Suspension des déplacements : la CTM lâche ses clients


par Khadija Khettou – fr.hespress.com – 27/07/2020

Suspension des déplacements: la CTM lâche ses clients

L’annonce de la suspension des déplacements de et vers les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech, à compter du 26 juillet à minuit, a été comme un coup de tonnerre pour les Marocains concernés. 

Les citoyens se sont livrés à une véritable course contre la montre pour se rendre à la destination où ils devaient fêter l’Aid Al-Adha. Dans un premier temps, et après la confirmation de l’information de suspension des déplacements par les médias, les gares routières du Royaume ont été envahies par les citoyens. Les autoroutes du Royaume quant-à elles, ont connu un trafic historique engendrant plusieurs accidents.

Selon un bagagiste à la gare routière d’Agadir qui s’est confié à Hespress Fr, « tout se passait bien. C’était calme. En une fraction de seconde, les gens sont sortis de nulle part par centaines. On ne comprenait plus rien« . En effet, la plupart des citoyens qui se sont rendus à la gare routière d’Agadir avaient les mêmes demandes. Soit la modification de la date de leur billet pour la nuit du 26 juillet pour ne pas être bloqués, soit le remboursement de leur billet pour ceux qui ont abandonné et décidé de rester à Agadir.

Parmi cette foule dense, une jeune femme au foyer, mère de deux enfants, qui était venue à Agadir rendre visite à son père malade et rentrer chez elle à Ouazzane quelques jours avant l’Aid. Elle avait donc réservé un billet CTM pour le mercredi 28 juillet, avant d’être prise de court par la décision des autorités de suspendre les déplacements. Voulant changer son billet, elle s’est heurtée à un refus catégorique vu que tous les autocars étaient au complet.

« J’ai été prise de court comme tout le monde par cette décision hâtive et insensée. Ils n’ont rien pris en considération. Ni la situation du citoyen, ni les gens qui se trouvent à des centaines de kilomètres de leur ville (…) J’ai laissé mes enfants chez ma belle-mère. Et la CTM ne nous donne aucune réponse. Nous n’avons aucune visibilité. Si au moins elle faisait l’effort de mobiliser ses autocars pour nous faire rentrer chez nous. Mais non ! Elle a juste préféré nous laisser tomber et pointer du doigt la décision des autorités quant à la situation que nous vivons actuellement. Le pire, c’est que même mon mari ne peut pas venir me chercher parce qu’il sera surement bloqué en route entre temps. Pourquoi avoir autorisé les déplacements si le gouvernement comptait les suspendre du jour au lendemain sans se soucier de nous ? » ,s’est-elle interrogée.

En effet, devant le guichet de la CTM, une dizaine de citoyens réclamaient un changement de billet pour la nuit du 26 juillet ou encore un remboursement. La seule réponse du commercial au guichet était : « Il n’y a plus de place. Pas de remboursement. Le responsable arrive dans un moment« .

Dans le flou total, les citoyens ont malgré ça patienté un moment en attendant l’arrivée du responsable qui  n’est venu que deux heures plus tard, mais sans apporter de nouveau.

« Je n’ai aucune information à vous donner pour l’instant. Il y aura une note explicative de la CTM qui tombera le jeudi 27 juillet« , s’est-il contenté de dire. Pour le remboursement des billets, aucun remboursement n’est envisageable, a-t-il laissé entendre. « Si votre billet a été réservé lors de la période de la suspension des déplacements, il sera reporté pour une date ultérieure valable », s’est il contenté de lancer à la foule. 

Au moment où nous mettons en ligne, aucune explication n’est publiée sur le site de la CTM. Sur place à la gare routière d’Agadir, les citoyens sont restés à attendre qu’un miracle se produise. Cette problématique, n’était pas propre à la CTM. La majorité des compagnies de transport routier n’avait aucune réponse à livrer aux clients. Mais, ils étaient tous d’accord pour ne pas rembourser les billets.

« Je suis bloqué à la gare comme vous le constatez. Je ne sais plus quoi faire. Je devais rentrer à chez moi à Meknès le mercredi, mais les autorités ont décidé de suspendre les déplacements. Personne ne nous parle, personne ne nous donne de réponse. Je ne comprends pas ce qui se passe. J’ai l’impression de vivre un cauchemar. Je suis venu à Agadir avec mes amis pour les vacances parce que les autorités avaient autorisé les déplacements et appelé à encourager le tourisme. Et hop, ils ont suspendu les déplacements et ne nous ont laissé que quelques heures pour rentrer chez nous« , nous dit un jeune commercial dans le cadre des témoignages recueillis par Hespress Fr.

Il convient de rappeler que, juste après le point de presse quotidien du ministère de la Santé sur la situation épidémiologique dans le Royaume, les ministères de l’Intérieur et de la Santé sont sorti avec un communiqué conjoint annonçant la suspension des déplacements de et vers les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech à compter du dimanche 26 juillet à minuit

Cette mesure se justifie, selon les deux départements, par « la hausse considérable, ces derniers jours, des cas de contamination au Covid-19 dans plusieurs préfectures et provinces« .

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :