Archives de mai 24th, 2020

Graphiques pour voir l’évolution au Maroc du Covid 19 sur une semaine

Evolution du nombre de cas confirmés par région du Maroc du 16/05/2020 au 24/05/2020

Progression en une journée des cas de Covid 19 du 17/05/2020 au 24/05/2020

.

Merci encore à Superblue qui a tracé ces courbes et me les a adressées !

Coronavirus : Situation le dimanche 24 mai à 10 H 00 au Maroc

Les résultats par Région figurent maintenant en % sur le site du Ministère.
.
Ministère de la Santé النسخة العربية   Le Portail Officiel du Coronavirus au Maroc     البوابة الرسمية لفيروس كورونا بالمغرب
Royaume du Maroc
.
 10H00  24-05-2020
Guéris : 4686
Décès : 198
Cas confirmés : 7429
Cas exclus suite à un résultat
négatif du laboratoire : 134698
​​  ​​​​​
​Répartition par Région :
.
Région​​ .

Nombre de cas confirmé​s

en %

Beni Mellal-Khénifra​
1,52 %
Casa Settat
32,24 %
​​Daraa-Tafilalet
7.89 %
Dakhla-Oued Ed Dahab
0.07 %
Fès Meknes
13,35 %
Guelmim Oued Noun
0,58 %
Laâyoune-Sakia El Hamra
0,05 %
Marrakech Safi
17,75 %
Oriental
2,50 %
Rabat Salé Kenitra
9,26 %
Souss-Massa
1,14 %
Tanger Tetouan Al Hoceima
13,64 %

Sur la base des pourcentages communiqués par le Ministère de la Santé le matin du 24/5/2020 à 10h00, voici les cas confirmés par région (la différence depuis la veille), [le nombre de cas pour 100’000 habitants par région et le classement sur la base de ce dernier critère des régions les plus atteintes]:

Beni Mellal-Khénifra: 113 cas (+0) , [4.5 /100,000hab., 9ème]
Casa Settat: 2395 cas (+40) , [35.1 /100,000hab., 2ème]
Drâa-Tafilalet: 586 cas (+0) , [36 /100,000hab., 1ère]
Dakhla-Oued Ed Dahab: 5 cas (+0) , [4.4 /100,000hab., 10ème]
Fès Meknes: 992 cas (+0) , [23.5 /100,000hab., 5ème]
Guelmim Oued Noun: 43 cas (+0) , [10.4 /100,000hab., 7ème]
Laâyoune-Sakia El Hamra: 4 cas (+0) , [1.2 /100,000hab., 12ème]
Marrakech Safi: 1319 cas (+3) , [29.3 /100,000hab., 3ème]
Oriental: 186 cas (+5) , [8.1 /100,000hab., 8ème]
Rabat Salé Kenitra: 688 cas (+1) , [15.1 /100,000hab., 6ème]
Souss-Massa: 85 cas (+0) , [3.2 /100,000hab., 11ème]
Tanger Tetouan Al Hoceima: 1013 cas (+5) , [28.6 /100,000hab., 4ème]

22.1 cas confirmés pour 100’000 habitants sur l’ensemble du Maroc (+54 cas confirmés, +113 guérisons, +1 décès, +9105 tests négatifs depuis la veille)
Le Maroc compterait 2545 cas actifs (-60 depuis la veille).

Souss-Massa est la 11ème région la plus touchée en proportion de sa population.

Comme la plupart de ces chiffres sont basés sur des pourcentages, il peut y avoir de légères incohérences liées aux arrondis.

Merci Superblue !

COVID-19 : LEVÉE DU COUVRE-FEU NOCTURNE AU MAROC, LA CIRCULATION SURVEILLÉE

Par Mohamed Chakir Alaoui – le360.ma – 22/05/2020

Coranavirus Maroc FAR

Les blindés des Forces armées royales sont mis à contribution pour faire respecter
l’état d’urgence sanitaire au Maroc, ici à Salé. © Copyright : DR

.
De sources sûres, Le360 apprend que le couvre-feu nocturne décrété au Maroc à l’occasion du ramadan sera levé juste après l’Aïd el-Fitr.

