Pays Basque : Incendie Anglet. L’auteur présumé de l’incendie de Chiberta maintenu en détention

Actu.fr Pays Basque – 26/08/2020

Une partie de la forêt de Chiberta a été ravagée par les flammes.

La demande de remise en liberté du mineur de 16 ans, auteur présumé de l’incendie de la forêt de Chiberta à Anglet, a été refusée par les juges lors d’une audience à Pau à huis clos, mardi 25 août 2020. L’adolescent conteste les faits.

L’avocate du mineur de 16 ans, Agnès Hauciarce-Rey, a précisé que son client nie être l’auteur de l’incendie de la forêt de Chiberta qui a eu lieu le 30 juillet dernier. Le bilan a été lourd avec plus de 100 hectares de forêt incendiés, une vingtaine d’habitations détruites ou dégradées et 26 personnes hospitalisées dont 16 policiers et deux pompiers.

L’enquête menée par la police judiciaire de Bayonne avait très vite exclu une origine naturelle à cet incendie. Elle avait pointé une « intervention humaine ».

Suite à sa garde à vue, il avait été mis en examen et en détention provisoire pour « destruction volontaire par incendie d’une forêt ayant entraîné une incapacité totale de travail sur les personnes ».

Fermeture des plages : Quel sort pour les petits et grands métiers de l’été ?

par Anass Machloukh – lopinion.ma – 30/08/2020

Après la fermeture des plages dans plusieurs villes du Royaume, le sort des métiers de la saison estivale plonge dans l’inconnu. De nombreux « petits boulots de la plage » en ont pâti.


Fermeture des plages: Quel sort pour les petits et grands métiers de l’été ?
Alors que les autorités ont décidé de fermer les plages dans plusieurs villes du Royaume, une bonne partie de travailleurs saisonniers semble plongée dans le désarroi. Ils sont nombreux, en effet, à exercer des métiers d’été et en particulier ceux liés aux joies de la plage, profitant ainsi de la présence des foules qui se ruent vers le bord de mer. Bien qu’ils soient informels, ces métiers sont d’une importance non négligeable puisqu’ils représentent la source de revenu d’une proportion considérable des personnes durant cette période.

Un commerce florissant

La saison d’été est une occasion pour des milliers de gens vulnérables pour gagner un peu d’argent. En fréquentant n’importe quelle plage, on ne manque pas de constater qu’il existe tout un écosystème bien organisé, avec une activité commerciale très dense. Les vendeurs offrent des produits inimaginables (beignets, limo­nades, glaces…) et ne cessent de sillonner le sable, entre les parasols, dans l’espoir de provoquer l’appétit des plagistes. De l’autre côté, un commerce plus conséquent avait fait irruption ces dernières années sur les plages, à savoir la location des parasols, des jet-skis et des quades.

Une année pas comme les autres

Tous ces métiers sont neutralisés par les récentes décisions du gouverne­ment de fermer les plages de plusieurs villes telles que Casablanca, Moham­media, Témara, Skhirat, Tanger, Aga­dir, et d’autres … laissant ainsi les professionnels de la plage face à leur sort incertain.

Face à cette situation, aucune mesure pour trouver des solutions aux personnes qui exercent ces métiers n’a été prise ni par le gouvernement ni par les autorités locales. Nous avons contacté les autorités concernées mais le silence est de mise. Les responsables locaux ne semblent avoir aucune idée de ce qui est prévu ou décidé concernant ces petits métiers. En revanche, la mairie de Rabat nous a confirmé que la plage de la ville reste ouverte et donc les vendeurs et tous les commerçants de la plage peuvent y exercer leur activité.

Ahmed Afilal El Alami Idrissi, président de l’Union Générale Des Entreprises Et Professions (UGEP), nous  a affirmé qu »en fermant les plages, le gouvernement a fait le choix le plus facile malgré les impératifs de la crise sanitaire » laissant ainsi de nombreuses personnes face à l’inconnu. Il fallait gérer les plages de façon qui accorde plus d’attention à l’aspect social afin de ne pas couper la source de revenu de milliers de personnes, a ajouté M. Afilal avant de conclure  » une régularisation  de ces personnes aurait été souhaitable ».

