Archives de avril 7th, 2021

Ramadan 2021 : Couvre-feu nocturne au Maroc de 20H à 6H du matin

2m.ma/fr – 07/04/2021

Ramadan 2021 : Couvre-feu nocturne au Maroc de 20H à 6H du matin

Un couvre-feu s’appliquera à l’ensemble du territoire national, tous les jours du mois de Ramadan, indique ce mercredi 7 avril un communiqué du gouvernement. Les déplacements seront ainsi interdits de 20 heures à 6 heures, sauf cas exceptionnels. L’exécutif annonce également le maintien des mesures préventives annoncées précédemment.

Le Maroc parmi les 30 pays les plus « verts » au monde

infomediaire.net – 06/04/2021

The Green Future Index du MIT Technology Review Insights vient de dévoiler son classement 2021 des pays ayant le plus performé en matière d’énergies renouvelables et de lutte contre le changement climatique. Et, le Maroc se taille plutôt une belle position dans ce classement puisqu’il a réussi à décrocher la 26ème place au niveau mondial, bien loin devant la Corée du Sud (31ème), ou encore Israël (38ème).MIT Technology Review Insights reconnait notamment que le royaume a engagé ces dernières années une politique ambitieuse en termes de lutte contre le changement climatique et a lancé d’importants projets tels que le complexe Noor de Ouarzazate, un gigantesque projet solaire réalisé par le royaume dans le cadre de sa stratégie énergétique qui vise à porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national à plus de 52% à l’horizon 2030.Selon la même source, ces actions vont significativement améliorer le score du Maroc dans les prochaines années. Notons que les Etats-Unis se classent à la 40ème position, bien loin derrière le Maroc. La France, pour sa part, a réussi à décrocher la 4ème place de ce classement mondial. Force est de souligner aussi que The Green Future Index 2021 rend hommage aux efforts déployés par le Maroc en matière de clean technologies et d’innovations dans le domaine des énergies renouvelables.

CRI Sous-Massa : Les investissements validés en 2020 en hausse de 68% à 14 MMDH

medias24.com – 06/04/2021

Un total de 236 dossiers d’investissement validés en 2020 au niveau de la région de Souss-Massa, pour un montant prévisionnel de 13,96 MMDH et 16.199 emplois projetés, annonce le Centre régional d’investissement Souss Massa.

CRI Sous-Massa : Les investissements validés en 2020 en hausse de 68% à 14 MMDH

Le Conseil d’Administration du CRI Souss Massa s’est réuni, mercredi 31 Mars 2021 pour dresser le bilan annuel d’activité de l’année 2020.

De plus, la Commission régionale unifiée de l’investissement de Souss Massa a enregistré un délai moyen d’instruction de 10 jours contre 30 jours comme délai réglementaire fixé. 

D’autre part et en dépit de la conjoncture économique liée à la pandémie de la Covid-19, la région de Souss Massa a connu une progression de 68,5% du montant global d’investissement, passant de 4,4 milliards en 2019 à 13,96 MMDH en 2020.

Les projets ayant reçu un avis favorable en 2020 prévoient la création de 16.199 emplois en 2020 contre 11.738 en 2019 (+27,5%).

Lors de ce conseil, ont également été soulignés les efforts déployés pour l’amélioration des services via la mise en place de nouveaux outils digitaux à savoir : 

– La plate-forme « Zonesindustriellessoussmassa.ma », service offert par le CRI au profit des investisseurs et porteurs de projets en recherche d’un lot de terrain industriel dans la région de Souss Massa,  

–  » La bourse régionale de partenariat », plate-forme qui a pour but de mettre en relation d’affaires les entreprises régionales, les partenaires nationaux et internationaux. 

– La plate-forme « Intelaka » visant à atteindre les porteurs de projets éloignés en leur permettant de soumettre et suivre leurs demandes d’accompagnement pour le dépôt de leurs dossiers auprès des banques.

