Archives de mai 10th, 2020

Coronavirus : Situation le dimanche 10 mai à 10 H 00 au Maroc

Les résultats par Région figurent maintenant en % sur le site du Ministère.
.
Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
 10H00  10-05-2020

 

Guéris : 2545
Décès : 188
Cas confirmés : 6038
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 58798
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​ .

Nombre de cas confirmé​s

en %

Beni Mellal-Khénifra​
1,74 %
Casa Settat
26,66 %
​​Daraa-Tafilalet
9,26 %
Dakhla-Oued Ed Dahab
0.03 %
Fès Meknes
14,03 %
Guelmim Oued Noun
0,71 %
Laâyoune-Sakia El Hamra
0,07 %
Marrakech Safi
19,69 %
Oriental
2.91 %
Rabat Salé Kenitra
9.09 %
Souss-Massa
1,11 %
Tanger Tetouan Al Hoceima
14,69 %

Maroc, Covid-19. La situation au 9 mai : 27 provinces indemnes

medias24.com – 10/05/2020

Voici la liste de la répartition des nouveaux cas par province :

Les 27 provinces en vert sont les suivantes:

-Guercif: le dernier cas actif a été déclaré guéri le samedi 9 mai.

-Khénifra, Tiznit, Tata, Taroudant, Chtouka Ait Baha, Ouezzane, Chefchaouen, Laâyoune, Tarfaya, Boujdour, Smara, Youssoufia, Ifrane, Boulemane, Oued Eddahab, Aousserd, Figuig, Jerada, Sidi Ifni, Assa Zag, Tantan.
-Sidi Bennour, Benslimane, Sidi Slimane, Sidi Kacem, Khemisset: ces 5 provinces font partie des régions Casa-Settat ou Rabat-Salé-Kénitra. Nous les maintenons dans la liste des provinces avec des réserves, puisque la répartition détaillée de ces régions n’est pas disponible.

Voici la liste des provinces où ont été annoncés de nouveaux cas samedi 9 mai (cette liste ne comprend pas Rabat-Salé-Kénitra ni Casablanca-Settat qui ne publient pas de données depuis le 5 mai) :

-Midelt; +1

-Ouarzazate: +1

-Oujda: + 1

-Fès: +9

-Taounate: +1

-Sefrou: +1

-El Hajeb: + 72 (un foyer de toute évidence).

-Marrakech: +27

-Al Haouz: +2

-Essaouira: +2

-Rhamna: +2

-Safi: +1

-Agadir: +1

-Inezgane: +6

-Khouribga: +1

-Tanger Asilah Fahs Anjra: +27

-Larache: + 5

-Tétouan: +1

Réouverture de 12 souks hebdomadaires ce dimanche (bétail, volailles, oeufs)

medias24.com – 10/05/2020

Les provinces concernées sont indemnes ou peu touchées par le Covid-19. Les mesures sanitaires seront draconienne. Une mesure indispensable non seulement pour l’approvisionnement des zones rurales, mais pour permettre la subsistance des petits producteurs ruraux.

Réouverture de 12 souks hebdomadaires ce dimanche (bétail, volailles, oeufs)

« A partir de ce dimanche, seront rouverts, en conformité avec les mesures sanitaires et à leur jour habituel, les 12 souks hebdomadaires suivants, pour la commercialisation du bétail, des volailles et des oeufs », lit-on dans une note interne de la FISA.
Voici les provinces concernées: Sidi Kacem, Figuig, Tétouan, Khenifra, Safi, Errachidia, Fkih Ben Salah, Boulemane, Settat, Chtouka Ait Baha, Khemisset et Jerada.

La décision de rouvrir de nouveaux souks sera prise en lien avec la situation épidémique de la zone concernée.

La même source annonce l’ouverture imminente des nouveaux souks pilotes entièrement pris en charge par le ministère de l’Agriculture: il s’agit de points de vente ouverts 4 jours au lieu d’un seul, ce qui permet d’étaler la fréquentation 4 fois.
Dès le 22 avril, les éleveurs de volaille appelaient à une réouverture prudente des souks hebdomadaires. La fermeture des souks avait provoqué un effondrement des prix sortie ferme

Le secteur avicole au Maroc, ce sont plus de 9.000 fermes d’élevage, 200 fermes de poules pondeuses, 40 usines, 40 couvoirs, 25 abattoirs et des milliers de tueries traditionnelles. Il a réalisé un chiffre d’affaires direct de 30 milliards de DH en 2019 et emploie, en direct et indirect, près de 300.000 personnes.

Institutions et cités universitaires : Les détails du projet de décret du SGG

laquotidienne.ma – 09/05/2020

En prélude à sa présentation au gouvernement, le SGG (secrétariat général du gouvernement) a présenté aux départements concernés pour validation un projet de décret relatif aux institutions et cités universitaires.

