Archives de mars 31st, 2021

Coronavirus/Maroc: Les cas repartent à la hausse dans plusieurs régions

par Yasmine Saih – fr.hespress.com – 30/03/2021

Coronavirus/Maroc: Les cas repartent à la hausse dans plusieurs régions

Le Maroc a enregistré 665 nouveaux cas porteurs du coronavirus ces dernières 24 heures après un bilan de première journée de la semaine plutôt calme, portant le total des cas recensés au niveau national depuis le début de l’épidémie à 495 421. Après le nombre très bas des nouveaux cas enregistrés la veille, le bilan de mardi repart à la hausse.

Actuellement, le total des cas actifs passe à 3 443, parmi eux, 419 cas sont dans un état grave. En termes d’incidence nationale, le taux passe à 1362,5 cas par 100.000 habitants.

Sur les dernières 24h, l’incidence est 1,8 cas par 100 000 habitants et le nombre de personnes totalement vaccinées (ayant reçu la première et seconde dose) a atteint les 4 315 802 tandis que les personnes ayant reçu la deuxième dose du vaccin est estimé à 3 566 498, selon le ministère de la Santé.

Quant à la répartition géographique des nouveaux cas recensés au Maroc ces dernières 24 heures, c’est la région de Casablanca-Settat qui arrive en tête avec 477 infections dont la frande majorité a été enregistrée dans la ville de Casablanca avec 379 cas, et 37 cas à Mohammedia, 33 à Nouaceur, 12 à Berrechid, 6 à Mediouna, 5 à El Jadida, 4 à Benslimane et 1 à Settat.

La région de Rabat-Salé-Kénitra arrive en deuxième position ce mardi avec 64 nouvelles infections dont 23 à Salé, 22 à Kénitra, 10 à Skhirat-Témara, 5 à Rabat, 2 à Sidi Slimane, 1 à Khemisset et à Sidi Kacem.

Bilan similaire pour les régions de Marrakech-Safi et de l’Oriental avec respectivement 23 et 20 cas recensés. Il s’afit de 20 infections à Marrakech et 3 à Chichaoua pour la première et 10 cas à Oujda-Angad, 4 à Taourirt, 3 à Berkane, 2 à Nador et 1 à Jerada pour la seconde.

Même bilan quotidien pour les régions de Laâyoune-Sakia El Hamra et de Dakhla-Oued Eddahab qui ont toutes deux enregistré 17 cas répartis comme suit: 15 cas à Laâyoune, 1 à Smara et 1 à Boujdour pour la première alors que tous les cas de Dakhla-Oued Eddahab ont été identifiés à Oued Eddahab.

Un cas un moins fait le bilan de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 8 infectins recensées à Tanger-Assilah, 3 à Larache, 2 à Tetouan et à M’diq-Fnideq et 1 cas à Al Hoceima.

Les régions de Drâa-Tafilalet et de Souss-Massa ont également enregistré le même bilan avec 10 cas positifs au covid-19, dont 9 cas enregistrés à Errachidia et 1 cas à Tinghir pour la première, et 4 cas recensés à Inzegane-Ait Melloul, 2 à Tiznit et à Tata, 1 à Agadir-Ida-Ou-Tanane et à Chtouka-Ait Baha pour la seconde.

Le reste des régions affichent des bilans en dessous de la dizaine d’infections, c’est le cas de Beni Mellal-Khénifra avec 6 cas répartis entre 3 à Fqih Bensaleh, 2 à Khouribga et 1 à Khénifra), la région de Guelmim-Oued Noun avec 3 cas dont 2 à Assa Zag et 1 à Tan Tan et enfin 2 cas dans la région de Fès-Meknès, recensés à Fès.

Ryanair programme Figari, Minorque et Agadir au départ de Bordeaux

tourmag.com – 31/03/2021

Ryanair a dévoilé les nouveautés de son programme été 2021 au départ de Bordeaux. Trois nouvelles destinations seront lancées : Figari, Minorque et Agadir.

Perpignan – Marrakech : Ryanair annule !
La low cost positionnera 2 avions pour proposer au total 33 destinations. – DR

Ryanair a présenté son programme été 2021 au départ de Bordeaux.

La compagnie lancera 3 nouvelles lignes à partir de juillet vers Figari, Minorque et Agadir. Avec la restauration de sa base, la low cost positionnera 2 avions pour proposer au total 33 destinations.

Jason McGuinness, Directeur Commercial de Ryanair, a déclaré : « Alors que les campagnes vaccinales se poursuivent dans les mois à venir, le trafic aérien devrait reprendre très fort cet été. ».

Souss-Massa : 38 MDH pour la valorisation des produits aquacoles

lavieeco.com – 30/03/2021

Aquaculture

LE CONSEIL DE LA RÉGION SOUSS-MASSA A APPROUVÉ UNE CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA MISE EN PLACE D’UN PROJET DE VALORISATION DES PRODUITS AGRICOLES AVEC UN MONTANT GLOBAL DE 38 MDH.

La contribution du Conseil de la région au financement de ce projet s’élève à 10 MDH, de même pour le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts (10 MDH), alors que Haliopolis contribue avec un montant de 18 MDH.

La superficie consacrée à l’aquaculture au niveau de la région de Souss-Massa est évaluée à plus de 4.000 ha, répartis sur 4 zones dédiées à la mise en place de projets de pisciculture pour l’élevage de 3 espèces marines à savoir : les coquillages, les algues marines et les poissons.

Selon les données fournies par l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture (ANDA), la première zone se situe entre Imessouane et Tamri (nord de la ville d’Agadir) et est dédiée à la création de 48 unités d’élevage des coquillages, soit une superficie de 15 ha pour chaque unité.

Quant à la seconde zone située également au nord de la ville d’Agadir, entre Cap Ghir et Tamraghte, elle a été consacrée à la création de 48 unités de production de poissons, avec une superficie de 25 ha pour chaque unité, outre la mise en place de 42 unités d’élevage de coquillages d’une superficie de 15 ha pour chaque unité.

Sur le littoral de la zone de Tifnite-Oued Massa relevant de la province de Chtouka Aït Baha, ce financement concerne la mise en place d’une troisième zone dédiée à la création de 72 unités, dont 48 unités d’élevage des coquillages et 24 dédiées aux algues marines, avec une superficie de 15 ha pour chaque unité.

Concernant la quatrième zone, elle est située entre Oued Massa et Sidi Boulefdayel (province Chtouka-Aït Baha) sur une superficie totale estimée à 1.080 ha, répartie sur 72 unités de production de coquillages.

Exercice militaire African Lion 2021: une partie des manœuvres se déroulera au Sahara

par Wissam El Bouzdaini – maroc-hebdo.press.ma – 30/03/2021

Dans la lignée de la reconnaissance US de la marocanité des provinces sahariennes, l’armée américaine s’apprêterait à se déployer dans la région pour des exercices militaires.

C’est un nouveau coup dur que s’apprêterait, selon différents médias, à asséner l’administration Joe Biden à la junte algérienne. Ainsi, une partie de l’exercice annuel African Lion, que supervisent depuis juin 2008 les Forces armées des États- Unis au Maroc, devrait en partie cette année se dérouler au Sahara marocain et plus précisément du côté de Tan Tan, Mahbès et Dakhla, et ce dans la lignée de la reconnaissance par Washington, le 10 décembre 2020, de la marocanité de la région.

Oui vous avez bien lu: est aussi incluse Mahbès, cette localité se trouvant dans la zone tampon séparant les Forces armées royales (FAR) des milices du mouvement séparatiste du Front Polisario. Et à en croire les médias mentionnés plus haut, un des objectifs affichés est de prévenir des attaques extérieures contre le Maroc, on peut l’imaginer depuis l’Algérie, où sont stationnées lesdites milices.

Stratégie de dissuasion
Des responsables militaires marocains et américains auraient en tout cas, au cours d’une réunion tenue le 27 mars 2021 au siège du commandement de la zone sud des FAR dans la ville d’Agadir, ouvertement abordé le sujet. Il s’agirait, de fait, d’une nouvelle confirmation des intentions de l’administration Biden quant au Sahara marocain, dans le sens du maintien de la décision du 10 décembre 2020. Le porte-parole du département d’État des États-Unis, Ned Price, avait à cet égard déclaré le 22 février 2021, au cours d’une conférence de presse, qu’il n’y avait “aucune mise à jour” de la part du pays de l’oncle Sam, et ce bruit sur le fait que le Sahara marocain accueillerait au moins une partie d’African Lion est plus qu’éloquent.

Mais il y a plus: il ressort clairement que Washington ne veut vraiment pas d’un autre conflit militaire dans le Grand Sahara, sachant qu’elle est particulièrement active dans la région pour lutter contre le terrorisme jihadiste elle avait même perdu quatre soldats, début octobre 2017, dans une embuscade au Niger. Et que pour ce faire, elle serait prête à intervenir, si besoin est, aux côtés du Maroc.

Bien sûr, on peut imaginer qu’il s’agit là davantage d’une stratégie de dissuasion à l’égard du Polisario mais aussi et surtout de l’Algérie, qui tient depuis l’élection, en décembre 2019, de Abdelmadjid Tebboune à sa présidence un discours on ne peut plus cocardier envers le Royaume et vient même d’organiser le 17 janvier 2021 dans la région de Tindouf, non loin du mur de défense marocain, des exercices militaires. Mais le message est fort.

Rappelons que le 2 octobre 2020, le Maroc et les Etats-Unis avaient signé une feuille de route pour la coopération en matière de défense 2020-2030. Celle-ci devrait notamment se traduire par la vente d’équipements militaires aux FAR, à l’instar des drones MQ-9 Reaper de la compagnie US General Atomics.

AZA : Deux décennies de dissémination de la musique amazighe en Amérique

Par Al Mustapha Sguenfle – mapexpress.ma – 30/03/2021

Fruit de l’initiative de deux artistes marocains résidant aux Etats-Unis, le groupe AZA incarne, depuis deux décennies environ, l’excellence à laquelle peut accéder l’émigration musicale marocaine.

AZA a vu le jour au pays de l’Oncle Sam en 2003 grâce au duo Fattah Abbou et Mohamed Aoualou. Natif des environs de Ouarzazate, Aoualou est influencé par la musique occidentale tout en demeurant attaché à la musique locale propre à sa région d’origine. Il avait d’ailleurs joué avec des artistes connus à Ouarzazate, comme Mohamed Mallal, avant de partir s’installer aux Etats-Unis à partir de 1998.

Fattah Abbou a, quant à lui, grandi à Imintanoute (province de Chichaoua). Dans un entretien avec MAP-Amazigh, il dit avoir appris à jouer la musique amazighe dès l’âge de sept ans, influencé en cela par les traditions d’Ahwach et de Taskiwin, ainsi que le répertoire des Rwaïs. En 2000, il s’est fixé aux Etats-Unis où il a fondé, avec Mohamed Aoulaou, le groupe AZA à Santa Cruz, Californie.

Le choix de l’appellation du groupe n’est pas anodin. En effet, le mot AZA fait référence à la lettre “Z” (ⵣ), à forte charge symbolique du fait qu’elle renvoie “au renouveau et à l’affirmation de l’identité et de la culture amazighes propres à l’Afrique du Nord”, note Fattah Abbou.

Aujourd’hui, AZA est formé autour de six membres. Outre Fattah Abbou et Mohamed Aoualou, il s’agit des musiciens américains Elizabeth Torres, Genoa Brown, Peter Novembre et Kevin Dinoto. Sa composition éclectique a permis à ce groupe de proposer des œuvres inspirées du répertoire amazigh du Souss et de l’Atlas, tout en les agrémentant d’autres traditions musicales du monde.

“Nous avons décidé de former le groupe AZA et d’y inclure des artistes d’horizons musicaux différents (Jazz, Funk, Latino… ). AZA ambitionnait de moderniser la musique amazighe tout en gardant intact l’esprit qui distingue cette musique en termes de mélodies et de rythmes”, explique l’artiste.

Il s’agit de présenter la musique amazighe à travers des sonorités et des compositions “qui peuvent plaire à un public plus large à travers le monde”, ajoute-t-il.

Ce savant mélange artistique prend corps au niveau instrumental, où l’excellent jeu de Fattah Abbou aux instruments caractéristiques de la musique amazighe marocaine (Ribab, Banjo, Lotar et Guembri) côtoie harmonieusement les sonorités des basses électriques et acoustiques, de la batterie, du cajón, du saxophone et de la flûte.

Portées par des mélodies envoûtantes, les chansons d’AZA traitent de thématiques tantôt sentimentales, tantôt identitaires, tout en traversant des questions d’ordre spirituel, social ou encore à caractère personnel comme l’immigration. Ces chansons sont répertoriées dans les quatre albums que le groupe a produits jusqu’à présent, à savoir “Marikan”, “Tamghra Wushen”, “Tayuga” et “Tafsut N-Usays”.

