Archives de mars 11th, 2020

Green Tech : L’appétit débordant des start-up

Par Momar Diao – fnh.ma – 10/03/2020

Green Tech : L’appétit débordant des start-up

Au cours des deux dernières années, les appels à candidature du cluster solaire ont suscité l’intérêt de pas moins de 200 porteurs de projet et start up.

Ce nombre était presque 5 fois moins important avant le lancement du Fonds Innov Invest, géré par la CCG.

C’est un fait indéniable. Les start-up et les porteurs de projet sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la Green Tech et aux énergies renouvelables. Beaucoup de startup évoluent dans ces domaines.

Cet engouement ascensionnel est à relier à plusieurs facteurs que sont, entre autres, la volonté affirmée de l’Etat à promouvoir les énergies renouvelables dans le mix énergétique et l’amélioration de l’écosystème entrepreneurial (multiplication des incubateurs et des sources de financement).

Le témoignage de Fatima Zahra El Khalifa, DG du cluster solaire, est édifiant. «Au cours des deux dernières années, les appels à candidature pour le recrutement des porteurs de projet et des start-up dans le cadre des différents programmes d’accompagnement et de financement ont suscité l’intérêt de près de 200 postulants. C’est dire l’engouement grandissant du tissu entrepreneurial pour la Green Tech», confie la DG. Un écosystème propice Le lancement du Fonds Innov Invest a changé fondamentalement l’écosystème entrepreneurial.

L’initiative qui a permis le renforcement des structures d’accompagnement des start-up (incubateurs) ainsi que la labellisation de fonds d’investissement ont contribué à renforcer le stock des entreprises innovantes qui s’emploient à mettre en place des solutions au service du développement durable. Faudrait-il rappeler que grâce aux Programmes Innov Idea et Innov Start, les start-up peuvent prétendre avoir accès à des sources de financement plus importants, grâce aussi à l’implication dans la chaîne de valeur de fonds d’investissement pour ne citer qu’Azur Partner, SEAF Morocco, Maroc Numeric Fund.

«Il est nécessaire d’intégrer le fait que les investisseurs sont aussi en quête de placements, avec un réel impact sur l’environnement. Ceuxci sont de plus en plus enclins à investir dans les technologies vertes portées par les entreprises innovantes», analyse notre interlocutrice. Cette dernière révèle qu’en matière de Green Tech, les domaines de la valorisation des déchets et du traitement des eaux usées, sont les plus fortement investis par les start-up marocaines. En effet, entre 30 et 50% des porteurs de projet accompagnés par le cluster solaire opèrent dans les secteurs précités.

En revanche, les énergies renouvelables, du fait de leur caractère technologique très prononcé, attirent moins les start-up, même si l’on assiste à la mise sur pied de plus en plus de solutions relatives à la maintenance des centrales solaires, au dimensionnement de panneaux photovoltaïques et à l’efficacité énergétique.

Les projets verts se démocratisent Même si la réalité montre que les start-up évoluant dans la Green Tech et les énergies renouvelables sont majoritairement implantées sur l’axe Rabat-Casablanca, il est encourageant de constater que de plus en plus de porteurs projets verts sont issus d’autres villes du Royaume (Agadir, Settat, Marrakech, Midelt, Benslimane, etc.).

Par ailleurs, notons que l’opérationnalisation de la loi 13-09, qui donne la possibilité aux producteurs publics et privés de revendre l’énergie produite à un groupement de consommateurs, est de nature à dynamiser davantage le marché des énergies renouvelables. Ce qui sera bénéfique à l’écosystème des porteurs de projets verts.

Un programme dédié à l’innovation verte
La Caisse centrale de garantie (CCG) et le cluster solaire ont procédé à la conclusion de conventions relatives au programme «Green Business Booster». Il s’agit d’une panoplie de services visant à accélérer la mise sur le marché de produits et de services innovants. L’initiative, soutenue par la Banque mondiale et la Société financière internationale (SFI) et d’autres bailleurs de fonds tels que l’ambassade de Norvège, vise aussi à mettre sur le marché des applicatifs en relation avec les énergies vertes. A cet objectif s’ajoute celui du développement de la compétitivité du tissu industriel local.

 

Chambre régionale d’agriculture Souss-Massa : «Al Jayl Al Akhdar » à l’ordre du jour des travaux de la 1ère session ordinaire

aujourdhui.ma – 11/03/2020

Chambre régionale d’agriculture Souss-Massa : «Al Jayl Al Akhdar » à l’ordre du jour des travaux de la 1ère session ordinaire

La stratégie «Génération Green 2020-2030», dont les grandes lignes ont été présentées devant SM le Roi Mohammed VI en février dernier, par le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, sera à l’ordre du jour des travaux de la 1ère session ordinaire de la Chambre régionale d’agriculture Souss-Massa.

Le programme de cette session, qui se tiendra jeudi prochain à Agadir, comprend aussi la présentation du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, du registre phytosanitaire, ainsi que de l’état d’avancement de la campagne de vaccination dans la région, indique la Chambre dans un communiqué. De même, les membres de l’établissement discuteront des mesures mises en place en vue de faire face au manque de précipitations, notamment le volet relatif au programme de la distribution de l’orge subventionné.

AÉRIEN: COMPAGNIES, FRÉQUENCES, DESTINATIONS, NOMBRE DE PASSAGERS…TOUT SUR LA SUSPENSION DES VOLS DE ET VERS L’ITALIE

Par Mohammed Boudarham – le360.ma – 10/03/2020

Boeing 737 RAM

© Copyright : DR

Aux premières heures de ce mardi 10 mars, les autorités marocaines ont décidé de suspendre l’ensemble des vols de la compagnie nationale ainsi que ceux des autres compagnies aériennes de (et vers) l’Italie. Voici plus de détails sur les vols concernés.

Cette suspension des vols de (et vers) l’Italie, décidée par les autorités marocaines aux premières heures de ce mardi 10 mars, concerne cinq destinations de ce pays, desservies depuis l’aéroport de Casablanca par RAM.

La décision concerne en premier lieu la capitale, Rome, mais aussi les villes de Milan et de Bologne, desservies à raison d’un vol quotidien, soit un total de 21 vols hebdomadaires depuis Casablanca et autant de vols, également hebdomadaires, depuis les trois villes.

Au total, 42 vols, dans les deux sens, sont concernés par cette mesure, pour RAM.

Quant aux deux autres destinations desservies par RAM, il s’agit de ses dessertes des villes de Venise et de Turin, à raison de trois fréquences hebdomadaires, soit encore 12 vols par semaines dans les deux sens. L’ensemble de ces liaisons aériennes sont assurées par des Boeing 737.

En moyenne annuelle, RAM transporte près de 340.000 passagers entre le Maroc et l’Italie.

Selon nos sources, cette décision contraignant RAM à suspendre ses vols de (et vers) l’Italie s’applique également aux autres compagnies reliant les deux pays: Alitalia, Air Arabia et Ryanair.

Cette compagnie de vols low-cost irlandaise est aujourd’hui le principal transporteur aérien entre le Maroc et l’Italie.

Depuis Agadir, elle dessert les villes de Milan et de Bergame, assure également une liaison entre Rome et Rabat, mais relie aussi les villes de Milan, Bergame, Pise, Turin et Venise depuis Fès, les villes de Milan et de Bergame depuis Tanger.

Autre liaisons aériennes assurées par Ryanair: les villes de Milan, Bergame, Naples, Pise, Rome et Venise, depuis Marrakech.

De son côté, la compagnie aérienne low cost irlandaise a officiellement annoncé qu’elle s’apprêtait à réduire considérablement le nombre de ses vols internationaux vers l’Italie, au cours de la période comprise entre le jeudi 12 mars et le mercredi 8 avril 2020.

Tan Tan aura son Institut des métiers de la mer et du désert

leconomiste.com – 10/03/2020

Tan Tan aura son Institut des métiers de la mer et du désert

La province de Tan Tan disposera bientôt d’un Institut supérieur des métiers de la mer et du désert qui sera réalisé dans la commune d’El Ouatia pour un montant de 12 millions de DH. L’établissement assurera la formation de ressources humaines locales et permettra aussi de valoriser les atouts naturels, culturels et historiques de la province. L’objectif est de faciliter l’intégration des jeunes de la province sur le marché du travail.

Ce projet sera réalisé dans le cadre d’une convention de partenariat signée entre le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’Université Ibn Zohr d’Agadir et la Région de Guelmim-Oued Noun. La région de Guelmim-Oued Noun compte deux ports: Sidi Ifni et Tan-Tan. Ce dernier est considéré comme la troisième plus importante plateforme portuaire des provinces du Sud du Royaume, après celles de Dakhla et Laâyoune.

