Archives de mars 15th, 2020

Coronavirus au Maroc: une “chanson” fait un tabac sur la Toile (VIDEO)

lesiteinfo.com – 12/03/2020

La situation n’est pas à la joie, partout de par le vaste monde. Le covid-19 est la cause de cette sinistrose internationale. Des centaines de décès enregistrés et des ministres, des footballeurs , des artistes internationaux,entre autres personnes,infectés par le covid-19.

Pourtant, certains préfèrent, pour l’heure, en rire plutôt qu’en pleurer. Et après les vannes et les caricatures marocaines sur le virus, voilà que “Laâwniyat”, un groupe de femmes, interprète une “chanson” qui a créé un véritable buzz sur les réseaux sociaux.

Le “refrain”, un tantinet enfantin et naïf , demande au covid-19 de “rebrousser chemin en Chine” car “le Maroc ne t’appartient pas!”, accompagné par les instruments de percussion traditionnels, lors de fêtes entre femmes. Cependant, l’interaction des Marocains a été aussi fulgurante que favorable et ce, malgré la situation pandémique et fort inquiétante que connaissent plusieurs pays de par le monde (Chine, Italie, Iran, etc.).

Au Maroc, bien que l’on ait enregistré six (neuf remis à jour) cas de coronavirus confirmés, dont le décès d’une femme de 89 ans, d’aucuns s’évertuent à inventer vannes et caricatures, échangées sur les réseaux sociaux, particulièrement via Facebook et WhatsApp. Et la “chanson” populaire s’y est aussi mise , à son tour,  avec le groupe de femmes “Laawniyat”.

De l’inconscience, pour certains! Du fatalisme, pour d’autres! En tout cas,”Nul ne peut échapper à son destin”, du roi d’Albe, Pocras, “Maktoub” des Marocains et “Tout est écrit sur le grand rouleau” (in “Candide” de Voltaire) semblent être les devises  prônées par de nombreux citoyens.

Dans l’attente de lendemains meilleurs, le leitmotiv semble être de “faire contre mauvaise fortune, bon cœur”! En attendant des lendemains meilleurs. Un voeu pieux ? Espèrons que non !

Coronavirus : des Belges bloqués au Maroc après la suspension des vols

lesoir.be – 14/03/2020

Les autorités marocaines et turques ont bloqué les vols arrivant de Belgique.

Club Med, Agadir, Maroc

 

Des résidents belges sont bloqués au Maroc après la décision de Rabat de suspendre les vols vers la Belgique. «Nous sommes des dizaines bloqués au Club Med d’Agadir», témoigne cette résidente belge d’origine marocaine sans information de son tour-opérateur TUI et dans l’attente éventuelle d’une solution proposée par Europe Assistance. Un vol était en principe prévu ce dimanche.

Celle-ci revient d’un voyage privé de quinze jours et s’est arrêtée au Club Med d’Agdir d’où elle espérait regagner la Belgique. Le Maroc avait déjà suspendu vendredi ses liaisons avec la France. Deux cent Parisiens se trouvent également au Club Med d’Agadir et une solution les concernant semblait compromise. Une réunion était en cours samedi au Club Med d’Agadir.

Personne n’était disponible samedi aux Affaires étrangères pour commenter la situation. «Ici, c’est un peu la panique», a commenté la résidente belge.

TUI cherche des solutions

L’opérateur de voyages TUI examine, samedi, les solutions possibles pour les vacanciers belges présents dans des pays qui ont décidé de bloquer les vols en provenance de certains pays, dont la Belgique. «Nous sommes en train de cartographier toute la situation», déclare le porte-parole de la compagnie, Piet Demeyere.

Le Maroc et la Turquie font partie des pays qui ont bloqué les vols arrivant de Belgique. «La nouvelle nous est parvenue si rapidement, juste avant le week-end, que nous sommes actuellement occupés à cartographier la situation et à examiner combien de personnes se trouvent dans les pays en question», indique M. Demeyere.

TUI souligne également que les compagnies aériennes belges qui souhaitent faire voler des avions vides vers les pays en question, afin d’y récupérer des compatriotes, doivent obtenir l’autorisation des autorités.

L’opérateur Corendon a annoncé, lui, qu’il assurera les vols réguliers, samedi. «Nous n’apportons pas de nouveaux clients, mais nous venons chercher ceux dont les vacances sont terminées», explique la porte-parole Audrey Denkelaar. La compagnie réfléchit à la manière de procéder dans les semaines à venir.