L’ambiguïté qui règne sur cette catégorie de « professionnels » ne fera qu’accroître la perplexité de plusieurs familles qui vivent grâce au business de l’été. Encore faut-il que ces activités soient considérées comme des métiers relevant du secteur du Tourisme. Ainsi, les autorités pourront faire preuve de clémence en les faisant bénéficier du contrat programme pour le tourisme afin de les sauver d’une indigence annoncée.

Mesures sanitaires : Abdellatif Hammouchi intransigeant contre tous les contrevenants sans distinction

lobservateur.info – 31/08/2020

Des infractions à la pelle ont été constatées lors du contrôle de certains établissements huppés.

Les fermetures de certains bars et restaurants à Casablanca dont les propriétaires se croyaient être au-dessus des règles sanitaires, et donc de la loi, leur font découvrir la méthode Hammouchi.

«Tous les citoyens sont égaux devant la loi ne cessent de nous rappeler notre directeur général et je vous le rappelle à mon tour». C’est ainsi que c’est adressé, avec grand tact, un agent d’autorité en s’adressant à un responsable d’un grand restaurant à Casablanca. Ce dernier avait beau rouspéter, son établissement huppé venait d’être verbalisé, comme l’ont été, peu de temps auparavant des bars voisins, et la veille, des cafés et des commerces dans des quartiers populaires. Au moment du contrôle, tous ces lieux étaient bondés de monde, personne n’y respectait la distanciation sociale ni le port du masque.

Dans le restaurant et les bars, très courus, à Aïn Diab, qui ont été verbalisés,leurs gérants donnaient l’impression de ne pas être concernés par l’heure de fermeture covid-19 dans la capitale économique. Leur seul souci étant de «booster la recette, ils s’autorisaient à continuer à faire festoyer leurs clients jusqu’à l’aube. Les autorités sont donc intervenues et ont mis fin à ces dérapages sans faire de distinction entre les contrevenants de la corniche casablancaise et ceux des quartiers populaires. Cela ne surprend que ceux qui ne connaissent pas Abdellatif Hammouchi qui veille en personne sur ces opérations de contrôle. Pour lui et pour ses hommes, c’est la préservation de la santé des citoyens qui compte.

Rappel : Le corona continue de tuer

Au cas où les «grands contrevenants» mécontents ne le savaient pas, pas moins de 1.343) nouveaux cas d’infection au coronavirus ont été enregistrés au Maroc au cours des dernières 24 heures. C’est le ministère de la Santé qui le précise et c’est donc officiel. Ce nouveau bilan porte à 61.399 le nombre de contaminations dans le Royaume depuis le premier cas signalé le 2 mars. Le nombre de morts est passé à 1.111, avec 33 nouveaux décès enregistrés au cours des dernières 24 heures. Casablanca, à elle seule, totalise, 7 morts. (8 à Marrakech, 4 à Fès, 2 à Meknès et un à Errachidia, Midelt, Ouarzazate, Safi, El Youssoufia, Kelaat Seraghna, Larache, Agadir, Tiznit, Tanger, Taza et Boulmane.

Université : Les nouveaux inscrits optent pour l’enseignement à distance

par Seddik Mouaffak – maroc-hebdo.press.ma – 31/08/2020

Rentrée universitaire sur fond d’épidémie Covid-19

Au moment où le gouvernement s’efforce de mieux organiser une rentrée scolaire et universitaire pas comme les autres, certaines universités du Royaume ont vu augmenter le nombre d’inscrits à l’enseignement à distance.

Dans les prochains jours, le retour des classes et la rentrée universitaire auront lieu, comme partout ailleurs dans le monde, sur fond d’épidémie de Covid-19. L’apprentissage à distance et son corollaire, le risque d’une aggravation des inégalités, s’impose de plus en plus comme une option incontournable. Ainsi, dans certaines universités comme celle d’Ibn Zohr (UIZ) d’Agadir, le nombre des étudiants nouvellement inscrits à distance dans le cycle de la licence fondamentale dans les différents établissements d’enseignement supérieur relevant de cette université a atteint 21.582 étudiants, au titre de la rentrée 2020-2021.