Fattah Abbou juge positive la réception réservée à l’œuvre d’AZA aux Etats-Unis d’Amérique. Il en veut pour preuve les différentes apparitions du groupe dans les festivals américains, dont le South by South West festival (SXSW) à Austin, le festival de musique du monde de Chicago, le festival de musique du monde de Madison, le High Sierra Music Festival de Californie, le festival de musique de la Sierra Nevada, et le festival de musique de Cabrillo.

“Notre musique offre des sonorités uniques qui intriguent le public et l’incitent à vouloir en savoir plus sur le Maroc”, fait-il valoir, assurant que les billets de la quasi-totalité des spectacles performés par AZA s’épuisent assez rapidement.

Par ailleurs, AZA a enregistré une vingtaine de chansons pour le compte de la société “Facebook” dans le cadre du projet “Facebook Sound Collection”, où le groupe a représenté les sonorités nord-africaines.

Au Maroc, AZA a marqué de son empreinte les festivals Timitar d’Agadir, Tifawin de Tafraout, Tourtite d’Ifrane, et le festival de l’Immigré d’Imintanoute.

Le groupe AZA représente, donc, un exemple patent de cette nouvelle génération d’artistes qui insuffle, depuis l’étranger, une nouvelle dynamique à la musique amazighe et s’engage énergiquement en faveur de sa transmission à l’échelle internationale. En quelque sorte, AZA se veut porteur d’une certaine conservation culturelle. “Chaque fois que nous sommes en concert”, dit Fattah Abbou, “nous jouons de la musique, certes, mais nous parlons également de la culture nord-africaine, et sensibilisons le public quant à cette culture”.

Mendicité – La « mendiante de luxe » propriétaire du véhicule 4X4 écope de 6 mois de prison ferme

article19.ma – 30/03/2021

Le tribunal de première instance d’Agadir a condamné lundi à 6 mois de prison ferme « la mendiante » qui roulait en 4X4.

De source judiciaire, la dite « mendiante de luxe », qui était poursuivie en état d’arrestation, est native de la ville de Salé en 1979, et est mère de trois enfants, et résidait dans un quartier au nord d’Agadir. Elle avait poursuivi sa scolarité jusqu’au secondaire.

Selon ses proches, l’accusée était mariée et avait émigré en Italie dans le cadre du regroupement familial, avant que son mari ne décède dans un accident de la circulation et qu’elle ne se trouve en charge de sa famille. Elle s’est lancée par la suite dans le commerce avant dêtre ruinée par la crise engendrée par la pandémie de Covid-19.

Les mêmes sources ont indiqué que la mise en cause s’est adonnée à la mendicité « afin de remédier à la détérioration de sa situation financière en recourant aux mensonges », en déplaçant sa voiture loin de son domicile, en faisant croire à sa famille qu’elle avait un travail régulier. Pour cacher son identité, ellle portait un voil intégral.

Suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux la montrant en train de changer ses vêtements et de rouler dans une voiture de luxe, elle a été interpellée le 5 du mois en cours par le Caïd de l’arrondissement d’Aourir qui l’a transférée à la gendarmerie de Taghazout en possession d’un sac en plastique contenant des médicaments, des revenus de la mendicité et deux téléphones.

Agadir: 36 MDH pour la corniche de Taghazout en 2021

par Kilani Souad – labass.net – 30/03/2021

Une enveloppe budgétaire de 36 millions de dirhams (MDH) sera dédiée à l’aménagement de la corniche de Taghazout au titre de l’année budgétaire 2021.

La contribution du Conseil de la région dans le financement de ce projet s’élève à 10 MDH, le ministère de l’Agriculture (12 MDH), le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’Habitat et de la politique de la ville (10 MDH), alors que la commune de Taghazout versera 4 MDH.

Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts du conseil de la région visant à promouvoir l’activité touristique à souss-Massa, l’un des secteurs vitaux de développement de la région.

Dans le même cadre, le Conseil a approuvé lors sa session ordinaire du mois de mars 2021, une convention de partenariat pour l’aménagement du « point Anchor » à Taghazout pour 56 MDH.

Ce montant sera mobilisé à hauteur de 20 MDH par le Conseil régional Souss-Massa, 15 MDH par le ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale et 5 MDH par la commune de Taghazout. Le reste, à savoir 16 MDH sera mobilisé par les investisseurs privés.

%d blogueurs aiment cette page :