Archives de février 20th, 2021

Ecole de la 2ème chance d’Inezgane (suite)

Après la signature  en septembre de l’Accord Cadre de partenariat et de  coopération par Mr Chahid ABBAR, le Président de l’association AFMADEC au siège de la Direction de l’Education non Formelle au Ministère de l’Education à,Rabat, voici les  photos de la séance du 22 octobre 2020 pour les signatures du document de mise à disposition des locaux  et du matériel scolaire à l’association AFMADEC par les responsables de l’AREF (Académie Régionale de l’Education et de la Formation) et de l’Unicef.

Pour l »Académie , Mme Meriem ZINOUN Chef de projet AREF

Pour l’UNICEF , Mr Mohamed BAALA  de l’AREF

Pour AFMADEC Mr Miloudi LAMNOUAR Vice président de l »association.

 

Cette séance de signatures du PV de mise à disposition  a eu lieu dans les locaux de l’École pour son ouverture officielle le 22 Octobre 2020 afin que l’association AFMADEC puisse  y accueillir 65 jeunes fortement déscolarisés de 15 à 18 ans.

Le Maroc a entamé l’administration de la dose 2 du vaccin anti-Covid, plus de 4 800 bénéficiaires ce vendredi

infomediaire.net – 19/02/2021

Un total de 448 nouveaux cas d’infection au coronavirus et de 835 guérisons a été enregistré au cours des dernières 24 heures au Maroc, a annoncé jeudi le ministère de la Santé qui a fait état de 2.357.283 personnes vaccinées à ce jour (dose 1).

Le nombre de personnes ayant bénéficié de la deuxième dose du vaccin a atteint 4.867, a précisé le ministère dans son bulletin quotidien sur la situation de la Covid-19, faisant savoir que le nouveau bilan porte à 480.504 le nombre total des contaminations depuis le premier cas signalé en mars dernier.

Le nombre des personnes rétablies est passé à 463.271, soit un taux de guérison de 96,4 %, alors que le nombre total des décès est passé à 8.540, avec 16 nouveaux cas recensés en 24 heures, soit un taux de létalité de 1,8 %.

Les cas de décès ont été enregistrés dans les régions de Casablanca-Settat (5), l’Oriental (4), Rabat-Salé-Kénitra (3), Marrakech-Safi (1), Souss-Massa (1), Béni Mellal-Khénifra (1), Darâa-Tafilalet (1).

Les nouveaux cas d’infection ont été recensés dans les régions de Casablanca-Settat (194), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (64), Rabat-Salé-Kénitra (62), l’Oriental (66), Marrakech-Safi (19), Souss-Massa (16), Darâa-Tafilalet (6), Béni Mellal-Khénifra (7), Fès-Meknès (5), Dakhla Oued-Eddahab (4), Laâyoune-Sakia El Hamra (3) et Guelmim-Oued Noun (2).

Le nombre des cas actifs s’élève à 8.693 alors que les cas sévères ou critiques sont au nombre de 424, dont 35 placés sous intubation.

Sécurité routière: 1,6 milliard DH pour le plan d’action de 2021

aujourdhui.ma – 19/02/2021

Sécurité routière: 1,6 milliard DH pour le plan d’action de 2021

Un montant de 1,60 MMDH a été alloué à la mise en œuvre du plan d’action relatif à la sécurité routière pour l’année 2021.

C’est ce qu’a souligné jeudi à Rabat le ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara qui a présenté le bilan et des perspectives de la politique nationale en matière de sécurité routière au cours de la réunion du Conseil de gouvernement.

Le Ministre a indiqué que pour le programme d’action 2021 relatif aux piétons, il a été procédé à l’adoption d’un guide référentiel des aménagements de sécurité routière et à la réalisation de 50 opérations d’audit afin de s’assurer du respect de la compatibilité des véhicules avec les attestations de conformité délivrées. Concernant les cyclomoteurs de deux ou trois roues, il est question de déterminer les mécanismes nécessaires pour l’examen d’obtention du permis de conduire des cyclomoteurs cylindrés de plus de 50 cm3, conformément au décret en vigueur en la matière. Le responsable gouvernemental a précisé qu’il sera procédé à la révision des critères techniques d’approbation des casques en y ajoutant un code pour faciliter les opérations de contrôle. En plus, des plateformes interactives dédiées à l’éducation routière seront réalisées dans les villes de Temara, El Kelâa et Boujdour, au profit des enfants de moins de 14 ans, avec un budget de 16 MDH.

Le ministre a mis l’accent sur la poursuite de l’introduction des notions de la sécurité routière dans le milieu scolaire et la mise en place d’un certificat scolaire de sécurité routière dans le cycle collégial, en plus de clubs pour la sécurité routière dans les établissements d’enseignement primaire et universitaire (1 MDH). Concernant les accidents impliquant un seul véhicule, l’année 2021 verra la mise en application du projet pilote d’amélioration de la qualité de l’examen appliqué pour l’obtention du permis de conduire, dans le cadre d’une convention de partenariat avec l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir, l’installation et l’exploitation de 552 radars fixes et l’acquisition de 140 radars mobiles au profit de la Gendarmerie royale (10 MDH).

Pour ce qui est du transport du personnel, il sera procédé à l’augmentation du nombre de points de contrôle et des seuils de contrôle technique pour les véhicules de transport professionnel et au renforcement du contrôle routier des véhicules de transport de marchandises, notamment en matière d’infractions relatives à la surcharge. Ainsi, le parc des bus du transport en commun sera contrôlé au moins deux fois par an.

Abdelkader Amara a aussi dévoilé que l’accent sera mis sur l’approbation du projet de loi relatif au transport médical et aux premiers secours, la promulgation de la loi relative aux urgences pré-hospitalières, l’élaboration d’une décision conjointe des ministères de la Santé et du Transport portant sur la nouvelle liste des maladies et empêchements sanitaires de conduite, ainsi que sur la publication d’une décision des ministres de la Santé et de l’Intérieur relative à l’organisation du transport médical. Notons que la présentation du bilan et des perspectives de la politique nationale dans le domaine de la sécurité routière coïncide avec la commémoration de la Journée nationale de la Sécurité routière qui se déroule le 18 février de chaque année.

Pour encourager l’entrepreneuriat dans la région : La Cité d’Innovation Souss-Massa accueillera une deuxième tranche de start-up

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 19/02/2021

Pour encourager l’entrepreneuriat dans la région : La Cité d’Innovation Souss-Massa accueillera une deuxième tranche de start-up

La Cité d’Innovation Souss- Massa (CI-SM) lance un appel à manifestation d’intérêt pour accueillir une deuxième tranche de porteurs de projets et startups innovantes de la région Souss-Massa.

Capitalisant sur cette dynamique, la Cité s’apprête à accueillir une deuxième cohorte d’entrepreneurs innovants en vue de leur offrir un environnement propice pour leur développement. Dans ce sens, celle-ci vient de lancer un deuxième appel à manifestation d’intérêt (AMI) destiné aux start-up, chercheurs, autoentrepreneurs et porteurs de projets souhaitant se lancer dans une dynamique entrepreneuriale innovante et profiter d’un accompagnement sur mesure : mentorat, mise en réseau, accès au marché, accès au financement, accès à la formation et à la compétence. Cet AMI s’adresse aux entreprises innovantes ayant moins de 5 ans d’existence, un auto-entrepreneur, porteur de projet, chercheur, ou étudiant-chercheur. La CI-SM offrira aux admis son espace incubateur, ses laboratoires de recherche et une panoplie de services d’accompagnement.

Notons que la Cité est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’intérieur, le ministère de l’économie et des finances, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le ministère de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, le Conseil régional Souss-Massa, l’Université Ibn Zohr et la société MITC, société de gestion des Technoparks. Un an après son inauguration par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la CI-SM héberge déjà 35 startups innovantes et accompagne 6 projets de recherche & développement. La CI-SM est située dans l’enceinte de l’Université Ibn Zohr et s’étale sur une superficie de 5.000 m² entièrement dédiée à la recherche appliquée et l’entrepreneuriat innovant. L’objectif est de soutenir la création d’entreprises innovantes à partir des résultats de la recherche et la diffusion de la culture entrepreneuriale. La CI-SM est gérée par la société MITC (Moroccan Information Technopark Company).

Elle dispose d’un incubateur d’entreprises innovantes, d’une plateforme de R&D équipée, de salles de réunion, de conférence et de formation, d’un espace coworking, un centre documentaire, une salle informatique, un espace créatif, ainsi qu’un guichet unique facilitant les démarches administratives pour les entreprises. Cette Cité se veut être le lieu de foisonnement et de frottement entre les différents acteurs de l’innovation : étudiants-chercheurs, chercheurs, entrepreneurs, auto-entrepreneurs, clusters, structures d’accompagnement…

Le but est de créer un lieu convivial et un environnement unique favorisant bienêtre, créativité, transfert technologique, entrepreneuriat et innovation.

Tiznit: Plantation de 100 hectares d’arganiers

aujourdhui.ma – 20/02/2021

Tiznit: Plantation de 100 hectares d’arganiers

Le coup d’envoi a été donné, récemment, pour la plantation de 100 hectares d’arganiers à Tiznit , qui jouent un rôle important dans la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques. Cette opération, lancée par le gouverneur de la province de Tiznit, Hassan Khalil et la délégation l’accompagnant, s’inscrit dans le cadre de la qualification de l’arganeraie et la contribution dans le développement social économique de la population locale. A cette occasion, 100 hectares d’arganiers ont été plantés au niveau du douar de Tifadin, apprend-on auprès de la province qui précise que l’arganeraie constitue 29% du superficie globale de Tiznit avec 147.216 hectares plantés. Le couvert forestier dans la province permet la production de 300kg de fruits, soit 7 litres de l’huile d’argan, la lutte contre la déforestation, la protection de la diversité biologique, outre la production des plantes aromatiques. La chaîne de l’arganeraie jouit d’un grand intérêt de plusieurs intervenants qui œuvrent dans le cadre d’ une approche participative associant les bénéficiaires à toutes les phases d’exécution. Une démarche qui constitue un élément fondamental et incontournable pour garantir la pérennité et la durabilité des interventions et la mise en œuvre de ce projet de plantation.

Autoroutes du Maroc : La sécurité des clients usagers en tête des priorités

par Laila Zerrour – 19/02/2021

Autoroutes du Maroc : La sécurité des clients usagers  en tête des priorités

La sécurité des déplacements des clients-usagers sur le réseau autoroutier est une priorité majeure pour Autoroutes du Maroc (ADM).

En 2018, ADM avait lancé un plan ambitieux baptisé «AGIR» : Action globale contre l’insécurité routière, qui rappelons-le, vise à diminuer le nombre d’accidents sur le réseau autoroutier et à réduire le nombre de morts de 50% à horizon 2021 et 75% d’ici 2025. ADM a poursuivi le déploiement de ce plan en investissant dans l’infrastructure et les nouvelles technologies. ADM déploie un vaste programme de développement couvrant à la fois la modernisation des aires de repos et de service, la diversification de l’offre de télépéage, le renforcement de l’offre d’assistance, d’information et de connexion, la maintenance, la modernisation et la digitalisation de l’exploitation répondant aux exigences de sécurité.

Jawaz : Un succès incontesté

ADM a été pionnière en tant que société publique dans l’initiation de projets en lien avec le digital : l’introduction du télépéage en 2014 et sa généralisation à l’ensemble des gares du réseau autoroutier en étaient le projet phare. Le succès incontesté de «Jawaz» témoigne de la propension des clients d’ADM à adhérer aux nouvelles technologies. En utilisant Jawaz, l’automobiliste bénéficie de plusieurs avantages : simplicité et sécurité de paiement, confort, en empruntant des voies dédiées, gain de temps au passage, fluidité du trafic. Selon la société gestionnaire des autoroutes du Royaume, Jawaz permet un transit par les péages 8 fois plus rapide que le paiement en espèces. Et par conséquent, une personne qui paie en espèces met autant de temps à passer le poste de péage que 8 personnes qui détiennent le Pass Jawaz. Ce pass constitue la meilleure solution permettant de fluidifier le trafic et de renforcer la sécurité et le confort des clients-usagers. En octobre 2020, ADM avait annoncé que le nombre d’utilisateurs du Pass Jawaz avait dépassé le cap de 1 million. Dans son rapport d’activité au titre de l’année 2019, ADM a signalé qu’à fin 2019, le produit Jawaz a dépassé les 800.000 abonnés avec 400.000 nouveaux pass vendus. Ainsi, les ventes ont doublé pour la deuxième année consécutive. Le nombre des transactions de recharge Jawaz avoisine les 3 millions, soit le double de la performance 2018 avec une progression en volume de +46%. Ce succès a été le fruit d’un long processus d’automatisation et de modernisation depuis ces 3 dernières années. Bien que la recette soit toujours essentiellement perçue en espèces, le Pass Jawaz connaît une augmentation soutenue depuis sa généralisation en 2017. La recette espèces est ainsi passée de 74% de la recette globale en 2014 à 52,8% en 2019 alors que le télépéage représente en 2019 le quart du chiffre d’affaires péage d’ADM, en augmentation de 7,3 points par rapport à 2018.

Sécurité et fluidité du trafic

Dans l’objectif précis de gérer la sécurité et la fluidité de la circulation autoroutière, ADM a mis en place en 2018 la tour de contrôle de trafic au niveau central. Cette tour qui fonctionne 24h/7j reçoit en direct les images captées par un réseau dense de caméras couvrant le réseau autoroutier et signale en temps réel tout incident détecté. La tour coordonne également les interventions avec les équipes d’exploitation sur le terrain. Cette tour est actuellement en phase de déclinaison au niveau régional afin d’améliorer le niveau de contrôle. A noter qu’ADM avait lancé en 2019 d’importants chantiers pour renforcer la sécurité. Ces projets portent sur le renforcement de la sécurité contre les actes de vandalisme et l’aménagement des ponts équipés de clôture et de matériel de sécurité (ex. caméra intelligente). Il faut aussi signaler la construction et l’aménagement d’aires de repos dédiées aux poids lourds pour les inciter au repos comme c’est le cas pour la descente d’Amskroud.
Figurent aussi la continuité du programme passerelle par la construction et la sécurisation des passerelles pour piétons. Parmi les autres projets importants figurent la campagne d’affichage au niveau des gares de péage, des messages de sécurité pour la sensibilisation des usagers en situation d’arrêt sur les bons comportements à adopter ainsi que la sensibilisation des automobilistes lors de leur voyage à consulter l’application ADM trafic pour s’enquérir de l’état du trafic avant de prendre l’autoroute et éviter les horaires à forte affluence.

L’excès de vitesse, première cause des accidents mortels sur les autoroutes

ADM avait analysé de très près le comportement des Marocains au volant au travers du premier baromètre marocain de la conduite responsable en partenariat avec la Fondation Vinci Autoroutes. Ce baromètre avait permis d’identifier les conduites à risque et les bonnes pratiques pour contribuer à mieux orienter les messages de prévention au Maroc. Il en ressort que les accidents mortels sur les autoroutes sont principalement dus à 4 facteurs qui sont par ordre d’importance : la vitesse excessive ; la somnolence au volant ; l’inattention causée par l’utilisation des objets connectés au volant ; la vétusté ou le manque d’entretien du véhicule. Selon le baromètre, la vitesse est considérée, par 66% des conducteurs marocains, comme la principale cause d’accidents mortels sur les routes, devant la conduite sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants (36%). Sur l’autoroute, ce ratio atteint les 77%. Sur les routes en général, 56% des conducteurs marocains dépassent de quelques km/heure la limitation de vitesse. L’inattention est également l’une des principales causes d’accidents mortels sur les routes, d’après 27% des conducteurs marocains interrogés. Pourtant, ils sont nombreux à continuer de conduire en utilisant leur téléphone, leur smartphone ou en réglant leur GPS ou encore en lisant ou en envoyant des SMS ou des e-mails. Ces objets du quotidien, dont il semble qu’on ne puisse se séparer même au volant, multiplient les comportements à risque du fait de la distraction qu’ils entraînent. Ainsi, au volant : 57% téléphonent en conduisant avec un kit mains libres ou Bluetooth ; 35% utilisent leur téléphone tenu en main ; 25% manipulent leur GPS ou une application de navigation au volant ; 18% envoient et/ou lisent des SMS ou des e-mails au volant. Pour ces différentes raisons, ADM recommande à ses clients-usagers de respecter les limitations de vitesse, sur l’autoroute, près des gares de péage et aux abords des chantiers ; de veiller à être bien reposé avant de prendre l’autoroute et se reposer toutes les deux heures et dès les premiers signes de somnolence ; de ne pas utiliser d’objets connectés au volant et de vérifier l’état général du véhicule.

De grands chantiers sur les tronçons les plus fréquentés

2019 a été marquée par l’achèvement de la première phase des travaux d’élargissement à 2×3 voies de l’autoroute Casablanca-Berrechid et de l’autoroute de contournement de Casablanca. Il s’agit d’un chantier inédit en termes de construction sous circulation sur des tronçons des plus fréquentés du Royaume. Ce projet est devenu une nécessité absolue car cette autoroute concentre la majorité des flux circulant entre le Nord et le Sud du Royaume et dessert le plus grand aéroport international du pays. Elle enregistre ainsi un trafic moyen journalier très élevé qui atteint les 60.000 véhicules par jour sur certaines sections. Rappelons que sa gestion avait été confiée à la filiale d’expertise technique d’ADM : ADM Projet dont les équipes disposent d’une expérience confirmée en gestion des grands projets complexes, notamment l’élargissement à 2×3 voies de l’autoroute Casablanca-Rabat. Cette première phase avait démarré dès 2016 et mobilisé un budget d’environ 400 millions de dirhams financés par ADM. La deuxième phase de ce grand chantier concerne un linéaire d’environ 60 km, allant de la bifurcation de Mohammedia jusqu’au nœud autoroutier de Berrechid, en passant par la bifurcation de Lissasfa. Elle a mobilisé une enveloppe globale de 1,75 milliard de DH financée par des prêts concessionnels auprès des bailleurs de fonds, des prêts obligataires et des fonds propres d’ADM. Il est à noter que l’élargissement de ce tronçon autoroutier de 31 km allant de la bifurcation de Mohammedia à celle de Lissasfa est à son tour devenu très important puisqu’il vise à accompagner la croissance significative du trafic que connaît cette section en particulier. En effet, le trafic moyen journalier dépasse les 50.000 véhicules par jour. Les travaux de la deuxième phase de ce grand projet ont été lancés en janvier 2020. Il est à rappeler que cette seconde phase du projet concerne des sections autoroutières à fort trafic desservant des infrastructures vitales et nécessitant le maintien de la circulation dans les deux sens de circulation. Ainsi, le plan préparé par ADM permettra de limiter au maximum la congestion occasionnée aux clients-usagers de l’autoroute Casablanca-Berrechid.

Un trafic moyen journalier de 24,2 millions de véhicules-kilomètres

La circulation moyenne journalière sur le réseau des autoroutes du Maroc s’est établie à 24,2 millions de véhicules-kilomètres en 2019, enregistrant une augmentation de 3,9% par rapport à 2018. La circulation des véhicules légers a augmenté de 3,6%. Ces véhicules représentent 78,3% de la circulation globale. On note une augmentation de 5,4% pour les poids lourds qui représentent 21,7% de la circulation globale. Le trafic moyen journalier sur les différents axes du réseau entre 2018 et 2019 a augmenté de 3,9% passant de 13.300 à 13.824. Le trafic moyen journalier a connu une importante hausse par rapport à 2018 dans la région centre, portée notamment par les deux catégories de poids lourds qui ont augmenté de plus de 8%. Au niveau géographique, l’augmentation du trafic au niveau d’El Jadida-Safi s’approche de 10%, soit la plus importante sur le réseau national. Elle est de 7,1% sur Berrechid-Beni Mellal. Dans la région nord, l’autoroute Rabat-Casablanca et contournement de Casablanca ont également maintenu leur rythme de croissance, avec une évolution de +5,8% et +7,6% respectivement. L’évolution dans la région sud est comparable pour les trois catégories de véhicules, avoisinant les 4% et atteignant 5,1% sur Marrakech-Agadir. Le trafic moyen journalier sur l’autoroute de l’Oriental a, quant à lui, enregistré une augmentation de 3% par rapport à 2018, la section Fès-Oujda présentant une évolution supérieure à celle de la section Rabat-Fès (+3,6% contre +2,6%).

