis des clubs de vacances avec un total de 20.979 touristes.

Agadir : l’ancien secrétaire général du ministère de la Santé condamné à deux mois de prison avec sursis

2m.ma – 08/01/2020

Agadir : l'ancien secrétaire général du ministère de la Santé condamné à deux m…

Le tribunal de première instance d’Agadir a condamné, mardi 7 janvier 2020, l’ancien secrétaire général du ministère de la Santé, Hicham Nejmi, à deux mois de prison avec sursis et à une amende de 2.000 dirhams. 

Le tribunal a retenu un chef d’accusation contre M. Nejmi, celui de « non assistance à personne en danger », un délit pourtant passible, selon l’article 431 du Code pénal, d’emprisonnement de 3 mois à 5 ans et d’une amende allant de 200 à 1.000 dirhams « ou de l’une de ces deux peines seulement ».

L’autre accusation à l’encontre de l’ancien numéro 2 du ministère de la Santé, celle de recours à une fausse identité, a été écartée par le même tribunal.

A titre de rappel, M. Nejmi, également ancien directeur de l’hôpital Ibn Toufail à Marrakech et directeur général du CHU Mohammed VI de la même ville, était impliqué dans la chute, le 23 août dernier, d’une femme depuis une chambre située au deuxième étage d’un hôtel classé d’Agadir. Il a été relevé de son poste suite aux répercussions de cette affaire.

Aux enquêteurs, le responsable avait déclaré qu’il comptait « porter secours » à la victime, dont la chambre était à côté de la sienne.

Le même tribunal a également condamné la femme, âgée de 35 ans et poursuivie dans le même dossier, à un mois de prison avec sursis et à une amende de 500 dirhams pour « ébriété publique ». le salarié de l’hôtel qui avait pris en charge la réservation de Hicham Nejmi sous une fausse identité (rappelons encore que le délit de recours à une fausse identité n’a pas été retenu contre M. Nejmi) a écopé, quant à lui, de deux mois de prison ferme et d’une amende de 500 dirhams.

AGADIR. LES AMICALES ET COOPÉRATIVES IMMOBILIÈRES TRAQUÉES PAR LE FISC

par Yassine Saber – leseco.ma – 08/01/2020

Le segment des amicales et coopératives est actuellement dans le collimateur de l’administration fiscale dans plusieurs villes, notamment à Agadir. Elles sont assimilées à des entreprises de promotion immobilière.

La crise de l’immobilier sera-t-elle aggravée au Maroc ? C’est en tout cas la situation qui plane actuellement sur ce secteur constitué en plus des promoteurs immobiliers, d’amicales, de coopératives et associations d’habitat. Déjà mis en difficulté par la récente refonte de leur régime fiscal, les amicales et les coopératives d’habitat coopératif sont actuellement dans le collimateur de l’administration fiscale dans plusieurs villes du royaume. Et depuis la mise en vigueur des mesures fiscales de la Loi de finances 2018, certains groupements ont déjà subi des saisies conservatoires sur leurs titres fonciers et comptes bancaires (ATD). Pourtant, ce tissu est hors champ d’application de l’IS et de la TVA en vertu des articles n°3 et 89 du Code général des impôts. Selon la Fédération nationale des amicales d’habitation au Maroc, cette situation concerne essentiellement la région d’Agadir.

Que dit la loi ?
«Conformément aux dispositions de l’article 8-III-2 de la Loi des finances 2018, les nouvelles dispositions sont applicables aux coopératives et associations d’habitation créées à compter du 1er janvier 2018. Par conséquent, elles sont exonérées», explique Mohamed Chorfi, expert-comptable et commissaire aux comptes. Aujourd’hui, en raison du manque d’encadrement fiscal et réglementaire en particulier après la mise en vigueur de la loi, ce segment d’amicales et coopératives est actuellement asphyxié en raison de cette situation vis-à-vis de l’administration fiscale, notamment avec la Direction régionale des impôts à Agadir qui les a assimilés aux entreprises de promotion immobilière surtout après la signature du Gentlemen’s Agreement entre la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (Fnpi) et la Direction générale des impôts au titre des quatre années non prescrites.

Rétroactivité : la base d’imposition ignorée
Quoi qu’il en soit, plusieurs projets sont actuellement en stand by depuis plusieurs mois à Agadir puisque tout le fonctionnement des amicales et coopératives concernées est paralysé (saisie conservatoires et ATD) vis-à-vis des fournisseurs, maîtres d’ouvrages et surtout la livraison des logements aux adhérents. «Actuellement, personne n’assimile la base et la nature d’imposition exigée par l’administration fiscale à Agadir. Les amicales et coopératives doivent comprendre la nature de cette base», explique Moustamsik Abdelilah, président de la Fédération régionale des amicales d’habitation au Maroc dans la Région du Souss. Devant cette situation, plusieurs amicales et coopératives ont refusé de payer alors que d’autres ont emprunté la voie judiciaire. En dépit de cette situation, c’est la question de la rétroactivité imposée par les impôts qui est pointée du doigt en particulier par les associations, coopératives et amicales d’habitat créées avant le 1e janvier 2018. À ces derniers, l’administration fiscale à Agadir a exigé la régularisation de leur situation fiscale à travers deux échéances de paiement, notamment une quote part égale à 40% avant le 31 décembre 2019 et 60% avant le 30 juin 2020 en vertu des dispositions dudit accord et avec le même barème fixé pour cette catégorie.

Projets solidaires ?
«À mon avis, l’imposition doit être faite après la réception des projets et éclatement de titres. Or, si l’administration fiscale voit que le citoyen bénéficie d’un logement à moindre coût par rapport aux autres promoteurs immobiliers, on est avec le paiement d’une cotisation malgré qu’on soit exonéré. Toutefois, les montants ne doivent pas être exorbitants car en fin de compte il s’agit de projets solidaires et sociaux entre adhérents», précise Rachid Ramzi du bureau d’une amicale à Agadir. Pour sa part, la Fédération nationale des amicales d’habitation au Maroc a fait savoir que plusieurs contraintes liées essentiellement aux volets juridiques et administratifs font obstacle à l’action de ce tissu. «Malgré l’insuffisance du cadre juridique régissant le périmètre d’activité des amicales et coopératives, ce tissu, notamment les associations sectorielles ont offert lors de la crise de l’immobilier des alternatives aux citoyens avec des prix de revient moins chers», souligne Arafat Al Mounjidi, président de la Fédération nationale des amicales d’habitation au Maroc. Et d’ajouter qu’une note officielle a été envoyée aux impôts concernant la situation de notre tissu, précise-t-il.

Modifications introduites par la LF 2018
Pour rappel, dans le but d’assurer l’équité fiscale dans le traitement des opérateurs intervenant dans le domaine de la construction d’habitations, l’article 8 de la Loi des Finances n° 68-17 pour l’année budgétaire 2018 a modifié et complété les dispositions des articles 6 (I-A-1°), 7-I-B, 8-III-B, 138, 180-IV et 247-XXVII du CGI, régissant les coopératives et associations d’habitation en matière d’IS et des droits d’enregistrement. En vertu de ladite loi, les avantages fiscaux accordés aux coopératives ou aux associations d’habitation doivent avoir pour finalité de permettre à leurs membres d’acquérir un local à usage d’habitation principale. C’est pourquoi parmi les modifications introduites par ladite loi figure, entres autres, l’institution de l’obligation pour les coopératives et associations d’habitation constituées avant le 31 décembre 2017 de déposer la liste de leurs adhérents accompagnée d’un état récapitulatif de tous leurs projets d’habitation avant le 30 juin 2018 (article 247-XXVII du CGI). Cette mesure permet à l’administration de recouper les listes et d’identifier les personnes qui sont adhérentes dans plus d’une coopérative. Au cas où des personnes bénéficient de plusieurs opérations, la personne s’acquittera du tarif de droit commun des droits d’enregistrement, soit 4% de la valeur du bien au lieu de 200 DH à la cession d’un logement au coopérateur.

%d blogueurs aiment cette page :