Archives de mai 31st, 2020

Coronavirus : Situation le dimanche 31 mai à 10 H 00 au Maroc

Calculs sur la base des pourcentages communiqués par le Ministère de la Santé le matin du 31/5/2020 à 10h00:
Région Cas confirmés Depuis la veille Confirmés/100’000 habitants Classement confirmés/100’000 habitants
Beni Mellal-Khénifra 115 = 4.6 9
Casa Settat 2620 +39 38.4 1
Drâa-Tafilalet 586 = 36.0 2
Dakhla-Oued Ed Dahab 5 = 4.4 10
Fès Meknes 1000 = 23.7 5
Guelmim Oued Noun 43 = 10.4 7
Laâyoune-Sakia El Hamra 5 +1 1.5 12
Marrakech Safi 1337 = 29.7 4
Oriental 187 = 8.1 8
Rabat Salé Kenitra 702 = 15.4 6
Souss-Massa 89 +1 3.3 11
Tanger Tetouan Al Hoceima 1094 +2 30.9 3

23.2 cas confirmés pour 100’000 habitants sur l’ensemble du Maroc (+43 cas confirmés, +35 guérisons, +1 décès, +9076 tests négatifs depuis la veille)
Le Maroc compterait 2167 cas actifs (+7 depuis la veille).
Souss-Massa est la 11ème région la plus touchée en proportion de sa population.
Comme la plupart de ces chiffres sont basés sur des pourcentages, il peut y avoir de légères incohérences liées aux arrondis.

 

 

 

 

Message du Consulat Général de France à Agadir

Source : Consulat Général de France à Agadir – 30/05/2020

A l’initiative des Ambassades d’Allemagne et des Pays Bas, un ferry de la compagnie GNV est mis en place le 8 juin au départ de Tanger Med pour desservir les ports de Barcelone et Gênes.
Les ressortissants des pays européens véhiculés (plaques européennes) et les personnes avec permis de séjour en Allemagne et aux Pays Bas peuvent s’inscrire sur le formulaire de GNV : 
https://gnv.it/fr/rapatriements-8-juin.html

Marhaba 2018 : Bon cru pour GNV | L'Economiste

Entretien avec Sara Bellali, membre de l’équipe du Pr Raoult à l’IHU Méditerranée Infection à Marseille

par Marouane Kabbaj – maroc-hebdo.press.ma – 30/05/2020

Suite à la décision de l’OMS, du Haut conseil de la santé publique (HCSP) et de l’Agence du médicament (ANSM) français de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 hors essais cliniques, en se basant sur étude très controversée parue dans la revue scientifique The Lancet, les voix s’élèvent pour dénoncer une désinformation scientifique.
Parmi celles-ci, Sara Bellali, membre de l’équipe du professeur Didier Raoult. Agée de 27 ans, docteur en microbiologie, cette Marocaine, qui a grandi et fait ses études primaires, secondaires et supérieures à Casablanca, a réalisé de nombreuses prouesses scientifiques, notamment les premières photographies au microscope du coronavirus (Covid-19). Elle a effectué un stage, en 2015, avec le Pr Raoult, à l’IHU Méditerranée Infection à Marseille. Après quoi, le Pr Raoult l’intègre dans son équipe dans le cadre de sa thèse.

La polémique autour de l’efficacité de la chloroquine contre le coronavirus s’est transformée en polémique autour des effets indésirables de la chloroquine. Est-ce une fausse piste?
Comment un médicament ou une molécule qui existe sur le marché depuis 50 ans est devenue indésirable et a été retirée du jour au lendemain de la liste des médicaments autorisés en France? Il faut savoir pourquoi. C’est un médicament parmi les plus prescrits dans le monde, en prévention et en traitement du paludisme, mais également dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, certaines formes de lupus, et en prévention des formes sévères d’allergie au soleil (lucite).

La chloroquine a-t-elle vraiment des effets indésirables notables?
Tout médicament peut avoir des effets indésirables. Même le Doliprane peut être mortel s’il est mal utilisé. Il faut juste prendre l’hydroxychloroquine, dérivé de la chloroquine, sous une surveillance médicale qui autorise le patient, après avoir consulté son dossier médical, à la prendre. Mais aller jusqu’à croire que c’est un médicament toxique ou qui peut provoquer la mort, c’est hallucinant. Il est notoire que la chloroquine est contre-indiquée pour des personnes qui ont une arythmie cardiaque. Le médecin traitant doit faire un électrocardiogramme avant de se décider.

