Archives de mars 2020

Ferry au départ de Tanger – jeudi 2 avril 2020 (Actualisation)

Un ferry pour le retour en France de camping caristes est mis en place par la compagnie Balearia ce jeudi 2 avril au départ de Tanger Med, à destination de Sète.

La plateforme de vente pour les réservations sera ouverte ce matin à partir de 10 heures. Le client aura deux façons de faire la réservation :
- première option : entrez sur le Web 
www.balearia.com , remplissez toutes les données, y compris la carte de crédit, le service de billetterie traitera le paiement et la réservation sera envoyée au client
(possibilité de joindre la compagnie Balearia également à ce numéro : +34 649 48 52 42)

- deuxième option : appelez les guichets Tangermed : le support billetterie traitera le paiement et la réservation sera envoyée au client. Numéro TangerMed pour réservation +212 539934463 ou +212 661499684.

Attention, ne peuvent embarquer que les camping cars (pas les voitures), avec immatriculation en Europe.

POUR ÊTRE AUTORISES A CIRCULER JUSQU’À TANGER :
Dès que vous êtes en possession d’un billet, nous vous prions d’envoyer immédiatement un mail à consulatfranceagadir@gmail.com :

- avec pour objet ‘Ferry Balearia 2 avril’,
- en nous indiquant :

  • -les noms des passagers, leurs numéros de passeport, et leur localisation exacte de départ (nom du camping et ville), et en mettant en pièce jointe du mail la copie du billet.

Le consulat vous adressera une attestation à la seule condition que l’ensemble des éléments demandés ci-dessus soient fournis.
Sans cette attestation, la circulation interurbaine demeure interdite.

Afin de se donner toutes les chances d’avoir l’attestation pour tous les voyageurs munis de billets, dans des délais très serrés, merci de ne pas utiliser cette adresse mail pour d’autres sujets ou questions, nous ne pourrons pas y répondre.

Météo Maroc : les températures prévues ce mardi 31 mars

lesiteinfo.com – 31/03/2020

Voici les températures minimales et maximales prévues par la Direction de la météorologie nationale pour la journée du mardi 31 mars 2020 :
. . . . Min Max

– Oujda 11 24

– Bouarfa 14 24

– Al Hoceima 12 21

– Tétouan 11 18

– Sebta 13 18

– Mellilia 12 21

– Tanger 14 17

– Kénitra 14 20

– Rabat 14 21

– Casablanca 15 20

– El Jadida 15 19

– Settat 12 20

– Safi 16 18

– Khouribga 10 18

– Beni Mellal 09 21

– Marrakech 10 23

– Meknès 12 24

– Fès 12 24

– Ifrane 05 13

– Taounate 14 20

– Errachidia 12 25

– Ouarzazate 07 23

– Agadir 14 21

– Essaouira 15 19

– Laâyoune 13 26

– Smara 13 30

– Dakhla 16 20

– Aousserd 18 33

– Lagouira 17 21.

Coronavirus : Situation au Maroc mardi 31 mars à 8 H 00

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
​ 08H00  31-03-2020

 

Guéris : 15
Décès : 33
Cas confirmés : 574
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 2227
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​  

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
18
Casa Settat
167
​​Daraa-Tafilalet
​8
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès Meknes
98
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
104
Oriental
23
Rabat Salé Kenitra
98
Souss-Massa
18
Tanger Tetouan Al Hoceima
39

Tweet de Madame Hélène Le Gal, Ambassadrice de France au Maroc

Hélène Le Gal (@HeleneLeGal) a tweeté à 6:27 PM on lun., mars 30, 2020 :

Français de passage, encore au Maroc et souhaitant regagner la France : signalez-vous par téléphone au consulat dont vous dépendez :
https://t.co/pPC22gxNMn

(https://twitter.com/HeleneLeGal/status/1244677706186440705?s=09)

Tweet de M. Thierry Vallat, Consul de France à Tanger

Départ du premier cargo destiné à rapatrier les camping-caristes de Tanger à Sète

Ceux encore bloqués sur le parking, faute de place, embarqueront sur un second bateau.
Le reste des places disponibles sera ouvert à tous à la vente à distance (internet et/ou téléphone). Seules les personnes ayant déjà obtenu ainsi leur billet seront autorisées à venir sur zone.

Maroc : Décès de trois membres de la communauté juive dus au covid-19

yabiladi.com – 30/03/2020

Trois membres de la communauté juive du Maroc sont décédés après avoir été testés positifs pour le nouveau coronavirus, a écrit lundi le Times of Israel.

Citant Channel 12, le journal indique que les trois victimes sont l’homme d’affaires et philanthrope casablancais Ari Peretz, 58 ans, sa mère Simone Peretz, 75 ans ainsi que l’homme d’affaires Michel Tourgeman, âgé de 62 ans. Tous souffraient de maladies chroniques.

Les deux hommes d’affaires auraient assisté à un grand mariage à Agadir avant d’être testés positifs pour le virus.
«Ce fut un mariage magnifique, avec de nombreux assistants, et des gens ont contracté le nouveau coronavirus sans le savoir», a déclaré un participant à cette cérémonie.

Les deux hommes ont été enterrés vendredi au cimetière juif de Casablanca tandis que Simone Peretz est décédée ce lundi. «Leur mort est une grande perte pour la communauté juive du Maroc», a confié un membre de cette communauté.

Times Of Israel rappelle que 16 membres de la communauté juive ont été «testés positifs au nouveau coronavirus et hospitalisés», la semaine dernière.

DÉVELOPPEMENT DURABLE : AVANCEMENT DES PROJETS AGRICOLES À TAROUDANT

agrimaroc.ma – 30/03/2020

Développement-durable-Avancement-des-projets-agricoles-à-Taroudant

Le projet de plantation de 20.000 amandiers et noyers à Taroudant avance.

Dans le cadre de la première phase du programme lancé à Taroudant par la Fondation Crédit agricole du Maroc pour le développement durable (FCAMDD), High Atlas Foundation (HAF), 8.000 amandiers et noyers ont vu le jour. 12.000 autres sont programmés d’ici février 2021.

Ce projet pionnier porte sur un programme de plantation des arbres fruitiers organiques (amandiers et noyers) et de formation des agriculteurs en techniques agricoles dans la province de Taroudant, commune de Toubkal, région Souss-Massa, afin d’assurer un développement durable de ces milieux ruraux au niveau social, économique et environnemental.

Le programme s’étale sur 2 ans, de février 2019 jusqu’à février 2021. Il se fonde sur la plantation de 20.000 arbres, la formation des agriculteurs, l’évaluation, la certification biologique d’Ecocert obtenue par HAF en 2016 dans 5 douars (Agadir, Amsouzaret, Talmerselt, Imhiln, Osrayn ); ainsi que la préparation d’un manuel et un film documentaire. Dans ce sens 8.000 noyers et amandiers ont vu le jour depuis le lancement du projet. Le reste viendra ainsi l’année en cours.

D’ailleurs les villages qui ont bénéficié de cette opération sont les mêmes qui ont obtenu la certification de la part de l’Ecocert en 2016. Il s’agit d’Agadir, Amsouzaret, Talmerselt, Imhiln, et Osrayn. Ceci vise à aider ces douars à obtenir une nouvelle certification; en appliquant des pratiques agricoles soucieuses de l’environnement.

Les agriculteurs locaux ont également bénéficié début du mois de mars courant de sessions de formation et qui ont porté sur les bonnes pratiques liées à l’agriculture biologique et développement durable ; ainsi que les techniques d’élagage, du greffage, et de paillage, et des ateliers pratiques sur le terrain.

Cette initiative vise à doter les habitants de la commune de Toubkal d’une source durable de revenus. Egalement, elle contribue à régénérer le couvert végétal et à lutter contre l’érosion des sols.

Un Français meurt de coronavirus au Maroc

bladi.net – 31/03/2020

Un Français meurt de coronavirus au Maroc

Des Français, un médecin et un membre des forces de l’ordre, ont été contaminés par le coronavirus dans la région de Souss Massa.

La région de Souss Massa a enregistré, dimanche, 14 cas de contamination, deux décès et trois guérisons. Un ressortissant français et un guide touristique de la commune de Drarga sont morts des suites du covid-19. Le Français séjournait dans un hôtel d’Agadir avec son épouse, rapporte Hespress.

Les trois personnes déclarées guéries sont l’épouse du ressortissant français et deux autres ressortissants français, dont un ami du couple et une habitante de Taroudant. Trois autres personnes pourraient également s’en sortir. Il s’agit d’un autre ressortissant français qui a été en contact avec le couple ayant séjourné à l’hôtel de la ville d’Agadir, d’un Marocain et de son épouse de nationalité française.

Message du Consulat de France à Agadir : Ferry au départ de Tanger – jeudi 2 avril 2020

Un ferry pour le retour en France de camping caristes est mis en place par la compagnie Balearia ce jeudi 2 avril au départ de Tanger Med, à destination de Sète.

La plateforme de vente pour les réservations sera ouverte ce matin à partir de 10 heures. Le client aura deux façons de faire la réservation :
- première option : entrez sur le Web 
www.balearia.com , remplissez toutes les données, y compris la carte de crédit, le service de billetterie traitera le paiement et la réservation sera envoyée au client

- deuxième option : appelez les guichets Tangermed : le support billetterie traitera le paiement et la réservation sera envoyée au client. Numéro TangerMed pour réservation +212 539934463 ou +212 661499684.
Attention, ne peuvent embarquer que les camping cars (pas les voitures), avec immatriculation en Europe.

Dès que vous êtes en possession d’un billet, nous vous prions d’envoyer immédiatement un mail à consulatfranceagadir@gmail.com : avec pour objet ‘Ferry Balearia 2 avril’, en nous indiquant les noms des passagers, leurs numéros de passeport, et leur localisation exacte de départ (nom du camping et ville).

Maroc/Covid-19 : Voici la liste des établissements hospitaliers mobilisés par l’Etat

2m.ma – 30/03/2020

Maroc/Covid-19 : Voici la liste des établissements hospitaliers mobilisés par l…

Le Ministère de la Santé a publié la liste des centres hospitaliers publics autorisés à effectuer le diagnostic du Covid-19 au Maroc. Répartis sur les 12 régions du Royaume, voici la liste complète des établissements spécialiés: 

Région Casablanca-Settat

Casablanca-Benslimane-Mediouna-Nouaceur

Hôpital provincial Sidi Moumen
Hôpital Provincial Mediouna

Mohammedia
Hôpital provincial de Mohammedia

El Jadida-Sidi Bennour
Hôpital provincial d’El Jadida

Settat-Berrechid
Hôpital provincial de Settat

Région Marrakech-Safi

Marrakech-Haouz-Chichaoua
Hôpital des spécialités Al Antaki
Hôpital Ibn Zohr

Kalaat Sraghna-Rhamna
Hôpital provincial des maladies psychiatriques et psychologiques de Sraghna

Essaouira
Hôpital provincial d’Essaouira

Safi-Youssoufia
Hôpital provincial de Safi

Région Fès-Meknès

Fès-Ifrane-Moulay Yacoub
Hôpital régional Ibn Al Baytar

Meknès-El Hajeb
Hôpital provincial Sidi Said

Sefrou
Hôpital provincial de Sefrou

Boulemane
Hôpital provincial Outat El Haj
Hôpital provincial de Boulemane

Taounate
Hôpital provincial de Taounate

Taza
Hôpital provincial Ibn Baja

Région Guelmim-Ouad Noun

Guelmim-Assa Zag
Hôpital régional de Guelmim
Hôpital provincial Bouizkaren
Hôpital Assa

Sidi Ifni
Hôpital provincial Sidi Ifni

Tan Tan
Hôpital provincial de Tan Tan

Région Laayoune-Sakia El Hamra

Boujdour-Smara-Laayoune-Terfaya
Hôpital régional de Laayoune

Région Beni Mellal-Khenifra

Azilal
Hôpital de proximité Demnate

Beni Mellal-Fkih Bensaleh
Hôpital régional de Beni Mellal

Khenifra
Hôpital provincial de Khenifra

Khouribga
Hôpital provincial de Khouribga

Région Dakhla-Oued Eddahab

Aousserd-Oued Eddahab
Centre de procréation à l’hôpital régional Hassan II

Région de l’Oriental

Oujda
Hôpital régional d’Oujda

Driouech-Nador
Hôpital provincial de Nador

Jerada
Hôpital provincial de Jerada

Berkane
Hôpital de proximité de Saâidia

Guercif-Taourirt
Hôpital provincial Sidi Mellouk

Figuig
Hôpital provincial de Figuig

Région Rabat-Salé-Kénitra

Rabat-Salé-Temara-Khémisset
Hôpital provincial de Salé

Kénitra-Sidi Kacem-Sidi-Slimane
Hôpital provincial de Kénitra

Région Draa-Tafilalet

Errachidia-Midelt
Hôpital provincial d’Errachidia

Ouarzazate
Hôpital provincial de Ouarzazate

Tinghir
Hôpital de proximité de Kalaat Meggouna

Zagoura
Hôpital provincial de Zagoura

Région Souss-Massa

Agadir-Chtouka Ait Baha-Inezgane
Hôpital régional Hassan II à Agadir

Taroudant
Hôpital provincial de Taroudant

Tata
Hôpital provincial de Tata

Tiznit
Hôpital provincial de Tiznit

Région Tanger-Tetouan-Al Hoceima

Tanger-Asilah-Fahs Anjra
Hôpital des spécialités Douk Tofar

Larache
Hôpital provincial de Larache

Al Hoceima
Hôpital provincial d’Al Hoceima

Chefchaouen
Hôpital provincial de Chefchaouen

Ouazzane
Hôpital provincial de Ouazzane

Tétouan-Mdiq-Fnideq
Hôpital provincial civil de Tétouan

Agadir : une femme arrêtée pour diffusion d’une vidéo contenant des propos injurieux à l’encontre des MRE

maroc-diplomatique.net – 30/03/2020

PressTV-Maroc: les traces d'Israël

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire d’Agadir ont arrêté, lundi soir, une femme âgée de 46 ans pour son implication présumée dans l’enregistrement et la diffusion, via les réseaux sociaux, d’une séquence vidéo contenant des propos injurieux et diffamatoires à l’encontre des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger, et incitant à la haine et à la discrimination.

Les services de la sûreté nationale avaient entamé des investigations minutieuses après avoir fait le constat d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dans laquelle apparaît une femme tenant des propos injurieux, diffamatoires et insultant les citoyens marocains résidant à l’étranger, et incitant à la haine à leur égard en raison du développement de l’épidémie du nouveau coronavirus au niveau international, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les recherches et expertises techniques menées par les services de la sûreté nationale ont permis d’identifier et d’arrêter la mise en cause à son domicile à Inzegane, ajoute la même source.

La suspecte a été placée en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire, qui s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par les services de la sûreté nationale pour faire face aux contenus numériques portant sur des actes criminels ou des données fallacieuses en lien avec l’épidémie du coronavirus, conclut le communiqué.

Un bel hommage au personnel soignant de l’hôpital d’Agadir

Coronavirus : Situation au Maroc lundi 30 mars à 8 H 00

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
​ 08H00  30-03-2020

 

Guéris : 13
Décès : 27
Cas confirmés : 516
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 1920
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​ 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
17
Casa Settat
149
​​Daraa-Tafilalet
​8
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès Meknes
88
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
94
Oriental
21
Rabat Salé Kenitra
86
Souss-Massa
15
Tanger Tetouan Al Hoceima
37

l’Association Marocaine des fabricants de tissu non tissé s’engage pour trouver une solution à la pénurie de masques de protection

industries.ma – 30/03/2020

Dans le contexte actuel de la pandémie du COVID 19, l’Association Marocaine des fabricants de tissu non tissé (AMFTNT) s’engage pour trouver une solution à la pénurie de masques de protection. L’association tient à rassurer que cette pénurie prendra fin dans les jours qui viennent.

Saisie par le ministère du commerce, de l’industrie, de l’économie verte et numérique, l’AMFTNT a procédé à la conversion des machines à sacs en machines à masques. Deux sociétés de Casablanca ont, à ce jour, commencé la production de masques de protection avec une masse productive de 1 million masques par jour et par usine durant la semaine en cours.

Selon Abdelaziz Alazrak, président de l’AMFTNT, « le secteur sera en mesure de produire jusqu’à 4 millions de masques par jour dont 80% sera produite à Casablanca. Cette conversion des usines est effectuée selon des normes marocaines, validées par le Centre Technique des Plastiques et Caoutchouc CTPC, et le Centre Technique de Tissus et Habillement ».

Cette norme marocaine est à même d’assurer les meilleures solutions pour le process de production, la spécification des composantes en termes de PH, d’épaisseur et de perméabilité des masques produits.

Selon les normes établies par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR), un masque en tissu non tissé doit pouvoir couvrir le nez, la bouche et le menton, et doit être équipé de moyens garantissant que le masque est bien ajusté sur les côtés. Il doit pouvoir assurer une étanchéité suffisante vis-à-vis de l’atmosphère ambiante au niveau du visage du porteur, lorsque sa peau est sèche ou humide et lorsqu’il bouge la tête. Le masque doit être de nature hydrophobe avec des mailles de la couche intermédiaire de taille variant entre 2 et 5 micromètres, suffisantes pour empêcher la transmission d’agents infectieux, et sans causer aucune difficulté respiratoire à son porteur.

Le masque objet de la spécification technique est composé de trois couches filtrables superposées en tissu non tissé, et doit satisfaire les caractéristiques suivantes :

– La couche interne et celle externe ont chacune un grammage minimal de 20g/m2 – La couche intermédiaire a un grammage minimal de 50g/m2

– La largeur totale minimale du masque ouvert est de 150mm – La longueur minimale du masque et de 150mm – Le masque dispose d’un minimum de 2 plis

– Les parties du masque susceptibles d’entrer en contact avec la peau du porteur ne doivent pas présenter de risques connus d’irritations ou d’effets indésirables pour la santé Accordé sous licence par IMANOR à CTPC 2020-03-24 Licence pour utilisateur unique,copie et mise en réseau interdites. NM/ST 21.5.200 6

– Le pH des couches internes et intermédiaire doit être compris entre 6 et 8

– La limite maximale en métaux lourds des parties constituant le masque doit être comme suit : Métaux As 1, Cd 0.1, Cr 2, Hg 0.038, Pb 1, Sb 30, Co 4, Ni 4, Cu 50 comme limite maximum

– Les parties du masque susceptibles d’être en contact avec le porteur doivent être exemptes d’arêtes vives et de bavures. La jonction entre les trois couches formant le masque doit se faire par ultrason avec un minimum de deux soudures latérales. La couche externe doit être de couleur différente de celle d’un masque chirurgical (blanc, vert et bleu)

Un masque en tissu non tissé doit être fabriqué selon le processus de fabrication réputé SS La perméabilité du masque doit être supérieure à 100 mmH2O ;

Les essais de performance sur le masque à tissu non tissé doivent être effectués avec deux sujets d’essai à la température ambiante. Avant l’essai, le masque doit être examiné pour s’assurer qu’il est en bon état de fonctionnement et qu’il peut être utilisé sans danger.

Pendant les essais, le masque doit faire l’objet d’une appréciation subjective de la part du porteur et, après l’essai, les observations relatives aux points suivants doivent être notées :

  1. a) Respirabilité ;
  2. b) Confort du jeu de brides
  3. c) Sécurité des fixations ;
  4. d) Champ visuel ;

Pour vérifier le masque en ce qui concerne les imperfections qui ne peuvent pas être décelées par les essais décrits, les sujets d’essais portant le masque, doivent marcher à une vitesse moyenne de 6 km/h sur une piste plane.

Ces spécifications de fabrication sont indispensables pour assurer une production de qualité, entièrement sécurisée, et dont l’efficacité est prouvée par les essais techniques. Tout ceci pour faire face aux besoins grandissants du marché local.

En dehors de Casablanca, une usine de Salé a commencé la production de masque à hauteur de 40.000 par jour, d’autres usines à Fès, Nador, Agadir et Chichaoua sont en attente de transfert de process, et ce pour convertir les machines à sacs.

Face au problème de manque d’alimentation des usines en élastique, les fabricants de cette matière première, qui entre dans la fabrication des masques, ont assuré suffisamment de matière pour produire jusqu’à 100 millions de masques.

L’AMFTNT tient également à assurer que la production de 10 millions de masques par jour sera effective dans les jours qui viennent et ce pour affronter les implications de la pandémie COVID 19.

Coronavirus : Le Maroc commande 100 000 kits de dépistage express en Corée

infomediaire.net – 29/03/2020

Le gouvernement marocain a signé, le 26 mars dernier, un contrat avec le fabricant de matériel médical Osang Health Care, filiale du groupe sud-coréen Osang, pour l’achat de 100 000 kits de dépistage rapide du Covid-19.

C’est l’ambassadeur du Maroc en Corée du Sud, Chafik Rachadi, qui a dirigé l’opération, selon TELQUEL qui cite un communiqué du groupe.

Comme nous étions en consultation avec plus de 60 pays à travers le monde, l’ambassadeur du Maroc nous a rendu visite et le contrat a été rapidement conclu”, explique un responsable de l’entreprise.

Suite à l’accord, Osang Health Care s’est engagée à fournir gratuitement 10 000 kits supplémentaires au royaume, ajoute la même source

Maroc : Les médecins ayant fermé leurs cabinets en pleine pandémie doivent se justifier

yabiladi.com – 29/03/2020

Le Conseil régional de l’Ordre des médecins (CROM) à Casablanca-Settat rappelle à l’ordre le corps médical du secteur privé. Son président, Dr. Abldekrim Zoubaidi, s’est en effet adressé aux concernés par écrit, leur rappelant que tout praticien qui décide de fermer son cabinet, pour une raison ou pour une autre, devra d’abord faire une demande manuscrite pour explique le motif de fermeture.

L’Economiste rappelle que «cette demande doit comprendre le numéro personnel et le mail du médecin, son adresse personnelle et la copie de sa Carte d’identité nationale (CIN)». Par ailleurs, «la réouverture du cabinet nécessite une demande écrite. Cette dernière est soumise à l’accord préalable de la commission de l’exercice médical du CROM».

Le courrier du CROM interpelle les médecins de la région qui ont fermé leurs cabinets durant l’état d’urgence sanitaire liée au coronavirus, sans prévenir les instances responsables du secteur.

Jeudi dernier, Yabiladi avait effectué un testing aléatoire dans six grandes villes marocaines, où cinq généralistes et cinq spécialistes ont été appelés au hasard. Sur un total de 60 médecins entre Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger et Agadir et Fès, 19 seulement étaient joignables et reçevaient des patients, notamment les cas les plus urgents. Contacté le lendemain par Yabiladi, le président du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), Dr. Mohammadine Boubekri, avait assuré que «quiconque ferme volontairement son cabinet s’expose à des sanctions».

A la veille de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, le CNOM a d’ailleurs rappelé, dans un premier communiqué, les articles qui incitent les médecins à rester mobilisés en cas de crise : l’article 40 de la Constitution et l’article 44 du Code de déontologie des médecins.
Un deuxième communiqué à suivi, sous forme de fiche de recommandations pour «gérer le cabinet, l’espacement des rendez-vous, la distance entre les patients, car condenser les malades dans une salle d’attente est un facteur de risque».

CORONAVIRUS : EL OTHMANI ANNONCE UNE HAUSSE DE LA CAPACITÉ DU DÉPISTAGE AU MAROC

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini – le360.ma – 29/03/2020

Cover_Vidéo: العثماني يعلن عن رفع وتيرة الفحص ضد كورونا فيروس

Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a annoncé ce dimanche 29 mars 2020 dans une interview exclusive avec Le360 que la capacité du dépistage du Covid-19 va monter en puissance au Maroc.

«Sur instruction du roi du Maroc, le ministère de la Santé a reçu un budget supplémentaire de deux milliards de dirhams qui va lui permettre d’élargir la capacité de dépistage et d’augmenter le nombre de lits à près de 3.000 unités», a déclaré le chef du gouvernement, à une question posée par Le360.

L’élargissement de la détection de la maladie auprès de personnes présentant les symptômes du Covid-19 «sera confié notamment aux Centres hospitaliers universitaires (CHU)».  (CHU de Rabat, de Fès, de Tanger, d’Oujda, de Marrakech et d’Agadir, ndlr). Ainsi la capacité des tests diagnostics au Maroc va monter en puissance avec la mise en place de nouveaux centres de dépistages dans les CHU, selon le chef du gouvernement.

La capacité d’accueil des unités de réanimation sera renforcée par 1000 lits supplémentaires, a indiqué El Othmani. «Nous allons porter le nombre de lits des malades du Covid-19 à quelques 3.000 unités», a ainsi affirmé le chef du gouvernement.

Par ailleurs, Saâd Eddine El Othmani a estimé que le confinement restait le seul moyen de se prémunir du virus, même si «l’impact économique est inévitable à l’instar de ce qu’il se passe dans de nombreux pays dans le monde». Selon lui, cet impact «va se répercuter sur les couches sociales vulnérables et les petites et moyennes entreprises. Nos efforts visent justement à réduire autant que possible l’impact de la pandémie sur l’économie» marocaine.

Interrogé sur le mode de vie qu’il mène, Saâd Eddine El Othmani a révélé qu’il quittait rarement son domicile, sauf pour des réunions indispensables comme le jeudi, jour consacré au Conseil de gouvernement restreint, qu’il doit présider.

«Les autres jours de la semaine, je travaille de mon domicile, à distance. J’applique cette même règle pour les activités de mon parti, dont le secrétariat général tient une réunion tous les lundis grâce à la vidéoconférence».

Se conformer à la consigne du confinement est indispensable, selon le chef du gouvernement, pour freiner la propagation de la maladie. Saâd Eddine El Othmani affirme qu’«il s’agit d’une véritable guerre contre le Covid-19», et appelle les citoyens à rester chez eux.

Conseil de la Région Souss-Massa : Mobilisation de 20,2 MDH pour appuyer les efforts de lutte contre le coronavirus

mapexpress.ma – 29/03/2020

Le Conseil de la Région Souss-Massa a décidé de consacrer 20,2 millions de DH pour appuyer les efforts visant à lutter contre la propagation du nouveau coronavirus (Covid- 19) et à apporter de l’aide à la population en cette circonstance exceptionnelle que traverse le Royaume.

Ce montant sera dédié à l’acquisition d’équipements médicaux (10 MDH), à l’achat de denrées alimentaires de première nécessité (10 MDH), tandis que les 200.000 DH restants seront consacrées à l’acquisition des produits de nettoyage et de désinfection, indique un Communiqué de cette instance élue.

Cette initiative s’inscrit dans “le cadre de l’appui à apporter à la population et sa protection contre cette pandémie, ainsi qu’aux efforts du ministère de la santé”, ajoute la même source, mettant en avant l’importance de cette action menée en collaboration avec le wali de la région et les services régionaux de la santé.

L’opération de distribution des aides alimentaires se déroulera en coordination avec les autorités locales, les services de santé et de la trésorerie régionale pour s’assurer que les crédits soient versés dans les plus brefs délais, conclut le communiqué.

Coronavirus : Plusieurs Français et un médecin contrôlés positifs dans la région du Souss

par Yasmine Saih – fr.hespress.com – 29/03/2020

Coronavirus: Plusieurs Français et un médecin contrôlés positifs dans la région de Souss

Plusieurs ressortissants français font partie des personnes atteintes par le Coronavirus dans la région de Souss Massa, indiquent des sources médicales, qui font également état d’un décès. Selon les derniers chiffres de l’épidémie du Covid-19 recensés dans le bilan de la journée de dimanche 29 mars par le ministère de la Santé, la région de Souss comptait 14 cas comprenant un médecin résident en pneumologie et un membre des forces de l’ordre. 

Alors que le Maroc a enregistré pour la journée de dimanche le bilan le plus lourd jusqu’à présent, en termes de cas positifs au coronavirus touchant 38 villes du pays, la région de Souss qui recense 14 cas ayant contracté la pneumonie virale (décès et guérisons compris, ndlr) a enregistré deux décès.

Parmi les deux personnes ayant succombé au virus, un ressortissant français et un guide touristique de la commune de Drarga. Le ressortissant de nationalité française séjournait dans un hôtel d’Agadir avec son épouse, elle aussi contaminée par le coronavirus puis guérie par la suite, indiquent  à Hespress FR des sources médicales ayant requis l’anonymat.

Au total, la région compte trois guérisons, à savoir l’épouse du ressortissant français, deux autres ressortissants français, dont un ami du couple et une habitante de Taroudant.

Trois autres guérisons sont prévues, dont un autre ressortissant de nationalité française qui a été en contact avec le couple ayant séjourné à l’hôtel d’Agadir, ainsi qu’un marocain et son épouse française.

Outre les prochaines guérisons, les cas déclarés comptent un policier, une femme médecin résidente en service de pneumologie et une hôtesse d’accueil dans un hôtel d’Agadir, originaire d’Inzegane.

Six cas suspectés d’être porteurs de la pneumonie virale ont été placés en isolement . Il s’agit d’une femme travaillant dans le domaine de l’entretien, un homme, et un jeune stagiaire dans un hôtel d’Agadir, originaire d’Azrou Ait Melloul.

Coronavirus : Les cas de transmission locale représentent désormais la majorité avec 59% contre 41% pour les cas importés.

aujourdhui.ma – 28/03/2020

12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total

Les cas de transmission locale représentent désormais la majorité avec 59% contre 41% pour les cas importés. S’agissant de l’état clinique des personnes hospitalisées, le Ministère de la Santé affirme que 13% ne développent pour le moment aucun symptôme alors que 72% sont dans un état stable.

Cela dit, 29% des cas hospitalisés sont déclarés en danger alors que 6% sont dans un état jugé critique. La répartition géographique des cas est comme suit: région de Casablanca Settat (107 cas), région de Fès Meknès (63), région de Rabat Salé Kénitra (64), région de Marrakech Safi (62), région de Tanger Tetouan Al Hoceima (23), région du Souss Massa (11), région de l’Oriental (13), région de Beni Mella Khénifra (10), région de Daraâ Tafilalet (5) et enfin la région de Guelmim Oued Noun (1). A noter enfin 1461 cas ont été déclarés sains et saufs après réalisation d’analyses en laboratoires.

Médias : le Huffpost Maghreb ferme son site

ladepeche.ma – 28/03/2020

Le HuffPost | LinkedIn

La version maghrébine du site d’informations américain Huffpost, qui couvrait le Maroc, la Tunisie et l’Algérie, a annoncé mardi 3 décembre sa fermeture, six ans après son lancement.

«A compter du 3 décembre, Huffpost Maghreb cessera de publier du contenu», a annoncé l’édition maghrébine sur son site, invitant ses lecteurs à consulter la version américaine. Il s’agissait de la première édition africaine du Huffpost (anciennement Huffington Post), une des figures de proue de l’information gratuite en ligne. Lancé en 2005 aux Etats-Unis et décliné depuis dans plusieurs pays, le Huffpost est depuis 2015 la propriété de l’opérateur téléphonique américain Verizon. Sa version maghrébine comptait trois rédactions basées à Rabat, Tunis et Alger. Elle diffusait aussi bien des informations rédigées par ses équipes que des contributions externes dans sa rubrique blog.

Aucune explication n’a été donnée publiquement à cette décision, «motivée par des raisons stratégiques», selon une note interne. Elle intervient après une vague de licenciements en début d’année au sein de la maison mère, signe d’un modèle économique bousculé, entièrement basé sur la publicité.

Coronavirus : Situation au Maroc dimanche 29 mars à 8 H 00

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
​ 08H00  29-03-2020

 

Guéris : 12
Décès : 26
Cas confirmés : 437
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 1624
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​

 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
10
Casa Settat
124
​​Daraa-Tafilalet
​6
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès Meknes
82
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
70
Oriental
​16
Rabat Salé Kenitra
82
Souss-Massa
14
Tanger Tetouan Al Hoceima
32

Covid-19 : Webhelp Maroc explique les mesures entreprises en faveur de ses collaborateurs

2m.ma – 28/03/2020

Covid-19 : Webhelp Maroc explique les mesures entreprises en faveur de ses coll…

Face à ce que l’entreprise a qualifié de « diffamation » et de « fake news » la ciblant, Webhelp Maroc a décidé de « prendre la parole » et d’expliquer, dans un communiqué en date du 28 mars, les « actions concrètes et drastiques » menées sur ses sites dans le Royaume pour lutter contre la propagation du Covid-19.

L’acteur en externalisation de la gestion de l’expérience client et des processus métier a d’abord déclaré qu' »à l’heure où la communication rime parfois avec désinformation, il paraît important, voire crucial, à Webhelp, en tant qu’entreprise socialement responsable et employeur de premier plan, de prendre la parole ».

En réaffirmant son engagement aux côtés des autorités publiques « face à un immense défi à relever collectivement », l’entreprise a déclaré intervenir aujourd’hui pour ses 10.000 collaborateurs, « lassés par la diffamation et les fake news », et  » saluer leur courage ». « Grâce à eux, les activités peuvent continuer de fonctionner et ils peuvent maintenir l’emploi sur les régions de Rabat-Kenitra-Salé, Fès-Meknès et Agadir-Marrakech », peut-on lire dans le communiqué.

Santé et sécurité sur les sites 

Cité dans le communiqué, Redouane Mabchour, directeur général de Webhelp Maroc, a précisé qu’un plan de prévention et d’accompagnement des salariés a été mis en place « avant même le décret stipulant l’état d’urgence sanitaire » sur l’ensemble du territoire national.

Ainsi, un ensemble d’action « drastiques et concrètes » ont été actées, selon le communiqué qui cite la mise en congé prioritaire des personnes les plus fragiles et des parents isolés, la communication massive sur l’application des gestes barrières, la mise à disposition de gels hydro alcooliques, ​​​​​​​la distanciation entre les postes de production, ​​​​​​​le nettoyage des stations de travail et des zones sensibles toutes les heures (poignées de portes, interrupteurs..), la ​​​​​​​fermeture des ascenseurs hormis pour les personnes à mobilité réduite, la ​​​​​​​désinfection des bâtiments tous les soirs et des navettes avant et après chaque trajet, le ​​​​​​​transport privé pour tous jusqu’à domicile avec remplissage des navettes réduit à 50% et la ​​​​​​​fermeture de tous les espaces communs : cafétérias, crèches, salles de prières et de pause.

« Les contrôles sanitaires fréquemment effectués par les autorités pour vérifier la conformité des installations et du dispositif Webhelp Maroc attestent de ces propos », affirme l’entreprise.

Travail à distance 

Webhelp Maroc admet que « chaque entreprise peut contribuer à lutter contre la diffusion du virus en ayant recours au télétravail ». C’est ainsi que, selon le communiqué, « plus de 2000 collaborateurs sont déjà en télétravail, et l’entreprise continuera dans ce sens pour tous les projets pour lesquels c’est faisable ».

L’opérateur explique en effet que le travail à distance « ne peut malheureusement pas répondre à 100% de l’activité », surtout pour ce qui est des problématiques juridiques, techniques, et de traitement de data confidentielle.

« Cette nouvelle donne a conduit à réinventer ses modes de fonctionnement, tout en étant très attentifs à garder le lien avec tous ceux qui sont chez eux », conclut le communiqué.

Coronavirus/Maroc : 3 cas de guérison à Agadir

par Oum El Ghit Boussif – fr.hespress.com – 28/03/2020

Coronavirus/Maroc: 3 cas de guérison à Agadir

Trois cas de guérison du coronavirus ont été enregistrés à Agadir, portant le bilan national des patients rétablis à 14 cas.

les chiffres actuels font état de 358 cas confirmés, 14 guérisons, 23 décès et 1455 cas exclus après des tests négatifs.

Il a gagné !

Les Etats-Unis est désormais le pays le plus touché par le coronavirus avec plus de 96 000 cas confirmés ce vendredi soir. L’épidémie se propage à vitesse grand V, notamment à New York, la ville la plus touchée du pays avec une forte accélération des contaminations au Covid-19.

america-first-trump – Le Courrier de Floride

Méprisable ce gars-là, Il peut être fier de lui !

Il faut bien se détendre un peu : une histoire de météo et d’ânes

Merci à Philippe M. qui me l’a transmise !

 

Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche.
Il appelle son météorologue
et lui demande l’évolution pour les heures suivantes.
Celui-ci le rassure en lui affirmant qu’il pouvait y  aller. 

Le roi va tranquillement à la pêche car pas de pluie prévue.
Pour plaire à la reine il met ses plus beaux atours.

Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne qui en voyant le roi dit :
« Seigneur mieux vaut que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps »
  
Bien sûr, le roi continue en pensant :
 « Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé grassement payé qui m’a indiqué le contraire ? 
Poursuivons… »

Et c’est ce qu’il fait… mais il se met bientôt à pleuvoir à torrents.

Le roi rentre trempé, la reine se moque de le voir dans un si piteux état.

Furieux, le roi revient au palais et congédie illico son météorologue, puis il convoque le paysan lui offrant le poste vacant…
.
.
Mais le paysan refuse en ces termes :
.

« Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose
dans ces affaires de météo et de climat, mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu’il va pleuvoir »
.

Et le roi embauche l’âne…
.

.
C’est ainsi que commença en FRANCE la coutume de recruter des ânes
pour les postes de conseillers les mieux payés.
C’est depuis ce moment, que fut décidé de créer une école : l’ E.N.A..
(l’ École Nationale des Ânes)
d’où sortent des diplômés..… dont nous pouvons mesurer, tous les jours, les très brillantes incompétences…!!!

​Coronavirus : Situation au Maroc le samedi 28-03-2020 à 8 H 00 

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
​ 08H00  28-03-2020

 

Guéris : 11
Décès : 23
Cas confirmés : 358
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 1455​
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
​Région​​
 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
10
Casa Settat
107
​​Daraa-Tafilalet
​5​​
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès Meknes
63
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
62
Oriental
​13
Rabat Salé Kenitra
63
Souss-Massa
11
Tanger Tetouan Al Hoceima
23

Coronavirus – Camping-caristes bloqués à Bab Sebta : transfert vers une aire de repos près de Ksar Sghir.

Par Ali ABJIOU – leconomiste.com – 27/03/2020

    • Plus de 500 véhicules bloqués à la frontière espagnole réclament un retour dans leur pays
    • Ils sont relogés dans l’aire de repos de Ksar Sghir avec toutes les commodités
    • Pour l’heure, aucune confirmation de départ

La crise des camping-caristes bloqués à Bab Sebta depuis des jours dans l’attente de leur départ vers leurs pays respectifs, se décrispe momentanément. Selon plusieurs informations, les mobile-homes, plus de 500, et leurs occupants seront transférés vers une aire de repos dans les environs de Ksar Sghir.

camping-caristes-bab-sebta-028.jpgLes camping-caristes seront logés dans cette aire de repos dans les environs de Ksar Sghir, à quelques kilomètres de Tanger Med (Ph. Adam)

Celle-ci avait été aménagée pour accueillir les MRE au retour de leur voyage au Maroc, en août dernier, mais n’avait pas été ouverte faute de flux suffisants. Elle sera finalement utilisée pour recaser, de manière provisoire, ces camping-caristes. Des espaces de vente leur seront aménagés pour l’alimentaire et les produits de première nécessité avec aussi des douches et autres commodités.

La crise des caravanes a démarré dimanche dernier, alors que leurs occupants n’ont pas pu profiter de la campagne de rapatriement des touristes de diverses nationalités. Pour rappel, des centaines d’avions sont partis des principaux aéroports du Maroc avant la fermeture définitive des frontières, mais les camping-caristes sont restés bloqués, massés devant la frontière de Bab Sebta.

La majorité d’entre eux étaient en provenance du sud dans la région d’Agadir, et leur seule voie de sortie était le port de Sebta, frontière terrestre leur permettant de rentrer en France via l’Espagne. Mais la lenteur de ces véhicules et les longues distances ont retardé certains d’entre eux qui n’ont pu arriver à destination avant le dimanche à minuit, heure à laquelle les autorités espagnoles ont fermé définitivement le passage frontalier.

Quelques chanceux ont pu traverser et prendre le ferry à destination de l’Espagne d’où ils ont pu regagner leurs pays respectifs. Une situation qui a soulevé de vives critiques de la part des habitants du préside qui craignaient un risque sanitaire.

Taroudant : Le projet de plantation de 20.000 amandiers et noyers fait son chemin

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 27/03/2020

Taroudant : Le projet de  plantation de 20.000 amandiers et noyers fait son chemin

Un programme lancé par la Fondation Crédit agricole du Maroc pour le développement durable

Cette initiative vise à doter les habitants de la commune de Toubkal d’une source durable de revenus tout en contribuant à régénérer le couvert végétal et à lutter contre l’érosion des sols.

8.000 amandiers et noyers ont été plantés dans le cadre de la première phase du programme lancé à Taroudant par la Fondation Crédit agricole du Maroc pour le développement durable (FCAMDD), High Atlas Foundation (HAF), alors que 12.000 autres sont programmés d’ici février 2021.

Ce projet pionnier porte sur un programme de plantation des arbres fruitiers organiques (amandiers et noyers) et de formation des agriculteurs en techniques agricoles dans la province de Taroudant, commune de Toubkal, région Souss-Massa, afin d’assurer un développement durable de ces milieux ruraux au niveau social, économique et environnemental.

Le programme est étalé sur 2 ans, de février 2019 jusqu’à février 2021 et il est fondé sur la plantation de 20.000 arbres, la formation des agriculteurs, l’évaluation, la certification biologique d’Ecocert obtenue par HAF en 2016 dans 5 douars (Agadir, Amsouzaret, Talmerselt, Imhiln, Osrayn ) ainsi que la préparation d’un manuel et un film documentaire. Dans ce sens 8.000 noyers et amandiers ont été plantés depuis le lancement de projet, alors que le reste est programmé pour l’année en cours.

D’ailleurs les villages qui ont bénéficié de cette opération sont les mêmes qui ont obtenu la certification de la part de l’Ecocert en 2016 (Agadir, Amsouzaret, Talmerselt, Imhiln, et Osrayn). Et ce pour aider ces douars à obtenir une nouvelle certification en appliquant des pratiques agricoles soucieuses de l’environnement.

Les agriculteurs locaux ont également bénéficié début du mois de mars courant de sessions de formation et qui ont porté sur les bonnes pratiques liées à l’agriculture biologique et développement durable, ainsi que les techniques d’élagage, du greffage, et de paillage, et des ateliers pratiques sur le terrain.

Cette initiative vise à doter les habitants de la commune de Toubkal d’une source durable de revenus tout en contribuant à régénérer le couvert végétal et à lutter contre l’érosion des sols. Dans cette optique, à travers sa fondation pour le développement durable, Crédit agricole du Maroc  s’engage sur plusieurs niveaux. Citons en premier l’acquisition et la plantation des plants biologiques d’arbres fruitiers au profit des petits agriculteurs. La fondation prend en charge leur formation sur le greffage de ces arbres, les spécificités de l’entretien bio, la récolte des fruits et leur manutention bio jusqu’à leur commercialisation.

La Fondation Crédit agricole du Maroc s’engage également à financer la certification bio de ces micro-vergers au moyen d’une certification de groupement ainsi que la production du matériel pédagogique qui permettra la duplication d’initiatives d’arboriculture biologique de montagne dans d’autres régions du Maroc.

Les agriculteurs bénéficiaires de l’opération ont été répertoriés sur une cartographie numérique des terrasses agricoles grâce au développement d’un système d’information géographique.

Agadir : un touriste étranger retrouvé mort chez lui

bladi.net – 27/03/2020

Agadir : un touriste étranger retrouvé mort chez lui

La découverte du cadavre d’un touriste de nationalité italienne, dans son appartement à hay El Qods à Agadir, a mis en état d’alerte les services sanitaires et de sécurité de la ville.

Alertés par des voisins, intrigués par les odeurs pestilentielles émanant de l’appartement, les services de police ont retrouvé son corps en état de décomposition avancée. L’éventualité de son infection au coronavirus n’est pas à écarter, surtout que le ressortissant italien était arrivé au Maroc le 15 février dernier.

L’annonce de sa disparition a été faite initialement par un autre compatriote, qui avait également loué un appartement à Agadir à son arrivée au Maroc le 2 mars dernier. Celui-ci a été placé en quarantaine, en attendant les résultats des analyses de laboratoire.

Les autorités sanitaires et les services de sécurité à Agadir mènent une course contre la montre pour retrouver toutes les personnes ayant été en contact avec la victime.

Coronavirus : situation au Maroc le 26 mars 2020 à 18 H 00

Ministère de la Santé النسخة العربية    Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc

​ 18H00  26-03-2020

Guéris : 8
Décès : 10

 

Cas confirmés : 275 Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 931
​​ ​​​​​

​Répartition par Région :

 

​Région​​

 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
7
Casa Settat
87
​​Daraa-tafilalet
​3
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès meknes
51
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
43​
Oriental
​7
Rabat Salé Kenitra
50
Souss-Massa
10
Tanger Tetouan Al Hoceima
16

Confinement sanitaire : La quasi-totalité des chantiers de construction à l’arrêt

par Mohamed Akisra – lematin.ma – 26/03/2020

Confinement sanitaire : La quasi-totalité des chantiers de construction à l’arrêt

Depuis le début du confinement sanitaire obligatoire, la plupart des chantiers de construction, «désertés» par leurs ouvriers, sont à l’arrêt ou, dans les meilleurs des cas, fonctionnent au ralenti.

Situation difficile dans les chantiers de construction. Depuis le début du confinement sanitaire obligatoire, les chantiers, petits et grands, sont à l’arrêt. Dans les meilleurs des cas, ils fonctionnent au ralenti.

A Casa Anfa City, le plus grand projet de développement urbain à Casablanca, l’ambiance est morose. Beaucoup de chantiers sont déserts. Les autres «roulent» à très faible cadence. La plupart des grues ne bougent guère et les ouvriers sont très peu nombreux dans les lieux. Quelques-uns par-ci, d’autres par-là. Nous sommes très loin de la cadence habituelle très soutenue.

Selon des opérateurs de la place, depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire la semaine dernière, près de 90% des ouvriers ont quitté leurs chantiers de peur du Covid 19, ou pour des raisons financières, la plupart de ses ouvriers étant originaires d’autres régions du Maroc.

En effet, le 20 mars dernier, le Matin avait rencontré, à la Gare Ouled Ziane (www.lematin.ma), plusieurs ouvriers de bâtiment qui s’apprêtaient à quitter la capitale économique. Ils avaient expliquaient qu’ils préfèreraient passer la période de confinement sanitaire obligatoire auprès de leurs familles. «Nous ne pouvons pas courir le risque d’être surpris pas l’interdiction de la circulation entre les différentes villes et régions du pays. Dans le cas d’un éventuel arrêt obligatoire de travail, nous ne pouvons pas non plus subvenir à nos propres besoins et à ceux de nos familles», s’accordaient-ils à dire.

Selon un professionnel du secteur du bâtiment, bien au fait de la situation actuelle, 90% des chantiers publiques sont à l’arrêt. L’auto-construction (la construction informelle), qui représente 80% du total des chantiers de construction, est, quant à elle, pratiquement au point mort. Toujours selon ce professionnel, la tendance se dirige  vers l’arrêt total dans plusieurs régions, notamment Casablanca, Rabat, Tanger, Fès, Meknès, Agadir et Laayoune.

A noter que dans les chantiers que nous avions visités à Casa Anfa City, les mesures de prévention afin de limiter les risques de contamination du coronavirus sont peu respectées. Si certains chantiers fournissent au peu d’ouvriers qui leur restent eau courante, savon et gel hydro alcoolique, la distance de sécurité d’au moins un mètre entre deux personnes semble absente de leur programme.

 

Crise du Covid-19 : Le cri de détresse des retailers marocains

infomediaire.net – 26/03/2020

Un Groupement de près de 80 enseignes dans la Mode et Accessoires, Sport, Maquillage, Décoration et Lunetiers, représentant plus de 920 points de vente sur tout le Maroc (Nador, Al Hoceima, Oujda, Laayoune, Agadir, Casablanca, Mohammedia, Rabat, Salé, Tanger, Tétouan, Kenitra, Fès, Meknès, Safi, Beni Mellal, Essaouira, Khouribga, El Jadida, Marrakech, Taza, Témara…) a vu le jour. Il porte plus de 8 400 salariés depuis de nombreuses années et représentant un des taux d’emplois (nombre d’emplois / chiffre d’affaire) des plus importants de l’économie marocaine.

Dans un message parvenu à Infomédiaire Maroc, ce groupement revient sur l’impact de la crise du coronavirus sur le secteur du retail.

‘‘Le groupement d’enseignes est en première ligne de la crise et peut être même l’un des groupement économiques les plus touchés avec notamment les restaurateurs et cafés.

En ce qui nous concerne, les impacts de la crise du coronavirus se sont faits sentir avant même l’arrivée des premiers cas au Maroc avec la perturbation des chaînes d’approvisionnement souvent dépendantes de productions en Chine et en Europe (intrants et produits finis).

Puis avec l’arrivée du virus au Maroc, trois impacts majeurs :

– la baisse de trafic (et donc de revenus) drastique en magasin tout au long du mois pour finir avec la fermeture totale des magasins hier suite à la décision des autorités publics, nos commerces étant classés comme “non essentiels”

– perte à prévoir sur le stock actuel en raison de la saisonnalité de produits qui seront vendus avec de très fortes décotes

– montée en charge progressive à prévoir au moment de la reprise due à 1. l’appétit de la consommation qui se portera sur des secteurs plus élémentaires et 2.le temps nécessaire pour reconstituer des stocks de saison – ce qui ne peut être anticipé vu le manque de visibilité sur le timing et le prévisionnel de ventes de la reprise

Une seule certitude dans ce contexte : les effets de la crise dureront un temps certain … et feront des dégâts économiques considérables – pour certains irréversibles

Urgence de sauvetage économique

En conséquence, tout le groupement est frappé de plein fouet par une urgence économique, celle d’une équation insolvable : des charges fixes en face d’une absence de revenus. Salaires, loyers, échéances de leasing, remboursement de dettes bancaires, plafonds de découverts, charges fiscales, … autant de paiements dûs en temps normal mais impossibles à honorer tant que le retour à la normale ne sera pas constaté.

Avec de surcroît, une trésorerie qui s’amenuise à grande vitesse dans un secteur à marge restreinte, à capitaux propres limités et qui n’a jamais eu vocation à constituer des coussins de liquidité pour faire face à ce type de crise. L’ensemble des excédents ayant en général été réinvestis dans le développement des réseaux, et dans la création de nouveaux emplois aujourd’hui en péril.

L’issue de la crise se joue dès maintenant en mettant en place des dispositifs à la hauteur des enjeux.

Pour assurer la pérennité de notre écosystème, nous avons besoin de soutiens forts dans cette phase critique qui, rappelons-le, doit être considérée comme un cas de force majeure.

Car l’urgence sanitaire, bien qu’elle prime, doit être traitée de façon solidaire à l’urgence économique sans quoi, on verra un nombre important d’acteurs disparaître, d’autres dramatiquement affaiblis et des milliers d’individus sombrer fatalement dans la précarité.

Nous sollicitons dans ce cadre un appui fort et solide de la part des pouvoirs publics, de la DGI, des banques, des assurances, de nos partenaires propriétaires fonciers, … pour traverser cette crise dans la solidarité, en bonne intelligence par le biais de dispositifs d’accompagnement à la hauteur de nos enjeux : garantir la sécurité de nos consommateurs, préserver notre tissu économique et nos emplois, donner à des acteurs marocains l’espoir d’une reprise …

Nous sommes dans ce cadre à l’écoute pour échanger avec l’ensemble des parties prenantes pour rapidement mettre en place des solutions pérennes et efficaces car chaque jour compte … Nous faisons appel à la responsabilité et à la compréhension de toutes les parties prenantes pour une réponse à la hauteur des enjeux de cet appel collectif’’.

Covid-19 : La Fondation du Sud mobilisée en faveur des démunis

par Malika Alami – lavieeco.com – 26/03/2020

Covid-19 : La Fondation du Sud mobilisée en faveur des démunis

DANS LE CONTEXTE ACTUEL MARQUÉ PAR LA CRISE DE LA PANDÉMIE DU COVID-19, LES FAMILLES SANS RESSOURCES SONT NOMBREUSES.

La Fondation du Sud pour le développement et la solidarité a lancé depuis lundi dernier à Agadir et sa périphérie, avec l’aide des services de la Wilaya Souss Massa une distribution de paniers de denrées alimentaires en faveur des personnes en situation précaire. Pour l’heure, ce sont 25.000 ménages au total qui vont bénéficier de cette action sociale. Chaque famille bénéficiaire reçoit un panier composé de 10 kg de farine, 2 litres d’huile, 2 kg de riz, 1 boite de thé, 1 boite de confiture, 2 kg de sucre, 1 boite de margarine, 6 boites de sardines, 2 morceaux de savon. L’opération devrait s’étendre à d’autres provinces du Souss.

A noter également que la Fondation du Sud a de même contribué aux côtés des autorités de la Wilaya Souss Massa à la mise en place de centres d’accueil dans la commune d’Anza au profit des enfants en situation de rue. Et ce dans le cadre de la mise en œuvre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Maroc : Les médecins du privé ont-ils fermé leurs cabinets en plein coronavirus ?

par SOLÈNE PAILLARD – yabiladi.com – 26/03/2020

Sur les soixante médecins, généralistes et spécialistes, que Yabiladi a contactés de manière aléatoire dans six grandes villes marocaines, dix-neuf seulement nous ont répondu. Les autres, au nombre de 41, sont restés injoignables.

En ces temps de coronavirus, les médecins du secteur hospitalier sont sur le front. Qu’en est-il en revanche des médecins de ville ? Pour le savoir, nous avons contacté, au hasard dans l’annuaire, cinq médecins généralistes et cinq médecins spécialistes par ville : Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger et Fès. Les spécialités concernent la gynécologie, la cardiologie, la neurologie, l’ophtalmologie et la dermatologie.

Sans surprise, c’est à Casablanca que les médecins ont été plus nombreux à décrocher. Sur les dix médecins que nous avons appelés (généralistes et spécialistes), six ont répondu : deux généralistes (sur cinq) et quatre spécialistes (sur cinq également). Les deux généralistes ont indiqué poursuivre leurs horaires habituels.

Du côté des spécialistes, le cabinet de Nadia Zinoun, gynécologue, nous a indiqué avoir réduit ses horaires et recevoir seulement les femmes venant pour des urgences. «Dans le cadre des mesures de précaution contre le coronavirus, nous recevons les femmes dans des salles de consultation différentes : par exemple, une première patiente dans une salle et une seconde dans une autre», nous explique-t-on.

Le cabinet de Naima Baaddy, cardiologue, indique de son côté ne recevoir que les patients pour des urgences cardiovasculaires : «Nous assurons une astreinte. En revanche, les consultations froides sont reportées.» Le cabinet est par ailleurs «désinfecté quotidiennement» et le médecin travaille «avec des gants et des bavettes chirurgicales».

Pour sa part, Naila Midafi, neurologue, a restreint ses horaires (10h-13h) et ne reçoit, à l’instar de ses consœurs, que les cas urgents. Enfin, le dernier spécialiste qui nous a répondu à Casablanca, un dermatologue, a indiqué travailler «en horaire continu».

A Tanger et Fès, les médecins généralistes se font plus rares

Rabat, cinq médecins au total nous ont répondu : deux généralistes et trois spécialistes (un gynécologue, un ophtalmologue et un cardiologue). Tous ne reçoivent que les cas urgents et optent pour les téléconsultations. «Nous travaillons jusqu’à 18 heures et privilégions les consultations par téléphone. Nous ne recevons que les cas urgents et, en cas de symptômes du coronavirus, nous appelons le 141», explique Anas Lakhdar, médecin généraliste.

Hicham Bensouda, ophtalmologue et Hassan Elboury, cardiologue, disent également ne traiter que les urgences. «Je travaille beaucoup par téléphone», confie le premier, tandis que le second souligne que «les consultations froides sont reportées pour éviter les déplacements».

