Marion Kaplan vous présente ses conférences du 1er et 2 février au Sofitel Thalassa Sea & Spa

Rectification : c’est bien au Sofitel Thalassa Sea & Spa qu’ont lieu les conférences !

Lettre n°11 – Conseillère consulaire Agadir

Chers compatriotes de la circonscription d’Agadir,

A l’occasion de cette Infolettre n°11, je vous présente mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour cette année 2020.

Vous trouverez dans cette Infolettre un ensemble d’informations utiles pour les Français de l’étranger.

2020 est également une année électorale, l’occasion pour nous de rappeler nos engagements : notre soutien à l’école inclusive, en faveur des élèves qui ont des difficultés d’apprentissage (appelés élèves à besoins spécifiques) ou qui souffrent d’un handicap, notre appui au Référendum sur la privatisation des Aéroports de Paris, notre opposition à l’augmentation des frais de scolarité de l’AEFE (pour les autres villes du Maroc)

Soyons ensemble des citoyens engagés et solidaires !


1. Protection sociale
2. Contribution libératoire
3. Dotation touristique
4. Fiscalité
5. Elections Conseillers consulaires 17 mai 2020
6. Semaine de l’école inclusive
7. Référendum


 

1. Protection sociale

CFE : nouvelle offre de tiers payant hospitalier

Depuis le 1er janvier 2020, la CFE (Caisse des Français de l’Etranger) met à disposition de ses adhérents individuels sans complémentaire santé, c’est-à-dire sans mutuelle, un nouveau service de tiers payant hospitalier par l’intermédiaire de l’assisteur VYV pour ce qui concerne le Maroc.

Chaque adhérent a reçu un courriel l’informant de ces nouvelles procédures d’hospitalisation.  Pensez à imprimer votre carte de tiers payant à partir de votre compte CFE (rubrique “mes documents” puis “ma situation administrative”).

Comment ça fonctionne au Maroc ? 

En cas d’hospitalisation, programmée ou d’urgence, si vous réalisez vos soins dans les établissements recensés dans le réseau VYV, vous n’aurez plus à effectuer l’avance des frais.  Le taux de prise en charge en tiers payant sera de 100 % de la dépense engagée hors extra.

De plus, vous aurez également accès à un service d’assistance médicale et de transfert sanitaire.

Voici la liste des établissements hospitaliers de VYV INTERNATIONAL ASSISTANCE à Agadir : 
    • Centre Cardiologique du Sud
• Clinique Argana
• Clinique Tilila
• Polyclinique Illigh
• Polyclinique du Souss

Cette liste est indicative et non exhaustive. 

Toute prise en charge en tiers-payant doit être préalablement validée par le partenaire de la CFE : VYV. 

Selon votre pathologie, nous vous invitons donc à prendre contact avec le partenaire de la CFE, VYV International Assistance

  • par téléphone au +33 5 86 85 00 62 pour une urgence
  • par mail à authorization@vyv-ia.com pour une hospitalisation programmée  pour obtenir des conseils médicaux et être orienté(e) vers l’établissement de santé le plus adapté à vos besoins.

Pour bénéficier de cette nouvelle offre : être à jour de cotisation et communiquer votre numéro de membre VYV à l’assisteur lors de votre appel.

CFE : REFORME DES GARANTIES 

Dès janvier 2020, les frais de santé à l’étranger couverts par la CFE sont remboursés selon le pays d’exécution des soins en taux ou en forfait de la dépense engagée. Les taux de remboursement sont répartis en 5 zones géographiques. Le Maroc est rattaché à la Zone 1. 

Cette réforme vise entre autres à donner plus de de visibilité : 

– sur les garanties aux adhérents

– sur les garanties aux assurances complémentaires

Les  modes de remboursement ont été publiés au journal officiel du 3 juillet 2019 :  JO du 03/07/2019 

Pour en savoir plus :www.cfe.fr, rubrique « documents clés » puis « garanties 2020 »

.

2. Contribution libératoire 2020

Une nouvelle Opération de Régularisation Spontanée destinée aux citoyens marocains et binationaux qui ne sont pas en règle avec l’Office des changes pour leurs avoirs à l’étranger, s’étalera sur la période allant du 1er janvier au 31 octobre 2020.

Sont concernées, les personnes physiques ou morales, résidentes (marocaines et franco-marocaines) qui disposent d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et qui ont constitué avant le 30 septembre 2019 des avoirs et liquidités à l’étranger, en infraction à la réglementation des changes.

Les personnes détenant des avoirs à l’étranger peuvent effectuer, sous couvert de l’anonymat, leur déclaration auprès de la banque de leur choix, selon un modèle pré-établi par l’Office des Changes comprenant la liste et la nature des avoirs déclarés.

Le taux de la contribution libératoire est fixé à :

• 10% de la valeur d’acquisition des biens immeubles détenus à l’étranger ;

• 10% de la valeur de souscription ou d’acquisition des actifs financiers et des valeurs mobilières et autres titres de capital ou de créances détenus à l’étranger ;

• 5% du montant des avoirs liquides en devises rapatriés au Maroc et déposés dans des comptes en devises ou en dirhams convertibles ;

• 2% des liquidités en devises rapatriées au Maroc et cédées sur le marché des changes contre le dirham.

 

Enfin, l’Office des Changes a mis en ligne sur son portail internet (www.oc.gov.ma) une rubrique dédiée à cette opération contenant les dispositions réglementaires, guide, capsule vidéo et permettant d’interagir avec une cellule de l’Office des changes dédiée à cette opération, sans l’obligation de s’identifier : cette interface aux multiples fonctionnalités permettra aux intéressés de mieux comprendre ce dispositif.

 

3. Dotation touristique

Selon la circulaire 3/2020 de l’Office des changes, les banques, les établissements de paiement et les bureaux de change sont autorisés à délivrer, aux personnes physiques résidentes de nationalité marocaine ou étrangère, une dotation touristique de base de 45 000 dhs pouvant être majorée d’une dotation touristique supplémentaire égale à 25 % de l’impôt sur le revenu payé ou prélevé à la source, au cours de l’année précédente. Le montant total de la dotation touristique de base et supplémentaire ne peut excéder un plafond de 200 000 dirhams par personne et par année civile.

Le reliquat non utilisé au titre de la dotation touristique peut être reporté une seule fois à l’année qui suit.

De plus, le plafond de la dotation pour le commerce électronique accordée aux personnes physiques de nationalité marocaine ou étrangère est relevé de 10 000 à 15 000 dhs.

 

4. Fiscalité

Vous résidez au Maroc plus de 6 mois et un jour, vous relevez fiscalement de la législation locale (sauf cas exceptionnels dont vos employeurs vous ont informés).

Attention : vous devez déclarer vos revenus au Maroc avant le 28 février 2020. Votre déclaration doit être faite sur le site : https://tax.gov.ma/wps/portal/DGI/Teleservices. Cette démarche concerne toute personne résidant plus de 6 mois au Maroc et en particulier les retraités français qui perçoivent des pensions françaises qu’ils transfèrent ou non au Maroc. Nous sommes prêtes à aider les personnes qui n’ont pas d’ordinateur ou ne savent pas utiliser l’outil informatique. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à nous contacter….

Pour votre information, le taux de change moyen pour la conversion en dirhams des revenus de source étrangère est fixé à 1 euro = 10,779 dhs.

.

5. Elections Conseillers consulaires 17 mai 2020

Cette année, les Français de l’Etranger sont appelés à élire les prochains conseillers consulaires qui s’appelleront désormais Conseillers des Français de l’Etranger. L’élection aura lieu à l’urne le 17 mai mais elle pourra aussi se faire par voie électronique. Des messages vous seront envoyés en temps voulu afin de vous inscrire à cette procédure de vote.