A l’IHU, nous ne donnons pas le traitement sans passer par ces étapes. Nous avons effectué des milliers d’électrocardiogrammes pour voir si le patient n’a pas de troubles d’arythmie cardiaque. L’électrocardiogramme est effectué à plusieurs reprises avant et après le traitement pour s’assurer que ce médicament n’a pas d’effet d’arythmie cardiaque sur le patient. C’est tout à fait le contraire qui a été fait dans l’étude publiée par la revue scientifique The Lancet, où le traitement a été accordé à des personnes qui avaient des antécédents de problèmes cardiaques.

Pensez-vous que c’est une guerre secrète livrée aux prouesses réalisées par le Dr Raoult et son équipe, dont vous faites partie?
Guerre secrète ou pas guerre secrète, sincèrement, je ne sais pas. Mais avec le temps, tout va se savoir. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Du jour au lendemain, tout le monde attaque la chloroquine. L’étude de The Lancet n’a ni queue ni tête. Sur la base de cette étude, l’OMS a interdit l’utilisation de la chloroquine. D’abord, c’est une étude rétrospective basée sur l’observation. Ce sont des gens derrière leur ordinateur qui ont pris les data de patients de plusieurs hôpitaux et ont commencé à analyser des statistiques. Cela interroge sur la crédibilité de ces données.

Vous avez vécu avec le Pr Raoult toutes les attaques dont vous avez fait l’objet, notamment en France, particulièrement en relation avec le respect de la procédure des tests cliniques. Que répondez-vous aujourd’hui à ces attaques?
En général, les études cliniques ont certaines règles à respecter. Il y a plusieurs phases. Il faut que l’essai soit randomisé, c’est-à-dire aléatoire. C’est l’ordinateur qui sélectionne “au pif” les patients. Il faut que le patient ne sache pas le traitement. Il faut aussi un “groupe contrôle”, qui reçoit un placebo, qui ressemble au médicament, ayant la même forme et la même texture. Ces études nécessitent beaucoup de temps. A ce jour, il y a 192 essais cliniques enregistrés sur le site officiel; des essais cliniques qui n’ont pas encore abouti. L’étude Discovery, Recovery, aussi. Et nous sommes à la fin de l’épidémie.

Du coup, ils ont critiqué le Dr Raoult, qui, lui, s’est basé sur une petite étude clinique in vitro et in vivo réalisée en Chine sur un nombre réduit de patients et qui a démontré l’efficacité de la chloroquine. Or, les études cliniques doivent être réalisées sur un nombre important de personnes. La première étude du Dr Raoult a été effectuée sur un petit nombre de patients. Elle n’était pas randomisée en double aveugle. Ils ont critiqué la qualité de l’étude.

Mais, même s’il y avait un petit nombre de patients, on voyait l’efficacité du traitement. Les patients guérissaient au bout du sixième jour. On a eu zéro accident cardiaque depuis le début de l’épidémie. On a réussi à traiter avec l’hydroxychloroquine 3.737 patients atteints du Covid-19. Cela pousse à réfléchir. Qui faut-il croire ? Des médecins qui ont été en contact direct avec les patients ou des “experts” assis derrière leurs ordinateurs qui ont analysé des données de patients bien choisis pour leurs antécédents cardiaques. Ce qui remet en question la crédibilité de l’OMS, qui s’est basée sur l’étude de The Lancet pour rejeter la chloroquine.

Comment votre équipe a-t-elle pensé à la chloroquine comme traitement contre ce virus ?
D’abord, n’est-ce pas bizarre que The Lancet, qui a publié cette étude mettant en exergue les effets indésirables de la chloroquine a, comme par hasard, publié en 2003 une étude sur l’efficacité de la chloroquine comme agent anti-viral. Elle avait alors certifié que ce médicament est inoffensif. A l’IH, et au fil des années, le Dr Raoult a traité plusieurs milliers de patients avec ce médicament. Il n’a jamais eu d’accident cardiaque.