La France démarre cette semaine la production de vaccins

libe.ma – 06/04/2021

La France démarre cette semaine la production de vaccins

La production de vaccins en France contre la Covid-19 doit démarrer ce mercredi, chez le sous-traitant français Delpharm, a-t-on appris lundi auprès du ministère français de l’Economie et des Finances, confirmant des informations de presse. « La production doit commencer cette semaine, en l’occurrence mercredi chez Delpharm, dans son usine de Saint-Rémy-sur-Avre (nord-ouest de la France), pour (le compte du laboratoire allemand) BioNTech », partenaire de l’américain Pfizer, a indiqué le ministère à l’AFP. « Ils vont commencer par la production de lots-tests dans un premier temps, pour s’assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus et basculeront ensuite le plus rapidement possible sur de la production de lots commerciaux », a-t-on précisé de même source. Le ministère a rappelé que le sous-traitant Delpharm faisait partie des entreprises soutenues ces derniers mois par l’Etat français, via l’appel à manifestation d’intérêt annoncé à la mi-juin 2020, et elle va grâce à ce soutien pouvoir mettre en flacons pour l’alliance Pfizer/BioNTech. Concernant la capacité de production, « les entreprises ne souhaitent pas à ce stade communiquer sur le volume attendu », selon le ministère. Car outre Delpharm, le Suédois Recipharm va produire des vaccins pour l’entreprise américaine Moderna, « à horizon mi-avril », dans son usine française de Monts (ouest). Le façonnier Fareva devrait lui lancer « fin mai, début juin » la production du CureVac, qui est encore soumis à la condition d’autorisation de mise sur le marché. Enfin, le Français Sanofi va produire pour Janssen (filiale de Johnson & Johnson), à Marcy-l’Etoile (sud-est). « Quand on met tout ça bout à bout, on est sur au moins 250 millions de doses qui sortiront des sites français d’ici à la fin de l’année, en cumulé », a indiqué le ministère. Un chiffre qui ne comprend pas le vaccin mis au point par Sanofi, espéré pour le second semestre, si les essais cliniques s’avèrent concluants. Depuis le début de la campagne de vaccination en France, plus de 9,3 millions de personnes ont reçu au moins une injection, et 3,1 millions deux injections.

Énergies renouvelables. La région de Souss-Massa au Maroc mise sur le soleil et le vent

par Abdeslam KADIRI – ouest-france.fr – 07/04/2021

La première grande centrale photovoltaïque Noor, à Ouarzazate.
La première grande centrale solaire Noor

Il y a du pétrole et du gaz dans le sous-sol marocain. Pour l’instant, ils y restent. Depuis 2009, le Royaume mise sur le développement des énergies renouvelables pour diminuer ses importations de fossiles, et il s’y tient. « À l’horizon 2030, le pays devrait produire 2 000 MW d’électricité solaire, 200 MW d’éolien, 2 000 W d’hydraulique. De quoi couvrir les besoins énergétiques du pays à hauteur de 52 % »​, calcule l’économiste Mohammed Cherki, spécialiste des énergies renouvelables.

300 jours de soleil par an

Après Ouarzazate et la première grande centrale solaire baptisée Noor (lumière, en arabe), d’un coût de 20 milliards de dollars avec ses extensions 2 et 3, c’est la région de Souss-Massa qui « a pris le train du solaire en marche, en 2014 »​.

Avec un ensoleillement exceptionnel, près de 300 jours par an, l’un des plus forts du Royaume, « tous les atouts étaient là »​, selon l’économiste, d’autant que Souss-Massa dispose aussi de vent sur la côte, autour d’Agadir, et de montagnes, vers l’intérieur des terres, où faire des barrages.

Une région citée en exemple

Les projets se multiplient pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 75 % d’ici 2030, programmé par le Conseil régional. À Midelt, une centrale hybride – combinant le photovoltaïque et le solaire thermique à compression – encore plus ambitieuse que celle de Ouarzazate, va sortir de terre.

Citée en exemple dans le bilan 2020 de l’association Climate Chance, la région compte aussi sur la nouvelle Station de transfert d’énergie par pompage du barrage Abdelmoumen.

« La région souhaite produire de l’énergie pour l’éclairage public, avec des lampadaires photovoltaïques à LED, expérience qui, si elle est concluante, sera élargie à tout le pays »​, note Mohammed Cherki.

Ce foisonnement d’infrastructures dans les renouvelables a permis la création de « 50 000 emplois directs et indirects dans la région. Le solaire a promu l’ingénierie locale. Les techniciens formés sont captés et ne partent plus. Le tissu des PME se trouve dynamisé. »

Une stratégie cohérente

Les experts de Climate Chance saluent aussi les efforts cohérents de Souss-Massa. En octobre 2018, elle a signé le premier Plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique qui rend concrète la stratégie de développement durable du Maroc. Convention citoyenne : faut-il reprendre toutes les propositions « sans filtre » ?

Ce plan a mesuré la vulnérabilité de la région au changement climatique. La baisse du niveau des nappes phréatiques est la principale source d’inquiétude, alors que l’agriculture devra nourrir une population en forte progression.

%d blogueurs aiment cette page :