[Made in France] Un masque à la durée de vie illimitée conçu par des PME de Haute-Savoie et Saint-Gobain


usinenouvelle.com – 13/07/2020

Alors que plusieurs médecins appellent à rendre obligatoire le port du masque dans tous les lieux publics clos, en réponse à une légère reprise du nombre de personnes infectées par le coronavirus en France, gros plan sur un projet original. Un masque Made in France sans limite de réutilisation conçu en Haute-Savoie par les PME « Precise France » et « Nanoceram », avec l’aide du spécialiste des matériaux Saint-Gobain.

[Made in France] Un masque à la durée de vie illimitée
« Precise France » et « Nanoceram » développent un masque transparent à filtration céramique durable.

 

Avec le déconfinement, une nouvelle plaie apparaît : les masques jetés sur le trottoir. En réponse, deux PME de Haute-Savoie – Precise France, à Peillonnex, et Nanoceram, à Marnaz – développent une solution plus durable : Precimask, un masque basé sur un système de filtration à particule en céramique. Celui-ci peut être stocké 30 ou 40 ans, sans perte d’efficacité, selon ses concepteurs.

Céramique intégrée sous forme d’une mousse

Déjà utilisée pour les filtres à particule des pots d’échappement et pour la filtration de l’eau, la céramique est intégrée sous forme d’une mousse à l’intérieur des valves du masque. Elle est ici virucide et bactéricide grâce à un catalyseur métallique, un revêtement qui permet de « fatiguer » le virus. Brevetée, cette solution peut être adaptée pour fabriquer des masques avec des niveaux de classification allant de FFP1 à FFP3. La céramique a été conçue avec Saint-Gobain Research Provence, à Cavaillon (Vaucluse), spécialisé dans les matériaux innovants.

Structure en plastique rigide (polycarbonate) et lacets en silicone, les matériaux utilisés sont stables dans le temps, facilement nettoyables et 100 % français ! Même la partie en céramique serait nettoyable à volonté. Outre sa durée de vie, ce masque a l’avantage d’être antibuée et transparent pour dévoiler les expressions du visage, alors que les masques chirurgicaux posent problème aux personnes malentendantes. Après avoir imprimé leur prototype en 3D, les sociétés travaillent sur les moules pour produire leur masque en présérie cet été, puis en grande série à l’automne.
La version grand public pourrait être commercialisée au prix de 100 euros.

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :