Programme de protection des enfants de l’exploitation à des fins de mendicité


par Yousra Amrani – lematin.ma – 16/02/2021

Dernière ligne droite avant le lancement de la phase II dans les villes de Tanger, Meknès, Marrakech et Agadir

Résultat de recherche d'images pour "protection des enfants de l’exploitation à des fins de mendicité"

Le ministère de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille s’apprête à lancer la deuxième phase du plan d’action pour la protection des enfants de l’exploitation à des fins de mendicité dans quatre nouvelles villes pilotes, à savoir Tanger, Meknès, Marrakech et Agadir. Un an après le lancement de ce programme au niveau de trois villes pilote, à savoir Rabat, Salé et Témara, le ministère de tutelle multiplie les réunions avec les différents intervenants afin de faciliter la tâche des équipes d’intervention de l’Entraide nationale.

Un an après le lancement du plan d’action pour la protection des enfants de l’exploitation à des fins de mendicité au niveau de Rabat, Salé et Temara, le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille se prépare à lancer la deuxième phase de ce programme dans quatre nouvelles villes pilotes, à savoir Tanger, Meknès, Marrakech et Agadir. Dans ce sens, la ministre de tutelle, Jamila Moussalli, a tenu une réunion à distance, lundi dernier, avec des responsables de l’Entraide nationale des régions et préfectures relevant des villes de Rabat, Salé, Témara, Tanger, Meknès, Marrakech et Agadir consacrée à la présentation du plan, dans le but de préparer sa mise en œuvre dans les quatre nouvelles villes dans le cadre de la deuxième phase, et ce après le succès du déploiement du plan dans les trois villes modèles.
À cette occasion, Mme Moussalli a déclaré que l’organisation de cette réunion se tient juste après celle organisée par la Commission directoire le 1er février pour suivre la mise en œuvre du plan d’action initial. Réunion au cours de laquelle la commission a décidé d’élargir l’expérience pour inclure les quatre nouvelles villes dans le cadre d’une politique de convergence avec les villes modèles adoptant des instruments territoriaux intégrés pour la protection des enfants. La ministre a affirmé dans ce sens que son département a envoyé des correspondances à la présidence du ministère public, les secteurs gouvernementaux concernés, les gouverneurs, les préfets et les associations concernées pour définir les points focaux d’intervention des équipes de travail multidisciplinaires sur le terrain dans les nouvelles villes ciblées.  En outre, d’autres correspondances ont été envoyées aux autorités concernées pour faciliter le travail des responsables de l’Entraide nationale sur le terrain.
Il convient de rappeler que le plan d’action pour la protection des enfants de l’exploitation à des fins de mendicité vise le renforcement du système de protection de l’enfant de ce type d’exploitation en se basant sur le travail d’intervention d’équipes de terrain pluridisciplinaires dans différentes régions au niveau de la protection judiciaire, des soins de santé, de l’assistance psychologique et sociale, de l’éducation et la formation, ainsi que du suivi et de l’évaluation. Adoptant une approche accordant la priorité à l’intérêt de l’enfant, le programme a la particularité d’engager les différents acteurs impliqués aux niveaux central et territorial.
S’agissant de ces principaux objectifs, ce plan vise à mettre en place les mesures d’accompagnement de l’application des lois nationales qui criminalisent l’exploitation des enfants dans la mendicité, tout en plaçant la famille au cœur du système de protection. Décliné en neuf axes, ledit programme  prend en compte le parcours de l’enfant dans le système de protection à partir du signalement de l’enfant par la police judiciaire en passant par la protection judiciaire appropriée, puis la prise en charge médicale, clinique et psychologique urgente selon la situation de chaque enfant. Il s’agit ensuite de réinsérer l’enfant dans sa famille, l’accompagner et le faire bénéficier des programmes de soutien social disponibles, soit par le biais du Fonds d’appui à la cohésion sociale ou du Fonds Takaful de la famille, ou par l’accueil de l’enfant dans une institution de protection sociale si son intérêt l’exige. Selon la ministre de Solidarité, plus 142 cas d’exploitation d’enfants à des fins de mendicité ont déjà été traité dans le cadre de la première phase de ce programme. Les enfants, 79 filles et 63 garçons, ont ainsi bénéficié de plusieurs services sociaux. 

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :