Archives de janvier 14th, 2020

Maroc, Accidents de circulation : 16 morts et 1914 blessés en périmètre urbain durant la semaine dernière

2m.ma – 12/01/2020

Accidents de circulation: 16 morts et 1914 blessés en périmètre urbain durant l…

Un total de 16 personnes ont trouvé la mort et 1.914 autres ont été blessées, dont 75 grièvement, dans 1.506 accidents de circulation, survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 30 décembre 2019 au 05 janvier 2020.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué mardi dans un communiqué que ces accidents sont dus essentiellement
à l’inadvertance des conducteurs,
au non respect de la priorité,
à l’inadvertance des piétons,
à l’excès de vitesse,
au non respect de la distance de sécurité,
au changement de direction sans usage du signal,
au changement de direction non-autorisé,
au défaut de maîtrise du véhicule,
au non respect du stop,
au non respect des feux de signalisation,
à la conduite en état d’ébriété,
au dépassement défectueux
et à la circulation sur la voie de gauche.

On a malheureusement, l’habitude de voir tout ça couramment sur les routes !

Concernant le contrôle et la répression des infractions, les services de sûreté ont constaté 37.202 contraventions et rédigé 9.035 procès-verbaux qui ont été soumis au parquet général, alors que 28.167 amendes transactionnelles ont été recouvertes.

Par ailleurs, les sommes perçues ont atteint 5.741.200 dirhams, a relevé la DGSN, faisant état de la mise en fourrière municipale de 3.655 véhicules, de la saisie de 5.231 documents et du retrait de la circulation de 149 véhicules.

Vendée. Une bouteille à la mer recherche son expéditeur

par Michèle Besson – ouest-france.fr – 13/01/2020

Une bouteille avec un message a échoué sur une plage de l’île de Noirmoutier. Le couple qui l’a retrouvée aimerait avoir des nouvelles de ceux qui l’ont jeté depuis leur voilier.

Cette bouteille a mis deux ans pour arriver sur l’île de Noirmoutier en Vendée. Des anatifes (crustacés) avaient commencé à la coloniser
(Ph. Ouest-France)

Jean-Paul et Cathy Amélineau aiment se promener sur la plage à La Guérinière, sur l’île de Noirmoutier, où ils ont un petit pied-à-terre. Mais ces amoureux de la nature ne partent jamais sans un sac pour ramasser les déchets en plastique, les morceaux de polystyrène, etc.

Le 29 novembre 2019, sur la plage des Sables d’or, près des blockhaus de la Tresson, nous avons retrouvé une bouteille en verre, type bouteille de vin, bien bouchée, avec une feuille roulée à l’intérieur. De retour à la maison, ils découvrent un message accompagné d’un dessin de poisson clown.

Cathy et Jean-Paul Amélineau espèrent avoir des nouvelles du voilier Némo parti d’Agadir il y a 4 ans pour les Antilles. | OUEST-FRANCE

La lettre dit que cette bouteille a été jetée le 14 février 2015 du Nemo, un voilier parti depuis 15 jours d’Agadir (Maroc) pour les Antilles. À bord du bateau, Alain, le skipper et une bande de copains qui ont eu l’idée du message à la mer pour élargir le cercle de nos connaissances. L’équipage donne deux adresses mails à qui le couple, qui réside à Coëx, a envoyé un message. Une adresse est invalide et pour l’autre, malabeur@wanadoo.fr, nous n’avons pas eu de réponse.

Le temps passant, ils ont eu l’idée de faire appel au journal Ouest-France. Peut-être qu’un article évoquant leur trouvaille sera lu par les expéditeurs ou l’entourage de l’équipage. On aimerait juste savoir s’ils sont arrivés à destination, explique le couple de Vendéens. Ce qui ferait une happy end à cette histoire de bouteille à la mer.

Pour les joindre, contacter redaction.challans@ouest-france.fr

Nouvel an Amazigh : à quand un jour férié ?

par Samir El Ouardighi – medias24.com – 13/01/2020

 

Nouvel an Amazigh : à quand un jour férié ?

A l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh, de plus en plus de voix s’élèvent pour que cette journée soit fériée, à l’instar de celles de l’Hégire ou de la Saint Sylvestre, dans le calendrier civil marocain. Malgré une pression croissante de la société civile et de certains partis politiques, la militante Meryem Demnati n’est pas vraiment optimiste quant à l’aboutissement de cette revendication.

Nouvel an Amazigh : à quand un jour férié ?TAGOULA, PLAT SERVI À L’OCCASION, DU NOUVEL AN AMAZIGH

Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027: Renforcement du potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages (M. Amara)

mapexpress.ma – 13/01/2020

Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027: Renforcement du potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages (M. Amara)

Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, élaboré en exécution des Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, vise à renforcer le potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages d’une capacité de 5,38 milliards m3, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara.

Dans une allocution devant Sa Majesté le Roi lors de la cérémonie de signature de la convention-cadre pour la réalisation de ce programme, M. Amara a relevé que le Maroc atteindra, après l’achèvement des travaux de construction de ces barrages, une capacité de stockage avoisinant 27,3 milliards m3.

Il a en outre indiqué que le programme prévoit le renforcement du potentiel national en petits barrages en vue de contribuer à assurer les conditions idoines du développement local, rappelant que le Maroc compte actuellement 130 petits barrages, outre 20 autres en cours de construction.

A cette fin, et en application des Hautes instructions royales, il a été procédé au recensement de 909 sites sur l’ensemble du territoire national susceptibles à la réalisation de petits barrages et d’autres collinaires, a-t-il indiqué.

Ces sites feront l’objet d’études techniques, économiques et environnementales détaillées pour programmer les barrages susceptibles d’être réalisés, a ajouté M. Amara, faisant savoir qu’une enveloppe budgétaire annuelle de près de 600 millions de dirhams sera allouée à cette opération.

Le renforcement de l’offre hydrique prévoit également la prospection des eaux souterraines pour la mobilisation de nouvelles ressources hydriques et le renforcement de l’alimentation en eau potable, a-t-il dit, évoquant d’autres mesures pour améliorer la gouvernance en matière de gestion des ressources en eaux souterraines en vue de les préserver et garantir leur pérennité.

Il sera aussi procédé au renforcement de l’offre hydrique et à la diversification des sources d’alimentation à travers la réalisation, le cas échéant, de stations de dessalement de l’eau de mer qui viendront s’ajouter à celles déjà existantes à Laâyoune, Boujdour, Tan-Tan, centre Akhfennir et les autres en cours de réalisation, notamment le projet de dessalement de l’eau de mer pour alimenter la ville d’Agadir en eau potable et le renforcement de l’irrigation à Chtouka, a expliqué le ministre.

Il a également évoqué le projet de dessalement de l’eau de mer pour renforcer l’alimentation de la ville d’Al Hoceima, faisant savoir que ce projet, en cours d’expérimentation avant son entrée en exploitation, a été lancé dans le cadre du programme “Al-Hoceima Manarat Al Moutawassit”.

Le ministre a cité également la programmation de la réalisation de nouveaux projets de dessalement de l’eau de mer pour alimenter le grand-Casablanca, Safi et Dakhla.

Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 a été élaboré en exécution des Hautes orientations royales, lors du Conseil des ministres du 2 octobre 2017, au cours duquel le Souverain avait ordonné d’accorder la priorité aux questions de l’eau, notamment l’alimentation en eau potable et d’irrigation.

Il a été élaboré conformément aux Hautes orientations royales contenues dans le Discours du Trône de 2018 et sur la base des hautes instructions de SM le Roi lors de la réunion que le Souverain avait présidée le 29 juillet 2018 à Al Hoceima. Le programme a reçu aussi l’approbation royale lors de la réunion présidée par Sa Majesté le Roi le 07 janvier 2020.

M. Amara a en outre relevé que ce programme porte sur cinq axes, à savoir l’amélioration de l’offre hydrique, notamment par la construction des barrages, le dessalement et la mobilisation de nouvelles eaux souterraines pour renforcer l’approvisionnement en eau potable, la réalisation, le cas échéant, de stations de dessalement de l’eau de mer, outre la prise de mesures et la réalisation de projets visant à renforcer l’approvisionnement en eau potable.

Le programme comprend également la gestion de la demande et la valorisation de l’eau notamment à travers la poursuite des efforts fournis en vue d’améliorer le rendement des réseaux de distribution et la rationalisation de l’utilisation de l’eau, outre la valorisation des eaux dans le secteur agricole.

Il s’agit aussi du renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural dans le but d’améliorer l’accès à cette matière vitale et venir à bout de la précarité dans ce domaine au niveau de certaines régions, ainsi que la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts, notamment ceux du golf.

Le programme prévoit également la communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience quant à l’importance de la préservation des ressources en eau en particulier auprès des générations montantes.

La réalisation de ce programme nécessitera une enveloppe de 115,4 milliards de dh dont 61 milliards pour l’amélioration de l’offre hydrique, 25,1 milliards pour la gestion de la demande et la valorisation de l’eau, 26,9 milliards pour le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, 2,3 pour la réutilisation des eaux usées traitées et 50 millions dh pour la communication et la sensibilisation.

Ce programme sera financé à hauteur de 60 % du budget de l’Etat et 39 % par les opérateurs concernés, dont l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable, outre la mise en place d’un partenariat entre les secteurs public et privé.

Le suivi de la mise en oeuvre de ce programme sera assuré par des commissions conjointes composées du comité de pilotage présidé par le chef du gouvernement qui se réunira au moins une fois par an, une commission technique présidée par le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau et composée des départements concernés par le programme, outre la mise en place de commissions au niveau régional, présidées par les walis.

VOICI COMMENT AGADIR A CÉLÉBRÉ LE NOUVEL AN AMAZIGH

le360.ma – 13/01/2020

C’est dans une ambiance festive et artistique que les habitants d’Agadir ont accueilli, dimanche 12 j, le Nouvel An Amazigh 2970. En attendant que Yennayer soit décrété jour férié au Maroc, la capitale du Souss a brillé sous les météores artificiels et les habitants ont bien fêté l’occasion.

Vidéo (pas en français, dommage ! )

Emmanuel Macron au Maroc pour le TGV Marrakech – Agadir

bladi.net – 13/01/2020

Emmanuel Macron au Maroc pour le TGV Marrakech - Agadir

Le Président français, Emmanuel Macron, doit effectuer une visite officielle au Maroc, le 13 février prochain. Au menu, une possible signature du contrat de la ligne TGV reliant Marrakech à Agadir.

Selon le quotidien Al Massae, le président arrive au Maroc pour superviser la signature le juteux contrat qui intéresse de nombreux autres pays. Il s’agit de l’extension de la ligne à grande vitesse marocaine (LGV) qui reliera les villes de Marrakech et Agadir.

À cet effet, une enveloppe budgétaire d’une valeur de 25 milliards de dirhams a été allouée à ce gigantesque projet, censé réduire les écarts entre le nord et le sud marocains.

Par ailleurs, ajoute le quotidien, l’accord entre les deux pays devrait mettre un terme aux rumeurs selon lesquelles des entreprises chinoises seraient entrées dans la compétition.

Renforcement de la chaussée du réseau autoroutier : Les travaux démarrent sur l’axe Casablanca-Agadir

aujourdhui.ma – 13/01/2020

Renforcement de la chaussée du réseau autoroutier : Les travaux démarrent sur l’axe Casablanca-Agadir

Les travaux de renforcement de la chaussée du réseau autoroutier se poursuivent. Après la bifurcation d’El Jadida, c’est autour du point kilométrique 198 se situant au niveau de l’autoroute Casablanca-Agadir.

La Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) informe dans ce sens ses clients-usagers que la circulation sera suspendue provisoirement dans le sens Casablanca-Marrakech au niveau de l’autoroute A 301 desservant la ville de Marrakech via la gare de péage Marrakech-Palmeraie, et ce à partir de ce lundi 13 janvier à 8h du matin jusqu’au mercredi 15 janvier à 14h (période du déroulement des travaux de renforcement de la chaussée au niveau de PK198). A cet effet, ADM a défini des itinéraires alternatifs.

Ainsi, Les clients-usagers empruntant l’autoroute en provenance de Casablanca et à destination de Marrakech via la gare de péage de Marrakech Palmeraie pourront continuer leur trajet pour quitter l’autoroute au niveau de l’échangeur Tamansourt et emprunter la Route nationale N°7 à destination de Marrakech.

Rappelons qu’ADM a procédé à l’installation des panneaux de signalisation aux endroits appropriés pour faciliter la circulation et met à la disposition des usagers son centre d’appels n°5050 ou encore son application ADM Trafic pour s’enquérir de l’état du trafic en instantané. A noter que le réseau autoroutier géré par ADM comprend 1.800 kilomètres d’autoroutes. Il est emprunté quotidiennement par plus de 400.000 véhicules et capte un quart de la circulation totale du pays.

AGADIR. L’ANARCHIE DES FOOD TRUCKS

par Yassine Saber – leseco.ma – 13/01/2020

Depuis plusieurs mois, la restauration mobile proposée par des camions appelés «food-trucks» gagne du terrain, face au laxisme des autorités et des services compétents dans les artères et places des quartiers Dakhla et Essalam.

Les habitants d’Agadir n’en peuvent plus! Après la pagaille des gardiens de parkings, l’anarchie des marchands ambulants et l’occupation illégale de l’espace public par les cafés-restaurants est apparu le phénomène des snacks-trucks. Depuis plusieurs mois, cette restauration mobile proposée par des camions appelés «food-trucks», gagne du terrain face au laxisme des autorités et services compétents. Pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène, il suffit de se rendre, la nuit, dans les artères et places des quartiers Dakhla et Essalam, restaurant permanent à ciel ouvert où tout est proposé à la vente. Sandwichs, pizzas, paninis, boissons… des produits inspirés de la street-food en provenance des États-Unis.

Une activité qui échappe à la loi
Toutefois, cette restauration mobile, strictement réglementée à l’étranger et normalement assortie d’une définition claire des conditions d’octroi des emplacements, se développe dans les quartiers précités de manière anarchique. Les camions s’installe n’importe où et n’importe comment sur les trottoirs et occupent l’espace public, tandis que le service prodigué ne l’est dans aucun cadre légal et réglementaire. Pourtant, il en va de la santé publique, ce qui supposerait le respect des normes de sécurité alimentaire et des règles d’hygiène. Plusieurs citoyens s’interrogent sur le rôle des autorités locales et de la police administrative et communale d’Agadir.

Laxisme des autorités et police administrative
Pour rappel, il y a près d’un an, des éléments de cette brigade avaient été déployés par la commune urbaine afin de relever les infractions et d’intervenir en coordination avec les autorités compétentes dans les domaines de la sécurité routière, du stationnement, de la circulation, de la signalisation, des parkings, de l’occupation du domaine public, de la prévention et l’hygiène sanitaire, de la salubrité, de la préservation de l’environnement et de l’urbanisme. Cependant, les abus continuent du fait du laxisme des parties prenantes. Les piétons sont toujours privés de l’accès aux trottoirs, et les conducteurs doivent opter pour d’autres artères afin d’éviter tout accrochage avec les propriétaires de ces food-trucks, qui accaparent la voie publique.

Présentation du livre « Le temps du rêve » d’Abdelhak Najib au Sous-Sol Art Gallery d’Agadir le 16 janvier à 19 heures

La présentation des livres de Abdelhak Najib  aura le 16/ 01 /20

A cette occasion, le Café littéraire le sous-sol art Gallery se fait un plaisir de mettre son espace à la disposition de cet événement.

Les places étant limitées , nous vous invitons à réserver.

Participation est de 50 dh.

Les livres sont disponible sur place.

Abdelhak Najib est écrivain, journaliste, critique d’art et de cinéma, chroniqueur et animateur-télé. Il est également fondateur des Éditions Orion.  Natif de Casablanca en 1969, il a occupé plusieurs postes de rédacteur en chef dans plusieurs publications nationales : Il est aujourd’hui le rédacteur en chef du magazine VH.

Abdelhak Najib présente depuis mars 2014, l’émission « Sada Al Ibdae », le premier Talk Show culturel sur la chaîne de télévision Al Oula. L’émission avoisine les 2 millions de téléspectateurs. Son premier roman, «Les territoires de Dieu» est paru en avril 2015. En 2016, il publie son deuxième roman, «Le printemps des feuilles qui tombent».  En 2017, l’auteur publie une anthologie de la peinture marocaine sur sept volumes intitulée : «Ce que m’ont dit les peintres…». Il publie en 2018, « Le pays où les pierres parlent », « Le temps du rêve » et « Finis Gloriae Mundi ». Il a été décoré en 2017 des Hautes Insignes de Divine Académie Paris pour son apport aux arts et la culture dans le Monde arabe.

%d blogueurs aiment cette page :