Vous savez, le Dr Raoult a eu toutes les autorisations de l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments) et du Comité de protection des personnes (CPP) pour utiliser l’hydroxychloroquine dans le protocole thérapeutique contre le Covid-19. L’aval de ces organismes est incontournable pour commencer un essai clinique. Ce qu’il faut savoir, c’est que l’essai a été fait dans l’urgence. On était face à une crise sanitaire, une pandémie. Au début, il a testé juste l’hydroxycholoroquine toute seule, puis il l’a associée à l’Azithromycine (antibiotique). L’étude a donc démontré que les patients qui suivaient cette thérapie se remettaient rapidement. Leur charge virale diminuait au bout du sixième jour, comparé à un autre groupe qui prenait que l’hydroxychloroquine seule.

Suite à ces résultats probants, on a commencé à donner systématiquement l’hdroxychloroquine associée à l’Azithromycine, après, bien entendu, avoir précisé les doses à prescrire. Il y a toute une équipe de pharmaciens, de cardiologues, d’infectiologues… dans l’équipe du Dr Raoult. C’est une équipe pluridisciplinaire composée de près de 300 spécialistes et médecins stagiaires.

Vous êtes personnellement l’une des première chercheuses au monde à avoir pris un cliché au microscope du Covid-19. Au vu des dernières “découvertes” qui disent que c’est une bactérie et non un virus, pouvez-vous nous aider à tirer cette confusion au clair?
Ce dont les gens parlent, c’est juste une “information” non scientifique qui ne se base pas sur une étude publiée quelque part et qui reste à prouver. Moi, j’ai suivi les cas de centaines de patients testés positifs validés par d’autres techniques, dont la génomique. Pour le moment, on ne parle pas de bactérie. Je ne sais pas d’où on a sorti cette “information”. Il s’agit d’un virus naturel. Quand vous rassemblez dans le même endroit des animaux qui sont censés être dans leur milieu naturel, on développe ce genre de virus. Moi, en tant que scientifique, je ne crois pas qu’il a été fabriqué ou développé par des êtres humains.

En des termes simples, expliquez-nous comment la chloroquine arrive à détruire ce virus.
La chloroquine, ou plutôt l’hydroxychloroquine, agit de manière directe sur le virus. Elle inhibe sa croissance dans la cellule mais aussi elle a un effet immuno-modulateur, c’est-à-dire qu’elle agit comme régulateur du système immunitaire du patient.

Alors que la France officielle a décidé de suspendre l’utilisation de la chloroquine, le Maroc, à l’instar de certains pays, a fait le choix de maintenir le protocole thérapeutique à base de chloroquine, refusant ainsi de suivre la recommandation de l’OMS. Comment allez- vous faire à Marseille?
A un moment donné, pendant cette crise sanitaire, l’OMS a autorisé le médicament américain Remdesivir, un antiviral américain, sachant qu’il n’est pas efficace du tout et a beaucoup d’effets indésirables. Puis, quelque temps après, les résultats d’une étude sur ce médicament ont fuité, ce qui a poussé l’OMS à revenir sur sa recommandation. Du coup, l’OMS s’est rabattue sur l’étude de The Lancet, dont la crédibilité pose énormément de points d’interrogations. Un nombre important de chercheurs dans le monde demandent des explications au sujet des résultats de cette étude.

L’OMS a interdit les essais cliniques à base de chloroquine, mais chaque pays est souverain. Pour ne citer que le cas du Maroc, qui a refusé de prendre en considération la recommandation de l’OMS, il se base sur des résultats concrets. Le Maroc a enregistré plus de 5.000 guérisons. Les médecins qui travaillent sur le terrain ne sont pas des “débiles”. Ils ne vont pas prescrire un médicament à un patient qui a des problèmes cardiaques, sans prendre les précautions nécessaires s’il lui est contre-indiqué. Je l’ai longtemps dit.

Le Maroc est sur la bonne voie. La décision des responsables gouvernementaux marocains est courageuse. En France, heureusement que c’est la fin de l’épidémie. A Marseille, on reçoit un cas par jour. Nous avons le taux de mortalité le plus faible en France. A titre de comparaison, on meurt 4 à 5 fois moins à Marseille qu’en Île de France. Ce n’est pas le fruit du hasard.