Coronavirus : Une moyenne de 2 000 nuitées annulées par hôtel en mars à Marrakech

Tourisme Marrakech

L’ACTIVITÉ TOURISTIQUE TOURNE AU RALENTI À CAUSE DU CORONAVIRUS. UN EFFONDREMENT DU MICE INTERNATIONAL EN MARS/AVRIL MET LES AUTOCARS EN ARRÊT D’ACTIVITÉ. LES PROFESSIONNELS ESPÈRENT UNE ACCALMIE ET UN RETOUR À LA NORMALE DÈS FIN AVRIL OU FIN RAMADAN.

D’abord, MICE, Qu’est-ce que ça veut dire ?
MICE est un acronyme anglais pour Meetings Incentives Conventions & Events. Pour résumer, le MICE représente donc une forme de tourisme, on entend souvent parler de rencontres top managers, événements clients… Toutes ces prestations sont donc représentatives d’une industrie des réunions. C’est ça le MICE !

Annulation du Salon du tourisme ITB de Berlin, du Salon de l’agriculture «Siam» de Meknès où des délégations italienne, française, turque et portugaise étaient attendues… Les grands évènements qui drainent les visiteurs, engendrent les réservations de milliers de chambres d’hôtels et créent du business pour le transport touristique prennent un coup dur à cause de l’épidémie du Coronavirus (Covid-19). En mars, le directeur d’une chaîne hôtelière présente à Marrakech, Tanger et Agadir témoigne d’une annulation de 6 090 nuitées pour le mois de mars et 1 450 en avril qui ne s’arrêteront pas tant que l’épidémie fera la une des médias. «Les hôtels de Marrakech font face à une moyenne de 2000 nuitées annulées. Nous n’avons aucune visibilité pour les prochains mois. L’industrie hôtelière peut résister pendant un mois mais le problème réside dans le manque de contrôle à l’arrivée dans les aéroports. A titre d’exemple, à l’aéroport de Marrakech, il n’y a pas de thermomètre pour mesurer la température des passagers. On leur demande de remplir une fiche attestant de la non-contamination», déclare Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) et du groupe Kenzi. En réalité, le dispositif sanitaire dans les aéroports est mis en place par le ministère de la santé. D’après une source proche du dossier, le thermomètre infrarouge et la caméra thermique sont opérationnels dans tous les aéroports mais ont été activés pour les passagers en provenance d’Italie. D’ailleurs, le premier cas confirmé du Coronavirus au Maroc est celui d’un Marocain en provenance d’Italie. Le vol de RAM reliant Casablanca à Pékin a été certes annulé depuis 3 semaines. Mais des arrivées de touristes en provenance d’Asie (continent le plus touché par l’épidémie) via les compagnies du Golfe sont maintenus. Pour les professionnels, il est primordial de contrôler les passagers qui atterrissent dans nos aéroports et effectuer les tests de température à l’arrivée. Les réservations de vols des compagnies aériennes se font déjà moins nombreuses malgré les offres alléchantes et les réductions devenues sans effet.

Des pertes jusqu’à 1 500 DH/jour/autocar dans le transport touristique

L’industrie du tourisme, elle, n’est pas épargnée. D’après un rapport de l’OCDE sur l’impact du Coronavirus sur l’économie mondiale, le tourisme en provenance de Chine est quasiment à l’arrêt. A titre d’exemple, les arrivées de visiteurs à Hong-Kong (Chine) ont été, en février 2020, inférieures de 95% à la normale. Au Maroc, la demande touristique globale représente 8% du PIB national. A cause de la multiplication des annulations de colloques, MICE, salons et visites privées et en groupes, les manques à gagner pour le secteur risquent d’être considérables mais pas encore quantifiables. Taoufik Madih, président de l’agence de voyages ALM Business & Luxury Travel, relativise : «Il s’agit surtout de reports d’évènements organisés à Marrakech en mars/avril pour les mois de juin, septembre et octobre. Ces décisions sont prises par les multinationales au niveau des sièges. Dès la fin de mois de Ramadan, on s’attend à une reprise très rapide de l’activité touristique», remarque M. Madih qui est aussi président de l’Association régionale des agences de voyages de Marrakech-Safi (ARAVMS).

