Archives de mars 24th, 2020

Message du Consul général – Comment nous joindre

Mes chers compatriotes,

Après onze jours d’efforts colossaux et ininterrompus de nos équipes pour aider les très nombreux Français de passage à regagner la France, nous sommes entrés à présent dans une nouvelle phase : celle du confinement le plus strict possible, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété par le Royaume du Maroc.

Dans les conditions actuelles, et dans le respect des mesures de confinement édictées par les autorités marocaines, il ne nous est toujours pas possible d’assurer l’accueil du public et la continuité des services habituels (état civil, passeports, affaires sociales….).

Nous avons donc mis en place un dispositif qui nous permettra d’assurer au mieux la gestion des urgences, que ce soit pour les voyageurs restés au Maroc ou pour les résidents.

–          Afin d’éviter la saturation de nos lignes téléphoniques, pour toutes questions ne relevant pas d’une urgence immédiate, nous vous prions de nous contacter uniquement par mail à l’adresse suivante :

webmestre.agadir-fslt@diplomatie.gouv.fr.

–          Si vous ne disposez pas de mail ou en cas de réelle urgence, les numéros suivants sont mis en place :

Pour les appels de Français de passage n’ayant pas pu (ou pas souhaité) regagner la France avant la suspension définitive des liaisons aériennes, maritimes et terrestres  

Vous pouvez nous contacter entre 9h00 et 18h00
au 06.41.08.45.56
au 06.41.08.45.72

 

Pour les appels de Français résidents pour des questions relatives à
la situation actuelle (restrictions de circulation, santé…)

 

Vous pouvez nous contacter entre 9h00 et 18h00
au 06.41.08.45.37

 

Pour les appels de Français résidents ou de passage pour des questions ne relevant pas de la situation actuelle et qui relèvent uniquement de l’urgence (décès, arrestations, accidents…) Vous pouvez nous contacter 24h/24
(seulement pour de réelles urgences)
au 06.41.08.45.43

Nous vous prions vraiment de ne pas abuser de ces numéros de téléphones, pour éviter leur saturation.

Enfin, je vous adresse en pièce jointe une fiche de rappel sur les recommandations en cas de symptômes du Covid-19. D’autres informations sont en ligne sur la page d’actualités du site internet du consulat général.

Avec tous mes remerciements renouvelés pour votre compréhension et votre patience.

Bien cordialement

Dominique Doudet

Consul général de France à Agadir



Fiche-conseil COVID-19 – MAROC

Quand dois-je m’inquiéter ?
Rappel des symptômes :
– La fièvre se manifeste chez 9 malades sur 10 : souvent inférieure à 39°
– Toux
– Fatigue, essoufflements
– Possible mal de gorge
– Douleurs musculaires
– Possibles nausées ou diarrhées
Le Coronavirus se transmet par la salive, les gouttelettes dues à la toux, aux contacts rapprochés.
La période d’incubation varie entre 1 et 14 jours.

Qui dois-je contacter ?
Appelez le numéro “Allô SAMU 141”. Il est dédié exclusivement aux personnes présentant des
symptômes respiratoires, de la fièvre et de la toux pour leur fournir conseils et recommandations. Il
s’ajoute au numéro “Allo Yakada 080 100 47 47”, déjà opérationnel.

Si je présente tous les symptômes, que faire?
N’appelez pas le médecin, restez confiné et contactez “Allô SAMU 141”.
Si vous êtes testé positif, il est recommandé de le signaler au consulat général en appelant le
06.41.08.45.37.
Le rapatriement n’est pas possible conformément aux indications des autorités marocaines.

Où puis-je avoir des informations détaillées ?
Au Maroc, il y a un site web dédié : http://www.covidmaroc.ma
Vous y trouverez toutes les données et statistiques relatives à la situation épidémiologique au Maroc
et ce, via une carte interactive montrant le bilan des nouveaux cas confirmés de contamination au
Covid-19, répartis selon les régions et les villes.

Etat d’urgence sanitaire, des précisions sur le projet de décret-loi

lnt.ma – 24/03/2020

Le projet de décret-loi sur les dispositions relatives à l’état d’urgence sanitaire offre un cadre juridique approprié pour le gouvernement en vue de prendre les dispositions nécessaires à la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) et la préservation de la santé des citoyens, a affirmé lundi soir le gouverneur, directeur des Libertés et de la Société civile au ministère de l’Intérieur, Mohamed Ouzgane.

Ce texte, adopté à l’unanimité par les commissions de l’Intérieur des Chambres des représentants et des conseillers, s’inscrit dans le cadre des mesures de prévention urgentes prises par les pouvoirs publics afin d’endiguer la transmission du coronavirus, a indiqué M. Ouzgane qui était l’invité du journal de la soirée de la chaîne Al Aoula.

Il a ajouté que ce projet encadre les mesures décrétées par les autorités dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, telles que les restrictions des déplacements, l’interdiction des rassemblements ou la fermeture des cafés et restaurants.

Ce décret, a-t-il précisé, encadre également les décisions adoptées ou celles qui pourraient l’être par le gouvernement sur les plans économique, social ou environnemental.

M. Ouzgane a fait savoir que les dispositions de ce texte permettent aussi aux autorités de décider l’étendue de ces mesures de précaution par leur mise en œuvre dans telle ou telle région, préfecture, province ou commune, ou à travers tout le territoire national en cas de nécessité.

Pour ce responsable du ministère de l’Intérieur, l’adoption de ce décret était nécessaire conformément aux dispositions de la Constitution qui engage le gouvernement à prendre les mesures appropriées pour préserver la sécurité et la santé des citoyens.

En vertu de ce texte, durant la période d’urgence sanitaire, toute infraction aux mesures décidées par les autorités est passible d’une peine de prison oscillant entre un et trois mois et/ou une amende variant entre 300 et 1.300 dirhams, sans préjudice de la peine la plus lourde.

La même sanction est prononcée contre quiconque qui par violence, menace, fraude ou contrainte, entrave l’application des décisions des pouvoirs publics prises dans ce sens.

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, qui présentait le projet devant les deux commissions parlementaires, a souligné que celui-ci « contribuera à la réalisation de la sécurité de la santé publique à travers le territoire national, avec tout ce que la conjoncture requiert en termes de veille, de fermeté et d’abnégation au service de l’intérêt supérieur du pays ».

Le projet de décret-loi, a-t-il dit, fait partie des mesures de prévention prises d’urgence qui engagent les pouvoirs publics, à agir en vue de garantir la sécurité de la population à travers le territoire national, dans le cadre du respect des droits de l’Homme et des libertés.

CORONAVIRUS-Covid-19 : Le protocole de soins à base de chloroquine mis en place par le Maroc

par Kenza Filali – ledesk.ma – 24/03/2020

le Ministre de la Santé, M. Khalid Aït Taleb intervenant lors d’une conférence de presse pour annoncer l’état d’urgence sanitaire le 19 mars à Rabat – MAP

En concertation avec le Comité technique et scientifique consultatif, le ministre de la Santé a diffusé par circulaire datée du 23 mars à l’adresse des directeurs de CHU et des directeurs régionaux de la Santé, la prescription et dispensation de la chloroquine et de l’hydroxycholoroquine pour la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de Covid-19.

Par circulaire datée du 23 mars dont Le Desk détient copie, Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé annonce avoir décidé en concertation avec le Comité technique et scientifique du programme national de prévention et du contrôle de la grippe et des infections respiratoires aigües sévères, l’introduction de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de Covid-19.

Les choses se sont donc accélérées depuis le 20 mars. Ce jour-là, le ministère, par voie de communiqué affirmait que « le médicament contenant la substance active de chloroquine, présenté dans les réseaux sociaux comme efficace dans le traitement de Covid-19, fait toujours l’objet d’essais cliniques ». Et d’ajouter « au cas où le médicament contenant de la chloroquine s’avérerait efficace pour traiter le Covid-19, son utilisation serait limitée aux cas admis en hôpital et selon un protocole médical approuvé par un comité scientifique national, assure le ministère ».

