Archives de mai 1st, 2020

Coronavirus : Situation au Maroc vendredi 1er mai à 10 H 00

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
 10H00  01-05-2020

Guéris : 1055
Décès : 171
Cas confirmés : 4529
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 31274
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​ .

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
83
Casa Settat
1149
​​Daraa-Tafilalet
543
Dakhla-Oued Ed Dahab
2
Fès Meknes
570
Guelmim Oued Noun
29
Laâyoune-Sakia El Hamra
4
Marrakech Safi
984
Oriental
175
Rabat Salé Kenitra
323
Souss-Massa
51
Tanger Tetouan Al Hoceima
616

Programme «Méditerranée, d’une rive à l’autre»: Lancement d’un appel à projets au profit des associations de la région Souss-Massa

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 30/04/2020

Programme «Méditerranée, d’une rive à l’autre»: Lancement d’un appel à projets au profit des associations de la région Souss-Massa

La Fondation de France lance un appel à projets au profit des associations de la région Souss-Massa dans le cadre du programme «Méditerranée, d’une rive à l’autre».

A travers cet appel à projets la Fondation de France ambitionne d’accompagner la structuration de la société civile de la région Souss-Massa et de soutenir les échanges et la coopération entre les deux rives en favorisant l’inclusion sociale et économique des plus vulnérables, notamment des jeunes.
Dans les détails, cet appel à projets s’adresse aux associations marocaines enregistrées légalement depuis plus d’un an et agissant dans la région de Souss-Massa, ayant déjà engagé des actions de terrain.

Ce programme soutient le démarrage de projets de terrain et leur développement, mais également la diffusion et l’essaimage d’expériences innovantes, et des connaissances issues de ces expériences, via deux modalités de soutien : premièrement une subvention dite «d’amorçage» pour les associations récentes ou de petite taille, qui démarrent leur action ou qui portent un premier projet, le montant du soutien sollicité sera de 130.000 DH maximum et la durée du projet n’excédera pas 12 mois.

Deuxièmement une subvention de consolidation pour les associations plus expérimentées, qui consolident leur action à travers un projet nouveau ou en développement, le montant du soutien sollicité pourra être de l’ordre de 160.000 à 320.000 DH pour une durée de 2 ans maximum.
Outre le soutien financier, les associations retenues dans le cadre de cet appel bénéficieront, pendant la phase de mise en œuvre de leur projet, d’un accompagnement systématique individuel et collectif, et d’échanges avec d’autres porteurs de projets ayant une proximité thématique et/ou géographique.
Dans le contexte particulier de pandémie mondiale Covid-19, l’appel à projets encouragera les projets portés par des jeunes désireux d’apporter des réponses pertinentes aux impacts de la crise sur leurs territoires. Ces initiatives s’inscriront dans une démarche d’accompagnement visant l’appui à l’adaptation des populations aux conséquences du coronavirus.
Il peut s’agir de projets d’aide collective aux jeunes ou à leurs associations, dont la situation serait rendue précaire par la pandémie du coronavirus, sur les plans économique, social ou sanitaire.

Dans une optique de plus long terme, de projets visant le renforcement des capacités de résilience des populations, il peut s’agir aussi de projets d’accompagnement pour atténuer les conséquences de la pandémie sur les populations, non seulement sur le plan sanitaire mais aussi sur les plans économique, social ou culturel.
Selon cet appel à projet, «l’enjeu est d’accompagner la transition vers un monde plus solidaire, incluant toutes les composantes de la société, mieux préparé aux chocs à venir, pour l’amélioration du bien-être des populations humaines, dans le respect des grands équilibres écologiques qui le conditionnent (climat, biodiversité) et prenant en compte le caractère limité des ressources naturelles de la planète».

Douane : L’admission temporaire des véhicules importés adaptée à la crise

medias24.com – 29/04/2020

Suite à la fermeture temporaire des frontières due à la crise sanitaire, la régularisation de l’admission temporaire des véhicules de tourisme importés se fera, de manière exceptionnelle, hors délais sans suites contentieuses.

