Archives de mai 6th, 2020

Coronavirus : Situation le mercredi 6 mai à 10 H 00 au Maroc

Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
 10H00  06-05-2020

 

Guéris : 1969
Décès : 182
Cas confirmés : 5382
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 46718
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​ .

Nombre de cas confirmé​s

 

Beni Mellal-Khénifra​
87
Casa Settat
1405
​​Daraa-Tafilalet
551
Dakhla-Oued Ed Dahab
2
Fès Meknes
685
Guelmim Oued Noun
41
Laâyoune-Sakia El Hamra
4
Marrakech Safi
1103
Oriental
175
Rabat Salé Kenitra
537
Souss-Massa
52
Tanger Tetouan Al Hoceima
740

Les drones essaiment au Maroc avec la pandémie de Covid-19

nouvelobs.com – 06/05/2020

Les drones essaiment au Maroc avec la pandémie de Covid-19

Surveillance aérienne des populations, diffusion de messages d’alerte, désinfection des espaces publics… Le Maroc développe tous azimuts l’usage des drones au nom de la lutte contre le nouveau coronavirus, en phase avec une tendance mondiale pour les solutions sans contact.

« Il y a un vrai engouement: en quelques semaines, la demande a triplé au Maroc et dans d’autres pays de la région », souligne Yassine Qamous, le directeur de « Droneway Maroc », qui distribue sur le continent africain les produits du leader mondial chinois DJI.

Selon lui, le Maroc, qui utilise des drones depuis plusieurs années déjà, « figure parmi les pays les plus avancés du continent » dans ce domaine avec un tissu industriel dédié, un réseau de chercheurs mais aussi de pilotes agréés.

Des autorisations administratives restrictives ont longtemps limité les drones civils à quelques usages spécifiques, comme les tournages de cinéma, le traitement des surfaces agricoles, la surveillance des panneaux solaires ou les relevés cartographiques.

Mais tout a changé avec l’apparition de la pandémie de Covid-19: ces dernières semaines, les robots volants sont apparus dans plusieurs villes, où les autorités les utilisent pour diffuser des messages d’alerte, détecter des mouvements suspects dans les rues ou débusquer des rassemblements illégaux sur les terrasses des maisons.

Les consignes strictes de confinement instaurées mi-mars ne sont en effet pas toujours respectées, la presse locale évoquant notamment des soirées nocturnes entre voisins ou des prières collectives sur les toits, hors de portée des patrouilles de contrôle.

– « Technologie vitale » –

La préfecture de Temara, près de Rabat, a ainsi lancé la semaine dernière un système de surveillance aérienne de haute précision développé par des ingénieurs d’un groupe local, Beti3D, jusque-là spécialisé dans la topographie.

D’autres pays en Europe, en Asie ou au Moyen-Orient ont aussi adopté les technologies déployées en Chine au début de la pandémie, que ce soit pour surveiller les mouvements des citoyens, désinfecter les espaces publics ou développer les livraisons.

« Les drones ont rapidement émergé comme une technologie vitale pour les agences de sécurité publique pendant la crise puisqu’ils permettent de contrôler en toute sécurité les espaces publics », analyse le site de DJI, groupe chinois qui couvre à lui seul 80% du marché mondial.

Comme la plupart des pays, le Maroc utilise avant tout des engins importés de Chine. Mais l’apparition de nouveaux besoins liés à la pandémie pousse au développement d’une production locale adaptée.

« Il y a une vraie demande », se réjouit Abderrahmane Krioual, le patron de Farasha, une start-up qui vient de lever des fonds pour développer à Rabat une ligne de production de drones de surveillance thermique et de pulvérisation de désinfectant.

Très en pointe dans le secteur, le département aéronautique de l’Université internationale de Rabat (UIR) a mis à disposition des pouvoirs publics son savoir-faire dès la fin mars, pour le déploiement de drones équipés de haut-parleurs ou de caméras infrarouge capables de détecter les mouvements nocturnes ou les températures des foules.

« Quelques projets sont en cours avant généralisation dans tout le pays », explique Mohsine Bouya, directeur « Valorisation et transfert » à l’UIR.

Les équipes de l’UIR ont aussi développé des applications de traçage, mais « il faut attendre une législation conforme » pour les déployer, précise-t-il.

Les autorités marocaines ne souhaitant pas communiquer sur le sujet, il n’a pas été possible d’avoir une cartographie précise des drones déployés depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire mi-mars.

– « Cadres légaux » –

Contrairement à d’autres pays, le recours aux drones de surveillance ne suscite pas de débat au Maroc, où la stratégie musclée du pouvoir face à la pandémie suscite une forte adhésion, selon des indicateurs officiels.

Le royaume a très vite fermé ses frontières et massivement déployé des forces de l’ordre sur le terrain pour faire respecter les mesures strictes de confinement ou de port obligatoire du masque, renforcées depuis le début du ramadan par un couvre-feu nocturne.

Le non respect de ces consignes est passible d’un à trois mois de prison et/ou d’une amende équivalent à 115 euros.

Les forces de l’ordre ont interpellé plus de 85.000 contrevenants entre le 15 mars et 30 avril, et près de 50.000 ont été traduits en justice, selon les derniers chiffres officiels.

D’après les autorités, ces mesures drastiques ont permis de limiter la contagion, avec 5.053 cas dont 179 décès depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire.

Hors des frontières du royaume, le nombre élevé d’interpellations a toutefois poussé la semaine dernière une responsable opérationnelle des Nations unies à citer le Maroc parmi les pays où les mesures exceptionnelles génèrent une « culture de lockdown toxique » pour les droits humains. Rabat a rejeté cette appréciation en affirmant avoir pris des mesures « en phase avec des cadres légaux respectant pleinement les droits de l’Homme ».

Départ d’un nouvel avion pour rapatrier les Espagnols bloqués au Maroc

medias24.com – 05/05/2020

Le prochain avion Iberia pour rapatrier les Espagnols du Maroc partira jeudi 7 mai de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, comme annoncé par l’ambassade d’Espagne, organisatrice du voyage, sur son compte Twitter.

Départ d'un nouvel avion pour rapatrier les Espagnols bloqués au Maroc

Selon l’agence EFE, reprise par des médias espagnols, l’avion a 180 sièges et les ressortissants espagnols y auront la priorité, bien qu’il y ait eu des cas de résidents marocains en Espagne qui ont également été admis dans des urgences médicales ou familiales spéciales.

Des sources diplomatiques ont précisé que ce sont les six consulats espagnols au Maroc qui ont été chargés de centraliser les demandes avant de transmettre une liste de passagers à Iberia.

Le précédent vol de rapatriement pour les Espagnols, également affrété par Iberia, a eu lieu le 3 avril, et la possibilité d’affréter un nouvel avion ou un navire pour d’autres Espagnols qui ont été exclus du nouveau vol n’est pas complètement exclue, car le la demande a dépassé l’offre.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a affrété des avions similaires à partir de nombreuses destinations dans le monde, ce qui a permis le rapatriement de plus de 25.000 personnes en Espagne.

Européens bloqués au Maroc: GNV prévoit deux dessertes

leconomiste.com – 05/05/2020

Européens bloqués au Maroc: GNV prévoit deux dessertes

GNV a programmé deux dessertes pour rapatrier des Européens encore bloqués au Maroc à cause de la pandémie du Covid19. Sont concernés les personnes avec passeport européen ou titre de séjour français et avec un véhicule immatriculé en Europe. Les traversées mises en place en liaison avec l’ambassade de France au Maroc partiront de Tanger pour Sète les 12 et 19 mai prochains.

Les demandes de réservation voyages peuvent se faire sur le site de la compagnie maritime :
(
https://www.gnv.it//fr/rapatriements-maroc.html).

Deux départs depuis Tanger pour les Français bloqués au Maroc

bladi.net – 06/05/2020

Deux départs depuis Tanger pour les Français bloqués au Maroc

Les camping-caristes français bloqués au Maroc ont une nouvelle opportunité de rentrer chez eux. L’ambassade de France au Maroc a annoncé que de façon exceptionnelle, des ferries partiront de Tanger les 12 et 19 mai.

Selon l’ambassade de France au Maroc et le consulat de France à Tanger, le voyage se fera à ces dates, avec un navire de la compagnie GNV.

Il partirait de Tanger Med vers Sète pour que les ressortissants européens véhiculés uniquement, puissent retourner chez eux après avoir été bloqués depuis la fermeture des frontières du Maroc.

Céréales : la suspension des droits de douane reconduite au delà du 15 juin 2020

Par Khalil Ibrahimi – le360.ma – 05/05/2020

céréales

Les opérateurs s’engagent à garantir en permanence le stock de céréales au niveau actuel, permettant de couvrir au moins une période de 4,5 mois des besoins de consommation nationale. Voici ce que le ministère de tutelle, celui de l’Agriculture, leur propose.