Le couvre-feu nocturne décrété à l’occasion du mois du ramadan au Maroc et valable de 19h à 5h du matin sera levé. C’est ce que Le360 apprend de sources sûres. La levée aura lieu juste après l’Aïd el-Fitr, prévu dimanche ou lundi prochain.

Cela étant, la circulation sera étroitement surveillée la nuit et aucun déplacement non justifié et non autorisé ne sera toléré. De même, aucun rassemblement ne sera permis et tous les lieux publics, y compris cafés et restaurants, resteront fermés.

DÉSINTOX. IL N’Y AURA AUCUN LOCKDOWN TOTAL POUR L’AÏD EL-FITR

par Rahim Sefrioui – le360.ma – 22/05/2020

Levée couvre-feu

Une rumeur fait des ravages sur les réseaux sociaux, notamment sur WhatsApp, et qui évoque un lockdown total prolongé de 48 heures, voire de 72 heures. Sauf que c’est une rumeur sans aucun fondement, affirme une source autorisée à Le360.

À l’approche de l’Aïd el-Fitr, les rumeurs les plus folles font des ravages sur les réseaux sociaux. Depuis quelques heures, un message, largement partagé sur WhatsApp, parle d’un lockdown total et prolongé de 48 heures, voire de 72 heures à partir de la veille de l’Aïd et pendant lequel aucun citoyen n’aurait le droit de mettre le nez dehors.

S’en suit un appel aux citoyens pour prendre leurs précautions et faire leurs courses à l’avance. Ce qui équivaut à un appel à des attroupements dans les grandes surfaces et autres commerces.

Interrogée par Le360, notre source a démenti catégoriquement cette rumeur, la qualifiant d’«entièrement farfelue» et rappelant les dispositions légales qui sanctionnent la diffusion de telles allégations.

Rappelons que, comme révélé en exclusivité ce vendredi par Le360, les autorités publiques ont décidé de lever le couvre-feu nocturne actuellement en vigueur de 19h à 5h du matin, et ce, juste après l’Aïd. De la même manière, les entreprises ont été appelées à reprendre leurs activités après les fêtes.

Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 22 mai

par Hajar Dari – challenge.ma – 22/05/2020

Le Coronavirus, qui a contaminé plus de 5 millions de personnes dans le monde, est à l’origine d’un flot de Fake news relayées par des sites d’information et sur les réseaux sociaux. La MAP fait le tri entre l’intox et les bonnes informations pour une meilleure sensibilisation.

– Les voitures et les motos ne seront pas autorisées à circuler partout dans le pays pendant deux jour de l’Aid Al Fitr. FAKE

– 89 nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc, portant à 7.300 le nombre total des cas de contamination. VRAI

– Le gouvernement a interdit la fabrication bénévole de visière de protection. FAKE

– 31 femmes enceintes ont été testées positives au coronavirus au Maroc depuis le début de la pandémie. VRAI

– La Covid-19 n’est pas une pneumonie. Par conséquent, les respirateurs et les unités de réanimation utilisés pour traiter les patients contaminés sont inutiles. FAKE

– La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a proposé sept mesures phares pour le plan de relance paramétrables selon le secteur et le degré/durée de l’impact de la crise engendrée par la Covid-19. VRAI

– Rediffusion des cours à distance pour tous les niveaux scolaires sur les chaînes TV nationales pendant les vacances de l’Aid Al-Fitr. VRAI

– Le Comité de veille économique (CVE) a lancé deux nouveaux produits de garantie des crédits en faveur des entreprises pour la relance de l’économie. VRAI

– La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion a élaboré un plan d’action pour continuer à lutter contre la propagation du Covid-19 dans les établissements pénitentiaires jusqu’à fin août prochain. VRAI

– Des bénéficiaires des centres de formation et d’intégration des femmes à Taounate ont produit à ce jour 33.000 masques de protection. VRAI

Covid-19 – Pas de nouveaux cas dans 7 régions du Maroc durant les dernières 24h

article19.ma – 23/05/2020

Au Maroc, une bonne nouvelle comme du baume sur le cœur. Sept régions n’ont enregistré aucun nouveau cas d’infection au Covid-19 durant les dernières 24h, a annoncé, ce samedi, le Ministère de la Santé.

Il s’agit des régions de Rabat-Salé-Kénitra, Draâ-Tafilalet, Dakhla-Oued Eddahab, Laayoune-Sakia Hamra, Guelmim- Oued Noun, Souss-Massa et Beni Méllal-Khénifra, a précisé le directeur de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, dans sa déclaration quotidienne.

Par ailleurs, 74 nouveaux cas d’infection au COVID-19 ont été enregistrés durant les dernières 24 heures, portant le nombre total des cas de contamination à 7406, a souligné M. El Youbi, précisant que la majorité de ces nouveaux cas ont été recensés dans la ville de Casablanca (55), dont 47 au sein de deux clusters épidémiologique préalablement enregistrés. le reste des cas ont été détectés à travers le suivi médical des personnes-contacts, a-t-il relevé.

Le nombre total de décès sur tout le Maroc n’a pas dépassé 198 depuis le début de la pandémie

De même, 261 nouveaux cas de guérison ont été enregistrés, portant à 4.638 le nombre total des rémissions, a souligné le responsable, notant que le taux de rémission est en constante hausse (62.6%).

Le nombre de décès s’élève à 198, après l’annonce d’un nouveau cas de décès au cours des dernières 24H, a poursuivi le responsable, ajoutant que le taux de létalité reste stable à 2.7%.

Le nombre total des cas exclus a atteint 126.155 depuis le début de la pandémie et ce, après les analyses négatives de 10.085 cas au cours des dernières 24 heures, a-t-il indiqué.

Concernant les cas actifs, le responsable a relevé que 2.570 patients sont actuellement sous traitement ou suivi médical, affirmant que la région de Casablanca-Settat détient le plus grand nombre de cas actifs (20%), suivie de Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fès-Meknès et Marrakech-Safi (6 %), tandis que la région de Laayoune-Sakia El Hamra ne compte actuellement aucun cas actif.

D’un point de vue géographique, Casablanca-Settat vient en tête des régions comptant le plus grand nombre de cas confirmés (32%), suivie de Marrakech-Safi (18%) Tanger-Tétouan-Al Hoceima (13%), Fès-Meknès (13%), Rabat-Salé-Kénitra et Draa-Tafilalet, a relevé M. El Youbi.

Le ministère de la santé invite les citoyens à respecter les règles d’hygiène et de sécurité sanitaire, ainsi que les mesures préventives prises par les autorités marocaines, en faisant preuve de responsabilité et de patriotisme.

7 habitudes de Aïd Al-fitr qui vont manquer cette année

par Salma Seghir – welovebuzz – 23/05/2020

Exceptionnellement, cette année on passera un Aïd Al Fitr vraiment pas comme les autres. Le confinement est de mise, de surcroît, et le dispositif de sécurité sera renforcé dans tous les périmètres du royaume.

Bien évidemment que plusieurs de nos habitudes liées à Aïd Al-Fitr seront chamboulées et par conséquent, elles vont sûrement nous manquer…

1. Pas de prière de l’Aïd

Hommes et femmes, avaient chaque année l’habitude d’effectuer la sacrée prière de l’Aïd à la mosquée, mais cette année-là les m’ssalla ne rassembleront pas les fidèles par centaines.

2. Pas de nouveaux habits neufs

Alors que l’habit traditionnel était à l’honneur en cette journée, cette fois-ci, on n’aura pas l’occasion de nous chouchouter par de nouveaux habits qu’on achète passionnément pour l’Aïd.

3. Pas de réunion familiale

Qui dit Aïd Al-fitr dit visite des proches et amis, et présenter nos meilleurs vœux à nos êtres chers. Malheureusement, cette année on passera la fête seul avec notre petite famille…

4. Pas de sortie l’après-midi de l’Aïd

Qui n’avez pas l’habitude de sortir l’après midi de l’Aïd ? Les boulevards, places et jardins étaient comblés de gens qui ravivent leur envie de se divertir. Hélas, grands et petits passeront cette année toute la journée confinés chez eux…

5. Pas de salutations et révérence dans la rue

Durant la journée, et une fois dehors, on salue toute personne qu’on rencontre, en répétant sans cesse « Aïd Moubarak ». Cette année on se contentera des messages ou appels téléphoniques.

6. Pas de « Flous el Aïd »

Vu que les unions familiales n’auront pas lieu, évidemment qu’on n’aura pas non plus « flous el Aïd » de nos proches. Cet argent qu’on attend avec impatience peu importe si on est petit ou grand.

7. Pas de galère pour avoir les gâteaux de l’Aïd

Alors qu’auparavant ta maman passe plusieurs jours à confectionner une multitude de gâteaux marocains qu’elle te cache par la suite vu que « c’est pour les invités », cette fête, toutes les friandises sont à TOI.

Coronavirus : Casablanca ne pourra pas être déconfinée

bladi.net – 23/05/2020

Les nouvelles contaminations ne cessent de grimper dans le royaume. Elles se concentrent beaucoup plus à Casablanca que dans les autres villes du Maroc, avec un taux qui dépasse largement le seuil recommandé.

Dans sa présentation quotidienne, Mohamed Lyoubi, directeur de l’Épidémiologie au ministère de la Santé a relevé que, contrairement à d’autres régions, Casablanca–Settat se trouve bien au-dessus du seuil recommandé pour déconfiner. À l’en croire, les foyers du virus explosent dans ces localités. Si la moyenne nationale est tombée à 0,81 (auparavant à 0,9), des inégalités géographiques sont observées à travers le royaume.

Ces inégalités reviennent essentiellement aux nouvelles contaminations enregistrées. Citant à titre d’exemple la région de Casablanca Settat, elle dépasse largement le seuil fixé à 1, affichant un taux de reproduction de 1,11. Ce taux est proche de 1 dans les régions de Marrakech Safi avec 0,92, Tanger Tétouan Al Hoceima 0,89, a-t-il ajouté.

Mohamed Lyoubi a par ailleurs indiqué que certaines régions ont enregistré une baisse de ce taux en se positionnant désormais en dessous de la barre des 0,7 (seuil recommandé pour procéder au déconfinement, ndlr). À cause des nouvelles contaminations dans les régions qui n’avaient plus compté de nouveaux cas depuis une certaine période, ce taux a grimpé, selon l’épidémiologiste, en référence à la région de Dakhla Oued Eddahab.

Alors que le bilan quotidien des nouvelles contaminations au coronavirus a recensé 121 personnes infectées, vendredi, après une légère accalmie la veille, des régions n’ayant enregistré aucun cas de covid-19 depuis plusieurs semaines, sont à nouveau infectées. Il s’agit notamment de la région de Dakhla Oued Eddahab qui a recensé jeudi, 3 nouveaux cas après plusieurs semaines avec zéro cas au compteur et malgré l’interdiction de mouvements et mesures de confinement sanitaire. Cette résurgence du virus suscite moult réflexions au sujet du degré de respect de ces mesures.

Selon le spécialiste, l’indice de reproduction de virus se doit impérativement d’être en dessous de 1, et de préférence en dessous de 0,7 pendant deux semaines au minimum pour pouvoir procéder à un déconfinement de la population.

Maroc. Le prix du poisson poursuit son ascension

par Alain Bouithy – pagesafrik.info – 24/05/2020

L’indicateur d’inflation sous-jacente en hausse de 0,1% sur un mois
et de 0,9% sur une année, selon le HCP

L’Indice des prix à la consommation (IPC) du mois d’avril 2020 est ressorti en légère baisse de 0,1% sur un mois, après une hausse observée un mois plutôt, selon les chiffres publiés récemment par le Haut-commissariat au plan (HCP).

L’IPC du mois dernier a connu une baisse de 0,1% par rapport au mois précédent du fait du repli de 0,7% de l’indice des produits non alimentaires et de la hausse de 0,7% de l’indice des produits alimentaires, a expliqué l’institution publique.

Mais avant de poursuivre, il est important de noter qu’«en raison du confinement sanitaire entré en vigueur depuis le 20 mars 2020, l’enquête permanente sur les prix à la consommation n’a pas pu relever tous les prix », a fait savoir le HCP assurant toutefois que « les prix manquants ont été imputés selon les recommandations du manuel de l’indice des prix à la consommation ».

A ce propos, le Haut-commissaire a indiqué que « la collecte des prix à la consommation au cours du mois d’avril 2020 a continué dans les points de vente ouverts en période de confinement » et que des imputations des données manquantes ont été réalisées en ce qui concerne les prix non relevés.