Douane : L'admission temporaire des véhicules importés adaptée à la crise

Une nouvelle mesure vient d’être annoncée par l’’Administration des douanes et impôts indirects. La direction informe les Marocains du monde et les touristes étrangers, ayant à leur charge des véhicules de tourisme importés sous le régime de l’admission temporaire, et suite à la fermeture temporaire des frontières imposée par la crise sanitaire du Covid-19, qu’il a été décidé de tenir compte de cette période de crise sanitaire en autorisant, à titre exceptionnel, la régularisation de l’admission temporaire de leurs véhicules, hors délais sans suites contentieuses, annonce l’ADII dans un communiqué.

Montpellier : à 104 ans, Vivette Mazet, une ancienne gadirie, guérit du Coronavirus

par Valérie Luxey – france3-regions.francetvinfo.fr – 30/04/2020

Geneviève Mazet, surnommée "Vivette", le jour de ses 104 ans dans sa maison de retraite de Montpellier / © Dominique Bloch
Geneviève Mazet, surnommée « Vivette », le jour de ses 104 ans dans sa maison de retraite de Montpellier / © Dominique Bloch

Trois semaines après avoir fêté ses 104 ans dans son Ehpad de Montpellier, Geneviève Mazet, dite « Vivette », a contracté le coronavirus. Cette ancienne infirmière et institutrice, qui avait déjà survécu au tremblement de terre d’Agadir (Maroc) en 1960, est aujourd’hui guérie du COVID-19.

Avoir survécu au coronavirus, c’est une victoire de plus dans la vie bien remplie de Geneviève Mazet, surnommée « Vivette ». Elle a fêté ses 104 ans le 26 février dernier dans sa maison de retraite de Montpellier. Trois semaines après, le COVID-19 la frappait. Elle est aujourd’hui guérie. Voici ses premiers mots recueillis dans ce reportage :

Hospitalisée et guérie

Dominique Bloch, la fille de Vivette, témoigne de l’attention dont a bénéficié sa mère tout au long de la maladie :

Elle menait une vie paisible, très appréciée par le personnel et les résidents. Elle a été hospitalisée à la clinique Saint- Jean, puis au Mas de Rochet à Montpellier. La qualité des soins dont elle a bénéficié ainsi que celle de son médecin traitant, le docteur Durand, lui ont permis de surmonter cette nouvelle épreuve.

Infirmière psychiatrique indignée sous l’Occupation

Car dans sa longue vie, Vivette la bien nommée, née en 1916 en Ardèche, a vaincu bien des difficultés. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, de 1937 à 1942, elle devient, très jeune, infirmière psychiatrique à l’hôpital de Maison Blanche à Paris.

Geneviève Mazet, dite « Vivette », en uniforme d’infirmière psychiatrique (photo issue de l’album de famille) / © Dominique Bloch

Des années qui l’ont extrêmement marquée d’une empreinte douloureuse liée aux conditions terribles faites à ceux qu’on appelait les « aliénés » ( notamment soumis à la famine) pendant l’Occupation.

Créatrice d’une école au Maroc

Après son mariage avec un militaire de carrière servant dans les Tirailleurs Marocains à Marrakech, une fois les campagne d’Italie et d’Allemagne terminées, elle s’installe au Maroc avec sa famille et devient institutrice.

Geneviève Mazet, dite « Vivette », institutrice au Maroc dans les années 1940/1950 (photos issues de l’album de famille) / © Dominique Bloch

Elle est à l’origine de l’ouverture d’une école dont elle devient directrice à Kasba-Tadla, sillonnant villages et hameaux environnants à vélo et créant une « cantine à soupe » du midi, puis un goûter pour convaincre les familles de scolariser leurs enfants.

Survivante du tremblement de terre d’Agadir

Après 18 ans passés au Maroc, le tremblement de terre d’Agadir du 29 février 1960, qui fait plus de 12.000 morts, la convainc de rentrer en France. Traumatisée par cette tragédie dont a miraculeusement réchappé avec son mari et sa fille Dominique, elle en reste sans voix plusieurs jours. Mais son énergie, déjà, lui permet de recouvrer la santé.

Une mère, une grand-mère et une épouse marquée par la vie

La famille revient en Ardèche, à Aubenas, où Vivette poursuit sa carrière de directrice d’école jusqu’à sa retraite en 1974. Elle y élève ses 3 filles (la quatrième est décédée en bas âge) et devient veuve jeune, à 55 ans. Plus tard, elle assumera l’éducation de l’une de ses petites-filles jusqu’aux 20 ans de celle-ci.

