Archives de mars 9th, 2020

Un « corbeau » fait des commentaires sur ce blog

Un corbeau est un sinistre personnage qui n’a pas le courage de signer de son identité réelle.

J’ai publié hier soir un article concernant « Un bon moment de Détente » au Palais des Roses d’Agadir.

Un certain Abdel qui utilise une fausse adresse mail ( Abdel@free.fr ) a qualifié ceux qui étaient là de « Nouveaux Colons »

Quel manque d’intelligence d’utiliser des relents malsains d’anticolonialisme contre ceux qui ont comme unique but de se détendre dans une bonne ambiance en apportant du travail à un établissement marocain et à son personnel !



J’ai essayé de le contacter mais j’ai reçu un « Delivery Status Notification (Failure) »

Après quelques rapides recherches, il s’avère que l’adresse IP utilisée (185.215.65.33) est localisée en France à Clichy sous bois !

Country France   
State / Region Île-de-France
District / County Seine-Saint-Denis
City Clichy-sous-Bois
Zip / Postal code 93390
Coordinates 48.9109, 2.54615

Abdel semble donc être un immigré en France qui crache dans la soupe ! ! !

Ou bien il utilise un VPN. De toutes façons,  c’est un lâche dégonflé !

Quelle tristesse de voir quelqu’un descendre aussi bas !

Histoire : 5 femmes qui ont régné sur le Maroc

plurielle.ma – 08/03/2020

Inspirantes, braves, fines stratèges… Ces femmes ont marqué l’histoire du Maroc et du grand Maghreb.

Nous commençons cette série par celle que l’on considère comme l’ancêtre originelle des Touaregs, Tin Hinan, reine de ceux installé à Hoggar, massif montagneux en Algérie. Bien qu’elle ait marqué d’une trace indélébile l’histoire du pays voisin, c’est au Maroc, à Tafilalt plus précisément, où elle naît, que les mythes et légendes entourant sa vie débutent.

«Tin-Hinan est arrivée dans l’Ahaggar en provenance du Tafilalet, au Maroc, à dos de chameau, accompagnée de sa servante Takammat», écrit Dida Badi dans « Tin Hinan : un modèle structural de la société touarègue » (Etudes et Documents Berbères, 12, 1994).

Sa vie n’est que mystères et énigmes pour les historiens. Les diverses péripéties n’ont été transmises qu’à travers la tradition orale. Bien des siècles plus tard, «un mausolée royal» a été découvert. Les Touaregs de la région le désignent sous le nom de Tombeau de Tin Hinan, note F.Z Mataoui, dans « Le trésor de Tin Hinan Abalessa« .

Le mausolée se trouve sur la rive gauche de l’oued Tifirt à proximité de l’oasis d’Abalessa dans le Hoggar. Les techniques modernes éclaireront les zones d’ombres sur le mode de vie de cette reine, qui a su ériger une société matriarcale.

La prochaine figure féminine à laquelle nous nous intéresserons est la caïda Chamsi Az-Ziwawiya, ayant dirigé durant des années sa tribu. L’historienne Maroco-canadienne Osire Glacier en fait le portrait ainsi : «Chamsi az-Ziwawiya régnait sur les Bani Yznaten, à Ziwawa, dans le Rif actuel. Elle ne s’était pas soumise au sultan, préservant ainsi l’autonomie de sa tribu».

Fine stratège, Chamsi Az-Ziwawiya, qui a gouverné durant la première partie du 14ème siècle, a mené de longues batailles pour préserver les siens des convoitises des tribus voisines.

Si même de nos jours, son pouvoir semble remarquable, à cette époque cela relevait de l’impossible. «La caïda Chamsi Az-Ziwawiya fait partie des figures féminines passées qui ne peuvent qu’intriguer l’historien d’aujourd’hui. En effet, celle-ci a réussi à devenir caïda à une époque où les femmes sont considérées comme inaptes à jouer un quelconque rôle politiques à cause de leur soi-disant candeur et leur émotivité», écrit Osire Glacier dans « Femmes politiques au Maroc d’hier à aujourd’hui: La résistance et le pouvoir au féminin ».

Sayyida al-Hurra n’est plus à présenter. Elle a été régente de Tétouan de 1515 à 1542. Autoritaire, elle était crainte par tous, faisant de Tétouan une véritable forteresse et étandant son pouvoir jusqu’en mer où elle était également chef de pirates du nord-ouest de la Méditerranée.

Mais ce n’est pas tout, Sayyida al-Hurra, issue d’un mariage mixte, maitrisait tout autant l’arabe que l’espagnol. Son enfance ne fera que forger la légende qu’elle deviendra, en étudiant auprès des meilleurs professeurs du pays, note Osier Gossier dans son ouvrage. «Cependant, en plus de cette éducation, al Horra a été initiée à la pratique de la politique alors qu’elle avait à peine dix-huit ans», après avoir épousé le sultan de Tétouan, al Mandari XI.

«Et contrairement à ce que voudraient les stéréotypes de genre, des deux conjoints, c’est al-Horra qui mène la scène politique et la guerre contre les envahisseurs étrangers avec une dureté implacable. D’ailleurs, c’est en vain que son conjoint l’implore à plusieurs reprises de se radoucir pendant que Don Alfonso de Noronha, gouverneur de Ceuta, déplore à maintes fois sa prédisposition à la guerre. Cette dureté lui vaut de nos jours l’épithète de «la Dame de fer du monde arabe-musulman»», note Glacier.

Al-Hurra gouvernera seule, après le décès du sultan en 1518. Elle se consacrera alors à bâtir son empire sur mer, en établissant des alliances avec d’autres pirates, notamment le corsaire ottoman Kheir ad-Din. Elle saura faire plier ces puissances étrangères et finira par signer des accords bilatéraux avec les Espagnols et les Portugais. Une vingtaine d’années après la mort de son premier mari, Sayyida al-Hurra épouse le sultan du Maroc, Ahmad al-Ouatassi. Un mariage qui leur permettra de consolider leur force dans un Maroc où dynastie rivales se livraient aux émulations. Sayyida al-Hurra continuera jusqu’à sa mort à gouverner sur Tétouan.

Dans le Meknès du XVIII siècle, une femme brisera tous les codes. De sultane à ambassadrice Khnata bent Bakkar a occupé plusieurs postes d’influences, bien qu’elle n’ait jamais été proclamée reine. Elle épousa le sultan Moulay Ismaïl, dont elle était aussi conseillère.

«Après le décès de ce dernier, et compte tenu de l’accession de son fils en bas âge au trône, elle a dirigé le Maroc pendant 16 ans en tant que régente. Durant sa carrière de 66 ans, elle a géré avec succès de nombreuses crises qui auraient pu coûter au pays son intégrité politique et territoriale», souligne l’historienne Osire Glacier.

Surnommée «la magicienne», Zaynab al-Nafzawiyya, a écrit l’histoire, en étant l’une des femmes politiques les plus puissantes. Née en 1039 à Aghmat, non loin de Marrakech, Zaynab épousa Youssef ben Tachfine premier sultan de la dynastie des Almoravides.

Elle sera tout comme Khnata bent Bakkar, conseillère de son époux, en allant jusqu’à l’aiguiller pour certains choix cruciaux pour l’avenir du pays. D’ailleurs on doit à Zaynab al-Nafzawiyya les plans de la ville de Marrakech qui seront validés par son époux.

Zaynab al-Nafzawiyya sera «reine de l’empire almoravide (1055-1147), l’un des plus grands empires de l’histoire du Maghreb, puisqu’il s’étendait du Sénégal jusqu’en Espagne, et de l’Atlantique jusqu’au-delà d’Alger», souligne Osire Glacier dans « La trace des femmes dans l’histoire du Maroc« .

Maroc : décès tragique d’un touriste français

bladi.net – 08/03/2020

© Copyright : DR

Alors qu’il pratiquait le parapente, son sport préféré, un touriste français est décédé à la suite d’une chute libre au Maroc.

Le drame est survenu dans la région de Taroudant, vendredi 6 mars 2020, rapporte Barlamane. La victime est un Français, âgé de 61 ans. Il s’était spécialement rendu dans cette région du Maroc, pour pratiquer son sport préféré, le parapente.

Malheureusement, un incident technique a provoqué une chute libre, lors de son premier saut. Il est décédé sur le coup. Le corps du touriste a été évacué à la morgue pour autopsie.

Pour l’heure, une enquête a été ouverte pour élucider cette disparition tragique.

Agadir : Un jeune Marocain transforme des pneus usagés en objets déco qui s’arrachent !

par Imane Farah – alnas.fr – 08/03/2020

Un jeune Marocain transforme des pneus usagés en objets déco qui s’arrachent !

Et si au lieu de polluer l’environnement en jetant les pneus usagés dans les rues nous leur redonnions une nouvelle vie en les recyclant ?  C’est l’idée qu’à eu Mohammed Khattou, jeune entrepreneur d’une trentaine d’années, fondateur de la marque Upcyclemo.

Un jeune Marocain transforme des pneus usagés en objets déco qui s’arrachent !2

Après avoir travaillé plusieurs années pour un architecte d’intérieur, le marocain Mohammed Khattou décide de lancer sa propre entreprise en créant une coopérative avec des jeunes d’Agadir, sa ville natale au Maroc.

Un jeune Marocain transforme des pneus usagés en objets déco qui s’arrachent !3

« J’ai commencé avec un budget de 5000 dirhams (500 euros). J’ai tout fait tout seul, avec l’aide de mon frère. Ca n’a pas été facile de convaincre les gens d’adopter le surcyclage » raconte-t-il. « Mais grâce au bouche à oreille, j’ai pu agrandir ma coopérative en formant des employés dans ma ville, et Upcyclemo a commencé à trouver sa place sur le marché. » rapporte l’organisation The Switchers.