Soulignons également que le HCP a procédé, depuis mercredi 20 mai dernier, à la publication du nouvel indice des prix à la consommation base 2017. Et ce, en application du décret n° 2.19.1083 publié au Bulletin officiel n° 6880 du 7 mai 2020 fixant les éléments entrant dans la composition du nouvel indice des prix à la consommation base 2017 et qui abroge le décret n° 2.09.529 relatif à l’indice des prix à la consommation base 2006.

Ainsi dit, rappelons qu’un mois plutôt, l’indice des prix à la consommation s’était inscrit en hausse de 0,4% par rapport au mois précédent, suite à l’accroissement de 1,3% de l’indice des produits alimentaires et au repli de 0,2% de l’indice des produits non alimentaires.

A en croire le Haut-commissariat, les hausses des produits alimentaires observées entre mars et avril 2020 ont concerné principalement les « Poissons et fruits de mer » (10,2%), les «Fruits» (5,8%), le « Lait, fromage et œufs» (0,3%) et les « Huiles et graisses » (0,1%). 

Dans une note d’information relative au nouvel indice des prix à la consommation du mois d’avril 2020, le HCP a, en revanche, relevé que les prix ont diminué pour les « Viandes » (1,3%) et pour les « Légumes » (1,2%). 
Quant aux produits non alimentaires, il ressort des analyses du Haut-commissariat que la variation a concerné principalement la baisse des prix des « Carburants » (16,2%).

A noter que « les baisses les plus importantes de l’IPC ont été enregistrées à Guelmim (0,8%), à Laâyoune (0,7%), à Settat et Beni-Mellal (0,6%), à Meknès (0,4%), à Marrakech et Tétouan (0,3%), et à Agadir, Fès et Rabat (0,2%) », a indiqué l’institution soulignant en revanche que « des hausses ont été enregistrées à Al-Hoceima (1,2%) et à Safi avec 0,6% ».

A titre de comparaison, les hausses des produits alimentaires observées entre février et mars 2020 avaient concerné principalement les «Légumes» (6,3%), les «Poissons et fruits de mer» (1,9%), les «Fruits» (1,7%), les «Huiles et graisses» et le «Lait, fromage et œufs» (0,4%), les «Viandes» (0,3%) et les «Boissons non alcoolisées» (0,2%).

En ce qui concerne les produits non alimentaires, la baisse des prix avait été observée au niveau principalement des «Carburants» (6,8%), pouvait-on lire dans la note d’information précédente du Haut-commissariat.

Selon la même source, durant la même période, les hausses les plus importantes de l’IPC avaient été enregistrées à Settat (0,9%), à Al-Hoceima (0,8%), à Meknès et Tétouan (0,7%), à Oujda (0,6%), à Marrakech (0,5%) et à Fès, Rabat, Guelmim, et Beni-Mellal (0,4%) ; tandis qu’une baisse de 0,2% avait été observée à Dakhla.

Pour encore mieux apprécier les variations de l’IPC de ces trois derniers mois, il est important de rappeler aussi que la précédente baisse de l’IPC, la deuxième de l’année en cours après celle observée durant le mois précédent, remonte à février dernier.

En effet, au cours de ce mois, l’IPC avait accusé un repli de 0,2% par rapport au mois précédent ; sous l’effet de l’effondrement de 0,3% de l’indice des produits alimentaires et de 0,2% de l’indice des produits non alimentaires.

Soulignons que les baisses des produits alimentaires observées durant cette période avaient concerné principalement les « Poissons et fruits de mer » (1,8%), les «Légumes» (1,5%), le « Lait, fromage et œufs » (0,5%) et les « Viandes » (0,4%), alors que les hausses avaient été constatées au niveau des « Fruits » (1,0%) et des « Huiles et graisses» (0,3%).

S’agissant des produits non alimentaires, la baisse avait touché principalement les prix des « Carburants » (5,2%).

Dans le même temps, les baisses les plus importantes de l’IPC avaient été enregistrées à Safi (1,0%), à Meknès (0,8%), à Settat (0,5%), à Fès (0,4%), à Oujda (0,3%) et à Agadir, Casablanca et Tanger (0,2%). En revanche, des hausses ont été enregistrées à Laâyoune avec 0,2% et à Rabat et Dakhla avec 0,1%.

Enfin, comparé au mois d’avril de l’année précédente, les données recueillies ont montré que l’indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 0,9% au cours du mois dernier, « conséquence de la hausse de l’indice des produits alimentaires de 2,7% et de la baisse de celui des produits non alimentaires de 0,3% », a expliqué le HCP. Et d’ajouter, pour les produits non alimentaires, que les variations vont d’une baisse de 6,3% dans le «Transport» à une hausse de 3,2% dans l’«Enseignement».

Pour le Haut-commissariat au plan, l’indicateur d’inflation sous-jacente aurait ainsi « connu au cours du mois d’avril 2020 des hausses de 0,1% par rapport au mois de mars 2020 et de 0,9% par rapport au mois d’avril 2019 », a-t-il conclu.

Quel est le sort de la culture ?

par Kenza Aziouzi – lopinion.ma – 23/05/2020

Après avoir baissé les rideaux en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, c’est le black-out dans milieu culturel. D’autant plus que l’avenir est toujours aussi flou.

Quel est le sort de la culture ?
Brahim El Mazned, acteur culturel aux multiples casquettes. Fondateur de Visa For Music et directeur artistique du festival Timitar à Agadir, nous éclaire sur la situation des artistes.

En cette période, le milieu culturel n’a pas échappé à la crise. Est-ce que la digitalisation compense d’une manière ou d’une autre l’entorse subie dans le milieu culturel ?

Cette crise est inédite dans l’histoire de l’humanité. Le secteur culturel est le premier à être impacté vu que les lieux culturels étaient les premiers à fermer et les festivals annulés, suivent après les autres secteurs. Ce secteur va être certainement le dernier à reprendre. Évidemment, les artistes ont fait un travail exceptionnel de sensibilisation pour inviter tout le monde à être confiné et parler du danger de ce virus. Ils ont également profité des moyens numériques et des réseaux sociaux pour partager à titre bénévole leurs créations et rendre ce confinement moins douloureux. Ceci dit, c’est temporaire, je l’espère, la place des artistes est sur scène et devant un public. Il n’y a pas mieux que de regarder du théâtre que sur scène, un film au cinéma et un concert dans un lieu du live.

Des projets en vue après la levée du confinement ?

Nous travaillons actuellement sur la prochaine édition de Visa For Music qui va avoir lieu du 18 au 21 novembre prochain à Rabat. J’espère que d’ici là les choses vont revenir à la normale.
Je prépare également une anthologie dédiée à la musique des Rways que j’espère présenter prochainement. Elle réunit une centaine d’artistes.

Quel est le sort réservé à la culture après la pandémie ?

Ce secteur est de nature précaire, mais on se rend bien compte qu’aujourd’hui avec cette crise que c’est le produit le plus consommé après le produit alimentaire. Nous devons mettre au cœur la culture dans les plans d’action après cette crise si on ne veut pas rester confiné dans l’espace public après un confinement à domicile.

L’Afrique peut-elle dépasser cette crise ?

En Afrique, plusieurs initiatives ont été lancées par pays ou région, souvent par les artistes eux même. Nous sommes plusieurs opérateurs culturels à échanger sur l’avenir de notre secteur après cette crise. Il y a une dynamique culturelle et artistique exceptionnelle en Afrique portée principalement par de jeunes créateurs et opérateurs culturels.
A ce sujet, nous allons d’ailleurs organiser en novembre prochain une rencontre à Rabat réunissant plusieurs porteurs de projets.

Aïd Al Fitr célébré dimanche 24 mai au Maroc

challenge.ma – 23/05/2020

Aïd Al Fitr 1441 de l’hégire sera célébré dimanche 24 mai dans le Royaume, a annoncé samedi soir le ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Dans un communiqué, le ministère précise avoir procédé à l’observation, après la prière d’Al Maghrib, samedi 29 Ramadan 1441 H, correspondant au 23 mais 2020 et a confirmé l’observation du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual 1441 H.

Puisse Dieu en ce mois béni, combler de Ses faveurs SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, et renouveler pareille occasion pour le Souverain dans la grandeur et la gloire, pour SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et l’ensemble des membres de l’illustre Famille Royale dans les bienfaits et pour le peuple marocain et l’ensemble de la Oumma islamique dans le progrès, la prospérité et la quiétude, conclut le communiqué.

%d blogueurs aiment cette page :