Arrière-grand-mère combative

Depuis quelques années, Geneviève Mazet réside dans une maison de retraite de Montpellier. Elle a 4 petits-enfants et 4 arrière-petits-enfants. A 104 ans, le coronavirus n’a pas eu raison de Vivette, qui n’a jamais autant mérité son surnom. Elle n’est pas la première centenaire à vaincre le COVD-19 : une ancienne Résistante a elle aussi survécu à la maladie.

Célébration virtuelle du « Jazz Day »

par Kenza Aziouzi – lopinion.ma – 30/04/2020

Célébration virtuelle du « Jazz Day »

Le « Jazz Day » ou la journée internationale du Jazz a été célébrée en mode virtuel cette année, en raison du coronavirus. Les adeptes de cette musique ont donc pu suivre sur la page Facebook de Madajazzcar Festival des films et vidéos jazz, master class et performances d’artistes de jazz malagasy le 30 avril.

Tous les ans, une ville est sélectionnée pour accueillir cette Journée. Cette année, Le Cap, en Afrique du Sud, avait été désigné ville hôte et aurait dû accueillir les célébrations sous le thème « Origines et routes du jazz africain », afin de mettre en évidence l’identité africaine et le potentiel créatif du continent qui a inspiré cette musique.

Toutefois, en raison de l’actuelle pandémie du nouveau coronavirus, ces célébrations n’ont pas pu avoir lieu comme prévu et elles se sont déplacées sur la « toile » et les amateurs de jazz ont dû se tourner vers leurs écrans d’ordinateur et de télévision pour voir leurs spectacles.

A cet effet, la directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay a souligné dans un message que cette Journée était l’occasion « de célébrer le pouvoir du jazz, qui accompagne au quotidien les personnes confinées et celles qui ne peuvent pas l’être », ajoutant que « c’est toute cette magie du Jazz dont nous avons besoin en cette période où, collectivement, nous nous rappelons à quel point la musique, et l’ensemble des autres arts, nous sont essentiels ».

Ainsi, pour que les airs de Jazz continuent à résonner et à nous entraîner, poursuit Mme Azoulay, l’UNESCO, avec son partenaire le Herbie Hancock Institute of Jazz, assureront la diffusion de cours et performances de Jazz, avec la participation de grands noms du genre.

A ce titre, un appel est lancé par les organisateurs de cette Journée et les autres parties impliquées dans le monde entier, afin de recevoir des concerts filmés à la maison, des messages vidéo et tout autre expression de solidarité.

Des légendes du Jazz

Parmi les victimes du nouveau coronavirus, on retrouve un bon nombre de musiciens de jazz. Des légendes comme le pianiste et éducateur Ellis Marsalis Jr. – père du trompettiste Wynton Marsalis -, Mike Longo, pianiste et directeur musical de Dizzy Gillespie, Wallace Roney, le trompettiste de renommée mondiale, le saxophoniste Marcelo Peralta ainsi que le saxophoniste Manu Dibango, icône de la musique afro-jazz, le guitariste Bucky Pizzarelli et le contrebassiste Henry Grimes, pour n’en citer que quelques-uns.

Au Maroc, plusieurs Festivals du Jazz sont organisés dans différentes villes du Royaume comme Tanger (Tanjazz), Casablanca, Essaouira, le Festival du Jazz de Chellah (Rabat) et Anmoggar n’jazz d’Agadir, dans le noble but de faire connaître davantage ce genre musical et de le faire découvrir à un plus large public.

A l’occasion de la « Journée internationale du Jazz », nous vous proposons de revivre le concert qu’a donné John Coltrane et son quartette à Comblain-la-Tour en 1965.


Ramadan à Souss-Massa : Quand les valeurs marocaines remontent à la surface

par Thami El Am – mapexpress.ma – 30/04/2020

Ramadan à Souss-Massa: Quand les valeurs marocaines remontent à la surface

A l’instar de tous les Marocains, les Soussis veillent à fêter comme il se doit l’avènement du mois sacré du Ramadan : préparation de plats spéciaux et actions d’entraide, de solidarité et de bénévolat.