Des prospections en cours pour l’automne prochain

Les transporteurs touristiques essaient pour leur part de limiter les dégâts. Une réunion a été tenue au siège de la Chambre de commerce pour trouver des solutions aux transporteurs touristiques. «J’ai une vingtaine d’autocars à l’arrêt qui me coûtent en frais fixes (assurance, traite, taxes, CNSS…) entre 1200 et 1500 dirhams/jour/autocar. Nous essayons aujourd’hui d’ajourner nos échéances car on n’est plus en mesure de les honorer tant que l’activité est à l’arrêt», déplore Jalil Madih, DG d’Alizés Travel.

Si les voyages des étrangers au Maroc se font moins nombreux, ceux des Marocains suivent la même tendance, ajouté à cela la suspension de la Omra pendant 10 jours par mesure préventive afin de limiter la propagation du Coronavirus. La Fédération nationale des agences de voyage (FNAVM) a annoncé la restitution des frais de visa, de logement, de transport et des autres services dès la fin des procédures administratives aux Marocains ayant réservé leur Omra pour les prochains jours. «Nous avons créé des commissions de veille stratégique opérationnelles dès cette semaine pour les voyagistes, les transporteurs et les hôteliers notamment pour la diversification des marchés, chinois et italien étant les plus touchés. Jusqu’à il y a une semaine, nous avons reçu à Marrakech une délégation hollandaise pour l’organisation d’un congrès en novembre 2020. Les prospections pour l’automne continuent», déclare Taoufik Madih. Face à cette situation exceptionnelle, le secteur de l’hôtellerie pourrait bien se rabattre sur le marché national en espérant que le MICE national soit épargné pendant les mois de mars et avril. «Si les plus importants donneurs d’ordre nationaux, banques, multinationales, assurances et grandes entreprises craignent la propagation du virus pour leur personnel, évitant ainsi les grands rassemblements, ils pourraient interdire les teambuldings, congrès et incentives au Maroc», remarque M. Madih. On n’en est pas encore là. Mais le tourisme interne pourrait reprendre des couleurs, à condition de ne pas augmenter les prix d’ici l’été prochain.

Covid-19 : Le Maroc suspend les vols en provenance et vers 21 nouveaux pays

leconomiste.com – 14/03/2020

Le Maroc suspend les vols en provenance et vers 21 nouveaux pays

Le Maroc suspend les vols à destination et en provenance de 21 nouveaux pays en raison de la propagation du Covid-19.

Il s’agit de l’Autriche, du Danemark, de la Grèce, de la Suisse, de Suède, de la Norvège et la Turquie. Cette mesure concerne aussi le Canada, le Sénégal, le Niger, le Mali, le Tchad, la Mauritanie, le Brésil, le Liban, l’Égypte, le Bahreïn, les Émirats Arabes Unis, Oman, la Jordanie et la Tunisie.

« C’est irréel ! » : des milliers de Français coincés au Maroc à cause du coronavirus

leparisien.fr – 14/03/2020

Le Maroc a suspendu vendredi les liaisons aériennes et maritimes, notamment vers la France, pour prévenir la propagation du coronavirus. Des vols vont finalement être autorisés mais en attendant, des milliers de Français sont coincés dans plusieurs aéroports du pays.
.
Vidéo :
.
.
La situation au Maroc est chaotique depuis la décision du Royaume chérifien de suspendre toutes ces lignes aériennes et maritimes avec la France ce vendredi. Ce samedi matin, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé des mesures « pour faciliter le retour de nos compatriotes du Maroc » après un échange avec son homologue d’outre-Méditerranée, la situation des Français sur place reste floue, selon plusieurs témoignages récoltés par Le Parisien. « Les autorisations nécessaires pour l’organisation des vols retour seront données », assure le ministre sur Twitter. « Notre ambassade au Maroc et le centre de crise du ministère sont pleinement mobilisés », ajoute-t-il.

« Nous avons eu l’ambassade qui nous dit de rentrer par nos propres moyens… A priori quelques vols vont être ouverts mais les prix seront fixés librement par les compagnies. Je viens d’aller sur tous les sites de réservation (Opodo, Go voyage, Air France…) et aucun vol ne peut être réservé » s’alarme ce soir une Française coincée à Marrakech contactée par Le Parisien.

En effet, quelques milliers de touristes français, traditionnellement le plus gros contingent de visiteurs au Maroc, sont bloqués, essentiellement à Marrakech et Agadir, mais aussi à Fès ou à Tanger, depuis la suspension des vols vers la France et d’autres pays européens, selon une source diplomatique à Rabat.