Aussi, dans un communiqué, la présidence de l’Université indique que ces étudiants ont été inscrits durant la période allant du 24 et 27 août et que l’opération de confirmation d’inscription à distance pour les nouveaux étudiants se poursuit jusqu’au 29 août, à la faculté des lettres et des sciences humaines, la faculté des sciences, la faculté des sciences juridiques économiques et sociales à Agadir et la faculté Chariaa à Aït Melloul. L’opération concerne également la Faculté des sciences juridiques économiques et sociales, la Faculté des sciences appliquées et la Faculté des langues, arts et sciences humaines à Aït Melloul, en plus des Facultés polydisciplinaires à Ouarzazate, à Taroudant et à Smara.

Sur un autre registre, pour la licence en sciences de l’éducation, la présidence assure dans son communiqué que la plateforme de pré-inscription, qui a été lancée le 15 août, est toujours ouverte, et ce jusqu’au 15 septembre. De même, il a été décidé d’organiser les concours et d’inscrire les étudiants admis dans cette filière entre le 21 et le 25 septembre 2020.

Pour ce qui est de la licence professionnelle et le cycle Master, les plateformes de pré-inscription seront accessibles du 21 septembre au 24 octobre 2020, ajoute le communiqué, notant que les concours d’accès et l’inscription des étudiants admis seront programmés du 26 octobre au 5 novembre 2020.

Rappelons, par ailleurs, que l’Université Ibn Zohr d’Agadir comprend une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur. Elle accueille plus de 120.000 étudiants et couvre cinq régions du Royaume à savoir les régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Darâa-Tafilalet, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab.

Un officier principal épinglé à Agadir

aujourdhui.ma – 31/08/2020

Un officier principal épinglé à Agadir

La police judiciaire de la ville d’Agadir a ouvert, samedi soir, une enquête préliminaire sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les circonstances d’implication d’un fonctionnaire de police de grade d’officier principal dans une affaire de corruption et de falsification et usage de documents officiels.

Le fonctionnaire de police, qui exerce dans un arrondissement à Agadir, a été appréhendé sur fond des résultats de l’enquête judiciaire qui a révélé l’implication de deux individus dans l’utilisation d’un certificat de résidence falsifié pour obtenir la carte d’identité nationale, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que les enquêtes réalisées montrent l’implication possible du fonctionnaire de police en question dans la falsification de ce document en contrepartie d’un montant d’argent en guise de pot-de-vin.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la dis-position de l’enquête que supervise le parquet compétent pour élucider les circonstances de ces actes criminels, conclut la DGSN.

Agadir : 12 individus interpellés pour leur implication présumée dans le trafic international de drogue et l’immigration clandestine

lematin.ma – 31/08/2020

Agadir: 12 individus interpellés pour leur implication présumée dans le trafic international de drogue et l'immigration clandestine

Sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), les éléments du service préfectoral de la police judiciaire d’Agadir ont interpellé, ce lundi matin, 12 individus dont des mineurs de 16 et 17 ans pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans le trafic international de drogue et de psychotropes, l’organisation de l’immigration clandestine et la traite humaine.

Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que les mis en cause ont été interpellés au niveau de la plage d’Agadir, ajoutant que les recherches et investigations préliminaires ont démontré que cinq de ces individus s’activent dans le trafic international de drogue et l’organisation de l’immigration  illégale alors que les sept restants, dont les deux mineurs, étaient des candidats à l’immigration clandestine.

La même source souligne que les perquisitions effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis de saisir une voiture légère avec à l’intérieur un maillot de bain, deux gilets de sauvetage, 18 paquets de chira de 463 kilogrammes.

Les suspects majeurs ont été placés en garde à vue, tandis que les mineurs ont été placés sous surveillance à la disposition de l’enquête préliminaire menée sous la supervision du parquet compétent afin d’élucider les tenants et les aboutissants de cette affaire et d’identifier les auteurs et les complices impliqués dans ce réseau criminel.