Cependant les circonstances exceptionnelles de cette année marquées par l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, ont obligé à vivre ce Ramadan autrement, mais sans pour autant que les valeurs de solidarité et de l’entraide disparaissent, car au Maroc il y a toujours moyen d’aider les personnes en situation de vulnérabilité, même quand on est confiné…

“Les citoyens et ONG dans la région de Souss-Massa sont bien conscients de la nécessité d’apporter de l’aide à une grande partie de la société qui a perdu son activité économique en ces temps difficiles”, a indiqué Khalid Al Ayoud, enseignant-chercheur et acteur associatif dans une déclaration à la MAP.

“En tant qu’acteur associatif, j’œuvre en partenariat avec un nombre d’intervenants dans la région, sur le nouveau phénomène “des pauvres de la pandémie” en vue de donner un coup de pouce aux efforts colossaux consentis par le gouvernement sur Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI.

Cette situation exceptionnelle a prouvé encore une fois la grande solidarité, qui caractérise les Marocains et plusieurs Soussis, résidant au Royaume ou vivant à l’étranger ont adhéré à de nombreuses initiatives pour aider les familles nécessiteuses et ont apporté aussi leur contribution au Fonds spécial pour la lutte contre le coronavirus (Covid-19).

“L’apparition de la famille nucléaire, les nouvelles technologies et la mondialisation, n’ont rien changé aux coutumes et valeurs enracinées chez le Marocain”,a relevé ce chercheur, précisant que celui-ci a toujours fait preuve d’un grand sens de solidarité, d’unité et de fraternité durant les moments de crise.

Les réunions familiales se font toujours, mais cette fois à distance, via les réseaux sociaux et les applications de communication, a relevé ce chercheur, saluant également certaines expériences comme “Manbar Al Qorb”, qui permettent à des Imams de répondre dans des vidéos, aux questions d’ordre religieux posées par les internautes.

Culture : Bons plans confinement

par Nadia Ouiddar – lematin.ma – 30/04/2020

Bons plans confinement

Documentaire «Skate» sur TV5Monde
La nouvelle série documentaire Skate le monde sur TV5Monde Canada vous fait voyager à travers vos écrans en cette période de confinement ! Le 12 mai c’est au tour du Maroc d’accueillir l’équipe de Mathieu Cyr, humoriste et comédien québécois, passionné de BMX et de surf depuis son plus jeune âge. À travers son regard et ses rencontres, on découvre ce sport longtemps considéré comme un symbole de contre-culture.  L’humoriste nous emmènera à Agadir, Casablanca et Safi sur TV5Monde, en compagnie des pros de la glisse marocaine, dont Yassine Boundouq, Aka «Moultawa ». Né à Safi, Yassine Boundouq manie avec brio une grande variété de styles : free style, down hills, dancing et freeride. Cet athlète du longboard réside aux États-Unis (Philadelphia) depuis 2017, mais revient régulièrement au Maroc où il réalise des vidéos dans le but de démocratiser le longboard et les sports extrêmes dans le Royaume.

L’heure du conte à l’Institut français 
Les médiathécaires de l’Institut français (IF) Maroc proposent des lectures de contes pour les tout-petits. Khalid Soubqi de l’IF Fès présente des narrations avec de l’animation et de l’humour pour faire rire les enfants. Hakima Kerdoun, responsable de la médiathèque jeunesse de l’IF Casablanca, raconte avec douceur des histoires qui captent l’intérêt des petits. Rendez-vous sur les pages Facebook des Instituts français du Maroc.

Exposition virtuelle sur atelier21.ma
L’Atelier 21 propose aux amateurs de l’art plastique l’exposition virtuelle Voisinages qui unit art moderne et art contemporain au Maroc. Voisinages donne à voir des similitudes perceptibles ou invisibles, mais aussi des désaccords qui produisent du sens. L’exposition collective rassemble les œuvres de 17 artistes marocains : Mohamed Abouelouakar, Mo Baala, Fouad Bellamine, Saâd Ben Cheffaj, Mustapha Boujemaoui, Mohamed El baz, Nabil El Makhloufi, Safaa Erruas, Mohamed Fariji, Hassan Hajjaj, Chourouk Hriech, Majida Khattari, Najia Mehadji, Houssein Miloudi, Lamia Naji, Zakaria Ramhani et Yamou. Elle est disponible sur le site web de la galerie d’art : atelier21.ma

«Deux femmes sur la route» sur ccm.ma 
Le Centre cinématographique marocain présente en ligne le 30 avril et 1er mai, le film marocain «Tariq Al Aylat» (Deux femmes sur la route). Signé Farida Bourquia (2007), ce film raconte le destin croisé de deux femmes meurtries. Amina tente de rejoindre le Nord où son mari est emprisonné pour une affaire de drogue. La panne mécanique de son véhicule lui a permis de rencontrer Lalla Rahma, une vieille dame qui doit également se rendre au Nord pour s’assurer que son fils n’est pas mort en franchissant le détroit. On retrouve dans ce film des grands noms du cinéma marocain comme Mouna Fettou, Aïcha Mahmah, Mohamed Majd et Mohamed Khouyi, Benaïssa El Jirari, Mohamed Bastaoui, Mohamed Choubi, Fatima Ouchay, Hanane Ibrahimi et Driss Roukhe…

«Le poisson à prix raisonnable» pour le mois de Ramadan

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 30/04/2020

«Le poisson à prix raisonnable» pour le mois de Ramadan

Opération chapeautée par le ministère de la pêche et les armateurs

Cette opération vient pour garantir la stabilité des prix de ces produits lors de ce mois et protéger ainsi le pouvoir d’achat du citoyen, tout en encourageant la consommation nationale du poisson qui est l’un des objectifs du Plan Halieutis.

La deuxième édition de l’initiative baptisée «poissons à prix raisonnable» est lancée à Agadir à l’occasion du mois sacré et devra toucher plus de villes du Royaume pour couper l’herbe sous les pieds des spéculateurs et garantir la stabilité des prix.

Cette opération conduite par les armateurs de la pêche hauturière sous l’égide du ministère de la pêche maritime vient après la réussite de la première édition lancée l’année dernière et qui a été marquée par un véritable engouement auprès des consommateurs dans la mesure où elle a mis fin à la spéculation des intermédiaires durant le mois de Ramadan et qui font flamber les prix de ces produits très demandés durant cette période. Les armateurs qui adhèrent à cette opération proposent sur le marché local des milliers de tonnes de poisson à moitié prix, notamment les espèces très consommées lors de ce mois et qui sont pêchées en haute mer, alors que la traçabilité de ces produits est garantie. Au niveau du Grand Agadir, plusieurs points de vente ont été identifiés à Inezgane et la ville d’Agadir par les propriétaires de bateaux de pêche en haute mer pour vendre directement une partie de leur capture aux clients sans passer par les nombreux intermédiaires, qui augmentent anormalement les prix.

Cette opération lancée en coordination avec les autorités locales vient pour garantir la stabilité des prix de ces produits lors de ce mois et protéger ainsi le pouvoir d’achat du citoyen, tout en encourageant la consommation nationale du poisson qui est l’un des objectifs du Plan Halieutis.
Et pour garantir la réussite de cette initiative, une série d’actions ont été prises liées notamment à l’amélioration des conditions de vente au niveau des espaces choisis et la mise en place d’infrastructures dédiées à ce commerce. Les mesures de sécurité liées à l’épidémie Covid-19 ont également été renforcées pour garantir le bon déroulement de cette initiative tout en respectant les consignes des autorités sanitaires et les gestes barrières (utilisation des gels hydroalcooliques, distanciation, port de gants et de masques, etc.).

D’ailleurs l’une des nouveautés de cette édition consiste en la livraison à domicile, pour répondre à la demande des consommateurs et les soutenir lors de cette période de confinement. L’opération offre aux citoyens la possibilité d’accéder à un large choix de produits via Internet tout en leur permettant de rester chez eux. Celle-ci sera généralisée les prochains jours à d’autres villes du Royaume, en l’occurrence Casablanca, Rabat, Beni Mellal, Oujda, Marrakech, Fès, Meknès, Tanger, Tétouan et Taza.

Pour rappel et selon le département de la pêche, l’ensemble des marchés de gros sont approvisionnés d’une manière continue. Les quantités transitées par les marchés de gros ont augmenté de 25% durant le premier trimestre 2020 en comparaison avec la même période de 2019.

%d blogueurs aiment cette page :