Or, le même jour, et face à l’évolution de la situation dans le pays, le ministre de la Santé a convoqué une réunion du comité qui a aboutit aux recommandations suivantes après un long débat :

Comme traitement de première intention, l’association Chloroquine – Azithromycine : Chloroquine (Nivaquine) 500 mg X 2/j, pendant lo jours, ou Sulfate d’hydroxy-chloroquine (Plaquinine) 200 mg X3/j pendant 10 jours en association avec l’Azithromycine : 500 mg à JI, puis 250 mg /jour de J2 à J7.

En traitement de deuxième intention, il recommande l’association Lopinavir/Ritonavir : 400mg X 2 par jour pendant 10 jours.

Des traitements entérinés donc en fast track au vu de l’urgence de la situation, note-t-on

Le comité note que l’antibiothérapie n’est pas systématique, indiquée si surinfection bactérienne (Amoxicilline + acide clavulanique, 3g par jour ou Moxifloxacine 400mg/j en une seule prise, ou Levofloxacione 500 mg/j en une seule prise également. La nébulisation est à utiliser si besoin avec les précautions nécessaires en matière de prévention des infections liées aux soins et l’Héparine à bas poids moléculaire en cas d’alitement.

Le comité recommande enfin la mise à disposition des tests rapides antigéniques afin d’accélérer la confirmation du diagnostic. Des tests plus rapides (30 min à 1 heure au lieu de 5 heures) ont été récemment développés et pouvant être manipulés par un laborantin.

Extrait de la circulaire du ministre de la Santé datée du 23 mars 2020 :

Histoire : Agadir a déjà été confiné (en 1940)

En 1940, la peste sévissait dans la région du Souss, affectant les populations indigènes.

Un arrêté édictant des mesures prophylactiques avait été pris par le Pacha d’Agadir pour limiter ou interdire la circulation des personnes :

Coronavirus Maroc : situation le 23/03/2020 à 18H00

Ministère de la Santé النسخة العربية     Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc

​ 18H00  23-03-2020

Guéris : 5
Décès : 4
Cas confirmés : 143
Cas exclus suite
à un résultat négatif
du Laboratoire : 643​​​​
ss
​​ssss ​​​​​

​​Répartition par Région :

 

​                    Région​​

 

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
3
Casa Settat
34
​​Daraa-tafilalet
​1​
Dakhla-Oued Ed Dahab
0​
Fès meknes
35
Guelmim Oued Noun
1
Laâyoune-Sakia El Hamra
0
Marrakech Safi
15​
Oriental
​7
Rabat Salé Kenitra
32
Souss-Massa
6
Tanger Tetouan Al Hoceima
9

L’INTÉRIEUR GARDE UN OEIL SUR LES APPARTEMENTS MEUBLÉS, LIEUX POTENTIELS DE SOIRÉES ARROSÉES

Par Maya Zidoune – le360.ma – 23/03/2020

Les forces de l’ordre entament, dans les principales destinations touristiques du Royaume, une campagne d’inspection à caractère préventif. Objectif: s’assurer de l’état de santé des citoyens et propriétaires bailleurs.

Dans son édition du mardi 24 mars, le quotidien Assabah rapporte que le ministère de l’Intérieur mène une campagne d’inspection auprès des propriétaires d’appartements meublés destinés à la location.

La mobilisation des forces de l’ordre s’est intensifiée dans les grandes villes touristiques, où il a été procédé au contrôle de l’identité des touristes ayant occupé ces appartements sur les trois derniers mois. Des sources proches du journal arabophone affirment que les agents et auxiliaires ont notamment entamé cette campagne dans les villes touristiques de Fès, Marrakech, Agadir et Tanger. Une opération à caractère préventif dont la finalité est de s’assurer de l’état de santé des citoyens entrés en contact direct avec des touristes en provenance de Chine, d’Italie, ou de France.