HUSA : Le club soussi annonce la tenue de son assemblée générale

par  Amine El Amri – lematin.ma – 10/03/2020

HUSA: Le club soussi annonce la tenue de son assemblée générale

Après une première réunion inachevée il y a deux semaines, le Hassania d’Agadir tiendra finalement son assemblée générale ordinaire au titre de la saison 2018-2019, jeudi dans la salle de conférences du Grand stade d’Agadir.

Le club soussi a émis un communiqué lundi où il précise que les adhérents procéderont au vote des rapports moral et financier pour cette période.

La même source «exhorte l’ensemble des adhérents à poursuivre le travail en commun au service du club, qui a besoin de soutien, de l’enthousiasme, de l’amour du public et du sens de la responsabilité» de tous.

Il faut dire que les travaux de l’assemblée avorté le 25 février ont été marqués par des échanges virulents, entre les adhérents et le bureau dirigeant, présidé par Habib Sidinou.

Le Hassania vit une saison paradoxale, où il a atteint les demi-finales de la Coupe de la Confédération pour la première fois de son histoire, mais se trouve en bien mauvaise posture dans le classement de la Botola Pro D1.

La défaite en finale de la Coupe du Trône face au TAS Casablanca et le licenciement dans la foulée du technicien argentin Miguel Angel Gamondi, n’ont fait qu’envenimer la relation entre les supporters et la direction de l’équipe.

Agadir : un policier contraint d’utiliser son arme contre deux suspects mettant en danger la vie d’une citoyenne

2m.ma – 10/03/2020

Agadir : un policier contraint d'utiliser son arme contre deux suspects mettant…

Un agent de police relevant de la Brigade de la circulation de la préfecture de sûreté d’Agadir a été contraint, mardi, de faire usage de son arme de service lors d’une intervention sécuritaire pour arrêter deux individus.

Les deux individus arrêtés commettaient un vol sur une citoyenne sous la menace et faisant usage de violence. Ils ont également exposé ledit policier à un danger sérieux en utilisant une arme blanche.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le fonctionnaire de police, un brigadier, assurait l’organisation de la circulation au niveau d’un axe routier à Hay Salam, à Agadir, lorsqu’il a été contraint d’intervenir pour interpeller deux individus en flagrant délit de vol avec violence sur une citoyenne, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Selon ce même communiqué l’un des suspects a opposé une résistance farouche à l’aide d’une hache, ce qui a contraint le policier à utiliser son arme de service en tirant deux balles, l’une de sommation et l’autre a touché l’un des mis en cause qui a pris la fuite avec son complice à bord d’une moto.

Les recherches et investigation menées par les services de sûreté à Agadir se poursuivent pour arrêter les deux prévenus, qui ont été identifiés, en vue de les soumettre à une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent au sujet des actes criminels qui leur sont reprochés, conclut le communiqué.

Chemin de fer Marrakech-Agadir : Foncier, tracé, études… le projet avance

par Samir El Ouardighi – medias24.com – 10/03/2020

Les études préalables au lancement du projet de construction d’une ligne ferroviaire jusqu’à Agadir sont presque terminées. Selon un document interne de l’ONCF, l’Office dispose déjà d’une grande partie de l’assiette foncière nécessaire après l’expropriation de plusieurs lots de terrain réservés aux couloirs d’entrée du train dans les deux villes ainsi que pour la future gare d’Agadir qui s’étendra sur environ 20 hectares.

Chemin de fer Marrakech-Agadir : Foncier, tracé, études... Le projet avance

En ces temps de crise liée à l’épidémie du coronavirus, l’état d’avancement du projet de ligne ferroviaire entre les deux locomotives touristiques du Maroc constitue une bonne nouvelle pour l’avenir du tourisme mais aussi pour faciliter le transport des habitants.

Si le ministère de tutelle et l’ONCF observent un mutisme total et refusent de communiquer des détails, Médias24 a pu se procurer une fiche technique qui montre que les choses avancent à grande vitesse après le discours royal du 6 novembre dernier.

Agadir sera bien connectée au réseau ferroviaire

L’information principale est que le schéma directeur ferroviaire de la compagnie a intégré le projet de desserte à Agadir qui n’a jamais eu de ligne de train.