Il est à noter que cette affaire s’inscrit dans le cadre des efforts intenses consentis par les services de la DGSN et ceux de la DGST pour lutter contre le trafic international de drogue et de psychotropes, l’immigration illégale et la traite humaine.

Promenade au col de Roncevaux

Une belle promenade au col de Roncevaux qui se situe en Espagne (Roncesvalles)

Le col de Roncevaux, ou col d’Ibañeta ou port d’Ibañeta, est un col des Pyrénées occidentales. Situé près de la frontière franco-espagnole, il se trouve néanmoins entièrement en Espagne, à la limite entre les municipalités de Valcarlos au nord et de Roncesvalles au sud. Il culmine à 1 057 mètres d’altitude.

La bataille de Roncevaux en 778 opposa l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne, commandée par Roland, aux Vascons. Cet épisode a fourni la trame de La Chanson de Roland.

Roland de Roncevaux est appelé ici Roldan :

Une autre stèle est là pour signaler la présence d’un ancien hôpital :

Une église a été construite juste à côté :

Sur la route du retour, des pottoks (lire potioks), Le pottok est une race de poneys vivant à l’état sauvage dans l’ouest du Pays basque.

 

Covid-19/ Maroc : La situation épidémiologique au 28 août 18h

aujourdhui.ma – 28/08/2020

Covid-19/ Maroc : La situation épidémiologique au 28 août 18h

Entre hier à 18 h et aujourd’hui à 18 h
1.404 nouveaux cas soit un cumul de 58.489 cas à ce jour
1.148 guérisons soit un cumul de 43.049 à ce jour
41 nouveaux décès donc un cumul de 1.052 ce jour

Répartition des 1.404 cas

Casablanca-Settat 534
Marrakech-Safi 271
Fès-Meknès 159
Rabat-Salé-Kenitra 116
Beni Mellal-Khenifra 95
Drâa-Tafilalet 42
Tanger-Tetouan-Al Hoceima 82
Dakhla-Oued Eddahab 34
Souss-Massa 32
Oriental 22
Guelmim-Oued Noun 13
Laâyoune-Sakia El Hamra 4

Classement par villes

Casa 428
Marrakech 219
Fès 79
Meknès 37
Tanger 34
Dakhla 34
Nouaceur 32
Salé 32
Khouribga 32
Rabat 31
Azilal 30
Tétouan 28
Témara 26
El Jadida 24
Chichaoua 22
Errachidia 21
Kénitra 18
Beni Mellal 18
Taza 16
Mediouna 14
Berrechid 13
Agadir 13
Essaouira 11
Rhamna 11
Boulmane 11
Sefrou 11
Mdiq 11
Mohammedia 10
Ouarzazate 10
Settat 9
Fquih Bensaleh 9
Al Hoceima 8
Zagora 8
Inzegane 8
Tan Tan 8
Oujda 7
Khénifra 6
Chtouka-Ait Baha 6
Youssoufia 5
Sidi Slimane 5
Guercif 5
Khémisset 4
Nador 4
Benslimane 3
Safi 3
Taounate 3
Tinghir 3
Taourirt 3
Sidi Ifni 3
Laayoune 3
Moulay Yacoub 2
Tata 2
Tiznit 2
Berkane 2
Guelmim 2
Sidi Bennour 1
Chefchaouen 1
Taroudant 1
Driouch 1
Tarfaya 1

Agadir/covid-19 : les autorités durcissent les mesures préventives

lesiteinfo.com – 27/08/2020

Une campagne sans précédent à été lancée, depuis deux jours, par les autorités de la ville d’Agadir. Elle vise essentiellement les citoyens encore réfractaires au port du masque de protection. Laquelle mesure est devenue obligatoire par décision des autorités compétentes afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

Aussi les agents d’autorité d’Agadir sillonnent-ils les avenues et rues de la ville et de ses environs afin de sensibiliser les citoyens à la nécessité du port des masques de protection.