D’après les statistiques du spécialiste de location de résidences touristiques Airbnb,  plus de 300.000 touristes ont eu recours, en 2019, à la location d’appartements au Maroc via la plateforme californienne. Ce chiffre représente une envolée de 68%. Quelques données recueillies, notamment, auprès du plus gros hôtelier au monde et sur d’autres plateformes mondiales, révèlent que la demande de location domestique touche près de 21.000 établissements hôtes au Maroc.

Le journal arabophone du groupe casablancais Ecomedia rapporte également que les autorités ont interdit aux propriétaires de louer leur logement avant la levée de l’état d’urgence sanitaire, décrété vendredi dernier par le ministère de l’Intérieur afin de limiter la propagation du Covid-19. D’autant que certains utilisent ces locaux pour organiser des soirées arrosées.

Ces mesures de contrôle visent aussi bien les unités hôtelières que la location d’appartements. Rappelons que les autorités ont musclé leur approche en matière d’isolement sanitaire, en vue d’endiguer la propagation du Covid-19. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a interpellé, au courant de la semaine dernière, plusieurs gérants de café et de salons de massage qui ont continué à servir leurs clients en dépit de l’ordre de fermeture.

12 millions de dirhams de perte pour les hôtels d’Agadir

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 23/03/2020

12 millions de dirhams de perte pour les hôtels d’Agadir

Les nuitées annulées au niveau de la destination Agadir ont dépassé les 11.000 pour les mois de mars et avril, représentant une perte de 12  millions DH de chiffre d’affaires.

L’Association de l’industrie hôtelière d’Agadir (AIH) a tenu dernièrement une réunion de crise avec ses membres pour dresser un premier bilan des conséquences considérables de l’épidémie Covid-19 sur le secteur touristique à Agadir, surtout avec la fermeture provisoire de plusieurs établissements hôteliers. Jusqu’à présent l’AIH décompte plus de 11.000 nuitées qui sont parties en fumée, soit 12 millions de DH de perte pour les hôteliers de la ville.

Selon l’AIH, «les suspensions de vols qui se succèdent et la fermeture progressive des frontières de nos marchés émetteurs vont entraîner des hôtels désertés de la totalité de leurs clients et plonger le secteur dans de profondes difficultés financières». Lors de cette réunion, les membres de l’AIH ont proposé un certain nombre de mesures d’accompagnement à présenter au gouvernement, pour préserver les emplois aujourd’hui menacés, et pour éviter des faillites inexorables dans ces cas de figure. Les propositions concernent pour le moment les quatre prochains mois.

Pour faire face à cette crise sans précédent, l’AIH préconise de mettre les salariés en chômage technique au taux de 50% au lieu de 70%, différer tous les paiements d’impôts, taxes, charges sociales et impôts locaux et ce dès ce mois, et de sursoir aux paiements des échéances de crédits bancaires, sans intérêts supplémentaires. Selon l’AID, «il est urgent d’accorder des subventions au secteur pour faire face à cette crise profonde et aux pertes occasionnées, ainsi que des exonérations de charges sociales pour les départs à la retraite anticipés, et revoir pour le secteur hôtelier la facture énergétique (ONEE, RAMSA, …) qui supporte des taux domestiques et non des taux industriels, et être accompagnés pour la mise en place d’assurances en prévention des défaillances des TO».

Par ailleurs les professionnels gadiris restent optimistes quant à une reprise dès juillet prochain et demandent à ce que «l’ONMT prépare dès à présent des campagnes de communication et de promotion envers le marché national et nos marchés émetteurs internationaux, ainsi que le soutien par des subventions les compagnies aériennes lors de la reprise qui risque d’être lente et difficile dans les premiers temps».

Selon l’AIH, «si le Maroc arrive à maîtriser la propagation du virus, les professionnels préconisent de le communiquer dès la reprise et de promouvoir un pays sûr et à faibles risques. De leur côté, les professionnels vont d’ores et déjà préparer des offres promotionnelles, booster leur marketing, etc. afin d’accompagner et de réussir la reprise prochaine».

%d blogueurs aiment cette page :