Le ministre de l’Agriculture a récemment tenu une réunion par vidéoconférence avec les présidents des organisations professionnelles de la filière céréalière, regroupant les opérateurs de la chaîne de collecte et de commercialisation des céréales.

La discussion a concerné le suivi de l’approvisionnement en céréales et en farines et la commercialisation de la production nationale des céréales.

« L’ensemble des fédérations représentant les opérateurs ont exprimé leur engagement ferme pour d’une part, assurer la collecte de la production nationale des céréales auprès des agriculteurs dans de bonnes conditions et d’autre part, garantir en permanence le stock de céréales au niveau actuel, permettant de couvrir au moins une période de 4,5 mois des besoins de consommation nationale », indique un communiqué du ministère de l’Agriculture.

Par ailleurs, le gouvernement mettra en place un régime de commercialisation incitatif afin de favoriser la collecte de la production nationale à des prix rémunérateurs au profit des producteurs de blé tendre au titre de la campagne agricole 2019-2020. Les mesures concernent en particulier:

– un prix référentiel cible de 280 dirhams/quintal rendu moulin, pour une qualité standard;

– une subvention forfaitaire de 5,00 dirhams/quintal, pour les quantités de blé tendre de production nationale, acquises durant la période primable allant du 1er juin au 31 juillet 2020.

– Une prime de magasinage de 2,00 dirhams/quintal par quinzaine, octroyée aux organismes stockeurs pour les quantités de blé tendre national collecté du 1er juin au 31 juillet 2020. Cette prime sera en vigueur pendant la période de stockage fixée jusqu’au 31 décembre 2020, avec l’option de dégressif à hauteur de 7% à partir de fin de septembre.

– La reconduction du système d’appels d’offres pour l’approvisionnement des minoteries industrielles en blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées. Les premiers appels d’offres de l’année seront réservés exclusivement à la récolte nationale.

Par ailleurs, la suspension des droits de douane sera reconduite au delà du 15 juin 2020, afin de maintenir le prix de revient d’importation à un niveau accessible et permettre aux importateurs d’exploiter les opportunités du marché mondial et garantir le renouvellement en permanence du stock pour au moins 4,5 mois des besoins de consommation, « étant entendu que les prévisions mondiales de production de céréales au titre de l’exercice 2020-2021 s’annoncent très prometteuses », indique le ministère de l’Agriculture.

L’opération bénéficie d’un encadrement rapproché sur le terrain par les services régionaux du ministère, ceux de l’Office national du conseil agricole (ONCA) et ceux de l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL).

MÉTÉO. UN TEMPS CHAUD QUI CONFIRME L’ARRIVÉE DU PRINTEMPS, CE MERCREDI 6 MAI 2020

le360.ma – 06/05/2020

Jardins de la Menara

Les jardins de la Menara, à Marrakech. Initiés au XIIe siècle par le sultan Abdelmoumen (dynastie Almohade), leur vaste étendue d’eau a servi de terrain d’entraînement aux soldats pour la baignade, et a créé un lieu propice à des vergers et à l’agriculture.© Copyright : DR

Voici les prévisions météorologiques pour la journée du mercredi 6 mai 2020, établies par la Direction de la météorologie nationale.

– Temps assez chaud sur les plaines intérieures, le Souss, l’Oriental, le sud-est et le sud du pays.

– Nuages à basse altitude ce matin et la nuit suivante, avec des formations brumeuses sur le littoral atlantique et ses plaines proches, et sur la rive méditerranéenne.

– Quelques nuages cumuliformes sur le Moyen Atlas.

– Le temps sera stable avec une circulation de nuages élevés sur le Royaume.

– Chasse-sable par endroits sur les provinces du sud, le sud-est et le sud de l’Oriental.

– Vent modéré à assez fort de secteur sud à ouest sur l’Oriental et le sud-est, de secteur ouest à nord sur les provinces du sud et de secteur nord à est sur les plaines au centre du pays, modéré de secteur ouest à ailleurs.

– Mer belle à peu agitée sur la Méditerranée et peu agitée à agitée sur le détroit de Gibraltar et entre Tan Tan et Dakhla, et agitée ailleurs.

 

Températures minimales et maximales prévues par la météorologie nationale pour la journée du mercredi 6 mai 2020 :

Oujda : +17°C – +30°C

Bouarfa : +20°C –  +36°C

Al Hoceima : +18°C –  +28°C

Tétouan : +16°C –  +32°C

Sebta : +15°C –  +27°C

Mellilia : +18°C –  +28°C

Tanger : +15°C –  +30°C

Kénitra : +15°C –  +25°C

Rabat : +16°C –  +26°C

Casablanca : +17°C –  +23°C

El Jadida : +17°C –  +24°C

Settat : +15°C –  +31°C

Safi : +17°C –  +31°C

Khouribga : +18°C –  +34°C

Beni Mellal : +18°C –  +34°C

Marrakech : +20°C –  +36°C

Meknès : +16°C –  +31°C

Fès : +17°C –  +31°C

Ifrane : +14°C –  +29°C

Taounate : +18°C –  +34°C

Errachidia : +23°C –  +36°C

Ouarzazate : +20°C –  +37°C

Agadir : +15°C – +24°C

Essaouira : +17°C –  +29°C

Laâyoune : +17°C –  +32°C

Smara : +17°C –  +35 °C

Dakhla : +18°C – +25°C

Aousserd : +24°C – +41°C

Lagouira : +18°C – +25°C.

Tourisme : La relance sera plus longue

par Mohamed Chaoui – leconomiste.com – 06/05/2020

    • Le secteur est lié à l’international
    • Le marché intérieur, principale voie pour s’en sortir
    • Le malentendu avec les banques sera clarifié ce vendredi

Devant les députés de la Commission des secteurs productifs de la Chambre des représentants, Nadia Fettah fait bonne impression. La ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Economie sociale a joué franc jeu, malgré les ravages de la pandémie du Covid-19 sur ses secteurs.

A l’issue du débat, elle a voulu rassurer les députés dont certains sont des opérateurs touristiques. Ainsi, le Comité de veille économique (CVE), après sa focalisation sur les mesures économiques et sociales, va s’attaquer, dès ce vendredi, à l’examen du plan d’action que proposera chaque secteur.

Pour la ministre, les membres du CVE sont conscients que le tourisme et le transport ont besoin d’un soutien supérieur aux autres secteurs. La crise est profonde et la relance est liée à l’international. «La reprise ne sera pas aussi rapide que d’autres secteurs qui peuvent démarrer au cours des prochaines semaines», a noté Nadia Fettah.

Pour elle, «l’objectif est de revenir sur les marchés étrangers. Nous devons profiter de cette réputation mondiale acquise par le Maroc pour encourager les touristes à revenir et les rassurer qu’ils seront transférés chez eux en cas de nouvelle pandémie», dit-elle en substance. D’autres points ont été traités dont les plus importants sont les suivants:

■ Les banques au centre des intérêts des députés: La ministre s’est montrée sensible aux attentes des députés qui reprochent aux banques de ne pas jouer la même partition. «En tant que membre du gouvernement et du CVE, j’ai une responsabilité. Tout ce que je peux vous dire est qu’il existe un malentendu entre ce que nous avons demandé aux banques, les attentes des entreprises et des citoyens et ce que nous constatons», a-t-elle souligné. Ainsi, le GPBM fera à cette occasion une présentation aux membres du CVE pour leur expliquer la position des banques et dissiper toute équivoque.

■ Le tourisme interne érigé en priorité: Pour la ministre, la demande intérieure est la principale voie pour relancer le secteur. Elle précise toutefois: «pas uniquement pour nous aider à dépasser cette étape. Il faut qu’il devienne une des priorités du secteur». Elle rappelle que le budget du ministère pour 2020 comporte le lancement d’une étude sur le sujet. «Nous travaillons sur un programme de promotion du tourisme intérieur avant même le déclenchement de la crise. Des solutions seront proposées à partir de cet été».

■ Le texte sur le remboursement et les avoirs doit être adopté: Nadia Fettah a sensibilisé les parlementaires à adopter rapidement le projet de loi relatif à la mise en place d’un cadre légal pour permettre aux prestataires de services du secteur touristique de rembourser leurs clients à travers des avoirs, sans modification du tarif. Ce dispositif concerne les contrats programmés entre le 1er mars et le 30 septembre 2020, ayant fait l’objet d’annulations suite à la propagation de la pandémie du Covid-19. En tout cas, pour la ministre, cette opération vise à alléger la pression sur la trésorerie des prestataires de services, éviter les risques de faillite des entreprises et les paiements en devises.

■ L’artisanat et la grande distribution
Des discussions sont en cours avec les grandes surfaces et les supermarchés pour permettre aux artisans d’écouler leurs produits. Il s’agit d’un acte de solidarité, comme le précise un député. La ministre souhaite que ces structures puissent leur réserver des espaces pour la vente des produits d’artisanat au cours des prochains mois. En parallèle, elle propose de travailler sur une stratégie d’ici un an ou deux pour que ces opérations soient mieux structurées. Pour rappel, c’est Adil Douiri, alors ministre du Tourisme et de l’Artisanat, qui avait innové en plaçant les produits des artisans marocains dans les rayons des grandes surfaces.

L’artisanat aussi dans la tourmente

artisanat-055.jpg

L’artisanat et l’économie sociale ont été impactés au niveau de l’offre. En effet, les espaces de production et de commercialisation ont été fermés. A cela s’ajoute l’annulation des commandes nationales et étrangères, ce qui a provoqué une chute vertigineuse des ventes. L’arrêt des opérations d’exportation des produits et l’importation des matières premières de l’étranger n’a pas arrangé les choses. La plongée a été accentuée par la suppression des salons et foires commerciales. Sur la liste aussi, la demande des familles marocaines confinées qui a chuté de 79%. Surtout que le secteur emploie 2,4 millions de personnes, soit 20% de la population active.

                                                                                     

Tableau sombre

tourisme-marrakech-055.jpg

Sur le tableau de bord du tourisme, tous les signaux sont au rouge. Au niveau aérien, le taux de remplissage de la RAM est tombé au 29 mars à -81% par rapport à la même période de l’année dernière. Idem pour le nombre de touristes qui a chuté de 70% en mars.

Les nuitées n’ont pas échappé à cette tendance. Ainsi, dans les établissements d’hébergement classés, la baisse a été de 62%. Ce recul est plus important à Casablanca et à Tanger à hauteur de -67%, Marrakech -63%, Rabat -59% et Agadir -56%. La situation s’est dégradée au point qu’au 13 avril dernier, 3.465 établissements classés ont fermé leurs portes, soit une moyenne de 87%. Seules 520 unités restent ouvertes.
Pour la ministre, l’arrêt de l’activité touristique a impacté négativement la balance des paiements, les équilibres économiques et l’emploi. Elle a parlé d’une perte de 550.000 emplois directs.

Les recettes touristiques ont totalisé 16,657 milliards de DH au premier trimestre de cette année. En mars, le recul enregistré a été de -17% par rapport au même mois de l’année dernière. A préciser que les performances enregistrées en janvier et février 2020 ont permis d’amortir la baisse en mars. Il est incontestable qu’avec la poursuite du confinement et la fermeture des frontières, les résultats se sont détériorés en avril.

Aït Melloul : Khaoula Oubraim, une championne de kick-boxing face aux uppercuts de la vie

yabiladi.com – 05/05/2020

Championne de kick-boxing, Khaoula Oubraim a connu des circonstances difficiles dans son enfance. Cela n’a toutefois pas dissuadée cette marocaine originaire d’Ait Melloul de tracer son chemin vers le succès, en remportant le titre de championne nationale et viser les championnats du monde.

Khaoula Oubraim, 23 ans, est championne du Maroc de Muay-thaï, de Kick-boxing et de K1. / DR

L’amour de Khaoula Oubraim pour le kick-boxing est né dans des circonstances particulières. Tout a commencé lorsqu’une salle de sport spécialisée dans le kick-boxing a ouvert ses portes dans le quartier populaire où elle vit à Ait Melloul (15 kilomètres au sud d’Agadir). «J’avais 17 ans quand ma mère m’a alors suggéré de m’inscrire dans cette salle, ce que j’ai immédiatement accepté», confie-t-elle à Yabiladi.

Parallèlement à ses entraînements, Khaoula poursuit ses études. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle a terminé ses études de premier cycle et obtenu une licence en droit en 2019. Elle choisit toutefois se professionnaliser en kick-boxing et muay-thaï (boxe thaïlandaise) troquant ainsi ses rêves de porter la robe d’avocate contre une tenue de sport. «J’aime bouger depuis mon plus jeune âge. Je ne me voyais pas assise derrière un bureau. Mais malgré cela, je devais obtenir mon diplôme universitaire», explique-t-elle.

Au cours de sa dernière année à l’université, cette championne du Maroc recevait, en fait, une formation complémentaire dans le domaine du sport physique, afin d’obtenir un certificat d’entraîneure sportive. Elle savait qu’elle en aurait besoin plus tard.

Un début de carrière jonché d’obstacles

Le manque de soutien familial exacerbera aussi cette situation. Chaque fois qu’elle revenait à la maison, elle entendait des mots frustrés qui aggravaient sa «déception».

«Je ne recevais pas de soutien de ma famille à l’époque, m’encourageant plutôt à quitter le sport. « Vous y allez pour vous exposer aux coups de poing des autres », me disaient-ils.»