Les mêmes agents d’autorité ont été vus en train de constater si les commerces et les cafés respectent les mesures préventives et sanitaires de l’état d’urgence. De même qu’il leur est rappelé les horaires de fermeture. Comme ceux qui ne respectent pas lesdites mesures sont avertis des sanctions qu’ils encourent et des amendes prévues s’ils enfreignent les décisions décrétées par les autorités compétentes.

Agadir : un député-maire PJDiste crée un lotissement sauvage, les autorités publiques interviennent

Par Hassan Benadad – le360.ma – 27/08/2020

Lotissement chantier

Le wali de la région Souss-Massa a décidé de poursuivre en justice le parlementaire islamiste, Ramadan Bouachra, pour infraction à l’urbanisme. Le promoteur aurait bénéficié indûment d’une autorisation de construire délivrée par le président du conseil municipal, son frère au PJD.

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a donné le feu vert au wali de la région Souss-Massa pour poursuivre en justice Ramadan Bouachra, le parlementaire et président de la municipalité de Dchira-Jihadia pour infractions à l’urbanisme. Le quotidien Al Akhbar rapporte, dans son édition du vendredi 28 août, que l’élu PJDiste avait procédé à la construction d’un lotissement en violation de la loi sur un terrain appartenant aux domaines.

Les autorités publiques étaient, par le passé, intervenues pour arrêter les travaux d’excavation et saisir des engins et des bulldozers se trouvant sur ce chantier. Selon des sources autorisées, le wali de la région de Souss-Massa aurait déposé une plainte contre le parlementaire auprès du parquet qui a chargé la police de diligenter une enquête.Toujours selon les mêmes sources, les enquêteurs auraient déjà entamé leurs investigations en attendant d’auditionner toutes les parties concernées par ce dossier, y compris le président du conseil municipal (PJD) qui a donné au parlementaire l’autorisation de construire.

Il faut rappeler que le wali avait adressé un avertissement au parlementaire avant d’ordonner l’arrêt des travaux d’excavation dans le lotissement précité après avoir constaté des défauts de construction et des violations de la loi d’urbanisme.

Le quotidien Al Akhbar rapporte que l’élu islamiste aurait bénéficié d’une nouvelle autorisation signée par le président du conseil municipal, lui aussi PJDiste, et ce après l’expiration du délai légal de trois ans nécessaire pour la construction d’un lotissement. Pourtant, la loi stipule qu’en cas de dépassement de ce délai, le promoteur devra déposer un nouveau dossier et suivre les procédures juridiques en vigueur.

Mais le parlementaire n’avait pas respecté cette procédure en recevant l’autorisation de construire de la part des services du conseil municipal en violation de la circulaire conjointe diffusée récemment par le ministère de l’Intérieur et celui de l’habitat. Bien qu’il ait écopé d’un avertissement de la part des autorités locales, le parlementaire a poursuivi les travaux de réalisation dudit lotissement résidentiel et touristique.

Ce qui a poussé les autorités à investir le chantier, arrêter les travaux et saisir les engins jusqu’à la régularisation de la situation juridique. Les contrôles avaient été renforcés après qu’une commission centrale du ministère de l’Intérieur avait relevé des infractions dans le projet «Taghazout» et décidé la démolition de plusieurs bâtiments.

Plus de 21 000 nouveaux étudiants inscrits à distance à l’Université Ibn Zhor

lnt.ma – 29/08/2020

Le nombre des étudiants nouvellement inscrits à distance dans le cycle de la licence fondamentale dans les différents établissements d’enseignement supérieur relevant de l’Université Ibn Zohr d’Agadir a atteint 21.582 étudiants au titre de la rentrée universitaire 2020/2021.

Un communiqué de la présidence de l’Université indique que ces étudiants ont été inscrits durant la période allant du 24 et 27 août, précisant que l’opération de confirmation d’inscription à distance pour les nouveaux étudiants se poursuit jusqu’au 29 août, à la faculté des lettres et des sciences humaines, la faculté des sciences, la faculté des sciences juridiques économiques et sociales à Agadir et la faculté Chariaa à Ait Melloul.