Un jeune Marocain transforme des pneus usagés en objets déco qui s’arrachent !4

Upcyclemo utilise des pneus qu’il recycle et sublime pour créer des meubles d’intérieur et d’extérieur, des objets décoratifs et des accessoires de mode. Chaque objet, alliant le style et le confort, est unique et personnalisable. « J’ai créé des chaises, des paniers, des boites de rangement, des ceintures, des sacs… Avec le pneu, les possibilités sont infinies » selon lui.

« Quand j’étais petit, je transformais ce que je trouvais pour fabriquer des jouets et des objets du quotidien. J’ai commencé à utiliser les pneus qui étaient disponibles. Le premier objet que j’ai fabriqué était un panier à linge pour ma mère » dit-il. Il ne savait pas encore que cela deviendrait le projet de sa vie.

Il aiguise son savoir-faire et se spécialise dans les articles de décoration fabriqués à partir des pneus. Pour monter sa startup, il fait appel à 3 ouvriers artisans, une commerciale, un livreur à l’international et un « chasseur » de pneus des poids lourds.

Tennis – Baptiste Crepatte remporte le tournoi dAgadir

metro-sports.fr – 08/03/2020

#Tennis – Baptiste Crepatte remporte le tournoi dAgadir

Le Grenoblois Baptiste Crepatte a remporté ce dimanche 8 mars le tournoi d’Agadir (ITF, 15 000$), dont il était la tête de série n°1, en s’imposant en finale contre un autre Français, Jonathan Eysseric (n°6, 660e mondial), en deux manches (7/6, 6-4).

Il s’agit du 8ème titre obtenu par le joueur du GUC Tennis, en net regain de forme ces dernières semaines, le premier depuis novembre 2018. Crepatte va grimper au 354ème rang mondial grâce à cette victoire, soit 3 places de mieux qu’actuellement.

CORONAVIRUS. TAROUDANT : UNE JEUNE FEMME DEVANT LA JUSTICE À CAUSE D’UNE INFOX

par Mohand Oubarka – le360.ma – 08/03/2020

Oulad Teima: une infox sur le coronavirus traîne une jeune femme devant la justice

Le procureur du Roi du tribunal de première instance de Taroudant a décidé de poursuivre en état de liberté, une jeune femme qui a prétendu, sur son compte Facebook, qu’un cas de coronavirus a été diagnostiqué à Ouled Teïma, entre Agadir et Taroudant, dans la région du Souss-Massa.

Selon les informations recueillies par Le360, les services de la police ont rapidement procédé à l’arrestation de la jeune femme, qui vit à Ouled Teïma, dans la province de Taroudant, juste après qu’elle ait publié ce post mensonger.

La jeune femme doit désormais s’expliquer devant le procureur du Roi sur les raisons qui ont motivé son geste.

Après une garde à vue qui aura duré plusieurs heures, les agents de la PJ de Taroudant ont présenté la mise en cause devant le procureur du Roi, qui a décidé de la poursuivre en état de liberté.

Les membres de la famille de cette jeune femme se disent très choqués par cette situation, et de l’avis de l’un de ses proches, ils ne s’attendaient pas « à ce que les choses prennent des dimensions aussi sérieuses ».

Rappelons que le ministère de l’Intérieur a dernièrement indiqué avoir constaté que des personnes détenant des comptes sur plusieurs réseaux sociaux ou sur des applications de messagerie instantanée sur smartphone publient des informations mensongères et erronées, qu’elles attribuent à des institutions officielles.

Le ministère affirme par ailleurs que l’ensemble des dispositions légales seront prises par les autorités compétentes en vue d’identifier les personnes impliquées dans la publication de ces allégations et de ces mensonges.

CAF : Berkane rejoint le Hassania en demi-finale

m.le360.ma – 08/03/2020

La Renaissance de Berkane s’est imposée ce dimanche (1-0) face aux Égyptiens d’Al Masry. Les Berkanis filent donc en demi-finale de la Coupe de la CAF et donnent rendez-vous au Hassania d’Agadir dans un duel 100% marocain.

Maroc : la gare TGV d’Agadir bientôt une réalité

bladi.net – 09/03/2020

© Copyright : DR

Les choses se précisent pour la construction d’une gare TGV à Agadir. Pour preuve, la procédure d’expropriation du terrain, devant accueillir l’infrastructure, a été enclenchée.

Le ministre de l’Equipement et du transport, Abdelkader Amara, a signé un décret portant expropriation d’un lot de terrains pour cause d’utilité publique. Ce texte autorise la construction d’une gare nouvelle génération, sur une superficie de 4 hectares, dans la commune d’Agadir, préfecture d’Agadir Ida-Outanane. La gare TGV d’Agadir sera desservie par les trains LGV (Ligne à grande vitesse).

En 2019, le roi Mohammed VI avait évoqué la nécessité de nourrir des réflexions sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, lors de son discours prononcé à l’occasion du 44ᵉ anniversaire de la Marche verte.

%d blogueurs aiment cette page :