 

En remplacement du décret 2.90.554 publié le 18 janvier 1991, ce projet entre dans le cadre de la stratégie du ministère de l’Education nationale, de l’Insertion professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique visant à assurer plus de proximité avec les étudiants et une diversification de la formation afin de répondre aux besoins du marché du travail.

Il a pour objectif d’améliorer l’environnement de travail dans les institutions et les cités universitaires et d’adapter la géographie universitaire avec la régionalisation.

Ce projet prévoit la création de nouvelles institutions universitaires :

– Trois Ecoles supérieures de technologies (Nador, Ouarzazate et Dakhla) relevant respectivement des Universités Mohammed I à Oujda et Ibn Zohr à Agadir.

– Faculté d’économie et de gestion relevant de l’Université Ibn Zohr à Agadir.

– Institut des professions sportives à Kénitra, relevant de l’Université Ibn Toufeil de la même ville.

Le projet de décret vise également le changement de titre de certaines institutions universitaires.

– Il s’agit de l’Ecole supérieure des enseignants pour les études techniques, qui sera dénommée Ecole nationale supérieure des arts et métiers.

– L’Ecole supérieure des beaux arts relevant de l’Université Hassan II à Casablanca sera dénommée Ecole nationale supérieure de arts et des plans.

– La faculté de sciences de la chariaa de l’Université Ibn Zohr à Agadir sera dénommée Faculté de spécialités diverses.

Le projet de décret table aussi sur la division de trois institutions universitaires :

– La Faculté des lettres et de sciences humaines Ibn Zohr de Kénitra sera répartie en deux entités : la Faculté des langues, des lettres et des arts et la Faculté des sciences humaines et sociales.

– La Faculté des sciences juridiques et économiques et sociales relevant de l’Université Ibn Toufeil sera éclatée en deux entités : Faculté de sciences juridiques et politiques et Faculté d’’économie et de gestion.

– La Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales relevant de l’Université Hassan I de Settat englobera la Faculté des sciences juridiques et politiques et la Faculté d’économie et de gestion.

Le vrai et le faux autour du Coronavirus au Maroc

mapexpress.ma – 09/05/2020

Le vrai du faux autour du Coronavirus au Maroc

Le Coronavirus, qui a fait plus de 4 millions de cas de contamination dans le monde, est à l’origine d’un flot de Fake news relayées sur les réseaux sociaux. La MAP fait le tri entre l’intox et les bonnes informations pour une meilleure sensibilisation.

– Un officier et des éléments de la police à Tiflet ont interdit à une équipe de journalistes de la chaîne “Al Amazighiya” de réaliser un reportage, à l’occasion du mois de Ramadan. FAUX

– Des photos publiées sur les réseaux sociaux ont annoncé la reprise des études dans les écoles. FAUX

– Un nouveau-né est décédé des suites de la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19) dans la région de Souss-Massa. FAUX

– 162 cas supplémentaires d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc, portant à 5.873 le nombre total des cas de contamination. VRAI

– Des poursuites judiciaires ont été engagées contre 65.352 personnes pour violation de l’état d’urgence sanitaire, dont 3.106 sont poursuivies en état de détention. VRAI

– L’Etat et le secteur bancaire prendront en charge l’intégralité des intérêts intercalaires, générés par le report des échéances des crédits logement et consommation pour la période s’étalant entre mars et juin 2020. VRAI

-Damane Oxygène sera revu et assoupli, avec une amélioration des conditions d’accès au financement pour le redémarrage, en faveur des TPE, des PME et des ETI. VRAI

– Diffusion de cours d’orientation scolaire, professionnelle et universitaire à partir du 9 mai sur la chaîne Laâyoune. VRAI

– Suspension de deux éléments des Forces Auxiliaires apparus dans une vidéo en train de violenter une personne lors de l’application de l’état d’urgence sanitaire. VRAI

Coronavirus au Maroc : que deviennent les déchets médicaux ?

bladi.net – 10/05/2020

Coronavirus au Maroc : que deviennent les déchets médicaux ?

La gestion défectueuse des déchets médicaux en cette période de crise épidémiologique préoccupe des parlementaires qui ont mis en garde contre l’autre danger qui se profile à l’horizon. Le chef du groupe du PJD a interpellé le ministre de l’Environnement sur ces déchets qui se retrouvent dans les décharges publiques.

Issus de la majorité parlementaire, ces députés ont fait part de leur inquiétude à propos de plusieurs hôpitaux publics et cliniques privées, ainsi que des sociétés chargées de la gestion des déchets, qui se débarrassent, de façon inappropriée, des déchets médicaux et pharmaceutiques (DMP) générés par le traitement du covid-19.

Dans une question écrite, le président du groupe du PJD à la chambre des conseillers, Nabil Chikhi, a expliqué que « la collecte et le traitement des déchets médicaux constituent un véritable danger pour le citoyen et pour l’environnement ». Pour lui, il est urgent que les centres hospitaliers et les sociétés chargées de la gestion des déchets, « prennent le maximum de mesures de sécurité et de prévention » pour mettre un terme à « la prolifération de ces déchets dans certaines décharges publiques, particulièrement à Agadir », rapporte le360.

Il y a quelques semaines, le Centre international des technologies de l’environnement relevant de l’ONU, avait donné l’alerte en indiquant que « le traitement inadéquat de ces déchets entraîne des risques graves liés à la transmission de maladies infectieuses aux éboueurs, aux médecins, aux malades et par conséquent, à tout l’environnement ». Il a par ailleurs souligné que les pays doivent « traiter les déchets médicaux par des techniques thermiques, chimiques et biologiques ».

Covid-19 : La direction régionale de la santé de Souss-Massa dément les allégations de certains supports médiatiques

fnh.ma – 09/05/2020

Covid-19: La direction régionale de la santé de Souss-Massa dément les allégations de certains supports médiatiques

La Direction régionale de la santé (DRS) de Souss-Massa a réfuté les allégations de certains supports médiatiques sur la situation épidémiologique du Covid-19 dans la région.

La Direction a réfuté la fausse information selon laquelle un nouveau-né serait décédé des suites de la pandémie, précisant que les tests biologiques du bébé sont négatifs et, du coup, la cause du décès n’a aucun lien avec le nouveau coronavirus.

Concernant les informations relayées par les réseaux sociaux et certains supports médiatiques sur le cas confirmé d’un homme âgé à l’hôpital provincial de la préfecture d’Inezgane Ait-Melloul, la DRS a nié catégoriquement que le patient se serait rendu avant à l’hôpital régional Hassan II d’Agadir pour demander les soins nécessaires.

S’agissant du cas de la femme relevant de la commune de Leqliaa, il est à noter qu’elle a été admise à l’hôpital régional Hassan II d’Agadir le 16 avril 2020.
Les dépistages nécessaires et la radiographie pulmonaire ont démontré que son cas n’avait aucun lien avec la pandémie et qu’elle souffrait uniquement d’une maladie chronique qui a été traitée.

A cet égard, la Direction régionale de la santé de Souss-Massa a appelé les supports médiatiques à la nécessité de vérifier l’exactitude des informations et d’éviter de véhiculer des allégations, surtout quand il s’agit de la santé et de la sécurité des citoyens.

AGADIR : L’EMPLACEMENT DE LA FUTURE GARE TGV SE PRÉCISE

Par Wadie El Mouden – le360.ma – 09/05/2020

TGV Maroc

Le TGV marocain.  © Copyright : DR

La mobilisation continue pour sécuriser l’assiette foncière destinée à la future gare nouvelle génération qui sera desservie par le Train à grande vitesse (TGV).

Deux mois après la publication du décret d’expropriation d’un terrain de 4 hectares, un nouveau décret publié dans le dernier Bulletin officiel met à la disposition de l’Office national des chemins de fer (ONCF) 16 autres hectares de terrain relevant cette fois-ci du domaine privé de l’Etat.

Le terrain ciblé par le nouveau décret se situe dans le quartier de Hay Mohammadi (préfecture d’Agadir Ida-Outanane).Pour rappel, dans son discours prononcé à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche Verte, le roi Mohammed VI a appelé à mener une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, dans la perspective d’une extension ultérieure au reste des provinces du Sud.

Des vols à Agadir dès le mois de juin ?

A prendre avec prudence et attendre les confirmations !

bladi.net – 09/05/2020

Des vols à Agadir dès le mois de juin ?

Les liaisons aériennes sont actuellement suspendues depuis et vers le Maroc, mais les compagnies aériennes n’hésitent pas à s’avancer sur des nouvelles dates pour le lancement de nouveaux vols.

C’est le cas par exemple de TUI fly, qui espère lancer un nouveau vol entre les aéroports de Toulouse et Agadir à partir du 15 juin prochain. À l’origine, cette nouvelle liaison aérienne était prévue pour être lancée le 25 mai prochain, mais elle a finalement été repoussée au 15 juin.

Un autre vol est également prévu, cette fois-ci entre Bordeaux et la capitale du Souss, à partir du 2 juillet 2020, soit juste au début des vacances et l’arrivée des Marocains du monde.

Pour l’instant, les vols ne sont pas confirmés et il faudra attendre la décision des autorités marocaines sur la reprise des vols et la réouverture des frontières. Plus d’informations sans doute le 20 mai prochain, date de la fin de l’état d’urgence, à moins que celui-ci soit encore prorogé.

%d blogueurs aiment cette page :