Maintenez-vous que la chloroquine est efficace?
En Angleterre, l’essai baptisé Recovery, mené sur des patients à base d’hydroxychloroquine et l’Azithromycine, a commencé il y plusieurs semaines. Avec l’interdiction de l’OMS, le responsable de l’essai a adressé une lettre à l’OMS pour demander l’autorisation de poursuivre les essais cliniques parce qu’ils n’avaient pas rencontré de problèmes avec ce traitement. En France, la chloroquine est autorisée pour le traitement d’autres maladies, pas contre le Covid- 19.

Vous, qui êtres proche de lui, après cette décision de l’OMS et de la France d’interdire la chloroquine contre le Covid-19, quelle a été la réaction du Dr Raoult?
Il maintient ce qu’il a toujours dit depuis le début. Il faut croire aux médecins qui sont en contact avec les patients ou bien il faut croire à des gens derrière leurs ordinateurs en train d’analyser des big data? A vous de faire le choix, c’est ce qu’il n’arrête pas de répéter.

Violation de l’état d’urgence : une plage évacuée à Essaouira (VIDEO)

lesiteinfo.com – 30/05/2020

Depuis quelques heures, une vidéo circule largement sur la Toile, montrant des dizaines de personnes sur une plage d’Essaouira.

Hommes, femmes et enfants s’y sont rendus pour profiter du soleil, violant ainsi l’état d’urgence sanitaire décrété par le Royaume pour endiguer le risque de contamination au covid-19.

Les autorités n’ont pas hésité, d’ailleurs, à intervenir pour chasser les contrevenants. Sur leurs chevaux, de nombreux gendarmes ont immédiatement évacué les lieux et dispersé les attroupements. La vidéo n’a pas manqué de faire réagir les internautes qui ont exprimé leur colère à cause du non-respect du confinement sanitaire.

Rappelons que la période de confinement a été prolongée pour 3 semaines supplémentaires au Maroc dans le cadre des mesures préventives pour lutter contre la propagation du coronavirus.

L’annonce a été faite par le chef de gouvernement Saad Eddine El Othmani lors d’une séance commune de la Chambre des représentants et la chambre des conseillers consacrée à la présentation par le chef du gouvernement du « développement de la gestion du confinement pour l’après 20 mai ».

Marocains, n’oubliez pas de changer l’heure cette nuit

bladi.net – 30/05/2020

Marocains, n’oubliez pas de changer l’heure cette nuit

Cette nuit, du samedi 30 mai au dimanche 31 mai, le Maroc passe à nouveau à l’horaire d’été.
Ce changement intervient une semaine après la fin du ramadan. Ainsi, à partir de 2 h du matin, vous devrez avancer votre montre (ou votre smartphone  !) d’une heure. Il sera donc 3 h et vous aurez une heure de sommeil en moins, mais la journée sera plus longue.

Le 19 avril dernier, les Marocains avaient retardé de 60 minutes leur horloge à l’occasion du mois de ramadan et conformément à l’article 2 du décret n° 2.18.855 publié le 16 safar 1440 (26 octobre 2018), relatif à l’heure légale et à l’arrêté du chef du gouvernement n° 3.25.20 publié le 15 chaâbane 1441 (09 avril 2020), relatif également à l’heure légale, précise le ministère dans un communiqué.

Le passage à l’heure d’été au Maroc vise à renforcer, jure-t-on, l’économie d’énergie et à réduire le décalage horaire entre le Maroc et ses partenaires économiques dans le monde. D’après des études, l’économie est de l’ordre d’une consommation d’une ville comme Meknès. On ne demande qu’à le croire.

Avec le changement de cette nuit, le Maroc aura une heure de retard par rapport à ses partenaires européens.

 

Coronavirus au Maroc : les derniers chiffres

bladi.net – 31/05/2020

Coronavirus au Maroc : les derniers chiffres

Le ministère de la Santé a annoncé samedi, au cours de son traditionnel point de presse, 66 nouvelles contaminations au nouveau coronavirus. Le royaume en compte au total, 7 780.

Les cas de guérison ne cessent de progresser au Maroc. 130 nouvelles guérisons ont été enregistrées en 24 heures, soit un total de 5 401 personnes (69,42 %). Au cours de cette journée, 2 nouveaux décès ont été recensés, ce qui porte le nombre de personnes ayant succombé au covid-19 à 204 (2,62 %).

Quatre régions sont concernées par ces 65 nouvelles infections. La région de Casablanca-Settat affiche 49 cas. Elle est suivie par Tanger-Tétouan-Al Hoceima (+14), Marrakech-Safi (+2) et Béni Melal-Khénifra (+1). Quant aux autres régions, elles n’ont enregistré aucun nouveau cas.

Les cas exclus après des tests négatifs en laboratoire, se rapprochent de la barre des 200 000 cas (192 218, soit une augmentation de 9 871), alors que 2 175 cas sont en cours de traitement.

Une nouvelle ferme aquacole dans la région d’El Jadida

challenge.ma – 30/05/2020

Le gadiri Taiba Groupe que contrôle la famille Sarroud, se lance dans l’élevage des crevettes. En effet, ce groupe familial présent depuis les années 1970 dans l’import-export de produits de la mer, ainsi que d’autres produits alimentaires tels l’huile d’olive et l’huile de palme, s’apprête à investir plus de 10 millions de dirhams dans la première phase d’une ferme aquacole dédiée aux crevettes dans la région d’El Jadida.

Située plus précisément dans la Commune d’Ouled Aissa au Sud de la capitale de Doukkala, cette unité sera portée par La Victoire Seafood, une entité contrôlée également par la famille Sarroud et qui opère dans la pêche maritime et le mareyage dans la région de Laâyoune. La nouvelle activité de pénéiculture de La Victoire Seafood sera principalement orientée à l’export, à l’instar de l’autre filiale du groupe
La Victoire Fish, qui exporte tous types de poissons (dont notamment le poulpe, les crevettes et le calamar), à partir de son unité de congélation et conditionnement basée à Agadir vers l’Afrique de l’Ouest et plus particulièrement le Bénin, la Côte d’ivoire, le Ghana et le Sénégal.

Rappelons que l’actionnaire principal de Taiba Group n’est autre qu’Abderrahmane Sarroud, Vice-président de la Confédération nationale de la pêche côtière et ancien Président de la Chambre des pêches maritimes de l’Atlantique centre d’Agadir. Quant à l’aquaculture au Maroc, et malgré son énorme potentiel dans un pays classé au premier rang en matière de pêche de poissons et de fruits de mer au niveau arabe et africain, sa production demeure, hélas, limitée à quelques centaines de tonnes avec une forte prédominance des huitres. Une goutte d’eau dans l’océan de la production mondiale qui dépasse les 80 millions de tonnes alors que plusieurs pays comme l’Egypte, partis de presque rien au début des années 2000, ont déjà dépassé le cap du million de tonnes (le pays des Pharaons se classe même au 9ème rang mondial de la pisciculture).

ANGUS SOFT FRUITS MAROC EXPORTE 250 TONNES DE FRAMBOISES VERS LE MARCHÉ BRITANNIQUE

agrimaroc.ma – 30/05/2020

framboises maroc

Pour sa première année Angus Soft Fruits Maroc va exporter 250 tonnes de framboises vers le marché britannique.

La saison des framboises au sud d’Agadir touche à sa fin, et pour Angus Soft Fruits, ce sont plus de 250 tonnes de framboises pour l’export qui ont été cultivées.

Principalement destinées à l’export vert le marché du Royaume-Uni, les framboises marocaines connaissent un succès important ces dernières années auprès des producteurs et investisseurs, locaux et internationaux.

Chez Angus Soft Fruits, il y a une réelle satisfaction quant à cette première saison de production et de commercialisation et selon Gerard DERKSEN  l’entreprise se projette déjà pour préparer la saison prochaine. Ainsi, il est question de préparer les premiers semis pour juillet et de tendre vers une surface cultivée de 75 ha. La direction ambitionne donc d’accroître ses surfaces de productions mais aussi de diversifier son offre avec plus de produits.

La framboise au Maroc est donc une affaire qui marche ?!

En savoir plus sur Angus Soft Fruits Ltd

Angus Soft Fruits Maroc est l’un des sites de production d’Angus Soft Fruits Ltd et est un fournisseur leader de baies pour les détaillants britanniques et européens. Créée en 1994 grâce à la collaboration d’une cinquantaine de producteurs partageant les mêmes idées, Angus Soft Fruits Ltd se développe rapidement et sélectionne, cultive et emballe des baies dans le monde entier pour assurer un approvisionnement constant en fruits.