Vérifiez, et demandez à vos connaissances de le faire aussi, la validité de votre carte consulaire et votre inscription sur la liste électorale. Cette inscription peut se faire jusqu’au 10 avril 2020. Pour une véritable représentativité de vos élus, il est important que le taux de participation aux élections soit le plus élevé possible. Nous comptons sur vous comme vous avez pu, depuis 6 ans, compter sur nous.

 

6. Semaine de l’école inclusive

Nous militons pour une école qui favorise la scolarisation des élèves qui ont des difficultés d’apprentissage (appelés élèves à besoins spécifiques) ou qui souffrent d’un handicap : une école inclusive. Français du Monde-ADFE en partenariat avec le pôle handicap de l’association CAPE de Rabat et le service culturel de l’Ambassade de France se mobilise pour sensibiliser le plus grand nombre à cette question.

Du 30 mars au 3 avril 2020, des débats, des rencontres, seront organisés dans toutes les écoles, collèges et lycée du pôle Rabat-Kénitra pour les élèves et des conférences destinées à un plus grand public auront lieu au cours de cette semaine selon un programme qui vous sera communiqué ultérieurement. Vous y êtes les bienvenus.

.

7. Référendum

Le 13 juin 2019, le gouvernement français a ouvert la pétition en ligne visant à réclamer la tenue d’un Référendum sur la privatisation des Aéroports de Paris.

Chaque citoyen français inscrit sur les listes électorales a donc la possibilité de signer cette pétition pour réclamer un référendum sur la question (qu’il soit pour ou contre cette privatisation). Vous pouvez vous exprimer jusqu’au 12 mars prochain sur le site :
https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1


 

En espérant avoir répondu à vos attentes, je vous prie de croire, chers compatriotes, à l’expression de mes sentiments les meilleurs et reste à votre écoute dans le cadre de mes permanences au consulat, tous les 1er lundi du mois, ou sur rendez-vous au local des associations (gsm : 06 61 38 95 99 ou martine-jf@hotmail.fr)
Merci de transmettre ces informations à ceux de votre entourage qui n’auraient pas reçu ce courrier.
Martine Rebecchini
Conseillère consulaire FDM-adfe, circonscription d’Agadir

 

Notre page facebook : Français du Monde ADFE Maroc

www.fdm-maroc.org

www.francais-du-monde.org

De nouveaux gisements de croissance offerts à l’industrie automobile marocaine

par Kawtar Tali – aujourdhui.ma – 31/01/2020

De nouveaux gisements de croissance offerts à l’industrie automobile marocaine

Le secteur a affiché une dynamique avérée ces dernières années

Elle représente 26% des exportations nationales et génère 27% des emplois industriels, l’industrie automobile a réussi à s’ériger en peu de temps en tant que pôle d’activité performant dans le paysage économique marocain. La stratégie industrielle a boosté la productivité de ce secteur et a fait du Maroc une destination automobile à la fois intégrée et compétitive. Les indicateurs du secteur témoignent de cette dynamique qui reste, malgré la performance atteinte, à consolider.

C’est dans cette optique que la Direction des études et prévisions financières (DEPF) a consacré toute une publication à l’examen du bilan et des perspectives de l’industrie automobile marocaine. Une analyse qui intervient à point nommé, dans la mesure où la stratégie dédiée au secteur automobile arrive à échéance.

«Il s’avère important de mettre en relief les atouts à consolider et les insuffisances à combler pour permettre à l’industrie marocaine de saisir les opportunités qui accompagnent la nouvelle carte de l’industrie automobile qui se dessine et d’anticiper au mieux les risques afférents», peut-on relever de la DEPF.

Ce diagnostic a pour finalité de déterminer les pistes à exploiter pour renforcer le positionnement du Maroc dans l’industrie automobile internationale et d’accélérer son processus d’industrialisation. Comment a évolué l’industrie automobile marocaine ? Quels sont ses gisements de croissance ?