Marrakech, seule une médecin généraliste nous a répondu, et aucun spécialiste. «J’essaie de voir tous les patients et pas seulement les cas urgents. En revanche, je les reçois au compte-gouttes pour que la salle d’attente ne soit pas encombrée», nous explique Laila Essabiri, ajoutant qu’elle «porte un masque chirurgical durant les consultations».

A Agadir, trois médecins généralistes nous ont répondu. Tous disent avoir conservé les horaires habituels et essayer de recevoir les patients dont l’état de santé nécessite une consultation. En revanche, aucun spécialiste, que ce soit en cardiologie, en neurologie, en gynécologie, en pneumologie ou en dermatologie, ne nous a répondu.

Tanger, seul un médecin généraliste nous a répondu, précisant simplement recevoir ses patients habituels. Comme à Agadir, aucun spécialiste n’a décroché le téléphone.

Enfin, à Fès, aucun des cinq médecins généralistes que nous avons contactés n’a répondu, contrairement à un seul médecin spécialiste. Mohamed Boughaleb, cardiologue, reçoit les cas urgents tout en veillant à ce que le cabinet ne soit pas rempli.

«Nous recevons patient par patient», nous dit-il. «C’est un manquement grave à la déontologie de fermer son cabinet. Il n’y a pas que le coronavirus ; d’autres patients risquent de mourir d’autres pathologies s’ils ne sont pas pris en charge», soutient Mohamed Boughaleb, qui dit avoir imposé «des mesures d’hygiène drastiques à coup d’eau de Javel, y compris sur les poignées de portes».

Si nos appels téléphoniques insistants restés sans réponse ne sont pas la preuve formelle de la fermeture des cabinets, il n’en demeure pas moins inquiétant pour les malades de ne pouvoir obtenir une réponse à leurs appels. Il est là aussi question de santé publique.

 

FRUITS ET LÉGUMES : À AGADIR, L’OFFRE DÉPASSE LA DEMANDE ET LES PRIX SE STABILISENT

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 26/03/2020

Cover_Vidéo: تباين في أسعار الخضر والفواكه بأكادير بسبب فيروس كورونا

© Copyright : Le360

A Agadir, fruits et légumes sont disponibles en abondance, mais les habitants se plaignent d’une légère hausse des prix. Reportage.

A Agadir, au cours de la journée du mercredi 25 mars, les légumes vendus aux particuliers dans les marchés de la ville se négociaient, dans leur grande majorité, à des prix raisonnables: moins de 5 dirhams le kilogramme.

Pourtant, le prix du marché fixé pour ces produits maraîchers n’a pas été du goût de ceux qui faisaient leurs courses, et qui, pour la plupart, se plaignaient d’une hausse des prix.

Quant aux commerçants, ceux-ci rétorquent qu’il s’agit là d’un juste prix, surtout que l’offre, sur les étals, dépasse de loin la demande des ménages gadiris.

Nouvelle ligne maritime pour les conteneurs frigorifiques au port d’Agadir

medias24.com – 26/03/2020

Une nouvelle liaison maritime dédiée aux conteneurs frigorifiques entre Agadir et Port-Vendres (France) a vu le jour, le 21 mars, à raison d’une escale par semaine.

Nouvelle ligne maritime pour les conteneurs frigorifiques au port d’Agadir

Cette nouvelle ligne maritime, « fruit de plusieurs réunions de préparation et de coordination entre les divers partenaires, aussi bien au niveau local qu’au niveau central de l’Armateur CMA CGM, ambitionne de convertir le trafic TIR (utilisant la plateforme portuaire de Tanger Med) en conteneurs frigorifiques exploitant les infrastructures portuaires d’Agadir », indique l’ANP dans un communiqué.

L’agence explique qu’avant la pandémie de covid-19, les exportateurs de la région Sous-Massa utilisaient les services de transport terrestre qui offraient une prestation flexible et porte à porte. A présent, poursuit-on, « la situation a changé au profit du transport maritime qui offre une alternative compétitive par rapport au TIR en offrant un service de qualité au point de vue: prix, timing et atteinte à l’environnement ».

Pour assurer un approvisionnement régulier, les clients importateurs ont exigé un départ, du port d’Agadir, chaque samedi à 22h, pour une arrivée à destination le mercredi à 6h, fait savoir l’ANP.

Cette ligne maritime sera desservie par deux navires porte-conteneurs, affrétés par CMA CGM, en l’occurrence: « Wilhelmine » et « Contship BEE », et sera dédiée surtout à « l’export des produits primeurs conteneurisés« .

Selon la même source, « le manifeste export du premier voyage renfermait le chargement suivant: 62×40 pieds frigos, 02×20 pieds frigos, 15×45 pieds frigos et 1×20 pieds dry ».

Ces deux navires « bénéficieront de la priorité à l’accostage conformément au protocole de fenêtrage signé entre l’armateur CMA CGM et l’exploitant SMA et approuvé par l’autorité portuaire », précise le communiqué de l’ANP.

Retraite à l’étranger : un délai supplémentaire pour vos justificatifs

Consulat général de France à Agadir
Aucune description de photo disponible.
Retraite à l’étranger : un délai supplémentaire pour vos justificatifs

Dans la situation d’alerte sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, des dispositions particulières sont prises pour les retraités qui vivent à l’étranger et doivent retourner des justificatifs indispensables au paiement de leur retraite.

  • Qui est concerné ?
    Les résidents à l’étranger qui perçoivent des retraites françaises et qui ont reçu une notification d’enquête par courrier postal datée de la fin des mois de décembre, janvier ou février ou par e-mail datée de début janvier, février ou mars.
  • Quel délai est accordé ?
    Si vous êtes concerné, vous disposez d’un délai supplémentaire de 2 mois sur le délai indiqué sur votre notification (courrier et/ou e-mail) et sur votre compte en ligne pour retourner vos justificatifs complétés et signés.

Le paiement de vos retraites françaises ne sera pas suspendu pendant ce délai supplémentaire.

Ces mesures sont temporaires mais pourront éventuellement être reconduites en fonction de l’évolution de la situation.

Le Pr. Éric Chabrière, bras droit du Dr Raoult, balance toute la vérité (Interview complète sur LCI)

Comme le dit un commentaire sur cette interview, « Quand l’avion est en feu, on ne teste pas les parachutes sur des souris… »

Coronavirus : une prise en charge psychologique est offerte aux Marocains

bladi.net – 26/03/2020

Coronavirus : une prise en charge psychologique est offerte aux Marocains

Les Marocains seront désormais pris en charge psychologiquement durant ce temps de confinement. Plusieurs centres d’écoute vont être installés dans les régions. C’est une initiative de l’association marocaine de psychiatrie.

L’Association marocaine de psychiatrie a décidé d’apporter sa contribution dans la lutte contre le COVID-19. C’est ce qui justifie la mise en place des centres d’écoute pour la prise en charge psychologique des citoyens. L’annonce de cette initiative a été faite le lundi 23 mars par Mohammadin Boubekri, président de l’Ordre national des médecins, dans un communiqué. Il n’a pas manqué de témoigner les gratitudes de l’Ordre des médecins à l’association marocaine de psychiatrie pour ce geste louable.

Il sera mis à la disposition de l’Ordre des médecins, des spécialistes pour le suivi psychologique et la réception des appels des citoyens marocains. Le communiqué de l’Ordre informe que la mise en place de ces centres vise à pallier les conséquences sur la santé mentale des citoyens du fait du confinement sanitaire du pays à cause de la propagation du COVID-19.

Cette initiative, opérationnelle depuis hier, le mercredi 25 mars 2020, se matérialise par la mise en place des numéros par les conseils régionaux dans plusieurs villes, lesquels seront fonctionnels de 14 heures à 16 heures pour la prise en charge.

En attendant une couverture intégrale du territoire marocain par les centres d’écoute, voici les régions dans lesquelles la prise en charge psychologique sera une réalité dès aujourd’hui. Il s’agit de :

Région de Casablanca Settat : 0639099533.
Région de Tanger Tétouan Al Hoceima : 0639099551.
Région de Oujda : 0639099550.
Région de Rabat Salé Kénitra : 0639099552.
Région de Fès Meknès : 0639099549.
Région de Marrakech Safi : 0639099518.
Région de Souss Massa : 0627699794.

L’Ordre des médecins plaide pour la mise en place des centres d’écoute dans les régions de Béni Mellal Khouribga, Daraa Tafilalet, Guelmim Oued Noun et Laayoune Assakia Lharma.

Covid-19 : Les détails du nouveau bilan le 25/03/2020 à 18 H 00

par Mounia Senhaji – lematin.ma – 25/03/2020

Covid-19 : Les détails du nouveau bilan de ce mercredi

Le nouveau bilan des personnes contaminées arrive à 225 cas. Une nouvelle personne a été guérie et une autre décédée.

Pas moins de 55 nouvelles infections au coronavirus ont été recensées en ces dernières 24 heures au Maroc, portant à 225 le nombre total des personnes contaminées depuis le début de la pandémie, indique un nouveau bilan du ministère de la Santé.

Faisant le point sur la situation épidémiologique du coronavirus au Maroc, le conseiller en communication du ministre de la Santé, Hafid Zahri, a annoncé un nouveau décès enregistré cette-fois-ci dans la ville de Meknès. Le défunt était âgé de 56 ans et souffrait de maladies chroniques, a-t-il précisé. Ainsi, avec ce nouveau cas, le bilan des décès à ce jour a atteint 6 personnes.

Le bilan des rémissions a également connu une légère hausse avec le rétablissement d’un citoyen de Casablanca âgé de 69 ans. Il s’est ainsi établit à 7 guérisons au total.

En pourcentage, 51 % des cas contaminés sont en provenance de l’étranger contre 49% de contaminations d’origine locale. Pour ce qui est de l’état de santé des personnes infectées, 86% d’entre eux sont dans un état stable et seuls 14% sont dans un état critique.

Par ailleurs, les personnes les plus atteintes se situent dans la tranche d’âge de 51 ans et plus, soit 36,6% des cas contaminés.

Par répartition géographique, c’est la région de Casablanca-Settat qui figure en tête avec le plus grand nombre des nouveaux cas déclarés (+17), suivie de Fès-Meknès (+14),  Marrakech-Safi (+10), Rabat-Salé-Kénitra (+5) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (+4). Viennent ensuite les régions de Souss-Massa (+2), Béni Mellal-Khénifra (+2) et Drâa-Tafilalet (+1).

Le ministère a comptabilisé à ce jour 740 cas potentiels d’infection au Covid-19 qui ont été exclus suite à des tests négatifs au laboratoire, soit 55 personnes de plus que le chiffre dévoilé hier.

Quelque 3109 personnes ayant côtoyé les cas infectés au coronavirus ont été soumis au suivi et au contrôle des services de santé, dont 2341 sont toujours sous surveillance médicale.

La répartition des cas par régions :

  • Casablanca-Settat : 59
  • Fès-Meknès : 50
  • Rabat-Salé-Kénitra : 45
  • Marrakech-Safi : 32
  • Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 15
  • Souss-Massa : 8
  • L’Oriental : 7
  • Béni Mellal-Khénifra : 6
  • Drâa-Tafilalet : 2
  • Guelmim-Oued Noun : 1

La répartition des cas par villes :

  • Casablanca : 58
  • Meknès :35
  • Marrakech : 30
  • Rabat : 27
  • Fès : 14
  • Tanger : 8
  • Agadir : 7
  • Salé : 6
  • Skhirat-Témara : 6
  • Tétouan : 6
  • Kénitra : 4
  • Khouribga : 4
  • Oujda : 3
  • Fqih Bensaleh : 2
  • Errachidia : 2
  • Al Hoceïma : 1
  • Berkane : 1
  • Bouarfa : 1
  • Chichaoua : 1
  • Essaouira : 1
  • Guelmim : 1
  • Khémisset : 1
  • Nador : 1
  • Settat : 1
  • Sidi Slimane : 1
  • Taourirt : 1
  • Taroudant : 1
  • Taza : 1

L’indice des prix à la consommation ressort en baisse pour le deuxième mois consécutif

par Alain Bouithy – libe.ma – 26/03/2020
Entre janvier et février, les baisses ont concerné principalement les poissons, fruits de mer et les légumes

L’IPC ressort en baisse pour le deuxième mois consécutif

L’indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une baisse pour le deuxième mois consécutif, selon les chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP). Après une baisse de 0,1% observée en janvier 2020, il a connu, au cours du mois de février 2020, une baisse de 0,2% par rapport au mois précédent.
« Cette variation est le résultat de la baisse de 0,3% de l’indice des produits alimentaires et de 0,2% de l’indice des produits non alimentaires », a expliqué l’institution publique dans une note d’information relative à l’indice des prix à la consommation du mois dernier.
Rappelons que la variation de l’IPC observée en début d’année, avait été attribuée à la baisse de 0,4% de l’indice des produits alimentaires et à la hausse de 0,2% de l’indice des produits non alimentaires.
A en croire les analystes du Haut-commissariat, les baisses des produits alimentaires observées entre janvier et février 2020 ont concerné principalement les « poissons et fruits de mer » (1,8%), les «Légumes» (1,5%), le « Lait, fromage et œufs » (0,5%) et les « viandes » (0,4%).
Dans sa note, le HCP a, en revanche, noté une augmentation des prix des « Fruits » et des « Huiles et graisses» respectivement de 1% et 0,3% et fait état, en ce qui concerne les produits non alimentaires, de la baisse principalement des prix des « Carburants » (5,2%).
A titre de comparaison, les baisses des produits alimentaires observées entre décembre 2019 et janvier 2020 avaient concerné principalement les «Légumes» (2,9%), les «Poissons et fruits de mer» (1,5%), le « Lait, fromage et œufs » (0,6%) et les « Viandes » (0,3%).
En revanche, les prix avaient augmenté de 0,9% pour les «Fruits» et de 0,4% pour les «Eaux minérales, boissons rafraîchissantes», alors que pour les produits non alimentaires, la hausse avait concerné principalement les prix des « Carburants » (2,0%) et les« Assurances » (4,2%).
Concernant les baisses les plus importantes de l’IPC, il ressort des chiffres du Haut-commissariat qu’ils ont été enregistrées à Safi (1%), à Meknès (0,8%), à Settat ( 0,5%), à Fès (0,4%), à Oujda (0,3%) et  à Agadir, Casablanca et Tanger (0,2%).
Dans cette même période, il a été en revanche constaté des hausses à Laâyoune (0,2%) et à Rabat et Dakhla (0,1%), a relevé le HCP dans son communiqué.
Rappelons également que les baisses les plus importantes de l’IPC de janvier avaient été enregistrées à Al-Hoceima (0,8%), à Kénitra, Marrakech, Settat et Béni-Mellal (0,3%) et à Oujda, Tétouan, Tanger et Laâyoune (0,2%) et qu’en revanche, des hausses avaient été enregistrées à Casablanca, à Meknès et à Safi (0,1%).
Comparé au même mois de l’année précédente, il apparaît que « l’indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 1,1% au cours du mois de février 2020, conséquence de la hausse de l’indice des produits alimentaires de 1,2% et celui des produits non alimentaires de 1,1% », a souligné le HCP.
Il ressort également de cette comparaison que les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d’une baisse de 0,2% pour la «Communication» à une hausse de 2,7% pour l’«Enseignement», a ajouté le Haut-commissariat.
Pour les analystes de l’institution publique, il apparaît évident que dans ces conditions, « l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois de février 2020 une baisse de 0,1% par rapport au mois de janvier 2020 et une hausse de 0,6% par rapport au mois de février 2019 », a relevé le communiqué.
On se souvient qu’au cours du mois de janvier de l’année en cours, le HCP avait indiqué que cet indicateur d’inflation sous-jacente aurait connu en début d’année une stagnation par rapport au mois de décembre 2019 et une hausse de 0,5% par rapport au mois de janvier 2019.
Rappelons aussi que l’IPC annuel moyen avait connu, au terme de l’année dernière, un accroissement de 0,2% par rapport à l’année 2018 après la hausse de l’indice des produits non alimentaires (0,9%) et de la baisse de celui des produits alimentaires (0,5%).

PROJET UFE d’ ASSISTANCE par TELE-ALARME

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le: lundi de 16 à 18h / mercredi de 10 à 12h / samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24. 
                                         Agadir, le 25 Mars 2020


PROJET UFE d’ ASSISTANCE par TELE-ALARME

                              
Chers Compatriotes,

« Aucun Français n’est seul à l’Etranger » telle est notre devise. Elle nous a conduit, en début d’année, à proposer à toutes les personnes isolées l’installation d’une télé-alarme qui pouvait être subventionnée jusqu’à 100% par l’UFE et le Ministère des Affaires Etrangères .

Certains Français installés à Agadir ou dans la région, qu’ils soient adhérents à l’UFE ou non, ont déjà bénéficié de ce dispositif.

A l’heure où nous avons lancé ce projet, nous ne pouvions pas prévoir que surgirait une crise sanitaire exceptionnelle comme celle que nous vivons actuellement avec comme corollaires, de nombreuses situations difficiles qui remontent tant au Consulat Général de France qu’auprès de nous,  responsables de l’UFE d’Agadir.

Aussi envisageons-nous de transférer tout ou partie des fonds restant de l’opération télé-alarme pour aider nos concitoyens, résidents ou non, à résoudre les problèmes matériels qu’ils rencontrent à la suite de la fermeture des frontières et du confinement.

Avant de nous lancer dans cette nouvelle opération humanitaire, et sous réserve de l’accord du Ministère des Affaires Etrangères, nous demandons aux dernières personnes intéressées par l’opération télé-alarme, éventuellement éligibles à être subventionnées, de se faire connaître par retour, et au plus tard le 31 mars.
Il vous suffit alors de répondre simplement  à info@ufe-agadir.com en communiquant vos nom, date de naissance, adresse, adresse-mail et numéro de téléphone.

Nous espérons que vous comprendrez ce changement de priorité. S’il est un moment où l’esprit de solidarité contenu dans notre devise doit se manifester, c’est assurément dans les jours et les semaines qui viennent.

Chaleureusement vôtres,

Jean-Claude ROZIER                                 Catherine TRIBOUART
Président UFE Agadir                               Vice-Présidente UFE Agadir
Conseiller Consulaire

Chloroquine, le premier patient traité à Rabat déclaré négatif au Covid-19 au 6 ème jour

par M. EL ATOUABI – lopinion.ma – 25/03/2020

Sans beaucoup trop d’hésitations, le Maroc a officiellement et courageusement décidé d’adopter un protocole sanitaire de traitement des patients atteints de Covid-19 à base de Chloroquine. L’espoir est permis.

Combat sanitaire face au Coronavirus au service d’isolement de l’hôpital Moulay Youssef de Casablanca.

Combat sanitaire face au Coronavirus au service d’isolement de l’hôpital Moulay Youssef de Casablanca.

Dans une note officielle adressée aux Directeurs des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU), le ministère de la santé a autorisé la prescription de la Chloroquine et surtout de l’Hydroxychloroquine au niveau des établissements de soins pour la prise en charge thérapeutique des cas confirmés Covid-19. Dans la note du ministère de la santé, cette décision dont on ne peut préjuger de la pertinence pour le moment, revendique sa légitimité scientifique d’une «consultation avec le Comité Technique et Scientifique du Programme National de Prévention et du Contrôle de la Grippe et des Infections Respiratoires Aiguës Sévères».

Démarche inédite

La démarche est aussi rare qu’inédite dans les annales de la santé nationale et internationale. Jamais par le passé, un protocole médical n’avait en effet été adopté et mis en oeuvre en si peu de temps. Dans les milieux de la science et de la médecine, le sujet partage plus qu’il ne rassemble. La rapidité de mise en oeuvre de ce traitement au Maroc, fait même jaser certains observateurs qui expriment sous cape leur désapprobation d’une décision qu’ils jugent hâtive. Dans la rue par contre et parmi les milieux profane, cette décision nourrit l’espoir d’une victoire contre une maladie qui fait désormais peur. Notamment au vu du nombre de morts enregistrés dans des pays proches comme l’Espagne et surtout l’Italie.

Sans entrer donc dans des considérations scientifiques qui nous dépassent et dont seul le temps pourra juger de la pertinence, la question maintenant est de savoir comment le Maroc s’est organisé pour contrer médicalement l’épidémie de coronavirus. Dans ce registre, les implications ne sont pas uniquement médicales ou scientifiques, mais surtout politiques. Pour en saisir la teneur, il faut opérer un léger retour en arrière.

Tout a commencé il y a cinq jours avec une énième révélation involontaire du chef de gouvernement Sâadeddine El Othmani dont la langue ou plutôt le clavier s’est délié plus vite qu’il n’en fallait lors de l’une de ses nombreuses sorties médiatiques sur Twitter. Dans une réponse (aujourd’hui effacée) à une question sur l’usage du Plaquenil, un médicament antipaludique à base de Hydroxychloroquine, El Othmani affirme que : «tous les cas positifs au coronavirus enregistrés au Maroc qui souffrent des effets de cette maladie sont effectivement traités par ce médicament».

Il n’en faut pas plus pour susciter une véritable ruée vers les pharmacies. Assaillies par les demandes de citoyens apeurés, celles-ci voient leurs stocks de Plaquenil 200 mg (Hy-droxychloroquine) vendu à 51 dirhams et de Nivaquine (Chloroquine) proposé, lui, à 12 dirhams, fondre comme neige au soleil. Pourtant, quelques jours auparavant, ces deux médicaments dont l’écoulement sur le marché marocain était très minime car réservé aux seuls voyageurs en partance vers certains pays d’Afrique Subsaharienne, était d’usage très restreint.

Péril en la demeure
La réplique des autorités sanitaires marocaines ne se fait pas trop attendre. Elle résonne comme une réponse à la bévue du chef de gouvernement. Dans une mise au point adressée aux médias, le département de Khalid Aït Taleb demande aux citoyens de rester vigilant par rapport aux informations qui circulent sur l’efficacité de la chloroquine pour traiter les individus contaminés par le Covid-19.

«Ce traitement est toujours en phase de test dans de nombreux pays », note un communiqué du ministère qui précise que les responsables suivent de près les recherches en cours et qu’en cas de résultats positifs, l’utilisation de ce traitement devra être appliquée selon un protocole médical spécifique par un comité scientifique national.Après quoi, ledit traitement sera administré aux personnes qui sont en cours de traitement dans les hôpitaux. Et au vu des nombreux effets secondaires du médicament en question, amplifiés par l’usage sauvage et l’automédication, le ministère déconseille fortement aux citoyens d’acheter des médicaments sans recommandation de médecin pour les conserver chez eux, et ce dans le but de préserver la santé publique. Ensuite, les événements se précipitent.

Au lendemain même de cette mise au point, Radio France Internationale (RFI) révèle que le Maroc s’était porté acquéreur de l’ensemble des stocks de Nivaquine et de Plaquenil produits au Maroc par le laboratoire français Sanofi, et évoque un total de plusieurs millions de doses.

Le 23 mars, les autorités sanitaires du pays font fi des précautions d’usage en la matière et proclament officiellement leur décision de mettre en oeuvre un protocole de traitement des malades du Covid-19 à base d’Hydroxychloroquine. Au-delà du scepticisme qu’une telle précipitation puisse légitimement engendrer dans certains milieux scientifiques, les marocains confinés aux fins fonds de leurs maisons sont partagés entre la joie de voir le pays se doter d’un protocole de traitement médical appuyé par de généreux stocks et la crainte des éventuels effets à long terme de cette même médication.

Mais la question qui revient le plus est celle de savoir quel est le degré de ce péril en la demeure qui a poussé nos autorités sanitaires, d’habitude assez prudentes, à prendre une décision aussi lourde de conséquences, en si peu de temps ?

Une information confidentielle qui a filtré de l’hôpital militaire de Rabat et à laquelle l’Opinion a eu accès, révèle que le premier patient traité dans cette unité par le Plaquenil et l’Azithromycine, a été déclaré négatif au Covid-19 à partir du sixième jour de traitement. Ce qui incite à l’optimisme, tout en confortant le choix des autorités sanitaires marocaines d’opter pour la Chloroquine.

 

Coronavirus Maroc – Situation le 24 mars à 18 H 00

Répartition par Région :

​Région​​

 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
4
Casa Settat
42
​​Daraa-tafilalet
​1​
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès meknes
36
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
22
Oriental
​7
Rabat Salé Kenitra
40
Souss-Massa
6
Tanger Tetouan Al Hoceima
11

ACTUALITÉ Maroc : le trafic portuaire a progressé de 11,3% en 2019

meretmarine.com – 25/03/2020

Au Maroc, les ports gérés par l’ANP (Agence nationale des ports) et Tanger Med SA ont vu l’an dernier leur trafic progresser de 11,3% à 152,1 Mt. Les vracs pèsent encore lourd dans le résultat global même si les conteneurs continuent leur progression. Un article d’Hervé Deiss de Ports et Corridors. Le système portuaire marocain voit coexister les établissements gérés par l’Agence nationale des ports et le complexe portuaire et logistique de Tanger Med. Ensemble, les ports du Maroc ont vu leur trafic progresser de 11,3% en 2019 pour atteindre 153,1 Mt. Les chiffres nationaux diffusés par le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a donné le 20 mars les grandes tendances de 2019.  « La hausse est attribuée à l’accroissement aussi bien du volume du transbordement (+32,9%) que des importations (+6,9%) et du cabotage (+0,8%) Les exportations ont légèrement baissé de 1,1% », indique le communiqué du ministère marocain en charge des ports. En une décennie, de 2009 à 2019, l’ensemble des ports du royaume a vu son trafic doubler avec une progression globale de 114%, passant d’environ 70 Mt en 2009 à plus de 150 Mt en 2019. L’analyse du trafic par port montre que sept ports nationaux ont marqué une évolution positive. Tanger-Med (+24,7%), Mohammedia (+0,2%), Casablanca (+10,8%), Jorf-Lasfar (+12,3%), Agadir (+27,9%), Laâyoune (+1,1%) et Dakhla (+0,2%) ont compensé les pertes affichées par les ports de Nador, Safi et Tan Tan. Il est à noter qu’avec 130,7 Mt, Tanger Med, Jorf Lasfar et Casablanca concentrent près de 85% du trafic portuaire marocain. En volume de marchandises traitées, Jorf Lasfar est le premier port de l’année pour le trafic import-export, pour 35,5 Mt. Le port de Jorf Lasfar a une vocation minéralière et conventionnelle. Situé à 120 km au sud de Casablanca, il est le principal point de sortie de la production de phosphates d’OCP. La place de second port marocain en tonnage revient à Casablanca avec un trafic de 30 Mt. La grande majorité des trafics revient aux vracs solides avec 53 Mt, en hausse de 3,2%. Des flux principalement réalisés par les ports gérés par l’ANP. Le charbon a franchi la barre des 10 Mt, en hausse de 12,6%. Des arrivées qui tiennent principalement pour la fourniture d’énergie. Viennent ensuite les trafics d’engrais solides qui ont vu leurs exportations augmenter de 4,2% à 9,6 Mt. Autre courant en hausse dans ces flux de vracs solides, les importations de céréales progressent de 4,8% à 6,9 Mt. Deux flux affichent des baisses dans les vracs solides des ports gérés par l’ANP, le phosphate et le clinker. Ce dernier régresse de 32,4% à 1,3 Mt. Il montre les difficultés de l’industrie cimentière du Maroc. Il est le signe que le pays importe plus de ciment fabriqué à l’international que des produits manufacturés localement. Enfin, le phosphate a connu une baisse de ses exportations en 2019. Il perd 13,9% à 9,6 Mt. La bonne performance des exportations d’engrais solides et la baisse des exportations de phosphates signifie que le Maroc a évolué vers la production locale d’engrais et donc de la valeur ajoutée sur la matière première, le phosphate. Le trafic de vracs solides de Tanger Med reste marginal par rapport aux autres ports marocains. Avec 258 340 t réalisées en 2019, le port du détroit de Gibraltar traite principalement des céréales et des trafics de petits vracs industriels pour les sociétés du nord du pays. Du côté des vracs liquides, le trafic a progressé de 3,4% à 24,8 Mt, tous ports confondus. Avec 18,4 Mt traitées par les ports de l’ANP, en progression de 2,1%, tous les flux des vracs liquides sont en hausse. Les importations d’ammoniac et d’huiles alimentaires maintiennent leurs performances sur les ports de l’ANP. Les hydrocarbures ont bien résisté dans les ports de l’ANP avec une hausse de 2,2% à 10,5 Mt. Un score qui n’a pas permis la baisse sensible de ces flux sur l’ensemble du Maroc. En effet, le ministère annonce une baisse de 2,2% à 12,7 Mt qui sont à mettre au passif des courants sur les terminaux de Tanger Med. À l’export, l’acide phosphorique, issue de la production de phosphate, affiche une croissance de 3,7% à 3,9 Mt. Le trafic de véhicules neufs a réussi une belle année 2019. Avec un total de 589 200 unités traitées dans tous les ports, le principal acteur de ce courant se réalise à Tanger Med. Avec 500 465 véhicules, Tanger Med termine 2019 sur une hausse de 5%. Un trafic qui se répartit entre les véhicules traités sur le terminal dédié de Renault dont 349 050 unités exportées et 31 734 véhicules importées. L’autre terminal roulier ouvert à tous les opérateurs a manutentionné 119 681 unités, en augmentation de 27,6%. La bonne tenue de ces trafics est à mettre à l’actif du début des exportations des véhicules de l’usine de Kenitra du groupe PSA. Le trafic routier international s’oriente aussi à la hausse. Avec 373 938 ensembles routiers qui ont emprunté les ports marocains, ce courant affiche une hausse de 10%. Un trafic qui se réalise en grande partie dans les installations de Tanger Med avec 357 214 unités, en hausse de 9,3%. Les ports de l’ANP ont vu le passage de 16 724 ensembles routiers, dont une grande partie depuis les ports de la Méditerranée, comme Nador. Enfin, le trafic conteneurisé du Maroc a franchi, en 2019, la barre des 6 millions d’EVP traités. Des flux traités en grande majorité par Tanger Med. S’agissant des conteneurs, un total de 4,4 MEVP a été manutentionné, soit une progression exceptionnelle de +40,6% par rapport à l’année précédente. L’entrée en service de Tanger Med 2, en juin 2019, a donné une nouvelle dynamique au port du détroit de Gibraltar. « En 2019, dix nouveaux opérateurs ont démarré leur activité dans la zone logistique portuaire de Tanger Med, parmi lesquels des acteurs tels que DHL, Nippon Express, et Kasai. L’ensemble de ces réalisations confortent la position de Tanger Med comme plateforme de choix au service de l’économie marocaine, et comme hub logistique majeur pour les échanges mondiaux », indique Tanger Med SA. Les ports gérés par l’ANP ont vu leur trafic conteneurisé progresser de 2,5% à 1,2 MEVP. Casablanca et Agadir réalisent à eux deux 99% du total du trafic conteneurisé des ports de l’ANP. À Casablanca, le trafic a progressé de 5,2% pour atteindre 1,08 MEVP. Le port de l’ouest du pays confirme ainsi sa place dans le club des millionnaires. Quant à Agadir, situé à la limite du Sahara Occidental, il perd 14,5% à 177 539 EVP. Traitant majoritairement des produits agricoles, Agadir voit une partie de ses trafics partir pour les quais de Casablanca, indiquent des analystes.

Tourisme : à cause du Coronavirus 11 000 nuitées annulées pour mars et avril à Agadir

par Malika Alami – lavieeco.com – 24/03/2020

Tourisme Agadir

UNE PERTE EN CA DE 12 MDH EN PERSPECTIVE, SELON LES PROFESSIONNELS DE L’HÔTELLERIE. FACE À LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS ET SES CONSÉQUENCES, LES OPÉRATEURS À AGADIR RÉAGISSENT.

Réunion de crise vendredi dernier de l’Association de l’indus¬trie hôtelière d’Agadir. Face à la pandémie du Coronavirus et ses conséquences, les professionnels de l’hôtellerie à Agadir réagissent. Selon leur estimation, ce sont 11 000 nuitées pour les mois de mars et avril qui sont annulées. Ce qui représente de leur avis une perte en CA de 12 MDH. Aujourd’hui, suite à la fermeture des frontières des marchés émetteurs de la station balnéaire, les hôtels sont peu à peu désertés de leurs clients et déjà certaines chaînes implantées dans la ville pensent à fermer leurs établissements. Ce qui constitue une menace pour les emplois du secteur. Pour leur préservation en attendant des jours meilleurs, les acteurs de la filière ont émis lors de leur réunion un certain nombre de mesures d’accompagnement à présenter au gouvernement.

Il s’agit de mettre les salariés en chômage technique au taux de 50% et de différer tous les paiements d’impôts, taxes, charges sociales et impôts locaux et ce dès ce mois de mars. Les hôteliers d’Agadir proposent aussi de surseoir à des paiements des échéances de crédits bancaires, sans intérêts supplémentaires. Mais pas seulement. Ils souhaitent de même des exonérations de charges sociales pour les départs en retraites anticipés et la révision pour le secteur hôte¬lier de la facture énergétique (ONE, RAMSA, ..) qui supportent des taux domestiques et non des taux industriels, indiquent-ils.

En outre, ils réclament des subventions en faveur du secteur pour faire face à cette crise profonde et aux pertes occasionnées. Le fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie devrait répondre à leurs doléances. Les hôteliers d’Agadir veulent enfin être accompagnés pour la mise en place d’assurances en prévention des défaillances des TO.

Face à cet état international d’exception, les professionnels restent cependant optimistes quant à une reprise dès juillet prochain. Aussi, ils demandent à l’ONMT de préparer dès à présent des campagnes de communication et de promotion envers le marché national et les marchés émetteurs internationaux. Pour une redynamisation du secteur dès le retour à la normale, ils préconisent aussi des subventions pour les compagnies aériennes. En attendant, les professionnels disent vouloir déjà préparer des offres promotionnelles pour réussir la reprise prochaine.

%d blogueurs aiment cette page :