Immobilier à Agadir : quels prix en cette période de coronavirus ?

bladi.net – 30/05/2020

Immobilier à Agadir : quels prix en cette période de coronavirus ?

La crise du coronavirus n’a pas épargné le secteur immobilier au Maroc. Selon l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI), la ville d’Agadir enregistre une chute de −2,7 % des prix des appartements. Les transactions quant à elles, se sont effondrées de −24,8 %.

Pour ce qui concerne les maisons, les tendances des prix font sortir une baisse de −8,4 % pour une chute des transactions de l’ordre de −39,5 %. Pour les villas, les chiffres font état d’une baisse de −0,5 %, alors que la baisse au niveau des transactions s’établit à −21,9 %.

Le premier trimestre 2020 n’est pas favorable pour l’immobilier à Agadir, et le second sera sans doute pire. On note une baisse de −1,4 % sur les prix des terrains urbains, tandis que les transactions ont chuté de −36,3 %. Les prix des locaux commerciaux ont baissé de −11,5 % alors que les transactions ont diminué de −8,3 %.

Il est très difficile pour l’instant de connaître la tendance de l’immobilier à Agadir suite à la pandémie de coronavirus. Il faudra attendre la publication des nouveaux chiffres de la part de Bank Al Maghrib et il est fort probable que les baisses suivront les mêmes tendances.

La construction du parc Al Inbiâat au centre d’une réunion à Agadir

mapexpress.ma – 30/05/2020

La construction du parc Al Inbiâat au centre d’une réunion à Agadir

Agadir – La commission du suivi technique du projet de Programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024) a tenu, récemment, une réunion à distance pour discuter de l’état d’avancement de la construction du parc Al Inbiâat.

Présidée par le Wali de la région de Souss-Massa, Gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, cette rencontre a été marquée par la présentation d’une étude sur ce projet structurant visant à hisser à un niveau supérieur le niveau de vie des Garidis et les touristes, indique un communiqué publié à l’issue de cette réunion.

Ont pris part à cette réunion le président de la région Souss-Massa, le président de la commune d’Agadir, le vice-président du Conseil de la région, ainsi que les présidents d’Agadir Souss-Massa Aménagement et de l’Agence Urbaine d’Agadir, en plus de représentants du bureau d’études chargée du projet.

Parmi les projets culturels prévu dans ce projet figurent la création d’une médiathèque et d’un centre des archives, la mise en place d’un réseau de lecture publique couvrant les différents quartiers de la ville, la construction d’un Centre Culturel au quartier Founty, la réhabilitation du Théâtre en plein air du Boulevard Mohammed V et la réalisation et équipement d’un Centre d’épanouissement culturel et artistique.

A rappeler que ces projets s’inscrivent dans le cadre du Programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024), dont la cérémonie de lancement a été présidée, en février dernier, par SM le Roi Mohammed VI.

Ce programme nécessitera quelque 6 milliards de dirhams (MMDH) d’investissements, rappelle-t-on.

Agadir : Des campagnes de sensibilisation au profit des candidats du baccalauréat

mapexpress.ma – 30/05/2020

Agadir: Des campagnes de sensibilisation au profit des candidats du baccalauréat

Agadir – La Direction provinciale du ministère de l’éducation nationale à Agadir Ida-Outanane organise des campagnes de sensibilisation et de communication au profit des candidats du baccalauréat au titre de l’année scolaire 2019-2020, ainsi que leurs parents ou tuteurs.

Lancées depuis le 18 mai courant, ces campagnes concernent les règles de sécurité sanitaire pour enrayer la propagation du Covid-19, la lutte contre la fraude aux examens outre des séances d’appui psychologique à ces candidats, indique la direction dans un communiqué.

Cette initiative vise à inscrire dans la continuité la pédagogie et les activités de la vie scolaire à distance imposées par cette conjoncture exceptionnelle et la mise en place de conditions appropriées aux bacheliers de manière à ce qu’ils passent cette échéance nationale dans les meilleures conditions.

Une pléiade d’enseignants et d’élèves brillants assurent l’animation à distance de ces campagnes dans les langues arabe, amazighe, française et anglaise, précise la même source.

%d blogueurs aiment cette page :