Pluies, chutes de neige et rafales de vent dimanche et lundi au Maroc

laquotidienne.ma – 19/02/2021

Afficher l’image source

De fortes pluies parfois orageuses, des chutes de neige et de fortes rafales de vent sont attendues dimanche et lundi dans plusieurs provinces du Royaume, a annoncé vendredi la Direction générale de la météorologie (DGM).

De fortes pluies parfois orageuses (30 à 50 mm) sont prévues dimanche de 01h00 à 15h00 dans les provinces d’El Jadida, Essaouira, Safi et Sidi Bennour, a précisé la DGM dans un bulletin d’alerte météorologique.

Des pluies localement modérées et parfois orageuses (20 à 30 mm) sont attendues durant la journée du dimanche dans les provinces d’Agadir-Ida-Ou-Tanane, Al Haouz, Azilal, Beni Mellal, Benslimane, Berrechid, Casablanca, Chichaoua, Kenitra, Larache, Mediouna, Mohammadia, Nouaceur, Rabat, Salé, Skhirate-Temara et Tanger-Assilah, poursuit le bulletin.

Dimanche et lundi, des chutes de neige à partir de 1.500 m (10 à 40 cm) intéresseront les provinces de Chichaoua, Azilal, Al Haouz, Ouarzazate, Tinghir, Beni Mellal, Khenifra, Ifrane, Midelt, Boulemane, Sefrou, Taroudant, Chefchaouen, Al Hoceima et Taza, indique la DGM.

De fortes rafales de vent (75 à 85 km/h) sont attendues dimanche à Al Haouz, Al Hoceima, Azilal, Beni Mellal, Boulemane, Chefchaouen, Chichaoua, Errachidia, Essaouira, Figuig, Guercif, Ifrane, Jerada, Khenifra, Midelt, Ouarzazate, Oujda-Angad, Safi, Taourirt, Taza, Tinghir, Youssoufia et Zagora.

Par ailleurs, des baisses de températures toucheront dimanche l’ensemble du Royaume, conclut l’alerte.

SOUSS-MASSA : QUEL IMPACT AURA LA MISE EN SERVICE DE LA STATION DE DESSALEMENT DE L’EAU DE MER ?

agrimaroc.ma – 19/02/2021

Souss-Massa impact aura la mise en service de la station de dessalement eau de mer

La mise en service de la station de dessalement de l’eau de mer est prévue pour Avril 2021.

À l’occasion d’une visite de terrain du ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, au niveau de la province de Chtouka Ait Baha dans la région de Souss-Massa, il a été établi que les travaux de la station de dessalement avancent à grands pas.

Le taux d’avancement des travaux au niveau de la station de dessalement de l’eau de mer est de 85,4% et sa mise en service partielle est prévue en avril 2021. Elle offrira, ainsi, dans la première phase 275.000 m3/jour à raison d’un débit de 125.000 m3/jour pour les besoins en eau d’irrigation.

Ces installations permettront à terme de produire 400.000 m3/jour d’eau dessalée, partagée équitablement entre l’eau potable et l’eau d’irrigation. Ce qui sera d’un grand répit pour les agriculteurs et producteurs de la région de Souss-Massa.

En effet, le stress hydrique y avait atteint son paroxysme avec le développement de secteurs gros consommateurs de la ressource : agriculture; tourisme, agroalimentaire et industrie, souligne L’Economiste.

Dès lors, ce projet de grande envergure, conçu pour un coût global de 4,4 milliards de DH est le fruit de la mutualisation des efforts et des moyens entre le ministère et l’ONEE, vient à point nommé répondre aux besoins en irrigation de cette zone et ceux d’eau potable du Grand Agadir.

%d blogueurs aiment cette page :