Et quelles seraient ses chances de développement ? Décryptage

Un record de production à fin 2018

Alors qu’elle se situait autour de 59.447 unités en 2011, la production automobile a connu un pic considérable ces huit dernières années. Un record a été battu dans ce sens, soit 402.085 véhicules produits au niveau national à fin 2018. Ainsi, le rythme de croissance de la production nationale s’est établi en moyenne à 31 % sur la période 2011-2018. Une évolution rapide, comparé au rythme adopté dans certains pays, en l’occurrence la Hongrie (11 %), la Roumanie (5 %), l’Afrique du Sud (2 %), la Slovaquie (8 %), l’Indonésie (7 %), la République tchèque (2 %) et la Turquie (4 %).

Capacité de production automobile annuelle par période (en unités)

Plus de 80.000 postes créés en 4 ans

L’écosystème automobile est l’un des principaux pourvoyeurs d’emploi au Maroc. Le secteur a contribué à la création de 85.000 postes sur la période allant de 2014 à 2018. En quatre ans seulement, l’automobile a cumulé 27% des créations d’emploi industriel au Maroc. Ainsi l’emploi total dans le secteur a été porté à 163.000 d’emplois qualifiés et hautement qualifiés.

Emplois de l’automobile 2008-2018

Des équipementiers sur l’ensemble du territoire

«Tanger, Kénitra et Casablanca» est sans conteste l’axe principal de l’industrie automobile nationale. Ces trois villes abritent les principales zones industrielles du secteur.

Cependant, d’autres villes ont commencé à attirer des équipementiers. Citons dans ce sens Rabat où Faurecia opère. Inotecha a choisi Agadir au moment où Yazaki a opté pour Meknès, Batifer pour Mohammedia, Mecalp pour El Jadida et Folquet Monopole pour Fès.

Répartition géographique des équipements de rangs 1 et 2 par écosystème

Sous-traitance : Le Maroc à mi-chemin

Grâce aux efforts engagés ces dernières années, l’industrie automobile marocaine a pu se frayer une place importante sur l’échiquier international. «Le Royaume se trouve aujourd’hui à mi-chemin des pays réputés pour leurs plates-formes de sous-traitance automobile», observe la DEPF suite à un benchmark. La valeur ajoutée locale contenue dans les exportations automobiles est actuellement de 56%, plaçant ainsi le Royaume juste après la République tchèque (49%), la Slovaquie (40%) et la Hongrie (38%).

La DEPF rappelle dans ce sens l’engagement des pouvoirs publics à rehausser le taux d’intégration locale, à travers la négociation d’un seuil minimum de 65% du contenu local pour l’opérateur Renault (se situant à 50% actuellement) et un seuil minimum de démarrage de 60% pour le Groupe PSA. Et de souligner que le montant total du sourcing local signé, aujourd’hui, entre les deux constructeurs automobiles et les fournisseurs automobiles au Maroc est estimé à 3 milliards d’euros, dont 2 milliards signés avec le Groupe Renault et 1 milliard avec le Groupe PSA.

Part de la valeur ajoutée locale contenue dans les exportations automobiles en moyenne sur la période 2012-2016

Plus de 72,3 MMDH générés à l’export

L’essentiel de la production automobile marocaine est composé de voitures de tourisme. En effet, 90% de la production est expédiée à l’international. Le marché européen capte 80% de cette production. Avec une part de 31%, la France arrive en tête des pays partenaires, suivie de l’Espagne (11%), l’Allemagne (9%) et l’Italie (9%). La production automobile marocaine est également exportée en Turquie (8%) et les pays arabes (5%). En recettes, les exportations automobiles ont généré 72,3 milliards de dirhams en 2018 contre 42,7 milliards de dirhams en 2014, ce qui représente une progression annuelle moyenne de 14%.

Il est à noter que la structure des exportations automobiles a connu un grand changement. On observe une montée de l’activité assemblage, notamment avec l’implantation de l’usine Renault à Tanger. Se référant aux données formulées par la DEPF, les exportations automobiles portaient à hauteur de 75% sur la production de câblages et ce jusqu’à 2011. Et grâce à l’usine Renault, l’activité de l’assemblage a vu ses parts se redresser allant de 12% en 2011 à 47% en 2018. «Ce changement de structure observé au niveau des exportations a conforté positivement le taux de couverture des échanges de biens automobiles qui a atteint 72% en 2018, contre 16% en 2011», peut-on lire dans le document de la DEPF. Et de poursuivre que «cette forte amélioration s’explique par un taux de couverture d’environ 100% pour les biens de construction automobile au lieu de 16% en 2011».

Evolution de la structure des exportations automobiles 2011-2018 (en %)

Des IDE automobiles en constante progression

Le Royaume se positionne en effet au premier rang des producteurs de voitures de tourisme en Afrique et à la 24ème place au niveau mondial. Ce positionnement traduit l’engouement porté par le Royaume sur ce segment industriel.

En témoigne l’arrivée d’importants opérateurs étrangers sur le territoire national. Une présence qui, selon la DEPF, a suscité l’intérêt de plusieurs fournisseurs de choisir le Royaume comme destination de leurs investissements. L’investissement direct étranger du secteur est évalué à 25,21 milliards de dirhams à fin 2018. De même, la part des IDE automobiles dans l’industrie nationale s’est élevée à 72% en 2018 contre 14 % huit ans auparavant.

Rappelons que l’Europe reste la première source de ces IDE avec en tête la France (69%), la Suisse (12%) et l’Allemagne (4%). De même, de nouveaux gisements d’IDE automobiles ont percé, notamment en provenance de l’Asie (13%), le Mena (2%) et l’Amérique du Nord (1%).

Evolution des IDE de l’industrie automobile au Maroc par principaux pays de provenance 2007-2018 (en millions de dirhams)

Ce que gagnerait l’industrie automobile nationale….

Les nouvelles tendances mondiales représentent d’importantes opportunités de croissance pour l’industrie automobile marocaine. En effet, de nouveaux gisements s’offrent pour cette branche industrielle qui recèle un potentiel technologique important. De ce fait, le Maroc devrait tirer profit d’une panoplie d’atouts, notamment la délocalisation de la production. «Le Maroc a atteint une taille critique importante qui lui permet d’être en meilleure posture pour tirer profit de la dynamique des mouvements de la délocalisation qui s’opèrent à l’échelle mondiale.

De nouveaux investissements pourraient hisser l’industrie automobile nationale vers de nouveaux créneaux et apporter de nouvelles technologies et savoir-faire automobiles», commente la DEPF. La recherche et développement (R&D) est également un facteur déterminant pour consolider l’apport de l’industrie automobile à l’économie nationale. Le Maroc devrait ainsi anticiper les changements pour attirer des IDE en R&D.

L’ambition étant de faire de Casablanca un hub régional en R&D et innovation. «Le Maroc gagnerait à mettre à profit ses plates-formes déjà existantes dédiées à l’innovation et à la R&D afin d’attirer d’autres équipementiers internationaux tels que Volkswagen, Toyota, General Motors, Ford et Daimler qui occupent les premiers rangs au top 20 des investisseurs automobiles en R&D», relève-t-on de la DEPF. Les mutations de la demande extérieure devraient également jouer en faveur de l’industrie automobile nationale. Le Maroc devrait ainsi changer de paradigme et mettre en place de nouveaux paramètres qui caractériseront la demande automobile. La priorité étant de s’engager dans les métiers automobiles futurs ainsi que d’anticiper la formation des talents à travers la formation des profils high tech ainsi que la création des passerelles entre le monde académique et professionnel