« On n’entendait que des je ne sais pas »

« Nous devions rentrer ce samedi, on est donc arrivés à l’aéroport très tôt, alors que l’on a appris l’annulation de notre vol hier (NDLR, vendredi) tard dans la nuit », explique Baptiste, 23 ans, salarié d’une grande surface, venu à Marrakech en vacances pour une semaine. « Là, c’était le manque de communication total. On n’entendait que des je ne sais pas. Il va y avoir des avions ? Je ne sais pas. Peut-on acheter des billets ? Je ne sais pas. Va-t-on être rapatrié ? Je ne sais pas », nous explique le jeune vacancier en détresse.

« C’était incroyable, irréel, confie encore Baptiste. On a aucune explication, aucune réponse de Transavia, notre compagnie. C’est impossible de joindre l’ambassade et, en plus, c’est la panique à l’aéroport où, aux dernières nouvelles, ils voulaient évacuer les Français », raconte le jeune salarié, qui est retourné en centre-ville en attendant de plus amples informations.

« Comme on est dans l’attente, on a reloué un Airbnb pour ne pas se retrouver à la rue, à nos frais bien sûr », déplore Baptiste, un brin fataliste.

Même son de cloche du côté de Clémence, Antonin et leur fille d’un an et demi, qui ne devaient passer que le week-end à Marrakech. Ils ne savent finalement pas quand ils pourront partir. « Nous devions rentrer dimanche et, vendredi, l’ambassade nous a dit que les vols ne seraient suspendus que lundi, on ne s’est donc pas inquiétés », raconte Clémence. Et puis ce samedi matin, ils ont appris que tous les vols étaient annulés.

« On a tout de suite cherché sur Internet des billets vers d’autres capitales européennes », confie Clémence. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. Résultat, ils n’ont trouvé qu’un Marrakech-Genève pour le… 23 mars.

La cohue à l’aéroport de Marrakech

Les propos du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian ne les ont pas vraiment rassurés. « Nous n’avons aucune info, sur qui sera sur ces vols, quand ils auront lieu et comment nous serons prévenus », souffle Clémence. Comme elle, son mari devait reprendre le travail ce lundi.

« Nous sommes partagés entre prendre notre mal en patience et nous battre », expliquent-ils. Avec leur fille de 18 mois et Clémence étant enceinte de 6 mois, ils n’osent pas se rendre à l’aéroport où c’est la cohue. « Et puis, même s’il y a peu de cas de coronavirus au Maroc, on ne peut s’empêcher de stresser : et si on tombe malade ici, loin de chez nous, qui s’occupera de notre fille ? »

Des billets hors de prix pour tenter de revenir en France

Toujours à Marrakech, Madina, gestionnaire de paie qui doit rentrer mardi seulement, a elle aussi préféré quitter l’aéroport où elle était venue « à la pêche aux infos ». « C’est un nid à virus, ce n’est vraiment pas sécurisant. Ce sont les voyageurs eux-mêmes qui prennent les passeports pour recenser les Français en galère », s’étonne la jeune femme de 27 ans.

« A l’ambassade, qu’on a fini par avoir, on nous a dit de prendre un billet avec la Royal Air Maroc, à plus de 1000 euros ! » constate amèrement cette Lilloise en vacances pour quelques jours avec une amie.

« On espère juste qu’on nous autorise à revenir en France comme Trump l’a fait pour les Américains en nous laissant trois jours pour rentrer », précise Madina, qui travaille pour une grosse entreprise, inquiète de ne pas pouvoir retrouver son travail la semaine prochaine.

Fleur, danseuse professionnelle, est elle encore… dans le désert marocain ! Elle observe, sur les réseaux sociaux, la possibilité d’un hypothétique retour. « Les compagnies aériennes m’avaient certifié qu’elles maintenaient leurs vols. Mon vol retour est prévu mardi, et jusque-là aucune nouvelle d’Air France, mais visiblement plus aucun vol ne partirait… Le dernier était prévu à 12h30 », ironise la jeune femme.

« Donc je suis au milieu du désert et relativement loin de toute cette agitation. Mais c’est frustrant de se dire que je ne peux pas rentrer chez moi en paix, confie Fleur. Et j’ai regardé pour faire Marrakech-Paris via la Suisse. C’est 20 heures de trajet à 1500 euros le billet… C’est irréel. Donc on va rester ici jusqu’à ce que cette folie se calme. »

« Nous sommes inquiets car mon mari a un cancer »

Certaines situations, comme celle de Laurence et ses amis, sont encore plus alarmantes. « Nous sommes cinq Français en vacances et sommes rentrés d’un périple dans le désert vendredi et avons appris la suspension des vols du Maroc avec la France. Notre vol Ryanair de demain a été annulé », confie la vacancière prise au piège. « Nous sommes inquiets car mon mari a un cancer et il est sous chimiothérapie par médicaments. Il n’a que trois jours de traitement en plus », s’alarme Laurence.

« Nous nous sommes signalés au consulat de Fès, à qui nous avons expliqué notre cas. On nous a répondu qu’ils étaient saturés d’appels et ne savaient pas trop quoi faire pour nous, raconte-t-elle, quelque peu désespérée. Ils ont simplement pris un numéro de téléphone pour éventuellement être prioritaire pour un départ au vu de la maladie de mon mari. » Ils se sont alors rendus à l’aéroport de Fès, où le chaos régnait. « Il n’y avait personne de la compagnie pour nous dire quoi faire. Des gens pleuraient, beaucoup hurlaient », ajoute encore la voyageuse. « Les personnels se sont réfugiés dans un bureau vitré pour fuir les passagers en colère », explique encore Laurence.

Privés d’informations précises, ces Français se sont organisés. « Ce samedi matin, nous avons constitué avec d’autres passagers un groupe WhatsApp qui fonctionne très bien et nous échangeons toutes les infos que nous avons. Nous sommes à peu près 50 personnes sur ce groupe. Nous avons loué des chambres dans un hôtel car nous n’avons plus de logements », précise-t-elle, en attendant désespérément une aide de la part du gouvernement.

Deux vols Transavia dans la soirée

Ce samedi en fin d’après-midi, Emmanuel Macron a répondu aux appels des Français, en détresse. « À nos compatriotes bloqués au Maroc : de nouveaux vols sont en cours d’organisation pour vous permettre de regagner la France. Je demande aux autorités marocaines de veiller à ce que tout le nécessaire soit fait au plus vite », a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

Et dans la soirée, la compagnie Transavia a annoncé qu’elle était « autorisée à opérer deux vols à destination de Paris » à 23 heures à partir de Marrakech et à 23h30 à partir d’Agadir.

Communiqué de l’UFE Agadir

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le: lundi de 16 à 18h / mercredi de 10 à 12h / samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24. 
                                         COMMUNIQUE  20013
Agadir, le 14  Mars 2020

                    Suite à l’ ÉPIDÉMIE  COVID 19 ….
                              
Chers Adhérents, chers Amis,

Nous vous donnons ici quelques infos sur 4 sujets :

1/ En cas d’inquiétude sur votre état de santé avec des signes pouvant relever du coronavirus, un seul numéro 080.100.47.47 (numéro au Maroc, tarif économique).

2/ Vols de retour vers la France : sans garantie aucune, il semblerait que le Ministère Français de Affaires Etrangères oeuvre pour mettre en place des vols, mais sous quelles conditions et destinés à qui …? Seule l’Ambassade à Rabat  tél 05 37 68 97 89, ou le Consulat à Agadir tél 05 28 29 91 60 seront à même de vous renseigner.

3/ La fermeture des liaisons aériennes, maritimes et routières avec la plupart des pays européens dont spécialement  la France et l’Espagne, pose à beaucoup de non résidents le problème de la sortie obligatoire du territoire marocain au bout de 90 jours.
Aucune information officielle n’a été communiquée à cette heure, mais s’il en était autrement, nous ne manquerions pas de vous en informer.

4/ Pour l’instant notre Permanence UFE fonctionne aux jours et heures habituels, mais je vous engage, en cas de besoin urgent, à téléphoner au 06.71.56.25.24 ou au 06 42 74 42 75 plutôt que de vous déplacer.

Dans ces circonstances, plus que jamais, je vous confirme

« qu’avec l’UFE AUCUN FRANÇAIS N’EST SEUL A L’ETRANGER »

Toute l’équipe du BUREAU UFE d’Agadir et moi-même demeurons à votre écoute et à votre disposition.

PS : Nous présentons toutes nos excuses aux personnes qui se seraient déplacées pour le Vide Dressing qui a été annulé par les autorités à 22 H 00 hier. Nous n’avons pu vous informer en temps utile.

Chaleureusement vôtre,

Jean-Claude Rozier
Président UFE AGADIR
%d blogueurs aiment cette page :