Archives de février 9th, 2020

La capacité d’accueil de « la CMC-Souss-Massa  » est de plus de 3.400 sièges

2m.ma – 08/02/2020

Cité des Métiers et des Compétences Souss-Massa, une offre de formation diversifiée dans 10 secteurs de métiers

La capacité d’accueil de « la Cité des métiers et des Capacités Souss-Massa » (CMC Souss-Massa) s’élève à 3.420 sièges, a indiqué le directeur du développement et management de projets à l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), Abdelkrim Zouaoui.

La Cité, dont les travaux de construction ont été lancés jeudi 6 février par SM le Roi Mohammed VI, comprend également un internat d’une capacité litière de 400, a indiqué le responsable dans une déclaration à la MAP, notant que cette infrastructure regroupe 10 pôles dédiés à l’industrie, la numérisation des services à distance, l’administration, la gestion, le commerce, la santé, l’agriculture, l’hôtellerie, le tourisme, l’artisanat, la pêche maritime et l’agro-alimentaire.

M. Zouaoui a annoncé, aussi, le lancement d’un appel d’offres pour l’acquisition d’équipements logistiques pour la Cité, relevant que 60% des filières sont nouvelles, tandis que les autres (40%) sont restructurées.

Quelque 80% des formations de la Cité seront sanctionnées par des diplômes, tandis les formations restantes (20%) prendront la forme d’une formation qualifiée à courte durée, à même de faciliter aux bénéficiaires l’intégration au marché de travail, a-il poursuivi.

Dans le même cadre, le responsable a noté que les dix pôles rassemblent 88 filières avec des classes ne dépassant pas les 20 stagiaires en vue de garantir une meilleure formation, relevant que les apprenants bénéficieront parallèlement, de cours de langues étrangères et d’informatique.

La Cité des Métiers et des Compétences Souss-Massa sera construite sur une superficie de 15 hectares, dont 5 hectares réservés pour une extension future, pour une enveloppe budgétaire globale de 430 MDH.

La CMC-Souss-Massa est la première concrétisation du programme des Cités des Métiers et des Compétences, qui mobilise un budget global de 3,6 Milliards de dirhams et prévoit la réalisation de 12 CMC au niveau des différentes régions du Royaume qui seront des plateformes de formation professionnelle multi-sectorielles et accueilleront, chaque année, un effectif de 34.000 stagiaires en formation.

Le projet du TGV Marrakech-Agadir se précise

bladi.net – 08/02/2020

© Copyright : DR

Dans son discours sur la Marche verte, le Roi du Maroc, Mohammed VI, avait appelé à la construction d’une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir. Cette future ligne Marrakech-Agadir, après études, devra être un TGV.

La ville d’Agadir, deuxième ville touristique du Maroc, selon les orientations du Roi, bénéficiera bientôt d’un ambitieux projet d’un montant de 6 milliards de DH qui servira aux populations dans le renforcement de sa visibilité sur les plans national et international. Selon Medias24, ce projet vise à améliorer les infrastructures de base, le réseau routier de même que la vie dans les bidonvilles et faire d’Agadir un pôle de développement économique.

Ce projet est accueilli à bras ouverts par les touristes et opérateurs touristiques qui espèrent sa concrétisation rapide. La décision de démarrer les travaux sera bientôt prise, mais il est question de savoir s’il s’agira d’une ligne TGV ou d’une ligne rapide, comme le TNR Casa-Rabat.

Selon le président de l’Observatoire du tourisme, Said Mouhid, très confiant, la prochaine ligne ferroviaire Marrakech-Agadir devra accélérer le développement touristique, commercial, culturel… entre les deux villes. « La connexion entre les deux villes va mobiliser plusieurs touristes à l’intérieur comme à l’extérieur », a-t-il insisté. En réalité, c’est toute la région Souss-Massa qui sera impactée par les nouveaux flux.

Le président du CRT de Marrakech, Hamid Bentahar, pense que ce projet va impacter aussi le secteur aérien. « La nouvelle possibilité de faire son entrée dans un aéroport et d’en sortir par un autre, tout proche, grâce au TGV, sera aussi rentable pour le secteur aérien ». Il conclut en disant : « À terme, le projet va élargir nos marchés, la clientèle et par ricochet, les recettes ».

%d blogueurs aiment cette page :