Mais heureusement pour elle, sa mère la soutenait malgré les défaites successives, ce qui l’encourageaient davantage à poursuivre sa carrière et sa formation. «C’était, pour ma mère, ce rêve que son fils aîné n’a pas réalisé (…) Je suis devenue sa lueur d’espoir», déclare l’athlète.

Et le chemin n’a évidemment pas été facile pour une fille, dans un domaine jusque-là dominé par des garçons. Khaoula reconnait, d’ailleurs, avoir été victime de harcèlement de la part d’entraîneurs. «J’étais mineure et je ne savais rien à l’époque. J’étais vraiment jeune», affirme-t-elle.

En effet, lors de sa première année à la salle de sports du quartier, elle a été harcelée sexuellement par deux coachs. «Ils ont essayé d’exploiter mon innocence et mon jeune âge. J’ai eu peur, donc j’ai raconté ce qui s’est passé à ma mère, qui m’a interdit de mettre de nouveau les pieds dans cette salle», se rappelle-t-elle. La mère de la championne du Maroc l’inscrit alors dans d’autres salles notamment à Dcheira El Jihadia (10 kilomètres au sud d’Agadir).

«J’avais donc l’habitude de m’y rendre à bord d’une vieille moto qui, plusieurs fois, tombait en panne en pleine route. De plus, je me déplaçais quotidiennement entre les deux villes et cela m’a obligé à économiser de l’argent pour acheter du carburant, qui était un fardeau pour ma maman.»

Privée d’une première participation à une compétition mondiale à cause du Covid-19

Au fil des jours, sa mère aura des difficultés à couvrir les dépenses quotidiennes nécessaires, mais l’athlète reste déterminée. «J’ai commencé à me déplacer à pieds entre les deux villes. Sur mon chemin, je croisais à plusieurs reprises des voleurs et des agresseurs et malgré cela je n’ai pas baissé les bras», déclare-t-elle fièrement. Elle déplore toutefois ses collègues qui refusaient de l’accompagner chez elle, «car ils croyaient que la place d’une fille est dans la maison et non pas avec eux».

Toutes ces difficultés auxquelles Khaoula Oubraim a dû faire face au début de sa carrière ont finalement payé. Ainsi, après avoir reçu une formation approfondie de la part de son nouvel entraîneur, elle a participé au championnat national de Kick-boxing en 2015, se classant deuxième.

Les années suivantes, elle collectionnera les distinctions : Championnat du Maroc de muay-thaï en 2016, Championnat du Maroc de muay-thaï, Kick-boxing et K1 en 2017, puis le titre de Championne du Maroc en K1 en 2018. Des prix qui pousseront sa famille à l’encourager davantage et à croire en son talent.

Cependant, la situation sociale de la jeune championne l’a amenée à arrêter sa participation aux championnats. C’est grâce au certificat en entraînement sportif obtenu que Khaoula Oubraim décrochera, fin 2018, un emploi en tant qu’entraîneure de Kick-boxing féminin, dans l’une des salles de sports les plus connues au Maroc. «J’avais besoin d’un revenu quotidien pour aider ma famille», explique-t-elle

De plus, ses plans ont été chamboulés par la crise sanitaire due à la pandémie du nouveau coronavirus. C’est en mars dernier que cette championne du Maroc devait prendre part aux Championnats du monde de muay-thaï en Thaïlande. «Cela aurait été ma première participation mondiale», regrette cette athlète qui propose désormais des entraînements à distance en vidéo live.

 

Birkenstock offre des sabots au personnel soignant concerné par le Covid-19

medias24.com – 05/05/2020

Birkenstock Morocco, distributeur de la marque de chaussures aux semelles anatomiques, a décidé d’offrir des sabots au personnel soignant marocain concerné par le Covid-19, dans toute les villes marocaines. 

Birkenstock offre des sabots au personnel soignant concerné par le Covid-19

Depuis le 20 avril 2020, date de lancement de cette opération solidaire, plus de 600 paires de sabots Birkenstock ont déjà été distribuées gracieusement.

Cette semaine, ce sont les centres hospitaliers de Tétouan, de Tanger, de Rabat, de Casablanca et de Marrakech qui vont bénéficier d’un don de chaussures médicales Birkenstock.

Dans les prochains jours, ce sera au tour des structures hospitalières d’Agadir, de Fès, de Meknès, d’Oujda, de Nador, d’Al Hoceima et de Ouarzazate de recevoir leurs propres lots de chaussures Birkenstock.

Birkenstock Morocco va étendre cette opération à l’ensemble des professionnels de la santé exerçant dans des structures dédiées au Covid-19. Toute personne en faisant partie est invitée à remplir un formulaire, afin de recevoir gratuitement une paire de chaussures médicales Birkenstock.

Covid-19/Souss-Massa : Un nouveau cas confirmé, 52 au total

mapexpress.ma – 05/05/2020

Covid-19/Souss-Massa : Un nouveau cas confirmé, 52 au total

Un nouveau cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) a été confirmé, mardi, au niveau de la région de Souss-Massa, portant à 52 le nombre total des contaminations.

Il s’agit d’une femme issue de la commune de “Leqliaa”, relevant de la préfecture d’Inezgane Ait-Melloul, apprend-on auprès d’une source médicale qui précise que les personnes déclarées guéries sont au nombre de 23, alors que le nombre de décès s’est stabilisé à 07.

Le nombre des cas exclus après des résultats négatifs d’analyses effectuées au laboratoire (jusqu’à lundi à 17h) se chiffre, quant à lui, à 1.350, indique-t-on de même source.

Coronavirus : le trafic portuaire ne chôme pas

challenge.ma – 05/05/2020

Selon les données de l’Agence nationale des ports (ANP), le trafic portuaire a atteint un volume de 31,1 millions de tonnes à fin avril, contre 29,2 millions de tonnes à la même période de l’année précédente, soit une hausse de 6,3%.

Même si de nombreux secteurs comme l’aérien, le tourisme et autres ont été sévèrement touchés, la crise sanitaire n’a pas eu raison du trafic portuaire. En effet, selon les données de l’Agence nationale des ports (ANP), le trafic portuaire a atteint un volume de 31,1 millions de tonnes à fin avril contre 29,2 millions de tonnes pendant la même période de l’année précédente, soit une hausse de 6,3%.

On apprend aussi que concernant les flux des échanges, les importations se sont chiffrées à 20 millions de tonnes, marquant ainsi une augmentation de 5,2%, tandis que les exportations ont enregistré une nette amélioration de 7,4%, avec un volume de 11,1 millions de tonnes. Notons que la communauté portuaire, sous l’égide de l’ANP, a fait preuve d’un engagement sans précédent pour assurer le transit du commerce extérieur dans un contexte difficile marqué par le Covid-19 et par des importations massives des céréales.

Le commerce extérieur transitant par les ports, gérés par l’ANP depuis le début de l’année à fin avril de l’année en cours, a été fondamentalement marqué par des arrivées massives du trafic des céréales qui ont atteint 3,4 millions de tonnes, en hausse de 36%, une grande performance des engrais et du phosphate brut avec des taux d’évolution respectifs de 63% et 6%, ainsi qu’une augmentation des importations du charbon (+5%). En ce qui concerne le trafic des conteneurs, ce dernier s’est établi à 445.807 EVP et 4,3 millions de tonnes, enregistrant une quasi-stagnation respectivement en tonnage et en nombre de conteneurs EVP. Le port de Casablanca, en tant que principal port pour le transit du trafic domestique des conteneurs, a connu une hausse de 6% en EVP (et +3% en tonnes).

Par ailleurs, la répartition des échanges par port fait ressort que d’importantes variations à la hausse ont été constatées dans les ports de Jorf Lasfar (+13,1%, avec un volume de 12,7 millions de tonnes), Casablanca (+4,9%, avec un volume de 10,3 millions de tonnes), Agadir (+8,6%, avec un volume de 2,2 millions de tonnes), Dakhla (+8,1%) et Tan Tan (+51,5%). L’ANP souligne également qu’au titre du seul mois d’avril 2020, l’activité portuaire a connu une progression de 3,2% par rapport au même mois de l’année écoulée, en s’établissant à 7,7 millions de tonnes. On apprend que cette augmentation est le fruit de la hausse des importations des céréales (1,2 millions de tonnes,+70%), du soufre (579.084 tonnes, +37%), de l’ammoniac (165.244 tonnes, +45%), ainsi que des exportations des engrais (1,1 millions de tonnes, +72%), du phosphate (857.999 tonnes, +6%) et du clinker (135.948 tonnes, +45%).

Les principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19

mapexpress.ma – 05/05/2020

Les principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19

Voici l’actualité des principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19 :

Maroc :

– Plus de 11.700 ressources pédagogiques mises à disposition des étudiants de l’USMBA Fès

– L’Université Abdelmalek Essaâdi (UAE) organise “Le printemps de la créativité universitaire”, une compétition destinée à stimuler la créativité des étudiants durant le confinement

– Fermeture jusqu’à nouvel ordre des sources “Sidi El Wafi” à Al Haouz

– La Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services (CCIS) de la Région Marrakech-Safi prend une batterie de solutions pour atténuer les effets de la pandémie du Covid-19 sur les commerçants et professionnels

– Le président du ministère public adresse une circulaire aux procureurs généraux pour mettre en œuvre la formation à distance

– Bank Of Africa se mobilise pour soutenir les entreprises face à la crise sanitaire du COVID-19

– La Fondation Al Mada offre 1 million de masques FFP2 au personnel soignant des patients contaminés par le COVID-19

– Mise en place à Dakhla d’une plateforme électronique dédiée à la prise en charge des femmes et enfants victimes de violence

– L’Agence urbaine d’Agadir assure des e-services

– Une plateforme électronique à Laâyoune pour la réception des plaintes des femmes et enfants victimes de violences

– Une plateforme électronique à Agadir pour recevoir les plaintes de femmes victimes de violence

– La CNDP et la CDAI veillent au respect des lois relatives à la protection des données à caractère personnel et du droit d’accès à l’information

– Le Ministère de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville lance un nouveau Géoportail au service de la veille territoriale

– Le ministère de l’éducation nationale dément catégoriquement les rumeurs d’une “année blanche”

Kenya :

– Les Kényans bloqués en Inde seront évacués le 07 mai à leurs propres frais, selon le ministère des AE

Cameroun :

– 226 millions USD approuvé par le FMI pour combattre l’impact de coronavirus

Mali :

– La Fédération décide de poursuivre le championnat de football

Etats-Unis :

– Plus d’un milliard de dollars investis pour le développement de vaccins COVID-19

– Un million de tests de dépistage administrés dans l’Etat de New York

Canada :

– La réouverture des commerces non essentiels de Montréal repoussée d’une semaine

France :

– Paris apportera 500 M€ à la recherche internationale de vaccins et de traitements

– Un essai clinique lancé en France pour tester les propriétés antivirales d’une molécule utilisée en psychiatrie

– La France va limiter les déplacements internationaux cet été

Pologne :

– Report du concours international de piano ”Chopin” à 2021

Norvège :

– La Norvège promet un milliard de dollars pour des vaccins contre le Covid-19 et d’autres maladies

Suisse :

– Le Parlement reprend la main sur la gestion de la crise

Inde :

– L’Etat de Maharashtra gèle toutes les dépenses de développement pendant un an.

Agadir : Une plateforme électronique pour recevoir les plaintes de femmes victimes de violence

lematin.ma – 05/05/2020

Agadir: Une plateforme électronique pour recevoir les plaintes de femmes victimes de violence

Le parquet près la Cour d’Appel d’Agadir a mis en place une plateforme électronique pour recueillir les plaintes à distance, liées à la violence faite aux femmes pendant la période de confinement.

La création de cette plateforme, accessible sur le lien (https://khaliyacaagadirpmp.wixsite.com/khaliya), s’inscrit dans le cadre de l’intérêt accordé par le parquet aux questions des violences faites aux femmes et vise à leur éviter de se déplacer au siège du tribunal pour déposer leurs plaintes, selon un communiqué du procureur général du Roi près la Cour d’Appel d’Agadir.

Ce dispositif électronique, qui s’ajoute aux autres supports mis à la disposition des citoyens dans le cadre des mesures préventives prévues par l’état d’urgence sanitaire, permet aux victimes de ces violences de prendre attache avec le parquet pour obtenir des renseignements ainsi que pour déposer leurs plaintes, précise la même source.

Le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, avait adressé la semaine dernière une circulaire aux parquets dans le cadre de la lutte contre la violence faite aux femmes durant l’état d’urgence sanitaire décrétée dans le Royaume.

Dans cette circulaire, le président du Ministère public a appelé à œuvrer au développement de plateformes numériques ou d’applications pour smartphones afin de recueillir les plaintes relatives aux violences faites aux femmes.

La circulaire a insisté sur la nécessité de veiller à protéger les intérêts des enfants, en visant la stabilité des familles et la cohabitation de leurs membres conformément aux principes des droits de l’homme, qui accordent aux femmes une place de choix dans le tissu familial et social, ainsi que l’ouverture de procès publics -si nécessaire- au moment opportun et avec la fermeté nécessaire.

%d blogueurs aiment cette page :