Il s’agit également de la faculté des sciences juridiques économiques et sociales, la faculté des sciences appliquées et la faculté des langues, arts et sciences humaines à Ait Melloul, en plus des facultés polydisciplinaires à Ouarzazate, à Taroudant et à Smara, ajoute la même source.

Quant à l’inscription à la licence en sciences de l’éducation, le communiqué fait savoir que la plateforme de pré-inscription, qui a été lancée le 15 août, est toujours ouverte jusqu’au 15 septembre. De même, il a été décidé d’organiser les concours et d’inscrire les étudiants admis dans cette filière entre le 21 et le 25 septembre 2020.

Pour ce qui est de la licence professionnelle et le cycle Master, les plateformes de pré-inscription seront accessible du 21 septembre au 24 octobre 2020, ajoute le communiqué, notant que les concours d’accès et l’inscription des étudiants admis seront programmés du 26 octobre au 5 novembre 2020.

L’Université Ibn Zohr qui comprend une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur, accueille plus de 120.000 étudiants et couvre cinq régions du Royaume à savoir les régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Darâa-Tafilalet, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab.

Décès de Hélène Barutel

C’est avec peine que nous avons appris le 27 août le décès d’Hélène Barutel à l’âge de 101 ans.

Hélène était la fille de Paul Gautier (créateur en 1934 de l’hôtel Miramar d’Agadir qui deviendra ensuite l’hôtel Gautier)

Elle a épousé Henri Barutel, fils d’André Barutel (frère de Fernand Barutel) et ils ont eu trois enfants Elisabeth et Andrée décédées toutes deux lors du séisme de 1960 et Serge qui vit actuellement à Mulhouse.

Agadir perd encore un membre des familles qui ont créé depuis les années 1920, l’Agadir moderne.

Voici une photo d’Hélène Barutel que j’ai prise lors des cérémonies du cinquantenaire du séisme :

Nous nous associons à toute sa famille dans ces douloureuses circonstances.

Qu’elle repose en paix.

LA JUSTICE SE SAISIT DE LA GESTION, PAR LES ISLAMISTES, DE LA MAIRIE D’AGADIR

Par Hassan Benadad  – le360.ma – 23/08/2020

Agadir : La présence d'une délégation officielle israélienne ...Salah El Malouki, président de la commune d’Agadir.

La Cour régionale des comptes d’Agadir a déféré devant la justice le président de la commune, Salah El Malouki, ainsi que cinq de ses vice-présidents et trois fonctionnaires, pour dilapidation des deniers publics. Le quotidien Al Akhbar rapporte, dans son édition du lundi 24 août, que ce déferrement des responsables de la commune devant le procureur du roi survient après la publication d’un rapport accablant établi par l’inspection régionale du ministère de l’Intérieur. L’audit des comptes a, en effet, révélé de graves dysfonctionnements dans la gestion de la commune dirigée par des élus du  PJD. L’audition des mis en cause a été reportée à cause de l’état d’urgence sanitaire, qui a ralenti le fonctionnement de la justice.

L’inspection de l’Intérieur a relevé plusieurs failles, dont la monopolisation de l’exploitation des parkings par une seule et unique société depuis 2014, ainsi que l’anarchie qui règne dans le dépôt de carburant de la commune. D’autant que certains fonctionnaires n’hésitaient pas à remplir, à l’œil, les réservoirs de leurs voitures personnelles.

Sur le plan administratif, par ailleurs, le président de la commune n’en faisait qu’a sa tête et est allé jusqu’à annuler la délégation de signature accordée à neuf vice-présidents, sans en informer les services de la préfecture. D’ailleurs, rapporte le quotidien Al Akhbar, les inspecteurs de l’Intérieur ont pointé du doigt, au niveau de la commune, certains secteurs dont la gestion avait été déléguée aux vice-présidents. Sauf que le président de la commune s’emparait, quand bon lui semblait, des prérogatives de ses adjoints pour prendre des décisions unilatérales. Pis encore, concernant la dilapidation des deniers publics, le rapport révèle que le Conseil payait les factures d’électricité de plusieurs bâtiments qui ne relèvent pas de la commune. Neuf compteurs ont ainsi consommé 272.639,29 dirhams d’électricité en 2016 et 251.789,92 dirhams en 2017. De plus, la commune a continué de payer les charges fixes de plusieurs compteurs inutilisés, mais non résiliés, à hauteur de 30.000 dirhams en 2016 et 24.000 dirhams en 2017.

Une belle promenade à la passerelle d’Holzarte

Randonnée difficile : Le commentaire de pratique.tourisme64.com

Située sur la commune de Larrau, la passerelle d’Holzarte surplombe les gorges d’Olhadubi de 180 m. C’est l’un des sites naturels les plus spectaculaires et les plus fréquentés des Pyrénées occidentales. L’accès se fait à partir de l’Auberge de Logibar (2 km avant le village). On l’atteint au terme de plus d’une heure de marche en sous-bois (en partie). Il est également possible de faire le tour des gorges (compter 4h de marche).

ATTENTION, IL S’AGIT D’UNE RANDONNÉE DIFFICILE POUR MARCHEURS SPORTIFS ET AGUERRIS, DÉCONSEILLÉE AUX ENFANTS. De bonnes chaussures de marche sont indispensables.

Autres commentaires :

Ce n’est pas une simple balade, ça grimpe dur et fort jusqu’à la passerelle, à ne pas faire en tennis !

Incroyable pont suspendu après une jolie montée (attention en cas de forte chaleur, ça grimpe fort.. même pour les sportifs ! )

La randonnée est très physique et à réserver à des personnes en bonne condition, ça monte beaucoup et c’est rocailleux. La passerelle est bien entretenue, elle est large et solide, c’est un plaisir d’y arriver

C’est vrai, la randonnée est, pour moi extrêmement difficile, avec ma plastie des ligaments du genou gauche et ma prothèse de la hanche droite, ça grimpe très fort, dans les pierres par moments, le tout avec une forte chaleur (36°) si bien que j’ai dû m’arrêter à environ 300 m du but. Nicole a été jusqu’au bout avec le reste de la famille ! Ils m’ont dit que j’avais fait le plus dur et que les 300 derniers mètres étaient bien plus faciles !

Les photos (elles ne sont, bien-sûr pas toutes de moi, mais de Véronique, notre fille)

La route avec des paysages magnifiques :

sur le chemin, pendant la montée à pied :

La passerelle elle-même est à 180 m au-dessus de la rivière Olhadubi. Elle fait 70 m de long, elle a été restaurée en 2010 après les dégâts occasionnés par la tempête Xynthia :

Nous avons fait cette randonnée le 19 août, coup de chance car la passerelle a fermé le 22 août.

Le pont d’Holzarte suspendu à environ 180 mètres de haut a vu sa fréquentation augmenter cette année. Le maire de Larrau a précisé que le site était « surfréquenté » suite à la fermeture des Gorges de Kakuetta. Inquiet pour la sécurité des randonneurs,  Jean-Dominique Iriart a donc décidé de fermer la passerelle afin de réaliser des travaux de contrôle, d’entretien et de vérification.

Le maire précise également que cette forte fréquentation ne permet par de respecter les distanciations entre les randonneurs.

L’édifice a été réalisé par les ouvriers de Lombardi Morello en 1920. Il était utilisé à l’époque par les bûcherons. Le pont avait déjà été restauré suite à la tempête Xynthia en 2010.

C’est reparti !

Bonjour,
Me revoilà !
Nous sommes bien arrivés à Bayonne avec une semaine de retard par rapport à la date prévue.
Nous étions attendus chez nous par notre fille Véronique et toute sa famille (c’est nous qui devions les attendre !)
Je ne suis pas du tout intervenu sur le blog depuis notre arrivée : nous nous sommes entièrement consacrés à la famille et à notre santé !

Globalement, ça va, mais ce confinement de 4 mois à Agadir a été très dommageable ! Le médecin me fait faire des séances de kiné pour réadaptation à l’effort (je n’avais plus de résistance…)

Je vais reprendre mon activité sur le blog, mais à petite dose : il me faut garder du temps pour bouger et me remettre en forme !

Ce ne sera pas trop difficile quand on voit les beaux paysages :