Lancées depuis plusieurs années, les études de faisabilité ont permis de déterminer les prévisions de trafic de passagers nécessaires à l’établissement de prévisions de rentabilité.

La rentabilité de la ligne Marrakech-Agadir est garantie même s’il faut préciser qu’à aucun moment, notre document n’évoque une ligne à grande vitesse. Cela dit, un récent décret d’expropriation de foncier publié au Bulletin officiel du 2 mars 2020, précise qu’il s’agit bien d’une ligne à grande vitesse. Pour nous, ce point n’est pas suffisamment précisé.  Mais en tout état de cause, il y a bien chemin de fer.

Un tracé optimal a été retenu

Cette phase a été suivie par le choix du meilleur tracé ferroviaire entre les deux villes distantes d’environ 260 kilomètres par route soit 3 heures en voiture. Sachant que le trajet ferroviaire passera entre des montagnes, la détermination du tracé est stratégique.

Si notre document ne révèle pas sa longueur, il est fait état d’un couloir optimal de la future ligne qui a permis d’estimer son coût. Ce coût n’a cependant pas été annoncé non plus.

Si la totalité du tracé est déjà établie, il faudra encore procéder à des expropriations de terrains sachant que l’ONCF n’a, à ce jour, établi que des plans parcellaires provisoires.

 20 hectares pour la gare d’Agadir

Dans le cadre de ces études, on apprend toutefois que l’ONCF a d’ores et déjà anticipé sur l’assiette foncière qui sera nécessaire pour construire notamment la gare d’Agadir.

En effet, pour ne pas hypothéquer le développement de ce projet structurant, l’Office a retenu des terrains dans des zones qui connaissent un développement urbain important.

Ainsi, l’ONCF a pu obtenir un terrain péri-urbain, ayant le statut de terre collective, d’une superficie de 20 hectares réservé à la construction de la future gare ferroviaire de la ville d’Agadir.

Déclaré d’utilité publique le 01/02/2017 après publication au B.O n°5440, ce terrain a été sécurisé suite au décret d’expropriation publié aussi au B.O n°6861 le 2 mars 2020.

Des couloirs de train déjà réservés à Agadir et à Marrakech

En accord avec le schéma directeur d’aménagement urbain du grand Agadir (SDAU), un couloir d’une longueur de 10 kilomètres nécessaire à l’arrivée et au départ de cette ligne a été réservé dans cette ville qui n’a jamais été raccordée au réseau ferroviaire

Idem avec la préservation d’une assiette foncière, dont la superficie n’a pas été communiquée, qui se situe à environ 7 kilomètres à la sortie de la ville de Marrakech. Elle servira à accueillir la gare qui desservira la ligne Marrakech-Agadir. Marrakech aura donc une seconde grande gare.

Cette surface inconnue a donc été déclaré d’utilité publique après la publication n°6397 au B.O en date du 21/09/2015 et le décret d’expropriation n°6401 pris le 05/10/2015.

Si on ne connaît pas encore la date du début des travaux de la ligne ferroviaire entre les 2 villes ainsi que celle de la construction de la gare d’Agadir, une source fiable s’est contentée de nous annoncer la concrétisation du projet pour « 2025 au plus tard, une fois que les financements seront sécurisés ».

Une ligne express ou une LGV entre Marrakech et Agadir bouleversera la socio-économie des deux régions et créera des synergies inespérées.

Coronavirus en Italie !

Ce n’est pas nouveau ! Déjà en 2017 on en parlait dans « Astérix et la Transitalique » !

Alors qu’Astérix et Obélix accompagnent Agecanonix qui doit se faire arracher une dent à la foire de Darioritum, une voyante prédit à Obélix qu’il sera aurige et sacré champion. Et juste après Obélix achète un char de course et veut participer à la course transitalique, qui vient d’être annoncée, pour la gloire et désigne Astérix comme co-aurige (co-pilote en courses de chars). Les héros gaulois devront se mesurer au grand favori de la course, Coronavirus, un aurige romain masqué qui n’a jamais perdu une course, et de plusieurs obstacles et tricheries (chars des autres concurrents trafiqués, huile répandue sur la voie, bornes déplacées…) en faveur des Romains, qui entraveront leur parcours sur les routes de l’Italie.

 

%d blogueurs aiment cette page :