 

Météo Maroc : les températures prévues ce samedi 1er février

lesiteinfo.com – 01/02/2020

Voici les températures minimales et maximales prévues par la Direction de la météorologie nationale pour la journée du samedi 01 février 2020:

Min Max

– Oujda 05 22

– Bouarfa 05 20

– Al Hoceima 07 24 – Tétouan 11 22 – Sebta 12 19

– Mellilia 10 20 – Tanger 08 20 – Kénitra 05 24

– Rabat 06 24 – Casablanca 07 23

– El Jadida 10 24 – Settat 09 26 – Safi 10 27 – Khouribga 08 23 – Beni Mellal 05 23 – Marrakech 09 26

– Meknès 06 22 – Fès 06 23 – Ifrane 03 14 – Taounate 08 19 – Errachidia 08 21 – Ouarzazate 06 22 – Agadir 10 26

– Essaouira 12 26

– Laâyoune 13 30 – Smara 09 27 – Dakhla 18 33 – Aousserd 18 29 – Lagouira 17 31

Madrid redoute une concurrence d’Agadir pour l’accueil des navires de l’US Navy

yabiladi.com – 01/02/2020

Base navale de l’US Navy à Rota en Espagne / DR

En Espagne, le gouvernement de coalition de gauche tient à la présence de milliers de soldats américains dans son pays. Lors du dernier sommet de l’OTAN, organisé les 3 et 4 décembre à Londres, Pedro Sanchez a proposé au président Donald Trump de proroger le cadre de coopération militaire qui lie les deux alliés depuis le 1er décembre 1988 et devant expirer en mai 2021, rapporte un média hispanophone qui citent des «sources gouvernementales espagnoles».

«Les négociations sont en cours» entre Madrid et Washington. Toutefois, la publication fait état d’une certaine «appréhension» dans les rangs du gouvernement. Et d’en attribuer la cause à «l’existence d’un autre concurrent : le Maroc qui pourrait accueillir des bateaux de l’US Navy à Agadir» en lieu et place de la base navale de Rota (province de Cadix).

De nombreux navires de ce corps de l’armée américaine jettent régulièrement l’ancre à Agadir à l’occasion des exercices militaires «African Sea Leon». Avant que le Pentagone ne décide l’annulation de l’édition 2020, dans le sillage de l’assassinat du général iranien Kassem Souleimani, plus de 3.000 soldats à bord de l’USS Bataan étaient présents à Agadir. C’est dire l’importance que revêt cet exercice pour Washington.

Par le passé, les Américains avaient une base à Sidi Yahya El Gharb. Et même lorsqu’ils ont quitté le territoire en 1963, ils ont conclu un accord secret avec le gouvernement marocain pour conserver un grand centre de communications navales dans la ville marocaine. Une entente révélée au grand jour par une enquête réalisée en juillet 1970 par un sous comité de la Commission des Affaires étrangères du Sénat. Ce n’est qu’en 1977 que le centre a été définitivement fermé et cédé à l’armée marocaine.

4.250 militaires et un millier de civils américains sont installés dans la base navale de Rota.

« Echappées belles » en visite dans le sud-marocain, à ne pas rater ce soir sur France 5 !

Image associée

Tiga se rend dans le Grand Sud marocain, une région qui attire peu de visiteurs, à cause notamment d’un manque d’infrastructures. Mais la tendance commence à s’inverser.
D’Agadir à l’erg de Chegaga, en passant par l’oasis de Tioute et la ville fortifiée de Taroudant, la globe-trotteuse découvre des cultures surprenantes.

 

 

Sujets :
• Agadir sur mer
• Le Maroc, un royaume pour la petite reine
• Tafraoute, la capitale de la babouche
• Le rucher d’Inzerki
• Le safran, l’or rouge du Maroc
• A la recherche de l’eau.

Ce soir à 20 H 50 sur France 5